Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Troisième partie. L'affirmation de la localisation. Les grandes réalisations

Chapitre I. Le contexte national

Texte intégral

1Il est utile, pensons-nous, avant de poursuivre notre analyse locale, de rappeler, par quelques remarques succinctes, le contexte national qui permet de mieux éclairer et de mieux resituer les développements villeurbannais. Et ceci dans quatre domaines importants.

L’évolution de la situation économique

L’expansion industrielle après la première guerre mondiale

2La France est sortie fort diminuée du grand conflit de 14-18, au plan humain (des milliers d’hommes sont morts) et au plan matériel (nombreuses destructions, en particulier dans des régions de forte production économique). Il faut reconvertir une industrie de guerre en industrie de paix, changer les produits mais surtout intégrer les découvertes scientifiques et les procès de fabrication que la guerre a fait découvrir. Et il ne suffit pas de reconstruire des usines détruites, mais assez souvent de créer des équipements adaptés aux nouvelles conditions. L’industrie française, déjà en retard et assez conservatrice, doit impérativement se moderniser.

3La crise financière d’après-guerre étant surmontée grâce entre autres à Poincaré, l’économie peut repartir dans une orientation nettement capitaliste. Entre 1921 et 1930, c’est l’expansion qui, d’ailleurs, ne s’effectue pas sans à-coups. Les nouvelles possibilités industrielles trouvent alors des moyens de réalisation, surtout à partir de 1924, principalement dans quatre branches nouvelles :

  • La sidérurgie : le retour de la Lorraine à la France fortifie notre potentiel sidérurgique, grâce au groupe de Wendel. Le groupe financier Schneider favorise l’essor de la métallurgie.
  • La chimie : la guerre a révélé que dans ce domaine, nous étions presque entièrement dépendants de l’Allemagne. Trois groupes privés vont, pendant ces années, étendre leur production et diversifier leurs produits : Kuhlmann, Saint-Gobain, Pechiney.
  • L’électricité : la consommation va quintupler en 10 ans. Des sociétés d’économie mixte vont se créer pour l’exploitation hydro-électrique.
  • Le pétrole et l’automobile : la guerre a amené la France à créer très rapidement des unités de raffinage près des ports. La production d’automobiles ne cesse de croître : 40.000 véhicules en 1920, 254.000 en 1929. C’est l’époque de l’apogée des deux grands français de l’automobile : Renault et Citroën.

4On peut noter que ces quatre branches industrielles qui constituent le fer de lance de l’expansion économique sont présentes dans la région Rhône-Alpes et tout particulièrement à Lyon. Mais on peut voir aussi que, hormis la branche électrique, et un peu la branche chimique, ces industries ne font pas partie du paysage villeurbannais ; cela aura des conséquences que nous analyserons sur la formation sociale locale et sur la vie politique municipale.

5Les structures industrielles se transforment : on assiste à des concentrations financières qui entraînent l’apparition de groupes industriels fort puissants, qui préfigurent nos multinationales actuelles, ignorantes des frontières des États. Les conditions de vie de nombreux travailleurs, dans le travail et en dehors du travail, s’en trouvent profondément transformées. Le secteur des services grandit et absorbe une quantité croissante de main-d'œuvre. La saignée de la guerre (même si elle a été moins forte dans le monde des ouvriers industriels souvent mobilisés dans leurs usines - loi Dalbiez de 1915) provoque un appel d’immigrés italiens, espagnols, polonais. Les conditions de travail changent : le travail à la chaîne augmente et la complexité des machines réduit souvent le travailleur au rôle de robot non spécialisé. On verra dans quelles proportions l’industrie villeurbannaise est touchée par ces transformations.

La crise des années 30

6Le libéralisme économique s’avérera incapable de remettre en ordre l’économie internationale déséquilibrée par la guerre. « Dès 1930, les États, dont l’appareil industriel a été porté au plus haut degré de rationalisation et de productivité (États-Unis et Allemagne), souffrent d’une réduction de leurs débouchés qui provoque bientôt chez eux un important chômage. » La Grande-Bretagne, dont l’économie reposait sur le commerce extérieur, est frappée par la chute des échanges internationaux. Ces premières manifestations épargnent la France qui avait une économie moins spécialisée, plus complexe, moins exportatrice et plus protégée. On voit même les capitaux affluer sur le marché de Paris, provoquant une abondance monétaire propre à entretenir une illusion. A Villeurbanne, des usines importantes (C.A.M., Schartz-Haumont) songent à s’agrandir et la municipalité entreprend la construction des gratte-ciel.

7Puis, soudain, c’est le désastre. La France, soit parce qu’elle n’avait plus de clients, soit qu’elle vendait trop cher ses produits sur le marché mondial, connut à son tour la surproduction et le chômage. Partout, on assiste à une cascade de faillites et l’État ne peut venir au secours de tout le monde, tous les secteurs étant touchés.

Les forces politiques

8Les élections de 1924 voient la chute du Bloc National qui s’était formé à la fin de la guerre. Son inefficacité pour résoudre le problème financier et sa politique étrangère très nationaliste, intransigeante à l’égard de l’Allemagne expliquent son échec. Les Radicaux, sans lesquels aucune majorité n’est possible, s’éloignent de cette droite trop conservatrice pour conclure avec la SFIO des accords électoraux qui s’avèrent fructueux, puisque ce Cartel des gauches obtient 266 députés à l’Assemblée. Or, nous le verrons, le même type d’accord va jouer à Villeurbanne pour la consultation municipale exceptionnelle de la même année. La conjonction du plan national et du plan local a pu faciliter l’entrée de la SFIO à la mairie, d’autant plus qu’au plan national aussi les communistes connaissent un recul très sensible : ils n’obtiennent que 26 députés. Sans participer au gouvernement, la SFIO soutient Herriot et le Cartel des gauches et provoque des réformes importantes, en particulier en matière financière. Aux élections de 1928, le refus de désistement, au deuxième tour, des communistes amène un tassement de la gauche ; la SFIO maintient tout juste son nombre de sièges. Ce n’est pourtant pas un échec, beaucoup de gens parmi les couches moyennes de la population ouvrière se ralliant tout naturellement aux idées sociales de ce parti. On comprend le maintien sans problème de l’équipe Goujon aux élections de 1929.

9Les décevantes politiques financières de droite de Tardieu et Laval ramènent en 1932, dans un contexte de crise, le Cartel des gauches au pouvoir.

10Les théories curieusement favorables au fascisme de certains néo-socialistes (il faut un État fort, un État puissant, un État d’ordre), l’absence de programme commun amènent l’incohérence de l’exécutif (5 gouvernements en 18 mois) et une montée massive de l’antiparlementarisme. Les ligues, qui s’étaient constituées dès 1924, recrutent de façon inespérée et peuvent se permettre de venir troubler les actions gouvernementales.

11Les ligues n’avaient pas de programme ; elles réunissent d’autant plus facilement une collection disparate de mécontents. L’affaire Stavisky et le remplacement du préfet de police Chiape qui leur était favorable, sont l’occasion de la fameuse manifestation du 6 février 1934 et la riposte populaire de gauche du 7 au 12 février. L’heure est désormais aux rapprochements qui vont donner naissance au Front Populaire. Malgré tout, la menace fasciste se précise tellement que l’union s’imposera de plus en plus au cours de l’année 1935 pour aboutir à la victoire électorale du 3 mai 1936 et au gouvernement de Front Populaire. Curieusement, pendant cette année 35, pour des raisons strictement locales, à Villeurbanne, c’est la guerre entre la SFIO et le PCF, guerre qui ne permettra pas une réconciliation véritable au moment des élections de 1936. Pour la première fois, la vie politique villeurbannaise n’est pas en conjonction avec la vie politique naitonale. Ce n’est pas la dernière.

L’activité syndicale

  • 1 BRANCIARD - Op. cit., p. 59. « Des conceptions syndicales divergentes ».

12Les deux syndicats, CGT et CGTU, issus de la scission consommée au congrès de St-Etienne (26 juin - 1er juillet 1922), campent chacun sur leurs positions tout au long de ces années. La CGT reste fidèle à la politique de présence, elle est « réformiste ». Son programme (1928) préconise l’application des conventions collectives, l’institution de délégués à la sécurité et à l’hygiène, et surtout prévoit, en cas de conflit, des procédures de conciliation obligatoire. La CGTU n’a pas de mots trop forts pour stigmatiser une telle politique : « collaboration de classe » - « trahison »... Intransigeante, elle dénonce tous les compromis, préfère la révolution à toute amélioration partielle... »1 Mais la crise économique, la montée du fascisme et la stérilité des affrontements théoriques obligent, sous la poussée de la base, à la réunification (Congrès de Toulouse, 2-5 mars 1936).

13Nous n’avons trouvé aucune étude sur la syndicalisation dans les entreprises villeurbannaises à cette époque, mais on peut imaginer, au vu des résultats électoraux, que les deux syndicats se partageaient le leadership selon les usines. On peut aussi en déduire les conséquences dans l’organisation de la vie municipale, en particulier à la mairie où les deux syndicats avaient leurs adhérents.

Les conceptions urbanistiques

14Il nous semble enfin intéressant de regrouper ici certaines caractéristiques qui marquent cette période au plan de l’urbanisme.

Le courant hygiéniste

15Ses racines sont lointaines : elles plongent dans le XIXe siècle urbanisé de façon anarchique. Engels a décrit, après bien d’autres, les taudis des villes anglaises et leur insalubrité. De nombreux rapports médicaux, devenus des classiques, décrivent l’action des maladies contagieuses sur les populations ouvrières obligées d’habiter dans ces maisons sans air et sans soleil, dans un état de promiscuité qui favorise les ravages des épidémies. Les quartiers bourgeois, découvrant les mécanismes de l'action microbienne, se sentent eux-mêmes menacés et s’émeuvent de ce problème. Des intérêts financiers sont en jeu à cause de la mortalité élevée de la classe prolétarienne. Les industriels et certains hommes politiques rejoignent le point de vue des militants socialistes qui, depuis plusieurs décennies, se battent pour qu’on prenne en considération le logement ouvrier, en tenant compte d’un minimum de règles d’hygiène. Les lois sur les logements à bon marché Siegfried (1894), Strauss (1906), Ribot (1908), Bonnevay (1912) y feront toutes références. Après la guerre 14-18, l’expansion industrielle et la prolifération aux portes des villes de lotissements anarchiques, sans égouts, sans service de nettoiement, sans voirie, relance le problème avec acuité. Non seulement, il faut loger les gens, mais il faut leur assurer des conditions sanitaires minima. Non seulement les architectes doivent en tenir compte dans la conception de la maison ou de l’immeuble, mais les municipalités doivent œuvrer pour que les plans des villes prévoient les espaces et la verdure, et luttent contre les entassements et les trop fortes densifications. Le concept même d’urbanisme naît pour une part de la prise de conscience des ces nécessités. L’urbanisation des nouveaux espaces acquis par les pouvoir publics doit être exemplaire. On peut rappeler ici l’intervention faite par J. Grandclément en 1920 quand il est question de récupérer les terrains des fortifications qui enserrent Villeurbanne. Villeurbanne, où les maires non seulement appartiennent au courant socialiste bien informé sur ces questions mais sont des médecins, sera particulièrement concernée par ces préoccupations.

L’évolution du problème du logement et les solutions privées et publiques

16Après la guerre, les lois sur les HBM ont enfin permis quelques constructions d’immeubles pour loger des familles ouvrières. On l’a vu à Villeurbanne. Mais l’arrivée d’un nombre considérable de travailleurs dans les villes, pour répondre aux demandes de l’expansion industrielle, submerge cet effort des premiers Offices Publics. Les lotissements ouvriers vont proliférer. Dans les meilleurs cas, ce sont des sociétés de secours mutuels qui les prennent en charge. Le plus souvent, ce sont les propriétaires fonciers des banlieues qui vendent ou louent des parcelles, habituellement non viabilisées sur lesquelles s’implantent les constructions les plus hétéroclites, en attendant que les nouveaux propriétaires puissent bâtir. Ces terrains auraient pu être achetés par l’État ou les municipalités pour la construction d’immeubles HBM, mais les propriétaires fonciers, avides de faire rapporter leur capital immobilier, n’ont pas obtenu des gouvernements des propositions intéressantes. Le Sénat, dominé par ces capitalistes fonciers, barre à plusieurs reprises le projet de loi qui deviendra en 1928 la loi Loucheur. Le rapport de forces va pourtant finir par jouer en faveur du nouveau capitalisme industriel qui a besoin d’assurer ou plutôt de faire assurer en partie par l’État la reproduction de la force du travail. Ces industriels obtiennent que l’État, non seulement soutienne par des crédits l’effort de construction d’immeubles collectifs dont s’étaient surtout occupés jusque-là les offices d’HBM, mais qu’il permette au plus grand nombre possible d’ouvriers français, groupés ou non en coopératives, de construire sur un petit lopin de terre leur pavillon individuel dans des conditions suffisantes d’hygiène. Lazare Goujon et les socialistes villeurbannais profiteront de cette période exceptionnelle de soutien étatique.

17On peut lire aussi à travers ce choix, une intention d’intégration des individus de la classe ouvrière aux conditions de vie du monde bourgeois et aux normes de la famille aisée. Les lotissements défectueux sont désormais pris en charge par les municipalités, du moins les plus conscientes qui aident les habitants, souvent coopérateurs, à obtenir et à utiliser au mieux les crédits de l’État. A Villeurbanne, on en a de multiples exemples.

  • 2 S.V.U. : Société Villeurbannaise d'Urbanisme.

18Les projets des élus socialistes sont souvent vastes et globalisants. Leurs modes de financement et leurs systèmes juridiques ne sont malheureusement pas à la mesure de leurs ambitions. Les Sociétés d’Économie mixte n’existent pas et la législation ne garantit pas les finances communales. Particulièrement typique est le cas villeurbannais de la S.V.U.2 dont les réalisations seront, pour ces raisons, partielles. Il faudrait décrire ici toute l’œuvre d’Henri Sellier, maire de Suresnes, réalisateur de la fameuse cité-jardin, une des rares, avec la Butte Rouge de Chatenay-Malabry et celle du Plessis-Robinson, à voir le jour parmi les nombreuses qui étaient prévues au sud de Paris. Il faut, bien entendu, retenir aussi les entreprises de Lazare Goujon et des socialistes villeurbannais (que nous serons amenés à décrire plus loin), des municipalités comme celles de Tours, de Drancy, ou les projets de Tony Garnier pour le quartier des États-Unis à Lyon.

Notes

1 BRANCIARD - Op. cit., p. 59. « Des conceptions syndicales divergentes ».

2 S.V.U. : Société Villeurbannaise d'Urbanisme.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search