Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Deuxième partie. 1903-1924 : L'autonomie menacée. Début des politiques de localisation

Chapitre IV. La crise municipale de 1920-1924

Texte intégral

1Depuis 1903, le socialisme villeurbannais s’était fait une réputation non seulement dans la région mais dans toute la France. L’écho de ses réalisations était parvenu dans d’autres villes ouvrières ; on citait en particulier ses efforts pour mettre en œuvre la législation sur le logement. Le socialisme municipal portait des fruits et démontrait ce que pouvait produire une détermination politique. Le bruit de ses affrontements et de ses divisions parvint aux oreilles de moins de gens : ils n’en furent pas moins réels et violents.

Le choc de la révolution russe de 1917

2Le mouvement ouvrier international, avait obtenu dans des luttes souvent très dures, un certain nombre d’améliorations pour la condition ouvrière, il avait cherché dans bien des voies, des plus révolutionnaires aux plus réformistes, son difficile chemin mais nulle part n’avait la possession du pouvoir politique (clef essentielle pour bâtir une nouvelle société). En 1917, dans le vaste empire russe, cette espérance entre toutes attendue, venait enfin de se réaliser. Désormais, quelque part sur la surface du globe, le parti des ouvriers allait pouvoir organiser, à sa manière, sa vie collective sans être limité ni dominé. Ce qui n’était que théories, souvent proches du rêve ou de l’utopie, allait pouvoir s’incarner dans un pays qui en serait à la fois le laboratoire et le porte-drapeau.

  • 1 Cf Jean BRON, Histoire du Mouvement Ouvrier, tome II, p. 177, « La remise en question », Ed. ouv.
    M (...)

3En 1919, les socialistes français, pour la plupart, tout en suivant attentivement l’évolution de la Révolution bolchevique avec admiration, pensaient encore qu’il y avait des voies propres à chaque nation vers le socialisme. Quand le 24 janvier 1919, Lénine, dénonçant la faillite de la 2e Internationale, lance la 3e internationale communiste, ils soutiennent son effort en Russie mais ne veulent pas se rallier. Il faudra l’échec des grèves nombreuses de 1919 et 1920, en particulier dans les chemins de fer, et aussi le recul de la SFIO aux législatives de novembre 1919 (le nombre de ses députés baisse brutalement de 103 à 68) pour confirmer les positons des minoritaires « qui ne voient plus d’issue que dans le choix de la voie proposée par les bolcheviks ».1

  • 2 Elles sont reproduites dans Jean BRON, op. cit., Annexe II, p. 307-311.
  • 3 Cf Jacques FAUVET, Histoire du Parti Communiste français, « Une naissance difficile », Fayard, p.  (...)
  • 4 FAUVET (J.) - Op. cit., p. 38.

4Ce n’est pas notre propos ici de réécrire l’histoire de la scission, des congrès de Strabourg (25, 29 février 1920) et de Tours (25, 29 décembre (920). On sait quelles furent les 21 conditions posées par Lénine et la 3e internationale2, acceptées par les uns (dont Frossard, Cachin), refusées par les autres (Blum, A. Thomas, Longuet, M. Sembat, Guesde). On sait ce que fut, dans ce climat tendu, la Fondation du Parti Communiste Français3. Désormais les choix étaient faits à Tours, mais aussi dans beaucoup de villes françaises, tout spécialement à Villeurbanne. « Née 15 ans auparavant de l’espoir de la Paix et de la Révolution, l’unité socialiste est morte, victime d’une guerre et d’une révolution. »4

Projets municipaux

5Élus en novembre 1919, les socialistes villeurbannais avaient commencé de réaliser, dans une unité certaine, le programme annoncé : un office du logement avait été créé à la fin février 1920, suivi de la mise en place définitive de l’office HBM, différé depuis 1914. Le Conseil d’Administration en était désigné et il entrait aussitôt en fonction. L’Hôpital, les écoles, la voirie bénéficiaient d’emprunts... Une loi du 29 juillet de la même année, décidant le déclassement des fortifications militaires, donnait l’occasion à J. Grandclément d’annoncer, pour la première fois à Villeurbanne, des perspectives générales d’urbanisme qui venaient en quelque sorte synthétiser les diverses actions d’équipement entreprises sur la ville. Le manque de cohérence de la loi donnait l’occasion au maire de Villeurbanne de parler de l’avenir de la ville :

« Une loi du 29 juillet 1920 a déclassé les fortifications de la ville de Lyon. Nous avons appris que le gouvernement avait l’intention de diviser les terrains militaires devenus disponibles en deux parties :
– l’une serait morcelée et vendue aux particuliers,
– l’autre serait attribuée aux Offices d’Habitation à bon marché des communes sur lesquelles se trouvent les dits terrains.
En premier lieu, il est de toute urgence de demander au Gouvernement de bien vouloir attribuer une large partie de terrain à notre OMHBM, part suffisamment justifiée par le caractère essentiellement industriel de notre Cité, par l’acuité extrême de la crise du logement et par la pénurie financière de la Commune.
De plus, je crois que notre devoir est de signaler au gouvernement le morcellement et la vente aux particuliers comme une mesure préjudiciable à l’avenir de la Commune et à l’intérêt, bien entendu, de l’État. En effet, Villeurbanne s’accroît prodigieusement ; pendant ces quarante dernières années, sa population a passé de 6.000 à 55.000 habitants environ et ce mouvement va en s’accentuant. Nos prédécesseurs n’avaient pas prévu une évolution si rapide ; il en est résulté une agglomération chaotique, sans plan d’ensemble, une ville mal faite qui s’est développée au hasard des intérêts privés où chacun a bâti à sa guise, et tracé des voies de communication à sa fantaisie. Il est temps de réagir si nous voulons que le Villeurbanne de demain soit une Cité rationnellement organisée. En dehors des ateliers où s’entassent des milliers d’êtres humains, il nous faut prévoir, au milieu de la verdure, des emplacements où les ouvriers trouveront à se loger ; nous devons mettre à la disposition de nos citadins des squares et des terrains où ils pourront se délasser. Tant au point de vue de l’hygiène que de l’esthétique, Villeurbanne, comme toute ville moderne, doit réaliser son système de parcs et d’espaces libres, développer ses poumons...
...Les terrains militaires situés à la périphérie de la commune, en pleine zone rurale, ni trop près ni trop loin des usines, à proximité des lignes de tramways, dans une région où l'agiotage n’a pas encore rendu les prix excessifs, paraissent tout indiquée pour l’exécution de notre programme d’urbanisme. Il serait tout naturel d’établir un système de parcs et de jardins, relié aux larges espaces de l’hippodrome et du parc de la Tête d’Or d’une part, aux masses boisées de Bron d’autre part. Ces emplacements conviendraient également aux constructions d'HBM et permettraient la réalisation de cités-jardins.
De plus, il est de tradition parmi les sportifs de la région lyonnaise de tenir les réunions et les matchs de tennis, athlétisme, football et autres sports sur le territoire de la commune de Villeurbanne. Nous encouragerions cette tendance par la création de terrains de jeux et de sports ; ces terrains seraient à proximité des eaux courantes du Rhône et du canal de Jonage, avantage très appréciable aujourd’hui que le sport ne se conçoit plus sans le bain et la douche, et qui permettrait l’aménagement, par notre OMHBM d’une ou plusieurs piscines qui manquent à l’agglomération lyonnaise...
...N’oublions pas, pour donner une esquisse complète de l’utilisation des terrains militaires, de mentionner qu’ils constituent pour l’agglomération lyonnaise une excellente voie de communication circulaire à aménager en boulevard de ceinture...
Nous devons profiter des leçons de l’expérience, éviter les fautes de nos prédécesseurs ; il ne faut pas que nos successeurs puissent nous accuser d’avoir laissé se développer une Cité malsaine, sans espaces libres, une ville chaotique, sans agréments et sans esthétique, une agglomération où fumeraient et trépideraient des milliers d’usines, alors que l’ouvrier y chercherait en vain un gîte salubre et confortable, un site reposant à l’air pur dans la verdure.
Certes, l’état de nos finances ne nous permet pas la réalisation immédiate des projets dont nous avons parlé, mais nous avons le devoir de réserver l’avenir... »

6Certes, il ne s’agit pas de restructurer tout le plan de la ville, mais l’occasion qui est fournie au maire de Villeurbanne, lui donne le prétexte pour livrer ses idées (qui sont aussi celles du Conseil Municipal) sur la cité villeurbannaise telle qu’il la voit. Même si l’annexion est toujours une chose possible, les possibilités urbanistiques qu’offre l’autonomie apparaissent de plus en plus aux yeux des socialistes. Plus seulement gestionnaires de fonds et d’œuvres, les conseillers municipaux, devenus bâtisseurs, doivent s’intéresser à l’organisation de l’espace, à sa matérialité et par ce biais, ils sont appelés à inscrire la différenciation sur le terrain lui-même. L’autonomie se joue maintenant sur en enjeu spatial. L’identité sociale s’inscrit maintenant sur le territoire communal qui devient par le fait de la détermination du pouvoir socialiste une localité spécifique.

La démission de J. Grandclément - Les élections partielle de 1922

7Le début de l’année 1921 marque le début d’une rupture. Grandclément était ami de tous les grands leaders socialistes nationaux et, à Tours, il prit nettement position pour la 3e Internationale communiste, derrière Cachin et Frossard. Vingt conseillers municipaux le suivirent, dix demeurèrent derrière Léon Blum à la SFIO, deux démissionnèrent.

8C’était un homme généreux et passionné : n’avait-il pas déclaré avant de partir à Tours :

  • 5 Cité par Maurice MOISSONNIER dans le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier français. De l (...)

« Nous ne voulons exclure personne. Ceux qui, après le congrès de Tours, ne se soumettront pas aux directives du Parti s’excluront d’eux-mêmes. Nous avons assez souffert de l’indiscipline pour accueillir avec joie la discipline rigoureuse de la IIIe Internationale. Intensifier dans la classe ouvrière l’esprit révolutionnaire, cela ne veut pas dire que nous allions faire les imbéciles, jeter dans la rue des militants qui se feront tuer tandis que d’autres iront se balader. Quand on a vu aussi souvent que moi tout le monde vous lâcher, l’on veut un jour sonner au drapeau... »
« L’on a le droit de discuter la IIIe Internationale jusqu’à la veille du congrès de Tours. Mais le lendemain, tous dans les rangs ! Tous à l’action décidée !......
Nous allons y perdre quelques bons amis, pas beaucoup, quelques élus (...) qu’importe ! Quarante députés peut-être ? Ça ne compte pas. Les députés qui resteront seront nos mandataires et rien de plus : nous organiserons la Révolution. On y risque quelque chose. Qu’importe ! Que ceux qui n’ont pas le courage de regarder le péril en face se retirent dès maintenant. Cela vaut mieux pour eux et pour nous... »5

9Un tel homme voulait faire de Villeurbanne une des premières cités communistes de France, cherchant désormais, avec sa majorité au conseil, à collectiviser au maximum les structures en place. Les coopératives de production et les magasins municipaux, issus de la guerre, étaient, particulièrement réorganisés. Les conseillers demeurés à la SFIO furent peu à peu mis hors circuit, en particulier Jean Rossiaud, 1er adjoint. Il avait rempli un rôle important dans les organsimes municipaux et voulait demeurer en place pour contrôler la nouvelle gestion, il fut accusé de fraudes et de détournements, ce dont personne ne put faire la preuve. Ses collègues SFIO le soutinrent, mais les séances du conseil devenaient de plus en plus un dialogue de sourds où la partialité était reine. Il est très difficile aujourd’hui de faire toute la lumière sur les faits et les personnes par manque de documents. Le résultat que l’on peut constater fut, en tout cas, un énorme enlisement et une grande stérilité au moins à partir d’octobre 1921. La partie demeurée socialiste n’avait pourtant pas fait une opposition systématique : elle avait voté en septembre, avec les communistes, une subvention de 10.000 F pour le peuple russe qui connaissait des conditions économiques difficiles.

  • 6 La CGT, comme la SFIO, connut en effet une scission au congrès de St-Etienne (26 juin - 1er juille (...)

10Au début de 1922, les incidents ne cessaient de se multiplier. Ce qui devait faire crever l’abcès fut la menace de renvoi, lancée par le maire, à un employé auxiliaire de la Mairie s’il n’adhérait pas à ce qui allait devenir la CGTU, c’est à dire à la fraction syndicale créée par les nouveaux ralliés à la IIIe Internationale.6 J. Grandclément n’était pas en retard pour obtenir de son personnel municipal un ralliement à ses positions. Rossiaud ayant été éconduit, alors qu’il allait demander des explications au maire, les dix socialistes SFIO du conseil décidèrent de remettre leur démission au préfet sur l’heure (5 mars 1922) en lui envoyant la lettre suivante :

Monsieur le Préfet,
Les conseillers municipaux soussignés, de la commune de Villeurbanne ont l’honneur de vous adresser leur démission collective de membres de l’Assemblée Municipale de cette commune, pour les raisons suivantes :
1) que M. Grandclément, Maire, a menacé de renvoi un employé auxiliaire de la Mairie s’il n’adhérait pas au Syndicat du Personnel dit unitaire.
2) qu’il a couvert de son autorité un chef de bureau, lequel a fait à un vieil employé n’appartenant nullement à son service, les mêmes menaces.
3) qu’il a fait afficher publiquement à la Mairie, une note de service indiquant que, maire communiste, il ne reconnaîtrait qu’un syndicat : celui adhérant à la CGT unitaire, lequel syndicat n’existait pas au moment des menaces précitées.
4) qu’il s’est comporté de façon injurieuse et grossière à l’égard du 1er adjoint venu lui demander des explications au sujet de son attitude envers le personnel municipal.
5) qu’il s’est opposé, par tous les moyens, à l’exercice du mandat des Conseillers municipaux non communistes, notamment pour le ravitaillement.
6) que déclarant qu’étant le maire, la minorité n’avait qu’à suivre ou s’en aller.
Devant une telle injonction, la minorité visée par cette déclaration a jugé digne d’elle de rendre la parole à ceux dont elle détenait son mandat, c’est-à-dire aux électeurs.
Pour ces motifs, elle vous demande, en vertu de la loi de 1884, d’en appeler au suffrage universel.
Veuillez agréer...
Signé : Rossiaud, Adren, Mourlevat, Forest, Crassard, Blaise Charvet, Cacard, Favier, Merget, Baratin.

11Jules Grandclément devait reconnaître qu’effectivement il avait affiché l’ordre du jour ci-dessous, mais qu’il avait reçu les dissidents de la CGT (maintenue), qu’il les recevrait à propos de tous les litiges et qu’il ne tolérerait pas qu’on les ennuie de quelque façon que ce soit :

« Le Docteur Granclément, Maire de Villeurbanne, informe tout le personnel municipal, employés ou ouvriers, que, maire d’une municipalité communiste, il ne reconnaîtra officiellement comme Syndicat du personnel municipal que le Syndicat adhérent à la Confédération Générale du Travail Unitaire.
Il reste bien entendu que jamais, sous aucun prétexte, il ne touchera à la situation des employés ou ouvriers qui tous ont fait et font honnêtement leur devoir. »

12Il avait ajouté, au cours de l’entrevue avec les « maintenus » que :

« le maire croit avoir assez d’autorité pour amener, dans le courant de cette année, l’unité syndicale des ouvriers et employés municipaux sur la gauche bien entendu. »

13Cette dernière affirmation suffisait, après tout ce qui s’était déjà passé, pour que la SFIO ne puisse prendre au sérieux les paroles d’apaisement et les garanties promises.

14Et le maire concluait en donnant sa démission, puisqu’allaient avoir lieu des élections partielles. Très convaincu du bien-fondé de ses choix politiques, de leur continuité avec toute son action socialiste à Villeurbanne depuis 20 ans, et sûr de pouvoir convaincre l’opinion publique villeurbannaise de la nécessité de l’option communiste, il retournait devant le suffrage universel pour obtenir une administration et un conseil homogène. Conscient de la stérilité et de l’inefficacité présente, et voulant à tout prix en sortir, il affirmait :

  • 7 Cf Annexe V à la fin de l’ouvrage.

« ... Je vais plus loin : il est indispensable, dans la période que nous traversons dans cette ville, qu’un parti prenne toutes ses responsabilités... Je suis accompagné, dans ma retraite passagère, par l’ami intime de mon administration, M. Alamercery (le 2e adjoint communiste qui restait seul en poste après les démissions des 2 socialistes Rossiaud et Charvet). Nous allons retourner devant le prolétariat à qui nous devons tout et de qui nous tenons nos pouvoirs, celui que nous avons bien aimé et que pour moi, personnellement, je sers depuis plus de vingt ans... Je suis persuadé qu’il nous rendra à cette administration. »7

  • 8 Cf Annexe V, 2e Partie, à la fin de l’ouvrage.

1517 communistes restaient au Conseil. 15 nouveaux conseillers devaient être élus. La campagne qui suivit fin mars et tout le mois d’avril fut une campagne, tout d’abord d’explication et de justification sur ce qui s’était passé au sein du Conseil, et bien entendu une campagne pour des options politiques, pour un choix de société. Nous donnons en annexe les trois déclarations essentielles de l’un et l’autre parti8, publiés dans le Progrès des 13 et 16 avril 1922 ainsi que les résultats. Sur 11.912 inscrits, on peut noter tout d’abord qu’il y eut un fort pourcentage d’abstentions (33,60 %) et que les deux partis étaient très proches l’un de l’autre : la SFIO, qui l’emportait, regroupait ses voix dans une fourchette allant de 4.017 (Lazare Goujon) à 3.913 (Biaise Charvet) et le PCF regroupait les siennes entre 3.843 (J. Granclément) et 3.668 (G. Ladoire). Ces résultats étaient bien le reflet du corps électoral villeurbannais presqu’entièrement à gauche, mais où seul le prolétariat des grandes usines avait soutenu le PCF, tandis que les employés, les ouvriers des vieilles structures industrielles (Textile et Mécanique), les ouvriers qualifiés avaient assuré la victoire socialiste. Le maire battu n’avait pas fait cette distinction qui réapparaîtra dans toutes les élections suivantes. Pour l’heure, la situation municipale se compliquait : divisé presque par moitié, les communistes gardant tout de même la majorité pour l’administration, les socialistes forts de leur majorité sur le terrain, le Conseil municipal devait rapidement faire l’expérience du blocage.

Le mandat écourté de Paul Bernard

16Le jour de l’installation des nouveaux élus (7 mai), Lazare Goujon, lui aussi médecin très populaire à Villeurbanne, nouveau chef de file des socialistes SFIO, demande la parole. Elle lui est refusée. Elle ne lui sera accordée que le 27 juin. Il précise les objectifs de la partie SFIO dans les circonstances présentes :

« 1) Sauvegarde de la liberté politique et syndicale. Le syndicat est un groupement d’intérêt qui doit englober tous les camarades, sans aucune distinction d’opinion politique ou philosophique. En conséquence, l’administration municipale doit observer une neutralité bienveillante vis-à-vis de toute organisation syndicale et s’interdire toute irrégularité dans l’application du statut du personnel.
2) Organisation du ravitaillement sous forme indépendante et autonome ; la coopérative est un groupement d'intérêts qui doit englober tous les consommateurs sans distinction politique ou philosophique... »

17et après avoir réaffirmé le devoir d’impartialité, il ajoute :

« ... Nous avons enfin la volonté ferme d’aider en toute occasion la classe des travailleurs et de la défendre contre les erreurs de la société capitaliste actuelle. Ce faisant, nous avons la conviction de conserver vivant notre idéal socialiste et de rester fidèles aux idées des Jaurès, des Guesde et des Vaillant. »

18Paul Bernard, employé, avait été élu maire en remplacement de Jules Grandclément (qui restait bien présent derrière son ancienne équipe). Claudius Patricot, Etienne Bally et Alexis Perroncel, tous les trois communistes devenaient 1er, 2e et 3e adjoints. Les nouveaux élus socialistes à travers les propos de L. Goujon espéraient, tout en réaffirmant leur position, obtenir, un climat minimum d’entente, compte tenu de la leçon des élections. Il n’en fut rien, le PCF espérant, au contraire, pouvoir faire, avant les élections de 1925, la démonstration du bien-fondé de ses positions. La réponse de P. Bernard à Lazare Goujon, à la limite de la correction, le laissait déjà deviner.

19Il y eut désaccord et affrontement sur à peu près tous les problèmes qui n’étaient pas de pure gestion : le ravitaillement (en particulier la distribution du charbon), l’office d’HBM, les pompes funèbres où les conceptions de la mise en place de la régie n’étaient pas les mêmes, sur la formulation des vœux au gouvernement à propos de la vie chère, des impôts ou des emprisonnements abusifs. Dans cette atmosphère défavorable, l'OΗΒΜ réussit pourtant à faire voter un emprunt de 375.000 F et à acheter les trois terrains nécessaires aux premières réalisations (rue Colin, cours E.-Zola et aux Buers) et la coopérative de construction « Jardins et Foyers » à obtenir une garantie d’emprunts.

  • 9 On peut lire dans Le Progrès du 26 septembre 1924 le récit de ces événements, en particulier les p (...)

20La pierre d’achoppement définitive fut le vote du compte administratif de 1923. Pour des raisons d’indiscipline (qui nous paraissent aujourd’hui mineures), la section du PCF de Villeurbanne en vint à exclure du parti (quand ce ne fut pas les intéressés eux-mêmes qui décidèrent de quitter) plusieurs conseillers Huillier, Bally, (adjoint), Bandet et Mouthon (qui partirent d’eux-mêmes) et le maire lui-même Paul Bernard, après les élections législatives. Désormais minoritaires, les communistes essayèrent de se maintenir au pouvoir en renonçant officiellement à leurs postes d’ajoints, mais en manœuvrant pour contrôler la nouvelle gestion qui risquait de devenir socialiste. Le compte administratif de 1923 fut voté dans des conditions douteuses (3 socialistes n’avaient pas été convoqués) le 6 août 1924. Paul Bernard donna alors sa démission après avoir essayé de gérer avec les socialistes qui refusèrent 2 postes d’adjoints. La commune n’ayant plus ni maire, ni adjoints, le Préfet n’avait plus qu’à dissoudre ce Conseil qui n’avait pu survivre aux conséquences des événements de 19209. Le 21 septembre, un décret signé de Gaston Doumergue, président de la République, et de Camille Chautemps, ministre de l’Intérieur, ratifiait la décision du préfet. Une délégation spéciale, présidée par Michel Dupeuple, secrétaire général de la mairie, était créée et composée de M. Auguste Truchet, Ernest Bonnard, Michel Bressat et Claude Brazier. Elle assurait l’intérim et préparait les élections qui devaient donner à Villeurbanne un nouveau Conseil.

***

21Ainsi se terminait une période de vingt ans, qui avait vu en même temps que la croissance industrielle et urbaine de Villeurbanne, l’implantation définitive du socialisme, d’un socialisme de plus en plus affirmé qui, non seulement avait refusé une annexion désavantageuse pour la classe ouvrière, mais avait commencé de réaliser, pour cette même classe sociale, une ville répondant à ses besoins et à ses attentes. Mais les temps avaient changé : les forces dans le monde étaient maintenant dans de nouveaux rapport idéologiques et politiques, et les retombées de ces changements étaient venues transformer le microcosme villeurbannais lui-même. Une page était tournée, une ère nouvelle allait commencer, dépendant directement du scrutin qui amena à nouveau, à la fin octobre 1924, les électeurs aux urnes.

Notes

1 Cf Jean BRON, Histoire du Mouvement Ouvrier, tome II, p. 177, « La remise en question », Ed. ouv.
Michel BRANCIARD, Société française et lutte des classes, tome II, p. 28.

2 Elles sont reproduites dans Jean BRON, op. cit., Annexe II, p. 307-311.

3 Cf Jacques FAUVET, Histoire du Parti Communiste français, « Une naissance difficile », Fayard, p. 25-38.

4 FAUVET (J.) - Op. cit., p. 38.

5 Cité par Maurice MOISSONNIER dans le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier français. De la Commune à la Grande Guerre, tome 12, p. 317.

6 La CGT, comme la SFIO, connut en effet une scission au congrès de St-Etienne (26 juin - 1er juillet 1922).

7 Cf Annexe V à la fin de l’ouvrage.

8 Cf Annexe V, 2e Partie, à la fin de l’ouvrage.

9 On peut lire dans Le Progrès du 26 septembre 1924 le récit de ces événements, en particulier les précisions apportées par le Docteur Lazare Goujon.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search