Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Deuxième partie. 1903-1924 : L'autonomie menacée. Début des politiques de localisation

Chapitre III. 1905-1920 : La politique des municipalités S.F.I.O. Vers une utilisation localisante de l’autonomie communale

Texte intégral

1Les grandes tempêtes venues de l’extérieur avec l’affaire de l’annexion étant apaisées, le présent chapitre fait revenir notre attention sur la vie municipale villeurbannaise. Les leçons de la menace d’annexion ont facilité des prises de conscience et stimulé la détermination politique du Conseil. La période qui s’étend du début du siècle jusqu’à la fin de la grande guerre et de ses suites immédiates n’a pas laissé sur le sol villeurbannais les traces de grandes réalisations matérielles (hormis l’achèvement de l’Hôpital-Hospice) mais au plan de la vie politique municipale, elle est riche de nombreux changements institutionnels. C’est pendant cette période qu’apparaissent les premiers fruits de la volonté de différenciation à travers une conception originale de la gestion municipale. Les options prises dès 1906 sont loin de faire l’unanimité parmi les tenants du socialisme, mais la nouvelle voie qui s’ouvre plait par son originalité et le signe le plus évident en est l’approbation largement majoritaire de la population aux élections de 1908, 1912, 1919. Le socialisme municipal local n’est plus seulement un sujet de discours, il est passé aux actes.

Climat national après le congrès d’unification (1905)

2En 1904, à Amsterdam, le Congrès de l’Internationale Socialiste, où étaient représentés les deux partis français (Parti socialiste français de J. Jaurès et Parti socialiste de France de Guesde et Vaillant issus du Parti ouvrier de France), proclame dans une motion « qu’il est indispensable que, dans tous les pays, en face des partis bourgeois, il n’y ait qu’un parti socialiste comme il n’y a qu’un prolétariat », et dans une autre, qu’il faut condamner toute tentative « pour pallier les antagonistes de classe afin de faciliter un rattachement aux partis bourgeois ». Les partis français sont très clairement invités à s’unir d’une part, et à renoncer d’autre part à leurs alliances avec les radicaux.

3Le ministère Combes tombera effectivement pour avoir perdu le soutien socialiste et l’unité se fera en avril 1905, à Paris, comme on l’a déjà dit. Un « parti de lutte des classes » est né, du moins en théorie, car en fait, au sein de la SFIO, des affrontements de tendance le feront sans cesse osciller entre la réforme et la révolution. L’électorat socialiste, même s’il apprécie l’unification, est trop composite pour permettre une action franche et continue dans l’opposition. On réaffirme souvent sans nuance les principes révolutionnaires ; dans les faits, on en reste à un réformisme qui d’ailleurs n’est pas sans efficacité. Au plan local, il y a fréquemment des ententes, électorales ou autres ; au plan national, elles sont moins fréquentes, mais les circonstances y contraignent de temps à autres. Le parti se veut exemplaire aux yeux du prolétariat et dans la mise en œuvre des grands principes républicains : répartition plus égalitaire des moyens financiers, scolarisation, lutte contre l’indigence et la maladie. Le terrain idéal pour cette action exemplaire reste le plan municipal. Les dirigeants nationaux du parti aiment à citer l’exemple de telle ou telle ville à majorité socialiste. A la base, il faut donc garder le pouvoir et très souvent c’est au prix d’un accord avec les radicaux ; mais en même temps, il faut se démarquer ; là, c’est au prix quelques fois de déclarations qui ne coûtent pas cher, mais aussi, il faut le dire, d’initiatives courageuses dans le domaine social ou dans celui de la création d’équipements. L’équipe élue à Villeurbanne en 1904, reflète tout à fait cette pratique à double face.

1904- 1908. Le deuxième mandat d’Émile Dunière

4Commencé sans grand enthousiasme, le deuxième mandat d’E. Dunière se déroule sous la menace d’une annexion quasi certaine pendant 18 mois. A quoi bon entreprendre des réalisations originales et indépendantes, aux frais des Villeurbannais, si tout doit être modifié incessamment ? Aussi la gestion du maire est-elle prudente. On a inauguré la nouvelle mairie en février 1904, mais toutes les factures sont loin d’être payées. La commune grandit : les entreprises s’implantent nombreuses, la main-d'œuvre, étrangère en particulier, les suit. De nombreux besoins se manifestent : il faut construire des écoles, améliorer la voirie et il serait indispensable de bâtir des logements. De plus, l’État augmente sans prévenir et de façon injuste certains impôts comme la Personnelle - Immobilière. De nombreux ménages ne peuvent plus faire face. Des grèves éclatent pendant cette période économiquement indécise et ce sont les chômeurs qui s’ajoutent à la liste de ceux qu’il faut aider. Les finances communales sont sollicitées de partout.

5Le Maire hésite devant les avis du Conseil municipal divisé. Il y a des radicaux et des radicaux socialistes qui représentent un certain électorat, partisan d’une gestion sage, sans aventure. En face, il y a de jeunes socialistes représentant des quartiers populaires (3e section : Charpennes, Croix-Luizet) qui attendent au contraire des mesures audacieuses dont ils seront bénéficiaires. Émile Dunière ne saura pas opter. Finalement, il devra supporter en plus des reproches et des critiques des deux fractions, les suspicions d’une grande partie de la population qui le soupçonnait d’avoir travaillé plusieurs fois pour ses propres intérêts dans des affaires mal éclaircies. Il sera calomnié pendant la campagne de 1908 et se retirera de la vie municipale entre le 1er et le 2e tour.

6Le bilan des réalisations, sous son « règne », n’est cependant pas négligeable. Son action s’inscrit dans la suite logique de ce qui l’a précédé, et relève d’une volonté socialiste de faire une ville habitable par les ouvriers. L’Hôpital-Hospice fut inauguré le 13 octobre 1907, et il fonctionnait déjà depuis 6 mois de façon fort satisfaisante dans tous ses services, à la plus grande satisfaction de la population. Plusieurs groupes scolaires étaient agrandis. Des démarches étaient entreprises auprès des Hospices civils de Lyon pour l’assainissement du quartier de la Cité Tête d’Or (on commençait simplement à l’époque à l’appeler Tonkin) dont la voirie était très dégradée. L’eau y stagnait et on enregistrait des épidémies, des cas de typhoïde en particulier. Avec les écoles, l’hygiène était une préoccupation importante pour cette municipalité.

7Les deux œuvres « Les enfants à la montagne » - « Les enfants à la campagne » étaient substantiellement subventionnées. Des démarches, enfin, étaient faites auprès des autorités militaires pour que soient supprimées les servitudes militaires des fortifications, très gênantes pour la vie agricole aux confins de la commune.

8Malgré les réticences de leurs collègues, les conseillers nettement acquis aux idées de la SFIO ne manquaient aucune occasion d’attirer l’attention sur « la classe déshéritée » et bousculaient les traditions les mieux établies pour revoir complètement les manières de lui assurer le bien-être dans la commune, témoin ce texte :

« Le Conseil municipal... a décidé, à l’unanimité des conseillers présents, moins 3 abstentions... d’affecter au Bureau de Bienfaisance une partie de la somme destinée plus particulièrement aux amusements à l’occasion de la Fête Nationale. Il s’agit du crédit de 1.000 francs environ, employé jusqu’ici, comme vous le savez, à couvrir les frais des feux d’artifice, et à subventionner différentes sociétés ou comités qui prêtaient leur concours à la fête, ou organisaient des réjouissances dans les divers quartiers de la commune. Certes, il n’est pas dans l’esprit des auteurs de la proposition, ni de ceux qui l’ont votée, de se désintéresser de la fête nationale ou d’en amoindrir l’éclat.
Mais tous, nous avons cru, qu’avant de s’occuper de réjouissances, il était plus urgent, plus humain, plus républicain même de penser à ceux qui souffrent et pour qui la République n’a fait encore que trop peu de choses...
... Avant de donner un peu de superflu à quelques-uns, il est plus pressant, je le crois, d’associer les misérables à notre allégresse en leur assurant, pour un jour tout au moins, l’indispensable. Pouvons-nous nous réjouir si, à côté de nous, des hommes, des frères et autres membres de la grande famille meurent de faim...
... Parmi les républicains, les vrais, les sincères, ceux qui mettent leurs convictions au-dessus de leurs intérêts personnels, s’en trouvera-t-il un pour nous blâmer de ce geste humain, ordonné par le bon sens républicain, démocrate et socialiste ?... »

9Ce texte révèle une générosité évidente en même temps qu’une certaine naïveté. Le geste est surtout symbolique et veut marquer une rupture dans les manières de faire. Il faut frapper les esprits dans la population.

LES MAIRES DE VILLEURBANNE de 1888 à nos jours

LES MAIRES DE VILLEURBANNE de 1888 à nos jours

J.F. BARNOUD 1888-1892

Frédéric FAYS 1892-1903

E. DUNIERE 1903-1908

Jules GRANDCLÉMENT 1908-1922

Paul BERNARD 1922-1924

Lazare GOUJON 1924-1935 et 1947-1954

Camille JOLY 1935-1939

Paul CHABERT 1941-1944

Georges LEVY 1945-1947

Etienne GAGNAIRE 1954-1977

Charles HERNU 1977...

10Les grands domaines d’intervention devaient être : l’instruction publique, le soutien aux grévistes et la lutte contre toutes les injustices, spécialement celles qui venaient de l’État.

11Les socialistes, très nettement ralliés aux idées unitiaires, demandent aussi une révision de la gestion communale dans un sens collectiviste, pour réaliser des économies. Ils élaborent des projets pour qu’un certain nombre de services municipaux soient mis en régie : ramassage des immondices, incinération, réparation des bâtiments municipaux, pompes funèbres. Ils s’opposent à ce que des entreprises privées fassent du profit pour des services dont elles ont le monopole, et que souvent elles assurent mal.

1908-1914. Jules Grandclément et la SFIO au pouvoir

12Aux élections de 1908, nul à Villeurbanne ne pouvait ignorer les intentions nouvelles du socialisme unifié : certains pour les accepter et les soutenir (ce fut la majorité), d’autres pour essayer, tout en gardant des perspectives socialistes, de les combattre. En mai 1908, un certain nombre de socialistes non ralliés, regroupés dans un nouveau Parti Socialiste Français (qui n’avait plus rien à voir avec Jaurès), tentèrent de présenter une liste dans les trois sections. Ils critiquaient le refus de l’annexion et un certain nombre de dépenses inutiles (la nouvelle mairie), mais il dénonçaient surtout la menace de collectivisation et, par voie de conséquence, d’affrontements sociaux.

  • 1 Tract publié dans Le Progrès du 29 avril 1908.

« La section villeurbannaise de la SFIO n’avait pas caché, en effet, qu’elle travaillerait, selon les principes du parti, pour « l’entente et l’action internationale des travailleurs, pour l’organisation politique et économique du prolétariat en parti de classe, pour la conquête du pouvoir et la socialisation des moyens de production et d’échange, c’est-à-dire la transformation de la société capitaliste en société collectiviste ou communiste... »1

13L’ensemble des listes SFIO, l’emportait au 2e tour. Deux radicaux seulement, Pierre Voyant (réélu pour la 4e fois) et Pierre Bressat (réélu pour la 2e fois) demeuraient dans ce conseil, derniers représentants, fort estimés d’ailleurs, du Villeurbanne rural. Jules Grandclément fut plébiscité comme maire, lui, le « médecin des pauvres », dont tout le monde admirait le dévouement, le dynamisme et l’intelligence. Clément Michut, dont le désaccord au moment de la menace d’annexion était bien oublié, devenait 1er adjoint et Alexis Perroncel, 2e adjoint. Les socialistes, les mains totalement libres, pouvaient réaliser pleinement leur programme.

14Désormais, Villeurbanne est le territoire :

15Où l’on s’efforce de mettre en œuvre les lois sociales, en devançant même les intentions du législateur.

16La ville socialiste doit être par excellence le laboratoire de l’action sociale où l’on expérimente de nouvelles formes de partage et de redistribution des richesses collectives :

  • Une loi du 14 juillet 1905, qui a institué l’assistance aux vieillards, infirmes et incurables, a été appliquée très largement.
  • Un régime de retraites ouvrières est prévu par la loi, mais il intervient souvent trop tard. Plusieurs fois, le Conseil municipal de Villeurbanne émet des vœux pour une amélioration du système et donne lui-même l’exemple en organisant une caisse de retraite selon ses propres perspectives pour les employés municipaux.
  • Le fonctionnement du Bureau de bienfaisance est amélioré : la distribution du pain et du charbon aux nécessiteux a été complètement réorganisée.
  • L’assistance médicale gratuite a été complètement revue depuis le 1er janvier 1910. Sept médecins au lieu de deux sont proposés au public indigent, et les gens peuvent choisir leur praticien, ce qui n’était pas le cas avant. La pharmacie de l’Hôpital permet aussi une aide efficace.

17Où l’on s’efforce de corriger des injustices non prises en compte par la loi.

  • Le 10 septembre 1909, le maire, appuyé vigoureusement par le Conseil municipal, intervient pour la défense de la soierie lyonnaise.
  • Toute une action est entreprise pour que soient réexaminés les impôts des catégories ouvrières. Grandclément ira jusqu’au ministre des finances pour obtenir des dégrèvements.
  • Des projets de distribution collective de nourriture à des prix avantageux voient le jour : des boucheries communales fonctionnent à partir de 1912.

18Où l’on prend les moyens pour une lutte contre la maladie et le manque d’hygiène.

  • L’Hôpital-Hospice accueille des malades de plus en plus nombreux tous les ans et l’on ouvre, presque chaque année, de nouveaux services.
  • Plusieurs fois, les Hospices Civils de Lyon propriétaires du terrain sont sommés de prendre des décisions pour l’assainissement du quartier Tête d’Or où les ouvriers vivent dans des conditions déplorables.
  • La pollution des usines est surveillée. Quelques licences d’exploitation sont retirées mais, dans l’ensemble, la municipalité ne veut pas mécontenter les industriels.

19Où s’améliorent les conditions de vie.

  • Le ramassage des ordures est réorganisé et mis en régie. Un four à incinérer est construit. Les terrains agricoles ne sont plus assez importants pour absorber, par épandage, tous les détritus.
  • La voirie est sans cesse améliorée : achats de terrains pour les alignements - classements de chemins privés dans le domaine public-. Plusieurs interventions auprès de l’O.T.L. visent à réduire la hausse du prix des tramways ou à améliorer le service (fréquence, durée, etc.).
  • Enfin et surtout, Villeurbanne est une des premières villes en France à se doter, après le vote de la loi de 1912 sur les HBM, d’un office destiné à construire. L’augmentation rapide des loyers, due à la pénurie de logements sur le territoire communal, décide le Conseil municipal à devenir constructeur et loueur d’appartements.

« ... l’administration municipale a étudié de quelle façon, elle pourrait utilement procéder pour atteindre le résultat qu’une municipalité se doit de rechercher : assurer aux familles ouvrières et nombreuses un logement confortable, suffisant et hygiénique, et à un prix raisonnable... »

20explique J. Grandclément, qui propose, plutôt que de faire appel aux sociétés privées d’HBM qui n’influent pas assez sur le cours du marché des loyers, de lancer

« un projet de construction municipale de trois millions, comportant plus de trente immeubles, formant eux-mêmes plusieurs groupes, dans divers quartiers de la commune ; les emplacements qui seront proposés par l’Administration ont d’ailleurs été choisis avec le souci de faciliter, dans la plus large mesure, les occupants éventuels, soit qu’ils se trouvent au centre d’activités industrielles, soit qu’ils se situent à proximité des voies de transport... »

21Les modalités de fonctionnement, telles que la loi les prévoyait, furent votées au cours de la même séance du 30 juin 1914. La guerre, qui devait commencer un mois après, repoussait le projet à 5 ans. Notons que la municipalité fut très proche d’acheter le domaine de la Ferrandière pour y construire des lotissements ouvriers. Le prix demandé par les Domaines dépassait les possibilités municipales. C’est la Société Gillet qui finalement acheta.

22Où s’édifie, grâce à une instruction publique ouverte à tous (y compris aux adultes), la société égalitaire de demain.

23L’effort qui avait été constant et généreux depuis au moins 30 ans s’intensifie. Tous les ans, au moment de la présentation du budget primitif, Hippolythe Kahn insiste sur ce chapitre du programme socialiste qui doit demeurer une des préoccupations primordiales :

« Si le Parti Républicain s’est toujours occupé du développement de l’Instruction Primaire, nous devons plus que tous, nous les socialistes, tendre nos efforts vers ce but, en songeant combien de peine a la classe ouvrière, que nous représentons, à arriver à son émancipation, arrêtée par son manque de savoir dans sa lutte de tous les jours contre la classe privilégiée... »

24Et, après avoir longuement retracé l’histoire des conquêtes républicaines pour l’instruction primaire, il poursuit :

« ... en un mot, il s’agira, pour le parti socialiste, de réaliser ce principe d’ordre social : l’égalité des enfants devant l’instruction, prélude de l’égalité sociale. »

25Le Conseil municipal socialiste entendit l’appel. Il construisit aux Brosses et aux Maisons Neuves de nouvelles écoles et agrandit presque tous les autres groupes scolaires. De 1908 à 1912, il créa 12 classes nouvelles et 12 postes nouveaux d’instituteurs. La population scolaire était en 1911 de 5.543 élèves et la dépense communale de 108.700 F.

26Où l'on se donne les moyens d'une gestion municipale efficace et économique.

  • Les salaires des employés municipaux ont été sérieusement augmentés. Une caisse de retraite a été créée. Un règlement intérieur, sous forme de convention collective (avant la lettre) permet de régler au mieux la vie des services.
  • Ces services ont été matériellement réorganisés de manière à faciliter la tâche des employés et les demandes du public, à quelque catégorie qu’il appartienne. La mairie doit être la maison de tous : tous doivent s’y sentir accueillis et en ressortir satisfaits.
  • Le Conseil municipal a demandé enfin la suppression du sectionnement électoral au profit d’une représentation globale proportionnelle. Il ne faut pas favoriser les rivalités entre quartiers qui font perdre du temps et qui empêchent de voir l’intérêt économique global.
  • Enfin, des indemnités substantielles furent votées pour le maire et ses adjoints, de telle sorte que n’importe quel ouvrier puisse remplir ces fonctions sans inquiétude ni gêne, en y consacrant tout le temps nécessaire.

27Aux élections de 1912, l’ensemble du Conseil était réélu, à l’exception des deux radicaux : Pierre Voyant et Pierre Bressat. La politique socialiste, que nous venons de décrire succintement, avait satisfait les Villeurbannais, qui y retrouvaient leur identité locale. Elle devait être poursuivie pendant un deuxième mandat Grandclément. Deux points essentiels étaient mis en tête des promesses : la construction d’une vaste salle de réunion et, d’autre part, l’intensification de la construction de logements ouvriers. La guerre devait mettre en sommeil ce programme.

La guerre 1914 - 1918

28La mobilisation, la maladie et la mort désorganisèrent l’équipe administrative élue en 1912. Clément Michut donnait sa démission à la fin de 1912 pour raison de santé (il devait mourir en 1916). Pierre Baratin était élu à sa place. Il devait décéder en janvier 1914 et ne pas être remplacé. Hippolythe Kahn et Alexis Perroncel se retrouvèrent bientôt seuls responsables, le docteur Grandclément ayant été mobilisé. La santé d’H. Kahn déclina pendant ces années difficiles (il mourut à son tour en 1919). A. Perroncel assuma seul ou presque l’intérim. Il eut surtout à organiser les aides et les secours aux nombreux nécessiteux. Les usines villeurbannaises étaient toutes réquisitonnées pour l'effort de guerre au mieux de leurs spécialités.

29L’effort de distribution, pris en charge par la municipalité avant la guerre, fut intensifié. Les diverses denrées étaient fournies à des prix étudiés au plus juste par des magasins coopératifs contrôlés par la municipalité. Aux boucheries « communistes », comme on les avait appelées en 1914, vinrent s’adjoindre des épiceries, des boulangeries du même type, ainsi que des magasins de vêtements et de chaussures. Les socialistes voyaient la guerre favoriser leurs initiatives collectives. On distribuait aussi du charbon que la municipalité allait elle-même acheter.

La reprise - L’élection de 1919

30Dès le début de 1919, Jules Grandclément, rentré du front où il avait fait preuve d’héroïsme et d’abnégation, relança l’action interrompue. Dans une intervention, le 20 février, il définissait ainsi les objectifs prioritaires :

« ... maintenant que l’agression, dont a été victime notre pays, est terminée, je vous convie à reprendre notre vie municipale d’avant-guerre et à solutionner, au mieux des intérêts de la collectivité, les différentes questions inscrites avant-guerre à notre programme.
voirie : tous les chemins sont à réempierrer ou à réparer. Le matériel manque. Nous trouverons des solutions et nous reverrons, d’une manière générale, la question des communications dans la commune.
four à incinérer : il faut reprendre, comme avant-guerre, le service des immondices et faire fonctionner le four que nous n’avons pu mettre en service. Il y va de la propreté et de l’hygiène.
hygiène : un bureau spécialisé doit être créé, qui s’occupera aussi de l’inspection des viandes.
ravitaillement : un organisme régulateur des prix sera établi. Parallèlement aux coopératives qui ont fonctionné pendant la guerre, un office communal de ravitaillement sera constitué.
H.B.M. : les loyers ont augmenté à cause de la guerre. La création de l’office, retardée en 1914, est d’une extrême urgence. Même si les matériaux ont augmenté, il faut trouver le moyen de construire. »

31La Révolution russe frappait les esprits. Les élections de novembre 1919 furent l’occasion de redire avec fermeté les buts que cherchaient à atteindre les socialistes : l’avènement d’une société où l’exploitation disparaîtrait. Mais il fallait en France, être particulièrement vigilants et combatifs, car l’Union sacrée semblait vouloir jouer en faveur des possédants. Les élections législatives, qui venaient d’avoir lieu, ne montraient-elles pas « la coalition monstrueuse des appétits capitalistes qui a ravi, au Parlement, la représentation légitime de la classe ouvrière » ?2. Plus que jamais, le « parti de la lutte des classes », la SFIO de Villeurbanne annonçait clairement, dans ses tracts, l’action déjà entreprise qu’elle comptait intensifier :

  • extension des libertés communales
  • application de la législation des HBM
  • création d’équipements sociaux : crêche municipale, gardiennage du jeudi, bains douches, cantines scolaires
  • développement de la vente directe par la municipalité des denrées de première nécessité
  • encouragement au développement des coopératives de production
  • encouragement aux écoles professionnelles et à l’enseignement ménager.2

32L’équipe d’avant-guerre, qui avait perdu quelques-uns de ses membres à la guerre, se reformait sans difficulté autour de ce programme, avec la volonté très nette de la réaliser comme elle avait réalisé, avant 1914, celui de 1908. Quelques jeunes étaient venus combler les vides...

33Aux élections, un Bloc Économique des Partis Républicains, composé d’employés, de cadres de l’administration, d’agriculteurs, de petits commerçants, dont beaucoup étaient des Anciens Combattants, essaya bien de leur opposer une liste unique (on votait maintenant à la proportionnelle), avec comme programme :

  • assurer la bonne et économique gestion des deniers publics
  • s’opposer à la lutte des classes et au bolchevisme.

34Villeurbanne était désormais acquis aux socialistes unifiés : la liste menée par Jules Grandclément passait sans aucune difficulté, le 30 novembre au 1er tour. Le 10 décembre, Jules Grandclément était réélu maire pour la 3e fois, Jean Rossiaud (employé OTL) devenait 1er adjoint, Jean Alamercery (commerçant) 2e adjoint et Blaise Charvet (ouvrier teinturier) 3e adjoint. Tout le monde ouvrier attendait, à Villeurbanne et ailleurs en France, les réalisations exemplaires du socialisme villeurbannais. C’est au contraire à un spectacle d’affrontements, de déchirements et d’impuissance qu’on devait assister.

Notes

1 Tract publié dans Le Progrès du 29 avril 1908.

2 Déclaration du groupe SFIO de Villeurbanne dans Le Progrès du 26 novembre 1919.

Table des illustrations

Titre LES MAIRES DE VILLEURBANNE de 1888 à nos jours
Légende J.F. BARNOUD 1888-1892
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Frédéric FAYS 1892-1903
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende E. DUNIERE 1903-1908
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Jules GRANDCLÉMENT 1908-1922
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Paul BERNARD 1922-1924
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Lazare GOUJON 1924-1935 et 1947-1954
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Camille JOLY 1935-1939
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Paul CHABERT 1941-1944
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Georges LEVY 1945-1947
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Etienne GAGNAIRE 1954-1977
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Charles HERNU 1977...
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13956/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search