Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Deuxième partie. 1903-1924 : L'autonomie menacée. Début des politiques de localisation

Chapitre II. 1903 : La défense d’une autonomie. La deuxième tentative d’annexion

Texte intégral

1Le contexte économique et social a évolué à Lyon depuis 1890. Les radicaux groléens sont toujours en place mais de nouvelles forces politiques font leur apparition. Un homme va leur permettre de faire émerger leurs idées et leurs projets : Victor Augagneur. Pour tout ce groupe qui se dit socialiste, la première urgence est la restructuration de l’espace lyonnais. Lyon étouffe dans ses limites, Lyon s’essouffle au plan économique, Lyon disparaît, menacé d’écrasement par ses banlieues : il faut réagir et réagir vite. Par voie de conséquence, les conditions de la différenciation villeurbannaise sont provoquées.

L’évolution politique à Lyon

Le nouveau maire

2Les élections municipales du 20 mai 1900, qui avaient vu à Villeurbanne la réélection de Frédéric Faÿs, mirent fin à Lyon au long mandat du docteur Gailleton. Notons au passage que ce dernier, instruit sans doute par les premières tentatives d’annexion des communes suburbaines, avait complètement renoncé à ce genre d’entreprise.

  • 1 Nos renseignements sur Victor Augagneur ont été puisés :
    – Dans les collections de journaux lyonnais (...)

3Un jeune chirurgien de 45 ans, fort ambitieux, professeur à la faculté de médecine, lui ravissait la place. Victor Augagneur, conseiller municipal depuis 1888, tout à fait dans la ligne des « groléens » était assez logiquement devenu adjoint en 1891. En 1894, l’affaire Dreyfus devait rapidement le faire évoluer vers des idées plus progressistes. Il s’était rendu aux réunions-débats organisés par des émissaires parisiens, partisans de la révision du procès, comme Trarieu, fondateur de la Ligue des Droits de l’Homme, et n’avait pas tardé à se retrouver parmi les promoteurs d’une Alliance Socialiste, organisée comme un cercle d’étude pour la défense des libertés personnelles. Son influence grandit au-delà de ce cercle, servi qu’il était par une remarquable intelligence et surtout par un dynamisme violent qui le poussait à traduire en actes les idées qui lui paraissaient justes. Son éloquence était fort séduisante et réussissait à vaincre tous les obstacles. Beaucoup de forces politiques jeunes, un peu trop retenues par la prudente gestion des Groléens, attendaient un tel leader. On suivit d’autant plus Victor Augagneur que son socialisme, tout en étant ardent et acquis à la cause de la justice en faveur des déshérités, demeurait malgré tout fort sage. Le nouveau chef de file ne voulut se rallier à aucun des partis socialistes de l’époque (Parti Socialiste Français, Parti Socialiste de France), favorisant seulement des regroupements de socialistes indépendants face au Parti Ouvrier Français de Jules Guesde, dont il réprouvait les thèses trop révolutionnaires. Grâce à lui, les socialistes firent une entrée fracassante à l’Hôtel de Ville de Lyon en enlevant 40 sièges. Lui-même, élu du VIe arrondissement (les Brotteaux) avec 5.411 voix (très en avance sur ses suivants immédiats) devint maire sans difficulté1.

Ses réformes

4De tempérament volontaire et autoritaire (on le surnomma l’Empereur), il ne tarda pas à entreprendre des réformes audacieuses dans l’administration de la ville qui commençait incontestablement à s’assoupir : travaux d’assainissement, lutte contre l’alcoolisme (fermeture d’un nombre important de cabarets et de bistrots par augmentation des taxes), lutte contre la prostitution, aide aux familles, soutien aux caisses mutualistes, etc. Il se méfiait des Bourses du Travail qui permettaient au mouvement ouvrier, depuis plusieurs années, de coordonner les efforts pour vaincre l’exploitation : il leur refuse donc des crédits municipaux, préférant les employer à la mise en place d’un Office municipal de placement, que lui et ses amis contrôlaient. Ceci indique assez quel était le type de socialisme d’Augagneur. Mais sa réforme la plus importante, et qui est déterminante pour ce qui nous occupe, fut incontestablement la suppression de l’octroi. Il fut novateur en France en ce domaine. Plusieurs raisons le poussaient à cette suppression :

  • Cet appareil était très lourd à manier pour l’administration, fort contraignant pour les populations (perte de temps, méfiance, climat de répression) et souvent inefficace (cas nombreux de fraude).

  • Il était insuffisamment rentable pour la ville. Les taxes perçues étaient devenues inadaptées.

  • C’était un frein pour les activités commerciales et industrielles dans l’enceinte de l’octroi, alors qu’à l’extérieur les faubourgs prospéraient démographiquement et économiquement.

5Pour ces raisons et pour d’autres, le nouveau maire de Lyon supprime les barrières d’octroi (sauf pour les alcools), et, en échange des anciennes perceptions, institue un système de taxes de remplacement qui, de toute évidence, visent de nouvelles sources de profit apparues avec l’organisation croissante et les progrès des techniques et du commerce. (Taxes sur les automobiles, sur les nouvelles constructions, réorganisation des patentes). Il prend soin de favoriser aussi les revenus de l’État et du département.

Vers une nouvelle tentative d’annexion

6A la fin de 1901, l’obstacle de l’octroi étant levé, le nouveau maire va pouvoir agrandir la surface du territoire communal et, par là même, redonner à Lyon une place nationale que la ville est en train de perdre au profit de ses banlieues. En effet, la population qui trouve des avantages financiers à vivre dans les faubourgs, déserte le centre, ainsi que nombre d’activités économiques qui vont enrichir les caisses des communes voisines. Toute l’année 1902 se passe en recherches et études sur le sujet. Une commission municipale est créée, dont fait partie V. Augagneur et dont il presse sans cesse les travaux.

7Sans doute soucieux, entre autres raisons, de mieux asseoir la conquête de la deuxième ville de France par le socialisme, V. Augagneur pense, par l’annexion récupérer les voix socialistes des banlieues ouvrières proches, en particulier celles de Villeurbanne qui sont déjà nombreuses et bien regroupées dans des unions ou fédérations locales.

8De cette raison que nous avançons pour l’annexion, nous n’avons trouvé nulle part la preuve écrite sous la plume d’un socialiste lyonnais, en commençant par V. Augagneur lui-même. Mais une telle intention était-elle avouable publiquement ? Ne serait-elle pas apparue, aux yeux des socialistes villeurbannais, comme la manœuvre habile d’un homme ambitieux et non pas comme la volonté collective des groupes sociaux concernés ? Le socialisme d’Augagneur n’était-il d’ailleurs pas fortement différent de celui de beaucoup de militants villeurbannais qui avaient toutes raisons de se méfier, pour leurs possibilités d’action future, de la réalisation d’une telle opération ? On comprend donc les raisons du silence public du maire de Lyon, et de l’absence de documents ; ce silence public ne veut pas dire que telles ne furent pas ses intentions et qu’il ne les ait pas livrées en privé. Des journalistes ont en tout cas exprimé des idées de ce genre sans que le maire de Lyon les ait désavouées.

9On trouve, par exemple, dans l’EXPRESS du 29 décembre 1902, sous la plume d’un certain Francdonaire (un pseudonyme dont nous n’avons pas percé le secret) l’affirmation que l’annexion de Villeurbanne cache en fait « le rêve (de Victor Augagneur) de nous annexer toute la banlieue lyonnaise ».

Un bon prétexte : l'affaire du cirque Barnum

  • 2 HERNU (Ch.) - Villeurbanne, cité bimillénaire, G.A.E.V., p. 80-83.

10A la fin de l’année 1901, le cirque américain Barnum-Bailey avait demandé au maire de Lyon l’autorisation de s’installer au Parc de la Tête d’Or, pour y donner des représentations au début de 1902. Victor Augagneur refusa le Parc « qui était destiné à autre chose »2 et les terrains qu’il put proposer à la place n’intéressèrent pas les responsables du cirque, qui se tournèrent alors vers Villeurbanne où ils firent également affaire sur les prix avec le Bureau de Bienfaisance. Le cirque offrit des représentations pendant 12 jours et versa 6.000 F.

11Le 15 avril 1902, à la question qui lui fut posée par un de ses conseillers sur la venue du cirque à Villeurbanne et non à Lyon, Augagneur répondit entre autres :

« ... il n’est pas admissible qu’une commune suburbaine enlève à une agglomération comme la nôtre les bénéfices d’une affaire à laquelle contribue toute la population lyonnaise. J’attire l’attention sur ce point, nous aurons à nous en expliquer. »

12Mis au courant de ces propos et n’ignorant déjà plus rien des intentions d’annexion du nouveau maire de Lyon, le Conseil municipal villeurbannais voulut à son tour éclaircir publiquement cette affaire et montrer sa détermination. A la question posée par un conseiller qui voulait savoir « quels sont les moyens que [notre commune] a employés pour que le cirque Barnum [lui] donne la préférence pour s’y installer pendant son séjour à Lyon... », Pierre Voyant, suppléant de F. Faÿs, malade, répond (et sa réponse reflétait l’opinion habituelle de l’équipe municipale et sans doute de la population villeurbannaise) :

« La règle absolue de la municipalité est de procéder en tout et partout de la façon la plus régulière et, lorsqu’il s’agit de questions intéressant les communes voisines, c’est toujours avec la plus grande courtoisie qu’elle procède...
... Si Barnum est venu à Villeurbanne, c’est de son plein gré et sans avoir reçu aucune sollicitation ni de la municipalité ni de la part du Bureau de Bienfaisance : ce sont des moyens qui nous répugnent. Si nous avons traité, c’est que nous avons pensé que, non seulement le Bureau de Bienfaisance y trouverait son bénéfice, mais encore avec lui tous les petits commerçants de la commune, qui, à mon avis, sont aussi intéressants que ceux de la grande cité lyonnaise. Je suis heureux de constater que nous avons atteint ce double but.
Je ne terminerai pas sans protester contre les accusations de M. le Maire de Lyon. Nous ne sommes « pendus au flanc de personne », pas plus à ceux de la ville de Lyon qu’à ceux de n’importe qui. Nous vivons notre propre vie comme nous l'entendons et sans rien demander à personne. Malgré les menaces non déguisées de M. le Maire de Lyon, nous saurons tous, quand le moment sera venu, faire notre devoir, tout notre devoir. »

13La guerre était pratiquement déclarée. Le maire de Lyon, qui faisait préparer le dossier d’annexion, venait de trouver à la fois l’exemple type à ses yeux de la « prospérité illogique » des banlieues en même temps que le prétexte pour passer aux actes.

Le contenu du projet lyonnais d’annexion

14La commission municipale lyonnaise qui travaillait sur le projet depuis le début de 1902, rendit compte de ses travaux en séance publique le 28 février 19032. Que contient ce document ? Il comporte huit alinéas, dont les conclusions s’enchaînent dans un ordre logique :

– Le dépérissement du centre - la croissance prospère des banlieues

15« Messieurs, autour des grandes villes, grandissent des agglomérations qui, après avoir été plus ou moins indifférentes, deviennent, à un moment donné, un danger pour les cités qu’elles environnent. Quand ces colonies suburbaines gênent par leur développement l’expansion de la Ville-Mère, absorbent une partie de ses forces vives, la question de leur réunion à la masse, dont elles sont les satellites, se pose impérieusement... »

16C’est le début. Le ton est donné et il n’a sans doute pas peu contribué à lui seul, à faire naître l’agressivité des « colons suburbains ».

– La Ville-Mère du centre supporte les inconvénients des charges - les suburbains n'ont que les avantages

17« ... ces communes (suburbaines) prospèrent d’une manière parasitaire, tiennent de la grande ville les éléments de leur accroissement, sans rien lui rendre en compensation. »

18« ... on verrait se constituer deux agglomérations : la cité ouvrière et productive, riche en ressources, légère en charges, la cité intellectuelle et artistique dont les obligations seraient d’autant plus lourdes que ses revenus iraient en baissant. »

19Toute la présentation manichéenne de cet alinéa n’hésite pas à aller jusqu’au bout du paradoxe. A la conclusion, on en vient à plaindre les bourgeois qui acceptent d’habiter au centre !

– Lyon entretient seul ses équipements et subit gravement le manque d’hygiène et d’aménagement sanitaire des banlieues

20« Toutes les institutions d’utilité générale, créées et entretenues à grands frais par Lyon, sont utilisées gratuitement par les habitants suburbains... »

21– Instruction publique

22« La commune de Villeurbanne n’a pu assurer l’instruction de tous ses enfants. »

23– Marché et Halles de Lyon : les banlieusards en profitent gratuitement.

24– Services d’incendie : les pompiers de Lyon répriment des incendies dans des usines de banlieue, spécialement villeurbannaise.

25– Hygiène et salubrité :

26Ici, il faut citer quelques formules dont il est clair qu’elles envenimeront le débat, en frappant les conseillers municipaux villeurbannais au plus intense de leur amour-propre :

27« La partie la plus populeuse de Villeurbanne constitue un danger constant pour la santé des habitants de Lyon. En contact immédiat avec notre ville, poussant sur notre territoire des prolongements nombreux, Villeurbanne ne possède pas d’égouts...

28...Ville importante par sa population,. Villeurbanne a conservé les mœurs d’un village, d’une agglomération rurale. Ce voisinage ne va pas sans danger... »

29– Fraude sur l’alcool.

– Les limites

30Tout le paragraphe est consacré à décrire minutieusement les limites de l’extension lyonnaise et les raisons de ces nouvelles frontières. La carte ci-jointe est suffisamment explicite, pour qu’il ne nous soit pas nécessaire d’entrer dans les détails.

PROJET D’ANNEXION DE 1903

PROJET D’ANNEXION DE 1903

CARTE DES LIMITES D’ANNEXION DE 1903

CARTE DES LIMITES D’ANNEXION DE 1903

– Conséquences de l’annexion pour les communes ou sections annexées

31L’annexion est utile à Lyon. Elle n’est pas néfaste, mais au contraire bénéfique pour les annexés. Il n’y a qu’un seul inconvénient :

32« Jusqu’ici, de toutes les raisons apportées contre l’annexion, il n’en est qu’une, je ne dirai pas sérieuse, mais certaine : le déplaisir, pour la commune annexée en totalité, de perdre son autonomie. Mais ce patriotisme municipal est-il bien éclairé, bien profond ? »

33Le rapporteur estime qu’il est très difficile, pour ne pas dire impossible, de s’en remettre à l’opinion publique. Il préfère se tourner vers le Conseil Général qui « au-dessus des conseils municipaux, émet un avis qui peut être autorisé ». Non seulement, Augagneur flatte le Conseil Général mais dénie par avance toute valeur à la consultation populaire.

34Mais il faut revenir au problème douloureux des charges réelles que vont connaître les annexés :

35Taxes de l'État et du département : Villeurbanne doit passer au prochain recensement (1911) dans le régime des villes de 30.000 habitants, lequel est plus élevé. Annexée à Lyon, la ville connaîtra un régime plus favorable.

  • 3 Au XIXe siècle les habitants, le plus souvent ruraux, fournissaient des journées de travail pour la (...)

36Les prestations3 : Villeurbanne fournit par les prestations une somme de 35.000 francs (13 centimes additionnels). L’annexion enlèvera en centimes additionnels ou prestations une charge annuelle de 87.809 F.

37Les quatre contributions directes (impôt foncier, personnelle-mobilière, portes et fenêtres, patentes). L’annexion va décharger les contribuables villeurbannais de 20 centimes additionnels.

38Taxes de remplacement de l’octroi

  • 4 Les trois communes annexées en 1852, qui bénéficiaient toujours d'un régime légèrement différent.

39« Nous demanderions que les parties annexées fussent soumises au régime des parties de Lyon, situées en dehors des anciennes limites de l’octroi »4. Elles devront supporter : les taxes sur l’alcool (100F par hectolitre), sur les débits et les locaux de commerce, sur les chevaux, sur les cercles et associations, sur les spectacles, toutes taxes justes, normales et au demeurant avantageuses. En contrepartie, elles seront exonérées des taxes sur les propriétés bâties et non bâties, sur l’entretien des immeubles, sur l’habitation, sur les constructions neuves.

40S’il n’y a pas d’inconvénients majeurs, il y a des avantages certains pour les annexés.

41– Les rues vont être viabilisées et des égouts vont être aménagés.

42– Tous les quartiers, sans exception, vont être pris en charge. Aucun ne sera délaissé comme maintenant.

43– L’hygiène et la salubrité vont devenir réalité quotidienne.

44– L’assistance publique sera enfin efficace pour de nombreux malheureux.

45On imagine comment ces propos furent accueillis à Villeurbanne où, entre autres, l’on était en pleine construction de l’Hôpital-Hospice !

46Conséquences pour les communes restées indépendantes.

47Dans ce paragraphe, le rapport annonce que Lyon prend en charge les dettes afférentes aux portions annexées. Par ailleurs, les biens communaux sont partagés ou compensés au prorata des surfaces enlevées.

48La nouvelle division en arrondissements.

49Villeurbanne était coupée en deux, et chaque partie rattachée à des arrondissements différents. On ne voulait pas une prolongation déguisée de l’autonomie.

50Lyon, par ailleurs, aurait désormais 60 conseillers municipaux.

51La conclusion de ce rapport fut votée à l’unanimité du Conseil lyonnais le 3 mars 1903 (34 OUI sur 34 votants), et la délibération fut transmise immédiatement au préfet, Monsieur Alapetite, comme il est d’ailleurs de règle. La réaction suburbaine et spécialement villeurbannaise n’allait pas tarder à se produire.

La réponse villeurbannaise

52A la vérité, au-delà du Rhône, on s’attendait au coup et on s’y était préparé. La situation municipale n’était cependant pas des meilleures. Frédéric Faÿs, le maire était au plus mal. Il devait mourir au début du mois de mars. Le 22 mars, un conseiller de la1 e section (Charpennes, Croix-Luizet) Émile Dunière, était élu maire par 13 voix sur 25 votants et 2 abstentions. Le Conseil n’avait pas attendu cette élection pour faire appel à divers appuis au Conseil général, au Sénat, mais en tout premier lieu au député socialiste de la circonscription (la 10e), que tout le monde savait extrêmement rigoureux, loyal et influent en haut lieu. En effet, le Conseil de Villeurbanne ne pouvait trouver meilleur défenseur qu’en la personne de Francis Dehaut de Pressensé.

Francis de Pressensé5

  • 5 Sur F. de Pressensé voir : Dictionnaire Biograhique du Mouvement Ouvrier français, article de RAYMO (...)

53Curieuse et attachante figure que celle de Francis de Pressensé. Né à Paris en 1853, rien ne le destinait à devoir un jour s’occuper d’affaires lyonnaises. Fils de pasteur, protestant libéral comme son père, il avait de hautes exigences morales, mais sa formation devait le destiner à vivre et à agir dans les sphères diplomatiques (il fut secrétaire d’ambassade à Constantinople et à Washington) et dans le journalisme vers lequel il s’était plus spécialement orienté après 1882. Politiquement, il suivait la voie paternelle d’un républicanisme libéral et traditionnel, mais à tendance nettement conservatrice. Survint l’affaire Dreyfus qui devait opérer en lui, comme en beaucoup d’autres, une véritable conversion à la cause de la justice et de l’équité. Le même choc, on l’a vu, s’était produit pour Victor Augagneur (qui fut d’ailleurs très lié, avant la question qui nous occupe, à de Préssensé) mais, à la différence du maire de Lyon, l’adhésion au socialisme de F. de Préssensé fut très profonde. Cette adhésion venait dans le droit fil de ses exigences morales. Le fils du pasteur mit toutes ses connaissances et tout son dynamisme au service de la cause du prolétariat, sans toutefois cesser de proclamer que c’était toutes les couches de la société qu’il fallait amener au socialisme, puisque c’était la garantie d’un idéal de justice. Il s’engagea parmi les premiers dans l’action de la Ligue des Droits de l’Homme et y joua un rôle si déterminant qu’il fut élu président de cet imporant mouvement en 1904, pour le rester jusqu’en 1914, date de sa mort.

  • 6 Voir Annexe III à la fin de l’ouvrage.
    F. de Pressensé jouera un rôle important dans le Congrès de P (...)

54Le Parti Socialiste Français (le parti de Jaurès) auquel il avait adhéré, ne tarda pas à l’engager dans des secteurs particulièrement déterminants pour son avenir. C’est ainsi que Francis de Pressensé avait été présenté pour la députation aux élections de 1902, juste avant que ne commence l’affaire de l’annexion, dans la 10e circonscription qui comportait surtout Villeurbanne. Les conseillers villeurbannais prirent donc contact avec lui dès la fin de 1902. Le 22 janvier 1903, le député répondait par télégramme qu’il fallait rencontrer le Président du Conseil lui-même (Combes) et le 26, il confirmait que le Président, au courant, semblait très favorable à la cause villeurbannaise. Le futur président de la L.D.H. se faisait, par ailleurs, envoyer tous les éléments du dossier, les étudiait attentivement, et il est certain que, tout au long de l’affaire, il ne cessa de défendre ce qu’il estimait être la cause de la justice et de l’équité, démontrant patiemment à son ami Augagneur qu’il était en train de commetre un déli de justice. Il viendra sur le terrain en mai, présidera sur la place de la Mairie la grande manifestation à la clôture de l’enquête publique, après avoir lui-même appelé les Villeurbannais à protester. Tout au long des années 1903, 1904 et 1905, il agira à la Chambre et l’on peut déduire que, pour faire contrepoids à l’influence du maire de Lyon, alors bien en cour à Paris, et du préfet du Rhône, l’influence de Francis de Pressensé ne fut pas de trop6.

Le rapport de Jules Grandclément

55Le 25 mars, le Conseil municipal se réunissait pour entendre le rapport-réponse, mis au point par une commission dont le rapporteur était le docteur Jules Grandclément, qu’on voit ici apparaître pour la première fois officiellement dans la vie publique villeurbannaise. Le rapport contenait, bien évidemment, une réponse point par point au rapport lyonnais.

56« La municipalité de Villeurbanne, quoique ayant conservé « les moeurs de l’état rural » saura défendre son autonomie ainsi que les intérêts dont elle a la charge » affirmait le futur maire de Villeurbanne, avant de reprendre les graves accusations lyonnaises.

1 - Villeurbanne vivrait en parasite de Lyon

Pour l’instruction publique ?

57S’il y a 518 élèves villeurbannais dans les écoles lyonnaises, il y a autant de petits Lyonnais dans les écoles villeurbannaises, et de plus, Villeurbanne, la première, a accordé la gratuité des fournitures et la délivrance des vêtements aux nécessiteux.

Pour le service d’incendie ?

58Les pompiers de banlieue se déplacent aussi à Lyon, et ils sont assez compétents pour faire face aux sinistres villeurbannais. Villeurbanne entretient 51 pompiers.

2 – Villeurbanne serait incapable

d'assurer son hygiène et sa salubrité ?

59Villeurbanne a des égouts et déjà en assez grand nombre.

60Elle en aurait bien plus si, depuis 1900, le maire de Lyon n’accumulait les obstacles à ce que le raccordement se fasse dans les meilleures conditions, cherchant sans doute là un prétexte pour l’annexion.

61Le maire de Lyon devrait être logique : « Les eaux de Villeurbanne sont ou ne sont pas dangereuses. Si elles le sont, elles seront en danger pour la ville de Lyon aussi bien après qu’avant l’annexion. »

62A la limite, avec ce que Villeurbanne va devoir payer à la suite de l’annexion, elle peut d’ores et déjà envisager de s’offrir un grand collecteur jusqu’à St-Fons.

63C’est une calomnie de dire que la ville n’a pas de commission des logements insalubres. Elle existe depuis 3 ans.

d’assister ses nombreux malades et nécessiteux ?

64La ville paie sa quote-part dans toutes les maisons de santé où elle doit hospitaliser des malades (Lyon : 8.000 F, Bron : 8.000 F, Albigny : 4.000 F).

6520.000 F sont dépensés annuellement pour les secours en nature par le Bureau de Bienfaisance qui, au total, débourse 65.000 F.

66Il ne faut pas oublier l’Hôpital-Hospice qui comportera aussi des salles pour les incurables et un gardiennage d’enfants. Villeurbanne fait face seule à sa construction, et pourtant chacun sait que sa tâche est lourde puisque sa population est ouvrière.

3 – Par contre, quelles seront les nouvelles charges s’il y a annexion ?

67« Quels sont les avantages que les Villeurbannais retireront de l’annexion ? Hélas, malgré les affirmations de M. le Maire de Lyon, en fait de dégrèvement, nous n’apercevons que taxes et impôts nouveaux qui seront la ruine de notre Commune ».

68Jules Grandclément insérait ici un rigoureux tableau comparatif des taxes et impôts avant et après l’annexion d’où il ressortait que la différence à payer après l’annexion, serait de 1.341.829 F « soit 69,23 F d’impôts et taxes par tête, au lieu de 25,16 F ».

69Autre conséquence, « l’autonomie de la commune perdue et une grande ville de 30.000 habitants rayée à jamais de la carte... » Et J. Grandclément concluait : « Votre commission espère que les Pouvoirs Publics, tenant compte des nombreuses marques de dévouement et de fidélité si souvent manifestées au gouvernement républicain par les Villeurbannais, sauront mettre un frein aux appétits de notre puissante voisine et qu’ils ne permettront pas que, par un véritable déni de justice, le Fort écrase le Faible ».

70Ce rapport fut, bien entendu, voté à l’unanimité. Fa parole était au préfet.

L’enquête publique

L'opposition des annexés

71Elle fut lancée le 14 avril par le préfet, M. Alapetite. La clôture en était prévue le 24 mai. De nombreux Villeurbannais se rendirent à la mairie pour inscrire les raisons de leur opposition (2.412 opposants, 45 étaient favorables). La majorité reprend les arguments déjà développés dans le rapport du conseil, en insistant sur tel ou tel point, selon les catégories professionnelles. Certains industriels reprennent l’ensemble des arguments des diverses catégories sociales pour en faire une synthèse.

72Les groupes politiques ou syndicaux organisèrent de nombreuses réunions publiques et multiplièrent les déclarations. Relevons par exemple, un des considérants d’un des tracts anti-annexionnistes de la Concentration des Forces Républicaines Socialistes :

« Considérant que si notre commune est le refuge de la classe ouvrière, comme le dit le Maire de Lyon, c’est que cette classe y trouve son intérêt, son bien-être, et pour ce motif... (nous nous opposons à l’annexion) »

73Victor Augagneur accepta de participer à quelques réunions contradictoires, mais il fut pris à parti par des esprits échauffés et la discussion tourna court. De son côté, Francis de Pressensé vint travailler avec le Conseil municipal de Villeurbanne et présida la dernière grande manifestation du dimanche 24 mai, sur la place de la Mairie.

Le rapport du commissaire enquêteur Georges Bussière

74Le commissaire enquêteur, Georges Bussière, magistrat à la Cour d’Appel de Lyon, remit son rapport au préfet le 10 juin et celui-ci ne devint public (du moins pour le Conseil municipal de Villeurbanne) que le 14 juillet, ce qui aggrava le mécontentement.

75Le compte-rendu du commissaire enquêteur se présente comme un livret de 30 pages, fort bien présenté. On y trouve le style clair, précis et remarquablement écrit d’un juriste qui s’efforce de dépassionner le débat, en s’appuyant sans cesse sur des considérations rationnelles. L’auteur se démarque assez souvent du rapport du Conseil municipal de Lyon, laissant dans l’ombre les arguments douteux des Lyonnais, voire les passant sous silence ou même les contredisant. Plusieurs fois, il préconise d’autres solutions en matière de limites ou de délais d’imposition. Ceci étant, c’est un chaleureux plaidoyer en faveur de l’annexion : Georges Bussière n’est pas socialiste. Il développe intelligemment la thèse de l’expansion économique et par là même sert les intérêts capitalistes. Ses raisons de « localiser » Lyon aux dépens des banlieues ne sont pas les mêmes que celles de V. Augagneur.

1e Partie : Le périmètre normal de Lyon

761) La théorie annexionniste est parfaitement justifiée par la géographie. On ne peut lui opposer le droit des populations : l’État l’emporte sur les communes, il est juge du bien général.

772) Villeurbanne - Sa cohésion avec Lyon - Critique de la limite actuelle

78La phrase introductrice de ce paragraphe annonce clairement la suite : « Ce nouveau Lyon nous réclame. » affirme le commissaire qui estime totalement irrationnelle la ligne de démarcation actuelle entre les deux communes. Et il poursuit : « Ce n’est pas seulement au point de vue industriel et commercial que l’indépendance de Villeurbanne apparaît comme un vain mot. Quelle que soit la nature de ses autres besoins, qu’ils soient d’ordre matériel, intellectuel ou moral, qu’il s’agisse d’hygiène, d’instruction ou de secours, Villeurbanne, isolément, est impuissante à y pourvoir. »

793) Limite proposée sur la rive gauche. La partie rurale de Villeurbanne. Bron. Vénissieux. St-Fons. Vaulx-en-Velin.

80« La ville de Lyon doit s’étendre jusqu’aux confins qui englobent des intérêts communs et solidaires. » Le commissaire décrit longuement la nouvelle délimitation et les raisons qui, à ses yeux, militent pour ce choix, faisant entre autres remarques qu’il ne faut pas s’alarmer des grandes étendues rurales qui se trouveront incorporées désormais à la ville de Lyon : c’est l’espace nécessaire à l’expansion économique et à l’hygiène.

2e Partie : La question financière

811) Situation budgétaire de Lyon. Nécessité d’un régime transitoire dans l’application des taxes.

82Lyon n’est pas en déficit, comme le disent les anti-annexionnistes : la ville a fait plus de recettes qu’elle ne prévoyait en 1902 et elle a moins dépensé. En fin d’exercice 1902, elle a un boni de 1.613.187,64 F. De plus, l’application des nouvelles mesures financières sera très progressive pour les annexés, comme ce fut le cas après l’annexion de 1852. Ces derniers ne viennent donc pas renflouer une caisse en difficulté.

832) Les taxes de remplacement et les taxes d’État. Dates et conditions de leur exigibilité.

84Georges Bussière entre dans les détails pour démontrer que le nouveau régime est avantageux pour les communes annexées, parce qu’il est progressif, rationnellement et équitablement calculé.

853) Protestations basées sur des calculs inexacts

86Les protestataires réagissent comme s’ils devaient être immédiatement imposés de toutes les taxes. Les plus souvent, leurs bases de calcul sont erronées.

87Le rapport se termine enfin sur la question des nouvelles divisions administratives. Georges Bussière confirme les propositions du Conseil municipal de Lyon. Villeurbanne sera divisée entre les futurs 7e et 8e arrondissements municipaux. Les cantons seront remaniés et portés au nombre de 10, Vénissieux devenant chef-lieu de canton à la place de Villeurbanne.

La réaction à Villeurbanne

88La publication de ce rapport, longtemps retardée, devait soulever un tollé général. Le reproche le plus fréquent était la partialité de l’auteur et, par voie de conséquence, celle du préfet qui l’avait choisi. Tous les suburbains, ardents républicains, avaient le sentiment d’une immense trahison et d’une incommensurable injustice de la part des responsables de la République.

89Émile Dunière nouveau maire, aidé de la Commission qui avait rédigé le premier rapport de mars, entreprenait rapidement de répondre au Commissaire enquêteur, et de réfuter ses affirmations apparemment rationnelles.

90Il commence par protester au nom de ses concitoyens :

  • contre le délai de huit jours laissé par le préfet aux Villeurbannais pour donner leur avis

  • contre le choix du Commissaire enquêteur

  • contre sa partialité

  • contre ses flagrants et injurieuses erreurs : il regrette que le Commissaire enquêteur ne soit pas venu se renseigner de visu à Villeurbanne.

91Dans une deuxième partie, sur huit longues pages, le maire de Villeurbanne reprend la longue liste des nouvelles taxes et rectifie les appréciations trop optimistes du magistrat instructeur, non sans reconnaître loyalement certaines erreurs commises à Villeurbanne, dans le premier rapport.

92Les contacts avec les conseillers d’arrondissement et les conseillers généraux se multiplièrent en cette fin de mois de juillet et ce début d’août, car les sessions ordinaires de ces deux instances départementales allaient se dérouler en août.

Les votes du Conseil d’arrondissement et du Conseil Général

Le vote du Conseil d’arrondissement

93Une commission de huit conseillers ruraux, impressionnés par les arguments logiques du Commissaire enquêteur et rassurés de ce que Lyon renonçait à augmenter le nombre des conseillers urbains, conclut à l’opportunité de l’annexion.

94Aussi, malgré les efforts de Pierre Baratin, nouveau représentant du canton de Villeurbanne, pour défendre le droit de sa ville à l’autonomie, le conseil adopte le principe de l’annexion par 13 voix contre 3. Un premier obstacle était franchi par Victor Augagneur.

La réaction des annexés

95Ce premier échec modifia un peu le système de défense des annexés. Il fallait utiliser de bons arguments avec le Conseil général qui allait statuer à son tour. Le terrain économique parut convenir aux 6 maires concernés : on pouvait justifier l’existence de faubourgs autonomes tout en reconnaissant l’importance de Lyon et l’existence des vastes étendues rurales. Ils écrivirent une longue lettre à tous les Conseillers généraux dans laquelle on pouvait lire notamment :

« ... Le projet de M. le Maire de Lyon n’aura qu’un seul résultat : celui de faire disparaître à jamais, du département du Rhône, cette grande industrie nationale et de la transporter dans les départements voisins, et en particulier dans le département de l’Isère. Nous pensons, et les économistes sont avec nous sur ce point, que les agglomérations-banlieues sont nécessaires, sont indispensables même, au développement et à l’essor des grandes villes qui, comme la ville de Lyon, doivent leur célébrité à l’industrie... »

Le vote du Conseil général

96Sous la présidence de Monsieur Cazeneuve, conseiller des quartiers de la Mouche et Gerland, le Conseil général tint session à partir du 19 août, en se réservant l’importante question de l’annexion pour la fin des travaux. Le dossier fut ouvert le 28 août par un long rapport de 64 pages de Monsieur Ruffier, magistrat, conseiller général de Tarare, mais vivant à Lyon. L’exposé parvient incontestablement à tenir ses objectifs d’impartialité et d’exhaustivité. Il est divisé en 5 parties :

  • L’instruction où le rapporteur signale (sans prendre partie) les reproches de partialité faits à M. Bussière et la brieveté des délais. Il rend compte des résultats de l’enquête en nombre d’accords ou de désaccords (collectifs ou individuels).

  • L’exposé du projet où il ne fait que répercuter l’exposé du Conseil municipal de Lyon et les modifications proposées par le Commissaire enquêteur.

  • Les arguments pour et contre où il se contente de reprendre les rapports contradictoires antérieurs.

  • L’examen des conséquences fiscales et financières.

  • Enfin « l’indication des points, sur lesquels, une fois son avis sur le principe exprimé, l’opinion du Conseil général aura à se manifester. » Trois orateurs s’inscrivirent et eurent la parole à tour de rôle, l’un pour défendre le projet, deux autres pour en demander l’élimination.

97Mr Gourju, conseiller municipal, conservateur bien connu, défendit la cause de Lyon. Malgré sa rivalité politique avec Victor Augagneur et le risque que l’annexion soit une manœuvre électorale favorable aux socialistes, il ne souleva aucune objection contre cette opération qui lui semble être dans la logique des choses. Toutefois, pour apaiser les esprits, il accepterait les réductions et les délais proposés par Georges Bussière.

  • 7 Les Villeurbannais, reconnaissants envers M. Pommerol, donneront son nom au boulevard des Omnibus. (...)

98Mr Pommerol, maire de St-Fons, conseiller général de Villeurbanne, prenait ensuite la parole pour condamner l’annexion7.

99Après avoir critiqué les conditions dans lesquelles s’est préparée cette annexion (précipitation, partialité, autoritarisme), il souligne les faiblesses du projet : les habitants, faute d’avoir été consultés démocratiquement sont plus sensibles aux inconvénients qu’aux avantages. La population de Lyon n’a pas tellement augmenté et ceux qui ont « fui en banlieue » l’ont fait parce que la vie y est moins chère. De plus Lyon possède des terrains vers Monplaisir, Montchat, La Mouche qui sont loin d’avoir été utilisés.

100La véritable raison de cette fièvre d’expansion vient de la concurrence avec Marseille. Mais, dans cette course, c’est la cité phocéenne qui gagnera, car, le Maire de St-Fons n’hésite pas à le dire :

101« Lyonnais, vous n’êtes pas assez prolifiques. »

102Il répond ensuite aux plaintes des Lyonnais, utilisées comme arguments en faveur de l’annexion :

103a) Le développement industriel de Villeurbanne et l’émigration de la population est un phénomène normal. Lyon ne peut tout retenir dans ses murs.

104b) L’accessibilité de son territoire à la fraude.

105Si la fraude ne peut plus se faire par Villeurbanne, elle se fera par ailleurs, mais il y aura toujours autant d’alcool dans Lyon, tout particulièrement en provenance du Beaujolais (frontière Ouest).

106c) La fréquentation des écoles par des enfants de la banlieue.

107Les parents envoient leurs enfants à l’école la plus proche. L’annexion ne changera rien.

108d) Canalisation. Égouts.

109Ou bien les égouts de Lyon peuvent recevoir sans difficulté les eaux de Villeurbanne, et alors il suffit de réclamer une indemnité à Villeurbanne, ou bien ils sont insuffisants et il faudra tout reconstruire, après comme avant l’annexion, à grands frais.

110Le dernier orateur inscrit est M. Lagrange, conseiller général de Neuville-sur-Saône, qui reprendra, à peu de chose près, les mêmes arguments que M. Pommerol.

PROJET D’ANNEXION DE 1903

PROJET D’ANNEXION DE 1903

111Comme au Conseil d’arrondissement, le vote devait se révéler favorable au principe de l’annexion.

112L’affaire devait maintenant être portée devant les Chambres, au plan national. Le 29 août, le conseil général devait encore voter des modifications de limites par rapport au projet lyonnais.

Refus des modifications par le Conseil municipal de Lyon

113Tout en reconnaissant le bien fondé des amendements retenus par le Conseil général, le Conseil municipal de Lyon, pressé de soumettre au gouvernement puis aux chambres ce projet, pour que les nouvelles délimitations soient en place avant les élections de mai 1904 et craignant que les modifications n’exigent une nouvelle enquête qui retarderait le tout, préféra maintenir les positions antérieures au vote du Conseil général. Malgré les objections de Gourju, qui insistait sur le respect dû à l’assemblée départementale, Victor Augagneur rendait le 20 septembre, pour une transmission rapide à Paris, un projet qui ignorait les derniers désirs du Conseil général. De son côté, le préfet M. Alapetite envoyait lui aussi un rapport à Paris qui reprenait les arguments de G. Bussière et discréditait la position villeurbannaise.

Le travail de la commission parlementaire

114Le gouvernement se saisit immédiatement de cette importante affaire, et au plus haut niveau. Émile Combes, président du Conseil, dès le 17 novembre, demande au préfet un complément d’instruction. Il lui faut des cartes supplémentaires, des statistiques démographiques, des précisions fiscales. Le complément de dossier lui fut immédiatement envoyé. Le gouvernement voulait savoir si l’État n’était pas trop perdant dans les remises de taxes promises aux populations.

115Dans le courant du mois de décembre, les chambres avaient communication du dossier. La chambre des Députés chargera la 12e commission d’intérêt local de préparer le rapport. Le président en était M. Ernant, député de l’Aisne, et l’un des membres les plus actifs : le député du 6e arrondissement de Lyon, M. Fleury Ravarin. De son côté, Francis de Pressensé suivant les travaux et restait en liaison avec le Président du Conseil.

116Malgré les efforts de Fleury Ravarin pour hâter ses collègues, les travaux de la commission n’étaient pas terminés à la fin de la session parlementaire. Les manœuvres de retardement de F. de Pressensé y étaient pour beaucoup.

117Ce retard intempestif compromettait sérieusement la mise en place rapide que beaucoup avaient espérée à Lyon. Pour autant, l’annexion n’était pas compromise en tant que telle. Le projet passerait à la fin de l’année ou au début de 1905. Toutefois certains, qui s’étaient rudement battus dans le camp anti-annexionniste, reprenaient espoir.

La division dans les rangs des socialistes

118Certains Villeurbannais pensaient pourtant qu’au lieu de continuer à s’enfermer dans un refus farouche, il était peut-être préférable de préparer au mieux l’annexion, dans l’intérêt même de la classe ouvrière.

119L’Union des Forces Républicaines Socialistes, groupement dissident, publia le 5 octobre 1903 la déclaration suivante :

« Considérant qu’à la suite du commissaire enquêteur, du vote du Conseil d’arrondissement et de celui du Conseil général, le principe de l’annexion ne doit plus être discuté, surtout par le parti socialiste puisqu’il est prouvé que la classe ouvrière, qui est en majorité à Villeurbanne, y trouvera de grands avantages après l’annexion.
Considérant que si l’annexion est entourée des garanties nécessaires pour assurer les intérêts des contribuables villeurbannais, elle doit être défendue par tous les républicains en raison de son utilité d’ordre général.
Considérant que si nos élus se bornent à demander le rejet pur et simple du projet d’annexion, sans vouloir discuter les conditions, ils exposent les habitants de Villeurbanne à être annexés, sans obtenir les compensations auxquelles ils ont droit.
Pour ces motifs et pour d’autres d’ordre administratif, les citoyens des groupes de Villeurbanne donnent mission à leur député, le citoyen de Pressensé, de voter le principe de l’annexion et de défendre exclusivement, devant la Chambre, les intérêts de la démocratie villeurbannaise, en luttant pied à pied pour que les plus grands avantages, sur le terrain financier, soient assurés ».

120C’était un changement de cap complet : l’Union se voulait réaliste. Elle était toujours prête à lutter pour ses causes habituelles ; elle prenait acte qu’elle allait devoir le faire dans un cadre nouveau.

121Il faut ajouter enfin que le climat social était très lourd ; une grève, fortement suivie, sévissait dans le textile depuis le début novembre et elle devait durer jusqu’en janvier.

Les élections municipales de mai 1904

122Connaissant ce contexte, on imagine facilement l’atmosphère politique et sociale dans laquelle se déroula la campagne électorale à Villeurbanne. La majorité des conseillers municipaux sortants, se méfiant terriblement de Victor Augagneur, persistaient dans leur opposition au projet, espérant contre toute espérance que la chambre des députés et le sénat refuseraient ce qu’avait accepté le Conseil général. Ils avaient l’oreille de Francis de Pressensé qui multipliait, comme on l’a vu, les opérations de retardement. Ces conseillers furent abondamment blâmés de continuer à dépenser de l’argent pour une mairie qui ne servirait qu’à Lyon.

123En effet, un certain nombre de militants socialistes villeurbannais, parmi lesquels se trouvait Clément Michut, conseiller municipal depuis 1900, cafetier de profession, très attachés à la personne de Victor Augagneur, acceptaient l’annexion et avaient signé la déclaration reproduite plus haut. Beaucoup de gens à Villeurbanne pensaient que, au-delà d’un certain réalisme pour l’avenir de la commune, ces hommes étaient surtout réalistes pour eux-mêmes, pensant déjà à un siège au Conseil municipal de Lyon au titre du 7e ou du 8e arrondissement à venir. Ils se présentaient dans la première section (Cusset, Villeurbanne, Mairie) sous l’étiquette « Comité des Républicains Socialistes » (affiliés au Parti Socialiste de France), et dans la deuxième section (Cité Lafayette, Cours E.-Zola) sous celle d’« Union des Forces Républicaines Socialistes » ou de « Bloc Républicain et Socialiste ». Le Progrès était leur porte-parole.

124En face d’eux, dans la deuxième section, il y avait un groupe anti-annexionniste dont le chef de file était Jean Joly, conseiller municipal, entrepreneur de travaux publics, patron fuyant les taxes lyonnaises. Rattaché aux Radicaux socialistes, ce groupe s’intitulait « Comité Républicain Socialiste ». Lyon-Républicain était leur porte-parole. Ce groupe avait des accords avec un groupe conservateur, parce que ce groupement était lui aussi anti-annexionniste. Ce groupement conservateur avait des opinions cléricales connues, et tout particulièrement son chef Dontenville, mais Joly ne voulait écarter aucun renfort pour défendre la cause qu’il soutenait. C. Michut, évidemment, trouvait là un terrain pour l’attaquer. Dans la première section (Cusset), J. Grandclément, P. Baratin, socialistes l’un et l’autre, étaient aussi des opposants au groupe Michut, mais il était moins commode à ce dernier de les attaquer.

125La troisième section (Charpennes, Croix-Luizet), qui avait été si agitée quatre ans auparavant quand elle était la deuxième section minoritaire, connut une campagne assez calme. Une seule liste s’y présentait sous l’étiquette « Concentration des Forces Socialistes ». On y trouvait les noms d’Émile Dunière, maire sortant, de Jean Bourgey, Alexis Perroncel, Hippolythe Kahn. Elle fut élue sans problème au premier tour.

126Par contre, la bataille fut chaude dans la deuxième section. Persuadés, de janvier à mars, que l’annexion serait votée avant fin mars par le Parlement, Clément Michut et le groupe socialiste affilié à la Fédération autonome du Rhône, avaient multiplié les déclarations annexionnistes et s’apprêtaient à devenir conseillers de Lyon. Fin mars, pour rester dans la course aux sièges de conseillers villeurbannais, ils durent mettre en sourdine le thème local de l’annexion, et grossir les « graves problèmes nationaux » du moment : la suppression des congrégations et la séparation des Églises et de l’État. En conformité avec un socialisme à la Augagneur, ils prenaient la défense du prolétariat mais dans une perspective de collaboration des classes.

« ... Nous affirmons qu’il est grandement temps que le prolétariat déjà maître au point de vue politique, le devienne enfin au point de vue économique. Si le capital a ses droits, ce ne sont que des droits en collaboration avec ceux du travail qui a les siens aussi. Plus de ces richesses exagérées, comme plus aussi de ces misères dégradantes. En somme une humanité bien ordonnée où chacun, travaillant suivant ses aptitudes, reçoive une juste rémunération de son labeur. Une société meilleure d’où sera bannie la haine des classes, où l’on verra plus d’égalité et de fraternité... »

127Le Comité Républicain de Jean Joly avait beau jeu de leur répondre en les forçant à revenir sur le terrain local où les populations attendaient des prises de position, en général anti-annexionnistes :

« ... la 2e section, s’engage à soutenir les institutions républicaines et aussi le gouvernement mais elle devra aussi trouver, dans ses élus, des défenseurs acharnés de notre autonomie communale. »

128Joly, patron, défendait par ailleurs les mêmes idées collaborationnistes que Clément Michut.

129Au premier tour, la liste Joly était en tête et elle devait l’emporter au scrutin de ballotage malgré les accusations de collaboration avec les cléricaux et les réactionnaires que répandaient leurs adversaires. La situation n’était pas, malgré tout, d’une clarté absolue : aussi Francis de Pressensé, qui voulait rester au-dessus de la mêlée, tout en réaffirmant ses prises de position anti-annexionnistes, avait cru bon de mettre les électeurs en garde contre les alliances du groupe Joly.

130Dans la première section, la lutte fut moins violente : la plupart des radicaux et des socialistes avaient fait cause commune autour de J. Grandclément (socialiste), Pierre Voyant (radical), et Pierre Baratin (socialiste) pour dénoncer l’annexion.

131Ils furent élus : cinq socialistes et deux radicaux. Le 15 mai, Émile Dunière était réélu maire, Pierre Voyant 1er adjoint et Jean Joly 2e adjoint. A Lyon, Victor Augagneur, conservant sa majorité socialiste, avait été réélu.

1905 - Une nouvelle inattendue

132L’année 1904 devait se terminer sans que la question de l’annexion ne revînt outre mesure sur la scène publique. Après les municipales, étaient venues les législatives qui virent, le 6 novembre, la réélection de Francis de Pressencé et l’élection, dans le 4e arrondissement (La Croix-Rousse), du maire de Lyon. Augagneur avait bien sûr, pendant sa campagne, relancer les thèmes annexionnistes.

133Il retrouvait, à Paris, Fleury Ravarin qui était devenu rapporteur du projet à la 12e commission d’intérêt local ; or la dite commission avait encore apporté des modifications qui apparurent au maire de Lyon de nature à dénaturer sérieusement le projet. Sous l’influence de F. de Pressensé, la commission avait modifié le projet initial : elle stipulait en particulier que Villeurbanne ne formerait qu’un seul arrondissement. Le risque d’une autonomie déguisée n’était pas du tout écarté. V. Augagneur le savait : aussi fit-il refuser les conclusions de la commission par son conseil municipal.

134Mais, pour le maire de Lyon, le cœur n’y était plus. Son tempérament de lutteur s’accommodait mal des développements de cette affaire qui traînait en longueur. Visiblement, il se désintéressait de ce projet dont la cohérence se disloquait après son passage à travers le tamis des diverses commissions. Dans le compte-rendu que fit Fleury Ravarin à la commission d’intérêt local, le 21 avril 1905, il était clair que les suburbains, grâce à leurs députés et tout spécialement à de Pressensé, avaient réussi à grapiller par morceaux une quantité de compensations. Le rêve « augagneurien » d’un grand Lyon, dont il serait le leader, s’effilochait.

135Une autre déception, dans le domaine politique celle-là, attendait Victor Augagneur. Avec sa fédération socialiste autonome, il redoutait une deuxième internationale que les marxistes contrôleraient : c’est pourquoi, depuis le début de 1904, il se battait pour que l’union des socialistes français ne se réalise pas. On comprendra combien grande fut sa déception quand, précisément, en ce mois d’avril 1905, se réunit à la Salle du Globe, à Paris, le congrès d’unification, pendant lequel fut fondée la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO).

136Son caractère ne lui permettait pas de demeurer sur ces échecs (ou semi-échecs ?). Intrigant et arriviste comme il l’était, il ne tarda pas à saisir l’occasion qui se présentait à lui. A Madagascar, le gouverneur, le général Galliéni, homme intègre, avait eu des attitudes trop conciliantes au gré du gouvernement Combes avec les écoles missionnaires et les milieux cléricaux. On voulait le changer. Résidant désormais plus à Paris qu’à Lyon, Augagneur fit le siège des personnalités influentes jusqu’à ce qu’il obtienne le poste, le 3 novembre 1905. Ne parlait-on pas de découvertes de mines d’or dans cette lointaine colonie ?

  • 8 Voir Annexe IV à la fin de l’ouvrage.

137Dès le mois d’août, la chose s’était sue à Lyon. On imagine à la fois le désappointement des socialistes amis d’Augagneur, en particulier dans le Conseil municipal de Lyon, et la joie de beaucoup d’autres qui voyaient s’éloigner quelque peu la menace d’annexion. Au Progrès, on ne parla plus beaucoup du député de la Croix-Rousse, maire de Lyon ; on préférait s’intéresser aux intrigues pour la succession. Par contre, à l’Express, on se gaussait sur le dos des socialistes8. Ce journal, dès septembre, lança un concours doté de 250 F comme 1er prix, et dont la 1re question était : « Victor Augagneur sera-t-il nommé gouverneur à Madagascar ? » Il le fut et il ne daigna pas reparaître à Lyon, se contentant d’une lettre à son premier adjoint, M. Beauvisage. Le groupe socialiste du Conseil municipal, complètement désemparé, essaya bien de proposer M. Arnaud, mais la partie était perdue : le groupe radical, qui avait subi la tornade Augagneur en courbant le dos, fit passer sans difficulté un jeune et brillant professeur de lettres : Édouard Herriot (5 novembre 1905). La question de l’annexion allait prendre une autre forme.

Les développements ultérieurs

Le changement d’attitude du gouvernement

138Le départ de V. Augagneur n’aurait pas dû, en principe, empêcher la commission d’intérêt local, dont le président avait encore changé (c’était désormais Monsieur P. Ancel Seitz), mais dont le rapporteur était toujours M. Fleury Ravarin, de mener à bien ses travaux en faisant voter la chambre. Il est vrai que le gouvernement lui-même ne lui avait pas facilité l’entreprise : en mai 1904, Émile Combes, sans doute poussé par F. de Pressensé, avait demandé des corrections au texte gouvernemental ; en juin c’était le ministre des finances, M. Rouvier, qui demandait une révision du système fiscal. Le texte ne fut prêt qu’en juillet 1905, à la fin de la première session parlementaire. Il fallait maintenant attendre novembre. Visiblement, le gouvernement, méfiant à l’égard d’Augagneur, laissait courir. Fleury Ravarin, agacé, écrivit au ministre de l’Intérieur Dubier. Celui-ci fit valoir que, compte tenu de toutes les modifications apportées au projet, il faudrait un complément d’instruction. Beaucoup eurent le sentiment qu’on s’acheminait désormais vers un ajournement sine die. La commission, pour ne pas perdre la face, revint à la charge auprès du ministre de l’Intérieur par son président P. Ancel Seitz. En vain. Finalement, le 19 janvier 1906, un décret retirait le projet d’annexion du bureau de la Chambre.

La position d’Édouard Herriot

139Édouard Herriot, dès son élection, avait nettement pris position en faveur de l’annexion, mais en spécifiant bien : « à condition que la ville ne soit pas perdante ». Après le retrait du projet, il chercha à mettre sur pied une commission intercommunale qui travaillerait le temps qu’il faudrait à rapprocher les points de vue des communes concernées, à commencer par Villeurbanne. Réaliste, il offrait un marché :

« Je ne voudrais pas céder à une satisfaction d’amour-propre et que ce projet ne soit pas destiné seulement à grossir le nombre des habitants de la ville de Lyon ; aussi, je serais désireux que le principe suivant fut introduit dans le futur projet d’annexion. Il faudrait qu’il fut bien entendu qu’au lendemain de l’annexion, les communes ou portions de communes faisant dès lors partie de la ville, n’auront droit à des améliorations de voirie ou autres dépenses, que jusqu’à concurrence d’une somme égale à la contribution pécuniaire qu’elles nous auront apportée... »

140Le ton avait changé depuis 1903 : maintenant, c’était du réalisme froid. Lyon n’était plus demandeur. L’annexion se ferait si les rôles réussissaient à s’inverser. Visiblement, le nouveau maire de Lyon préférait voir Villeurbanne et les autres villes périphériques réaliser leur propre localisation et se charger elles-mêmes des classes dominées. Réunie seulement en avril 1907, la commission intercommunale, en raison des nombreuses divergences, ne trouve aucun terrain d’entente tout au long de 1908. Les élections municipales en sont la cause principale.

141L’année 1909 s’ouvre donc sans qu’on ait avancé d’un pouce à propos de l’annexion. Le 14 mars, Jules Grandclément, nouveau maire de Villeurbanne, prend l’initiative de soulever à nouveau la question, les Villeurbannais ayant changé d’avis après avoir fait leurs calculs. Il leur apparaissait que l’annexion pouvait être avantageuse, assurés qu’ils étaient de garder une certaine autonomie en formant un arrondissement.

Les trois questions

142Trois questions étaient posées par la Commission Intercommunale sous l’influence de Grandclément aux municipalités concernées :

1431e question : Êtes-vous partisans de l’annexion à Lyon des communes ou portions de communes suburbaines, étant entendu que le régime fiscal, à appliquer aux annexés, serait le régime commun à tous les citoyens lyonnais et que les dépenses de l’instruction publique demeureraient à la charge de l’État ?

1442e question : Si vous êtes partisans de l’annexion, adoptez-vous les limites proposées par la municipalité lyonnaise en 1903, ou le tracé proposé par la Commission parlementaire qui a examiné le projet. Si vous n’acceptez aucun de ces tracés, quel est celui que vous désireriez voir adopté ?

1453e question : Au cas où l’annexion ne serait pas adoptée, désireriez-vous qu’il intervint, entre la ville de Lyon et les communes suburbaines, des conventions (égouts, hôpitaux, abattoirs, service d’incendie, tramways, etc.) qui, tout en sauvegardant les intérêts financiers de chaque commune, faciliteraient leurs relations, leur développement et rendraient possible, pour l’avenir, l’annexion ?

146Le 3 mai, les maires concernés et leur délégation se réunirent une première fois pour entendre le point de vue lyonnais. Au nom de son conseil, E. Herriot répondit :

  1. que, si l’annexion se faisait, c’était la délimitation de 1903 qu’il entendait voir mettre en place.

  2. que pour le régime fiscal des annexés (identique au régime commun de tous les Lyonnais) et les charges scolaires, il maintenait son point de vue, point de vue différent de celui de certains de ses conseillers, qui, fidèles à l’idée d’Augagneur, voulaient l’annexion, quitte à ce que Lyon supporte désavantageusement les frais.

  3. « qu’il (était) tout disposé à étudier, avec les représentants des communes voisines, les questions présentant un intérêt commun (eaux, abattoirs, égouts, établissements d’instruction, tramways). Son seul désir (était) de garantir la Ville : mais une fois les intérêts lyonnais sauvegardés, (qu’) il serait tout disposé à accorder des facilités qui pourraient être utiles aux communes limitrophes, (qu’) il soumettrait à l’assemblée l’idée de provoquer des réunions trimestrielles pour étudier les accords. »

147En quittant l’Hôtel de Ville de Lyon, le 3 mai 1909 au soir, les maires suburbains pouvaient constater que la Ville n’était plus dans la positon du demandeur et ne les menaçait plus et que l’annexion, si elle devait se faire, dépendait maintenant de leur désir ou (et) du désir de l’État.

148Les mêmes se retrouvèrent le 15 juin, au même endroit, pour entendre maintenant les réponses des annexés en puissance aux 3 questions formulées plus haut :

  • Pour Villeurbanne, la délégation composée de J. Grandclément, Alexis Perroncel, Pierre Baratin et Hippolyte Kahn répondit :

  • que le Conseil municipal de Villeurbanne avait « décidé d’accepter l’annexion avec les conditions fiscales contenues dans le projet de la Commission parlementaire de 1904, étant entendu que les dépenses de l’instruction publique resteraient à la charge de l’État.

    • 9 Ce qui amenait à annexer Vaulx-en-Velin, Bron, Vénissieux, St-Fons.

    que le même conseil municipal émettait le voeu que, du côté de la rive gauche, ces limites s’étendent jusqu’au département de l’Isère9.

  • et qu’enfin, au cas où l’annexion ne serait pas votée, le conseil muni cipal déclarait qu’« il serait bon, pour faciliter les relations entre les deux communes, qu’il intervint des conventions sur les objets d’utilité communale les intéressant simultanément ».

  • Caluire rejetait en bloc l’annexion et le système fiscal lyonnais, mais plaidait pour la bonne entente avec Lyon.

  • St-Rambert-L’Ile-Barbe avait les mêmes positions, en souhaitant une coopération avec Lyon pour la construction d’une ligne de tramway : Vaise - L’industrie - St-Rambert.

  • Bron et St-Fons partageaient le même point de vue.

  • Vaulx-en-Velin, qui n’avait jamais été menacée mais qui, au contraire, récupérait du terrain, continuait d’être favorable à l’annexion telle que l’avait décrite la commission parlementaire de 1904, repoussant bien entendu l’idée villeurbannaise d’une annexion « jusqu’à l’Isère ».

  • Quant à Vénissieux, la commission spéciale du Conseil Municipal en arrivait aux mêmes conclusions que Villeurbanne (accord pour l’annexion, si le régime fiscal est celui de la commission parlementaire et si l’État prend en charge l’Instruction), hormis les limites jusqu’à l’Isère.

149Ainsi affirmée, les diverses positions manifestaient un désaccord flagrant d’où ne pouvait sortir aucun projet concerté d’annexion. Pratiquement, on en restait au statu quo, dans la situation de 1902. L’accord de Villeurbanne et Vénissieux était, quand on y regarde de près, purement formel et diplomatiquement ingénieux pour refaire l’unité socialiste. Dans le principe, on était pour l’annexion, ce qui permettrait de renouer avec les anciens annexionnistes de la Fédération Autonome, mais pratiquement on posait au moins 3 conditions, dont chacun savait pertinemment qu’elles ne seraient pas réalisables ensemble :

  1. Le régime fiscal décidé par la commission parlementaire et qui était favorable à Lyon. Herriot le refuserait et saurait le faire refuser à son conseil.

  2. La prise en charge, par l’État, de toute la charge scolaire de la nouvelle ville de Lyon. L’État ne pouvait l’accepter. Les Villeurbannais savaient ce qu’il en était du côté du ministère des finances.

  3. Pour faire bonne mesure, la demande d’une frontière qui impliquait entièrement des communes qui n’étaient annexées que partiellement (Vénissieux, Bron, St-Fons) ou pas du tout (Vaulx-en-Velin).

  • 10 La décision de ne pas accepter les conditions de Lyon fut entérinée le 12 juillet 1909 (Registre de (...)

150Par ailleurs, les oppositions farouches de Caluire, St-Rambert, Bron et St-Fons étaient connues à Villeurbanne. Il n’y avait vraiment plus aucun risque. Il fallait simplement étaler au grand jour ces données d’une affaire qui n’avait que trop traîné. C’est ce qu’avait fait Jules Grandclément dans sa lettre du 14 mars 1909 au Maire de Lyon. Assuré désormais que la menace était pratiquement éloignée, on pouvait, à Villeurbanne, envisager de nouvelles entreprises municipales allant dans le sens d’une localisation socialiste10.

Notes

1 Nos renseignements sur Victor Augagneur ont été puisés :
– Dans les collections de journaux lyonnais des années 1896-1904 : Le Progrès (qui lui était favorable après lui avoir été opposé), Lyon Républicain. L'Express (qui lui était défavorable), passim.
– Mais surtout dans l'article qui lui est consacré dans le Dictionnaire biographique du Mouvement Ouvrier, dirigé par Jean Maitron, 1871-1914, tome 10, auteur : RAYMOND (J.).

2 HERNU (Ch.) - Villeurbanne, cité bimillénaire, G.A.E.V., p. 80-83.

3 Au XIXe siècle les habitants, le plus souvent ruraux, fournissaient des journées de travail pour la commune avec leur propre matériel (empierrage des chemins, etc.). Ces prestations, avec les progrès de rurbanisation et la mise en place des services municipaux, avaient été compensées par de l’argent.

4 Les trois communes annexées en 1852, qui bénéficiaient toujours d'un régime légèrement différent.

5 Sur F. de Pressensé voir : Dictionnaire Biograhique du Mouvement Ouvrier français, article de RAYMOND (J.).

6 Voir Annexe III à la fin de l’ouvrage.
F. de Pressensé jouera un rôle important dans le Congrès de Paris d’avril 1905 qui fit l’unité du socialisme et créa la SFIO. Les Villeurbannais savaient ce qu’ils lui devaient : aussi le Conseil municipal n’hésita pas un instant, en mars 1914, à débaptiser la Rue Neuve des Charpennes, une des plus importantes de la ville, à l’époque, pour lui donner son nom.

7 Les Villeurbannais, reconnaissants envers M. Pommerol, donneront son nom au boulevard des Omnibus. Ce boulevard sera débaptisé après la guerre 39-45, pour devenir le Boulevard de Stalingrad.

8 Voir Annexe IV à la fin de l’ouvrage.

9 Ce qui amenait à annexer Vaulx-en-Velin, Bron, Vénissieux, St-Fons.

10 La décision de ne pas accepter les conditions de Lyon fut entérinée le 12 juillet 1909 (Registre des Délibérations), mais la menace d’annexion ne fut pas complètement dissipée. En 1929-1930, avant d’entreprendre leurs grandes manœuvres d’edilité, Lazare Goujon et son conseil en parlaient encore comme d’une éventualité.
On sait qu’aujourd’hui encore, Lyon est resté dans les mêmes limites qu’en 1902, sauf du côté des bords de Saône où St-Rambert-l’Ile-Barbe a fini par être annexée en 1960.

Table des illustrations

Titre PROJET D’ANNEXION DE 1903
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre CARTE DES LIMITES D’ANNEXION DE 1903
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search