Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Deuxième partie. 1903-1924 : L'autonomie menacée. Début des politiques de localisation

Chapitre I. L’industrialisation et les nouvelles forces sociales

Texte intégral

L’industrie de 1900 à 1925

1Le début du XXe siècle voit s’affirmer la croissance industrielle de Villeurbanne. Il y a encore de vastes zones rurales, surtout à l’est de la commune : Croix-Luizet, Château-Gaillard, les Buers, Cusset et bien entendu St-Jean et Bel-Air, les Brosses au-delà du canal de Jonage et des fortifications. Des foires et des comices agricoles vont se tenir jusqu’à la fin des années 20. L’industrie existante se développe, mais en se concentrant : beaucoup de modestes ateliers deviennent de petites usines, voire de moyennes entreprises. Dans le textile, la fabrication des tulles et des dentelles connaît une expansion, qui, à y regarder de plus près est plutôt un regroupement sur Villeurbanne (la moitié du potentiel de l’agglomération : 86 maîtres tullistes, presque tous réunis aux Charpennes). A côté de ces petites unités, s’établissent ou s’agrandissent de grandes usines : Dognin (500 salariés, rue Racine) - Kiemle - Lafourcade - Billon - Jallade - Prylli. Le tissage des soieries connaît aussi, pendant la même période, sa phase d’expansion. A Villeurbanne, on trouve dans cette spécialité, des usiniers, qui ont toutefois gardé à la Croix-Rousse leur siège social et leur direction. Citons Henri Bertrand (300 salariés) (dont l’entreprise s’installe au centre de la commune, le long du cours E.-Zola), Ballaz (rue de France), Coudurier - Fructus (route de Crémieu), Mantelier (cours E.-Zola), J.B. Martin (rue Flachet, rue du 4 Août), etc. Une seule filature de soie (Villard) est implantée de façon un peu excentrée et isolée, à Croix-Luizet. Elle connaîtra une forte croissance jusqu’en 1917, avant d’être absorbée par le groupe S.A. Filature de Schappe qui s’est spécialisé dans l’exploitation de la schappe, bourre de la soie.

2La teinture et les apprêts, branche complémentaire et déterminante pour la vente des textiles, connaît au début du siècle à la fois un grand développement, dû aux progrès incessants de la chimie des colorants, et une perpétuelle restructuration. La plus grosse unité est incontestablement Gillet (rue Flachet). Viennent ensuite Vuillod-Ancel (cours de la République), Seux et Charrel (cours Tolstoï), Nombret, Gamma, etc. Le textile connaîtra dès 1920 des difficultés qui iront en augmentant jusqu’à la deuxième guerre mondiale.

3A Villeurbanne, la mécanique et la métallurgie sont apparues à partir des besoins de l’industrie textile en particulier la teinturerie. Jusqu’en 1924, cette branche reste majoritairement complémentaire du textile. Clerc, Renaud, Bene, Giscard, Robatel sont les plus connus. Toutefois, après la guerre de 14, on voit apparaître d’une part des ateliers spécialisés, tout particulièrement au Tonkin et à la Cité : cycles Gauthier, mais aussi Lambert, Gaucherand qui traitent des métaux ou assurent des opérations de polissage ou d’ajustage, Boccard, Lecrenier qui se spécialisent en chaudronnerie ou Lyon-Alemand et Bocuze dans le tréfilage. Cette branche mécanique qui connaîtra un avenir moins sombre que le textile, devient, pendant ces vingt premières années du siècle, la deuxième branche industrielle de la ville.

4La troisième sera, après la guerre 14-18, la branche électrique. L’édification de l’usine de Jonage et le développement rapide de la distribution du courant ont, dès 1900, orienté Villeurbanne dans cette voie. Tout ce secteur du Bon Coin, derrière Cusset, jusque-là agricole, accueille d’abord les fournisseurs de pièces nécessaires au transport de l’électricité : Ebenoid (porcelaine et matière plastique des isolants), Fibre et Mica, fabrique de câbles, de moteurs (Prat, Gervais-Schindler, Roux-Combaluzier) puis des usines plus importantes spécialisées dans l’ensemble des problèmes électriques (C.G.E. - CEM - SW - Grammont). La plus importante s’installe pendant la guerre, en 1916 : il s’agit des Ateliers de Delle, évacués de Belfort, qui ne cesseront de se développer.

5D’autres branches viennent augmenter la vocation industrielle de la ville :

  • l’industrie chimique : fabrique d’acides, de gaz, de colorants, de vernis, de peintures, de parfums.
  • l’industrie des cuirs et des caoutchoucs : chaussures (Bally - La Courbat), revêtements de sol.
  • l’industrie alimentaire : grands moulins de Villeurbanne, confiserie Lamy, Biscuiterie Leroudier.
  • l’imprimerie : Ramboz, La Rochette.

Le nouveau visage de la population

6Toutes ces transformations économiques, déjà amorcées avant 1900, entraînent inévitablement de notables changements dans la population :

  • elle s’accroît en nombre : de 21.714 h. en 1896, 29.220 h. en 1900, elle atteint 43.000 h. en 1914 et environ 60.000 h. en 1924.
  • le nombre d’actifs dans l’industrie a augmenté avec le nombre des entreprises, dont plusieurs, on l’a vu, dépassent la centaine d’ouvriers (3 entreprises ont 500 ouvriers et plus en 1914). Les employés, tout en étant en augmentation, sont minoritaires, surtout avant 1918. Les ouvriers restent les plus nombreux. La population rurale est en très nette diminution. Son influence dans la politique municipale ne va pas tarder à disparaître définitivement.
  • toutefois, il faut noter que la modification des structures sociales villeurbannaise ne commencera à devenir vraiment sensible que vers 1920. Même dans des branches comme la mécanique, l’influence des vieilles structures de la fabrique reste très nette. Marc Bonneville en explicite les raisons :1

« Dans les grandes usines, les artisans deviennent chefs de fabrication, les maîtres, contremaîtres, alors que les procédés de fabrication ne sont que peu modifiés.
Par ailleurs, l’augmentation de la taille des établissements continue à multiplier le nombre des emplois peu qualifiés, répétitifs, surtout dans le tissage, lorsque progresse la mécanisation. Les difficultés de la branche, la baisse du taux de profit ne permettent pas à ces entreprises de servir des salaires relevés et elles ne se maintiennent qu’en faisant appel à une main-d'œuvre féminine ou étrangère.
L’insécurité propre au caractère façonnier du travail, la baisse du taux de profit, le manque de capitaux dû en partie à une faible accumulation, font que ces entreprises comptent davantage sur l’habileté des ouvriers que sur les investissements en machines pour s’adapter aux variations de la demande. Tout cela justifie le maintien d’une hiérarchie professionnelle peu ouverte, encore imprégnée des rapports sociaux hérités de l’artisanat textile et de la fabrique, souvent teintés de paternalisme, même dans le cas des plus grands investissements ».

7En conclusion de ce paragraphe, M. Bonneville note que ces vieilles habitudes dans les rapports sociaux font de la société ouvrière villeurbannaise une société de « bons ouvriers ». Cette caractéristique est importante, elle marquera profondément, à notre avis, l’histoire politique de la ville. Elle explique la réussite d’un certain socialisme municipal qui culminera dans les réalisations de Lazare Goujon et de son équipe, et du relatif échec du PCF qui visera une autre clientèle.

8A côté des vieilles structures sociales héritées du passé textile, apparaissent d’autres catégories sociales. Dans la mécanique, et a fortiori dans la nouvelle branche électrique, des ouvriers « circulent » sur le marché avec des qualifications polyvalentes (tourneurs, ajusteurs, régleurs, monteurs, modeleurs, etc.). Ils sont beaucoup moins liés aux entreprises et même aux branches, et leur indépendance, tout comme leur situation dans la hiérarchie salariale, leur donnent la possibilité de secouer le joug des vieilles pratiques sociales. Ils contribuent à donner à la formaiton sociale villeurbannaise un nouveau visage. Quant aux manoeuvres et aux ouvriers peu qualifiés, ils sont encore un nombre relativement restreint et, le plus souvent, il s’agit d’ouvrières ou d’immigrés, c’est-à-dire de catégories sociales qui n’ont pas voix au chapitre. Les immigrés arrivés de plus en plus nombreux dans certains quartiers (Poulettes, Croix-Luizet, Bon Coin, Cité) soit d’Italie (Piémont et région de Naples), soit d’Espagne, vont peu à peu s’intégrer à la société communale. Beaucoup vont obtenir leur naturalisation et constituer la population autochtone de certains secteurs (Croix-Luizet par exemple). Le dynamisme et l’originalité de leur présence seront surtout sensibles après la Première Guerre mondiale.

9Sur cette toile de fond économique en mutation et à cause d’elle, va se jouer une phase capitale du destin diversifié de Villeurbanne avec la deuxième tentative d’annexion par Lyon en 1903. Invité à s’unir à sa grande voisine par un maire pourtant socialiste (Victor Augagneur), le Conseil municipal villeurbannais va préférer jouer une carte indépendante, assuré de ses possibilités économiques et conscient des attentes de ce que l’on appellera plus tard sa « base sociale ».

Notes

1 BONNEVILLE - Op. cit., p. 61-62.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search