Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Deuxième partie. 1903-1924 : L'autonomie menacée. Début des politiques de localisation

1903-1924 : L'autonomie menacée. Début des politiques de localisation

Texte intégral

1Villeurbanne est devenue socialiste en 1892. C’est le résultat logique du développement de l’industrialisation et de l’urbanisation : les ouvriers sont maintenant les plus nombreux sur le territoire communal et ils se sont emparés normalement du pouvoir ou plutôt ils ont envoyé à la mairie les hommes qui devaient être à leur avis leurs meilleurs représentants.

2Pour autant, tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes : certains délégués, et en tout premier lieu le maire (pourtant réélu en 1900) ont déçu. Incontestablement, les conceptions du socialisme sont diverses. On peut d’ailleurs en expliquer les raisons : des références idéologiques manquent. L’idée principale reste bien l’obtention d’une véritable égalité dans les faits et non pas simplement dans le droit, mais, en dehors de cette généreuse conviction, bien des questions demeurent sur les moyens pour y parvenir :

  • Quels doivent être les rapports de classe ? et tout d’abord dans quelle classe situer telle ou telle catégorie de personnes (les agriculteurs, les petits commerçants, les artisans dont certains sont déjà de petits patrons)... ?

  • Quelle position adopter vis-à-vis de la propriété, du capital ?

3Autant de questions qui ont divisé et qui divisent encore en 1903 les socialistes villeurbannais. L’affaire du déplacement de la mairie à Bonneterre, celle du sectionnement électoral injuste en sont des manifestations.

4La nouvelle menace d’annexion va permettre d’éclairer ces questions avec une lumière nouvelle et provoquer une avancée. Un corps menacé de l’extérieur est toujours obligé de faire l’unité pour opposer une résistance valable. Il est aussi contraint d’analyser les raisons de l’agresseur et les arguments qu’il avancera pour sa défense. Cet effort d’analyse conduit inévitablement à des prises de conscience.

5Ce ne sont pas d’abord, tant s’en faut, des motifs sentimentaux qui amènent les responsables villeurbannais à refuser une fois encore l’annexion mais c’est bien la défense d’une population ouvrière qui risque d’être la victime économique des intérêts lyonnais. L’essentiel du dossier villeurbannais le montre : il est constitué de calculs de taxes (avant et après l’annexion) ; il se conclut par la nécessité de poursuivre intensivement un aménagement urbain déjà commencé.

6Partant de cette défense et de cette obligation, les élus villeurbannais évoluent en ce début de XXe siècle vers la prise de conscience du rôle qui désormais leur revient, bien au-delà des péripéties de l’affrontement présent avec Lyon. Si la bataille de l’autonomie est gagnée, elle obligera à faire de Villeurbanne indépendante une cité socialiste. Pour le moment, il faut protéger des gens qui sont en situation de différence, mais demain, il faudra inscrire avec eux, dans le temps et surtout dans l’espace (faire la localité socialiste), les conséquences de cette différence, c’est-à-dire réaliser la différenciation. Sinon cette victoire ne serait que celle d’un chauvinisme dépassé. La longue période de vingt ans qui commence sera le temps à la fois de cette prise de conscience, de cette détermination politique et d'un commencement de réalisation à l’encontre du pouvoir lyonnais, représentant de classes dominantes.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search