Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Première partie. Des origines rurales à la menace d'annexion de 1903

Chapitre III. La menace d’annexion de 1874

Texte intégral

1Les dix-huit années que durent le Second Empire sont marquées par une évolution profonde de la situation. Dans le domaine économique, le développement industriel de Lyon s’est affirmé et les divers responsables (chefs d’entreprise et leurs représentants politiques) ont pris conscience des nouvelles dimensions que pouvait désormais connaître la ville. Ils l’ont dotée de nouvelles voies de communication (chemin de fer) ou ont amélioré les anciennes (voies navigables - gares d’eau). Le capitalisme a imposé un peu plus sa loi du profit dans les mentalités locales. Le domaine politique a vu l’ascension et le déclin d’un monarque absolu et certaines évolutions dans les esprits. A Lyon, les aspirations républicaines n’ont cessé de grandir.

2Les territoires de la rive gauche ont été envahis un peu plus par l’industrie mais pas encore au point d’occuper de manière sensible le territoire de Villeurbanne. Les ruraux y sont encore en majorité et cohabitent sans trop de difficulté avec des entreprises industrielles qui restent de dimension modeste. Bénéficiant des avantages du rattachement au département du Rhône et de la proximité de la grande ville, les divers agents économiques villeurbannais n’en connaissent pas de nombreux inconvénients : en particulier, ils sont hors du périmètre de l’octroi et la commune de son côté encaisse déjà de substantiels revenus industriels qui lui permettent d’envisager un développement autonome. Les élus locaux ne sont plus prêts comme en 1850 à se jeter définitivement dans les bras des Lyonnais. Ce sont moins des considérations de défense de classes sociales défavorisées qui les poussent dans leurs intentions d’autonomie que l’exploitation de leur situation fiscale. Un pôle dialectique est bien en train de naître à Villeurbanne, mais pendant cette période qui suit la chute de l’Empire et le pénible avènement de la IIIe République, il s’édifie d’abord sur des intérêts économiques et financiers dont profite surtout la petite bourgeoisie, d’origine industrielle qui s’implante sur le terrain, ou d’origine rurale qui demeure en place. Le déterminant social n’entre en jeu que plus tard. De 1860 à 1890, le pouvoir local va être entre les mains des radicaux modérés, représentants de cette petite bourgeoisie à la fois rurale et industrielle.

3A Lyon, ce sont les mêmes qui dominent la vie locale mais en ne regroupant pas tout à fait les mêmes intérêts. Les professions libérales et les milieux d’affaires participent aussi à ce courant du radicalisme modéré. Il est intéressant de constater qu’au plan local, ces radicaux modérés vont se trouver opposés à propos de l'octroi (et donc de la nécessité de l’annexion de Villeurbanne) et qu’au plan départemental et régional, ils se retrouvent unis à chaque élection législative. La différenciation villeurbannaise qui se joue désormais sur le terrain politique ne se nourrit pas encore de grandes considérations idéologiques mais tout simplement de conflits d’intérêts. L’histoire de la première menace d’annexion va nous le montrer très clairement.

Les tentatives du conseil d'arrondissement (1856-1870)

  • 1 Les conseillers d’arrondissement, en parlant de « deuxième couronne » désignaient les banlieues qu (...)

4Du côté de Lyon, à peine les communes de la Guillotière, Vaise et la Croix-Rousse étaient-elles réunies à Lyon par le décret du 24 mars 1852 que déjà des projets de plus grande extension commençaient à circuler. Dès 1856, le conseil d’arrondissement de Lyon, dominé par les conseillers de la ville proprement dite, tous concernés par l’expansion du capitalisme provoquée dans la ville par le Second Empire, émettait le vœu d’une annexion de la « deuxième couronne »1 :

  • 2 Parc de la Tête d’Or.

« Aujourd’hui, il paraît étrange que le central (sic) populeux, administratif, communal et industriel de Lyon, c’est-à-dire son Hôtel de Ville et son quartier des Terreaux, se trouve placé à la lisière nord et nord-est de son territoire. On ne comprend pas que la suite du quai St-Clair et du faubourg de Bresse soient en-dehors de la ville. On comprend bien moins encore que les derrières du Jardin d’Hiver le soient également. Le Jardin Public2 qu’on établit pour la ville de Lyon, se trouve pour les deux tiers de sa surface, sur la commune de Villeurbanne. A six ou sept cents mètres de l’Hôtel-de-Ville, ce n’est plus sur le territoire lyonnais.
Le Conseil émet le vœu qu’on mette fin, le plus tôt possible, à cette singulière anomalie et qu’on réunisse à la ville de Lyon, surtout dans l’intérêt d’une bonne administration, les communes de Villeurbanne, de Caluire, de St-Rambert et de Sainte-Foy-lès-Lyon et le territoire de la Demi-Lune, seule circonscription qui placera l’Hôtel-de-Ville et son quartier des Terreaux, c’est-à-dire son centre administratif, commercial et industriel, dans son centre territorial. »

5Le 2 septembre 1856, le Conseil général confirmait ce vœu, en élargissant d’ailleurs le périmètre à la commune d’Écully. La demande fut réitérée en 1857, 1858, 1860 sans être mise à exécution par le pouvoir central qui craignait une trop grande extension de Lyon depuis les révoltes ouvrières des années 30. En 1862, le Conseil d’arrondissement revient à la charge dans sa délibération du 22 juillet. La commission préparatoire était entrée dans les détails dans le but de faire tomber les principales objections, que n’avaient pas manqué d’avancer les futurs annéxés. Elle démontrait que ces nouveaux annéxés ne paieraient pas beaucoup plus d’impôts, ni d’ailleurs les Lyonnais. Seuls les Villeurbannais et les habitants de Ste-Foy verraient une augmentation de leurs contributions, compte tenu des travaux à effectuer dans ces deux communes.

  • 3 Le cas de Marseille est assez différent de celui de Lyon. Depuis fort longtemps, le port de Marsei (...)

6La commission, reprise par l’ensemble du conseil d’arrondissement, développait aussi des comparaisons, d’une part avec Paris, d’autre part avec Marseille, pour démontrer que cet agrandissement de Lyon n’était pas une mesure arbitraire, mais correspondait en fait à une nécessité inhérente à toutes les grandes villes françaises. Paris, « pour maintenir son rang d’une des premières capitales du monde » avait dû annexer les Batignolles, Montmartre, La Chapelle, la Villette, Belleville, Charonne, Bercy, Grenelle, Vaugirard, Auteuil et Passy, et s’apprêtait à englober également une deuxième ceinture. L’exemple de Marseille3 était également cité. On venait d’y annexer 54 bourgs ou hameaux, ce qui rendait le territoire marseillais six fois plus grand que le territoire lyonnais. Avec ses 24.000 hectares et ses 261.209 habitants, Marseille n’allait-elle pas d’ailleurs ravir à Lyon ses deux titres de seconde capitale de la France et de capitale de Bassin du Rhône ?

7En 1863 et 1866, les mêmes thèmes étaient repris plus brièvement mais avec la même insistance et chaque fois, le Conseil Général confirmait ses souhaits dans le même sens, avec non moins d’insistance.

8Le Conseil d’arrondissement représente visiblement les nouveaux intérêts économiques apparus avec le Second Empire. Cette économie libérale a besoin d’espace et de rayonnement. Elle force la main au pouvoir central qui est très partagé : sa politique économique devrait favoriser comme à Marseille l’expansion mais sa politique générale lui conseille d’être fort prudent sur la voie d’une extension de Lyon. Les hommes influents de Lyon intéressés au développement économique n’ignorent pas que la conjoncture est favorable pour des annexions, car le pouvoir central est fort et peut facilement imposer ses volontés : les entreprises du préfet Vaysse sont là pour le montrer. L’évolution historique de la France montrera que leurs calculs étaient pertinents : nulle part en France après 1870 les grandes villes ne réussiront à annexer des banlieues qui possédaient l’autonomie communale. Finalement la méfiance du pouvoir central à l’égard du loyalisme lyonnais jouera en faveur de la différenciation villeurbannaise.

Après 1870, les nouvelles tentatives

9De 1870 à 1874, les responsables lyonnais, pratiquement sans pouvoir politique avaient d’autres préoccupations : le problème resta en suspens. Il devait être repris en Février 1873 : ce que les grandes stratégies économiques n’avaient pu débloquer, des raisons très pratiques de fonctionnement de l’octroi et de fiscalité allaient le relancer. La direction des contributions directes signalait que ses agents rencontraient de très grosses difficultés pour faire respecter la ligne d’octroi à Caluire entre le clos Bissardon et Montessuy. Dans le chemin creux, bordé des hauts murs des propriétés, les employés des contributions avaient vu plusieurs fois, passer au-dessus de leurs têtes, diverses marchandises sans avoir pu intervenir. Le 2 décembre de la même année, le directeur estimait le préjudice à 200.000 F et demandait de repousser la ligne d’octroi à Caluire. Aussitôt une commission municipale se met au travail. Le 18 février 1874, elle proposait au Conseil municipal et au préfet un projet de recul. Dans sa réponse, le préfet acceptait non seulement cette nouvelle limite, mais proposait aussi d’annexer Villeurbanne et une partie de Vénissieux (le Moulin-à-Vent) (lettre du 11 mars au Maire de Lyon).

10Les Lyonnais n’en attendaient pas tant... Le préfet, sur place, s’était rendu compte de l’importance pour la ville d’une possibilité d’extension et, dans le climat d’apaisement qui commençait de régner à Paris, à l’encontre de Lyon, il pensait que le moment favorable était arrivé. Dès le 14 mars, une réunion des responsables lyonnais entérinait avec satisfaction et empressement le point de vue préfectoral. Les maires de Villeurbanne, Caluire, Vénissieux, St-Fons, etc. recevaient sans plus tarder les instructions pour constituer les commissions syndicales prévues par la loi, et pour organiser l’enquête publique qui devait durer une semaine, du 22 au 27 mars 1874. Les conseils municipaux devaient se réunir le 30 mars, pour conclure.

11Le même jour, les trois enquêteurs désignés par le préfet, MM. Abel Sauzey, E. du Marais et G. Bourras envoyaient à ce dernier un premier rapport où ils exposaient leur propre opinion. Ils énuméraient un certain nombre de raisons pour lesquelles ces annexions devaient se faire, et tout spécialement celle de Villeurbanne :

121 – Le rapport s’ouvre sur des considérations d’ordre militaire. La défaite de 1870, et plus particulièrement l'efficacité des nouveaux canons inquiètent les responsables lyonnais :

  • 4 Rapport des commissaires enquêteurs sur le « Projet de réunion à la ville de Lyon de la commune de (...)

« La portée des nouvelles pièces d’artillerie rend indispensable d’établir autour de cette grande cité un système de défense qui en tienne l’ennemi assez éloigné, pour la préserver du bombardement. L’enceinte continue qui enveloppe Lyon à l’est ne répond plus à sa destination. Elle n’a plus sa raison d’être. Elle devra donc disparaître pour être remplacée par une autre. »4

13Ils proposent de tracer un cercle de cinq kilomètres de rayon, ayant comme point central le dôme de l’Hôtel-Dieu. La nouvelle enceinte qui recouvre en grande partie la digue insubmersible, construite une quinzaine d’années avant, englobe Villeurbanne qui se trouverait automatiquement agrégée à la ville, en même temps qu'une partie de Vénissieux.

142 – Avec la disparition de l’ancienne fortification, disparaît aussi la limite d’octroi, dont une grande ville comme Lyon a impérativement besoin. La nouvelle ligne de fortification, financée par l’État, constituera tout à fait normalement la nouvelle limite. L’annexion de Villeurbanne en découle automatiquement.

153 – Les intérêts pour Lyon sont évidents et bien connus : réintégration complète à l’intérieur de la ville du Parc de la Tête d’Or, ainsi que du champ de course de la Doua, où la municipalité lyonnaise pourra enfin faire des travaux, et aussi du champ de manœuvre situé à côté ; contrôle possible des digues qui protègent Lyon.

164 – Villeurbanne ne tirerait pas moins d’avantages de cette annexion. La suppression des servitudes militaires entraînerait la plus-value « considérable et immédiate » des propriétés. En temps de guerre, cette banlieue ne serait plus un « no-man’s land » exposé aux destructions et aux bombardements (aucun argument n’est à dédaigner !). Tous les projets villeurbannais retardés par manque d’argent, verraient enfin leur achèvement : ravitaillement en eau douce, en gaz, installation des égouts. De plus « Certaines catégories de malfaiteurs ou d’individus placés sous la surveillance de la Haute Police seraient mieux surveillés ou seraient même écartés. Enfin, prenant part aux charges financières de Lyon, Vénissieux et Villeurbanne bénéficieraient des services hospitaliers lyonnais, réputés depuis des siècles ».

CARTE DES LIMITES DE L’ANNEXION DE 1874

CARTE DES LIMITES DE L’ANNEXION DE 1874

175 – Les objections des annexés sont au nombre de 3, mais elles n’ont guère de poids ;

  • les annexés ne veulent pas payer les dettes des Lyonnais.
  • beaucoup d’entre eux sont ruraux et ne veulent pas être imposés de contributions nouvelles
  • l’annexion causerait la ruine des industries locales, ferait émigrer les ouvriers, entraînerait l’augmentation des denrées alimentaires.

« En 1873, répondent les trois commissaires-enquêteurs, l’octroi de Lyon a encaissé 28 F 419 par tête, y compris toutes les taxes qui grèvent les industries. C’est donc 12 à 13 centimes par jour et par tête, somme peu importe eu égard à l’élévation actuelle des salaires, somme bien inférieure en tout cas à celle que dépense, en général, l’ouvrier pour le tabac, le journal et les libations au cabaret et à la brasserie. Cette faible augmentation est largement compensée d’ailleurs par la plus-value du salaire dans la ville. On ne peut donc pas raisonnablement arguer des charges résultant de l’octroi pour prétendre qu’elles sont de nature à pousser à l’émigration des ouvriers et au transport des ateliers et usines hors de la ville ».

18L’octroi est nécessaire parce que la ville n’a pas d’autres ressources mais, comme en 1852 pour les trois communes déjà annexées, il y aura des aménagements possibles au plan financier. Les taxe diverses seront progressives et les habitants nouvellement rattachés à la ville ne doivent pas oublier les avantages nouveaux dont ils pourront jouir. Les enquêteurs lancent en particulier l'idée d’une voie ferrée de ceinture qui longerait la nouvelle enceinte militaire et qui pourrait même ceinturer tout Lyon sur une longueur de 30 ou 31 kilomètres. En dehors des avantages militaires d’une telle ligne les promoteurs du projet voulaient faciliter le transport des banlieusards, décharger Perrache et le tunnel St-Irénée, et surtout supprimer la jonction Perrache-Brotteaux qui coupait la ville en deux. Un certain nombre de gares auraient été réparties sur le pourtour lyonnais. Ils concluaient en soulignant que « les travaux de la nouvelle enceinte de Lyon, pourraient comprendre à la fois :

  • un fossé ou canal (navigable ou non)
  • un mur de soutènement du fossé ou canal
  • un terrassement ou remblai portant une plantation d’arbres
  • un chemin de fer protégé par ce terrassement
  • un boulevard circulaire intérieur. » L’enquête se terminait par des remarques sur les modifications de limites électorales, paroissiales, administratives. Le rattachement au diocèse de Lyon était désormais présenté comme une nécessité absolue.

19Tout, dans ce rapport préliminaire reflète le point de vue des nouveaux groupes économiques lyonnais, en particulier les projets d’infrastructure de transport (canal circulaire, chemin de fer pour le transport des marchandises mais aussi de la force de travail, boulevard circulaire routier). Le préfet est entièrement dévoué à cette cause qui sait se donner un visage libéral (les taxes seront progressives. Il sera toujours possible de prendre en considération les situations particulières, etc.).

Les réactions à Villeurbanne

20L’ensemble des populations concernées fut totalement insensible à tous ces arguments qui, à leurs yeux, laissaient dans l’ombre des points importants qui risquaient d’apparaître ensuite comme autant de préjudices regrettables. Le refus fut massif : près de 5.000 oppositions, 3 adhésions. Caluire fit remarquer que les nouvelles limites d’octroi, que retenait le projet, seraient encore plus difficiles à surveiller. Vénissieux montrait l’étrangeté de la raison invoquée par le préfet en faveur de l’annexion d’une partie de son territoire : la section de St-Fons désire se séparer de Vénissieux, mais est-ce pour être aussi absorbée par Lyon ? Quant à Villeurbanne, ce sont ses habitants qui devaient surtout remplir, malgré les délais très courts, le plus grand nombre de pages du cahier des enquêteurs. Il est impossible de reproduire toutes ces doléances dans le cadre de cet ouvrage. Citons seulement 2 lettres :

21– Celle de deux industriels de Beausobre et Labbe, fabricants de vernis et couleurs, dont l’usine était établie dans Factuelle rue Francis-de-Pressensé :

« Nous venons protester contre l’annexion de la commune de Villeurbanne à celle de Lyon. Il existe un très grand nombre d’industriels qui, tout en ayant leurs comptoirs à Lyon, doivent nécessairement avoir leurs fabriques ou usines en dehors de l’octroi, quoique le plus près possible du centre. La commune de Villeurbanne est leur grande ressource. Quelle sera leur position quand le projet sera adopté ? Ils seront obligés de se transporter au-delà des portes nouvelles, ce qui, non seulement serait ruineux pour eux, mais encore pourrait les amener par la suite, en raison de la plus grande distance, à quitter complètement la ville qui perdrait par là d’un côté ce qu’elle pense gagner par l’annexion.
Une réflexion pour terminer. Est-il juste de faire payer aux habitants des campagnes des charges qui ne doivent être supportées que par des citadins, justifiées par les avantages que leur procure le séjour d’un centre de population... ? »

22Cette lettre reflète bien le point de vue des industriels, qui, s’ils ont des intérêts généraux à l’extension de Lyon, ont aussi et d’abord des intérêts plus immédiats à maintenir le statu quo.

23Depuis 1847, les nouveaux installés villeurbannais ont changé de point de vue : ils ne réclament plus l'annexion qui modifierait sensiblement leur rente de situation. Ils bénéficient à Villeurbanne d’un remarquable affranchissement de taxes sur la matière première, d’une notable réduction de la patente et des autres impôts locaux, et surtout ils peuvent pratiquer des salaires moins élevés puisque leurs ouvriers ont trouvé à se loger à bas prix et à profiter d’un certain nombre d’avantages citadins sans en payer les charges. Ils seront fortement soutenus par ces derniers. Il faut noter encore le soutien apporté par ailleurs aux paysans par la dernière réflexion, soutien qui bien entendu n’est pas désintéressé. L’annexion visiblement se heurte à un faisceau d’intérêts convergents que représentent les radicaux modérés de Villeurbanne.

  • 5 Aujourd’hui rue Francis de Préssensé et rue Hippolyte Kahn.

24– Celle qu’envoient de leur côté 52 habitants, en majorité de la rue neuve des Charpennes et de la rue des Belles-Femmes5, qui n’ont pas pu venir à la mairie consigner leurs remarques sur le cahier des enquêteurs :

« Il ne faut pas perdre de vue que la population de Villeurbanne est pour partie agricole et pour partie industrielle et qu’elle est déjà accablée sous le poids énorme tant des anciens que des nouveaux impôts, elle ne vit plus qu’en ajoutant chaque jour de nouvelles privations à celles que lui impose sa rude tâche au travail. Augmenter ses impôts ou l’obliger à payer une taxe quelconque sur les objets de sa consommation serait lui rendre la vie impossible.
La partie industrielle de la population se compose surtout d’ouvriers travaillant dans des usines, et dont le budget se boucle à grand-peine, soit en raison de la modicité des salaires et des chômages avec lesquels ils n’ont que trop souvent à compter ; pour ceux-là, tout nouvel impôt les ferait déserter la localité.
Quant à la partie agricole, celle qui ne peut vivre que des produits de la terre, serait-il possible de lui faire supporter une augmentation des charges et surtout une taxe d’octroi sur les denrées qui sont nécessaires à son alimentation et à celle de son bétail ? Non, cela n’est pas soutenable, car tel fermier qui a consenti un prix de bail se verrait dans l’impossibilité de satisfaire à ses engagements antérieurs, pris pourtant de bonne foi alors que rien ne pouvait faire prévoir un surcroît d’impôts, ni les entraves qu’une ligne d’octroi entraîne forcément avec elle.
C’est pour ces motifs et pour bien d’autres encore, trop longs à énumérer ici, que nous nous opposons énergiquement au projet soumis à l’enquête. »

  • 6 Villeurbanne a en 1874 une population de 7.414 habitants. Seuls les chefs de famille sont électeur (...)

25Le cahier des enquêteurs regroupe 1.216 signatures6 dont un très grand nombre proviennent d’ouvriers qui demandent le maintien de leurs usines sur le sol communal, et qui se déclare solidaires de leurs patrons pour refuser l’annexion. Il n’y a pas encore conscience des intérêts de classe, le nombre des ouvriers étant encore peu élevé.

26Le Conseil municipal, enfin, devait clore dans sa séance du 13 avril le concert des protestations. Comme il était de règle à l’époque, les conseillers s’étaient adjoints les électeurs les plus imposés (au nombre de 11) qui, hormis 2 ou 3 propriétaires terriens particulièrement riches, étaient tous des industriels, installés depuis quelques temps sur la commune (Montaland, Bonnamour, Goiffon, Prat, Grand, etc.). Ce conseil élargi s’efforçait de décrire avec précision et sérénité la situation économique de la commune : l’agriculture, l’industrie et la petite propriété immobilière. M. Montaland, rapporteur, après avoir rappelé l’effroi et le refus unanimes, s’exprimait ainsi :

« Notre commune n’est donc qu’une réunion, d’abord de fermes agricoles disséminées sur un vaste terrain, ensuite d’habitations modestes en général, souvent peu confortables, occupées comme nous l’avons dit de petits rentiers propriétaires et surtout par une grande quantité d’ouvriers travaillant dans de nombreuses usines, formant la véritable et naturelle enceinte d’une ville qui, tout le monde le sait, doit sa gloire et sa prospérité au travail et à l’industrie.
Ceci posé, on peut mesurer de suite l’étendue des conséquences désastreuses que causerait fatalement le projet d’annexion, s’il était exécuté... l’agriculture, cela est évident pour tous, ne peut supporter les charges des villes, même dans des conditions plus douces que celles qui pèsent sur Lyon, et en face d’elles, à cause de la nature de notre sol et en raison de la cherté de la main-d'œuvre, la culture locale n’aurait plus de raison d’être, elle déserterait nos terrains trop peu productifs qui, dès lors, resteraient sans valeur.
La petite propriété verrait ses locataires, soucieux de l’équilibre de leur budget, la quitter de suite pour aller sur d’autres points rapprochés de nous, mais qui, plus heureux, ne sont pas menacés du terrible fardeau des charges nouvelles, Ste-Foy, Francheville, etc., etc.
A son tour, et par les mêmes motifs, l’industrie déserterait aussi et non sans raison, même si depuis 1832, époque de l’annexion de la Guillotière, attirée d’abord par certains avantages locaux, elle a établi sur notre territoire de nombreux établissements, aujourd’hui frappés très durement par les impôts de tout genre, conséquences inévitables de nos récents malheurs. Elle trouve dès à présent sa situation mauvaise et la lutte de plus en plus difficile avec l’étranger et dès lors, il est certain que pour éviter de nouvelles charges qu’elle ne saurait supporter sans ruine, elle n’hésitera pas à s’en affranchir et à transporter ses établissements en dehors des limites du nouvel octroi, entraînant avec elle les ouvriers qui forment plus des 2/3 de la population de la commune, et sur la présence desquels l’administration centrale a compté pour trouver les ressources qu’elle croit obtenir par la réussite du projet présenté...
...Et maintenant, après avoir montré les résultats funestes, inacceptables de l’annexion, si nous cherchons les avantages, les compensations qu’elle pourrait présenter, nous voyons qu’ils sont nuls, et qu’il n’est malheureusement pas possible qu’il en soit autrement... Lyon, dont les ressources financières, bien que très grandes, sont déjà absorbées par des besoins qui lui sont propres, Lyon, en voulant s’unir à nous, ne songe pas à notre bien-être, mais il songe tout simplement à trouver, par l’adjonction de notre commune, un supplément de recettes devenu nécessaire par l’insuffisance de son budget, et il n’est que juste de supposer qu’avec la meilleure volonté du monde, il restera impuissant à nous donner quoi que ce soit pour compenser ou même faiblement atténuer le mal qu’il viendra nous faire... »

Le refus sera voté à l’unanimité moins une voix

27Ce texte qui reprend les diverses doléances exprimées, en les synthétisant et en les ordonnant, présente aussi l’intérêt de nous décrire l’état de la commune juste avant le grand essor industriel. Les patrons de l’industrie jouent un rôle dans les décisions mais ils n’ont pas encore la majorité : ce sont encore les notables ruraux qui exercent l’influence déterminante (en superficie, ils ont encore les 9/10 de la surface). Toutefois la convergence des intérêts est nette, et le Conseil municipal la reflète bien : les ruraux s’appuient sur les nouvelles forces industrielles qu’on est tout prêt à écouter en haut lieu (ce n’est pas par hasard si Charles Montaland, président de la Société de Bonneterie et fabricant (de bougies) important sur la place de Lyon, est désigné comme rapporteur). Les nouveaux industriels mettent longuement en évidence les conditions économiques des ruraux, et les uns et les autres n’oublient pas la force d’appoint que représentent les propriétaires de maisons et d’immeubles qui assurent la fixation sur place d’une main-d’œuvre indispensable aux usines. Ces trois catégories sociales, regroupées sous l’étiquette de radicaux modérés sont tout à fait représentatives des forces sociales villeurbannaises jusqu’en 1892.

28Il faut noter l’insistance sur l’éloignement du centre de la grande ville : Lyon ne peut pas réellement absorber Villeurbanne au point de pouvoir lui procurer le même rythme et les mêmes avantages que le centre. Il y aura exploitation d’un territoire colonisé et non extension d’une seule et même ville. Par contre, Villeurbanne peut se permettre encore un destin autonome avec ses propres ressources. Cette première tentative d’annexion entraîne chez les élus municipaux et sans doute dans une notable partie de la population une prise de conscience d’une situation de différence dont seule bénéficient réellement, pour le moment, des catégories sociales aux intérêts convergents, mais qui va bientôt s’imposer, en évoluant, à l’ensemble de la population.

Les derniers développements

29Le 8 avril, les trois commissaires-enquêteurs avaient publié leur rapport, avant même que le Conseil municipal de Villeurbanne ne se réunisse. D’entrée de jeu, ils reconnaissent que « ce projet... a rencontré des oppositions ardentes et nombreuses et (que) si on ne tenait compte que des vœux qui ont été exprimés, on devrait se prononcer immédiatement contre son adoption ». « Mais, continuent-ils, il nous a paru qu’il fallait examiner la question de plus haut et voir si ici l’intérêt général ne devait pas primer les intérêts particuliers et si même ces intérêts étaient aussi gravement engagés qu’on le prétend ».

30Après avoir, comme dans leur premier rapport, passé en revue les différentes catégories de plaignants, ils s’efforcent de montrer que ces plaintes sont très nettement exagérées. L’octroi ne représente pas une grosse somme (10 à 13 centimes par personne), et les nouveaux impôts, comme pour la Guillotière et les autres communes annexées, seront mis en place progressivement. Les locataires des immeubles n’émigreront pas en grand nombre car ils ont leur emploi à Lyon et ils ne peuvent s’en éloigner. Les propriétaires de terrains peuvent prévoir des plus-values avec l’arrivée d’une urbanisation massive. Les usiniers ont tort de se faire du souci pour l’équilibre de leur budget, puisqu’à l’intérieur des limites actuelles de l’octroi, les industriels qui payent déjà des taxes réussissent à équilibrer le leur. De plus, les patrons villeurbannais ont mal lu la loi : il y a des détaxations possibles sur les matières premières. Les fermiers paieront des droits, mais mesurent-ils un certain nombre d’avantages que leur procurera une ville agrandie, en particulier pour la vente de leurs produits. Enfin, tous les futurs annexés bénéficieront d’un certain nombre d’améliorations non négligeables (voirie, transports, police, etc.).

31Le 17 avril, le Préfet communique toutes ces conclusions au Conseil d’arrondissement et au Conseil Général. Le Conseil d’arrondissement, sensible à la vague de protestations, se prononce contre le projet dès sa session d’avril alors que le Conseil Général préfère ajourner sa décision à plus tard.

32Le Préfet, mécontent, demande au ministre de l'Intérieur, l’autorisation de convoquer les conseillers généraux en session extraordinaire, ce qui est fait le 29 juin. Les trois rapporteurs avancent des arguments qui entraînent un refus à la quasi unanimité :

  • les communes qu’on veut réunir n’ont « aucun lien d’intérêt commun »
  • l’enquête a révélé 4.581 oppositions contre seulement 3 adhésions
  • Lyon a encore du terrain libre pour s’aggrandir
  • des banlieues sont nécessaires aux grandes villes. L’annexion les supprimerait.

33Les rapporteurs sont représentants de cantons ruraux. Ils ont été visiblement influencés par les élus ruraux des communes menacées d’annexion ; l’expansion économique de la ville n’est absolument pas prise en compte. Son mode de gestion est même l’objet de méfiance. Sous le prétexte fallacieux de maintenir une banlieue, on sauvegarde surtout les intérêts immédiats des agriculteurs. Des forces nouvelles de l’économie qui avaient pris l’initiative ont provoqué le réveil d’intérêts plus anciens dont la représentation politique est encore majoritaire.

34Le Préfet, qui était à l’origine du projet, essaie dans une manœuvre désespérée de faire au moins admettre, à défaut d’annexion, l’élargissement de l’octroi. Son amendement est aussi repoussé. Il ne se décourage pas pour autant, convaincu qu’il est du bien-fondé de l’agrandissement de Lyon. En novembre, il envoie au ministre de l’Intérieur un nouveau rapport, dans lequel il insiste sur les complications qu’entraîne pour les agents du fisc, le tracé actuel de la ligne d’octroi. Le ministre de l’Intérieur, peu enthousiaste, lui conseille de tenter une nouvelle démarche auprès des « plus imposés ». Il n’y a pas trace, dans les archives, de la réponse de ces derniers, mais il est hautement probable qu’elle fut fermement négative.

35L’année 1875 s’écoulera sans qu’il soit question de cette affaire. En avril 1876, un nouveau préfet est nommé, auprès duquel le Directeur des Contributions directes s’empresse d’intervenir, la fraude de l’octroi s’étant encore accentuée, M. Welche, le nouveau préfet, sachant par avance quelle sera la réponse des « plus imposés », s’efforce de convaincre Jules Favre le ministre de l’Intérieur, qu’il n’est pas nécessaire de les consulter. Ce dernier, dans un premier temps, accepte les propositions de son subordonné mais, sans doute sous l’influence de quelques parlementaires influents, revient sur sa décision. Le 29 janvier 1877, sa réponse parvient à Lyon :

36« Ce projet se justifierait assurément puisqu’il n’existe, dites-vous, entre Lyon et les sections que vous proposez de lui annexer, aucune solution de continuité ; vous ne croyez point cependant pouvoir soumettre utilement la question au Conseil municipal, cette assemblée devant, selon toute probabilité, émettre un avis opposé à celui de l’ancienne commission municipale qui a servi de base à l’instruction.

37Dans ces conditions et en présence de délibérations défavorables prises déjà par le Conseil d’arrondissement et par le Conseil Général, je ne jugerais pas opportun de saisir la Chambre du projet, et j’estime qu’il convient d’en ajourner la réalisation... »

38Depuis septembre 1870, les relations sont tendues entre le pouvoir central et la ville de Lyon. La mairie centrale vient juste d’être rétablie. Visiblement, le gouvernement de la République ne tient pas à accroître le pouvoir politique de cette ville par un accroissement de population. Le ministre de l’Intérieur est heureux de mettre, pour le moment, un terme à ce projet d’annexion, la deuxième ville de France dût-elle y perdre temporairement au plan économique. De leur côté, les radicaux modérés, présents dans les deux camps ne tiennent pas à manifester leurs divisions aux yeux du pouvoir central qui les surveillent de près. Là aussi l’intérêt économique est sacrifié aux intérêts de politique générale. Pour l’heure, les rapports de force locaux jouent en faveur de l’autonomie villeurbannaise.

Notes

1 Les conseillers d’arrondissement, en parlant de « deuxième couronne » désignaient les banlieues qui se situaient immédiatement derrière la Guillotière, Vaise, la Croix-Rousse (première couronne qui venait d’être annexée) à savoir Caluire, St-Clair, St-Rambert, Villeurbanne, Bron-les-Essarts, Vénissieux, le Moulin à Vent, St-Fons et Ste-Foy-les-Lyon.

2 Parc de la Tête d’Or.

3 Le cas de Marseille est assez différent de celui de Lyon. Depuis fort longtemps, le port de Marseille avait une zone franche qui s’étendait assez loin dans les terres, incluant les 54 villages ou hameaux dont parle le texte. Les conditions fiscales étaient unifiées dans ce territoire, ce qui facilitait l’annexion voulue par le Second Empire, qui donnait ainsi au port phocéen un rôle important dans le développement de la France. Par ailleurs, l’annexion de ces hameaux ruraux ne représentait pas la même menace politique pour le pouvoir impérial que celle des banlieues industrialisées de Lyon. Aujourd’hui encore les zones rurales sont nombreuses dans Marseille et le cheptel y est abondant.

4 Rapport des commissaires enquêteurs sur le « Projet de réunion à la ville de Lyon de la commune de Villeurbanne et d’une partie de la commune de Vénissieux », dans le dossier « Annexions » non classé, archives municipales de Lyon.

5 Aujourd’hui rue Francis de Préssensé et rue Hippolyte Kahn.

6 Villeurbanne a en 1874 une population de 7.414 habitants. Seuls les chefs de famille sont électeurs et signent l’enquête, ce qui veut dire que les 1.216 signatures représentent la quasi totalité des signataires possibles.

Table des illustrations

Titre CARTE DES LIMITES DE L’ANNEXION DE 1874
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 393k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search