Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Première partie. Des origines rurales à la menace d'annexion de 1903

Chapitre II. De nouvelles données administratives : le rattachement au Rhône et la première industrialisation

Texte intégral

Le rattachement au département du Rhône

1Les révoltes des canuts de 1831 et de 1834 n’ont guère d’écho dans la société villeurbannaise encore préoccupée de problèmes ruraux. Toutefois une déconcentration de l’industrie textile commence à gagner le quartier des Charpennes où des ateliers de fabrication de tulles et de dentelles s’installent. Aux Maisons Neuves, des ouvriers travaillant surtout à la Guillotière occupent des logements que des propriétaires fonciers bâtissent sur leurs terrains. Villeurbanne se trouve concernée directement par l’expansion lyonnaise.

2Des problèmes de fonctionnement économique ou juridique apparaissent. La rentabilité et l’efficacité diminuent. Grenoble et Vienne sont ou très loin, ou peu préparées à répondre rapidement aux nouveaux besoins. Le petit village rural, en voie d’agrandissement prend conscience que le développement et les mutations économiques le satellisent dans l’orbite de la grande cité qui sort de ses anciennes limites. Il fait désormais partie, qu’il le souhaite ou non, de ce que l’on appelera plus tard l’agglomération lyonnaise. Les responsables vont devoir tirer les conclusions de la nouvelle situation. Jusque là, la situation de différence (barrière du Rhône - limites administratives séculaires) induisait la politique de différenciation. Désormais les éléments de la situation de différence seront à la fois autres et plus déterminants : ce sont les données sociales et démographiques qui vont constituer la cause première de la différenciation, à condition que se manifeste une médiation idéologique. Jusque-là, on peut à peine parler de volonté de différenciation. Les données de géographie naturelle imposent de façon presque mécaniste la différenciation. Désormais, il faudra la vouloir, c’est-à-dire prendre acte de la présence massive de la classe ouvrière sur le territoire communal et promouvoir en conséquence une politique répondant aux attentes localisées de cette classe.

3De plus, comme la différence n’est plus d’abord inscrite dans la configuration purement naturelle du terrain, la différenciation sera le produit d’un rapport dialectique créé par les élus villeurbannais. Villeurbanne à partir de 1852 est entrée dans le « champ magnétique » de l’agglomération, « champ magnétique » où pourront s’exercer en sens inverse des forces de rapprochement pouvant aller jusqu’à l’assimilation et des forces tendant à l’existence différenciée. L’histoire de la différenciation sera précisément l’histoire des choix (ou des non-choix) faits à travers le temps, en fonction des conjonctures nouvelles apparues dans ce « champ magnétique » qui ne cessera de s’agrandir et d’évoluer vers une complexité toujours plus grande. Les textes que nous allons maintenant citer montrent clairement que c’est pendant la décade 1840-1850 que se détermine la mise en place de ces forces antagonistes qui vont désormais toujours jouer dans l’histoire villeurbannaise.

4Déjà dans des délibérations du Conseil Municipal du 24 avril 1842 et du 17 novembre 1844, la question du rattachement administratif au département du Rhône est posée. Mais c’est le compte-rendu du 19 mai 1847 qui exprime de la manière la plus complète la nouvelle situation et les conclusions qui doivent logiquement en découler :

« Un membre du Conseil propose d’examiner de nouveau la question de la réunion de la commune au département du Rhône : après discussion, le Conseil reconnaît que l’impérieuse nécessité de cette réunion se fait sentir de plus en plus chaque jour... La ville de Villeurbanne, dont les habitants font suite à la ville de la Guillotière et forment pratiquement corps avec elle, (a connu) un développement tel que sa population qui, il y a quelques années, était de deux mille huit cents âmes, s’élève aujourd’hui à quatre mille trois cents, sans y comprendre la population flottante qu’on peut évaler à cinq ou six cents âmes.
La commune de Villeurbanne est limitée par le département du Rhône au nord, à l’ouest et au sud ; plusieurs de ses rues appartiennent d’un côté au département de l’Isère, de l’autre au département du Rhône. Le Grand Camp, consacré aux manœuvres de la garnison de Lyon, est tout entier sur Villeurbanne et presque dans le centre. La commune est, dans toute son étendue, soumise aux servitudes créées pour la défense des places de guerre ; elle dépend donc essentiellement du Génie qui commande la place de Lyon ; c’est donc dans l’intérêt de l’État une première raison de réunion au département du Rhône.
Au point de vue administratif, la nécessité de la réunion n’est pas moins évidente. Pour les affaires les plus minimes, pour des difficultés qui demandent une prompte solution, il faut recourir à Vienne, à Grenoble ; des lenteurs sont inévitables. Une conférence du Maire et du Préfet simplifierait bien souvent les questions embrouillées ou envenimées, mais un déplacement coûteux, une perte de temps trop considérable deviennent des obstacles et tout se fait par correspondance, et tous les besoins souffrent et les améliorations sont lentes et impossibles et les habitudes ne tiennent pas compte de ces difficultés :...
L’intérêt du Trésor autant que des habitants de Villeurbanne profiterait de cette réunion. La crainte de procès à soutenir devant le Tribunal de Vienne, devant la Cour de Grenoble, éloigne de Villeurbanne soit les prêteurs, soit les acquéreurs...
Les relations de Villeurbanne avec Lyon sont de tous les jours et des tous les instants ; tous ses produits agricoles sont vendus à Lyon comme tout ce dont elle peut avoir besoin est acheté à Lyon. L’existence de Villeurbanne se lie essentiellement à celle de Lyon et cependant les deux communes sont séparées par une délimitation qu’on pouvait tolérer alors que sur le sol de Villeurbanne végétaient quelques pauvres cultivateurs, mais qui doit disparaître en présence de l'accroissement de sa population et de ses intérêts agricoles et manufacturiers qui réclament à bon droit une protection qui leur est dûe.
La population lyonnaise traverse le Rhône, elle adopte la rive gauche, la ville de la Guillotière devient considérable ; les terrains y sont à un prix élevé ; les industriels, malgré les nombreux obstacles qui les attendent, se portent sur Villeurbanne ; déjà, on y compte un certain nombre de manufactures et d’usines ; qu’on brise les entraves qui les enchaînent, que la réunion au département du Rhône soit prononcée, l’industrie et l’agriculture prendront leur essor et dans peu d’années, la population de Villeurbanne aura doublé ainsi que ses valeurs immobilières. La réunion demandée peut-elle froisser quelques intérêts ? Évidemment non. Qu’importe au département de l’Isère qu’on diminue sa vaste surface de trois ou quatre communes comme Vaulx, Villeurbanne, Bron et Vénissieux ! Le canton de Meyzieu compte seize communes ; il en conservera douze qui certes seront suffisantes pour constituer un canton important...
Le ministère daignera faire droit à nos réclamations et ce sera un acte de haute justice autant que de bonne et intelligente administration. Il le fera avec d’autant plus de raison que ce vœu de réunion n’émane pas seulement des habitants de Villeurbanne, mais que déjà le Conseil Général du département du Rhône, étudiant les besoins de la ville de Lyon et comprenant les nécessités de l’administration, a formellement exprimé le vœu de cette réunion dans sa session du mois. ».

5L’initiative vient donc de Villeurbanne. La décision de 1852, qui apparaîtra à beaucoup comme un acte unilatéral d’autorité impériale en ce qui concerne les trois faubourgs annexés, vient à Villeurbanne en réponse à une demande insistante.

6Toutefois il faut noter :

  • qu’il n’est absolument pas question d’une annexion de la commune à Lyon. Les responsables veulent garder leur autonomie de décision.
  • qu’on ne parle pas des souhaits de la population. On dit même que « les habitants ne tiennent pas compte des difficultés » que rencontre l’administration municipale dans sa gestion.

7Derrière ce texte, on perçoit la présence d’un groupe qui voit d’abord ses propres intérêts économiques et qu’on va retrouver pendant encore de nombreuses années. Ce sont des propriétaires qui cherchent la meilleure rentabilité pour leurs terrains. Beaucoup de capitaux sont encore ruraux mais les conditions d’exploitation ont visiblement changé. L’expression « ...une délimitation qu’on pouvait tolérer alors que sur le sol villeurbannais végétaient quelques pauvres cultivateurs... » est significative. D’autres capitaux cherchent à s’investir dans l’industrie et les complications purement administratives s’avèrent particulièrement agaçantes. L’appel à l’État et les arguments employés (fonctionnement militaire, efficacité de la police, libre circulation de l’argent) sont également révélateurs. Ce groupe va contrôler l’évolution villeurbannaise jusqu’à l’apparition des républicains dits « progressistes » dans la dernière décennie du siècle. Il sera toujours favorable au parti de l’ordre et, après la courte transition de la 2e République, se ralliera sans difficulté à Napoléon III.

8Le 11 janvier 1852, il réitère de façon instante sa demande de rattachement au Rhône. « Les motifs développés dans la délibération du 19 mai 1847 deviennent par les circonstances de jour en jour plus urgentes... » Il faut au moins attribuer au département du Rhône « tout ce qui touche à la Sécurité ». « Deux administrations appartenant à des départements différents ne peuvent produire que des tiraillements et des conflits dommageables... » « Tous les intérêts se trouveront protégés par cette mesure ».

9On sait que le décret du 24 mars suivant qui annexe La Guillotière, Vaise et la Croix-Rousse va leur donner satisfaction. Villeurbanne entre dans la zone d’influence directe de Lyon. Jusqu’où va aller la dépendance ?

La création du nouveau canton

10Dès le 28 avril, dans le cadre de la réorganisation générale de l’est lyonnais, le Conseil Municipal est à nouveau sollicité par l’autorité préfectorale. Il s’agit de donner un avis sur l’organisation du nouveau canton, issu du détachement de 4 communes du département de l’Isère et du canton de Meyzieu. Où doit être le chef-lieu de canton ? Les Villeurbannais conscients de la position centrale qu’ils occupent font immédiatement acte de candidature. Après avoir présenté ses observations sur l’utilité de la formation d’un canton de toute la banlieue de Lyon, les élus poursuivent :

  • 1 Cité Napoléon - aujourd’hui Place Albert-Thomas.
  • 2 Il s’agit de la Rise qui, à l’époque, coule à découvert au pied de la Balme Viennoise.

« Quant au siège de la Justice de Paix, il ne peut être placé ailleurs qu’à Villeurbanne, qui est le centre des affaires ; c’est la commune la plus importante par sa population de 5.400 âmes dont 1.000 ouvriers, 500 métiers pour la soierie et 80 maisons de débits en hôtels, restaurants, cafés et cabarets. Sauf Vénissieux, tout le territoire se groupe autour de Villeurbanne à 2, 3, 4 kilomètres au plus. Sa position limitrophe de la ville de Lyon doit lui procurer un accroissement rapide ; l’un des principaux quartiers, les Charpennes, est à 20 minutes des Terreaux, siège du haut commerce de Lyon ; la cité Napoléon1 qui est à peu près à la même distance, est en face du centre de cette ville ; le quartier des Maisons-Neuves, qui est placé sur la route départementale de Lyon à Crémieu et à Genève, possède un cours d’eau qui est en voie d’amélioration2 et qui doit y mener une foule d’industries du commerce de Lyon ; il est traversé par trois routes départementales de Crémieu, Lafayette et du Sacré-Coeur. »

11Corrélativement, le quartier de Montplaisir, que le Préfet présentait aussi comme une possibilité pour le chef-lieu est décrié : c’est un lieu sans équipement où l’on ne trouve que des résidences d’été pour la bourgeoisie lyonnaise. La démonstration villeurbannaise ne convainc pas pour autant immédiatement l’autorité de tutelle. Cette dernière avance même une contre-proposition au mois de mai 1853 : pourquoi ne pas situer les deux chefs-lieux de cantons aux portes de Lyon, l’un aux Brotteaux avec comme territoire la moitié de Villeurbanne et Vaulx-en-Velin, l’autre à la Guillotière avec l’autre moitié de Villeurbanne, Bron et Vénissieux ? Cette proposition présentait l’avantage de centrer les nouveaux territoires sur Lyon en privilégiant les axes d’industrialisation et d’urbanisation. Toute la vie était en quelque sorte drainée vers la grande ville.

12La réponse du Conseil Municipal villeurbannais le 20 juillet 1853 est catégorique. Cette partition du territoire est insensée : la commune représente une unité qui a acquis son organisation autonome. Pourquoi la détruire ? De plus, c’est un centre au milieu de ses communes encore très rurales. Les problèmes de la Guillotière, déjà plus urbains, ne sont pas les mêmes ni les affaires traitées. Villeurbanne est équipée pour répondre à un certain type d’économie. Elle n’a en tout cas rien à voir avec le quartier des Brotteaux, avec lequel elle n’a aucun échange de quelque espèce que ce soit. Cette dernière remarque montre à l’évidence qu’on ne se sent pas de la même bourgeoisie. Finalement, c’est l’hypothèse villeurbannaise qui sera retenue : elle renforcera dans les années suivantes la relative autonomie de la commune. Une partie non négligeable des affaires convergeait vers Villeurbanne.

Le domaine religieux

  • 3 On sait qu’il en sera ainsi jusqu’en 1955. Cf. chapitre I, note 9.

13Si toute la vie civile était désormais branchée sur Lyon, ce n’était pas le cas de la vie religieuse. L’évêque de Grenoble avait toujours juridiction jusqu’aux portes de la Guillotière3. Les responsables municipaux ne tardèrent pas à trouver cette situation anormale. En 1856 (février) ils en font part au Préfet pour qu’il fasse pression auprès des autorités ecclésiastiques. Dans ce milieu, l’attachement aux traditions anciennes étant sans doute le plus fort, aucune décision ne fut prise.

  • 4 De 1852 à 1856.

14En 1860, le Conseil municipal revient à la charge. Les promesses du développement industriel commencent, avec la première période de l’Empire, à devenir réalité. Le terrain villeurbannais s’offre tout entier au développement capitaliste de Lyon, puisque la digue insubmersible vient d’être construite4. Les intérêts du groupe dirigeant les amènent à envisager l’annexion comme possible. S’il le faut, Villeurbanne peut n’être qu’une banlieue, un faubourg industriel de Lyon. Mais citons plutôt le compte-rendu de la délibération :

  • 5 Le Conseil municipal sait qu'il a des églises et des bâtiments religieux à construire, en particul (...)
  • 6 Le diocèse de Lyon ne participera pas, au cours du XIXe siècle, au courant ultramontain, comme bea (...)

« Cette commune qui faisait partie du département de l’Isère a été réunie au département du Rhône par décret du 24 mars 1852. Son agglomération avec la ville de Lyon est non interrompue...
...La même nécessité, qui a fait se réunir les communes au département du Rhône, existe pour les joindre au diocèse de Lyon. La commodité de juridiction évite des déplacements onéreux. Dans une foule de circonstances, il faut recourir à Grenoble qui est à cent kilomètres de Lyon. Les intérêts moraux réclament impérieusement cette mesure. Loin du pasteur, il y a plus de relâchement. La protection des intérêts matériels du culte est nécessairement plus efficace de près que de loin, surtout à Lyon où un prince de l’Église possède de plus grandes ressources et plus de moyens d’action5.
Les demandes de dispenses sont plus tôt accordées et évitent des retards qui font surtout obstacle aux mariages. Lorsque la bénédiction nuptiale ne peut être immédiatement donnée, certaines unions s’en passent, ce qui est fréquent.
Les rites ne sont pas les mêmes6 et les instructions pastorales sont modifiées. C’est une véritable anomalie que des communes faisant partie de l’agglomération lyonnaise et ne composant qu’une même population ressortent, pour toutes les branches d’administration civile et judiciaire, de Lyon et en soient séparées d’une grande distance pour l’exercice du culte.
Le Conseil municipal, convaincu de la nécessité de la réunion de la commune au diocèse de Lyon, vote à l’unanimité cette mesure qui sera aussi favorable aux intérêts moraux qu’aux intérêts matériels de l’agglomération.
La Commission municipale insiste sur l’annexion de la commune de Villeurbanne à la ville de Lyon. Cette commune, dont l’agglomération est confondue avec cette ville, et dont elle forme un faubourg compact sans aucune interruption, sollicite avec instance cette mesure qu’appellent toutes ses relations de famille, ses intérêts civils, judiciaires et administratifs, ainsi que son commerce destiné principalement à l’approvisionnement de Lyon. Son isolement qui la prive d’une bonne police et qui crée de nombreuses difficultés administratives, est pour elle un obstacle à son développement et à sa prospérité. Il en résulte pour son administration une nécessité impérieuse et absolue... »

15Un an plus tard, on ne se contentera plus d’un souhait : « Le conseil, toujours préoccupé des avantages qu’il y aurait pour la commune à être annexée soit à la ville de Lyon, soit à son diocèse, décide que Monsieur le Maire, accompagné de Monsieur Valcis, porteront à Monsieur le Sénateur et à son Éminence le Cardinal de Lyon, copie de la délibération du 13 mai 1860 qui a trait à ces deux questions ».

16La demande d’alignement du domaine religieux sur les autres domaines de la part des responsables villeurbannais, semble tout à fait normale. Il faut quand même noter les conséquences sur la moralité publique qu’ils en tirent (restreindre au maximum l’union libre). C’est une réaction typique de l’ordre moral du début de l’Empire. La conclusion du texte, demandant l’annexion pure et simple à la ville de Lyon, est plus inattendue. C’est en tout cas la première et pratiquement la seule. 11 semble d’ailleurs que tout le conseil ne soit pas rallié à cette hypothèse, car il est question seulement d’une commission municipale, et la délibération de 1861 laisse une alternative : soit au diocèse, soit à la ville. Comme on l’a dit déjà, toute la population n’apparaît pas derrière ces souhaits : seul un groupe d’intérêts économiques, et dans un moment historique déterminé, pense devoir réduire la ville au rôle de faubourg lyonnais. Ce vœu ne sera suivi d’aucun effet. Quand la question se posera à nouveau, et non plus du fait des Villeurbannais, la situation aura changé et les avis seront profondément différents.

Notes

1 Cité Napoléon - aujourd’hui Place Albert-Thomas.

2 Il s’agit de la Rise qui, à l’époque, coule à découvert au pied de la Balme Viennoise.

3 On sait qu’il en sera ainsi jusqu’en 1955. Cf. chapitre I, note 9.

4 De 1852 à 1856.

5 Le Conseil municipal sait qu'il a des églises et des bâtiments religieux à construire, en particulier aux Charpennes, et qu’à Lyon il trouvera plus facilement des moyens de financement. C’est peut-être là son premier but dans cette demande de rattachement.

6 Le diocèse de Lyon ne participera pas, au cours du XIXe siècle, au courant ultramontain, comme beaucoup de diocèses de France. L’un des signes de cette réaction gallicane consistera précisément à garder ses rites liturgiques propres.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search