Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Première partie. Des origines rurales à la menace d'annexion de 1903

Chapitre I. Un héritage qui contenait des éléments de différence : le passé rural de Villeurbanne jusqu’en 1852

Texte intégral

  • 1 Cf. MONTFOUILLOUX (A.) - Le plat pays lyonnais - dauphinois de la rive gauche du Rhône (Villeurban (...)

1VILLA URBANA, la ville « urbaine » (c’est-à-dire l’exploitation agricole « appartenant à la ville » ou encore « proche de la ville ») est une implantation ancienne datant de l’époque gallo-romaine1.

2Comme nous l’avons expliqué dans notre introduction, notre objectif est de mettre en évidence les politiques de différenciation, produit de la volonté des hommes.

3A l’époque de la grande industrialisation, la politique de différenciation s’exprimera surtout dans la « gestion » spécifique des rapports sociaux issus de cette industrialisation. Dans la période qui précède, d’autres facteurs créent la situation de différence et permettent la différenciation : situation géographique, décisions administratives, partages historiques. Nous ne voulons pas les passer sous silence, car il nous semble qu’ils sont à l’origine d’un certain atavisme qui a longtemps marqué les mentalités, atavisme qui a permis par la suite l’orientation différenciée de Villeurbanne.

La barrière du Rhône

  • 2 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre X, « Bêche en Velin », p. 163 ss. Il existe encore dans ce quar (...)

4Avant 1870, le sol villeurbannais est « mis en état de différence » par la frontière naturelle que représente le Rhône. On a peine à s’imaginer aujourd’hui, à l’heure où une dizaine de ponts permettent de franchir à chaque instant cet obstacle, quelle barrière et quelle frontière il a représenté pour des générations. Certes, des ponts (ou plutôt un pont) furent construits très tôt par les romains audacieux qui contrôlaient le confluent et y avaient créé l’important centre de Lugdunum. Mais le premier ouvrage, qui ait eu sur ce fleuve au cours impétueux et irrégulier, une existence durable, date seulement du XVIe siècle, sous le régne du roi Henri IV. Il s’agit du pont de la Guillotière qui dut supporter l’intense trafic entre le Royaume de France et les Alpes, le Royaume de Savoie et l’Italie. On passait d’une rive à l’autre assez commodément, semble-t-il, mais il n’est pas, malgré tout, étonnant que les habitants aient eu le sentiment d’appartenir à des territoires différents, car ce point de passage constamment encombré, était le lieu d’un contrôle permanent où les marchandises étaient taxées d’un droit d’octroi. Le bourg de la Guillotière s’est d’ailleurs édifié autour de ce point de passage obligé. Succédant au petit port de Beche-en-Velin2, qui se situait plus au sud et fut définitivement détruit à l’époque des guerres de religion, le nouveau bourg remplit pendant des siècles le rôle de villefrontière et de cordon sanitaire à l'entrée du pont et... du Royaume de France.

5Lyon, de son côté, ne s’est étendu que très tardivement à l’est, s’agrandissant par contre sur la colline de la Croix-Rousse, quand la « fabrique » est devenue sa principale activité économique aux XVIe et XVIIe siècles. Il faut attendre le XVIIIe siècle et les travaux de Jean Antoine Morand, pour que change la situation. Cet ingénieur construit une digue et un nouveau pont qui vont permettre l’édification du nouveau quartier des Brotteaux au début du XIXe siècle. le Rhône n’est désormais plus un obstacle physique, mais la frontière qu’il a longtemps constituée au centre du paysage, laisse sur le terrain des entités administratives habituées à réagir différemment.

Le cadre dauphinois

  • 3 MONTFOUILLOUX - Op. cit„ chapitre XVIII, « Le bourg de la Guillotière », p. 259.

6Derrière la Guillotière, qui n’apparait comme réalité administrative qu’au XVIe siècle3 (et qui va même, pendant un temps, éclipser Villeurbanne, dont l’église à Cusset sera pratiquement abandonnée), trois anciennes implantations veillaient comme sentinelles avancées du pays dauphinois :

  • CHAUSSAGNE4 - village à côté de l’actuelle église St-Alban, près des hauteurs des Essards et du domaine de Montvert.
  • CHAMPAGNEUX5 - autre village situé à peu près sur l’actuelle propriété des Frères de St-Jean-de-Dieu (qui s’y installèrent en 1826).
  • VILLEURBANNE - enfin, qui pendant longtemps fut réduite au hameau de Cusset, juché sur le rebord méridional du territoire communal actuel, terrasse fluvio-glaciaire qui porte couramment le nom de Balme viennoise, et domine d’une quinzaine de mètres une seconde terrasse facilement inondable par le fleuve.

7Comme nous l’avons indiqué dans la préface de cet ouvrage, consacré à l’histoire de la différenciation de Villeurbanne, nous nous contentons dans ce chapitre de noter à grands traits les divers pouvoirs politiques qui ont contrôlé ce plat pays de l’Est lyonnais. Bien que rapides, ces annotations permettent de saisir quelques-unes des habitudes locales qui ont pu s’inscrire dans les mentalités et marquer cette commune d'un caractère particulier.

  • 6 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre II, « Les anciens souverains de Villeurbanne », p. 12.

8Dès le VIe siècle, on a trace de revendications à propos de ces terres. En 456, les Burgondes s’étaient établis sur ce que les romains appelaient « La Première Lyonnaise ». Il y eut partage de terres entre les chefs barbares victorieux et les sénateurs gallo-romains6. Aux Burgondes, succédèrent les Francs, que l’église préférait favoriser parce qu’ils n’étaient pas ariens...

  • 7 Appelés ainsi parce qu’ils possédaient cet animal marin dans leurs armes, lequel figure toujours s (...)

9En 843, intervient le Traité de Verdun qui voit le partage de l’empire franc de Charlemagne. Boson, frère de Richilde, seconde femme de Charles le Chauve, règne sur ces régions lyonnaises (son nom se trouve dans divers actes intéressant Villeurbanne). C’est de cette époque que date cette idée de frontière tracée par les cours du Rhône et de la Saône que conserve longtemps la fameuse expression des bateliers qui « piquaient en Empire ou en Royaume », selon qu’ils gouvernaient leurs embarcations par rapport à l’une ou l’autre des deux rives. C’est ainsi que le Rhône, dans l’esprit de beaucoup, en dehors du fait qu’il était difficile à traverser, sépara administrativement Lyon d’un côté, le comté de Savoie puis le Dauphiné de l’autre. Les Dauphins7 de Vienne ne se disaient-ils pas maîtres sur leur rive « aussi avant qu’un cavalier armé peut entrer dans le fleuve, sans que le cheval nageât, plus un jet de lance » (« plus neuf grains de blé », trouve-t-on parfois).

  • 8 Cité par MONTFOUILLOUX, op. cit., chapitre III, p. 13.

10Le territoire villeurbannais ne possède pas, à ces époques, de château féodal et n’est donc le lieu de résidence d’aucun seigneur : c’est une terre, traversée par ceux qui se font la guerre, échangée au moment des traités de paix, sans doute souvent décimée par les inondations périodiques du fleuve et surtout par les hommes. Les Burgondes reviennent, avec la complicité des évêques de Lyon, en possession de ce territoire et fondent le comté de Lyon qui, au gré des affrontements entre seigneurs locaux (Montluel, Miribel, St-Symphorien-d’Ozon, etc.) passera entre les mains de divers possesseurs plus ou moins importants : empereurs allemands, ducs de Savoie, en attendant de devenir l’héritage des dauphins de Vienne8.

  • 9 Jusqu’à une date récente, 1955, les paroisses de Villeurbanne appartenaient au diocèse de Grenoble (...)
  • 10 L’archevêque de Lyon recueille le produit de la dime à Villeurbanne, mais les Dauphinois ne le lai (...)

11Les archevêques de Lyon, à partir du IXe siècle, voulurent contrôler ce comté, toujours au plan spirituel et le plus souvent au plan temporel9. Contre leurs prétentions et leurs empiètements, les pouvoirs séculiers successifs ne cessèrent de marquer leurs droits jusqu’au Rhône, tout particulièrement au temps des Seigneurs du Dauphiné. On sait qu’au Moyen-Age, le droit consacrait d’abord les possessions des personnes privées, propriétaires par héritage ou par donation de terres ou par alliances matrimoniales. Les droits des archevêques de Lyon étaient reconnus dans la mesure où ils n’apparaissaient pas comme une annexion déguisée ou une fusion subreptice. L’archevêque fut le plus souvent décimateur10 de Villeurbanne, mais ce droit relevant du spirituel demeurait très étroitement surveillé dans les autres domaines. A l’inverse, les Seigneurs de la rive Est, par exemple, pouvaient être amenés à renoncer à leurs droits sur des possessions dans Lyon. Ainsi le 1er avril 1173, une bulle papale approuve une transaction entre le chapitre de la cathédrale et le comte de Miribel par laquelle celui-ci accepte de ne plus rien revendiquer à Lyon

  • 11 MONTFOUILLOUX - Op. cit, chapitre II, p. 24.

12A partir de 1334, ce sont les dauphins viennois qui, après accord avec les comtes de Savoie, contrôlent ce territoire. Jusqu’en 1852, date du rattachement de la commune de la Guillotière, jusque là indépendante de Lyon, l’est lyonnais sera terre dauphinoise, même si la dynastie des dauphins viennois n’en est plus directement propriétaire. En effet, alors que le conflit avec les comtes de Savoie n’est pas définitivement réglé, Humbert II, en 1349, par suite de la mort tragique de son fils (tombé accidentellement de la fenêtre du palais dans l’Isère), cède, sur les conseils du pape, ses états au roi de France. Toutefois, Philippe d’Orléans, second fils de Philippe II de Valois, à qui est faite la donation, ne peut exercer ses droits sur ces nouveaux territoires en tant que roi de France. Une clause de la donation prévoyait en effet « que celui des enfants de France auquel les états auraient été cédés, ou ses successeurs dans la possession du Dauphiné devraient porter le nom de Dauphin de Viennois et les armes du Dauphiné écartelées de celles de la France :11.

13Ceci devait créer une situation fort curieuse. Quand, sous Louis XI, l’archevêque de Lyon vint faire valoir ses droits sur la Guillotière, « les consuls et les manans » de ce bourg lui répliquèrent qu’ils habitaient une terre étrangère à la sienne et ils en appelaient au « roi-dauphin » contre le « roi de France », ce qui fait ressortir, comme le souligne Montfouilloux, « la dualité des personnes morales de droit public dans une même personne physique » et aussi le rôle de frontière que remplissait le fleuve.

  • 12 MONTFOUILLOUX - Op. cit, chapitre XII, « Le procès verbal de Maître Louis Tindo (23 août 1479) », (...)

14Cette dernière affaire devait d’ailleurs bien montrer que cette frontière juridique du Rhône entre le Royaume et l’Empire, entre Lyon et le Dauphiné n’était pas absolue. L’archevêque de Lyon avait en effet des droits sur le fief de Beche-en-Velin auquel avait succédé le bourg de la Guillotière. Le Rhône ne pouvait plus être la limite. Le roi Louis XI, en 1479, sera amené à juger du tracé de la véritable frontière, incluant Beche-en-Velin dans le territoire lyonnais. Maître Tindo, licencié en lois, conseiller du roi et secrétaire de ses finances, sera envoyé sur place pour déterminer cette délimitation qui va devenir par la suite la limite entre Lyon et Villeurbanne. Ce procès-verbal de Tindo, signé le 23 août 1472, nous intéresse donc au plus haut point, car si la frontière n’est plus juridiquement le Rhône (malgré les Dauphinois qui protesteront jusqu’à la Révolution) elle place Villeurbanne dans le Dauphiné, par conséquent dans une zone nettement distincte de Lyon12.

15Ces quelques éléments d’histoire nous laissent entrevoir pourquoi Villeurbanne, à cause de son passé, ne pouvait pas être un simple territoire préposé à devenir une banlieue comme le furent nombre de petites bourgades ou de petits villages aux portes de telle ou telle grande ville, soudain agrandie par l’industrialisation. Cet obstacle physique du Rhône, même s’il n’a pas été définitivement une barrière infranchissable, s’est malgré tout interposé au point d’engendrer dans les esprits l’idée d’un territoire autre. Il s’agit là de ce que nous appelions dans l’introduction une donnée de fait, une situation de différence sur laquelle va pouvoir se greffer, avec le vouloir humain, une différenciation.

L'économie rurale dans le cadre dauphinois

  • 13 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre XIII, « Les Registres paroissiaux », p. 216.

16Les archives départementales du Rhône possèdent les registres paroissiaux de 1632 à 179213. Les curés y ont noté, comme c’était leur devoir, les baptêmes, les « mortuaires », les mariages, mais il y ont aussi ajouté des annotations diverses sur les événements locaux. On apprend aussi comment l’assemblée paroissiale (la communauté) se réunissait, en général le dimanche à la sortie des vêpres, comment elle élisait les syndics et les consuls, quelles catégories sociales étaient représentées et les décisions importantes qu’on était amené à prendre. L’économie était uniquement agricole et les conditions d’exploitation extrêmement difficiles, en particulier à cause des crues du Rhône qui inondaient tout jusqu’au pied de la terrasse de l’église. De plus, on faisait rouir du chanvre dans les marais et il en résultait des épidémies de fièvre.

  • 14 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre XIII, P. 221-222.

17Écoutons le curé en 177414 :

« La cure s’augmente du côté des Charpennes ; le pont de Saint-Clair (Pont Morand construit dans ces années-là) y contribue et on assure qu’il y aura un chemin qui viendra du pont près de la Cure, qui passera près de Décines et qui ira joindre le Rhône près de Saut, à six lieues environ d’ici... Il y a eu, cette année, beaucoup de maladies et j’en attribue la cause principale aux marais. J’avais fait un mémoire pour le ministre, afin de les faire dessécher, mais il y a les difficultés des communautés qui réclament chacune, savoir celle de Bresse et celle du Dauphiné, les communs (les communaux), ce qui n’arrêtera pas le mal, qu'on aurait fait disparaître, en les donnant aux particuliers des mêmes communautés, à la charge de les défricher et de faire écouler les eaux... »

18En 1777, on lit encore :

  • 15 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre XIII, p. 222.

« Cette année a été cruelle pour les fièvres. Il y a eu un grand procès touchant les limites de la Guillotière et de Villeurbanne. J’ai obtenu un arrêt de Grenoble qui casse la sentence de l’archevêque de Lyon qui semblait donner la Ferrandière à la Guillotière et qui enjoint aux juges curés et tout autres, défense de nous troubler dans la juridiction, tant spirituelle que temporelle...
... Toujours on s’occupe des communs, mais on avance rien et on souffre ici... »15.

19Citons enfin quelques appréciations de 1778 :

  • 16 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre XIII, p. 223.

« Le Rhône a eu sept crues extraordinaires. Tout le bord de ma paroisse a été inondé (soit au pied de la Balme, depuis l’Église jusqu’à la Ferrandière) et pendant trois mois, depuis septembre, il n’a pas cessé de pleuvoir. L’air se trouve toujours mauvais, à cause des marais et des chanvres qu’on y met rouir. Je soutiens, contre le curé de la Guillotière, mon droit sur la Ferrandière. Le chatelain, juge de la Guillotière, a été décrété, par le Parlement de Grenoble, d’ajournement personnel. Défense est faite, par arrêt, de me troubler. »16

  • 17 MONTFOUILLOUX - Op. cit.. chapitre XIII, p. 224-225.

20En 1784 et 1785, le curé notera encore que, puisque le pont Morand est terminé, il faut que le projet de chemin vers le Dauphiné soit exécuté et surtout que l’on s’entende sur la longueur de la toise qui servira à mesurer l’étendue du territoire lyonnais pour ne pas repousser trop loin vers Villeurbanne « la séparation des provinces »...17.

21Ces citations rendent compte d’une situation sociale qui tourne toujours autour des mêmes préoccupations :

  • la possibilité de cultiver les terres, liée surtout à la protection contre les inondations.
  • l’assèchement des marais, cause de brouillards et d’épidémies.
  • et surtout, pour le propos qui nous concerne, la défense des limites de la paroisse perpétuellement menacées par Lyon au travers de la Guillotière. Il est clair que le curé appuie ses revendications et ses droits sur le Parlement de Grenoble, donc sur le Dauphiné. C’est une confirmation supplémentaire de la situation établie depuis des siècles, qui entretient une différence entre Lyon et Villeurbanne.

22Quels étaient les débouchés de cette économie agricole ? où les agriculteurs allaient-ils vendre les produits de leurs terres ? pour une bonne part sans doute vers Lyon, vraisemblablement à la Guillotière, car l’attirance commerciale de la grande ville était déjà très forte, mais on sait aussi qu’il y avait une foire annuelle à Villeurbanne et que des échanges avaient lieu avec le pays dauphinois, en particulier Décines et Crémieu. Même si elle était de province différente, Villeurbanne ne pouvait ignorer la grande ville voisine qui s’ouvrait d’ailleurs de plus en plus à elle, avec l’ouverture du pont Morand.

23Les événements de la Révolution, longuement racontés par le curé Dechatellus, contribuent d’ailleurs au rapprochement. A la fête de la Fédération, en mai 1790, les gardes municipaux villeurbannais se joignent à ceux de Lyon et de la région au grand rassemblement du Grand Camp.

24Le Permier Empire et surtout la Restauration voient le développement du nouveau quartier des Brotteaux et, corrélativement, le quartier des Charpennes, sis sur Villeurbanne voit arriver les premiers ateliers de tissage qui se déconcentrent de la Croix-Rousse. La commune, qui jusque là était essentiellement un gros hameau sur la terrasse de Cusset, s’accroît soudain en deux points opposés :

  • aux Charpennes
  • et au carrefour qui ne va pas tarder à prendre le nom significatif de Maisons neuves.

Premier recentrement de la commune

25Il est clair que la situation va devoir évoluer ; ou bien les quartiers du bas vont être absorbés par Lyon qui demande de l’espace, en attendant que Cusset lui-même soit annexé, ou bien le centre de gravité communal va se déplacer vers Lyon dans le but d’un recentrement. C’est la deuxième hypothèse qui va se réaliser grâce à l’initiative du maire Monavon, lequel devait rencontrer une vive opposition.

26Citons ici Montfouilloux qui ne fait d’ailleurs que reproduire un opuscule de l’époque :

  • 18 MONTFOUILLOUX - Op. cit.. chapitre XXI, « La crise municipale de 1828 », p. 356-357.

« En l’année 1827, une importante partie de la population de Villeurbanne menait une lutte contre son maire, le sieur Monavon. Pour se faire une idée exacte des causes du conflit, il faut se reporter à la situation d’alors de notre commune. Selon les évaluations les plus optimistes, sa population ne dépassait pas alors le chiffre de 3.400 âmes, le seul centre existant étant celui du vieux Villeurbanne (quartier de Cusset). Les Charpennes n’étaient qu’un hameau « excentrique ». Quant à la partie centrale du quartier actuel de la mairie (Place Grandclément), elle n’existait encore qu’à l’état de projet, dans l’esprit du maire. Et c’était précisément ce projet qui divisait les habitants. Cette entreprise apparaissait comme extravagante et désastreuse. Ce prétendu « futur centre » était un désert situé à l’extrémité méridionale de la Commune, qui ne deviendrait jamais un bourg intéressant. Le seul souci du bien public n’apparaissait pas aux opposants comme justifiant le projet, mais une plus-value serait gagnée par une petite propriété du maire et d’autres appartenant à ses amis. »18

  • 19 Ce mot vient du latin platea et désigne une place avec point de vue souvent auprès ou autour d’un (...)
  • 20 Cette zone s’étendait jusqu’à l’intérieur de l'actuel parc de la Tête d’Or, dont une partie appart (...)

27Monavon, négociant lyonnais, avait en effet acquis un terrain à la Ferrandière et son projet pouvait apparaître comme une opération de mise en valeur de ses terrains. 309 habitants se regroupèrent autour d’un ancien notaire nommé Jean-Baptiste Gorgeret, qui habitait une maison construite au début du XVIIIe siècle, juste en face de la vieille église de Cusset. Monavon projetait de construire une mairie sur la place du Plâtre19 (actuellement place Jules-Grandclément) et une nouvelle église « digne de son importance et de son objet », les Charpennes n’ayant à l’époque qu’une chapelle pouvant contenir à peine 400 places... Pour réaliser cet important programme, ce maire entreprenant devait trouver de l’argent. Il eut l’idée d’exploiter enfin, de façon rationnelle, les fameux communaux du grand camp. Il les afferma pour le prix annuel de 8.000 francs et « sous la condition que les preneurs effectueraient la plantation de 6.000 pieds de peupliers ».20

28L’opposition attaqua le contrat et le mode d’exécution. Nuitamment, les partisans de Gorgeret allèrent reboucher les trous prévus pour planter les arbres, sous prétexte que des arrêtés préfectoraux avaient interdit de creuser des fossés et des tranchées dans ces terrains proches du Rhône.

  • 21 Voici le décompte de la population, tel que Monavon le certifia le 12 janvier 1830. MONTFOUILLOUX, (...)

29Monavon n’était pas moins actif : pour être sûr de voir triompher sa cause, il avait, de sa propre autorité, doublé le nombre de conseillers municipaux, prétextant auprès du préfet que pour une petite ville, en accroissement notable de population, il fallait plus de 10 conseillers. Ses adversaires ne manquèrent pas, bien entendu, de souligner qu’il s’était arrangé pour que les nouveaux conseillers fussent des gens à sa dévotion21

  • 22 MONTFOUILLOUX ؘ–Chapitre XXII, « La révolution féminine », p. 368 et ss.

30En 1835, le Conseil de Fabrique (conseil paroissial) acceptait la construction d’une nouvelle église sur le même emplacement. Elle reçut le vocable de Notre-Dame-de-la-Nativité. En 1837, le même Conseil de Fabrique décidait le transport dans la nouvelle église de tous les objets mobiliers, vases sacrés, ornements, tableaux, etc... On transféra aussi les cloches de St-Julien. Mais là, c’en était trop. La population de Cusset se souleva. Les femmes organisèrent une manifestation pour que ce qui appartenait à Cusset revint à Cusset. Elles eurent gain de cause...22

31Le rééquilibrage de la commune était accompli. Il ne fut pas de peu d’importance dans la suite des événements. La mairie, implantée pour un siècle au centre de la partie commodément exploitable de la commune par l'urbanisation, allait pouvoir accueillir de façon plus harmonieuse la grande vague d’industrialisation qui commençait de déferler depuis Lyon. En 1852, la Guillotière, commune jusque-là indépendante, était de part la volonté de l’illustre préfet Vaisse, annexée à Lyon, en même temps que la Croix-Rousse et Vaise. Aussitôt, l’industrie s’y implantait. Le même décret faisait passer Villeurbanne dans le département du Rhône. De toute évidence, c’était la fin de l’époque dauphinoise. Grenoble ne pouvait plus jouer le rôle de ville administrative d’appui comme par le passé...

32Pour autant la rationalité administrative mettait-elle fin au vieil atavisme et aux vieux réflexes de différenciation ? Les événements et les réactions des années suivantes devaient apporter une réponse négative à cette question.

Notes

1 Cf. MONTFOUILLOUX (A.) - Le plat pays lyonnais - dauphinois de la rive gauche du Rhône (Villeurbanne - Chaussagne - Champagneux - Bechevelin - La Guillotière - La Prairie - Les Brotteaux), Lyon, Imprimerie Express, 1929.
Voir le chapitre VII, « Les origines de Villa Urbana », p. 97 : « Le nom de Villeurbanne (Villa Urbana) est d'origine latine ou romane, antérieure de plusieurs siècles, à la formation de la langue française moderne. Sa signification semble être « exploitation agriagricole» (villa au sens ancien) en rapport avec la ville (urbana), probablement : « proche de la ville de Lyon ». Dans le sens large ancien de villa, on peut rapprocher celui de grangia qui en est la traduction médiévale (ex. : Grange Rouge, Grange Blanche...). L’étymologie de Villeurbanne est donc très claire : le mot vient du latin Villa Urbana. Cette constatation assigne une origine au moins gallo-romaine à notre ville, puisque les premiers documents écrits datent du VIe siècle.

2 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre X, « Bêche en Velin », p. 163 ss. Il existe encore dans ce quartier, comme dernier vestige, une rue dénommée Béchevelin.

3 MONTFOUILLOUX - Op. cit„ chapitre XVIII, « Le bourg de la Guillotière », p. 259.

4 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre VIII, « Chassagne », p. 148 ss.

5 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre IX, « Champagneux », p. 155 ss. MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre III, « Les voisins de Villeurbanne », p. 29.

6 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre II, « Les anciens souverains de Villeurbanne », p. 12.

7 Appelés ainsi parce qu’ils possédaient cet animal marin dans leurs armes, lequel figure toujours sur le blason villeurbannais.

8 Cité par MONTFOUILLOUX, op. cit., chapitre III, p. 13.

9 Jusqu’à une date récente, 1955, les paroisses de Villeurbanne appartenaient au diocèse de Grenoble (Dauphiné), mais contrairement à ce que pensent beaucoup, cette situation ne datait que de la Révolution. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, ce sont les archevêques de Lyon qui touchaient les revenus et exerçaient la juridiction spirituelle, non sans difficulté d'ailleurs de la part des pouvoirs civils « étrangers ».

10 L’archevêque de Lyon recueille le produit de la dime à Villeurbanne, mais les Dauphinois ne le laissent pas s’octroyer d’autres droits.

11 MONTFOUILLOUX - Op. cit, chapitre II, p. 24.

12 MONTFOUILLOUX - Op. cit, chapitre XII, « Le procès verbal de Maître Louis Tindo (23 août 1479) », p. 199 à 215.
Une carte reproduisant la délimitation de Tindo existe à la Bibliothèque municipale de Villeurbanne (Tiroir de la collection des cartes).

13 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre XIII, « Les Registres paroissiaux », p. 216.

14 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre XIII, P. 221-222.

15 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre XIII, p. 222.

16 MONTFOUILLOUX - Op. cit., chapitre XIII, p. 223.

17 MONTFOUILLOUX - Op. cit.. chapitre XIII, p. 224-225.

18 MONTFOUILLOUX - Op. cit.. chapitre XXI, « La crise municipale de 1828 », p. 356-357.

19 Ce mot vient du latin platea et désigne une place avec point de vue souvent auprès ou autour d’un monument.

20 Cette zone s’étendait jusqu’à l’intérieur de l'actuel parc de la Tête d’Or, dont une partie appartenait à l’époque à Villeurbanne. Ni le pont Poincaré, ni le pont de chemin de fer, ni la ligne et le remblai n’existaient.

21 Voici le décompte de la population, tel que Monavon le certifia le 12 janvier 1830. MONTFOUILLOUX, op. cit., p. 366.

Nb de ménages

Population

- Maisons Neuves

296

1.418

- Genas (Route de)

61

281

- Crémieu (Route de)

74

267

- Cusset

44

192

- Rue Cornavent (Pierre Baratin)

66

252

- Chemin des Buers

74

313

- Rue Neuve des Charpennes

87

294

- Charpennes

101

437

Totaux

803

3.454


– Population flottante (pensionnats, ouvriers disséminés) : 120 personnes.
– Les adversaires de Monavon contesteront ces chiffres ; ils ramenaient la population à 2.250.. Monavon fut finalement éliminé au profit de Gorgeret en 1831. Le nouveau maire dut lever des impôts pour faire face à des besoins croissants de la Commune et il dut accepter le transfert de la mairie à la place Dauphine, dite aussi place du Plâtre, où elle restera jusqu’en 1934.

22 MONTFOUILLOUX ؘ–Chapitre XXII, « La révolution féminine », p. 368 et ss.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search