Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Introduction

Texte intégral

UN SIMPLE REGARD SUR UNE CARTE...

1La science nait de l’étonnement, a-t-on dit... L’étonnement, en effet, engendre la question qui est au point de départ de toute recherche. L’intérêt (ou la nécessité) et la persévérance font ensuite le reste.

2Un simple regard sur une carte de l’agglomération lyonnaise suffit pour déceler une anomalie. Située comme elle l’est, pourquoi la commune de Villeurbanne est-elle demeurée autonome jusqu'à aujourd’hui ? Que des communes périphériques comme Vaulx-en-Velin, Bron, Vénissieux ou Saint-Fons soient restées indépendantes du grand centre urbain qu’est Lyon ne soulève aucune objection, du moins à première vue. Ces communes sont toutes à l’extérieur du boulevard de Ceinture, ancienne ligne des fortifications de Lyon, et frontière assez naturelle pour le sol lyonnais. Par contre, cette enclave de couleur différente qui représente Villeurbanne sur les plans-guide BLAY ne manque pas d’étonner.

3L’étonnement ne fait que croître si, au regard sur la carte s’ajoute une visite sur le terrain avec le point de départ dans le 3e ou le 6e arrondissement limitrophes : mêmes petits ateliers ou usines, mêmes immeubles de rapport qui trahissent leurs XIXe siècle, mêmes petites boutiques de commerçants ou d’artisans. On passe d’une commune à l’autre sans transition. Seules les pancartes standardisées indiquent la frontière. Pourquoi donc Villeurbanne n’est-elle pas devenue un 7e ou 8e arrondissement de Lyon comme le devinrent Vaise, la Croix-Rousse ou la Guillotière ? Seul un pouvoir politique, local ou autre, seule une certaine volonté d’être autonome peuvent expliquer cette situation. Quels furent ce ou ces pouvoirs politiques ? Quels étaient leurs motivations économiques ou/et idéologiques ? Telles sont les questions qui ont mis en chantier la recherche qui s’introduit ici. S’il y a eu différenciation voulue ou simplement consentie, à quels enjeux passés ou présents a-t-elle correspondu et surtout quelles conséquences passées, présentes et futures en ont découlé ? Actuellement, est-ce une satisfaction purement symbolique pour les Villeurbannais d’être restés indépendants ou cette indépendance (relative sans doute) a-t-elle des incidences concrètes, dans la vie quotidienne ? Le problème n’est pas académique, du moins tel que l’auteur de ces lignes le conçoit...

4Mais détaillons un peu plus notre constatation initiale pour mieux situer le propos.

5L’espace villeurbannais, topographiquement parlant, est assez peu différent de celui de Lyon. Nous le remarquions déjà à l’instant : le boulevard de Ceinture est une limite assez nette, et, en le franchissant, on a conscience, surtout quand il faut traverser le Canal de Jonage, de quitter le noyau central de l’agglomération pour ce qu’on appelle couramment la banlieue. A l’inverse, quiconque remonte le cours Lafayette, ou l’avenue Félix-Faure, n’a pas le sentiment de quitter Lyon en passant la place Albert-Thomas ou celle des Maisons Neuves.

6L’impression est la même pour celui qui pénètre dans Villeurbanne par l’ancien bourg de la Guillotière, à la sortie de la place Gabriel-Péri. Comme nous le disions plus haut, l’aspect extérieur du décor urbain ne montre guère de différence, du moins à première vue.

7L’espace villeurbannais est cependant peu à peu devenu morphologiquement différent. Un certain nombre d’indices (peut-être un peu moins évidents aujourd’hui à l’heure de la promotion immobilière a réaffecté nombre d’emplacements à la fonction résidentielle et les a couverts d’une architecture assez uniforme) témoignent d’une autre destinée urbaine. Le nouveau centre des Gratte-Ciel en est le signe évident, mais il y a aussi les nombreux lotissements, les cités ouvrières et les immeubles collectifs où logent encore les travailleurs des industries villeurbannaises. Le paysage urbain exprime lui-même une histoire qui lui est propre.

  • 1 Cf. BENOIT (J.L.), MAZELLA (R.), RAICHMAN (M.) - Croix-Luizet - Les Buers : Rénovation ou transfor (...)

8Quiconque est amené à séjourner quelques années à Villeurbanne s’aperçoit assez vite qu’il existe sur ce territoire des modèles culturels assez différenciés. Les Villeurbannais ne manquent pas, bien sûr, de dire, à l’occasion, qu’ils ne se sentent pas lyonnais, mais il est par ailleurs important de constater qu’un certain nombre de coutumes et de manières de faire le mettent en évidence. La vie associative, surtout chez les anciens immigrés (italiens du Sud et du Nord, espagnols) révèle des traditions qui ne pouvaient appartenir qu’à une ville ouvrière et tout particulièrement à celle-là, où il fallait, en ces temps rudes des débuts recréer une vie communautaire brutalement transplantée. La fête annuelle de la ville, réinstaurée depuis 5 ans, est un moment particulièrement typique de réémergence de ces particularismes. A l’inverse, un certain nombre de réactions lyonnaises à l’égard de Villeurbanne, sont significatives. Une enquête auprès des nouveaux habitants des immeubles neufs de Croix-Luizet a montré que les promoteurs avaient eu de la difficulté à vaincre auprès de leurs clients lyonnais potentiels, l’image d’une Villeurbanne « ville ouvrière », sale, polluée et politiquement marquée »1.

9Poussant plus loin l’investigation, et s’arrêtant en particulier à l’histoire locale, l’observateur perçoit très vite que cette ville est un espace dont le destin a été voulu différent. Ce territoire a été investi par l’industrie au XIXe siècle, parce qu’il était aux portes de Lyon, et qu’il s’offrait, disponible, à un moment où l’on en avait besoin. Cet ancien bourg rural a subi la loi économique de l’expansion industrielle sans que les responsables locaux en mesurent vraiment les enjeux : il s’en est fallu de peu que Villeurbanne ne soit qu’une excroissance lyonnaise.

10Le mouvement ouvrier, en pleine crise de conscience de lui-même, est alors venu prendre le relais en la personne de quelques militants socialistes pour que soit bâtie sur ce territoire qui était encore une commune juridiquement autonome, une citée idéologiquement et politiquement marquée. Cette volonté d’autonomie fut, comme essaiera de le montrer cette recherche, progressive, mais en même temps nette et déterminée.

LE CONCEPT DE DIFFÉRENCIATION

  • 2 Des exemplaires de cette thèse sont déposés à la Bibliothèque municipale de Villeurbanne.

11L’étude qui est la matière de ce livre part de ces premières constatations... Son but est de montrer quelles ont été les volontés politiques à l’œuvre dans cette banlieue industrielle devenue peu à peu une ville aux destinées autonomes. Primitivement, cet ouvrage est une thèse de 3e cycle de sociologie urbaine soutenue en Juin 1980 à l’Université des Sciences Sociales de Grenoble dont le titre était « SOCIALISME ET LOCALITÉ - VILLEURBANNE. Histoire d’une Différenciation »2. Pour la publication, le texte en a été notablement raccourci et débarassé de son aspect trop universitaire mais hormis un chapitre moins directement consacré à l’histoire politique villeurbannaise, il est resté le même dans son organisation et dans son orientation intellectuelle.

12Signalons au lecteur qu’il reconnaîtra derrière l’exemple maintenant séculaire de Villeurbanne un certain nombre de thèmes qui connaissent aujourd’hui une grande actualité : le droit à la différence, la décentralisation, la réduction du nombre de communes, la spécialisation et la ségrégation sociale des espaces, le rôle du facteur économique...

13Pour permettre aux lecteurs que des notions théoriques ne rebutent pas de mieux saisir la problématique de ce travail, nous pensons utile d’introduire ici quelques outils conceptuels qui structurent cette recherche socio-historique.

14Un concept important revient sans cesse au cours des chapitres de cet ouvrage : celui de DIFFERENCIATION. Qu’avons-nous mis derrière ce mot ? Pour en saisir le contenu, il nous faut successivement examiner :

  • la réalité des rapports sociaux qu’engendrent des situations de DIFFÉRENCE SOCIALE
  • les rapports des groupes sociaux à l’espace qui produisent la LOCALISATION
  • les rapports des pouvoirs à l’espace qui créent la DIFFÉRENCIATION.

Les rapports sociaux engendrent des situations de différence sociale

15L’observation sociologique de l’espace met en évidence la diversité des groupes sociaux qui y demeurent et qui y vivent. Cette diversité est telle que très vite on en vient à parler de division sociale de l’espace. Ces groupes humains ont en effet leurs caractéristiques propres (coutumes, mœurs, pratiques, langages, type d’habitat, professions...) qu’on désigne habituellement sous le terme de cultures.

CARTE DU PARTAGE DU CONSEILLER TINDO

CARTE DU PARTAGE DU CONSEILLER TINDO

Copie de la carte tracée au 1/100.000e par Albert Montfouilloux en 1929

16L’observateur peut se contenter de mettre en lumière le fonctionnement de ces cultures pour en souligner les similitudes ou les dissemblances. Le résultat d’une telle observation, comme celle des fonctionnalistes, aboutit le plus souvent à dire que le corps social observé agit et progresse sous l’impulsion de besoins qui lui sont propres. Chaque groupe social est ainsi renvoyé à lui-même et chaque univers culturel est pris un peu comme un en-soi spécifique. La dynamique générale des groupes humains ne s’en trouve pas éclairée.

17On sait que l’approche marxiste a voulu aller plus loin en proposant une analyse en termes de société de classes, fondée sur des intérêts antagonistes. Le domaine économique est déterminant pour la production et la diversification des groupes sociaux. Les rapports sociaux sont liés aux rapports de production, lesquels sont eux-mêmes tributaires de l’évolution et de la possession des moyens de production. Aussi, on constate dans les rapports sociaux, aux divers stades de l’évolution du capitalisme, l’existence de classes sociales dont les intérêts sont opposés.

18Les cent années de l’histoire villeurbannaise qui nous occupent correspondent à ces périodes déterminantes du capitalisme français et international et, à ce titre, l’analyse marxiste nous fournit un éclairage essentiel. A partir du dernier quart du XIXe siècle, le sol villeurbannais a accueilli de nombreuses unités de production industrielle, correspondant à diverses fractions du capital. Par voie de conséquence, ce territoire a vu s’implanter une classe sociale ouvrière située dans des rapports de dépendance et de domination face aux tenants du capital (dont une partie minime habitait la commune). Ce type de rapports a créé là, objectivement, une situation de DIFFÉRENCE. Villeurbanne est devenue un espace urbain caractérisé par son groupe social majoritaire.

19On objectera que d’autres espaces urbains ont connu la même identification et qu’il n’y a pas lieu de privilégier Villeurbanne. Certes, il y a eu des villes ouvrières bâties de toutes pièces comme Le Creusot ou Montceau-les-Mines, ou encore de nombreuses banlieues ouvrières aux portes des grandes cités industrielles. Mais, précisément, ces dernières ont souvent été annexées par la grande cité et sont devenues des quartiers ouvriers sans autonomie juridique. Et quand elle ne l’ont pas été, leur situation est identique à celle de Villeurbanne. Le but de notre étude n’est pas d’étudier toutes ces villes, ni même un échantillon d’entre elles, mais, d’essayer si possible à travers le cas de Villeurbanne, d’éclairer un phénomène qui nous semble particulièrement révélateur, et de plus relativement rare en France.

20Villeurbanne est donc un de ces espaces typés où se manifeste une différence sociale. Une classe sociale, elle-même constituée de diverses fractions comme on aura l’occasion de le voir, y montre des pratiques idéologiques directement dépendantes des rapports sociaux dans lesquels elle est imbriquée. Le mouvement ouvrier qui traverse le XIXe siècle et le début du XXe siècle y vit d’une idéologie spécifique qui s’affronte à l’idéologie dominante des classes possédantes dont les représentants habitent Lyon. La lutte des classes y est manifeste à tous les niveaux, non seulement au plan local, mais aussi national et international. Dans leur recherche de changement social, dans leur volonté de voir évoluer leur condition, les ouvriers villeurbannais, collectivement, vont, sans discontinuer, rendre évidente la situation localisée de différence dans laquelle les ont mis les rapports de production. L’histoire politique locale va s’appuyer sur cette donnée de fait, consciemment et constamment revendiquée, idéologisée et exploitée.

Les rapports des groupes à l’espace

21Les espaces diversifiés sont tout d’abord perçus comme des TERRITOIRES, au sens le plus neutre et le plus commun du terme. Dans cette acception chaque espace est homogène à ses voisins : un territoire en vaut un autre. C’est ce que nous éprouvons quand nous lisons des noms sur la carte d’une région que nous ne connaissons pas. Un certain regard administratif ou juridique renvoie à ce type de perception.

22Cette façon de percevoir ne résiste pas à la vision des partenaires locaux. Trop d’enjeux les empêchent de vivre leur localisation comme une simple territorialisation. Le « territorial » devient très vite « local » pour des acteurs qui résident là, c’est-à-dire un lieu marqué par leurs intérêts et la réalisation de leurs besoins. Un acteur social, sauf rarissime exception se « localise », c’est-à-dire qu’il se détermine par rapport à un espace en même temps qu’il détermine un espace. Les deux vont de pair : le lieu existe, devient « localité » par l’existence et la détermination sociale des acteurs sociaux qui le fréquentent et, corrélativement, les acteurs se situent, pour une bonne part, par référence à ce lieu. Pendant longtemps, les patronymes n’ont été que des noms de lieu et aujourd’hui encore, c’est souvent le nom de son pays que l’on demande en premier à une personne inconnue. De même les groupes sociaux déterminent eux aussi le destin d’une localité. La qualité sociale d’une localité dépend directement de l’évolution des groupes sociaux qu’elle abrite. Une ville agit sur ses habitants et leurs associations locales mais c’est bien eux qui, en définitive lui donnent tel ou tel visage.

23Par quel processus les groupes humains impriment-ils leurs marques dans un espace limité ? Quelle est leur action dans ce travail de localisation ?

24Il semble qu’il y ait surtout deux types d’action sociale :

  • la DÉLIMITATION
  • l’ORGANISATION INTERNE qui se complètent d’ailleurs l’une l’autre.

25La Délimitation marque le début d’une localisation. C’est bien sûr tout d’abord la fixation matérielle des frontières (toute la préhistoire de la Villeurbanne industrielle est caractérisée par des conflits autour des frontières - Cf. l’épisode du fameux tracé de Tindo) mais cette fixation matérielle n’est que le symbole d’une autre recherche beaucoup plus déterminante, celle de l’identité du groupe social. La fixation des limites permet de résoudre la dialectique du « même » et de « l’autre ».

26La (ou les) motivations qui sont à la racine de cette recherche d’identité peuvent être plus ou moins profondes. Finalement, tout dépend de la profondeur et de la validité des clivages qui traversent les groupes qui se côtoient et aussi de l'ampleur du rapport de force. En France, tout le débat sur le regroupement des communes repose sur ces deux critères. Ainsi deux villages voisins présentant le même type de rapports de production, le même type de rapports sociaux n’auront souvent à fournir, pour justifier leurs limites que des arguments d’un chauvinisme démodé et sans fondement.

27Mais il peut aussi se faire que deux groupes territorialement distincts et socialement différents, qui auraient donc toutes raisons de voir leur autonomie maintenue, résolvent leur conflit par la victoire du plus fort, c’est-à-dire par la domination du groupe socialement dominateur. On verra que par deux fois, Villeurbanne faillit connaître ce sort au terme des procédures d’annexion entreprises par Lyon.

28Mais cette recherche de délimitation n’est pas suffisante si elle ne s’accompagne d’une recherche permanente de réorganisation interne qui renvoie elle aussi à l’identité du groupe social. Il ne suffit pas en effet de retracer sans cesse ses frontières, il faut encore témoigner, par une réadaptation incessante de la vie interne, des raisons profondes que le groupe possède de les retracer. C’est à travers des choix politiques organisationnels au service de la réalité sociale locale que le groupe manifestera ces raisons profondes. Ces choix s’inscriront dans la matérialité urbaine elle-même et ils seront visibles aux yeux des autres groupes sociaux voisins, proches ou/et lointains.

29Si la réalité sociale du groupe est une situation de dépendance et de domination du fait des autres groupes, l’expression extériorisée du choix organisationnel sera d’autant plus importante. Que la domination des groupes sociaux dominants s’exprime non seulement à travers l’idéologie mais aussi la matérialité urbaine, quoi d’anormal à cela ? Le dominateur n’en a-t-il pas les moyens ? C’est même une condition essentielle pour la reproduction de sa domination. Tous les pouvoirs dictatoriaux ont laissé de nombreux et colossaux ouvrages d’art dans les villes où ils ont dominé.

30Au contraire, l’expression publique d’une classe dominée crée la différence si elle réussit à rendre visible sa « localité » par une organisation localisante typique de la conquête de son pouvoir, elle est vraiment entrée dans le processus de son changement de condition. Si nous avions intitulé le texte de la thèse « SOCIALISME ET LOCALITÉ » après avoir analysé le cas de Villeurbanne, c’est que, à nos yeux, la tradition socialiste a réuni en ce lieu, les conditions de ce processus de changement à travers ses œuvres urbaines.

Les rapports des pouvoirs à l’espace : la différenciation

Le pouvoir local

31Dans ce processus de marquage localisant, on ne peut se contenter de rester au niveau du groupe social. Il faut aller jusqu'à l’analyse de l’organisation du pouvoir à l’intérieur du groupe, jusqu’à l’examen du fonctionnement du pouvoir et tout d’abord des hommes qui le détiennent.

32Certes le groupe social en tant que tel détermine le pouvoir, ne seraitce que par son volume. Les détendeurs du pouvoir ne peuvent agir que si l’ensemble du groupe les appuie et les soutient, du moins dans les régimes démocratiques. Il existe, nous le savons bien, des situations où un groupe minoritaire, voire un individu accapare la puissance armée et exerce sa tyrannie sur des populations nombreuses ; toutefois, même en ce cas, le poids de la masse sociale joue un rôle à plus ou moins long terme.

33Au-delà des groupes sociaux et de leur influence, nous voudrions surtout étudier le fonctionnement des délégués au pouvoir. Pour qu’il existe à l’intérieur de l’espace national, des contre-pouvoirs localisants, il faut que surgisse au sein des groupes locaux une organisation représentative de la majorité, organisation qui sera initiatrice dans le processus de localisation. Le rapport du groupe social à l’espace ne peut aboutir sans l’intervention d’une médiation consciente et déterminée.

34En France, quand existe l’autonomie communale, c’est la municipalité qui condense ce pouvoir et assure cette médiation. Ce groupe leader sera définiteur de ce que nous appelons plus haut l’identité sociale du groupe local en se fondant sur la situation objective de différence. Garant et révélateur de cette identité, il engagera des actions spécifiques de localisation sur le territoire que le groupe s’est vu « alloué » en fonction des conditions économiques, idéologiques et politiques de la séquence historique en cours.

Les autres pouvoirs locaux

35Ce pouvoir local et localisant n’est pas seul. Son action de localisation se définit par opposition à d’autres pouvoirs locaux qui eux-même « localisent » ailleurs et souvent avec des intérêts socialement divergents. Chaque pouvoir local a des voisins immédiats par rapport auxquels il doit fixer des limites et défendre son identité. Cette action de délimitation et de défenses d’identité évoluera sans cesse en dépendance directe de l’évolution des rapports sociaux. Selon la répartition spatiale des classes sociales majoritaires, dominantes ou dominées, s’établiront des relations conflictuelles de domination ou de subordination. Dans l’un et l’autre cas, on pourra constater des politiques de DIFFÉRENCIATION dont les signes apparaîtront à travers toute la vie sociale locale. Pour les classes dominantes, favorisées par l’État, ce type de politique est relativement aisé. Pour les classes dominées, la tâche est nettement plus difficile, mais l’histoire urbaine révèle qu’elle a souvent abouti comme à Villeurbanne. La tâche se complique en particulier du fait que les pouvoirs locaux représentatifs des classes dominantes agissent très fréquemment soit pour arrêter, dès le début, toute entreprise de différenciation des classes dominées, soit, si ce barrage initial a échoué, pour la faire tourner à son avantage.

36Le cas villeurbannais est très typique de ces deux stratégies. Avant que Villeurbanne ait pu véritablement s’organiser en un espace social correspondant à sa base, Lyon par deux fois (1874 et 1903) essayait de l’absorber pour y développer de toutes autres perspectives urbaines. Puis, quand les socialistes villeurbannais (à quelque socialisme qu’ils appartiennent), eurent aménager cet espace social spécifique, Lyon prit acte mais continua de jouer de l’espace villeurbannais comme d’un élément utile pour sa stratégie sociale : accentuation de la ségrégation. « Puisque vous prenez en charge la classe ouvrière, nous vous la livrons ».

37Il ne faudrait pas pour autant penser que DIFFÉRENCIATION est synonyme d’exclusion, de rupture ou de rejet. Des espaces voisins ne peuvent s’ignorer ni entretenir une opposition stérile surtout au moment où le capitalisme s’internationalise. Tous y seraient perdants. Au-delà des luttes pour la spécificité, il y a des intérêts convergents, en particulier face au pouvoir étatique. Quand, par exemple, l’amélioration des conditions de vie demande de lourds investissements ou quand la production, organisée au plan national ou international réclame des infrastructures de grande dimension, il est évident que les diverses collectivités locales ont intérêt à mettre leurs forces en commun. Au besoin, l’État, dont nous allons analyser plus loin le rôle, les y contraindra, comme ce fut le cas pour la création de la COURLY (Communauté Urbaine de Lyon). Dans cette perspective, la différenciation devient un jeu subtil de pouvoir fédératif accepté et de contre-pouvoir réaffirmé. Organe centralisateur, la COURLY a perpétuellement tendance à dé-localiser et à uniformiser ; l’objectif des communes participantes, si elles veulent jouer leur rôle de différenciation, doit être de sans cesse réinventer la localisation, de re-localiser. Certaines ne s’en donnent pas la peine, toutes n’en ont pas les moyens, plusieurs ont compris que c’était avant tout une question de perception juste de la réalité sociale locale.

L’État

38Il y a aussi l’État. En France, il faudrait plutôt dire il y a d’abord l’État très centralisateur, donc très dé-localisant. Tous les responsables locaux savent que ses instances contrôlent énormément l’exercice du pouvoir local. Son influence interfère sans cesse dans le travail de délimitation et d’organisation d’identité dont nous avons parlé. L’État est en particulier fournisseur de moyens, ce qui lui permet de garder le pouvoir ultime. Certes la loi municipale de 1884 a permis la constitution locale d’un minimum de contre-pouvoir, mais on sait combien ce contre-pouvoir est encadré par les diverses autorités de tutelle (préfectures - services départementaux - ministères). Les conseils généraux et le Sénat, assemblées de notables conscients des intérêts locaux, exercent depuis un siècle des actions de ralentissement à l’égard des décisons gouvernementales, mais la décision qui vient du pouvoir central finit presque toujours par l’emporter.

39De plus, l’État, en France a presque toujours été lié aux classes dominantes qui s’en sont servies comme véhicule de leurs idéologies pour maintenir le statu quo social. Dès lors la stratégie étatique a souvent été doublement dé-localisatrice. Elle l’a été parce que l’État français a toujours été très centralisateur, en particulier depuis 1790. Elle l’a été surtout à l’égard des communes gouvernées par des municipalités d’opposition qui s’efforçaient de garantir les intérêts des classes ou des fractions de classes dominées. L’histoire des collectivités locales françaises manifeste ainsi toute une dialectique de DÉ-LOCALISATION/RELOCALISATION entre le pouvoir central et les pouvoirs disséminés sur l’ensemble du territoire, en particulier ceux qui représentaient des populations ouvrières.

40Toutefois, il est arrivé dans certaines séquences historiques, correspondant à des phases du capitalisme que l’intérêt des classes qui contrôlaient l’État exigent un soutien des entreprises de localisation. Il semble par exemple que ce fut le cas entre 1920 et 1933 à Villeurbanne, comme d’ailleurs dans presque toutes les villes industrielles françaises, quand le nouveau capitalisme industriel (représenté par des hommes comme Louis Loucheur), au sortir de la guerre, eût besoin d’une politique de logement social et d’équipements locaux pour assurer dans de bonnes conditions la reproduction de la force de travail. C’est ainsi que Lazare Goujon profitera, pour édifier les gratte-ciel et la Mairie (symbole de localisation) de permissions d’emprunt qu’en d’autres temps il n’aurait pas obtenues. Les communistes qui viendront ensuite (et bien que le gouvernement fut celui du Front Populaire) ne bénéficieront pas du même soutien étatique. La crise économique avait changé la conjoncture entre temps.

41Finalement, on peut dire qu’entre les divers pouvoirs et contrepouvoirs s’instaure une dialectique qui provoque des alternances de forte et de faible localisation, de possible ou d’impossible différenciation.

***

42La ville de Villeurbanne a été amenée à se présenter comme un pôle dialectique à l’intérieur de l’espace lyonnais. Le présent travail voudrait un peu mieux mettre en lumière la formation de ce pôle dialectique, les enjeux qu’il représentait et qu’il représente encore pour les classes sociales locales et le mouvement général de sa destinée depuis un siècle.

Notes

1 Cf. BENOIT (J.L.), MAZELLA (R.), RAICHMAN (M.) - Croix-Luizet - Les Buers : Rénovation ou transformation ?, T.P.L.D. INSA Génie Civil Urbanisme, 1977, ronéoté 97 p.

2 Des exemplaires de cette thèse sont déposés à la Bibliothèque municipale de Villeurbanne.

Table des illustrations

Titre CARTE DU PARTAGE DU CONSEILLER TINDO
Légende Copie de la carte tracée au 1/100.000e par Albert Montfouilloux en 1929
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search