Version classiqueVersion mobile

Le Socialisme municipal

 | 
Bernard Meuret

Préface

Charles Hernu

Texte intégral

1C’est avec plaisir que j’ai accepté de préfacer le livre que mon ami Bernard MEURET consacre à la formation de la ville dont je suis le Maire depuis bientôt six ans.

2Beaucoup sont surpris de ne pas trouver trace de Villeurbanne dans les histoires locales lyonnaises. D’autres au contraire, s’étonneront de rencontrer une histoire propre à Villeurbanne. On l’imagine trop souvent comme une cité champignon, surgie des marais en moins d’un siècle. C’est vrai, mais cela ne veut pas dire qu’avant il n’y eut rien.

3Bien au contraire, Cusset berceau de Villeurbanne est habité dès la haute antiquité. Mais ce n’est que tout récemment que la vie s'est développée en direction de Lyon. Aujourd’hui comme le dit si bien l’auteur de cet ouvrage, un simple regard sur une carte de l’agglomération lyonnaise suffit pour y déceler une anomalie qui suscite à son tour une question : pourquoi la commune de Villeurbanne est-elle demeurée autonome jusqu’à ce jour ? Sur la carte, comme sur le terrain, on passe effectivement de l’une à l’autre sans même s’en rendre compte. Pourquoi Villeurbanne n’est-elle pas devenue un 7eou 8earrondissement de Lyon comme le devinrent tour à tour Vaise, la Croix-Rousse ou la Guillotière ? Cette interrogation m’avait moi-même conduit peu après la Libération à la rédaction d’une brève étude : « Villeurbanne Cité Bimillénaire ». Deux tentatives d’annexions infructueuses eurent pourtant lieu : l’une en 1874, l’autre dans les années 1903-1905. Le mouvement expansionniste lyonnais se limita cependant à l’annexion du parc de la Tête d’Or en 1874.

4Il y a à cela sans doute des raisons anciennes, les unes d’ordre géographique : le Rhône a longtemps constitué une frontière difficilement franchissable ; Lyon ne s’est étendu sur la rive gauche qu'à partir du XVIIIe siècle et les marais, les « Brotteaux » constituaient une deuxième barrière naturelle. D’autres raisons sont d’ordre administratif. Villeurbanne vivait dans l’orbite de Grenoble et du Dauphiné. Son territoire appartint aux terres du dauphin, pays de droit écrit jusqu’en 1349. Jusqu’en 1852 elle fut une commune du département de l’Isère. Quant aux paroisses de Villeurbanne elles dépendirent de l’Évêché de Grenoble jusqu’à la Libération.

5On y trouve enfin des raisons sociologiques : ce qui frappe pendant des siècles c’est la pauvreté relative des populations de notre cité comparée à celle de sa grande voisine.

6En réalité, les causes modernes de l’indépendance de Villeurbanne sont ailleurs. Tous les éléments que nous venons d'énumérer ne seraient rien aujourd’hui sans l’industrialisation du XIXe siècle. De 6.000 habitants en 1851 la commune passe à 30.000 en 1901 et à plus de 60.000 en 1926. Cette population est essentiellement composée d’ouvriers, d’artisans ou de petits patrons. Dès 1892, des listes se recommandant du socialisme sont majoritaires au Conseil Municipal de Villeurbanne. A partir de là, l’indépendance devient un objectif et un outil politique. Il s’agit comme le dit l’auteur de cet ouvrage de « faire de Villeurbanne une cité où l’inégalité des classes sociales sera moindre qu’ailleurs ». Depuis, l’histoire de Villeurbanne devait coïncider avec celle du mouvement socialiste au travers de ses innombrables vicissitudes.

7Mais ne nous y trompons pas, cet ouvrage s’il est une lecture passionnante et richement documentée pour l’historien, n’est pas que cela, ni même essentiellement cela. Il s’agit d’abord d’un ouvrage de sociologie urbaine produit d’une discipline au confluent de tous les grands courants des sciences humaines. Son objectif est de dégager à travers un cas précis, celui de Villeurbanne, les règles selon lesquelles une société donnée fabrique ses villes. Cette société c’est d’abord celle du capitalisme industriel. Cet ouvrage de ce point de vue arrive à point nommé : il nous rappelle tout d’abord que s’il n’existe pas de prétendues lois économiques auxquelles un « réalisme » de bon aloi devrait tôt ou tard conduire à se soumettre, il n’existe pas non plus d’urbanisme dont les règles éternelles permettraient de résoudre la crise urbaine que nous connaissons depuis les années 60. Banalité dira-t-on ? Aujourd’hui peut-être. Mais aujourd’hui seulement. Car l’urbanisme est lui-même en crise, et cela nous renvoie à une évidence que l’on n’aurait jamais dû oublier : la production des villes, l’occupation de l’espace et sa structuration (division sociale de l’espace) sont tout à la fois un enjeu et un produit de la lutte des classes. De ce point de vue, le résultat n’est pas le même selon que l’espace en question est un simple quartier ouvrier d’une grande ville, sans différenciation juridique, ou une commune de pleine capacité permettant à un groupe social dominé de modifier quelque peu le rapport des forces en sa faveur. C’est ainsi que « dans leur recherche de changement social, dans leur volonté de voir évoluer leur condition, les ouvriers Villeurbannais, collectivement, vont, sans discontinuer, rendre évidente la situation localisée de différence dans laquelle les ont mis les rapports de production ». Cette problématique concerne doublement l’élu que je suis.

8Tout d’abord, il ne s’agit pas, partant d’un constat d’insuffisance, de condamner les villes. Il s’agit tout d’abord de dire oui à la ville. Rien ne serait plus grave que d’amener une population aux trois quarts urbanisée à condamner la civilisation citadine. Une telle attitude conduirait à ce que, peut-être, pour la première fois de son histoire, notre société se renie. S’il y a crise des villes, les socialistes pour leur part ne s’y résignent pas. S’ils veulent changer la société, ce n'est nullement en substituant une civilisation rurale à la civilisation urbaine qu’ils comptent le faire. Comme ses voisins, la France est à l’évidence une société urbaine. La ville est non seulement un héritage mais la projection contemporaine, sur le sol, du développement de l’humanité c’est-à-dire de la civilisation. La marche en avant de notre société, s’appuiera demain encore sur le phénomène urbain.

9En réalité, ce n’est pas la ville que les Français contestent, soit ouvertement soit silencieusement en la fuyant au plus vite pendant les weekends et lors des vacances, ce sont les mécanismes iniques qui réservent l’accès des secteurs les plus agréables aux privilégiés et qui condamnent les autres à vivre souvent entassés dans des produits urbains qui, précisément, constituent des « anti-villes ».

10C’est ici que nous rencontrons le deuxième point d’interrogation. Une fois admise l’idée qu’il ne s’agit pas d’instruire une nouvelle fois le procès des modes d’urbanisation capitaliste dont nous subissons les conséquences, il me paraît indispensable de dire quelle ville les socialistes veulent. Quelle marque souhaitent-ils lui imprimer ? Peut-on la bâtir différemment ? La vivre différemment ?

11Et surtout, même si le contexte est aujourd’hui différent, dans un pays où l’État central a longtemps fait cause commune avec le pouvoir de l’argent, de savoir de quelle marge de manœuvre disposent les élus. Jusqu'à quel point peuvent-ils tirer partie des failles et des contradictions du système pour inverser chaque fois que possible et dans tous les domaines les rapports de force ? C’est le deuxième volet de cet ouvrage réalisé à partir d'une thèse intitulée « socialisme et localités, histoire d’une différenciation ». Il ne s’agit pas d’étudier en effet la volonté d’indépendance de n’importe quelle commune voisine d’une grande métropole mais d’examiner jusqu’à quel point un projet politique différent du projet dominant a pu s’affirmer. L’étude ne va pas au-delà. Elle ne le pouvait pas. Comme l’écrit lui-même Bernard MEURET bien d’autres travaux seraient nécessaires pour jeter les bases d’une théorie générale de la différenciation. Mais l’un de ses mérites, contrairement à certaines conceptions traditionnelles ou rénovées du « socialisme municipal» est de ne pas faire l’impasse sur le rôle de l’État. Il souligne au contraire que ce dernier a toujours eu sa propre stratégie face aux initiatives locales : soit d'étouffement, soit de récupération. On ne saurait en effet, véritablement « changer la ville » sans conquête et transformation préalables de l’État.

12A cet égard commence une nouvelle étape de l’histoire de Villeurbanne : pour la première fois, à quelques rares exceptions près, depuis un siècle, le pouvoir municipal est en harmonie avec le pouvoir central. Une volonté de décentralisation, sans précédent dans l’histoire de la République entend donner aux collectivités locales les moyens de s’affranchir des normes nationales. Pour la première fois l’occasion est offerte de sortir de l’action marginale et corrective. Le pouvoir local pourra conduire une politique pour la ville. Le projet est d’envergure. Toute civilisation se reconnaît à ses formes urbaines et peut se juger à travers elles.

  • 1 Marc Bonneville : Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne, Lyon, P.U.L., (...)

13Cette étude elle-même est située : elle n’aurait jamais sans doute été entreprise hors de ce contexte dont le paradoxe s’accuse de jour en jour : plus notre pays s’urbanise, plus vif est le conflit entre l’homme et la ville. Ce n’est pas l’un des moindres mérites de cet ouvrage que de révéler le passé pour nous aider à mieux éclairer l’avenir. Il nous aide, avec le livre de Marc Bonneville1, à répondre à quelques questions simples :

  • d’où vient notre cité ?
  • quels sont les destinations des lieux, des parcours, comment s’expliquent les quartiers ?
  • comment la ségrégation spatiale s’est-elle accusée ?
  • quels sont les enjeux propres à certains groupes sociaux dans la lutte pour la ville ?

14La réponse à ces interrogations constituera le « savoir urbain » dont l’intégration à la culture populaire permettra de dégager des projets d’avenir qui ignorent moins le passé.

15Dans cette perspective la publication d’une thèse sous la forme d’un ouvrage accessible au grand public représente à la fois un hommage à la qualité du travail universitaire accompli et un acte politique puisqu’il s’agit d’aider chaque Villeurbannais à répondre à ces questions décisives. Car la vraie ville est celle à laquelle on tient. Le vrai citadin est le contraire même des « paumés » de Folon flottant dans leur « cadre de vie » anonyme. Remercions encore une fois Bernard MEURET de nous aider dans ce travail et dans la réalisation de cette ambition.

Notes

1 Marc Bonneville : Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne, Lyon, P.U.L., 1978.

Auteur

Ministre de la Défense
Maire de Villeurbanne

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search