Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Annexe XIV. Le divorce (Chanson populaire) — Août 1792. Dialogue entre Mme Engueule et Mme Saumon, harengères. Air : Les marigners d’la Guernouillère

Texte intégral

1Madame Engueule.
J’aurons l’divorce ma commère,
En dépit de nos calotins ;
Avec leux quatre mots latins
Du mariage, ils font eunn galère,
Et l’sacrement nous plonge encore
Au fond d’Ienfer après la mort.

2Jeune brebis douce et gentille
Tombe à vieux vilain loup garou,
On met du dur avec du mou
Pour l’intérêt de la famille ;
La jeune fille n’en veut pas,
Mais papa veut, faut sauter l’pas.

3C’te pauvre enfant qu’on tyrannise
Obéit et n’ose broncher,
Comme l’agneau va cheux l’boucher,
Telle elle va triste à l’Église,
Sa bouche y dit, oui, son coeur,non,
V’la qu’est bâclé ; l’mariage est bon.

4Madame Saumon.
N’y a pus moyen de s’en dédire,
Par l’Indissolubricité,
Du bon Dieu, c’est la volonté
Qu’all souffre un étemelmartyre.
V’la comme vous raisonne un cagot
Qui d’son Dieu fait un ostrogot.

5Madame Engueule.
Faut d’la vertu, pu gros qu’un ange
Pour que l’mâtin n’soit pas cocu ;
Bientôt la tête emporte l’cul,
Faut bien gratter où ça démange ;
Un galant gratte, et par un sort,
V’là qu’ça démange encor’plus fort.

6Madame Saumon
Pour la vertu faut z’être libre,
L’choix qu’on fait soy-même est l’seul bon
L’mariage est comme le canon
Faut qu’son boulet soit de qualibre ;
Sinon il rate ou porte à faux
Et c’est j’ter sa poudre aux moignaux.

7Madame Engueule
Avec l’divorce mon chien d’homme
Ne m’f'ra pu tant son embarras ;
Il n’vendra plus jusqu’à nos draps
Pour payer ses d’misquiés d’rogôme,
Il saura que j’peux l’planter là
Et ça seul le corrigera.

8Madame Saumon.
Et l’mien donc, qui porte à sa gueuse
C’que j’gagne et jusqu’à mes jupons,
J’en frai justice j’t’en réponds,
Tu verras c’te belle engueuleuse,
Drès que l’divorce sera v’nu,
Les yeux pochés et l’cul tout nu.

9Cité par Marcel Cruppi, op. cit., pp. 33-34, extrait de Louis Damade, Histoire chantée de la première République, Paris, Paul Schmidt, p. 156.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search