Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Annexe XI. Enquête faite pour Étienne Martin contre Marie Christophe 27 Nivôse an V (archives départementales du Rhône 40 L 27)

Texte intégral

1Enquête faite en l’audience publique du tribunal civil du département du Rhône, ce jourd’huy vingt sept Nivôse an Cinq de la République française une et indivisible, en exécution du jugement rendu par ledit tribunal le quinze nivôse présent mois, entre le citoyen Étienne Martin, négociant à Lyon, y demeurant, demandeur d’une part, et la citoyenne Marie Christophe, sa femme, et le citoyen De Leglise, son curateur ad hoc, deffenderesse d’autre part. Ledit jugement portant « qu’avant taire droit sur la demande en divorce du citoyen Martin, qu’il est admis et prouvé, tant par titres que par témoins, le dérèglement de mœurs de Marie Christophe, depuis son mariage, sauf à la citoyenne Marie Christophe et au citoyen De Leglise son curateur la preuve contraire. En conséquence ordonné que les parties feront leurs enquête et contre enquête eu l’audience du vingt sept du courant ». Et en vertu de la cédule pour assigner témoins délivrée au citoyen Étienne Martin par le citoyen Rieussec, président de l’une des sections du tribunal ; et le citoyen Martin nous ayant présenté les témoins dont il entend composer son enquête. La citoyenne Christophe ni le citoyen De Leglise son curateur ne s’étants présentés ni personne pour eux quoique duement cités à l’effet de voir produire, jurer, affirmer lesdits témoins et les reprocher, s’il y avait lieu, par exploit de l’huissier Chercot à la datte du seize du courant, nous avons contre eux donné deffaut, et pour le profit d’icelui de suite procédé à l’audition des témoins présentés par le citoyen Martin, ainsi qu’il suit.

Ier témoin

2Le citoyen Alexis Bonnet, négociant, demeurant à Lyon quai de Saône, âgé de quarante cinq ans, témoin assigné à la requête du citoyen Étienne Martin par exploit de Parccint, huissier, du vingt quatre du présent mois de nivôse, lequel après le serment par lui prêté de déposer vérité, a déclaré connaître les parties dont il n’est cependant ni pareils, allié ni serviteur d’aucune d’elles, et ne savoir autre chose des faits contenus dans le jugement dont lecture lui a été faite, si ce n’est,
qu’il y a environ une année que le citoyen Martin a uni sa destinée avec la citoyenne Christophe, qu’au bout de deux mois d’union, la légèreté de cette femme lui fit trouver ce joug trop pesant, qu’elle quitta son mari qui était cependant rempli de complaisance pour elle, et se retira chez sa mère ; que la mère vint plusieurs fois en présence du déposant, parler au citoyen Martin le prier de reprendre sa femme en lui annonçant que la morale qu’elle lui avait faite ne la mettroit plus dans le cas d’oublier ses devoirs ; que le citoyen Martin se rendit aux instances de sa belle mère, qu’il reprit sa femme mais qu’elle ne demeura pas longtemps avec lui ; qu’elle s’en fut une seconde fois et emporta avec elle divers objets précieux du domicile du citoyen Martin ; qu’elle se retira encore chez sa mère, mais que trouvant ce domicile trop gênant pour elle, et levant entièrement le masque, elle la quitta pour se retirer chez le citoyen Jomin, célibataire, sur le quai St Clair maison Roux où elle n’a cessé d’habiter ou, peut-être, elle vit encore, et avec lequel elle est publiquement en état de concubinage, que sa mère a fait tous ses efforts pour la retirer de ce lieu dangereux pour son jeune âge, mais qu’elle n’a pu y parvenir ; que la retraite de la citoyenne Christophe a fait tant de bruit que Pelzin dans son journal en a fait mention ; qu’elle va habituellement au spectacle et que le déposant a cru l’y voir dans un état de grossesse. Qui est tout ce qu’il a dit savoir.

3Lecture faite au témoin de sa déposition a dit icelle contenir vérité, y a persisté, a signé et n’a requis taxe.

2ème témoin

4Le citoyen Joseph Louis Gaudin, négociant, quai St Clair, numéro 25, âgé de quarante cinq ans, témoin assigné à la requête du citoyen Martin, par même exploit et du même jour, lequel après le serment pour lui prété de dire vérité, a déclaré connaître les parties desquelles il n’est ni parent, allié ni serviteur d’aucune d’elles, et ne savoir autre chose des faits contenus dans notre jugement dont lecture lui a été faite si ce n’est :

5Qu’il y a environ une année que le citoyen Martin a contracté mariage avec la citoyenne Christophe, que le déposant a été un des témoins de leur union, qu’il alloit souvent dans la maison du citoyen Martin et qu’après deux mois d’habitation de la femme Martin avec son époux, il s’aperçut que cette femme ne paroissoit pas heureuse, qu’il la pria de s’ouvrir à luy, qu’elle lui dit qu’elle n’avoit aucun sujet de mécontentement et que bientôt après, son air chagrin donna lieu à quelque altercation d’après laquelle elle quitta le domicile de son nary et se réfugia chez sa mère ; que le mère vint voir le citoyen Martin qu’elle parla même au déposant, qu’elle lui dit qu’elle s’étoit trop pressée à faire le mariage de sa fille avec le citoyen Martin, qu’elle présumoit qu’elle avoit une inclination antérieure à ce mariage ce qui lui rendoit ses devoirs trop pesants, elle parvint cependant à engager le citoyen Martin de reprendre sa femme et elle revint avec lui, mais dans le courant du Carême de l’année dernière, elle quitta de nouveau le domicile du citoyen Martin, emporta avec elle les effets qui lui appartenoient et s’en fut encore chez sa mère où elle ne demeura pas longtemps : elle quitta brusquement ce domicile sans avertir sa mère qui parut être bien en peine de son absence et qui apprit ensuite ainsi que le déposant, qu’elle s’étoit retirée dans le domicile du citoyen Jomin, célibataire, demeurant sur le quai Saint Clair où elle n’a cessé de vivre publiquement avec lui ; que la mère ayant voulu interposer l’autorité de la police pour avoir sa fille, cet événement fit une rumeur sur le quai Saint Clair, et que le citoyen Pelzin en parla dans son journal, pour démontrer que les officiers de police se livroient à des actes vexatoires contre les citoyens en cherchant à violer leur azile par des visites domiciliaires. Qui est tout ce qu’il a dit savoir.

6Lecture à lui faite de sa déposition, et a persisté, a dit icelle contenir vérité, n’a requis taxe et a signé.

3ème témoin

7Le citoyen Joseph Grimaud, menuisier, demeurant à Lyon, maison du numéro trente quatre, âgé de soixante quatre ans, témoin assigné par même requête et par même exploit, après le serment par lui prêté de dire vérité, a déclaré connoitre les parties desquelles il n’est parent, allié serviteur, ni domestique d’aucune d’elles, et ne savoir autre chose des faits cottés dans notre jugement dont lecture lui a été faite si ce n’est :

8Qu’étant voisin du citoyen Martin il le connait parfaitement ; que tant que son épouse a demeuré avec lui, il a toujours été rempli d’égards pour elle, qu’il a cherché à perfectionner son éducation en lui faisant apprendre la musique, mais que tous ces soins d’un mari tendre et complaisant n’ont pu captiver la légèreté de son épouse ; qu’après deux mois d’union elle le quitta et se réfugia chez sa mère, que le citoyen Martin l’a repris cependant, mais que la veille du dimanche des Rameaux de l’année passée, elle quitta encore son mari, emporta avec elle ses effets, et se retira encore chez sa mère, domicile qu’elle quitta bientôt après sans annoncer où elle alloit demeurer, que le déposant apprit d’après la notoriété publique, que le nouveau domicile choisi par la femme du citoyen Martin, étoit celui d’un homme qu’il a entendu appeler Joannin ou Jomin avec lequel elle vit publiquement en état de concubinage. Qui est tout ce qu’il a dit savoir.

9Lecture faite au témoin, y a persisté a dit icelle contenir vérité, n’a requis taxe et a signé.

4ème témoin

10Le citoyen Martin Joseph Chaze, marchand, demeurant à Lyon rue Lanterne numéro quatre vingt quinze, âgé de trente un ans, témoin assigné par même requête et par même exploit, lequel après le serment par luy prêté de dire vérité a déclaré connoitre les parties desquelles il n’est parent, allié ni serviteur, et ne savoir autre chose des faits cottés dans notre jugement dont lecture lui a été faite si ce n’est :

11Qu’il y a environ quatorze mois que le citoyen Martin a contracté mariage avec la citoyenne Christophe, qu’il sait également que le citoyen Martin a été rempli d’attention pour sa nouvelle épouse, qui n’y répondait pas de son coté, qu’il ne lui refusoit ni maitre pour perfectionner son éducation ni tout ce qui lui étoit nécessaire pour paroître dans le monde mais que tout ce soin ne paroissoient que peu faire d’impression sur son esprit, qu’elle ne tarda pas à se moquer ouvertement de son mari et qu’il a été témoin que sa femme étant aux fenêtres, conduisoit son mari qui sortoit et étoit dans la rue, avec des signes qui annonçoient le mépris le plus offensant ; que deux mois après leur union elle quitta le citoyen Martin et se retira chez sa mère, que sur l’invitation de cette dernière, le citoyen Martin voulut bien la reprendre avec lui ; qu’il a entendu la mère lui faire des représentations sur sa conduite et la femme Martin lui répondre : si vous aviez mes yeux vous verriez qu’il est impossible de coucher avec mon mary ; je ne l’aime point et ne l’aimerai jamais ; qu’avec ces sentiments, il n’est point étonnant qu’elle quitta une seconde fois le citoyen Martin, cette fuite eut lieu à la fin du Carême de l’année dernière, qu’elle se retira chez sa mère où elle ne demeura pas longtemps, qu’elle avoit connu dans le domicile de sa mère le citoyen Jomin, célibataire ; que c’est avec ce jeune homme qu’elle se retira et où elle n’a pas cessé de vivre avec lui jusqu’à cette époque en état de concubinage ; qu’il sait très parfaitement, que logée chez le citoyen Jomin, elle coucha avec lui puisqu’il n’y a qu’un lit dans sa chambre ; qu’elle est actuellement enceinte ; et le déposant ajoute qu’il a ouï dire que les soeurs de la citoyenne Christophe, en blâmant sa conduite et pleurant sur ses dérèglements, se plaignoient de ce qu’elle étoit enceinte, et que cet état de grossesse ne pouvoit être attribuée au citoyen Martin, puisque quand elle l’avoit quitté, elle étoit dans un état qui supposoit qu’elle n’étoit pas enceinte, ajoutant que c’était une coquine qui faisoit deshoneur à sa famille et qui aimoit mieux vivre dans le libertinage avec un homme qui n’avoit rien, que de rester avec un mari qui n’avoit cessé d’avoir des complaisances pour elle ; qui est tout ce qu’il a dit savoir.

12Lecture faite au témoin de sa déposition y a persisté, a dit icelle contenir vérité, n’a requis taxe et a signé.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search