Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Annexe VIII. Acte de divorce pour incompatibilité d’humeur (27.6.1793)

Texte intégral

1Ce jourd’hui vingt sept juin mil sept cent quatre vingt treize, l’an second de la République française, en vertu de notre ordonnance en date du vingt un du présent mois mis au bas de la requête à nous présentée le dit jour par Louise Raymond, épouse du citoyen Antoine Duc, demeurant en cette ville chez le citoyen Duc son père, fabriquant rue des Flandres, par laquelle il lui a été donné acte de sa demande en divorce indiqué ce jourd’hui trois heures de relevée pour le voir prononcer.

2Nous Louis Guignot, officier public de la municipalité provisoire de la dite ville de Lyon, chargé en cette qualité de constater l’état civil des citoyens, à la réquisition de la dite Louise Raymond, accompagnée du citoyen Joachim Bonivert, avoué en cette ville place du petit Collège, Germain Nouvellet, négociant rue Désirée, Jean-Jacques Lempereur, négociant rue St Pierre, et Jean Nicolas Richard, chirurgien rue Six Grillets, témoins majeurs amenés aux termes de la loi pour être présens à la prononciation du divorce demandé par la dite Raymond pour cause d’incompatibilité d’humeur, laquelle après nous avoir exhibé les pièces nécessaires, et notamment les actes de mariage et conciliation en date du sept janvier, neuf mars et dix juin derniers qui lui ont été délivrés en cette municipalité par ses amis et ceux de son mari présents aux dites assemblées dûment convoquées à cet effet, et pareillement les sommations faites audit ‘Antoine Dru le vingt deux du courant, par exploit de Huchet, huissier, dûment enregistré de se trouver ce jourd’hui par devant nous, lieu et heure indiqués par notre dite ordonnance, à l’effet de voir prononcer la dissolution de son mariage avec ladite Louise Raymond son épouse et attendu qu’il est l’heure de cinq et que ledit Antoine Duc n’a pas comparu.

3Avons, en présence des témoins susnommés et de ladite Louise Raymond, prononcé au nom de la loi, que le mariage par elle contracté avec ledit Antoine Duc le sept septembre mil sept cent quatre vingt onze est dissous, et qu’ils sont libres de leurs personnes comme ils l’étaient avant de l’avoir contracté, dont et tout ce que dessus nous avons rédigé acte lequel sera publié et l’extrait d’icelui enregistré conformément à la loi. Et ont les dits témoins, ainsi que la comparante signé avec nous. Fait et clos les jour et an que dessus, au bureau de l’état civil en la Maison Commune de Lyon.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search