Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Conclusion. A la recherche du mariage d’amour

Texte intégral

1Bien que restant le fait d’une minorité, le divorce n’en démontre pas moins que dans la société urbaine de la fin du XVIIIe siècle, germe lentement, stimulée par l’euphorie révolutionnaire, une nouvelle idée du mariage. Les deux générations de divorcés que nous avons vu se profiler incarnent parfaitement les étapes de cette mutation dans les sensibilités collectives : la première révèle la crise, la seconde essaie, en vain, d’y trouver une solution.

2La première génération, de loin la plus nombreuse, celle des hommes et des femmes mariés sous l’Ancien Régime, témoigne d’une remise en cause de l’ancien système matrimonial, qui n’avait d’autre finalité que la procréation et qui reposait sur une indiscutée suprématie masculine : contre cette norme, les femmes se révèlent particulièrement combatives et sont effectivement beaucoup plus nombreuses que les hommes à vouloir s’en dégager. Elles y parviennent d’autant mieux que leur fortune personnelle ou l’exercice d’un métier leur confère, potentiellement, les moyens de l’indépendance. Ce sont donc les milieux de la petite bourgeoisie intellectuelle, ou de l’artisanat et de la boutique, qui s’insurgent les premiers contre l’ordre conjugal ancien. La loi sur le divorce leur permet d’exprimer publiquement des mésententes anciennes et profondes et sert ainsi de révélateur à la crise du mariage d’Ancien Régime, antérieure à la Révolution et si souvent dénoncée en littérature. Il y a crise, parce que l’échec conjugal que manifeste le divorce, ne relève pas seulement de la psychologie individuelle des intéressés ou de leur histoire personnelle, mais d’une inadéquation générale entre les nouvelles exigences et le vécu. Les témoignages concordent tous. La routine ne suffit plus à justifier le lien matrimonial. Sans accord sentimental, le mariage s’effrite et perd sa raison d’être. D’ailleurs, avant de divorcer, la plupart de ces ménages avait cessé de cohabiter. Cette revendication, nouvelle, de l'amour dans le mariage n’apparaît nulle part avec plus de clarté que dans la déposition de Claudine Ramey, femme d’un « patron » sur le Rhône, qui, en 1793, reconnaît avoir quitté son mari pour la seule raison, déterminante à ses yeux, « qu’elle ne pouvait être heureuse avec lui ». Elle n’a aucune accusation à porter contre lui ; elle sait que l’explication qu’elle donne à son désir de divorcer sera favorablement reçue par le jury masculin (quatre hommes de loi) qui compose le tribunal de famille. Or, et ceci est très significatif, son mari utilise, à titre de défense, des arguments de même registre. Il n’a pas honte de laisser entendre qu’il aimait sa femme et « qu’il ne cessa jamais de lui prodiguer des témoignages non équivoques de sa tendresse et de son attachement » ; leurs propos prennent valeur d’exemple : en 1793, il est admis que l’amour, et lui seul, fonde le mariage.

3Cette recherche du bonheur à-deux est encore plus manifeste dans la seconde génération, celle des « pauvres », dont la jeunesse a été le témoin des changements politiques les plus radicaux et des expérimentations sociales les plus audacieuses et qui a tenté l’aventure du mariage d’amour. Mariée sans calcul économique, soucieuse d’éviter de procréer mécaniquement, elle n’en a pas moins connu l’échec, prouvant combien il était difficile dans cette société qui s’embourgeoisait de réussir une alliance fondée sur la seule attirance réciproque des époux. L’enthousiasme novateur n’était pas une base suffisante pour la réussite du couple, s’il n’était consolidé par un atout majeur, l’aisance matérielle, et bien vite étayé par une descendance. C’est cette nouvelle norme que leur expérience négative permet de discerner. Désormais la famille sera, plus que jamais auparavant, liée au patrimoine et à l’enfant.

  • 1 Deux sondages sur leur nuptialité la font apparaître.
    – Des divorcés de 1793, 30,6 % se sont remari (...)

4Inquiets de la liberté que le divorce diffusait vers les couches de plus en plus modestes de la population, les pouvoirs publics pensèrent y mettre un frein en abolissant jusqu’aux articles, pourtant bien modérés, du Code Civil. C’est ainsi qu’ils contribuèrent à encourager le développement du concubinage, au moins dans les grandes villes industrielles du XIXe siècle alors que la Révolution, elle, n’avait pas entamé la foi des citoyens dans le mariage. Le divorce contestait un type de mariage, mais non l’institution du mariage elle-même. Encore que les divorcés aient fait preuve d’une certaine réticence à l’idée d’un remariage1 et aient ainsi témoigné de l’existence d’une minorité particulièrement sceptique quant aux chances d’épanouissement que le mariage pouvait apporter aux hommes et aux femmes. Toutefois, l’heure n’était pas venue d’une remise en cause radicale du mariage et de la famille.

Notes

1 Deux sondages sur leur nuptialité la font apparaître.
– Des divorcés de 1793, 30,6 % se sont remariés à Lyon (jusqu’à l’an XI). Plus de la moitié ont attendu plus d’un an pour le faire.
– En l’an XI dans les divisions du Nord et du Midi, 54 hommes ont divorcé. Aucun d’eux ne s'est remarié la même année.
(Rappelons que dans la paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Saturnin, 90 % des veufs, prenaient une nouvelle femme moins d’un an après le décès de la première).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search