Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Deuxième partie. Psychologie du divorce

Chapitre XI. Procréation et divorce

Texte intégral

1Autre problème lié à la composition même des couples : leur entente intime et leur fécondité. Les divorces pour incompatibilité d’humeur et de caractère ne révèleraient-ils pas une mésentente profonde des corps autant que des esprits ? La multiplication de ce type de divorce ne serait-elle pas l’expression d’un refus de l’échec sexuel, échec qui se marquait dans les générations précédentes par l’abandon pur et simple du partenaire ? Cette nouvelle sensibilité pourrait donc s’accompagner d’une attitude différente face au « devoir » conjugal et à la procréation.

I – L’INCONNUE SEXUELLE

  • 1 Si l’on en juge, par exemple, par la statistique des dossiers de poursuites en reconnaissance de p (...)

2Disons tout de suite qu’il n’est pas possible, à travers les dépositions des époux devant les tribunaux de famille ou devant le juge, d’appréhender la qualité de leurs relations sexuelles par des témoignages directs. La pudeur des déposants est extrême et l’accord physique des époux reste un secret pour le chercheur. Certaines incompatibilités brutales et immédiates relèvent peut-être de ce domaine, les actes de divorces en fournissent quelques preuves. En 1793, 14 % des couples qui divorcent pour abandon se sont défaits au cours de l’année qui a suivi leur mariage. Neuf femmes ont ainsi été abandonnées dans les premières semaines de leur vie conjugale, sinon dans les premiers jours. Thérèse Dumoulin, par exemple, qui avait épousé un perruquier le 5 mai 1778, divorce pour abandon le 28 juin 1793. Son mariage date donc de 15 ans, un mois et 23 jours. Or, l’acte de notoriété atteste que son mari, Jean Julien, l’a quittée depuis 15 ans. Pierrette Perrayon, épouse d’un tailleur, n’a pas été plus chanceuse. Elle était mariée depuis 14 ans 2 mois et 21 jours quand elle a obtenu le divorce pour un abandon de 14 ans. Ce sont surtout les femmes d’artisans qui connaissent d’aussi brèves aventures matrimoniales (5 cas sur 9), celles des classes populaires en général (7 cas sur 9). Nous n’avons pas la possibilité de connaître leur âge au mariage. Mais on sait que les femmes des milieux artisanaux se mariaient tard, donc vivaient indépendantes pendant de longues années. La fuite de leur mari marque peut-être une réaction à l’émancipation féminine que pouvait représenter la perte de la virginité avant le mariage. Il s’agit d’ailleurs, dans les 2/3 des cas, de mariages célébrés dans la décennie des années 70, où le mouvement de libéralisation des mœurs ne fait que s’amorcer à Lyon1. Les quatre hommes qui ont été abandonnés avec la même promptitude se sont mariés dans la décennie suivante : pendant longtemps les femmes s’accommodèrent de déception sexuelle. Le mariage était censé avoir pour elles d’autres fonctions que celle d’un épanouissement de leur corps. C’est sans doute cette revendication qu’elles mettront le plus longtemps à oser faire admettre. En 1793, elles restent discrètes sur tous ces problèmes, ou emploient des formules générales sur la mésentente qui règne entre elles et leur époux. Françoise Poncet déclare « qu’elle fit bientôt la triste et douloureuse expérience qu’elle ne pouvait sympathiser avec lui ». Autre brutalité maritale peut-être liée a un désaccord fondamental, celle que Martin exerce sur Claudine Maugard, une toute jeune femme de 17 ans, « quelques jours après son mariage » où il commence « à proférer contre elle les injures les plus atroces ».

  • 2 A.D.R., 36 L 50. Cf. notes 6 et 7 p. 304,13 et 16 p. 307.

3Parfois, le mari n’en continue pas moins à faire valoir ses « droits », et peu de témoignages sont aussi pitoyables que celui de Denise Clément qui, battue dès le lendemain de son mariage, n’en « devint pas moins grosse au bout de dix neuf mois ». Bien qu’elle ait mis au monde un enfant anormal, et que son mari ait redoublé de violence à son égard, elle doit continuer à le subir et à accoucher de petits êtres impotents2. Peut-être est-ce un cas exceptionnel... Comme celui d’Anne-Marie Villard, mariée à un négociant qu’elle redoute tellement, qu’elle n’ose plus partager sa couche, sauf quand, « rassurée par la proximité du lit de la déposante (leur domestique) qui n’était séparé du sien que par un briquetage, elle se détermina à se coucher ». Ce ne sont que ces témoignages bien pathologiques qui affleurent. Les autres situations, moins « dramatiques », restent cachées.

  • 3 La première chaire des maladies vénériennes ne fut créée à Paris qu’en 1880 (Théodore Zeldin, Hist (...)
  • 4 Ibid., p. 353.

4Les femmes aiment garder la discrétion sur tous ces problèmes. Leur réaction face aux maladies vénériennes que leur transmettent leurs maris est faite de honte et elles se taisent. C’est souvent le témoignage d’une amie, à qui elles se sont confiées, qui rend publique leur souffrance. Benoîte Pardon, femme d’un affaneur de la Guillotière, demande le divorce mais ne fait pas grief à son mari de l’avoir contaminée. C’est une voisine appelée comme témoin qui raconte qu’elle « lui fit confidence » il y a environ un an et demi, « en lui expliquant l'état cruel où elle était déterminée par des maux vénériens, que c’était pour la seconde fois que son mari la mettait dans cet état ». La syphilis n’est pas seulement le fléau des milieux les plus populaires. Théodore Mussilly, tonnelier, Benoît Bedor, fabricant, et Jacques Cavalier, marchand, en sont aussi atteints. La femme du premier refuse de reprendre la vie commune avant que son mari ne se soit fait soigner. Il se rend à la Quarantaine mais reste malade, ce qui, d’après les témoins, n’est pas étranger à la décision de sa femme de divorcer. Signes de trahison, les maladies vénériennes étaient d’autant plus un obstacle à une vie harmonieuse qu’elles étaient réputées honteuses et qu’elles restaient difficilement guérissables3. Ont-elles tout particulièrement détérioré la vie des couples des futurs divorcés ? Honnêtement, il n’est pas possible de trancher et de cerner leur diffusion dans les ménages lyonnais, beaucoup trop de silence entourant cette question. On sait seulement combien, une cinquantaine d’années plus tard, dans les villes, s’étaient propagées toutes sortes de maladies gynécologiques4.

5Dans ces conditions, quel était le comportement des ménages face à la procréation ?

II – LES FUTURS DIVORCES FACE A LA PROCRÉATION

  • 5 Le Courrier de Lyon, no 38, mercredi 14 avril 1790. Les époux Nérée Marie Coignet, négociant, et F (...)

6Dans un siècle où le mariage est, pour la majorité, « un sacrement qui établit une sainte alliance entre l’homme et la femme, afin d’élever chrétiennement les enfants qui en naîtront », la procréation est un devoir auquel tous les ménages se doivent. Les foyers stériles défraient d’autant plus la chronique qu’on lie la stérilité à l’impuissance. On en a un exemple intéressant a travers les colonnes du journal Le Courrier de Lyon du 14 avril 1790. « La ville a retenti d’un procès qui avait désuni deux époux », écrit ce journal. Une jeune femme avait demandé la séparation reprochant à son mari d’être impuissant. Grâce à l’intervention d’un chirurgien « qui parvient à la convaincre » (?) et qui « lui parle au nom de tous les deux », « elle revoie dans les bras de son mari au mois de novembre 1788 » et met au monde un garçon baptisé le 9 avril 1790. « Nous avons cru devoir donner une place à ces détails », commente le journal, « parce que la calomnie qui avait impitoyablement déchiré le sieur Coignet ne lâchait pas prise ». L’auteur de l’article rend encore hommage « au brave chirurgien dont les sages conseils ont réuni les sieur et dame Coignet »5. Lyon, à la fin du XVIIIe siècle, est encore un grand village où l’opinion publique s’empare de la vie privée de chacun pour peu qu’il appartienne au monde du négoce et que la justice ait à intervenir. La pudeur qui caractérise les dépositions féminines n’est pas la pudeur du siècle. Chaque fois que la virilité d’un homme est mise en cause, les blocages du langage sautent.

7Nous devons donc situer les ménages que nous étudions dans leur aptitude à procréer, et déterminer si leur comportement s’apparente à celui des autres foyers lyonnais, ou si une incompatibilité précoce les détourne ou non de leur « devoir ». Les enfants éventuels sont-ils un facteur d’aggravation des tensions conjugales ou, au contraire, leur présence freine-t-elle les époux dans leur décision de divorcer ? La cohésion familiale est-elle à Lyon, à la fin du XVIIIe siècle, fonction de l’enfant, comme Philippe Ariès a entrepris de le démontrer ?

A – Les divorcés par consentement mutuel

  • 6 On remarque une seule déclaration qui est peut-être une anomalie dans l’acte de divorce des époux (...)

8Deux méthodes sont possibles pour cerner cette question : l’étude des actes de divorce et la reconstitution des familles. Les actes de divorce, dans le cas d’une séparation obtenue par consentement mutuel, indiquent le nombre d’enfants vivants qui sont issus du couple qui comparaît. Cette déclaration n’est pas une obligation imposée par la loi, mais les officiers d’état civil l’ont régulièrement faite de 1793 à l’an VIII. Grâce à leur zèle, nous disposons donc, pour la minorité des ménages ayant divorcé par consentement mutuel, d’indications concernant leur descendance. Pour une minorité, car les divorces par consentement mutuel n’ont donné lieu qu’à 148 actes, de 1793 à la première année du Consulat, soit 19,2 % du total des 772 enregistrés au cours de cette période. Mais ils fournissent un premier indice de la fécondité de ces couples, les documents étant fiables6. (Cf. tableau 40 ci-contre).

9Première constatation : les trois-quarts de ces ménages n’ont pas d’enfants vivants au moment de leur divorce. Ce pourcentage reste élevé même si on suppose que certains bébés n’ont pas vécu jusqu’au divorce de leurs parents. Certes, on sait que ne divorcent par consentement mutuel que les jeunes ménages, et tout particulièrement ceux qui se sont formés au cours des années révolutionnaires. Ce sont eux qui, prenant très vite conscience de l’impossibilité d’une vie commune, décident de se séparer avant d’avoir atteint un degré de tension dramatique.

TABLEAU 40. PROPORTION DE MÉNAGES AYANT DES ENFANTS (Divorces prononcés par consentement mutuel)

Divorces par consentement mutuel

Nbre de ménages ayant des enfants

%

Journaliers

8

5

62,5

Ouv. et art. en soie

47

6

12,8

Artisans

43

8

18,6

March.-Négoc.

22

9

40,9

Prof, lib-, Employés

9

2

22,2

Bourgeois

4

3

75,0

Nobles

1

0

Divers

5

1

20,0

Inconnus

1

0

TOTAL

140

34

24,3

(De 1793 à l’an VIII on compte 148 actes de divorces par consentement mutuel. 8 d’entre eux ne portent aucune mention sur l’existence éventuelle d’enfants).

  • 7 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 102.

10Pourtant plus.de 87 % d’entre eux ont néanmoins dépassé le cap de la première année de mariage, au terme de laquelle parmi les cohortes « normales » de la ville, l’immense majorité avait déjà procréé. On se rappelle que dans la paroisse Saint-Georges, entre 1750 et 1774, « dans plus de trois quarts des ménages, le mariage est suivi d’une naissance dans l’année »7 ; ce pourcentage inclut, bien sûr, les conceptions prénuptiales. Il y a donc, dans cette minorité de ménages, un souci très caractéristique de repousser les naissances. Les ouvriers en soie et les artisans sont les premiers atteints par ce nouveau comportement. Les milieux plus populaires (journaliers) ou mieux placés dans la hiérarchie sociale (marchands et bourgeois) resteraient plus natalistes, les exemples étant peu nombreux. C’est parmi les « petites classes moyennes » que le mariage tend à se dissocier de la procréation.

TABLEAU 41. DUREE DES MÉNAGES (Divorces prononcés par consentement mutuel)

TABLEAU 41. DUREE DES MÉNAGES (Divorces prononcés par consentement mutuel)

11L’enfant, et c’est la Seconde constatation, constitue un frein pour une demande conjointe de séparation. Il apparaît très difficile aux deux époux de parvenir à un accord lorsqu’ils ne sont pas les seuls à être concernés par une telle décision. La présence d’enfants est d’autant plus facteur de cohésion que le milieu social est attaché à la famille. On le voit avec les ouvriers en soie qui se montrent, dans l’ensemble, rebelles au divorce. Rares sont ceux qui s’entendent pour divorcer quand ils ont des enfants (13 % seulement contre 24 %de moyenne générale). Dans aucun des groupes sociaux, ce ne sont des familles nombreuses. La majorité des actes qui donnent le nombre exact d’enfants – car quatre se contentent d’indiquer que les comparants ont « des » enfants – révèle que dominent des familles à enfant unique (13 cas) ou à deux enfants (10 cas), la plus nombreuse en ayant cinq.

12La stérilité d’un couple peut-elle, à l’inverse, le pousser au divorce, la rupture de l’union étant un moyen de se libérer pour passer à d’autres noces dont on espère qu’elles seront fécondes ? Il semble douteux qu’en ce cas là, les deux époux aient accepté la séparation d’un commun accord. Une telle décision, sans aucun doute masculine, entraînerait plutôt un divorce-répudiation et c’est avec l’ensemble des divorces, et non plus exclusivement avec des séparations prononcées par consentement mutuel, que nous devons tenter de répondre. La reconstitution des familles devient indispensable.

B – Les ménages mariés à Saint-Nizier

13Il est évident que nous n’avons pas pu reconstituer les 1.133 familles de divorcés que nous étudions. Il n’était pas possible de suivre l’itinéraire de chacun de ces foyers dont beaucoup s’étaient créés en dehors de Lyon ou n’y étaient venus que quelques années avant d’éclater. Il n’était pas non plus envisageable de feuilleter tous les registres paroissiaux de la ville et de ses faubourgs pour y retrouver les ménages des Lyonnais. La paroisse Saint-Nizier étant la paroisse la plus peuplée de Lyon, nous l’avons retenue pour une recherche systématique, d’autant plus qu’elle a fait l’objet d’un fichier pour les actes des années 1776 à 1792. Nous avons ainsi réuni 133 actes de mariage, ce qui représente 19,5 % du total des mariages célébrés avant le 20 septembre 1792, ou 1 sur 5.

14Les résultats bruts nous donnent 73 familles ayant eu au moins un enfant, et 60 n’en ayant pas eu. Mais nous nous heurtons aux difficultés inhérentes à 1’étude de la démographie d’une grande ville au XVIIIe siècle, et ce dernier chiffre est tout à fait suspect : la propension des Lyonnais à se marier dans la paroisse de la fiancée, et à partir ensuite s’installer dans celle du mari, ou dans un tout autre quartier de la ville explique que nous n’ayons pas retrouvé mention de naissance dans ces foyers sur les registres de Saint-Nizier. Pour quatre d’entre eux qui ont divorcé ultérieurement par consentement mutuel, nous avons la certitude qu’ils n’ont effectivement pas eu d’enfants ou qu’ils les ont perdus en bas âge. Pour les autres, le cas est plus douteux. Une conclusion reste possible toutefois : dans la majorité des cas, les divorcés mariés sous l’Ancien Régime avaient eu des enfants. La stérilité n’est donc pas un facteur déterminant du processus de divorce. Le devenir de ces enfants est incertain, beaucoup sans doute ont dû mourir en nourrice et au moment du divorce, la famille peut être bien décimée. Citons, à titre d’exemple, Françoise Bussière, qui bien qu’ayant mis au monde dix-sept enfants, n’en avait plus que six vivants en 1793. Les registres de Saint-Nizier permettent donc seulement, sauf exception, de repérer les naissances. Voici comment se répartissent les familles en fonction de celles-ci.

TABLEAU 42. RÉPARTITION DES MÉNAGES MARIÉS A SAINT-NIZIER D’APRES LE NOMBRE D’ENFANTS

TABLEAU 42. RÉPARTITION DES MÉNAGES MARIÉS A SAINT-NIZIER D’APRES LE NOMBRE D’ENFANTS
  • 8 Ibid., p. 103.
  • 9 Mariage de Barthélemy Carnet, marchand, 23 ans et d’Antoinette Verne, 20 ans (paroisse Saint-Nizie (...)

15Ce sont donc généralement des familles peu fécondes qui se résolvent au divorce. Plus des deux tiers d’entre elles n’ont pas eu plus de deux enfants. Ce modèle n’a absolument rien à voir avec celui qu’incarnent les ouvriers en soie de la paroisse Saint-Georges entre 1750 et 1774 qui, à 32,9 %, ont eu plus de dix enfants et à 53,8 % huit enfants et plus8. Cette fécondité restreinte est la conséquence très nette de la mésentente : les ménages procréent au début de leur mariage puis, leurs relations s’aggravant, ils s’abstiennent de rapports conjugaux. Le temps moyen écoulé entre la dernière naissance et le divorce le montre bien : 13 ans 2 mois. Le record est atteint par la famille Carnet. Son dernier enfant est né en février 1759. Il a donc plus de 37 ans – s’il a vécu – lors du divorce de ses parents en l’an V9. Certes, il s’agit d’un cas limite mais il n’en reste pas moins que pour 62,2 % de ces familles, plus de dix ans se sont écoulés entre la dernière naissance et la séparation officielle des parents. Voilà qui révèlent à nouveau la réalité et la pérennité des désaccords conjugaux et la nécessité du divorce.

16Considérons le tableau suivant :

TABLEAU 43. MARIAGE ET PREMIERE NAISSANCE (Ménages mariés à Saint-Nizier)

TABLEAU 43. MARIAGE ET PREMIERE NAISSANCE (Ménages mariés à Saint-Nizier)

17Les naissances antérieures au mariage ne sont pas très nombreuses, 4, bien qu’en pourcentage, elles représentent un taux élevé (par rapport au 1 % enregistré dans la paroisse Saint-Georges), mais il faut noter que toutes les légitimations se situent dans une période plus récente, au cours de la décennie qui précède 89. Plus que d’un comportement propre aux futurs divorcés, ce pourcentage élevé serait le signe d’une évolution dans les mœurs pré-conjugales des jeunes Lyonnais de la fin du XVIIIe siècle. Ce sont pour la plupart des ménages de la Fabrique (deux fabricants de bas, un maître-fabricant) qui légitimaient ainsi des enfants lors de leur mariage. Fleury Bonan, fabricant de bas de soie, et Madeleine Bavarot, ouvrière de gaze, ont même déjà donné naissance à deux enfants, âgés de 4 ans et de 10 mois, lorsqu’ils régularisent leur situation matrimoniale en 1791. Les conditions particulières dans lesquelles se conluent ces mariages ne distinguent pas ces couples des autres futurs divorcés. Comme les autres, ils continuent à avoir des enfants après leur mariage. Il est donc difficile de peser les conséquences psychologiques et sociales des naissances prénuptiales et d’y voir un facteur possible de la mésentente future des ménages. Ceux-ci se fondent dans la population « normale » et leur comportement, au moins en matière de natalité, ne diffèrent pas des autres couples.

18Les conceptions prénuptiales sont, à peu près, dans les mêmes proportions parmi les futurs divorcés que dans la population « normale ». 17,4 % des premières naissances suivent le mariage de 8 mois ou moins. Mais là s’arrêtent les analogies avec les naissances de la paroisse Saint-Georges. Les divorcés semblent, en effet, moins pressés de s’assurer une descendance et lors de leur premier anniversaire de mariage, à peine un ménage sur deux a mis au monde un enfant (42 % contre 76 % dans la population de Saint-Georges entre 1750 et 1774). Un ménage sur 4 attend deux ans et plus (26,1 % contre 6,5 %). Souci moderne du ménage de planifier les naissances ? Il faudrait pouvoir comparer avec les naissances révolutionnaires. Signe d’un désaccord entre les conjoints ? il ne le semble pas puisqu’il y a quand même procréation.

  • 10 11 enfants en onze ans et demi dans un cas, 9 en quinze ans dans l’autre.

19Notons, enfin, que la propension à procréer est indépendante du niveau de fortune des jeunes mariés. Le ménage d’Abraham Baud, maître-fabricant, et de Marie Anne Jouffroy, plieuse de fil, qui donne naissance à 11 enfants en 11 ans et demi de mariage, a débuté avec 390 livres. Comportement nataliste de prolétaires ? Non, car dans une autre famille nombreuse, celle des époux Deroche-Adam qui procrée 9 enfants, les apports au mariage s’élevaient à 27.500 livres. Tout au plus, peut-on noter des espaces intergénésiques plus élevés chez les riches que chez les pauvres10. Quel rôle jouent les enfants dans l’équilibre du ménage de leurs parents ? Leur mort prématurée est sans doute mal vécue surtout quand le drame frappe à répétition. Les epoux Mollard-Gondret, qui eurent 10 enfants entre 1762 et 1779, n’en ont peut-être pas deux encore vivants en 1793 : les registres de Saint-Nizier gardent la trace de deux de leurs enfants qui ont été ondoyés en 1765 et 1770, de trois autres morts à un jour ou deux, de trois autres encore, décédés entre deux ans et demi et six ans. Deux autres semblent avoir survécu, mais peut-être sont-ils, eux-aussi, morts, en nourrice, à l’âge de quelques mois. Est-ce vraiment une coïncidence si le père abandonne son foyer, un foyer bien désert, après la naissance de la dernière, une petite fille qui ne survit qu’un jour ?

20La cohésion familiale devrait beaucoup à la présence des enfants. Ainsi, on s’expliquerait mieux que les bouchers soient aussi peu nombreux à divorcer. Toutefois, la présence d’enfants vivants ne suffit pas à dissuader du divorce quand la mesure est comble et que la fortune facilite la séparation. Marie-Pierrette Adam a encore six enfants vivants quand elle demande le divorce pour incompatibilité d’humeur en 1793. Françoise Bussière en a six également. Les milieux de la bourgeoisie d’affaires et, tout particulièrement les femmes de ce monde-là, n’hésitent pas à divorcer, même quand elles sont chargées d’enfants. Peut-être, est-ce même à cause d’eux qu’elles s’y décident. Quand Jean-Fleuri Lavie, négociant, crie à son épouse (qui a eu dix-sept enfants avec lui !) : « Oui, j’ai une partie dont j’ai un joli petit garçon ! j’entends que tu l’élèves », elle lui répond, en mère et non en femme, « que ses propres enfants l’entendaient et qu’il eût tout au moins à garder à leur égard la décence qu’il leur devait ». Préserver les enfants du mauvais exemple que peut leur donner leur père est une des raisons qui incite au divorce. Les griefs et plaintes des femmes mal mariées avaient vu juste. Les mères ont conscience des devoirs qu’elles ont envers leurs enfants. Elles veulent sauvegarder leur innocence, leur équilibre, dirait-on aujourd’hui. Le divorce, à sa manière, en témoigne.

21Les ménages des divorcés mariés sous la Révolution présentent-ils les mêmes caractères ? Sont-ils aussi, en majorité, des couples ayant procréé, mais ayant choisi d’attendre de mieux se connaître, avant de se lancer dans l’aventure parentale ? Se montrent-ils également aussi peu pressés – relativement – de s’assurer une descendance ? Se séparent-ils aussi avant d’avoir mis au monde un ou deux enfants, seulement ? Leur recrutement dans des couches beaucoup moins aisées, à la limite de la pauvreté, modifie-t-il leur conception du mariage et de la transmission de la vie ? L’âge très précoce de l’épouse influence probablement leur comportement face à la natalité.

C – Les ménages mariés à Lyon de 1793 à 1816

  • 11 21 autres n’ont pu l’être que partiellement, ceux qui ont divorcé au-delà de l’an X (1801-1802) ca (...)

22238 ménages ont pu être suivis de la date de leur mariage à Lyon à la date de leur divorce11. La durée relativement brève de leur union nous permet de penser qu’aucun d’entre eux ne s’est absenté longuement de la ville pendant cette période : la reconstitution des familles que nous avons menée est donc plus solide que la reconstitution des familles mariées à Saint-Nizier.

1) Une majorité de couples sans enfants

23Première remarque importante qui confirme ce qui se dégageait des divorces prononcés par consentement mutuel : les couples qui se marient sous la Révolution divorcent, en majorité, avant d’avoir eu des enfants. Sur les 238 ménages, il y en a effectivement 144, donc 61 % qui se séparent sans avoir procréer. Plusieurs explications à ce phénomène. Ces couples non féconds sont, plus fréquemment que les autres, composés de veufs ou de divorcés. 33 comprennent au moins un veuf ou un divorcé, 23 deux veufs ou un veuf et une divorcée, ou inversement. L’âge moyen des femmes au mariage n’en est donc que plus élevé ainsi que l’indique le tableau suivant :

TABLEAU 44. AGE MOYEN AU MARIAGE DES FEMMES DIVORCÉES N’AYANT PAS EU D’ENFANTS (Mariages de 1793 à 1816)

Nbre de cas connus

Age moyen

Veuves

33

41 ans 6 mois

Divorcées

5

44 ans 6 mois

Mariées pour la 1ère fois

98

27 ans 6 mois

Ensemble

136

31 ans 6 mois

24En effet, l’âge moyen des divorcées mariées à cette période est de 27 ans 7 mois (cf. tableau 31 page 221). La probabilité statistique de voir se créer une descendance est ainsi légèrement diminuée. Toutefois, cette explication ne peut suffire car l’âge élevé n’est pas la conséquence de la seule proportion des remariages puisque, même les femmes qui se sont mariées pour la première fois, l’ont fait, en moyenne, trois ans plus tard que l’ensemble des autres femmes (27 ans 6 mois contre 24 ans 7 mois). Leur répartition le confirme :

TABLEAU 45. RÉPARTITION DES FEMMES DIVORCÉES N’AYANT PAS EU D’ENFANTS SELON LEUR AGE AU MARIAGE (Mariages de 1793 à 1816)

TABLEAU 45. RÉPARTITION DES FEMMES DIVORCÉES N’AYANT PAS EU D’ENFANTS SELON LEUR AGE AU MARIAGE (Mariages de 1793 à 1816)

2529,6 % d’entre elles ont dépassé la trentaine contre 19,4 % pour l’ensemble des divorcées mariées au cours de cette période (cf. page 224). Les jeunes femmes (moins de 25 ans) sont, par conséquent, moins nombreuses : 58,2 % au lieu de 67,5 %. Cet accroissement du nombre des femmes relativement âgées et la diminution du nombre des jeunes explique, en partie, l’absence de postérité. En partie seulement, car trente ans, ce n’est pas un âge prohibitif pour une grossesse et l’immense majorité de ces femmes n’a même pas atteint cet âge-là. Il y a donc, de la part de ces femmes mariées tard, un souci très net de ne pas allier mariage et maternité. Il faut dire que le mari qu’elles avaient choisi d’épouser était d’un âge bien différent du leur, et que leur ménage s’éloignait donc, dans ce domaine aussi, de la norme.

26L’écart d’âge entre les époux révèle, en effet, que ces ménages sont particulièrement mal assortis. Les femmes sont très nettement, plus souvent que dans les autres ménages, plus âgées que leur mari. Les écarts sont particulièrement sensibles. Le tableau suivant, que l’on peut comparer avec le tableau 34, montre bien cette disharmonie.

TABLEAU 46. RÉPARTITION DES DIFFÉRENCES D’AGE ENTRE ÉPOUX (Mariages de 1793 à 1816)

TABLEAU 46. RÉPARTITION DES DIFFÉRENCES D’AGE ENTRE ÉPOUX (Mariages de 1793 à 1816)

27Il y a deux fois plus de conjoints séparés par plus de seize ans que parmi les autres divorcés, et les ménages où les époux n’ont pas plus de cinq ans de différence sont aussi très peu nombreux, le mode se situant entre 6 et 10 ans, quand les hommes sont plus âgés. Le déséquilibre entre les âges pèse lourd sur l’avenir de ces ménages qui se défont d'ailleurs très vite.

TABLEAU 47. DURÉE DES MÉNAGES N’AYANT PAS EU D’ENFANTS (Mariages de 1793 à 1816)

TABLEAU 47. DURÉE DES MÉNAGES N’AYANT PAS EU D’ENFANTS (Mariages de 1793 à 1816)
  • 12 Mariage d’Étienne Riffard, cordonnier, et d’Élisabeth Guérin : 20 janvier 1793 ; acte de divorce : (...)

28Alors que, sous le Directoire, le mode se trouvait dans le groupe des 5-10 ans ; avec 34,5 %, il est ici dans celui des 1-4 ans, dans une proportion de 61,2 %. Un seul ménage a dépassé son dixième anniversaire de mariage (mais de fort peu)12 et près d’un ménage sur cinq s’est défait au cours des premiers mois. Ce sont des divorces rapides qui constatent une erreur fondamentale : l’union conclue dans l’enthousiasme n’avait pas de base solide. La sagesse de ces époux a été de ne pas procréer, d’avoir écarté de leur mariage l’idée de la maternité obligatoire témoignent d’une nouvelle attitude face au mariage. On se marie, parce qu’autre par l’autre, sans souci de ses capacités économiques et de son âge, et on ne ressent pas le besoin de faire systématiquement naître des enfants. C’est le mariage passion, et conscient des nouvelles possibilités de la contraception.

29Sans enfants, la rupture est moins dramatique. La preuve en est dans la forte proportion de ménages qui divorcent par consentement mutuel (près de 40 % alors que le pourcentage le plus élevé atteint par ce type de divorce et que l’on relève sous le Consulat n’atteint que 32 % – cf. p. 171 –).Mais le tableau suivant montre aussi que les ruptures pour incompatibilité d’humeur sont aussi fréquentes.

TABLEAU 48. MOTIFS DE DIVORCE DES MÉNAGES N’AYANT PAS EU D’ENFANTS (Mariages de 1793 à 1816)

Nombre

 %

Consentement mutuel

57

39,6

Incompatibilité d’humeur

56

38,9

Abandon

18

12,5

Injures et sevices

6

4,2

Condamnation

3

2,1

Dérèglement de mœurs

3

2,1

Cause inconnue

1

0,7

TOTAL

144

100,0

30Comme leur mariage, basé sur l’irrationnel, et sur une spontanéité que condamne la société, le divorce de ces hommes et de ces femmes repose sur une conviction intérieure qui n’éprouve pas le besoin de se démontrer. On n’accuse pas son conjoint. On constate que ses propres sentiments ont changé à son égard. Alors, en accord avec lui, on fait dissoudre le mariage. S’il refuse cette issue, on utilise la clause légale qui ne réclame aucune justification et qui n’exige qu’une patience tenace puisque dès la fin de l’an V, elle impose un an de délai entre la demande et l’obtention du divorce. Ces époux-là sont probablement ceux qui font preuve du plus grand anti-conformisme dans leur comportement : ils ne se soucient ni d’assurer leur prospérité matérielle, ni de se créer une postérité. Ce sont les êtres de l’instant et de l’instabilité, qui plaident la passion à l’état pur. N’ayant à partager ni biens, ni enfants, ils agissent vite et au gré de leur plaisir qui, pour eux, fonde le mariage. Il est regrettable que les archives judiciaires n’aient pas gardé de traces de ces personnages, peu nombreux, mais porteurs d’une nouvelle sensibilité : la revendication du mariage-passion, alliée à une remise en cause totale de l’institution. Ils sont aussi peu soucieux de leur ancien partenaire, qu’ils lui avaient été follement attachés au moment de leur mariage. Seul compte leur bonheur personnel.

2) Les ménages féconds

31Bien différents sont les ménages, minoritaires, des divorcés qui ont eu des enfants. Les époux, en premier lieu, sont mieux assortis ; leur différence d’âge est moins accusée. La plupart convolent pour la première fois : 7 veuves seulement parmi ces épouses, soit 7,4 % contre 24,2 % dans le groupe des sans-enfants. Seuls deux ménages sont composés de deux époux ayant déjà été mariés. Ce sont donc des couples jeunes. Deux seulement légitiment un enfant. Le nombre des conceptions prénuptiales y est à peine plus élevé que parmi les « vieux » couples mariés à Saint-Nizier (18,8 % contre 17,3 %). Le mariage de ces ménages n’a donc pas été plus conditionné par l’état de la jeune fille que pour l’ensemble des jeunes époux. Toutefois, un certain nombre d’entre eux ont été relativement plus pressés de s’assurer une descendance. En effet, au bout d’un an de mariage, 58 % avaient eu un enfant contre 42 % à Saint-Nizier. Il y a donc, encore, chez une minorité de ménages mariés sous la Révolution, une ardeur nataliste, plus accentuée qu’antérieure ment, mais qui se trouve vite désarmorcée par la précocité de la mésentente : l’enfant vite arrivé ne suffit pas à fonder l’union du foyer.

32En effet, le comportement de ces ménages se différencie de celui des générations de divorcés précédentes, en ce sens que les tensions entre époux se révèlent beaucoup plus vite et que les familles n’attendent jamais d’avoir beaucoup d’enfants avant de se résoudre au divorce. Le tableau 49 le montre bien.

TABLEAU 49. RÉPARTITION DES MÉNAGES FÉCONDS MARIÉS DE 1793 A L’AN X D’APRES LE NOMBRE D’ENFANTS

Nombre

 %

Familles ayant eu : 1 naissance

55

59,1

2 naissances

22

23,7

3 naissances

11

11,8

4 naissances

3

3,2

5 naissances

1

1,1

7 naissances

1

1,1

93

100,0

33Les familles à enfant unique sont largement majoritaires (près de 60 % alors qu’elles n’étaient que 35,6 % à Saint-Nizier) et les familles nombreuses très nettement moins fréquentes. Très peu comptent quatre enfants et plus (5,4 % contre 26,1 % dans la génération précédente).

  • 13 Cf. note 2 p. 309.
  • 14 A.D.R., 36 L 50, Plainte de Jeanne Martine Constantine Collin, femme de Louis François Chaignet (1 (...)

34L’enfant est de moins en moins la conséquence inévitable du mariage, et de plus en plus le signe de la bonne entente conjugale. Les femmes mal mariées qui, maltraitées, n’en continuent pas moins à mettre des enfants au monde et à opposer « la douceur, le silence et les larmes »13 à leur bourreau de mari, se font plus rares que dans la première génération. Elles n’éprouvent plus la nécessité de dire que, devant ces brutalités, elles redoublaient « de caresses et d’attentions » comme Louise Françoise Chaignet en 179314.

35L’enfant n’est peut-être pas toujours « souhaité », mais il est certain que si le ménage connaît des difficultés trop importantes, il sait alors l’éviter. Le premier enfant, conséquence d’une conception prénuptiale, n’a pas de frère et de sœur s’il est arrivé dans un foyer créé uniquement à cause de lui. Neuf de ces naissances proches du mariage (sur dix-sept) ne sont suivies d’aucune autre. Pourtant les couples à problèmes ne se séparent pas immédiatement. Désir nostalgique de faire renaître l’euphorie qui a présidé aux premières rencontres des fiancés ? Souci de retrouver une harmonie dans l’intérêt même de l’enfant ? Faute d’y parvenir, le ménage se résoud au divorce, mais il s’est abstenu pendant tout ce temps d’hésitation, de mettre d’autres enfants au monde (sept de ces ménages ne se séparent que cinq ans au moins après la naissance de leur premier et unique enfant ; l’un d’entre eux attend même plus de 18 ans).La possibilité de divorcer n’entraîne pas des excès. Pour l’enfant, la patience est plus grande. C’est lui qui, avec la fortune, cimente les foyers.

TABLEAU 50. MARIAGE ET PREMIERE NAISSANCE (Mariages féconds conclus à Lyon de 1793 à l’an X)

Naissance au cours :

Nbre

%

– des 8 premiers mois de mariage (moins de 8 mois de mariage)

17

18,9

– du 9ème mois

10

11,1

– du 10ème au 12ème mois

26

28,9

– de 1 an à 2 ans

23

25,6

– plus de 2 ans

14

15,6

90*

100,0

* : Ce total exclut :
– une famille dont on ignore à quelle date est né son enfant (mariage Jean-Baptiste François Quenot et Marie Hélène Guillon, 8 prairial an II ; lors de leur divorce le 26 fructidor an VII (Nord) demandé par consentement mutuel, ils déclarent avoir un fils dont nous n’avons pas trouvé trace dans les registres) ;
– les deux familles ayant déjà eu un enfant avant le mariage (cf. page 26 7) et
– une famille de « faux » divorcés : Jean-Charles Verd (nom complet Verd de Saint Jullien) et Sophie Valville qui avaient divorcé le 24 prairial an II, à Anthon, dans l’Isère, probablement parce que l’époux était convaincu d’émigration. Ils se remarient le 4 vendémiaire an IV et leur fils Charles François naît 12 jours après, le 17 vendémiaire. Mais ils avaient déjà des enfants puisque à leur second et « vrai » divorce (prononcé le 17 vendémiaire an VIII par la Municipalité du Midi) ils déclarent avoir deux garçons et une fille.

36En résumé, les divorces offrent l’exemple de deux sensibilités différentes face à la natalité. L’ancienne génération, celle des époux mariés à la fin de l’Ancien Régime, est formée de ménages « classiques », attachés à la procréation, bien que l’on note, chez eux, un délai plus important que pour les mariés « normaux », entre la date de leur mariage et la date de naissance de leur premier enfant. Mais la norme de référence choisie (paroisse Saint-Georges de 1750 à 1774) a conduit à comparer deux situations chronologiquement décalées. Peut-être observerait-on aussi dans cette paroisse, au cours des deux décennies suivantes (1774-1792), une tendance identique à celle des futurs divorcés, à une première conception plus tardive. L’essentiel reste, toutefois, que la grande majorité de ces ménages de la première génération a eu des enfants, et plus souvent plusieurs enfants qu’un seul.

37Pour la génération suivante, le mariage change de signification. Sous la Convention, et encore ultérieurement, on ne se marie plus pour avoir des enfants, mais pour vivre ensemble à deux. On fait fi des conventions habituelles d’âge et de fortune. Les veuves mêmes, prises dans « l’euphorie matrimoniale » ambiante, tentent l’expérience d’un remariage. Les mariages de toute cette période ne doivent rien au souci de fonder une famille et d’acquérir un patrimoine. Les foyers pratiquent une contraception efficace puisque les trois-quarts de ceux qui divorcent n’ont pas eu d’enfants.

38Enfin, conséquence de cette attitude, et leçon qui se dégage des divorces prononcés par consentement mutuel, l’absence d’enfants favorise (encourage même ?) la demande en divorce. En tout cas, elle le dédramatise. L’enfant n’étant plus, spontanément, au cœur de la famille, les époux recherchent en priorité une certaine « qualité » de leur union. Ils n’ont donc aucune raison de prolonger un engagement quand, ne parvenant pas à surmonter les difficultés qui s’élèvent entre eux, ils n’y trouvent pas (ou plus) l’épanouissement espéré. C’est aussi la raison des divorces prononcés pour incompatibilité d’humeur si fréquents parmi les ménages sans enfant.

39Au niveau, non plus du comportement, mais du discours des divorcés, quelle est la place tenue par l’enfant dans leur foyer et dans leur cœur ?

III – LES DIVORCÉS ET LEURS ENFANTS

40Le comportement des parents à l’égard des enfants n’apparaît qu’au travers de témoignages épars, incomplets et contradictoires. Épars et incomplets, parce que le sort des enfants est souvent réglé après la prononciation du divorce, de même que le partage des biens, par une nouvelle assemblée de famille ou par un second jugement du tribunal civil. Or, nous n’avons dépouillé que les archives des procédures antérieures au divorce : un certain nombre de réactions face à la garde des enfants nous échappe donc. Contradictoires, parce qu’il n’est pas possible de distinguer une ligne directrice dans l’attitude des époux qui divorcent.

41Une dominante toutefois : le souci des mères d’élever elles-mêmes leurs enfants. Exemples, dans l’aristocratie, de Suzanne Daffaux de Glata, qui propose de « remplir ce devoir important avec le zèle et la tendresse qui caractérisent une bonne mère » ; chez les négociants, de Sophie Desjardins/qui demande une pension pour l’aider à entretenir sa fille mais qui « désire garder cet enfant » ; chez les ouvriers en soie, de Jeanne Marie Barrio, qui estime que « l’enfant dont elle a accouché et qu’elle a toujours eu en son pouvoir depuis la séparation doit nécessairement lui être conservé ». Marianne Martin, mariée enceinte, a été obligée de fuir les mauvais traitements infligés par son mari, mais elle tient à réserver tous ses droits « sur l’enfant dont elle est accouchée environ cinq mois après sa séparation auquel elle n’a cessé de donner ses soins quoiqu’il soit en nourrice ». Pour beaucoup de mères malheureuses en ménage, l’enfant est la consolation, même quand il est une lourde charge, en particulier pour les femmes abandonnées. Marguerite Belle, mariée depuis seize ans, s’est retrouvée seule huit ans après son mariage, d’où « sont issus plusieurs enfants ; deux desquels sont vivants, savoir Marguerite âgée d’environ treize ans et Antoinette, âgée d’environ dix ans, mais que l’abandon du mari et la pénurie l’ont mis dans la nécessité de les faire adopter à l’hôpital de la Charité de cette ville ».

  • 15 Exemple de Jeanne Marie Machizot, épouse d’un chapelier, qui « savait saisir l’instant où le mari (...)

42Est-ce à dire que les pères sont particulièrement indifférents au sort de leurs enfants ? Il est certain que nous n’avons jamais rencontré de femmes ayant abandonné leur progéniture alors que les exemples d’hommes laissant sans secours leurs enfants ne sont pas rares. On peut citer Benoit Rougy, ouvrier en soie, ou Jean-François Daigueperse qui, après avoir dissipé sa fortune et celle de sa femme, « s’engagea deux ans après leur mariage et passa à l’Isle de Malte laissant sa femme enceinte ». L’enfant est, tacitement, la chose de la mère, qui en est responsable au sein de la famille et face à la société. Le tribunal de famille accepte très bien d’ailleurs que les femmes adultères conservent la garde de leurs enfants15. La culpabilité conjugale ne les prive pas de leurs droits maternels. Aussi, parce qu’elles demandent fréquemment à conserver leurs enfants, le tribunal leur en laisse-t-il le droit. Les pères, même quand ils sont présents, sont indifférents à ce problème, et aucun d’entre eux ne s’est jamais opposé à la demande de sa femme, sauf dans de très rares exceptions. Jean-Henri Lavie, ancien négociant, domicilié rue Vieille Monnaie, qui ne comprend pas que sa femme veuille obtenir le divorce, entend, de toutes façons, « rester chargé de tous ses enfants » (il en a six) « aux offres qu’il fait de leur fournir les besoins nécessaires à leur existence et dans le cas où sa femme en réclamerait quelques-uns il déclare qu’il s’y oppose formellement ». C’est le seul ménage où une querelle naît au sujet de la garde des enfants. Jacques Antoine Bonfils, graveur, avait manifesté le même désir. Sa femme y avait accédé, le tribunal aussi et pourtant Bonfils était un violent qui avait mené la vie dure à son épouse.

  • 16 Voici le jugement ; « Attendu qu’il existe deux enfants dont l’un, garçon, travaille à la Boucheri (...)

43Mère attachée à ses enfants, père indifférent et inconscient de ses responsabilités ? La réalité est plus complexe. Il semble, qu’en effet, les enfants ne soient pas au cœur du débat. On peut relever plusieurs indices attestant du second plan qu’ils occupent dans les problèmes de leurs parents. En premier lieu, il faut noter que, très souvent, ils n’apparaissent pas dans les dépositions des époux, et sans le contenu du jugement du tribunal, on pourrait ignorer que le ménage n’était pas seul en cause. Les arbitres n’y prêtent pas plus d’attention que les parents. C’est le cas pour le ménage des époux Guyot-Petitjean en l’an IV. Le tribunal de famille décide, sans qu’il y ait eu aucun débat sur le problème, que leur petite Clémence restera au pouvoir de son père. La mère, adultère, n’avait pas envie de se charger de cette enfant ; le père, ouvrier en soie, la reçoit faute de pouvoir s’y refuser. Même silence d’Antoine Fauchon et Thérèse Berel. Le tribunal tranche sans qu’aucun d’eux n’ait émis d’avis sur la question16. Quatre ans plus tard, comportement identique chez un ménage d’ouvriers en soie. On apprend que les époux Verdun-Guillot avaient un enfant par le jugement qui ordonne que « l’éducation de l’enfant né de son mariage avec le dit Verdun lui est conféré » (à la mère).

44Autre signe : les parents mentionnent qu’ils ont des enfants mais ne les nomment pas, et bien souvent même n’en indiquent pas le nombre. Jeanne-Marie Plasson dépose que son mari, Antoine Durocher, marchand de bois, « homme sans principes comme sans mœurs », l’a laissée, elle et « ses enfants dans un dénuement absolu ». Pas d’autre allusion à ces derniers. Françoise Blanchard parle aussi de « ses enfants » sans les définir plus. Leur date de naissance n’est jamais indiquée et leur âge est toujours approximatif. C’est un ensemble qu’ils représentent et non des individualités précises qui réclament des soins et une attention sélective.

45Dernier signe beaucoup plus convaincant : les réactions des tribunaux qui sont toujours bien acceptées des parents. Ils tranchent en allant au plus simple et sans souci des intérêts, autres que matériels, des enfants. Ils défèrent la garde à celui des époux qui la demande. Si personne ne se manifeste, ils confient à la mère les filles et les garçons de moins de sept ans, et au père les grands garçons de plus de sept ans, comme la loi le prévoit. Le seul obstacle à l’accomplissement de ce schéma est d’ordre économique ; l’intérêt affectif des enfants n’est jamais pris en compte. Du mariage de Louis Martinon, voiturier, et de Jeanne Dervieux, en l’an III, « restent deux enfants savoir Barthélemyé âgé de cinq ans et Marie, âgée de quatre ans ». « Quoique les deux enfants soient en bas âge, les facultés actuelles de Jeanne Dervieux ne lui permettent pas de contribuer à leur entretien et nourriture » ; le tribunal estime que « Louis M. par son commerce paraît présenter plus de ressources, pour fournir à leur nourriture, entretien et éducation ». C’est lui qui élèvera ces enfants. L’idée semble n’être venue à personne de condamner le père au paiement d’une pension alimentaire pour que sa femme garde les enfants.

46Le simple fait que les parents acceptent sans sourciller les jugements prouve que l’enfant n’est pas encore intégré pleinement à la famille. Voilà qui explique que les querelles à son sujet soient si rares, même en cas de remariages.

***

Notes

1 Si l’on en juge, par exemple, par la statistique des dossiers de poursuites en reconnaissance de paternité engagée par les filles mères devant la Sénéchaussée. La moyenne des années 70-79 est de 84, celle des années 80-89 de 102 (d’après Pierre Laroque et Annick Thivollier, Filles-mères et naissances illégitimes à Lyon au XVIIIe siècle, Lyon, Centre d’histoire économique et sociale, Mémoire de maîtrise, dactylographié, 1971.

2 A.D.R., 36 L 50. Cf. notes 6 et 7 p. 304,13 et 16 p. 307.

3 La première chaire des maladies vénériennes ne fut créée à Paris qu’en 1880 (Théodore Zeldin, Histoire des passions françaises, Ambition et Amour, Édition française Encres, 1978, p. 355).

4 Ibid., p. 353.

5 Le Courrier de Lyon, no 38, mercredi 14 avril 1790. Les époux Nérée Marie Coignet, négociant, et Françoise Maréchal divorcèrent néanmoins le 28 prairial an IL Ils avaient pourtant eu un autre enfant, une fille, baptisée à St Nizier le 27 juin 1791. Leur mariage avait été conçu comme une affaire commerciale. Un gros contrat (dot de 14.000 Livres, le mari en apportait 10.000) qui associait le père de la jeune mariée à son gendre. A.D.R., 3 E 10516, notaire Bonneveau, 6 décembre 1786.

6 On remarque une seule déclaration qui est peut-être une anomalie dans l’acte de divorce des époux Canivet-Margniol. (8 prairial an VIII, Ouest). Ils ne sont mariés que depuis dix mois. Or l’officier d’état civil leur attribue « des » enfants. Jumeaux ? naissances prénuptiales ?

7 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 102.

8 Ibid., p. 103.

9 Mariage de Barthélemy Carnet, marchand, 23 ans et d’Antoinette Verne, 20 ans (paroisse Saint-Nizier, 30 juin 1747). Leur dernier fils Jean-Baptiste est né le 25 février 1759. Il est le septième enfant. L’aînée, Marguerite Catherine, était née 2 ans et 5 mois après leur mariage le 27 décembre 1749. Ils divorcent le 8 brumaire an V devant la municipalité du Midi, à la demande de l’épouse qui invoque l’incompatibilité d’humeur.

10 11 enfants en onze ans et demi dans un cas, 9 en quinze ans dans l’autre.

11 21 autres n’ont pu l’être que partiellement, ceux qui ont divorcé au-delà de l’an X (1801-1802) car les tables décennales que nous avons utilisées couvrent les années 1791-1792 à l’an X. Nous les avons donc écartées de cette étude. Nous avons dû, d’ailleurs, pour les autres actes, compléter les informations que nous donnaient les tables par un recours aux registres de naissances chaque fois qu’un intervalle intergénésique nous paraissait suspect : bien des enfants morts-nés, qui avaient été enregistrés, n’avaient pas fait l’objet d’une mention dans les tables décennales.

12 Mariage d’Étienne Riffard, cordonnier, et d’Élisabeth Guérin : 20 janvier 1793 ; acte de divorce : 2 pluviôse an XI (municipalité du Midi). Durée du mariage : 10 ans et... 2 jours !

13 Cf. note 2 p. 309.

14 A.D.R., 36 L 50, Plainte de Jeanne Martine Constantine Collin, femme de Louis François Chaignet (18 janvier 1791).

15 Exemple de Jeanne Marie Machizot, épouse d’un chapelier, qui « savait saisir l’instant où le mari sortait pour aller à ses affaires et introduire chez elle un particulier nommé Breton ». Le tribunal ordonne que « Marguerite Berger fille née du mariage du dit Berger et de la dite Machizot restera au pouvoir de sa mère avec laquelle elle est, à la charge par Hugues Berger de contribuer à proportion de ses facultés aux frais de sa nourriture, entretien et éducation ». A.D.R., 36 L 107, 17 brumaire an IV.

16 Voici le jugement ; « Attendu qu’il existe deux enfants dont l’un, garçon, travaille à la Boucherie et n’est point à la charge de ses père et mère, nous chargeons la mère d’avoir soin de sa fille, de la nourrir et entretenir suivant son état aux peines de droit ». A.D.R., 36 L 104, 10 décembre 1792.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 41. DUREE DES MÉNAGES (Divorces prononcés par consentement mutuel)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre TABLEAU 42. RÉPARTITION DES MÉNAGES MARIÉS A SAINT-NIZIER D’APRES LE NOMBRE D’ENFANTS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre TABLEAU 43. MARIAGE ET PREMIERE NAISSANCE (Ménages mariés à Saint-Nizier)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre TABLEAU 45. RÉPARTITION DES FEMMES DIVORCÉES N’AYANT PAS EU D’ENFANTS SELON LEUR AGE AU MARIAGE (Mariages de 1793 à 1816)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre TABLEAU 46. RÉPARTITION DES DIFFÉRENCES D’AGE ENTRE ÉPOUX (Mariages de 1793 à 1816)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre TABLEAU 47. DURÉE DES MÉNAGES N’AYANT PAS EU D’ENFANTS (Mariages de 1793 à 1816)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search