Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Deuxième partie. Psychologie du divorce

Chapitre X. Les facteurs endogènes : les disparités économiques

Texte intégral

  • 1 « Ce sont les femmes qui fournissent dans le plus grand nombre de cas le capital avec les bénéfice (...)

1La jeunesse des époux, puis celle de la femme seule, qui va en s’accentuant, sont des facteurs négatifs qui hypothèquent lourdement la réussite ultérieure du ménage qui se crée. Mais ce n’est pas le seul agent de déséquilibre du foyer naissant. D’autres caractères propres à la nature même de l’alliance peuvent intervenir. La qualité sociale des deux époux est aussi importante et plus particulièrement leur capacité économique : on sait qu’un certain nombre de contrats de mariage était résilié pour insuffisance financière, et que la dot des épouses lyonnaises était fondamentale pour assurer le départ, sinon la survie, du ménage1. Dans quelles conditions économiques se sont donc conclus les mariages des futurs divorcés ? Appartenaient-ils à des franges particulièrement défavorisées de leur groupe socio-professionnel ? Se sont-ils alliés à des conjoints de qualité trop différente et peut-on parler de mésalliances ? Deux questions qui sont primordiales.

  • 2 M. Garden, « Le contrat de mariage lyonnais : une source de l’histoire sociale du XVIIIe siècle »,(...)
  • 3 Certains papiers de notaires n’ayant pas été versés aux Archives Départementales (ex. : ceux de Ba (...)

2Pour y répondre, nous disposons d’une source, désormais classique, parce que bien souvent exploitée par les historiens de la société : les contrats de mariage2. Nous en avons deux séries. La première concerne les unions célébrées avant le 20 septembre 1792, c’est-à-dire tous les actes antérieurs à la loi sur le divorce. Des 681 mariages que nous aurions pu retrouver, il n’en reste que 303 car les autres, ou n’ont pas fait l’objet d’un contrat, ou n’ont pas été célébrés à Lyon (ce qui prouve, une fois encore, l’attirance qu’exerce Lyon sur la main d’œuvre mais aussi sur les ménages en rupture). Nous avons pu les repérer grâce à la série 58 Q du contrôle des actes de notaire3 et au renvoi mentionné sur les 133 actes de mariages célébrés dans la paroisse Saint-Nizier.

3La seconde série est celle des actes passés après le 20 septembre 1792 que nous avons retrouvés de la même manière. Elle comprend 191 contrats. A elles deux, ces séries nous permettent de connaître le niveau de fortune de près de la moitié (48,3 %) des ménages qui ont divorcé à Lyon sous la Révolution et l’Empire. Notons tout de suite que la proportion d’époux divorcés qui se sont mariés avec contrat sous l’Ancien Régime est la même que pour l’ensemble des époux (94,7 % des 133 mariages célébrés à Saint-Nizier). Les sept ménages qui s’en sont dispensés ne présentent aucune homogénéité ; cela va du compagnon passementier au marchand-orfèvre. L’explication de cette attitude n’est donc pas plus claire que pour les autres Lyonnais et il est certain que ce n’est pas non plus une question de fortune. Les futurs divorcés, face au contrat, ont donc un comportement « moyen ».

I – LES ALLIANCES D’ANCIEN RÉGIME

  • 4 Tableau de la dépréciation du papier-monnaie, dressé en exécution de la loi du 5 messidor an V pou (...)
  • 5 Le plus ancien est celui d’Anthelme Mollard, compagnon fabricant et de Jeanne Gondret passé le 14 (...)

4Des 303 contrats de mariage passés avant la loi du divorce, nous devons écarter tous ceux qui ont été signés en 1791 et en 1792. En effet, dès janvier 1791, on enregistre une dépréciation du papier-monnaie qui altère la valeur réelle des fortunes alors déclarées4. En décembre 1791, l’assignat ne vaut plus que 73 % de sa valeur initiale et 62 % en août 1792. Bien qu’il se relève légèrement à 67 % en septembre, le mois où est voté la loi du divorce, il n’en reste pas moins qu’il a progressivement perdu plus du tiers de sa valeur au cours de ces deux années. Nous avons pu retrouver 252 contrats passés au cours des années 1760-17905.

  • 6 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 218.

5La valeur moyenne des apports qui y sont déclarés, 6.406 livres, situe immédiatement les futurs divorcés parmi les classes aisées de la société lyonnaise. On sait qu’en effet, à la fin du XVIIIe siècle, les Lyonnais ne disposaient, en moyenne, lors de leur mariage, que de 4.000 livres6. C’est donc la frange la plus riche de la société qui peut s’offrir le luxe d’un divorce, luxe non pas par le montant des frais entraînés par la procédure, mais par les nécessités du retour à l’indépendance. Les femmes, en particulier, ne peuvent entreprendre de faire dissoudre leur union sans être assurées de disposer des moyens de subsister après leur divorce. La masse globale des apports féminins au mariage : 1.191.968 F., représente en effet 74,2 % du total des sommes mentionnées dans les contrats (1.595.129 F).

TABLEAU 35. VALEUR MOYENNE DES APPORTS AU MARIAGE (CONTRATS 1760 - 1790)

Nbre de cas connus

Valeur moyenne

Journaliers

7

987 livres

Ouv. et art. en soie

71

1.009 livres

Artisans

112

1.663 livres

March.-Négoc.

34

16.853 livres

Prof. lib.

20

6.269 livres

Bourgeois

2

25.900 livres

Nobles

3

203.333 livres

Ensemble des contrats

249

6.406 livres

6La répartition de ces fortunes par niveau révèle le même phénomène. Très peu de pauvres parmi les futurs divorcés. Alors que 18 % des ménages mariés à Lyon en 1786-1788 ne disposaient même pas de 100 livres, on ne trouve que 9,7 % de divorcés aussi peu favorisés par la fortune. La tranche des possesseurs de biens estimés entre 100 et 500 livres regroupait 24,2 % des ménages lyonnais « ordinaires », elle ne comprend que 22,5 % des futurs divorcés. Près de deux ménages lyonnais sur trois (62,3 %) débutaient avec moins de 1.000 livres. Seul un ménage de futurs divorcés sur deux se trouve dans une situation aussi modeste. Les étages supérieurs des fortunes regroupent ainsi des effectifs proportionnellement plus nombreux dans la population divorcée que dans l’ensemble de la population lyonnaise (4 % de plus dans la tranche des 2.001-5.000, 2 % dans celle des 5.001-10.000, 3 % dans celle des plus de 10.000).

7Dans tous les groupes socio-professionnels, ce sont les franges les plus favorisées par la fortune qui se résolvent à la dissolution du mariage, et celles où l’apport d’une grosse dot introduit un déséquilibre défavorable à l’époux. Au bas de l’échelle sociale, dans le menu peuple pourtant bien peu affecté par le divorce, l’aisance favorise la décision. La grande majorité de ceux qui font dissoudre leur mariage disposait d’au moins 500 livres lors du contrat, alors que leurs compagnons de travail, à près de 50 %, n’en avaient pas 100. Ils sont, d’ailleurs, en moyenne, 2,5 fois plus riches que ces derniers (987 F contre 384 F). Le plus aisé d’entre eux est un vigneron de Saint-Just, Louis Blanc, marié en 1783. Sa femme lui apporte 1.500 livres de dot, or lui ne possédait rien. C’est elle qui demande le divorce en l’an IV parce qu’il la maltraitait. La reprise de sa dot et son métier de dévideuse de soie grège lui permettait de concevoir sereinement son avenir, au moins sur le plan matériel.

8La richesse, bien relative, de ces ménages résulte toujours de l’apport des femmes et jamais de celui des époux dont la valeur des biens reste comprise dans une fourchette extrêmement étroite, de 80 à 100 livres, qu’ils soient journaliers, domestiques ou vignerons (On a même vu que Louis Blanc ne possédait rien). Ces mésalliances sont-elles à l’origine des conflits qui surgirent ultérieurement dans le ménage ? La relative puissance financière de l’épouse peut être à la source d’un sentiment de fierté particulièrement humiliant pour son mari. C’est, en tout cas, un encouragement pour la femme déçue par son mariage : rappelons que c’est dans ce milieu, que le divorce, pourtant peu pratiqué, est le plus fréquemment demandé par elle.

  • 7 Dont la fortune moyenne en 1786-1788 se montait à 886 livres (M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 293 (...)

9Les ouvriers en soie qui divorcent se recrutent, eux aussi, parmi les plus aisés d’entre eux et doivent beaucoup de leur aisance à leur femme. Ils disposaient de 1.009 livres à leur mariage, soit d’une bonne centaine de plus que leurs compagnons de la Fabrique7. Le groupe le plus important d’entre eux (39 %) avait entre 100 et 500 F. Maîtres ou ouvriers ? Les contrats, plus précis que les actes d’état civil, indiquent leur qualification professionnelle. Malgré un niveau de fortune relativement élevée, peu d’entre eux se disent « maîtres ». Ces derniers sont au nombre de sept, et leur fortune ne semble pas plus prospère pour autant. Narbonnet, en 1765, et Carmet, en 1786, ne jouissaient pas de 300 livres. Mais, on sait combien la terminologie reste vague. Elle ne s’accompagne d’ailleurs pas d’une hiérarchie bien stricte dans les fortunes. En 1765, se marient Narbonnet, « maître-fabricant » et, l’année suivante, en 1766, Falconnet « ouvrier-fabricant ». C’est Narbonnet, le maître-fabricant, qui côtoie la pauvreté, avec un contrat de 199 L. et Falconnet, l’ouvrier-fabricant, qui est le plus riche. Les réserves de son ménage sont estimées à 1.280 L. Il est certain que le degré de fortune est plus déterminant pour encourager au divorce que la position dans la hiérarchie sociale.

TABLEAU 36. RÉPARTITION DES DIVORCÉS PAR NIVEAU DE FORTUNE AU MARIAGE (CONTRATS 1760-1790)

TABLEAU 36. RÉPARTITION DES DIVORCÉS PAR NIVEAU DE FORTUNE AU MARIAGE (CONTRATS 1760-1790)

10L’apport des épouses joue un grand rôle et les écarts entre les fortunes des deux conjoints sont, comme parmi le menu peuple, tout à fait remarquable, et ce, à tous les niveaux de fortune. Le plus important des contrats des travailleurs de la soie, celui des époux Pacoret-Bourdelin montre, en effet, un grand déséquilibre entre les possibilités financières des deux parties. L’épouse apporte une dot de 9.000 livres à un mari qui n’en dispose que de 500. Fils d’un procureur au sénat de Chambéry, il avait été tenté par un mariage d’argent pour « redorer son blason » et améliorer une situation peu brillante par rapport à sa famille et s’il épouse une simple brodeuse, c’est parce qu’elle est bien dotée. Mauvais calcul : cette alliance fut un échec, et bientôt il dut s’enfuir du domicile conjugal (c’est son épouse qui obtint le divorce contre lui en l’an X). Dans la catégorie moyenne et prédominante des possesseurs de biens évalués de 100 à 500 livres, les apports des femmes, 3,8 fois supérieurs à ceux de leurs époux, représentent 80 % de l’ensemble des fortunes, c’est-à-dire 5 % de plus que pour l’ensemble des divorcés. Là encore, on peut en déduire une relative mésalliance. Dans ces milieux, qui acceptent mal le divorce, le pouvoir économique des femmes est redoutable. Les autres épouses d’origine plus modeste, donc moins exigeantes, s’accommodent tant bien que mal de leur vie conjugale. Il faut toutefois noter qu’autant que la reprise de la dot, qui peut encourager à un retour à une vie de « célibataire », l’exercice d’une profession joue un grand rôle. C’est une aide encore plus efficace que la reprise hypothétique d’une dot relativement substantielle. On remarque, en effet, que toutes les femmes d’ouvriers en soie qui divorcent, ont un métier différent de celui de leur mari. Sur 37 épouses dont nous connaissons la profession d’après les contrats, 16 seulement sont aussi ouvrières en soie ou appartiennent à un métier qui s’en rapproche (dévideuses ou gazières). Les autres sont tailleuses, marchandes fripières, brodeuses, « coeffeuses ». Toutes n’ont pas abandonné leur profession pour travailler avec leur mari. Pierrette Lepain, qui était « revendeuse à la toilette » lors de son mariage en 1788, gagne encore sa vie dans cette même profession, cinq ans après, lors de son divorce. Catherine Trichard, fleuriste, avait pu, grâce à son métier, économiser 150 livres pour s’offrir trousseau et meubles à l’occasion de son mariage. C’est encore grâce à lui qu’elle subsiste après le départ de son mari et qu’elle peut demander le divorce. La rupture définitive de l’union conjugale est favorisée par ces occupations professionnelles différentes. La famille n’est plus un foyer de production économique, ce qui en affaiblit la cohésion.

  • 8 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 339.
  • 9 M. Garden, « Ouvriers et artisans au XVIIIe siècle. L’exemple lyonnais et les problèmes de classif (...)

11Comme le menu peuple, comme les ouvriers de la Fabrique, les artisans n’en viennent au divorce que quand ils se situent parmi les détenteurs d’une certaine fortune. Les divorcés se recrutent principalement dans la tranche des fortunes de 1.000 à 2.000 (23 %) qui regroupe des effectifs relativement plus nombreux que l’ensemble des divorcés lyonnais (20,2 %). Ils possédaient en moyenne, au moment de leur mariage, 1.663 livres de biens ce qui suppose parmi eux un grand nombre de maîtres car les simples ouvriers des années 1786-88 ne disposaient, eux, que de 850 livres. Pourtant ce ne sont pas tous des maîtres, puisque leur fortune n’atteint pas celle de ces derniers qui se montait à 2.840 livres8. La proportion des uns et des autres est difficile à déterminer car les contrats de mariage manquent de précision. Certes, ils qualifient parfois la profession de l’époux, mais ils ne le font pas systématiquement. C’est pourquoi on ne relève que 11 maîtres déclarés comme tels sur les 112 artisans mariés entre 1760 et 1790. Aucun des 7 chapeliers ne se dit maître et, aucun des 13 perruquiers. Parmi les cordonniers, un seul semble avoir accédé à la maîtrise mais il est bien peu fortuné. Son contrat ne fait état que de 198 livres de biens. Il est probable que la seule mention de sa profession, non précédée de « garçon » ou de « compagnon », indique que la maîtrise a déjà été acquise par l’époux. Dans cette hypothèse, le nombre de maîtres serait supérieur à celui des ouvriers dans les groupes les plus fragiles, les perruquiers (10 maîtres sur 17) et plutôt inférieur parmi ceux qui le sont peu comme les chapeliers (3 sur 7). Les chapeliers, nous l’avons vu ne divorcent guère et ils divorcent d’autant moins qu’ils ont accédé au corps privilégié des maîtres, monde si fermé que seul un travailleur sur dix a la chance de parvenir à s’y intégrer. D’ailleurs, les maîtres dont le ménage se dissout, appartiennent tous à la base de l’échelle des fortunes. Le ménage de Mathieu Dumas dispose à ses débuts de 40 livres, celui de Pierre Pupier de 680, ce qui reste encore modeste. Les biens de Jean-François Arquin ne lui viennent que de son épouse. Bien que relativement pauvre, il a su choisir une riche héritière dotée de 4.000 livres par un ami, riche bourgeois de Lyon. Mais cette mésalliance a mal tourné et, quelques années après son mariage, sa femme l’a abandonné. Il n’avait pas l’assise des autres maîtres de sa corporation (6.000 livres à leur mariage)9 que leur notabilité et leur richesse rendent hostiles au divorce. La cohésion conjugale y est chez eux directement liée à la situation sociale, à la différence des autres milieux artisanaux où l’aisance, au contraire, surtout quand elle est unilatérale et féminine, est sinon facteur de tension, au moins un catalyseur du divorce.

12On le voit bien avec les cordonniers. Ceux-ci appartiennent à une corporation particulièrement défavorisée : au cours des années 1786-1789, ils n’apportaient que 550 livres en moyenne dans leur ménage. Or, ceux d’entre eux qui divorcèrent, étaient des « privilégiés » : ils en avaient eu 859 à leur disposition, tous, grâce à leur femme. Le plus riche, Antoine Poisat, avait épousé la fille d’un maître cordonnier qui lui avait apporté 1.800 livres (dont 1.000 données par son père). Deux autres, qui n’étaient pourtant pas établis à leur compte, jouissaient de petites fortunes comprises entre 800 et 1.000 livres. On trouve encore, parmi eux, un simple garçon cordonnier qui a la chance d’épouser une jeune lingère fortunée qui lui apporte 1.600 livres. Mais tous ces ménages ne devaient aussi leur prospérité qu’à la dot de l’épouse. Aucun de ces cordonniers n’avait pu offrir plus de 100 livres en se mariant. Pierre Guinet n’en avait même que 20 et il avait épousé une jeune fille aussi pauvre que lui mais qui lui apportait quelque espérance puisqu’elle était la fille du maître cordonnier chez qui il travaillait. Il est probable que l’héritage se fit attendre et que le ménage connut bien des difficultés puisque, trois ans après, le mari abandonnait son foyer. Les autres, plus astucieux, avaient choisi des épouses qui leur apportaient de 4 à 22 fois la valeur de leurs biens propres. On connaît le cas d’Antoine Poisat, on peut citer celui d’Henry Callier (1.600 livres contre 90 livres) ou de Jean-François Surry (800 contre 90). Leur calcul fut maladroit, il ne leur apporta pas la paix du ménage.

13Cabaretiers, perruquiers et tailleurs sont en moyenne plus riches que les cordonniers, ce qui n’a rien d’étonnant, ces derniers constituant un des groupes d’artisans les plus pauvres de la société lyonnaise. Leurs contrats portent respectivement sur 2.470, 1.580 et 1.549 livres. Mais, comme les cordonniers, et tous les autres artisans, ils ne doivent leur fortune qu’à l’apport de leur fiancée. Aucun tailleur – sauf un – ne dispose de plus de 120 livres à son mariage, mais la dot la plus faible des jeunes filles qu’ils épousent est de 300 livres, la moyenne se situant à 1.222 livres. Les perruquiers sont dans la même situation, leur fortune personnelle oscille entre 20 et 90 livres (10 cas sur 13) mais leurs épouses leur apportent au moins le double, avec 200 livres, et le plus souvent plus de 500 (10 cas sur 13). Leur stratégie matrimoniale semble beaucoup plus étudiée que celle des tailleurs puisque, personnellement moins aisés, ils parviennent à épouser de plus riches partis. C’est encore l’image du Figaro de Beaumarchais, que confirme bien l’histoire de Benoit Goyard. Alors que ses biens n’excèdent pas 90 livres et qu’il n’est qu’un modeste perruquier, il épouse, en 1784, une mineure, la fille d’un maître perruquier décédé, que sa mère dote de 4.000 livres. Cette union tourne mal puisqu’il abandonne sa femme moins de deux ans après leur mariage. Plus que d’autres, les perruquiers sont des coureurs de dot. Leur mariage n’en est pas plus réussi pour autant. Ce sont généralement eux qui abandonnent leur femme. Le mariage d’argent ne résiste plus à l’épreuve du temps. Qu’en est-il parmi les possédants des classes supérieures ?

  • 10 18.300 livres (M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 368).
  • 11 Un des rares exemples, où la fortune du mari dépasse largement celle de son épouse. Claude-Gabriel (...)
  • 12 Jeanne Seriziat qui épouse Nicolas Andrieu en 1785 (contrat passé le 9 juillet 1785 devant Dalier  (...)

14La valeur moyenne des fortunes des marchands divorcés ne les situe pas, lors de leur mariage, parmi les élites financières du monde du négoce. 16.853 livres, c’est très légèrement inférieur à la moyenne enregistrée au cours des années 1786-178810. Certes, on trouve parmi eux deux très grosses fortunes, de plus de 100.000 livres, celles des ménages Odérieu-Bruneau11 et Andrieu-Seriziat12, grands noms du commerce lyonnais. Mais on note aussi qu’il y a autant de futurs divorcés dans la classe des 1.001-2.000, dont des « petits », que dans celle des 10.001-50.000 : une grosse fortune est pour les marchands un puissant ferment d’unité conjugale. C’est le patrimoine qui soude durablement leur union et garantit l’avenir de leur foyer. D’ailleurs, le divorce est mal accepté dans ces milieux riches. Claude-Gabriel Odérieu fait appel de la demande de sa femme, alors que depuis deux ans il l’a abandonnée, et qu’il ne peut ignorer que la loi va le condamner. Seuls, donc, ne se séparent légalement que des ménages plus modestes. Qu’ils soient marchands, marchands-fabricants ou négociants, les divorcés sont moins riches en moyenne que leurs « homologues » professionnels.

TABLEAU 37. FORTUNE MOYENNE, AU MARIAGE, DES MARCHANDS FUTURS DIVORCÉS (CONTRATS 1760 - 1790)

Marchands

Marchands-Fabricants

Négociants

Mariés en 1786

7.400

12.000

33.000

Divorcés

3.359

5.490

27.611

(Nbre : 21)

(Nbre ; 2)

(Nbre : 9)

(*) D’après le tableau donné par M. Garden, thèse, op. cit., p. 370.
(**) Nous n’avons pas inclus dans le calcul de cette moyenne les deux plus grosses fortunes déjà citées qui faussent les résultats.
Négociants divorcés se situant dans la classe des 10.000-50.000 : 7 sur 11.

15Le très faible nombre des marchands-fabricants, deux seulement, confirme le comportement conservateur de la Fabrique. Les dirigeants, comme les modestes ouvriers ou les compagnons, sont attachés à leur foyer.

  • 13 Notons que dans deux contrats l’époux ne donne pas l’estimation de ses biens, mais se contente de (...)

16Les riches contrats de négociants (au nombre de 11) n’enregistrent pas de grandes inégalités de fortunes entre les époux. Certes, quand comme Andrieu ou Odérieu, on est à la tête d’une fortune de 60 ou 100.000 livres, on ne peut songer à doubler ou à tripler son patrimoine par un mariage ; il est déjà difficile de trouver à Lyon une héritière d’égale capacité ; aussi doit-on se contenter de dots plus légères. Mais on ne va pas jusqu’à la véritable mésalliance et on choisit une épouse disposant au moins de 20.000 livres. D’ailleurs, les négociants, dans l’ensemble, épousent des fortunes équivalentes aux leurs. Les fortunes des deux époux sont identiques à 9 bu 4 % près13. Les écarts entre les deux apports ne sont en rien comparables aux proportions atteintes par ceux des classes plus modestes (200, 300 ou même 1.000 %). Deux exceptions toutefois :1e mariage de Marie Pierrette Adam qui apporte 21.500 livres à son mari, fils d’un fournisseur de bois pour la marine de Moirans en Franche-Comté qui, bien que lui-même négociant, ne peut justifier que de 6.000 livres et celui de Clémence Durand, dotée par sa famille de 11.100 livres, pour épouser Jacques Bansillon qui n’en possède que 900 en tout et pour tout. Elles demandent et obtiennent le divorce en 1793 et en l’an IL Pour les autres, ce n’est pas la disproportion des fortunes qui peut expliquer leurs problèmes conjugaux : les unions, sur le plan économique, sont assorties.

17Par contre, à un échelon plus modeste, dans les rangs des marchands, on retrouve la même stratégie que dans les classes modestes. Alors que 76 % d’entre eux ont des biens inférieurs à 1.000 livres, ils épousent des jeunes filles qui, à 76 %, ont plus de 1.000 livres. Alors qu’en grande majorité (52 %), ils ne dépassent pas la barre des 100 livres, leur femme, en moyenne, leur en apporte 2.644 ! Mais leur tactique ne leur permet pas, comme aux artisans, de dépasser la moyenne de leur catégorie socio-professionnelle, et ils enregistrent un double échec et matrimonial et économique.

18La catégorie des employés et membres des professions libérales est trop hétérogène pour qu’on puisse en déduire un quelconque rapport entre la fortune des ménages qui la composent et leur propension au divorce. Du monde médical, par exemple, sont issus à la fois le ménage le plus riche de toute cette catégorie, celui de J.B. Bruny, docteur en médecine, marié à Françoise Carrand, qui dispose de plus de 25.621 livres et un des plus modestes, celui de Nicolas Pilleret, élève en chirurgie, dont le contrat ne porte que sur 496 livres. Les différents cas que l’on pourrait citer n’auraient pas de valeur d’exemple. Pas plus que ceux des bourgeois, limités à deux ménages.

19La noblesse mérite une plus grande attention. Certes, il n’y a que trois contrats passés à Lyon au cours de la période 1760-1790, mais tous les trois, dépassant les 100.000 livres, se situent dans le tiers supérieur des fortunes nobiliaires. L’un d’entre eux est resté dans l’étude des successeurs du notaire, c’est celui des époux Ferrari de Romans – Frasse de Seynas, passé chez Baroud fils le 17 février 1781, qui fait état d’une fortune de 150.000 livres. Les fortunes des deux autres, celles des époux Cuzieu-Daffaux de Glatta et Voiret-Daoustène en 1790, dépassent largement les 200.000 livres. L’inégalité éventuelle entre les parties est difficile à discerner puisque le contrat de Cuzieu-Daffaux de Glatta ne porte aucune estimation des biens de l’époux. Il n’en reste qu’un, où l’épouse Marie-Bernarde Daoustène, apporte 3 fois plus de biens que son mari (200.000 livres contre 60.000) mais il est impossible de généraliser à partir de ce seul cas. Ce ne sont pas des divorces « diplomatiques » que seront amenés à faire prononcer ces deux ménages nobles puisqu’ils se séparent bien après l’épisode de la Terreur, le premier sous le Directoire, le second sous le Consulat. La noblesse ne cède donc pas devant des arguments économiques. Ces deux ménages qui divorcent, l’un pour incompatibilité d’humeur, l’autre par consentement mutuel, ne sont pas arrêtés dans leur décision par des scrupules de prestige. La richesse n’aliène en rien leur liberté. Faut-il extrapoler et déduire que le comportement noble tranche nettement sur celui des marchands, des négociants, de tous ces bourgeois riches et prospères qui paraissent, en comparaison, mêler bien étroitement patrimoine et sentiment conjugal ? Il est clair que ces deux exemples ne peuvent prétendre représenter l’ensemble (16 cas au total) ; on sait d’ailleurs que les nobles divorcent relativement peu.

20Ainsi, c’est avec un handicap certain pour le mari qu’ont débuté ces ménages de futurs divorcés, mariés au cours des années 1760-1790. Pourtant, initialement, la situation était favorable à l’époux : la dot de sa femme lui avait permis de s’élever au-dessus de la condition moyenne de ses compagnons de travail, donc d’envisager un avenir prospère. Mais l’aisance relative ainsi acquise était le ver dans le fruit. Le contrat avait consacré l’inégalité entre les époux. Certes, cette situation n’avait rien de dramatique : tous les ménages lyonnais ne devaient-ils pas leur prospérité à l’apport de la fiancée ? Mais pour eux, la disproportion entre les fortunes était trop forte. Loin de conduire à une résolution des difficultés qui pouvaient surgir dans leur ménage, la disparité de leurs capacités a exacerbé les conflits, encouragé la femme à s’affirmer et lui a conféré les moyens de recouvrer son autonomie.

21On notera, toutefois, que cette analyse n’est valable que pour le monde laborieux de la ville, menu peuple et artisans. Chez les marchands et chez les négociants, on n’observe pas de disparité des fortunes et l’argent est un ferment d’unité. Il faut dire que, dans ce monde là, les jeunes filles ne se mésallient pas et que les parents ont à cœur d’assortir les époux sur le plan de la fortune. Le divorce n’est pas pour eux la conséquence d’une inégalité économique fondamentale.

22Les ménages mariés ultérieurement portaient-ils en germe les mêmes facteurs économiques de faiblesse ou de cohésion ?

II – LES MÉNAGES RÉVOLUTIONNAIRES

A – Les mariages des années 1791 et 1792

23De janvier 1791 au 20 septembre 1792 sont encore enregistrés, à Lyon, 51 contrats de mariage de futurs divorcés. La valeur moyenne de ces contrats, 6.705 livres, enregistre une hausse de 3,5 % par rapport à ceux qui avaient été passés antérieurement. Pour certaines catégories, la hausse est beaucoup plus forte, pour d’autres, elle est plus faible. Voici le tableau de cette valeur des contrats dans les catégories socio-professionnelles où leur nombre est au moins égal à 10.

TABLEAU 38. FORTUNE MOYENNE, AU MARIAGE, DES DIVORCÉS MARIÉS EN 1791-92

Nombre

Valeur moyenne (livres)

Progression par rapport à 1760 - 1790

Ouv. et art. en soie

10

1.429

41,6 %

Marchands

11

21.889

29,8 %

Artisans

22

1.433

-13,8 %

TOTAL

51

6.705

+ 3,0 %

24Le papier monnaie, au cours de l’été 1792, a perdu 30 % de sa valeur, et sa dépréciation est de 26 % pour ces 21 mois. Les ménages de futurs divorcés se recrutent donc désormais parmi des groupes incontestablement plus modestes de la société : c’est la preuve de la diffusion du divorce vers la base de la société, particulièrement dans les milieux déjà bien touchés, comme celui, immense et divers, des artisans. Au contraire, les artisans en soie, plus solides, résistent d’autant mieux qu’ils sont plus aisés, « l’élite » de la profession seule, accepte et pratique le divorce. Cette tendance s’accentue-t-elle encore avec le temps ? Les contrats des mariages contractés sous la Convention et, plus tard, sous le Directoire, le Consulat et l’Empire révèlent-ils la même évolution ?

B – Les mariages de la Convention à l’Empire

  • 14 Un exemple ; ceux des biens apportés par Jeanne Pichon lors de son mariage avec Louis Marie Anne B (...)

25Il y a peu de questions plus épineuses à démêler que celle de l’histoire financière et monétaire de la Révolution. La lecture des 191 contrats de mariage passés à Lyon de la fin 1792 à 1807 pose, dès l’abord, le problème de la qualité de la monnaie utilisée en référence pour l’estimation des biens, papier-monnaie ou espèces métalliques. Certes, dès 1793, la présence des assignats est mentionnée mais pas toujours leur part précise dans la composition d’un contrat ; le plus souvent, on trouve l’expression « ...livres provenant des gains et épargnes faits en travaillant ». Les formules les plus courantes « monnaie de cours » ou « espèces de cours » bien que très claires, qualifient des fortunes de nature bien différentes. Les biens meubles, nippes et hardes, bijoux, mobilier, sont des valeurs sûres, des apports durables, les assignats et tous les bas de laine remplis d’argent liquide sont les victimes de la dévaluation. Le problème, là encore, se pose de savoir la part respective des biens tangibles et des réserves monétaires14. Jusqu’à la fin de l’an III, les contrats sont, dans l’ensemble, calculés en argent du jour. Il faut attendre l’an IV pour que les calculs soient nettement exprimés dans la valeur de la monnaie métallique. En vendémiaire (l’assignat a perdu 98,3 % de sa valeur), un contrat, précise même le titre de la monnaie qui sert de référence : 83 marcs 2 onces et demi d’argent fin. A partir de cette période, il semble que l’on fasse les estimations en monnaie métallique.

  • 15 L’assignat de 100 livres n’en vaut plus que 36 (d’après le Tableau..., cf. note 4 p. 307.

26Nous pouvons donc étudier d’une part les contrats passés sous la Convention, d’autre part tous ceux qui lui sont postérieurs. Sous la Convention, premier étonnement : l’extrême faiblesse des apports aux mariages : 1.967 Francs en 1793, 2.387 F. en l’an II, c’est-à-dire que même sans prendre en compte la dévaluation de la monnaie, on constate que les contrats portent sur des sommes 3,3 %, 2,6 % fois inférieures à celles qui avaient été enregistrées sous l’Ancien Régime. Or la dépréciation moyenne de l’assignat en 1793 et en l’an II était de 48 et 65 % ! Ce sont les mariés les plus pauvres des plus dures années de la Révolution qui seront amenés au divorce. Au cours de ces deux années, 58 % des contrats n’atteignent pas 1.000 livres : on retrouve l’image de la société lyonnaise que donnaient les contrats des années 1786-1788, mais dans un contexte d’inflation qui déprécie considérablement la valeur de ces niveaux. La grande majorité de ces contrats concerne des artisans et des ouvriers en soie (82,8 %) qui ne sont pourtant que 69,5 % des divorcés de la Révolution. Le plus gros contrat, celui d’un capitaine du 16e Régiment de chasseurs à cheval, adjoint à l’État Major de Commune Affranchie, ne porte que sur 26.000 livres. Sa femme, ouvrière faiseuse de modes, lui a apporté 20.000 livres (des bénéfices qu’elle a faits depuis qu’elle exerce) « au cours de ce jour », que l’on peut donc réduire à 7.200 livres (on est en mars 1794)15. C’est l’image du caractère modeste de tous ces ménages, dont beaucoup sont à la limite de l’extrême pauvreté.

  • 16 En avril 1793, l’assignat de 100 livres n’en vaut plus que 46.

27A la différence de ce que l’on observait pour les générations antérieures, on ne relève pas une disproportion notable entre les apports des maris et ceux des femmes : ce sont des mariages équilibrés, qui unissent deux personnes de condition modeste, parfois deux pauvres hères et non pas des unions de jeunes artisans ambitieux à la recherche de la dot qui leur permettra d’exister socialement. Les artisans, par exemple, ne justifient jamais de plus de 100 livres, mais ils n’épousent jamais des jeunes filles bien aisées. Deux d’entre elles apportent 5.000 et 10.000 livres, mais la première en apporte 3.000 en espèces de cours qu’il faut donc réduire à 1.38016, et la seconde, une part importante, mais non précisée, en papier monnaie (car elle a aussi quelques meubles et un trousseau). Bien que ces 64 ménages ne représentent qu’un petit groupe au milieu de notre ensemble d’un millier de divorcés, ils révèlent des « cohortes » bien différentes de celles qui les ont précédés. Mariés sous le Siège, pendant la Terreur, au cours de cet an II enthousiasmant et terrible, ce n’est pas l’argent qui a motivé leur mariage, mais un vent de passion aussi intense qu’éphémère. C’est un élan spontané, tout à fait étranger aux calculs économiques, qui les a portés l’un vers l’autre. Le mariage se dissout aussi légèrement qu’il s’était conclu, après une expérience conjugale de plus en plus brève.

  • 17 Pierre Vilar, Or et monnaie dans l’histoire (1450-1920), Paris, Flammarion, 1978, p. 380 (« Champ (...)
  • 18 Le contrat qu’elle passe avec Jacques Clavier est du 12 brumaire an III (A.D.R., 3 E 3021, notaire (...)

28Dès l’an III, les contrats enregistrent des fortunes un peu plus importantes mais qui ne sont toutefois pas comparables à celles de l’Ancien Régime : elles se montent bien, en moyenne, à 6.262 F mais la dépréciation de l’assignat qui atteint 84 % (de 72 % en septembre 1794 à 97,8 % en fructidor !) réduit ces 23 fortunes à un millier de livres de 1789. C’est la période de « l’inflation galopante » où « les espèces métalliques étaient rares »17. Il est alors probable que rares sont les estimations des biens des époux qui se font sur la base de 1789. Marie Fiard, la fille du riche marchand-fabricant Marin, qui reçoit près de 30.000 livres de la succession de son père, ne dispose, probablement, en fin de compte que d’un pouvoir d’achat de 7.200 livres18. Elle n’est pas la seule à perdre ainsi sur un héritage. De combien disposera réellement Marie Madeleine Alexandrine Gaudin, quand elle recevra les 20.000 livres que son grand’oncle s’engage à lui laisser à son décès ? Le mois de son contrat, messidor an III, ces 20.000 livres ont déjà perdu 96,2 % de leur valeur de 1789. Dans un tel contexte, tous les contrats, ou presque, passés au cours de l’an III, font état de mariages où le mari assure « n être pas compris aux rôles des impositions » et ne posséder « ni bien ni revenus » même quand il exerce une profession précise, (pâtissier-traiteur, doreur sur métaux, ou fabricant d’étoffes de soie, etc.). Les plus favorisés, comme Jean-Denis Fournier, déclarent ne jouir « que du fruit de son travail », ce qui sppose qu’il n’est pas, comme tant de Lyonnais, réduit au chômage. Le seul revenu déclaré de ces prolétaires non imposés est celui de Jacques Gareau, déjà divorcé, qui, à son remariage, estime gagner moins de 40 livres par an. On ne mentionne alors que les revenus du travail, les biens étant absents de tous ces contrats.

  • 19 P. Vilar, op. cit., p. 380.

29Avec le Directoire, la conscience de la considérable dépréciation de la monnaie est telle, que dans la plupart des contrats qui portent sur de gros apports, les familles font préciser au notaire qu’il s’agit bien d’espèces métalliques, exprimées d’après la valeur de 1789. Seule la plus grosse en chiffre absolu, celle des mariés Guyot-Ayeul, est estimée au « taux actuel » : les 95.000 livres, auxquelles elle se monte, doivent donc se réduire à 1.615, car, et c’est là le fait essentiel, les grands mariages ne donneront plus lieu à divorce. On n’en relève plus qu’un, celui d’un négociant qui disposait de 2.000 livres, et avait épousé une jeune fille lui en apportant 50.000 en valeur 1789. Mais ce ménage riche est le seul. Les autres n’ont que 2.000 à 5.000 livres, au grand maximum, sans que l’on sache toujours, pour ces contrats plus modestes, s’il s’agit ou non de la monnaie du jour. Les moyennes que l’on peut donner sont donc purement indicatives. On obtiendrait 3.824 F. pour les 24 actes de l’an IV et 3.946 F. pour les 21 de l’an V (valeur qui serait encore plus faible si l’on tenait compte de deux contrats dans lesquels les deux époux déclarent ne rien posséder). Ces deux estimations, aussi discutables soient-elles, n’en démontrent pas moins que ces contrats n’enregistrent que des fortunes bien dérisoires par rapport à celles de l’Ancien Régime ; ce sont donc les ménages les plus pauvres de la Convention et du Directoire qui iront grossir les rangs des divorcés ; ce ne sont plus, comme les cohortes d’avant 1789, les rangs supérieurs de l’artisanat et de la boutique ou la bourgeoisie des professions libérales. Ce qui frappe, en effet, c’est que, même après le retour à la monnaie métallique, théoriquement en février 1797 (ventôse de l’an V) – mais on sait que les assignats « circulèrent encore pendant de longs mois »19 – l’extrême pauvreté des futurs divorcés à leur mariage subsiste.

  • 20 P. Vilar, op. cit., p. 382.

30De l’an VI à 1807, année des derniers contrats, 56 mariages ont donné lieu à un acte passé devant notaire. Dans 47 d’entre eux (84 %), l’époux déclare n’être pas imposé ou n’avoir pas de biens. Les autres, ceux qui apportent quelques effets, n’en donnent jamais une estimation supérieure à 1.500 F. (cas d’un marchand de bœufs qui se marie en 1807). La fortune de la plupart oscille entre 100 et 300 F. Une seule femme apporte plus de 10.000 F. Elle est la fille d’un marchand et elle épouse, en l’an XII, un étudiant en droit. Cette période connaissant un retour à la stabilisation monétaire (relatif puisque le franc germinal n’est mis en circulation que le 7 avril 1803 – an XI – et que la confusion avec l’ancienne monnaie se perpétue, « les pièces de métal du temps de Louis XV, louis, écus, sous, circulèrent encore une trentaine d’années malgré leur démonétarisation théorique »20) on peut tenter une étude systématique des contrats. Voici le tableau des valeurs moyennes par catégorie socio-professionnelle.

TABLEAU 39. VALEUR MOYENNE DES APPORTS AU MARIAGE (CONTRATS AN VI - 1807)

Nbre de contrats

Valeur moyenne

Journaliers

4

1.950

Ouv. et art. en soie

13

713

Artisans

27

2.223

March.-Négoc.

5

4.980

Prof, lib., Employés

5

4.700

Bourgeois

1

3.000

Divers

1

2.000

TOTAL

56

2.330

31Il confirme que ce sont maintenant les niveaux les plus bas de chaque catégorie qui sont vulnérables au divorce. Par rapport au tableau 35, la valeur moyenne de chaque groupe socio-professionnel s’est effondrée, sauf pour les journaliers et les artisans. La désunion conjugale ne peut devenir légale dans ces milieux modestes qu’encouragée par une aisance minimum. Ils restent, toutefois, bien en-deçà des fortunes moyennes des autres Lyonnais qui divorcent.

32Plus importante, peut-être encore, que cette prolétarisation générale des divorcés, est la disproportion accrue entre les apports de l’homme et ceux de la femme. Globalement, les premiers ne représentent que 2,9 % de l’ensemble des fortunes déclarées (3.745 F. des 130.526 F.). Au moment du mariage, ce déséquilibre ne semble pas avoir d’importance. Les donations mutuelles que peuvent se faire les époux sont très fréquentes. Ceux-ci veulent « se donner des marques de l’attachement qu’ils ont l’un pour l’autre », « des preuves de leur affection » ou « témoigner leur contentement du présent mariage ». Jeanne-Marie Dupin, veuve, est tellement comblée par son remariage, en l’an VI, avec Claude Cabot, relieur de livres, que « voulant donner des marques de l’affection » qu’elle lui porte, non seulement elle lui fait donation de 2.000 F. au cas où elle décéderait avant lui, mais dans le cas contraire, elle lègue 1.000 F. aux deux fils de celui-ci. Et pourtant son mari n’apportait au ménage que « ses revenus industriels » qui n’excédaient pas « la somme de cent francs ».

33Le mariage d’amour se diffuse-t-il ainsi avec cette nouvelle génération marquée par la Révolution et mariée sous la Convention ? Ces exemples peuvent en fournir la preuve, mais ils montrent en même temps que la société de l’époque n’offrait guère de possibilités d’épanouissement aux individus qui s’éloignaient de la norme. Le divorce sanctionne désormais ceux qui ont voulu nier la réalité économique du mariage et qui ont cru pouvoir effacer les inégalités entre époux. Peut-être ces hommes, à la recherche de la veuve aisée, pensaient-ils, avant tout, à conclure une bonne affaire, et déçurent-ils vite les espoirs que leur épouse avait mis dans ses secondes noces. Les mésalliances « pardonnent » de moins en moins, surtout chez les pauvres.

34Par contraste, on voit se dégager les critères qui désormais feront les ménages solides : la richesse des époux et un minimum d’harmonie entre leurs origines sociales. Il ne faut plus que l’épouse s’impose trop. Un déséquilibre ne peut être accepté qu’en faveur du mari. De toutes façons, à certains niveaux, ces problèmes ne comptent plus. Le ménage forme pour la société une entité que les milieux aisés ne veulent plus remettre en cause. Seuls les pauvres ont le courage d’en finir avec une vie conjugale malheureuse et de faire dissoudre un mariage devenu contraire à leurs espérances sentimentales.

35On comprend mieux, dès lors, les inquiétudes des pouvoirs bourgeois du Directoire qui voient se diffuser cet éclatement des familles parmi les non-possédants. Tant que la loi ne servait qu’à aider quelques femmes des milieux aisés à reprendre indépendance et... patrimoine, l’équilibre social n’était pas trop ébranlé. La Convention était trop soucieuse du bonheur individuel pour s’inquiéter de la fortune des familles. Mais la réaction thermidorienne et, plus encore, le Directoire, si tolérant pour les mœurs des puissants, s’effraient de ce qui leur paraît une des dernières retombées de la démocratie sociale de l’an II : le pouvoir des pauvres de disposer d’eux-mêmes et de leur famille. Or, leur part est croissante dans le mouvement des divorces (cf. ci-contre le Graphique 20 : pourcentage de ces jeunes ménages pauvres mariés depuis 1793 dans les divorces annuels). Pour freiner la liberté des pauvres, on commence par supprimer les tribunaux de famille et à en confier les attributions à la puissance publique. Puis on limite les conditions d’obtention du divorce, jusqu’à aboutir aux dispositions restrictives du Code Civil et enfin à la loi de 1816.

Graphique 20. PROPORTION DES MÉNAGES PAUVRES PARMI LES DIVORCÉS (mariés de 1793 à 1816)

Graphique 20. PROPORTION DES MÉNAGES PAUVRES PARMI LES DIVORCÉS (mariés de 1793 à 1816)

Notes

1 « Ce sont les femmes qui fournissent dans le plus grand nombre de cas le capital avec les bénéfices de leur travail, comme ouvrières ou comme domestiques, avant leur mariage ». M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 216.

2 M. Garden, « Le contrat de mariage lyonnais : une source de l’histoire sociale du XVIIIe siècle », Actes du 89e Congrès National des Sociétés Savantes, Lyon, 1964.

3 Certains papiers de notaires n’ayant pas été versés aux Archives Départementales (ex. : ceux de Baroud fils qui sont restés à l’étude Permezel ou de Coste, devant qui avait été passé un des gros contrats – celui de François Goulard et de Marie Marguerite Desjardins – 12.000 livres, d’après 58 Q 9) nous n’avons eu parfois que cette source à notre disposition.

4 Tableau de la dépréciation du papier-monnaie, dressé en exécution de la loi du 5 messidor an V pour le département du Rhône, Lyon, Ballanche et Barret, an V, 31 pages.

5 Le plus ancien est celui d’Anthelme Mollard, compagnon fabricant et de Jeanne Gondret passé le 14 avril 1760. Apport de l’époux : 80 livres, de l’épouse : 360 livres (A.D.R., 3 E 3438, notaire Chapelon).

6 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 218.

7 Dont la fortune moyenne en 1786-1788 se montait à 886 livres (M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 293).

8 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 339.

9 M. Garden, « Ouvriers et artisans au XVIIIe siècle. L’exemple lyonnais et les problèmes de classification », Revue d’histoire économique et sociale, année 1970, no 1, p. 46.

10 18.300 livres (M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 368).

11 Un des rares exemples, où la fortune du mari dépasse largement celle de son épouse. Claude-Gabriel Odérieu reçoit 100.000 livres (dont une maison de 40.000 donnée par son père Gabriel, négociant et bourgeois de Lyon). Marie-Anne Bruneau n’a qu’une dot de 43.000 livres – (A.D.R., 3 E 9712, notaire Fromental père, 17 octobre 1767).

12 Jeanne Seriziat qui épouse Nicolas Andrieu en 1785 (contrat passé le 9 juillet 1785 devant Dalier ; A.D R. 3 E 3877) est la sœur du plus important des marchands de blé du quai Saint Vincent, Charles, qui a hérité de son père. Elle reçoit une dot de 60.000 livres.

13 Notons que dans deux contrats l’époux ne donne pas l’estimation de ses biens, mais se contente de promettre joyaux et bijoux et de déterminer le montant du gain de survie. (Contrat Paul Verrier-Blanche Louise Ayné, 7 mars 1775 ; A.D.R., 3 E 9720, notaire Fromental. Contrat Étienne Dupré-Renée Massé, 22 juin 1784 ; A.D.R., 3 E 2484, notaire André). Le troisième (Goulard-Desjardins, 16 janvier 1785) est resté dans les papiers de Coste qui n’ont pas été déposés aux Archives Départementales.

14 Un exemple ; ceux des biens apportés par Jeanne Pichon lors de son mariage avec Louis Marie Anne Berey (A.D.R., 3 E 8093, notaire Jacques Tournilhon) leur valeur est estimée à 7.000 livres. Mais cette fortune inclut des « espèces de cours de ce jour, des meubles, linges et effets de ménages », le détail n’en est pas donné.

15 L’assignat de 100 livres n’en vaut plus que 36 (d’après le Tableau..., cf. note 4 p. 307.

16 En avril 1793, l’assignat de 100 livres n’en vaut plus que 46.

17 Pierre Vilar, Or et monnaie dans l’histoire (1450-1920), Paris, Flammarion, 1978, p. 380 (« Champ historique »).

18 Le contrat qu’elle passe avec Jacques Clavier est du 12 brumaire an III (A.D.R., 3 E 3021, notaire Bourgeay). En novembre 1795, l’assignat avait perdu 76 % de sa valeur nominale.

19 P. Vilar, op. cit., p. 380.

20 P. Vilar, op. cit., p. 382.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 36. RÉPARTITION DES DIVORCÉS PAR NIVEAU DE FORTUNE AU MARIAGE (CONTRATS 1760-1790)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Graphique 20. PROPORTION DES MÉNAGES PAUVRES PARMI LES DIVORCÉS (mariés de 1793 à 1816)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13799/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search