Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Deuxième partie. Psychologie du divorce

Chapitre IX. Les facteurs endogènes : les problèmes démographiques

Texte intégral

  • 1 Anne Boigeol - Jacques Commaille, « Le Divorce et les Français », 1974, cité par eux-mêmes dans «  (...)

1Les éléments extérieurs n’ayant que peu d’influence sur le devenir des ménages, il faut tenter de rechercher les sources profondes de la mésentente dans le choix du conjoint lui-même. Cette cohorte de divorcés présentait-elle déjà, au moment du mariage, des caractéristiques démographiques ou sociales exceptionnelles et contraignantes susceptibles d’oblitérer l’avenir ? Se différenciait-elle notablement de la masse des autres ménages censés représenter la norme ? Y a-t-il une nuptialité propre aux futurs divorcés ? On sait, par exemple, qu’à l’heure actuelle « il y a une précocité au mariage légèrement plus forte chez les divorcés que chez les mariés »1. En était-il de même sous la Révolution et l’Empire ? Nous envisageons donc, en premier lieu, l’âge au mariage.

I – LES SOURCES

2Précisons tout de suite que nous ne disposons pas de beaucoup d’éléments pour résoudre cette question. Des deux grands ensembles de sources que nous pouvons consulter, nous ne pouvons tirer que des statistiques partielles.

A – Les actes de divorce

3Les actes de divorce de Lyon ne comportent aucune mention d’âge ou de date de naissance avant l’an IX (1800-1801), c’est-à-dire avant la deuxième année du Consulat. Une exception cependant : les registres de la municipalité de l’Ouest qui donnent, pour l’an V et l’an VI, l’âge du comparant (mais de celui-ci seulement). Cette municipalité n’ayant enregistre que 22 actes, soit J 7 % des divorces lyonnais de ces deux années-là, cet apport n’est pas d’un très grand intérêt. Nous l’avons retenu malgré tout.

4Les registres de la Croix-Rousse, de la Guillotière et de Vaise ne mentionnent qu’exceptionnellement l’âge ou la date de naissance des divorcés et la date de leur mariage. Nous ne pouvons donc étudier que les divorces prononcés à Lyon et à partir de l’an IX, c’est-à-dire les 309 actes consignés dans l’état civil, de la seconde année du Consulat à la chute de l’Empire en 1816. Ils ne représentent que le quart de l’effectif global (27,2 %). Ils composent le groupe I.

B – Les actes de mariage

  • 2 Nous connaissons la date de mariage de 1.022 ménages de divorcés (90 % des 1.133 prononcés à Lyon, (...)
  • 3 Une seule exception : ceux de la paroisse Saint-Pierre-et-saint-Saturnin pendant deux courtes péri (...)

5Pour compléter cet ensemble, force est de recourir aux actes de mariage eux-mêmes. Mais pour les actes des registres paroissiaux, c’est-à-dire pour tous les mariages contractés sous l’Ancien Régime qui représentent les deux-tiers des ménages de divorcés2, la recherche de ces actes n’apporte rien pour une étude démographique de la nuptialité. On sait, en effet, qu’à Lyon, les curés se contentaient généralement d’inscrire la mention « mineur » ou « majeur » pour qualifier l’âge des époux3.

6Il reste donc le tiers des effectifs de divorcés, c’est-à-dire ceux qui se sont mariés sous la Révolution après le 20 novembre 1792 et plus particulièrement – car tous n’ont pas contracté mariage à Lyon – 236 actes passés de 1793 à l’an XI ce qui constitue un second échantillon au quart (23,1 %). Ces actes forment le groupe II.

  • 4 Un exemple, parmi d’autres : celui des époux Brochet et Lavignière mariés à Lyon le 21 fructidor a (...)

7Ces deux ensembles, – faut-il le préciser ? – peuvent inclure les mêmes individus, mariés à Lyon sous la Convention et divorcés en l’an IX ou au-delà4.

II – L’ÂGE AU MARIAGE

8Le tableau 31 consigne les résultats concernant l’âge moyen au mariage. Les actes de divorce (Groupe I) ne précisant jamais si le mariage dissous était le premier ou le x ième du comparant ou de son époux, alors que les actes de mariage (Groupe II) l’indiquent, nous avons donné pour ceux-ci l’âge général au mariage, pour faciliter les comparaisons, ainsi que l’âge au 1er mariage.

TABLEAU 31. AGE MOYEN AU MARIAGE

TABLEAU 31. AGE MOYEN AU MARIAGE

9Une première constatation apparaît à la lecture de ces deux tableaux : l’âge moyen au mariage est de 1 à 5 ans plus élevé d’après les actes de mariage que d’après les actes de divorce, et ceci quel que soit le sexe considéré. A ce phénomène, une seule explication : le décalage chronologique qu’enregistrent ces deux tableaux, les actes de divorce renvoyant à des actes plus anciens que les actes de mariage seuls. Sous le Consulat, par exemple, on se rappelle que divorçaient des ménages mariés en moyenne depuis 9 ans et 4 mois et que le tiers d’entre eux (38 %) avaient plus de dix ans de mariage. L’âge de 28 ans et 4 mois qualifie donc un ensemble qui inclut une fraction notable de mariages remontant à l’Ancien Régime et cette « pondération » suffit à faire baisser de 4 ans pour les hommes et de 3 ans pour les femmes l’âge moyen au mariage. La conclusion s’impose : sous l’Ancien Régime, l’âge très jeune au mariage est une source de problèmes conjugaux, alors que plus tard, sous la Révolution, il ne constitue plus un obstacle fondamental. Ce ne sont pas les remariages qui, devenus plus fréquents, sont à l’origine de l’âge plus élevé observé dans le Groupe II. L’âge au premier mariage y est encore légèrement plus élevé que dans le Groupe I qui inclut pourtant les remariages.

A – Age au mariage des époux divorcés à partir de l’an IX

10Ce qui frappe donc, c’est la nuptialité précoce révélée par les actes de divorce et qui s’accentue avec le temps. En l’absence d’études de démographie du Lyon révolutionnaire, nous ne pouvons que nous reporter aux chiffres fournis par M. Garden pour la paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Saturnin au début du siècle. Les divorcés, hommes et femmes, se sont mariés en moyenne 4 ans plus tôt que leurs grands-parents des années 1710 et 1730 qui, eux, n’avaient pas convolé avant 32 et 29 ans. Même si l’on suppose un instant que nos moyennes n’incluent que des premiers mariages, elles sont encore inférieures d’1 an pour les hommes et de 2 ans pour les femmes (5 ans et demi sous l’Empire !).

  • 5 Anne Desvigne, 13 ans 8 mois, est mariée le 10 prairial an IV à un cordonnier de 18 ans, Joseph-Ja (...)

11Les jeunes filles sont parfois de très jeunes adolescentes : dans le premier sous-groupe des ans VI et VII (13 épouses), on relève une jeune fille de 14 ans, une de 15 ans et deux de 16 ans : 10 d’entre elles (77 %) sont d’ailleurs des mineures de moins de 25 ans. Leur moyenne d’âge serait considérablement abaissée s’il ne se trouvait, parmi ces femmes, une veuve de 72 ans, qui, comportement tout à fait original, avait épousé un jeune ouvrier en soie de 27 ans. Les femmes divorcées sous le Consulat se sont aussi mariées très jeunes (ou ont été mariées). Cinq d’entre elles n’avaient pas 15 ans ! La plus jeune n’atteignait pas 14 ans5. Une de ces unions remonte à 1786 mais les quatre autres ont été conclues sous le Directoire et le Consulat. La République n’applique pas strictement sa nouvelle législation en matière d’âge légal. C’est la confusion révolutionnaire bien connue. Plus : c’est la survivance de la prééminence du pouvoir de la famille sur celui de l’état. Ces jeunes filles mineures sont orphelines. Elles ont reçu l’autorisation de se marier d’une assemblée de famille qui n’a pas cru bon de demander une dispense légale, que d’ailleurs, l’officier d’état civil ne leur a jamais réclamée.

12Les mineures de moins de 21 ans représentent le tiers de l’ensemble (35 %). Dans la paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Saturnin, au début du siècle, on comptait 9 % d’épouses âgées de moins de 20 ans et 35 % de moins de 25 ans. Ces mineures (au regard de la loi d’Ancien Régime) sont deux fois plus nombreuses parmi les divorcées (63 %). Le mariage jeune et très jeune est, sans conteste, pour la femme, un facteur d’échec de sa vie conjugale. En conséquence, le fait de se marier tard entraîne, pour elle, la création d’un ménage plus solide. Alors que « le tiers des épouses lyonnaises (au début du XVIIIe siècle, toujours) ne contracte un premier mariage qu’après l’âge de 30 ans et 14,4 % à partir de 35 ans seulement » les divorcées n’appartiennent à ces tranches d’âge avancé que dans, respectivement, 17,9 % et 10 % des cas, bien que pour certaines d’entre elles, il s’agisse pourtant d’un remariage. Le mariage tardif, conforme à la norme, est un gage de stabilité. La moyenne d’âge au mariage comme la répartition des divorcées selon leur âge au mariage en fournissent la preuve.

13Les hommes divorcés sous le Consulat se recrutent également parmi les époux qui se sont mariés jeunes : 11 % d’entre eux avaient convolé avant d’avoir atteint la nouvelle majorité de 21 ans ; 40 % avaient moins de 25 ans alors qu’à Saint-Pierre-et-Saint-Saturnin, seuls, 20 % des hommes étaient des mineurs de moins de 25 ans. 40 % s’y étaient mariés après la trentaine, alors que parmi les divorcés seuls, 34,5 % d’entre eux avaient contracté mariage à 30 ans et plus.

B – Age au mariage des époux mariés après le 20 septembre 1792

TABLEAU 32. RÉPARTITION DES DIVORCÉS SELON LEUR AGE AU MARIAGE

TABLEAU 32. RÉPARTITION DES DIVORCÉS SELON LEUR AGE AU MARIAGE
  • 6 François Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris, A. Colin, 1975, p. 32.

14Les divorces de couples formés sous la Convention et pendant toute la période révolutionnaire (Groupe II) ne sont pas, eux, liés à un mariage précoce de l'époux. Ce sont des ménages où l’homme et la femme se sont unis à un âge moyen de 29 ans et 26 ans et demi, c'est-à-dire que le mari est un peu plus âgé que ses ancêtres quand il se marie (mais la tendance du XVIIIe siècle urbain est à l'accroissement de l'âge au mariage6. Seul l’âge de la femme marque un abaissement sensible, de six mois à un an, par rapport à l’âge des actes du groupe I, de 2 ans et demi à 4 ans par rapport à la paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Saturnin un demi-siècle auparavant. La répartition des femmes divorcées de ce groupe II est d’ailleurs sensiblement la même que dans le groupe I. On note toutefois des effectifs plus importants parmi les moins de 25 ans, qui vont en s’accroissant avec le temps : 65,7 % sous la Convention, 68,7 % sous le Directoire et le Consulat, 71,4 % sous l’Empire. Ce sont les femmes mariées jeunes qui fournissent de plus en plus les contingents d’épouses déçues et contraintes à la rupture. Par contre, les femmes mariées à 30 ans et plus tendent à disparaître des effectifs : 20,5 % sous la Convention, 18,8 % sous le Directoire et le Consulat, 7,1 % (1 seul cas) sous l’Empire.

15La répartition des hommes selon leur âge au mariage vient corroborer ce que leur âge moyen révélait : un vieillissement général. Les moins de 25 ans sont légèrement moins nombreux (37 % des hommes mariés sous la Convention, le Directoire et le Consulat, alors qu’ils étaient 40 % dans le groupe I). Les hommes mariés à plus de 30 ans sous la Convention ne représentent que 35 % de l’ensemble des futurs divorcés, c’est-à-dire une proportion qui rattrape et même dépasse légèrement celle de la première moitié du XVIIIe siècle (39 %) : le divorce pour les hommes est de moins en moins lié à un engagement prématuré.

16Cette évolution chronologique est la même dans toutes les catégories socioprofessionnelles.

17Les hommes sont plus âgés que leur femme de 5 mois (manœuvres) à 8 ans et demi (employés et membres des professions libérales). Toutefois, chaque groupe garde sa spécificité : âge au mariage toujours très tardif chez les manœuvres et chez les rentiers et bourgeois, âge plus précoce chez les ouvriers en soie et les artisans qui sont toujours de 6 mois à 2 ans en deçà de la moyenne générale. Le tableau 3 3 montre bien que la nuptialité différentielle se retrouve parmi les divorcés comme dans l'ensemble de la société urbaine. Groupes inférieurs (journaliers, manœuvres, jardiniers) et groupes dominants (bourgeois) choisissent un mariage tardif, les premiers pour assurer une situation bien précaire, les autres pour parfaire leur état. Il prouve aussi que le divorce se diffuse d’une manière identique dans toutes les couches sociales, qu’il finit par atteindre tous les ménages, indépendamment de l’âge de l’époux qui apparaît de moins en moins comme un facteur d’explication de l’échec conjugal.

TABLEAU 33. AGE MOYEN AU MARIAGE PAR CATÉGORIE SOCIO PROFESSIONNELLE

TABLEAU 33. AGE MOYEN AU MARIAGE PAR CATÉGORIE SOCIO PROFESSIONNELLE
  • 7 Soit 12,50 % (Saint-Pierre-et-Saint-Saturnin, début du XVIIIe siècle : 8,75 % des épouses ont moin (...)
  • 8 L’un d’entre eux, Joseph Jacques Augustin est tellement fasciné par les toutes jeunes filles, qu’i (...)

18Pour les femmes, par contre, le rajeunissement de l’âge au mariage, particulièrement sensible et généralisé, constitue un handicap sérieux. Pour les femmes d’artisans, il est un obstacle particulièrement décisif à la survie de leur ménage. Parmi les divorcés mariés sous le Directoire et le Consulat, 19 avaient choisi des épouses de moins de 18 ans7. Parmi eux, on retrouve 14 artisans dont 7 cordonniers8. L’attirance de ces derniers pour les très jeunes filles est tout a fait remarquable, trois d’entre eux n’ont pas même attendu que leur fiancée ait 15 ans pour l’épouser ! Il y a, sans conteste, dans les années 1795-1803, une tendance au mariage précoce et hâtif qui se révèle par la suite particulièrement invivable. Les milieux artisanaux en sont particulièrement affectés. Signe d’une explosion de la liberté des femmes, désireuses d’échapper à leur famille et d’affirmer sexualité et autonomie, le mariage leur permettant d’allier ces deux exigences ? On notera que l’abaissement de l’âge au mariage est beaucoup moins marqué pour les femmes d’ouvriers en soie ; on sait que, parmi ces derniers, les générations mariées sous la Révolution répugnaient au divorce. Les 5 ans qui séparent l’âge au mariage des femmes divorcées de ces deux groupes d’artisans prennent ici toute leur signification. Les premiers, légers et enthousiastes, vont à l’encontre des règles implicites traditionnelles du mariage et choisissent de toutes jeunes filles, ravies de l’aubaine ; les seconds, plus sensibles aux valeurs familiales, reconstituent, en pleine tourmente révolutionnaire, l’image du ménage lyonnais du début du siècle : si, plus tard, ils sont contraints de constater l’échec de leur mariage, ce n’est pas faute d’avoir, initialement, recherché une compagne d’âge « sérieux ». Ils l’avaient même choisie légèrement plus âgée que leurs aînés.

19En conclusion, nous pouvons constater, qu’à la recherche des explications profondes des causes de divorce, nous voyons réapparaître les deux générations déjà perceptibles antérieurement. Bien que leurs contours soient ici difficiles à cerner (les époux du groupe I sont-ils vraiment d’une génération bien plus âgée que ceux du groupe II ?), il faut bien relever que les ménages les plus anciens ont pu connaître des échecs liés en partie à l’âge des époux particulièrement bas lors de leur mariage, alors que pour les jeunes générations, seul rentre en ligne de compte l’âge de l’épouse. Plus celle-ci est jeune, plus le risque de divorce s’accroît. Les milieux modestes n’y résistent pas. L’âge de l’époux s étant élevé, l’écart entre les deux n’a pu que s’accroître. C’est peut-être ce dernier le grand responsable des désaccords conjugaux.

III – LA DIFFÉRENCE D’AGE ENTRE LES ÉPOUX

20La différence d’âge entre les époux est un autre obstacle qui vient s’ajouter à leur jeunesse. Bien que sous l’Ancien Régime, elle ait été généralement bien acceptée, même quand elle était très accentuée, et surtout quand elle favorisait l’homme âgé qui épousait une fille jeune, la morale révolutionnaire transforme cet écart en handicap.

  • 9 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 92.
  • 10 Paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Saturnin : 41 ans.
  • 11 C’est une hypothèse que ne confirment pas les archives judiciaires qui ne font jamais allusion à d (...)

21Le premier facteur de disparité entre les âges est lié au mariage entre veufs – ou divorcés – et célibataires. Parmi les futurs divorcés, la proportion d’époux qui convolent en secondes noces est importante. Nous ne pouvons la calculer que pour les mariages contractés sous la Révolution (Groupe II). On relève parmi ceux-ci 16,4 % de veufs, ce qui est un peu moins que dans les cohortes de mariés de la paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Saturnin de la première moitié du XVIIIe siècle (18,2 %). Par contre, la proportion de veuves est beaucoup plus élevée : 16,5 % contre 10,8 %. Le remariage est pour les femmes une source de problèmes bien plus aigus que pour les hommes. Au début du XVIIIe siècle, elles se remariaient moins fréquemment que les hommes. Plus tard encore, « les recensements montrent... que les veuves, surtout au-delà de 45 ans, sont très nombreuses dans la population lyonnaise de la fin du siècle »9. Celles qui ont essayé d’échapper à la solitude, au cours des années révolutionnaires, ont abouti à un échec et sont venues grossir les rangs des divorcées. Elles s’étaient pourtant remariées avant d’être trop âgées (âge moyen : 40 ans et 4 mois)10, la moitié d’entre elles n’ayant pas atteint cet âge-là. On ne relève que trois sexagénaires parmi elles. Aucune septuagénaire. Les hommes s’accommodent bien d’un remariage, les femmes beaucoup moins bien. S’impose encore à elles le souvenir de l’ancien modèle conjugal. La présence d’enfants des deux lits – que nous ne pouvons vérifier – multiplie les problèmes affectifs et financiers11. L’indépendance acquise au cours du veuvage a pu affermir leur personnalité et rendre plus difficile une vie conjugale où la suprématie masculine reste indiscutée. Il leur est d’autant plus malaisé de s’adapter que leur âge, de toute façon, les rend moins malléables. Il serait toutefois intéressant de savoir si la Révolution a entraîné un accroissement de la nuptialité des veuves. Ce qui reste certain, c’est que les ménages comprenant au moins un conjoint ayant déjà été marié (ancien veuf ou ancien divorcé) représentent le tiers (32,1 % des foyers dissous par divorce.

22La différence d’âge entre les époux peut être parfois particulièrement accentuée dans les ménages de remariés. On a déjà cité le cas de cette veuve de 72 ans remariée a un homme de 27 ans. Mais c’est un cas extrême et le remariage n’entraîne pas nécessairement une alliance trop mal assortie. Assez souvent, les célibataires qui épousent des veuves choisissent des femmes d’âge sensiblement identique. Jean-Baptiste François Quenot, 23 ans, canonier de l’artillerie parisienne, épouse une veuve mais celle-ci n’a que 25 ans. Pierre Fillion, boutonnier, se marie dans les mêmes conditions d’âge. Les problèmes du remariage ne sont pas directement liés à des différences d’âge exceptionnelles.

23Dans l’ensemble, les écarts d’âge entre époux ne présentent pas de caractéristiques bien originales. Retrouvons les deux groupes I et II que nous avons isolés précédemment. Dans le premier, l’homme est plus âgé que sa femme dans 70 % des cas, la femme plus âgée dans 28 % et tous deux ont le même âge dans 2 %. Dans le second groupe, celui des individus qui se sont mariés sous la Révolution, on note un certain bouleversement dans les écarts. Il est plus rare que l’homme soit plus âgé. Il est plus souvent du même âge que sa femme ou même moins âgé.

  • 12 Cf. M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 148-149.

24La différence d’âge est-elle considérable ? Reportons-nous au tableau 34 qui permet de comparer les ménages des groupes I et II à ceux de trois quartiers de Lyon en l’an IV. Nous disposons en effet, cette fois, d’un point de comparaison précieux avec les dépouillements du recensement de l’an IV que M. Garden nous a communiqués pour les trois quartiers d’Ainay, du Bourgchanin et de la Juiverie qui représentent le dixième de la population lyonnaise12. Nous constatons que, dans l’ensemble, les femmes sont plus fréquemment plus âgées que leur mari parmi les divorcés que parmi le reste de la population (7 points de plus pour les ménages du groupe I, et cette tendance s’accentue avec les divorcés mariés sous la Révolution : 9 points de plus dans le groupe II). La population divorcée s’éloigne ainsi notablement du comportement de l’ensemble des ménages lyonnais. La différence d’âge ainsi enregistrée est considérable : les femmes futures divorcées, quand elles sont plus âgées que leur mari, ont 6 ans au moins de plus que lui, et même 8 ans quand elles se sont mariées après 1792. Dans le reste de la population lyonnaise, elles n’ont pas 5 ans de plus que lui. 3 % seulement des épouses lyonnaises plus âgées que leur mari ont 16 ans de plus que ce dernier ; parmi les divorcées, elles sont environ 9 % à être ainsi séparées de lui par une telle différence. Le divorce révèle de plus en plus des ménages mal assortis sur le plan des âges. Les petites différences de moins de 5 ans (70 % de la population) ne regroupent que 59 % des femmes du groupe I plus âgées que leur mari et 43 % de celles du groupe II. Les catégories intermédiaires (6-10 ans ; 11-15 ans) s’accroissent de plus en plus. La Révolution, par le divorce, dénonce ainsi les ménages peu conformes à la norme. Le modèle conjugal ancien persiste et les tentatives de réalisation d’une relation nouvelle sont condamnées : la femme ne doit pas être plus âgée que son mari, ou du moins ne pas avoir 5 ans de plus que lui. L’entente, autrement, se révèle impossible. Il faudrait savoir si les jeunes ménages contemporains de ceux du groupe II présentaient les mêmes caractéristiques ou si les divorcés sont véritablement des exceptions.

TABLEAU 34. RÉPARTITION DES ÉCARTS D’AGE ENTRE ÉPOUX

TABLEAU 34. RÉPARTITION DES ÉCARTS D’AGE ENTRE ÉPOUX

25La différence d’âge en faveur de l’époux n’est jamais très élevée. Les maris beaucoup plus âgés que leur femme (plus de 16 ans) ne sont pas plus fréquents parmi les divorcés que dans l’ensemble de la population et même légèrement moins nombreux dans le groupe I (12 % au lieu de 13 à 16 %) :1a grande différence d’âge de l’homme est bien acceptée, ce n’est pas un facteur de dissension. Il est rare qu’un ménage où le mari a plus de 11 ans que sa femme divorce (22 à 25 % sont dans ce cas contre 32 % dans l’ensemble de la population). Les divorcés sont généralement des ménages où l’homme est plus âgé que sa femme mais n’a pas 10 ans de plus qu’elle (77 et 75 %) ; ils sont ainsi conformes aux autres ménages (68 %). En faveur de l’homme, la différence d’âge n’est pas une gêne, mais elle l’est, à l’évidence, quand elle « bénéficie » à la femme.

26Les milieux traditionnels le confirment nettement. Les ouvriers en soie, qui sont réticents au divorce, qui s’y résolvent essentiellement après la constatation d’un long abandon, surmontent plus difficilement encore que les autres ménages lyonnais les alliances disparates au niveau des âges. Ce sont les seuls ménages de divorcés où la proportion des femmes plus âgées que leur mari atteint 40 % (groupe I), ou même près de la moitié (47 % dans le groupe II). C’est aussi parmi eux que se trouvent les écarts les plus grands : 23,3 % des époux plus âgés que leur femme ont entre 11 et 16 ans de plus qu’elle (autres divorcés : 11 %, ensemble des ménages lyonnais 17 %). S’écarter de la norme expose plus fréquemment à l’échec dans leur milieu que dans le reste de la population lyonnaise.

  • 13 A.D.R., 36 L 50. Plainte déposée par Denise Clément contre David Donzelle son mari le 15 février 1 (...)
  • 14 A.D.R., 36 L 50. Plainte de Claudine Maugard contre son mari Claude Martin (tribunal de district, (...)
  • 15 A.D.R., 36 L 105, 20 avril 1793.
  • 16 Elles ont toutes trois eu à subir injures et sévices d’une rare violence. Par suite des coups que (...)

27En conclusion, nous voulons souligner que si les facteurs démographiques jouent un rôle, ainsi qu’il apparaît dans les statistiques, les divorcés, leurs témoins et leurs proches n’y sont pas sensibles. Il est rare qu’une femme estime s’être mariée trop jeune. On ne peut guère citer que trois témoignages allant dans ce sens. Denise Clément explique qu’elle était à peine âgée de 16 ans « au moment de son mariage », ce qui lui paraît plus tard une faiblesse ; s’engager « dans un âge aussi tendre et d’adolescence naïve et sans expérience » ne pouvait que l’empêcher de juger sérieusement du bien fondé de son union13. Claudine Maugard, elle, avait 17 ans ; orpheline de père, elle « n’avait d’autre volonté que celle de sa mère ». Elle aussi déplore son jeune âge14. Élisabeth Charmasson explique « qu’étant jeune et sans expérience elle eut le malheur de contracter mariage avec J. A. Bonfils »15. Mais ces témoignages sont exceptionnels : ces trois femmes s’étaient unies à de véritables brutes et elles ne peuvent expliquer autrement qu’en alléguant leur âge leur consentement à une alliance qui ne leur avait apporté qu’humiliation et meurtrissures et ce, dès les premiers jours de leur mariage16.

  • 17 A.D.R., 36 L 105.

28La différence d’âge est encore moins souvent invoquée comme une des causes de la désunion. Seul un passementier y voit une des raisons de la fuite de sa femme. Pierre Bertholon dépose, en 1793, que « l’antipathie de caractère, la disproportion d’âge et d’autres causes qu’il serait superflu d’expliquer ont rendu cette union malheureuse »17. On ne sait pas quel était l’âge de son épouse, mais lui était déjà un mari vieillissant. Il avait, en effet, plus de 54 ans lors de son mariage, le 15 novembre 1790 avec Marie Anne Martin. Cette différence d’âge n’était d’ailleurs pas, à ses yeux, un facteur bien fortement prohibitif, puisque moins de quatorze mois après son divorce, il se remariait, à l’âge de 58 ans, avec une jeune brodeuse de 32 !

Notes

1 Anne Boigeol - Jacques Commaille, « Le Divorce et les Français », 1974, cité par eux-mêmes dans « Le processus de divorce » paru dans Jean Cusenier, op. cit., p. 439.

2 Nous connaissons la date de mariage de 1.022 ménages de divorcés (90 % des 1.133 prononcés à Lyon, Vaise, la Croix-Rousse et la Guillotière de 1792 à 1816). Sur ces 1.022, 681 (66,6 % ont été contractés avant le 20.9.1792, et 341 (33,3 %) après la mise en place de l’état civil laïque.

3 Une seule exception : ceux de la paroisse Saint-Pierre-et-saint-Saturnin pendant deux courtes périodes de la première moitié du XVIIIe siècle : 1714-1718 ; 1733-1740 (M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 90).

4 Un exemple, parmi d’autres : celui des époux Brochet et Lavignière mariés à Lyon le 21 fructidor an II et divorcés le 18 brumaire an XI devant la municipalité du Nord. Ils sont comptés dans les deux ensembles que nous venons de définir.

5 Anne Desvigne, 13 ans 8 mois, est mariée le 10 prairial an IV à un cordonnier de 18 ans, Joseph-Jacques Augustin. Elle n’est pas enceinte. Elle n'accouchera que le 10 prairial de l’année suivante.

6 François Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris, A. Colin, 1975, p. 32.

7 Soit 12,50 % (Saint-Pierre-et-Saint-Saturnin, début du XVIIIe siècle : 8,75 % des épouses ont moins de 20 ans).

8 L’un d’entre eux, Joseph Jacques Augustin est tellement fasciné par les toutes jeunes filles, qu’il se marie deux fois en 7 ans avec des fiancées de moins de 18 ans ! Dans les deux cas, d’ailleurs, il essuie un échec et se retrouve divorcé. La première fois, à 21 ans, il épouse Anne Desvigne âgée de 13 ans et 8 mois (c’est la mariée la plus jeune de toutes les femmes divorcées de notre étude). Quatre ans et demi plus tard, le 1er nivôse an IX, ils divorcent par consentement mutuel. Il se remarie deux mois après, le 9 ventôse, avec Jeanne Claudine clément qui n’a que 17 ans et 3 mois (soit quatorze mois de moins que la première épouse) ; c’est elle qui obtint le divorce au bout de 2 ans de mariage pour incompatibilité d’humeur et de caractère.

9 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 92.

10 Paroisse Saint-Pierre-et-Saint-Saturnin : 41 ans.

11 C’est une hypothèse que ne confirment pas les archives judiciaires qui ne font jamais allusion à des problèmes ayant pu surgir de la présence dans un foyer d’enfants issus du premier mariage d’un des conjoints.

12 Cf. M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 148-149.

13 A.D.R., 36 L 50. Plainte déposée par Denise Clément contre David Donzelle son mari le 15 février 1791 devant le tribunal de district criminel. Leur divorce est prononcé le 25 mai 1793. Voir notes 6 et 7 pp. 184 et 304.

14 A.D.R., 36 L 50. Plainte de Claudine Maugard contre son mari Claude Martin (tribunal de district, 22 juin 1791). Divorce du 19 fructidor an II.

15 A.D.R., 36 L 105, 20 avril 1793.

16 Elles ont toutes trois eu à subir injures et sévices d’une rare violence. Par suite des coups que lui infligeait son mari, un marchand de bas, Denise Clément avait accouché d’une fille non viable et de deux autres, impotentes ou contrefaites. Quelques jours après son mariage, avec un marchand coffretier, Claudine Maugard était battue par ce dernier jusqu’à en perdre connaissance.

17 A.D.R., 36 L 105.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 31. AGE MOYEN AU MARIAGE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre TABLEAU 32. RÉPARTITION DES DIVORCÉS SELON LEUR AGE AU MARIAGE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre TABLEAU 33. AGE MOYEN AU MARIAGE PAR CATÉGORIE SOCIO PROFESSIONNELLE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre TABLEAU 34. RÉPARTITION DES ÉCARTS D’AGE ENTRE ÉPOUX
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search