Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Deuxième partie. Psychologie du divorce

Chapitre VIII. Les facteurs exogènes de divorce

Texte intégral

1Plusieurs facteurs de désagrégation interviennent de l’extérieur sur la vie des ménages et contribuent à les déséquilibrer. Les temps difficiles qu’il faut traverser sous la Révolution ont des répercussions parfois dramatiques sur les foyers. Ce sont les dépositions conservées dans les archives judiciaires qui fournissent les éléments d’approche les plus intéressants. Quelle foi faut-il leur accorder ?

I – LES DIFFICULTÉS ÉCONOMIQUES

2Les difficultés économiques semblent être à l’origine de la majorité des abandons et des séparations. Les témoignages en ce sens ne manquent pas et émanent de tous les groupes sociaux. Antoine Vachot, ouvrier en soie, accusé d’avoir abandonné femme et enfants, explique, en 1793, que « n’ayant pu faire ses affaires à Lyon » (il était compagnon chez un tisseur), « il fut à Nîmes et à Avignon, il y a dix-sept ans » pour tenter de gagner sa vie. Quand Françoise Thomé, rentière, demande le divorce en l’an III, un des témoins dépose, devant le tribunal de famille, que son mari, « le citoyen Chapelet a abandonné son domicile et son épouse parce qu’il était poursuivi pour un déficit qui existait dans sa caisse comme receveur des aides ».

3Pour les marchands, nous disposons de la déposition de Jean-Baptiste Luizac, quincailler à la Grand’Côte. Il n’a pas eu de chance : ses biens ont été saisis à la suite de mauvaises affaires et, explique-t-il, ce sont « ces mêmes malheurs qui l’ont aussi forcé d’abandonner » sa femme qu’il a laissée plus de sept ans sans ressources.

4Même moins frappés par les séparations de fait, les artisans se voient aussi contraints à des départs de survie. C’est parce qu’il était perclus de dettes que Charles Colombier, emballeur, s’était enfui. Pierre Paturle, orfèvre, marié depuis quinze ans à une veuve de la place des Carmes, a été acculé à la même situation. -Sa déposition, transcrite par le greffier, résonne comme un triste aveu d’impuissance mêlé de regrets : « ses malheurs ne lui ont pas permis de travailler pour les besoins de la commune famille (le ménage avait des enfants mais on en ignore le nombre) et que s’il a été forcé d’abandonner son épouse, les circonstances impérieuses dans lesquelles il s’est trouvé en ont été la cause... il ne peut s’opposer à l’exécution de la Loi ». Ce cas est particulièrement intéressant parce qu’il révèle que, plus que de l’abandon d’une femme, il s’agit, en fait, de celui de toute une famille. Pierre Paturle ne tenait pas à s’éloigner de sa femme : il n’a pas fui bien loin puisque, non seulement il n’a pas quitté Lyon, mais il est resté dans le même quartier en élisant domicile à la Grand’Côte. Ce sont les enfants qu’il ne pouvait élever. D’autres, à sa place, auraient pu se résoudre à l’exposition...

5Cette précarité de la situation économique est liée parfois à la maladie. Laurent Colomb, tailleur, avait bien débuté dans la vie. Mais assez vite, explique-t-il, « son épouse et lui ont essuyé diverses maladies, très dispendieuses qui, bientôt, ont fait succéder à des jours heureux, des jours remplis de trouble et d’amertume qui ont coopéré à sa ruine totale, ce qui les a forcés de demander conjointement le divorce pour cause d’incompatibilité d’humeur et de caractère ». C’est peut-être le seul exemple de divorce où les deux époux sont acculés à la rupture par des problèmes matériels les écrasant et qu’ils déplorent tous les deux. Cette attitude est à rapprocher de celle des fiancés du XVIIIe siècle qui rompaient leur contrat pour insuffisance de ressources.

6Les problèmes économiques sont aussi à l’origine de séparations de biens demandées antérieurement à 1792, qui avaient pu s’accompagner simultanément d’une séparation de domicile. « Il y a de longues années », est-il écrit dans la minute de la délibération du tribunal de famille des époux Balley-Thevenet, « que le dérangement des affaires du citoyen Balley (il était agent de change) nécessita la demanderesse de se pourvoir en séparation de biens devant la sénéchaussée ». « Depuis cette époque, et notamment depuis deux ans au moins, les parties ont cessé d’habiter et vivre en commun, elles sont restées séparées, l’une résidante en la commune de Grenoble, l’autre en la commune de La Chapelle du Vicomté (Loir et Cher) ».

  • 1 P. Cayez, L’industrialisation..., op. cit., note 8, p. 296, tome III, graphiques 1, 5,7, 8,9, 11, 1 (...)

7Ces témoignages, diffus, sont-ils des cas isolés ? Peut-on raisonnablement conclure que pauvreté et misère entraînées par les crises ont contribué à l’éclatement des foyers ? Pour tester l’importance du facteur économique sur la vie des ménages, il suffit, logiquement, de tracer la courbe de ces départs, année par année, et de voir si elle porte les marques de la conjoncture lyonnaise. Mais l’entreprise est très délicate. Deux obstacles viennent, sinon s’opposer à ce projet, du moins en limiter considérablement la portée. D’une part, le nombre de ces séparations est peu élevé ; échelonnés sur une longue période, ces cas ne fournissent plus que des effectifs faibles pour chacune des années considérées. La signification statistique des fluctuations est ainsi bien atténuée. D’autre part, quelle courbe choisir pour cerner, à titre de comparaison, le mouvement de l’économie locale ? Pierre Cayez, dans sa thèse, en propose plusieurs1. La courbe des exportations de soierie, par exemple, démontre que – selon ses propres termes – « l’année 1789, a à peu près surmonté les difficultés de la crise de 1787-88 sans être, il est vrai, une bonne année » mais il faut nuancer selon la qualité des tissus pris en compte (bonneterie en essor, tissus riches en déclin). En 89, le niveau général est encore loin d’être celui des années 1779-80, mais « il ne semble pas que les débuts de la Révolution aient particulièrement troublé le fonctionnement de la Fabrique ». La courbe des nouveaux marchands accuse, elle, un déclin constant avec un niveau particulièrement faible en 1790. Contradictoires, ces indices ne sont aussi que des reflets d’une fraction de l’activité économique lyonnaise même si la soierie en constitue le secteur dominant. Aussi est-il préférable de retenir simplement que la période pré-révolutionnaire se caractérise par « un déclin de moyenne durée dénoncé dès avant 1780 qui termine un siècle de croissance et les crises intradécennales de 1782 (« rarement évoquée ») et surtout de 1787 (« violemment ressentie ») ». Comment se situe le mouvement des abandons dans ce cadre général ?

8La courbe du Graphique 18 traduit un mouvement ascendant : minima et maxima en hausse régulière de 1765 à 1790 : la lente récession de l’économie est sans aucun doute un facteur défavorable à la cohésion conjugale. Les années de crise, 1782, 1787-88, apparaissent décalées dans le temps d’un an. Ce sont 1783 et 1788 (seul) qui voient se défaire le maximum de mariages, c’est-à-dire que, pendant quelques mois, les ménages ont pu faire face aux difficultés entraînées par la récession. On note ainsi un certain rapport entre conjoncture économique et mouvement des abandons.

9Mais ce rapport n’est pas absolu. Certaines pointes de la courbe restent aberrantes : 1786 ne s’explique pas. Le maximum se marque pourtant dans les deux courbes que nous donnons : celle de l’ensemble des abandons et celle qui ne concerne que les ouvriers en soie. Or, cette année-là, comme celle qui la précède, 1785, sont des années relativement favorables à la Fabrique. 1786 connaît même un nombre d’inscriptions des compagnons comparable à celui de 1780. Les pointes des années 79 (courbe générale) ou 80 (courbe des ouvriers en soie) sont également inexplicables. L’influence de la conjoncture n’est donc pas absolue. D’autres facteurs que ceux que l’on peut imputer au mouvement des affaires sont à rechercher pour expliquer ces séparations. L’explication économique est nettement insuffisante, au moins pour justifier des désunions antérieures à la Révolution et à 1792.

10L’impact de la crise économique révolutionnaire est difficile à séparer des conséquences des autres troubles. Cependant, le tableau 7 (page 121) apporte quelques éléments de réponse : la proportion des classes bourgeoises et supérieures (professions libérales et employés, marchands et négociants, bourgeois et nobles) parmi les divorcés tend à diminuer en l’an II (22,8 % contre 30,1 % en 1793) et celle des milieux d’artisans à s’élever (43,8 % en l’an II contre 31,7 % l’année précédente). On pourrait donc déduire que la désorganisation professionnelle et commerciale de la ville a prédisposé au divorce les foyers qui sont atteints par cette crise, et que seuls les milieux plus solides économiquement parviennent à maintenir les liens conjugaux. Mais le comportement des ouvriers en soie vient s’inscrire en faux contre cette conclusion : bien que touchés par la crise qui secoue la Fabrique, ils divorcent de moins en moins et leur proportion dans l’ensemble des divorcés passe de 30,7 % en 1793 à 28,6 en l’an II et même à 2 1,4 en l’an III.

  • 2 Journaliers : 2 (2,2 %) ; Artisans en Soie s 21 (23,6 %) ; Artisans : 43 (48,3 %) ; Employés, Profe (...)

11Un autre test peut être retenu pour souligner, qu’avant ou pendant la Révolution, les facteurs purement économiques ne sont pas primordiaux pour expliquer les divorces : celui des divorces prononcés des 4-9 floréal an II au 15 thermidor an III pour une séparation de plus de six mois2. Si, là encore, s’imposent nettement les artisans (48,3 %, c’est-à-dire près de la moitié des cas) qui ne représentent pourtant qu’à peine 40 % des divorcés, les ouvriers en soie, eux, ne sont guère ébranlés par ces départs conjoncturels, d’ailleurs autant liés aux problèmes politiques généraux qu’à la seule crise économique.

Graphique 18. ANNÉES DE DÉPART DES ÉPOUX AYANT ABANDONNÉ LEUR FOYER (1793)

Graphique 18. ANNÉES DE DÉPART DES ÉPOUX AYANT ABANDONNÉ LEUR FOYER (1793)

Graphique 19. ANNÉES DE DÉPART DES ÉPOUX AYANT ABANDONNÉ LEUR EOYER (Directoire – Consulat)

Graphique 19. ANNÉES DE DÉPART DES ÉPOUX AYANT ABANDONNÉ LEUR EOYER (Directoire – Consulat)

12On peut enfin, comme pour l’année 1793, représenter par une courbe les années de départ des époux divorcés pour séparation de fait au cours du Directoire et du Consulat (cf. Graphique 19). De même qu’il n’y avait pas de corrélation entre crises intradécennales et séparations conjugales pour les divorces prononcés en 1793, le rapport n’est pas très étroit, non plus, pour ces dissolutions du Directoire et du Consulat. La crise de 1787 serait la seule à être légèrement marquée (4 cas) mais, en fait, elle n’entraîne qu’un maximum bien faible et en tout cas inférieur au précédent observé deux ans auparavant (1783 : 5 cas). Ce sont les premières années de la Révolution qui ont le plus marqué de leur impact le mouvement des abandons, avec un maximum atteint en 1790 encadré par deux forts niveaux en 1789 et 1791. Or, insiste bien P. Cayez, « les premières années de la Révolution, de 1789 à 1791 avaient dû connaître une activité honorable des manufactures lyonnaises ». Les transformations institutionnelles et même le début de l’inflation ne semblent pas avoir eu des conséquences déterminantes sur l’activité de la ville et sur ses courants commerciaux. Dans l’hypothèse d’une influence des crises, cette courbe est donc aberrante. Par la suite, les lendemains du Siège connaissent encore des niveaux élevés (surtout en l’an III et en l’an IV), mais il semble difficile d’y voir le seul impact d’une crise économique. D’autres facteurs interviennent pour ébranler les ménages et l’argument économique que se plaisaient à alléguer les maris en fuite ou bien ne concernait que des cas d’espèces ou bien ne constituait qu’un facteur, décisif sans doute, mais non exclusif des raisons de leur départ du foyer.

II – LA CONJONCTURE POLITIQUE

13Les tensions d’origine politique contribuent aussi, parfois, à séparer les époux l’un de l’autre. Ce sont elles qui sont à l’origine, par exemple, de la désunion de Marie Lombard et de Noël Desanges, mariés depuis près de trente ans lorsque éclate la Révolution. Leur mariage a pourtant été longtemps une union sans histoires. « De leur mariage sont issus quatre enfants, trois filles dont deux sont mariées et un garçon au service de la République ». Mais « la Révolution arrivée a fait naître entre eux une petite désunion relativement aux opinions politiques laquelle est allée toujours croissante jusques à la malheureuse affaire de Lyon, affaire qui a mis son mari dans le cas de s’absenter dès l’entrée des troupes de la République dans cette commune ». C’est un conflit dramatique puisqu’il oppose au sein de la famille non seulement mari et femme, mais aussi père et fils. Noël Desanges était marchand-fabricant grande rue Mercière ; sa femme obtient le divorce le 8 messidor an II, non pour émigration, mais pour une séparation de fait de plus de six mois.

14Les divergences d'opinions politiques ne sont parfois qu’un prétexte aux violences d'un mari brutal. D’après les dépositions des témoins au tribunal de famille. Joseph Bouchard a toujours maltraité sa femme, Françoise Damour, limonadière place Confort. Depuis le début de leur mariage, elle a dû endurer injures et sévices. Son mari, dépose un témoin, « donnait pour prétexte à ses violences et à ses emportements, les principes de modérantisme de cette dernière qui contrastaient avec ceux de terrorisme dont il faisait notoirement profession ». Excédée, celle-ci divorce le 28 vendémiaire an IV.

15Il est certain que le conflit politique exacerbe les tendances a la violence. Maurice Verdun, ouvrier en soie, qui avait déjà menacé sa femme « de la faire périr avec son enfant » ne parvient plus à se contrôler et le tribunal constate que « depuis environ deux années qu'il s’était jeté dans le parti des terroristes, il n’avait pas cessé d’être dans un état d’ivresse et de la menacer, injurier et frapper ».

16La situation créée par le Siège oblige certains époux à une séparation provisoire qui contribue à l’éclatement ultérieur du mariage. Pour des raisons de sécurité, les femmes quittent la ville et quelques mois après, les époux s’aperçoivent qu’il est devenu impossible de reprendre la vie conjugale, l'un d'entre eux ayant découvert qu’il pouvait vivre sans l’autre. En rompant des liens déjà distendus, le Siège a ainsi servi de révélateur aux médiocres situations conjugales. Les époux David-Flichet illustrent cette évolution conjugale. Un des témoins convoqués à leur assemblée de famille, en l’an IV, dépose que, « depuis le Siège de Lyon, il est à sa parfaite connaissance que la citoyenne Jeanne Flichet s’est retirée à Saint Just chez sa mère, qui depuis nourrit la dite Flichet et son enfant attendu que le citoyen David l’a abandonnée depuis et l’a laissée, elle et son enfant, dépourvue de tout ». Deux autres témoins fixent, eux, le départ de l’épouse chez sa mère avant le Siège et estiment qu’il avait pour cause l'inconduite de son mari, affaneur, place de la Douane. Ces divergences d'appréciation chronologique n'en laissent pas moins apparaître le rôle déterminant du Siège dans la création d'une situation irréversible. Dans la vie d’Elisabeth Juillet, il a été également décisif, bien que d’une façon qui reste obscure, les dépositions des témoins n’étant guère explicites, mais toutes s’accordant pour constater que son mari, Théodore Mussilly, tonnelier, l’a abandonnée « quelques jours après le Siège ».

17Les engagements militaires des époux sont un autre facteur de séparation dangereux pour la survie du foyer. Notons tout de suite, que comme les dissensions d’origine politique, ils n’apparaissent pas en grand nombre dans les archives judiciaires. Le premier exemple est celui de Jacques Rambaud, ouvrier en soie qui, d’après un témoin, « s’est enrôlé dans le bataillon des grenadiers faisant partie de la réquisition de soldats demandé par le général Montesquiou au département de Rhône-et-Loire au mois de septembre 1792 (vieux style), que depuis ce temps, le dit Rambaud n’a donné aucune de ses nouvelles à la citoyenne Patel », sa femme, qui a dû venir s’installer, seule, marchande de gazes a la Grand Côte. Elle a attendu, en vain, son retour et n’a demandé le divorce qu’en l'an IV. Vautres épouses sont moins patientes. Écoutons l’histoire du mariage des époux Pellerin-Ballet raconté par un témoin en l’an IV. Il dépose « qu’il connait depuis environ cinq années la citoyenne Ballet, qu’il y a environ deux ans et demi que le citoyen Pellerin l’a épousée et qu’à cette époque il devint défenseur de la parie et fut aux frontières, que la citoyenne Ballet ne resta pas longtemps seule, qu’il y a environ dix-sept mois qu’elle abandonna le domicile de son mari, se retira dans celui du citoyen Morin, situé à Lyon, Grande Rue Mercière n 49, qu’elle a vécu avec lui dans un commerce scandaleux au point qu’il y a environ treize mois qu’elle accoucha des œuvres du citoyen Morin, marchand tapissier ». D’autres témoins l’accusent encore de prostitution « pour de l'argent » et d’avoir contracté une maladie vénérienne pendant l’absence de son mari. Étienne Bouillard, lui, comme Pellerin, s’est engagé, mais pour des motifs moins patriotiques. Il est parti à l’armée, après le Siège, et « y travailla de son état (boulanger) pendant environ trois ans ». A son retour, précise un de leurs proches, « il voulait faire partager à sa femme les profits qu’il y avait fait ». Mais elle s’est envolée et, de passage à la foire de Montmerle, il apprend incidemment qu’elle est en couches à Belleville.

18L’arrivée à Lyon des troupes de volontaires parisiens aurait pu considérablement ébranler la paix des ménages. Cette présence massive d’hommes jeunes encore et déracinés, dans un contexte exalté d’enthousiasme révolutionnaire, aurait pu semer la perturbation dans les foyers. Celle-ci, en tout cas, n’apparaît pas dans notre documentation. Nous n’avons trouvé qu’une « trace » du passage de l’armée d’Italie dans la ville. C’est Pierre François Thimoléon, négociant, rue de la Monnaie, qui en fut la victime. Sa femme, Pierrette Huchart, « l’a abandonné depuis plus de deux ans en suivant un employé dans l’armée d’Italie ». Mais ce cas est unique.

19On sait, par ailleurs, que les divorces concernant les militaires sont rares : dix-sept exemples dont la plupart se situe au lendemain de la paix d’Amiens. On ne peut donc directement imputer à la guerre et à la séparation qu’elle impose aux foyers une profonde influence sur le mouvement des divorces à Lyon pendant la période révolutionnaire et impériale.

  • 3 Michel Vovelle, Religion et Révolution. La déchristianisation de l’an II, Paris, Hachette, 1976, 15 (...)

20Conclure que les événements extérieurs, les difficultés économiques, les tensions politiques, les engagements militaires n’ont que peu de prise sur la cohésion – apparente – des ménages serait tentant mais vite démenti par l’observation attentive des causes de divorce au lendemain du Siège. L’autorisation de divorcer pour une séparation de fait de six mois au moins, reconnue par la loi, du 9 floréal an II au 15 thermidor an III, a donné lieu à un ensemble de ruptures conjoncturelles, très nettement distinctes des autres procédures de séparation qui, pourtant, étaient toujours légalement reçues. On constate que cette cause de divorce jouit, pendant quelques mois, d’un succès très grand et qu’au cours de fructidor de l’an II, qui enregistre le maximum de divorces de ce type, 24 ménages y ont fait appel sur les 29 qui ont divorcé au cours de ce mois là ! C’est donc bien le signe d’un ensemble de crises conjugales survenues sept à huit mois auparavant, c’est-à-dire au moment où Lyon sortait du cauchemar du Siège et où les premières fermetures d’églises étaient ordonnées par la municipalité. C’est aussi en frimaire et en nivôse de l’an II que parvint à la Convention le flux maximum d’adresses déchristianisatrices en provenance du Sud-Est3. C’est un moment de trouble intense dont les répercussions sont vives sur les foyers. Mais, enfin, que représente cet ensemble de 89 ménages sur les 1.133 qui ont divorcé à Lyon ? 7,8 %, un pourcentage peu important.

21Deux conclusions se dégagent donc : l’influence de la conjoncture révolutionnaire a dû être intense sur les ménages mais il est exceptionnel qu’elle se soit traduite par un divorce. Il est certain que les difficultés matrimoniales ont été multipliées alors, mais, pour reprendre le schéma de Chester, elles ont été, soit totalement résolues avec le retour au calme et à l’ordre, soit conclues par une séparation de fait qu’aucun des deux conjoints n’a jamais eu l’intention de transformer en divorce. Très peu d’entre elles ont donné lieu à une action en justice en vue de la dissolution du lien conjugal. L’impact direct du fait révolutionnaire est donc négligeable.

  • 4 Jean Cuisenier, op. cit., p. 2.

22D’où notre seconde conclusion : les ménages, dans l’ensemble, évoluent selon une logique qui leur est propre. Sans reprendre à notre compte les théories des psychologues américains d’aujourd’hui qui considèrent la famille comme un système social en soi, affecté par des cycles nettement déterminés (8 phases selon Duvall, 24 selon Rodgers4, parce qu’elles gomment trop l’influence des facteurs politiques, nous pensons que les divorces à l’époque révolutionnaire et impériale sont plus la conclusion d’un cheminement propre au ménage que la conséquence des assauts extérieurs. Nous ne disons pas que la Révolution n’a pas influencé les comportements face au mariage (et au divorce). Il serait d’autant plus absurde de le prétendre que ce livre serait sans objet. Nous constatons seulement que son influence, indirecte, s’effectue au travers d’une mutation idéologique qui fait triompher les Lumières et non par l’intermédiaire de faits conjoncturels précis.

Notes

1 P. Cayez, L’industrialisation..., op. cit., note 8, p. 296, tome III, graphiques 1, 5,7, 8,9, 11, 12, 13 et 14.

2 Journaliers : 2 (2,2 %) ; Artisans en Soie s 21 (23,6 %) ; Artisans : 43 (48,3 %) ; Employés, Professions libérales : 5 (5,6 %) ; Marchands et négociants : 9 (10,1 %) ; Bourgeois : 2 (2,2 %) ; Nobles : 1 (1,1 %) ; Inconnus : 6 (6,7 %) ; Total : 89.

3 Michel Vovelle, Religion et Révolution. La déchristianisation de l’an II, Paris, Hachette, 1976, 152, graphique no 10.

4 Jean Cuisenier, op. cit., p. 2.

Table des illustrations

Titre Graphique 18. ANNÉES DE DÉPART DES ÉPOUX AYANT ABANDONNÉ LEUR FOYER (1793)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 19. ANNÉES DE DÉPART DES ÉPOUX AYANT ABANDONNÉ LEUR EOYER (Directoire – Consulat)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search