Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Deuxième partie. Psychologie du divorce

Chapitre VII. La durée de la vie conjugale

Texte intégral

  • 1 Louis Roussel et collaborateurs, Le Divorce et les Français ; II, l’expérience des divorcés, Cahie (...)
  • 2 Jacques Commaille et Anne Boigeol, « Le processus de divorce », Jean Cuisenier, Le cycle de la vie (...)
  • 3 Les exceptions du premier trimestre 1793 ne sont pas assez nombreuses pour que l’on s’y arrête.

1Dégradation des rapports conjugaux au fur et à mesure que se déroule le cycle de la vie familiale ? On sait que, pour les divorcés français d’aujourd’hui, il n’y a aucun doute : leur séparation n’est pas le fait d’une crise brutale mais la conséquence d’une longue dégradation de leur union. « Même si le divorce a été décidé dans une situation de crise », écrit Louis Roussel, « les causes profondes de la tension doivent être recherchées dans la détérioration de l'union et la grande majorité des justiciables en a conscience »1. Cette évolution s’observe-t-elle aussi pour les couples des années révolutionnaires et impériales ? Pour éviter l’anachronisme et tenir compte des modalités bien différentes de choix du conjoint, ne faut-il pas aussi émettre l’hypothèse qu’alors, plus encore que dans la seconde moitié du XXe siècle, « les comportements d’un couple ultérieurement dissous par le divorce sont déterminés par des facteurs préexistant à sa constitution ou déjà présents au moment de sa constitution »2 ? Pour amorcer une réponse à ces questions, il faut d’abord savoir à quel moment de la vie du ménage intervient la rupture. Rappelons tout de suite que nous ne pouvons retenir que la date de la dissolution légale du mariage pour en calculer la durée, nos documents ne permettant pas de connaître la date de dépôt de la demande en divorce3.

I – UNE TENDANCE CROISSANTE AU DIVORCE PRÉCOCE

  • 4 Cf. op. cit. note 2, tableau p. 439. Le pourcentage cumulé des ménages dont la durée est inférieur (...)

2Le tableau 24 indique que, sous l’Empire comme au cours des années révolutionnaires, la plus grande fréquence des divorces se situe parmi les ménages qui comptent entre 5 et 10 ans de mariage. Il s’agit donc de ménages encore jeunes qui ont pris relativement tôt conscience de l’échec de leur vie conjugale. La décision de faire dissoudre leur mariage paraît d’autant plus rapide qu’ils évoluent dans une société qui vient de découvrir le divorce. Néanmoins, la moitié des ménages divorcés de 1793 à 1816 s’est dissoute avant d’avoir fêté son dixième anniversaire de mariage (51,9 % sous la Révolution, 48.2 % sous l’Empire). Ces pourcentages sont, à peu de chose près, ceux que l’on enregistre en France en 19714 : bien que la fréquence des divorces soit plus faible à l’époque que nous étudions qu'actuellement, le processus de déclenchement se révèle chronologiquement identique. Les ménages désunis se résolvent d’autant plus rapidement à en venir au divorce qu’ils se sont mariés sous le nouveau régime matrimonial révolutionnaire : c’est ce qui explique que la fréquence du groupe des 5-10 ans de l’Empire dépasse de 10 points celle que l’on enregistre sous la Révolution. D’autant que la lourdeur de la procédure et les délais imposés par le Code Civil font que, désormais, aucun ménage ne se trouve divorcé avant un an de mariage et que la classe des 1-5 ans s’affaiblit considérablement (de la moitié).

TABLEAU 24. RÉPARTITION DES MÉNAGES DIVORCÉS SELON LA DURÉE DU MARIAGE

TABLEAU 24. RÉPARTITION DES MÉNAGES DIVORCÉS SELON LA DURÉE DU MARIAGE

3Les vieux ménages ne divorcent pas ou très peu : seulement 12,9 % des divorcés ont plus de 20 ans de mariage sous la Révolution, 12 % sous l’Empire. La réticence chez eux est plus forte encore que de nos jours (16,9 %) ; au nombre des années passées ensemble qui forme obstacle à leur séparation, s’ajoute leur appartenance à l’ancienne génération, celle qui s’est mariée avant la Révolution, à l’époque où personne à Lyon ne parlait de divorce.

4La durée moyenne du mariage permet de confirmer cette tendance au divorce rapide. Sous l’Empire, elle est de 11 ans 7 mois, c’est-à-dire comparable à la durée enregistrée en 1971 (11 ans 8 mois) et sous la Révolution, elle était encore plus courte puisqu’elle n’atteignait que 10 ans 11 mois.

5Tout ceci ne donne qu’une image d’ensemble du phénomène. Il est nécessaire de la compléter par une approche plus nuancée qui rende compte des différents rythmes chronologiques de la propension au divorce.

TABLEAU 25. RÉPARTITION DES MÉNAGES DIVORCÉS SELON LA DURÉE DU MARIAGE

TABLEAU 25. RÉPARTITION DES MÉNAGES DIVORCÉS SELON LA DURÉE DU MARIAGE

6Au cours des premières années de l’introduction du divorce, ce sont les vieux ménages de 15 à 20 ans qui forment la cohorte la plus nombreuse (21,8 % de l’ensemble des actes prononcés sous la Convention). Ils témoignent de l’ancienneté des problèmes conjugaux qui se règlent ainsi, et de la libération qu’a apportée la nouvelle législation. Au cours de ces trois années, ce sont à peine40 % des ménages divorcés qui ont moins de 10 ans de mariage. On compte d’ailleurs plus de vieux ménages, au-delà de 15 ans, que de jeunes ménages de moins de 10 ans. La Convention est une période de régularisation dont bénéficient les victimes de l’ancien régime matrimonial.

7Sous le Directoire, la tendance change. On trouve, comme mode dominant, la classe des 5-10 ans (27,4 %), qui devient encore plus nombreuse sous le Consulat (34,5 %). On divorce de plus en plus vite : 60 % des divorcés de la période ont moins de 10 ans de mariage. Les ménages de plus de 20 ans passent, en pourcentage, de 18,2 sous la Convention à 10,3 sous le Directoire et 8,7 sous le Consulat.

8Les durées moyennes révèlent le même mouvement. Elles décroissent régulièrement de 1793 à l’An VI pour se stabiliser ensuite aux alentours de 9 ans et demi.

TABLEAU 26. DURÉE MOYENNE DES MÉNAGES

TABLEAU 26. DURÉE MOYENNE DES MÉNAGES

9Passée l’année 1793 qui joue un rôle compensateur, on s’achemine donc vers un divorce rapide, vers des crises conjugales de plus en plus précoces, ou qui, du moins, peuvent s’exprimer légalement sans attendre. On peut d’ailleurs nuancer les résultats relevés en 1793 par une analyse plus précise des divorces pour abandon. On se souvient que cette année-là a enregistré 27 % de tous les divorces de la période prononcés pour abandon. La durée de l’abandon étant généralement connue, on peut dresser un tableau de la durée moyenne des ménages qui, à la fin du XVIIIe siècle, se sont défaits « spontanément », avant de pouvoir recourir en divorce.

TABLEAU 27. DURÉE MOYENNE DE VIE CONJUGALE AVANT L’ABANDON (divorces de 1793)

TABLEAU 27. DURÉE MOYENNE DE VIE CONJUGALE AVANT L’ABANDON (divorces de 1793)

10On constate que la durée moyenne du mariage avant l’abandon est proche de celle qui précède le divorce sous le Directoire et sous le Consulat. La crise des 9 ans et demi est une constante et il est certain que la plus longue durée enregistrée sous l’Empire n’est imputable qu’à la législation.

11Cette moyenne varie selon les groupes sociaux et le sexe des demandeurs en divorce. Pour ne retenir que l’exemple des divorcés pour abandon en 1793, notons que le record appartient, pour les hommes, aux ouvriers en soie et, pour les femmes, aux employés et membres des professions libérales. Chez les marchands et chez les ouvriers en soie qui divorcent peu, on n’abandonne pas rapidement Son foyer : les hommes ont un plus grand sens de leur responsabilité de chef de famille. Par contre les petits employés, les membres des professions libérales sont beaucoup moins scrupuleux et ils rompent sans hésitation avec une épouse qui ne leur convient pas. Les femmes d’ouvriers en soie sont aussi très rapidement déterminées. Pourtant elles appartiennent à un milieu où la cohésion familiale est plus réelle qu’ailleurs. Pourquoi se lassent-elles de leur foyer avant les hommes ou avant les femmes des autres artisans qui, elles, ont partagé près de douze ans la maison de leur mari avant de s’enfuir ? Leur réaction prématurée s’explique par l’intransigeance de leur milieu. C’est une réponse à un ordre familial qui n’admet pas d’autres solutions aux problèmes conjugaux que la fuite.

II – FONCTION DU DEGRÉ DE TENSION...

12Le type de divorce envisagé par les conjoints en rupture révèle des crises de type différent. Les tableaux ci-contre le montrent clairement.

13Les époux qui parviennent à conserver un minimum de dialogue entre eux, qui ont le plus le sens de leur dignité, qui se séparent avec le moins de bruit possible, c’est-à-dire ceux qui divorcent par consentement mutuel, prennent très vite leur décision : 11 % d’entre eux divorcent dans l’année qui suit leur mariage, 66 % à moins de 10 ans (14 points de plus que dans l’ensemble), 85 % à moins de 15 ans. Tout laisse à penser que ces divorces sont, plus que les autres, la conséquence d’une alliance fondamentalement invivable. On a vu qu’ils étaient plus massivement demandés par les ouvriers en soie que par les autres groupes socio-professionnels : la Révolution a entraîné dans les milieux de la Fabrique une confusion qui semble se répercuter plus au niveau de la formation de la cellule conjugale que de sa dissolution que le milieu dans son ensemble répugne à voir prononcer. La durée moyenne de ces ménages sous le Directoire et le Consulat (7 ans 8 mois, 7 ans 9 mois) est particulièrement brève. Les unions sont vite remises en question. Il reste à s’interroger pour savoir s’il s’agit d’un schéma ancien qui est remis en cause sous l’effet de nouvelles idées ou si une modification brutale des critères de choix du conjoint condamne à l’échec une union marginalisée.

14Le divorce pour incompatibilité d’humeur qui apparaît, aux yeux des législateurs de l’Empire, comme l’expression d’un caprice, révèle également que ce sont de jeunes ménages qui le réclament et l’obtiennent. La proportion des mariés de l’année est évidemment faible parmi eux puisque les délais d’obtention avaient été fixés à six mois, puis à un an dès l’an V, mais le rattrapage est intense au cours de la période 1 an - 5 ans qui regroupe près du tiers de ces divorces et, au terme de 10 ans, ont été prononcés près des deux tiers de ces dissolutions, comme dans les cas de consentement mutuel. Là encore, plus qu’à une dégradation lente on assisterait à la remise en cause d’une union inacceptable dès l’origine, au moins pour l’un des conjoints, ou reposant sur un enthousiasme passager et sans lendemain. Ce type de divorce jouit d’une grande vogue à partir du Directoire et tout particulièrement de l’an V : il concerne tout particulièrement des ménages formés sous la Révolution, en grande majorité après le vote de la loi de 1792. La durée moyenne de vie conjugale de ces ménages, constamment supérieure de quelques mois (7 mois sous la Convention, 11 mois sous le Consulat) à celle des ménages séparés à la suite d’une décision simultanée des deux époux, trahirait peut-être une hésitation de l’époux qui doit, seul, se résoudre au divorce et qui se heurte parfois aux obstacles élevés par son conjoint.

TABLEAU 28. RÉPARTITION DE LA DURÉE DES MÉNAGES SELON LE MODE DE DIVORCE

TABLEAU 28. RÉPARTITION DE LA DURÉE DES MÉNAGES SELON LE MODE DE DIVORCE

TABLEAU 29. DURÉE MOYENNE DES MÉNAGES SELON LE MODE DE DIVORCE

TABLEAU 29. DURÉE MOYENNE DES MÉNAGES SELON LE MODE DE DIVORCE

15Les divorces prononcés pour l’un des sept motifs reconnus par la législation concernent, eux, des ménages déjà anciens (61 % d’entre eux ont plus de 10 ans, 40 % plus de 15 ans). Cette durée très longue du mariage (supérieure, en moyenne, de 3 ans et demi à près de 5 ans, à celle que l’on enregistre pour les autres types de divorce) est imputable à la part très importante (72 %) que représentent parmi eux les divorces prononcés pour abandon, et à leur proportion massive au cours des premières années (1793-an III). La durée de l’abandon vient ainsi s’ajouter à la durée réelle de la vie conjugale et accentuer les moyennes vers le haut. Ce groupe, comme les deux autres, révèle une tendance à un divorce de plus en plus précoce bien que, dans ce cas, la réduction de la durée moyenne du mariage soit moins importante (de 13 ans 10 mois sous la Convention à 12 ans sous le Consulat) que pour les autres types de divorce. En observant exclusivement les dissolutions consécutives à un abandon prononcées sous le Directoire et le Consulat, on remarque que, depuis 1793, (cf. tableau 30) la durée moyenne de vie conjugale a considérablement diminué. Les foyers atteignent une situation de crise au cours de la sixième année, alors qu’en 1793 les rapports des époux ne se dégradaient pas de manière irréversible avant la dixième année : l’existence du divorce modifie le comportement des époux.

  • 5 On n’a pas inclus dans ce tableau les séparations ou abandons dont les durées n’étaient pas précis (...)

TABLEAU 30. DURÉE MOYENNE DES MARIAGES AVANT ABANDON5 (Directoire - Consulat)

TABLEAU 30. DURÉE MOYENNE DES MARIAGES AVANT ABANDON5 (Directoire - Consulat)
  • 6 Nous excluons le cas tout à fait exceptionnel, porté dans le groupe « inconnu », concernant Marie- (...)

16On constate aussi une certaine homogénéisation de comportement d’un groupe social à l’autre (durée minimum significative6 : 4 ans 6 mois (journaliers), durée maximum : 6 ans 11 mois (employés, membres des professions libérales), soit un écart de 2 ans et demi, alors qu’en 1793 il s’élevait à 8 ans 8 mois. La Révolution, exaltant l’individualisme et encourageant la reconnaissance des droits de la femme, rend certainement plus difficile la coexistence conjugale traditionnelle ; elle accentue les tensions entre les époux et favorise l’éclosion des conflits.

III – … ET DU MILIEU SOCIO-PROFESSIONNEL

17Tous les groupes socio-professionnels ne présentent pas la même tendance au divorce rapide. Les ouvriers en soie qui nous sont apparus comme fondateurs, au cours des années pré-révolutionnaires, de foyers solides et peu sujets au divorce, vivent plus que d’autres de longues années à deux avant de se séparer. La rupture n’en est que plus brutale. Par exemple, en 1793, « l’année-accident » pour eux, ils divorcent en moyenne après 15 ans et demi de mariage (la moyenne générale est alors de 14 ans et 3 mois). Ce sont ceux qui sont mariés depuis le plus longtemps (16 ans) qui parviennent le plus aisément à un accord préalable pour obtenir un divorce par consentement mutuel. 16 ans, c’est énorme ; la moyenne de Tannée pour ce type de divorce était de 14 ans et 9 mois. Ceux qui divorcent pour incompatibilité d’humeur ont 13 ans et 7, mois de mariage, soit 3 ans et 4 mois de plus que les autres divorcés de cette catégorie et ceux qui s’appuient sur une raison précise atteignent également 15 ans et 3 mois alors que la moyenne est de 14 ans et 5 mois. La mésentente chez eux est rare au cours des premières années du mariage. On a déjà vu qu’il était rare qu’un homme délaissât son foyer avant 11 ans de mariage. L’accident que représente 1793 dans leur monde est donc, malgré tout, tempéré par le fait que ne se dénouent que des situations particulièrement accusées par le temps. Ce comportement des ouvriers en soie est constant. En Tan X qui marque un maximum secondaire dans la courbe des divorces, au moment où se discute le Code Civil et où la reprise du mouvement des divorces trahit une grande instabilité conjugale, ils continuent à divorcer beaucoup plus tard que les autres ménages (11 ans et 5 mois contre 9 ans et 2 mois qui est une des moyennes les plus basses). Plus d’un ménage sur deux (55,5 %) a dépassé le cap des 10 années de vie commune (contre 40,6 % en moyenne). Il ne fait aucun doute que pour ces milieux peu favorables au divorce, la rupture d’un ménage est plus dramatique que pour les autres groupes sociaux ; elle l’est d’autant plus qu’elle se situe plus avant dans le cycle de la vie conjugale. Pour eux, plus que pour les autres ménages, la demande en divorce ne peut survenir qu’après une lente dégradation. Comme les autres ménages toutefois, ils atteignent de plus en plus tôt ce point de non-retour, et prennent de plus en plus tôt la décision de divorcer.

18L’exemple des ouvriers en soie ne doit pas entraîner à conclure que le divorce tardif est révélateur du comportement des milieux où les foyers sont, dans l’ensemble, solides et réfractaires au divorce. Les cabaretiers, par exemple, qui divorcent beaucoup, le font en moyenne au cours de cette période après 11 ans et 11 mois de mariage (1 an plus tard que les autres). Même lorsqu’ils se séparent pour incompatibilité d’humeur, ils le font près d’un an après les autres (9 ans et 9 mois contre 8 ans et 11 mois). Les perruquiers qui, dès avant la Révolution, vivaient de manière laxiste les liens du mariage, qui abandonnaient fréquemment leurs femmes et qui, en 1793, demandèrent « massivement » le divorce, ces perruquiers n’en rompent pas moins jamais avant 10 ans et 11 mois de mariage. Même quand ils invoquent l’incompatibilité d’humeur, ils ont déjà 12 ans et 10 mois de ménage (moyenne générale : 8 ans et 11 mois) en moyenne, et tous, sauf un, ont largement dépassé le cap des 10 ans. Ces groupes, perruquiers et cabaretiers, très fragiles, ne sont donc pas particulièrement versatiles. Leur ménage évolue comme celui des autres ménages de divorcés. Les problèmes, les tensions, les crises s’accumulent peu à peu, au fil des ans. Ne représentant que des groupes peu nombreux (32 perruquiers, 28 cabaretiers), il est difficile de discerner à travers un faible nombre de cas annuels s’ils suivent la tendance générale à un divorce plus précoce.

19L’évolution annonçait toutefois une homogénéité des comportements.

***

20Séparation de fait enregistrée par le divorce ou entraînée par lui, la rupture intervient toujours à l’approche du dixième anniversaire de mariage, avec cependant une tendance à la précocité qui révèle que l’existence du divorce est un puissant encouragement à la liberté, même dans les milieux qui acceptent mal l’idée d’une rupture définitive de l’union conjugale. La résignation est en voie de disparition.

21L’étude de la durée de la vie conjugale révèle également que les cas les plus dramatiques sont ceux qui se terminent par un « divorce–accusation » prononcé pour un motif précis. Dans ces cas-là, la décision est lente à mûrir, comme si la base du ménage étant plus harmonieuse et la dégradation moins rapide, il ait été plus difficile de le voir dissoudre définitivement. Les éléments extérieurs seraient ainsi plus déterminants pour expliquer l’échec de ces unions que dans les autres types de divorce qui, par la rapidité avec laquelle ils surviennent, révèlent plus une union intrinsèquement mal assortie, une mésalliance au sens le plus large du terme, qu’un échec subi par la « force des choses ». C’est le poids de ces éléments extérieurs à la vie du ménage qu’il faut maintenant estimer « 

Notes

1 Louis Roussel et collaborateurs, Le Divorce et les Français ; II, l’expérience des divorcés, Cahier de l’I.N.E.D., no 72, p. 39.

2 Jacques Commaille et Anne Boigeol, « Le processus de divorce », Jean Cuisenier, Le cycle de la vie familiale dans les sociétés européennes, p. 432.

3 Les exceptions du premier trimestre 1793 ne sont pas assez nombreuses pour que l’on s’y arrête.

4 Cf. op. cit. note 2, tableau p. 439. Le pourcentage cumulé des ménages dont la durée est inférieure à 10 ans est de 5 3,8.

5 On n’a pas inclus dans ce tableau les séparations ou abandons dont les durées n’étaient pas précisées dans les actes, et les actes qui ne portaient pas de date de mariage. Il ne reste donc que 72 cas des 171, soit 47,6 %.

6 Nous excluons le cas tout à fait exceptionnel, porté dans le groupe « inconnu », concernant Marie-Françoise Alexandrine Guillet Moldière qui divorce à la Croix-Rousse le 9 germinal an X. Mariée 8 ans auparavant, le 18 messidor an II, elle avait vu partir son mari Christophe Gottofrey à « la fin » de ce même mois de messidor.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 24. RÉPARTITION DES MÉNAGES DIVORCÉS SELON LA DURÉE DU MARIAGE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre TABLEAU 25. RÉPARTITION DES MÉNAGES DIVORCÉS SELON LA DURÉE DU MARIAGE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre TABLEAU 26. DURÉE MOYENNE DES MÉNAGES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13790/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre TABLEAU 27. DURÉE MOYENNE DE VIE CONJUGALE AVANT L’ABANDON (divorces de 1793)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13790/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre TABLEAU 28. RÉPARTITION DE LA DURÉE DES MÉNAGES SELON LE MODE DE DIVORCE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13790/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre TABLEAU 29. DURÉE MOYENNE DES MÉNAGES SELON LE MODE DE DIVORCE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13790/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre TABLEAU 30. DURÉE MOYENNE DES MARIAGES AVANT ABANDON5 (Directoire - Consulat)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13790/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search