Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Deuxième partie. Psychologie du divorce

Chapitre IV. Les groupes résistants

Texte intégral

1Les différents milieux socio-professionnels étudiés dans ce chapitre ne présentent pas tous les mêmes caractéristiques de résistance au divorce. Les ouvriers en soie occupent une place intermédiaire entre les groupes fortement affectés et ceux qui restent à l’écart du phénomène. C’est par eux que nous commençons cette étude.

I – LES OUVRIERS EN SOIE

2Deuxième groupe socio-professionnel à fournir un fort contingent de divorcés (251 cas), les ouvriers en soie représentent à peine un quart des Lyonnais qui, au cours de la période révolutionnaire, ont obtenu la dissolution de leur mariage. C’est dire qu’ils s’y trouvent dans une proportion légèrement moindre que celle qu’ils occupent dans la société lyonnaise et qui s’élève, ainsi que nous l’avons vu, à 27 %. Sous l’Empire, leur participation au mouvement des divorces s’effondre même à 15 %, les obstacles devenant trop difficiles à franchir pour ceux qui n’en éprouvent pas une nécessité particulièrement bien fondée. En apparence, la soierie offre donc l’image de foyers solides qui résistent bien aux tensions internes et aux difficultés extérieures dues à la Révolution.

  • 1 Notons l’évolution du vocabulaire. En 1793, pour désigner les travailleurs de la soierie, les offi (...)

3En fait, l’histoire du divorce des ouvriers en soie de 1792 à 1816 se résume au lent abandon d’une pratique qui avait pourtant été massive parmi eux au cours de l’année 1793 et que traduit bien le graphique 9 p. 147. Cette année-là, en effet, cinquante-six ménages d’ouvriers en soie1 s’étaient présentés devant l’officier d’état civil pour obtenir leur séparation. Ils étaient alors plus nombreux que les autres artisans, et représentaient le tiers de l’effectif des divorcés. Mais la flambée est brève et leur participation annuelle s’amenuise très vite. L’an III, qui pour beaucoup d’autres artisans (tailleurs, cordonniers, chapeliers), avait enregistré une recrudescence du phénomène, marque pour eux un effondrement important, donc une solide reprise de l’ordre conjugal. Ils sont deux fois moins nombreux cette année-là qu’en 1793 à avoir demandé le divorce et ne représentent plus que 21,3 % de la cohorte des ménages désunis. Sous le Directoire et le Consulat, ils s’écartent encore de cette pratique, et l’on n’observe pas qu’ils y soient revenus au cours de l’an X comme l’ont fait les autres artisans, ou plus généralement l’ensemble des Lyonnais. Leur nombre s’accroît très légèrement de l’an VII à l’an X, mais à partir de l’an VI, ils sont toujours en proportion nettement moindre parmi les divorcés que parmi les Lyonnais. Le relèvement brutal de l’an XII est tout à fait exceptionnel, il s’explique statistiquement, par le faible niveau atteint cette année-là par le nombre total des dissolutions de mariage ; la place qu’ils occupent sous l’Empire indique bien une continuité avec l’an XI.

  • 2 Sur 1.098 mariages des années 1786-1789, 25 divorces.
  • 3 Cf. notes 14 et 15 pp. 135 et 136.

4Leurs comportements sont particulièrement déterminés par la génération à laquelle ils appartiennent. Ce sont les anciennes générations, celles des ménages fondés avant la loi du divorce, qui sont les plus vulnérables. Deux signes l’indiquent clairement : l’explosion de 93, qui concerne donc les ménages des années pré-républicaines, et la fréquence des divorces dans la cohorte des mariages des années 1786-1789. Cette fréquence est en effet particulièrement élevée (2 %)2 ; elle met les ouvriers en soie en tête de toutes les autres catégories socio-professionnelles3. La fragilité des ménages d’ouvriers en soie de la fin de l’Ancien Régime est donc une réalité indiscutable. Elle est même plus intense que celle d’autres groupes pourtant globalement plus bouleversés par le divorce (les cabaretiers par exemple dont l’intensité ne se mesure qu’avec 1,5 %).

  • 4 Son activité a décliné de 67 % de 1789 à l’an IX, celle de la soierie de 35 % seulement (F. Cayez,(...)

5Pourquoi, alors, leur disparition relative du mouvement des divorces dès la fin de la Convention ? Notons d’abord, que ce groupe, professionnellement diversifié (Graphique 10 p. 147), subit particulièrement les contrecoups de la crise économique qui bouleverse Lyon et désorganise brutalement le premier secteur d’activité de la ville. La plus faible représentation des ouvriers en soie parmi les divorcés traduit, sans aucun doute, leur diminution relative au sein des agents de production. La Fabrique peine à se relever du choc du Siège. Par ailleurs, la demande du marché change avec l’égalité révolutionnaire : les débouchés pour les produits de luxe sont moins variés et une reconversion doit s’opérer. Toutefois, cette explication économique reste insuffisante. En premier lieu, parce que les ouvriers en soie, même s’ils sont chômeurs, n’ont pas tous disparu de la cité, bien que certains d’entre eux aient rejoint les campagnes dont ils étaient originaires et que d’autres se dissimulent sous une autre activité professionnelle. En second lieu, et surtout, parce qu’ils ne sont pas les seuls dont le secteur d’activité ait été touché par la crise. La chapellerie, par exemple, a été deux fois plus atteinte4, et pourtant, les chapeliers, bien que peu affectés par le divorce, ne disparaissent pas aussi massivement de nos courbes, pas plus que les autres artisans, les marchands ou les négociants. Tous, au moment de la reprise démographique et économique des ans IX et X, réapparaissent dans les rangs des divorcés avec des pourcentages comparables à ceux de 93. Les ouvriers en soie, non.

Graphique 9. LES OUVRIERS EN SOIT PARMI LES DIVORCES LYONNAIS

Graphique 9. LES OUVRIERS EN SOIT PARMI LES DIVORCES LYONNAIS

Graphique 10. RÉPARTITION DES OUVRIERS EN SOIE DIVORCÉS PAR GRAND SECTEUR D’ACTIVITÉ

Graphique 10. RÉPARTITION DES OUVRIERS EN SOIE DIVORCÉS PAR GRAND SECTEUR D’ACTIVITÉ
  • 5 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 296.

6Tout se passe donc comme si 93 était « l’accident » qui, survenant dans un milieu traditionnel, n’avait d’autre effet, pour les générations suivantes, que de servir d’exemple à ne pas suivre. L’explication est d’ordre socio-économique. Plus que pour un autre travailleur, la vie économique de l’ouvrier en soie est conditionnée par sa vie familiale. « Le mariage est une association entre deux ouvriers de même travail »5. Les époux vivent ainsi en vase clos, dans l’appartement-atelier, attachés bien souvent au même métier dont le travail régulier est gage de leur survie économique. Leur interdépendance matérielle est très forte ; la rupture de la vie conjugale poserait des problèmes insurmontables à chacun d’eux. Les perruquiers et les cabaretiers qui, eux, divorcent beaucoup, n’exercent pas des professions aussi étroitement liées à la solidité du bloc familial. En outre, à la différence de ces derniers, qui côtoient chaque jour un grand nombre de clients, l’ouvrier en soie, lui, travaille isolé avec sa famille et ses compagnons, dans l’atelier en étage où les bruits de la rue ne peuvent longtemps retenir son attention. Il est ainsi tenu à l’écart des « distractions » et absorbé, plus qu’un autre artisan, par un travail répétitif et minutieux. Par une nécessité qu’il nous faudra analyser au niveau des causes, un nombre massif d’entre eux, en 1793, se sont dégagés de cet étroit cercle familial. Mais ce comportement, exceptionnel, dans un milieu trop structuré, n’en a que plus fortement contribué à resserrer les liens noués par les nouvelles générations révolutionnaires. Celles-ci sont désormais des générations sages pour lesquelles la famille est une valeur indestructible. Rempart de vies trop soumises par ailleurs aux aléas de la conjoncture et au bon vouloir du marchand ? Prise de conscience de l’impossibilité de faire cavalier seul dans cette profession ? La réalité est là : le divorce, pour les ouvriers en soie, n’a été qu’un épisode accidentel et non le signe d’un changement profond des mentalités sur le mariage.

II – LE MENU PEUPLE

7Ce menu peuple qui occupe dans la vie de Lyon une place importante, tant par le nombre (18 % de la population active) que par le fourmillement incessant qu’il entretient au cœur de la ville, reste indifférent aux décisions que les législateurs ont prises le 20 septembre 1792. Le divorce est étranger à son monde et celui-ci ne donne jamais plus de 10 à 11 % des foyers qui ont utilisé la loi de 92. C’est à la fin du Directoire et au début du Consulat que ces ménages sont les plus nombreux, proportionnellement, à divorcer.

  • 6 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 249.

8Ce sont les affaneurs qui s’y résolvent le plus volontiers : vingt-six de 1793 à 1816, auxquels on peut ajouter un homme de peine, un homme de service, deux journaliers, un portefaix et un manouvrier. Les voituriers, par terre et par eau, constituent avec quinze ménages de divorcés le second de ces groupes de petites gens. Ils sont Lyonnais pour la plupart. On n’en trouve que trois à la Croix-Rousse et qu’un à la Guillotière. Un seul d’entre eux, François Plasson, domicilié à Lyon, cul de sac Saint-Vincent, appartient à la frange supérieure de ce monde des transporteurs, il est « patron sur le Rhône ». Par sa sœur Jeanne-Marie, il était allié à un marchand de bois. Elle aussi a divorcé, un mois et demi avant son frère. Les autres sont de simples mariniers ou voituriers. Les travailleurs agricoles, peu nombreux à Lyon même, sont représentés par onze foyers. Cinq d’entre eux sont dits cultivateurs, cinq autres jardiniers et le dernier est pépiniériste. Ce sont des habitants des faubourgs (cinq divorces sur les onze ont été prononcés à Vaise) ou des communes avoisinantes (Vaulx-en-Velin, Champagne) et c’est souvent parce que l’épouse, qui demande la séparation, est établie depuis peu en ville que l’acte se trouve inscrit sur les registres de Lyon. Relevons, enfin, dans ce groupe, quatre colporteurs, deux postillons, un cocher, un revendeur et, fait plus étonnant, seulement deux domestiques. On sait pourtant que les employés de maison étaient nombreux dans le Lyon du XVIIIe siècle ; ils étaient près de six mille et on estime qu’un ménage sur sept en avait au moins un6. Certes, beaucoup étaient célibataires, les filles surtout, mais les hommes se mariaient et très souvent, avec une domestique. Liés dès lors en couple au service d’une maison ils ne pouvaient se séparer sans perdre, du même coup, leur gagne-pain. Comme dans le cas des ouvriers en soie, les conditions économiques et sociales de leur vie professionnelle exerçaient une pression particulièrement forte sur leur vie conjugale.

Graphique 11. LE MENU PEUPLE PARMI LES DIVORCÉS

Graphique 11. LE MENU PEUPLE PARMI LES DIVORCÉS

Graphique 12. LES BOURGEOIS PARMI LES DIVORCÉS

Graphique 12. LES BOURGEOIS PARMI LES DIVORCÉS

9Ce sont ces conditions qui, hier comme aujourd’hui, déterminent les possibilités d’accès au divorce car, enfin, cette sous-représentation générale du menu peuple ne peut guère s’expliquer différemment. L’hypothèse d’un plus grand sens de la famille dans ces milieux prolétaires est difficile à étayer. La situation précaire de ces petites gens qui est bien souvent remise en cause quotidiennement, qui entrante certains d’entre eux, comme les voituriers, à de multiples déplacements, ne prédispose pas à une grande stabilité affective, et ne favorise guère, a priori, la création d’une cellule familiale solide. Ce n’est donc certainement pas l’existence de mariages plus heureux qui expliquerait le peu de divorces parmi eux.

  • 7 La forte proportion de contrats de journaliers dans ces archives notariales le prouve assez (cf. M (...)
  • 8 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 102.

10Il faut envisager d’autres hypothèses. On aurait pu estimer que, si les pauvres ne divorcent guère, c’est parce qu’ils se sont « moins mariés » que les autres, et qu’ils ont très largement pratiqué le concubinage, le mariage demandant un investissement économique auquel la plupart d’entre eux, faute de ressources suffisantes, ne pouvait consentir. Les ruptures de contrats de mariage, pour raison financière, se sont pratiquées tout au long du XVIIIe siècle ; une étude attentive de ces documents notariés pourrait apporter des éclaircissements sur ce problème ; la recherche du destin de ces fiancés permettrait de savoir si oui ou non, la rupture du contrat entraînait réellement une rupture du projet de vie commune. Gardons-nous de projeter l’image sociale des grandes villes industrielles du XIXe siècle sur le Lyon de la fin du XVIIIe. A l’époque, tout le monde se mariait7. La fréquence des naissances illégitimes et des conceptions prénuptiales dans les milieux ouvriers8 ne peut constituer un témoignage en faveur de l’importance du concubinage ou des unions libres provisoires. Les filles étaient séduites par un homme marié, et dans l’ensemble, elles n’avaient pas encore atteint l’âge moyen au mariage. Ce n’est donc pas l’absence de mariage qui explique le faible nombre de divorces des gens du peuple mais l’absence de raisons juridiques précises. Pourquoi faire appel aux représentants de la loi pour faire constater l’échec d’un mariage ? Le prolétaire se méfie des pouvoirs obscurs des agents de l’autorité dont le langage est loin d’être clair pour lui. N’ayant pas de biens à partager, ne vivant que de sa force de travail qui ne doit rien à son état civil, il n’a rien à gagner d’une dissolution légale de son mariage. Appartenant à un milieu familial éclaté, coupé de ses origines géographiques et d’un cadre hérité, vivant continuellement dans la mouvance, sinon dans l’errance, il s’accommode bien d’un statut conjugal mal défini, dès lors qu’il ne s’agit que d’une affaire strictement privée qui ne met en cause que sa personne et non des biens qu’il ne possède pas.

III – LA BOURGEOISIE

  • 9 En fait, un seul personnage est dit « bourgeois » (en l’an II).

11Précisons tout de suite que nous avons regroupé sous l’appellation de bourgeoisie les personnages que nos documents qualifiaient de rentiers ou de propriétaires,9 et dont nous avons pu déterminer qu’ils n’étaient pas d’anciens nobles. Dans ce cas, rien d’étonnant à ce que ces ménages d’enrichis, donc d’un âge déjà avancé, n’apparaissent qu’assez peu parmi les divorcés dont on peut supposer qu’ils appartenaient à une couche de population plus jeune.

12Les bourgeois constituent un groupe infime, à peine 4 % de l’ensemble, alors qu’ils représentent plus du dixième de la population lyonnaise. Mais phénomène curieux, bien qu’à l’opposé des couches populaires, sur l’échelle sociale, ils se comportent comme elles, c’est-à-dire que c’est aussi à la fin du Directoire et sous le Consulat (de l’an VII à l’an XI), qu’ils divorcent le plus. Ces années sont bien celles où les catégories socio-professionnelles les moins affectées sur l’ensemble de la période sont alors les plus touchées ; elles subissent les profonds bouleversements mentaux qui gagnent le corps social dans ses franges les plus résistantes.

13Qui sont-ils ces bourgeois mal mariés et peu conformistes ? Parfois des individus qui ont eu la chance de réussir une fortune rapide et qui ont pu se retirer assez vite des affaires. C’est le cas de Jean-Baptiste Perrier et de François Mandon qui ont tiré leurs ressources respectives de la soierie et de la carterie et qui, par deux fois, ont divorcé. D’autres étaient déjà rentiers à leur mariage, comme ce Pierre Fillon, fils d’un bénier de Saint-Didier-sous-Riverie, qui épouse à trente ans Louise-Jeanne Pestalozzy. Leur niveau social est très variable. La femme de François Charles Ruel, par exemple, vit de son métier, celle de Claude Antoine Isnard appartient à la noble famille des Dareste et le partage n’est pas toujours bien clair entre famille noble et famille d’ancien négociant. Peut-être y a-t-il dans ces alliances entre deux groupes sociaux antagonistes une source de conflits conjugaux ? Il est difficile de trancher.

IV – LES NOBLES

  • 10 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 398.
  • 11 Ibid., p. 198.

14Bien que Lyon, « ville de négoce », soit « dominée par quelques familles nobles, plus ou moins récentes »,10 qui concentrent la fortune, il n’en reste pas moins que, sur le plan démographique, l’aristocratie ne représente guère plus de 4 % de la population11. Sa proportion parmi les divorcés est quasiment négligeable : seize ménages sous la Révolution, deux sous l’Empire, soit une moyenne inférieure à 2 %.

  • 12 Voir notes 3 et 4 p. 299.
  • 13 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 388.

15Nous avons pu trouver quelques précisions sur ces familles dans divers ouvrages d’histoire locale et plus particulièrement dans ceux de Jouvencel et dans les dossiers constitués par Frécon12, bien que le premier de ces deux auteurs, fort respectable, se soit bien gardé de noter les divorces des illustres personnages qu’il casait dans ses généalogies. Le divorce touche toutes les couches de la noblesse. Si l’on écarte deux familles qui ne sont pas originaires de la région lyonnaise (les Anthouard de Lorraine et les Berry de la région parisienne), la plupart des autres ménages appartiennent bien à l’aristocratie locale, aristocratie ancienne, comme celle des Jussieu, dont deux ménages divorcent, l’oncle, Paul Mamert de Jussieu de Bressoles, en l’an VII suivant l’exemple de son neveu, Nicolas Mamert de Jussieu de Montluel, qui avait divorcé en 1793, ou encore les Borde du Châtelet qui se flattent d’appartenir à une vieille maison de Bresse. Jean-Baptiste, qui divorce en l’an IX, avait été reçu dans l’ordre de Malte, justifiant ainsi de la pureté de sa lignée. Sa mère portait le nom illustre des Mont d’Or : le marquis de Mont d’Or qui fut élu président de l’assemblée de la Noblesse en 1789 prétendait descendre de Roland13. Une Montdor divorce aussi en l’an V, Anne Marie Pierrette. Autre représentante de ces vieilles familles, Marguerite Clotilde Rocoffort, qui est la dernière en date de ces jeunes femmes de l’aristocratie à se retrouver divorcée en 1810. Elle appartient à une maison d’origine provençale installée à Lyon au début du XVIIe siècle. Enfin dernière famille ancienne, celle des Ranvier de Bellegarde, dont la seule héritière, détentrice du titre, Anne Marie Marguerite Ranvier de la Liègue, divorce en l’an VI. Le bouleversement de ces anciennes familles a dû être intense si l’on songe que « la famille était le fondement de la société nobiliaire », comme a pu l’écrire Henri de Jouvencel.

16L’aristocratie de cloche, dont le rôle est si fondamental à Lyon, est également touchée par le divorce. Guillaume César Ferrari de Romans, descendant d’un échevin des années 1712-1713, marié à Hyacinthe Françoise de la Frasse Seynas, divorce en l’an V. Charles Aimé Ovide Denis de Cuzieu avait, lui aussi, un arrière-grand-père échevin en 1733-34. Sa mère était aussi issue d’une famille consulaire, celle des Dareste. Son épouse Suzanne Christiane Daffaux de Glatas était la fille du baron de Saint-Lager. Ils se séparent en l’an X.

Graphique 13. LES NOBLES PARMI LES DIVORCÉS

Graphique 13. LES NOBLES PARMI LES DIVORCÉS

Graphique 14. LES MILITAIRES PARMI LES DIVORCÉS

Graphique 14. LES MILITAIRES PARMI LES DIVORCÉS

17Enfin, on repère également quelques membres de la noblesse de robe. Jean Louis Clapevron est grand prévot de la généralité de Lyon mais il est le premier à assumer une charge anoblissante alors que les Claret de Fleurieu sont d’illustres personnages. Le père, Camille Jacques Annibal Gaspard, et son fils Jean Jacques, auront tous deux des procédures de divorce à soutenir, en 1793 et en l’an X.

18Cette chronique mondaine a au moins l’intérêt de révéler que l’ébranlement de la société d’Ancien Régime passe aussi par la vie des familles et, bien que peu affectée dans son ensemble, l’aristocratie semble l’être tout particulièrement chez les Jussieu, les Claret, les Mont d’Or et les Dareste. Les unions y étaient-elles particulièrement « arrangées » et de plus en plus insupportables aux intéressés, ou ces familles étaient-elles plus libérales que les autres et plus perméables à la nouvelle idéologie sociale privilégiant l’individu sur la famille ? Cette aristocratie était-elle liée à l’élite intellectuelle ? La présence d’Antoinette Jeanne Bonnot de Mably, nièce de Condillac et de Mably, parmi les demandeurs en divorce peut laisser supposer une certaine osmose entre ceux qui modelaient la pensée de l’époque et les nobles lyonnais qui repensaient leur situation conjugale. Non seulement Antoinette Jeanne divorce, après trente-huit ans de mariage, de son noble mari Métrat de Rouville, mais encore elle élit domicile chez son parent Jussieu Saint Julien. Encore une relation avec un membre de l’aristocratie des talents.

19Seule une analyse plus fine des conditions du mariage pourrait confirmer ou infirmer l’hypothèse des liens des divorcés de la noblesse lyonnaise avec les auteurs de la remise en cause sociale.

V – LES AUTRES DIVORCÉS

  • 14 Melchior Joseph Malfait, par exemple, bijoutier à Paris, et sous-lieutenant du 5ème bataillon, 5èm (...)
  • 15 Ex. : un lieutenant de cavalerie originaire de Paris, un ancien capitaine de grenadiers qui divorc (...)

20Ce sont pour la plupart des militaires. Richard Cobb a bien montré l’influence politique qu’a exercée, sur les sections, l’armée révolutionnaire parisienne arrivée à Lyon le 2 frimaire de l’an II, au lendemain du Siège, pour punir la ville rebelle. Jusque là les conséquences de cette présence sur la population féminine n’ont pas été envisagées. Nous pouvons constater que le déplacement de ces troupes a brisé quelques ménages14 et a poussé à la conclusion d’autres liens, peu résistants au temps. Dès l’an V, commencent à éclater ces unions conclues en l’an II15. L’armée des Alpes voit ainsi certains de ses officiers rompre leur union. A partir de l’an VIII, ce sont des foyers d’anciens militaires, retraités, réformés ou invalides, qui font prononcer leur divorce.

21Leur nombre total est toutefois négligeable. Si l’on estime à la suite de R. Cobb, le nombre des soldats de l’armée révolutionnaire à 2 ou 3.000 (1.200 fusiliers, 150 cavaliers, 600 canonniers plus quelques apports supplémentaires), soit à 2 ou 3 % de la population lyonnaise, exsangue au lendemain du siège, on doit reconnaître que la participation de cette armée aux divorces, sinon aux mariages, est peu importante. La brutale hausse de l’an XI (Graphique 14) correspond au retour dans leur foyer des militaires libérés par la paix d’Amiens. Le premier qui divorce le fait le 9 prairial an X (29 mai 1802) mais c’est au cours de l’automne suivant que s’accentue le rythme des dissolutions de mariage : une en vendémiaire, trois en frimaire, une en nivôse et une en germinal. La paix a plus d’un an, les autres foyers ont retrouvé leur équilibre.

22Dernier cas, marginal, à signaler, celui de Pierre Robin, seul et unique prêtre de notre ensemble. Marié à Saint-Etienne le 28 prairial an II, avec une dévideuse en soie, il divorce, en accord avec cette dernière, le 26 floréal an XI.

23L’analyse détaillée de la diffusion du divorce dans les différentes couches de la population lyonnaise révèle donc que ce sont essentiellement les couches de la moyenne et petite bourgeoisie qui sont affectées : membres des professions libérales et employés divers, marchands et négociants, boutiquiers et artisans de toutes sortes. Les milieux populaires et aristocratiques restent étrangers à cette nouvelle pratique, révélatrice d’une nouvelle conception du mariage. Le divorce est un phénomène de classe moyenne. Autorisé par une révolution bourgeoise, il répond donc essentiellement aux intérêts des milieux bourgeois. Les autres restent attachés à un monde ancien, soit parce qu’il avait été bâti par eux et qu’il convenait à leur tradition familiale (noblesse), soit parce qu’ils ne trouvent aucun intérêt à le remettre en question (prolétariat).

24Mais il est encore plus intéressant de relever que la « perméabilité » au divorce n’est pas fonction que de la seule appartenance socio-professionnelle et que la génération détermine aussi fortement les attitudes face à ce dernier. Rien n’est plus révélateur, à cet égard, que le comportement des bouchers et des ouvriers en soie. Tous deux dépendent de métiers fortement structurés. Les premiers, en moyenne, divorcent beaucoup, mais ce sont les générations des mariages postérieures à la loi sur le divorce qui s’y résolvent, et non pas les vieux ménages, si prolifiques, du XVIIIe siècle, comme si l’impact révolutionnaire avait été déterminant sur les jeunes pour les pousser à des mariages hâtifs ou à une remise en cause de l’institution conjugale. Ils rejoignent ainsi les chapeliers, très résistants, mais sur qui la Révolution agit fortement. Les seconds divorcent peu, mais ceux qui le font, s’y décident vite et ils ne sont pas suivis par les jeunes générations. D’autres milieux, par contre, semblent avoir pris leur distance depuis longtemps avec le mariage d’Ancien Régime, comme les cabaretiers et les perruquiers qui divorcent beaucoup et régulièrement. Il n’en reste pas moins que deux types de divorces commencent à percer, qui s’organisent autour d’une époque charnière qui irait de la date d’adoption de la nouvelle loi au Siège de Lyon. La coupure s’établit alors entre les cohortes des vieux ménages et celles qui se forment après. Sociologie et démographie sont étroitement imbriquées.

  • 16 R. Chester « Current incidence and trends in marital breakdown », Postgraduate Medical Journal, no(...)

25Phénomène de classe moyenne, massif chez certains artisans, relativement inconnu à d’autres, frappant inégalement les générations, le divorce révèle-t-il plus des milieux socio-professionnels de forte fragilité conjugale que des milieux qui osent la révéler ? C’est tout le problème de la signification sociale du divorce qui est ainsi posé et qu’il est bien difficile de résoudre. Le divorce n’est qu’un signe, éclatant peut-être mais non exclusif, de l’échec d’un ménage. Il est utile de redonner ici le schéma proposé par un sociologue contemporain de l’évolution possible des mariages16.

26Dans une France qui découvrait pour la première fois la possibilité de la rupture totale du mariage, il est plus que probable que le stade final du divorce n’a concerné qu’une infime minorité des ménages éprouvant des « difficultés non résolues ».

27Pour cerner de plus près la signification du divorce à Lyon, il faut étudier les comportements des intéressés et surtout essayer d’analyser les raisons profondes et de la dégradation de leur union et de leur décision. C’est l’objet de ces derniers chapitres qui se proposent d’aller des observations les plus élémentaires à la recherche des explications cachées. Dans le premier d’entre eux, le chapitre V, l’étude des demandeurs en divorce permettra de compléter la réponse à la question implicitement sous-entendue dans les chapitres précédents : « qui divorce ? » Les victimes du système matrimonial d’Ancien Régime que la Révolution a libérées seront ainsi tout à fait identifiées. Nous essayerons de savoir enfin « pourquoi divorce-t-on » ? Deux niveaux seront alors à envisager. Les causes invoquées par les intéressés fourniront un premier élément de réponse. Le moment de la rupture nous aidera à approcher le cheminement intérieur des ménages. Enfin, nous essayerons de dégager les facteurs d’échec en distinguant ceux qui sont liés au contexte socio-politique de ceux qui sont inhérents à la qualité de l’alliance même.

Notes

1 Notons l’évolution du vocabulaire. En 1793, pour désigner les travailleurs de la soierie, les officiers d’état civil utilisent indifféremment les termes de « fabricant » et d’« ouvrier en soie ». Cette année-là, ils enregistrent en effet trente divorces de fabricants et dix d’ouvriers en soie. Par la suite, seul est retenu le nom de « fabricant », « ouvrier en soie » a totalement disparu. En outre, peu à peu, « fabricant » prend l’acception qu’il a eue au XIXe siècle, et on peut se demander si tous les « fabricants » qui ont divorcé étaient bien des tisseurs ou s’ils n’étaient pas déjà des négociants de soieries.
Un exemple est troublant, celui de Jean-Noël Durand qui a divorcé deux fois. Dans son premier acte, le 7 ventôse an V, il est dit « négociant » et fils d’un « marchand-fabricant » (décédé). Dans le second, en date du 16 brumaire de l’an IX, il n’est plus qu’un « fabricant ». Est-ce le signe d’une prolétarisation dont il aurait été victime ? Non, car son père, pourtant décédé, est aussi passé de la condition de « marchand-fabricant » à celle de « fabricant ». Le Consulat marquerait ainsi une charnière dans l’histoire de ce vocabulaire. Nous pensons, néanmoins, que l’ensemble de notre catégorie d’ouvriers en soie exclut les responsables du négoce.

2 Sur 1.098 mariages des années 1786-1789, 25 divorces.

3 Cf. notes 14 et 15 pp. 135 et 136.

4 Son activité a décliné de 67 % de 1789 à l’an IX, celle de la soierie de 35 % seulement (F. Cayez, op. cit., tome I, p. 114).

5 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 296.

6 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 249.

7 La forte proportion de contrats de journaliers dans ces archives notariales le prouve assez (cf. M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 224).

8 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 102.

9 En fait, un seul personnage est dit « bourgeois » (en l’an II).

10 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 398.

11 Ibid., p. 198.

12 Voir notes 3 et 4 p. 299.

13 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 388.

14 Melchior Joseph Malfait, par exemple, bijoutier à Paris, et sous-lieutenant du 5ème bataillon, 5ème compagnie de l’armée révolutionnaire, divorce le 18 pluviôse an II (6 février 1794). Or les premiers détachements n’étaient arrivés à Lyon que le 2 frimaire, soit un mois et demi auparavant !

15 Ex. : un lieutenant de cavalerie originaire de Paris, un ancien capitaine de grenadiers qui divorcent respectivement le 2 9 pluviôse (17 février) an V et le 27 ventôse (17 mars 1797). Ils s’étaient mariés le 24 nivôse (13 janvier) et le 23 ventôse de l’an II (13 mars 1794).

16 R. Chester « Current incidence and trends in marital breakdown », Postgraduate Medical Journal, no 48, septembre 1972, p. 529. Cité par Jacques Commaille, « Le divorce en France ; De la Réforme de 1975 à la sociologie du divorce », Notes et Études Documentaires, no 4478, 29 septembre 1978, p. 8.

Table des illustrations

Titre Graphique 9. LES OUVRIERS EN SOIT PARMI LES DIVORCES LYONNAIS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Graphique 10. RÉPARTITION DES OUVRIERS EN SOIE DIVORCÉS PAR GRAND SECTEUR D’ACTIVITÉ
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Graphique 11. LE MENU PEUPLE PARMI LES DIVORCÉS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Graphique 12. LES BOURGEOIS PARMI LES DIVORCÉS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13781/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 13. LES NOBLES PARMI LES DIVORCÉS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13781/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Graphique 14. LES MILITAIRES PARMI LES DIVORCÉS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13781/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13781/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search