Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Deuxième partie. Psychologie du divorce

Chapitre III. Les autres groupes vulnérables

Texte intégral

I – LES MARCHANDS ET LES NÉGOCIANTS

1Troisième contingent important de divorcés, et premier par la fréquence, les marchands et les négociants fournissent 165 ménages, soit environ 16 % de l’ensemble (14,9 % sous la Révolution et 17,5 % sous l’Empire où leur part s’accroît légèrement). Deux fois plus nombreux parmi les ménages désunis que dans la société lyonnaise, où ils ne regroupent que 8,8 % de la population, ils témoignent avec éclat de l’accueil que la loi révolutionnaire a reçu dans les classes moyennes ou riches. Ce sont eux qui, plus encore que les artisans, en sont les grands bénéficiaires.

  • 1 Le terme de « négociant » peut recouvrir celui de « marchand-fabricant ». De 1793 à l’an III on ne (...)
  • 2 « Chenilles (1680) : passementerie veloutée en forme de chenille », Le Petit Robert, édition de 19 (...)

2C’est un monde très divers que celui de ces divorcés. Il comprend aussi bien l’agent de change que le marchand parfumeur, le courtier que le marchand forain. Bien que, du grand négoce au petit commerce, on puisse trouver des ménages en rupture à tous les niveaux de ce secteur d’activité, on note une représentation importante des catégories supérieures. Des 151 ménages qui ont demandé leur séparation de 1793 à l’an XII, 49 soit 32,4 % ont, pour chef de famille, un négociant. Sous l’Empire on en dénombre six, c’est-à-dire 43 %. Se rattachent encore aux premiers rangs de la classe marchande, sept marchands-fabricants1, trois agents de change, deux courtiers, huit marchands-épiciers, six marchands-toiliers et un imprimeur-libraire. Les autres appartiennent à des catégories plus modestes, encore qu’il soit difficile d’en trancher sans prendre en compte leur fortune. Vingt-neuf d’entre eux sous la Révolution, et deux sous l’Empire, ne sont qualifiés que du terme de « marchand » sans qu’il soit possible de savoir quel type de produits ils écoulaient. On relève aussi la présence de plusieurs dirigeants du secteur textile : trois marchands-chapeliers, deux marchands de bas, un marchand de gaze et un marchand de chenilles2. Les autres sont marchands de bois, marchands de meubles, marchands-ferratiers, marchands de chevaux ou marchands de parasols.

3Comme l’ensemble des Lyonnais, et comme certains groupes d’artisans, tels que les perruquiers, c’est la première année que les négociants et les marchands sont les plus nombreux à faire dissoudre leur union, trente-quatre ménages cette année-là usent de la loi du divorce. Leur situation conjugale déplorable est donc ancienne. Ce sont eux qui ont pu servir d’exemple aux autres Lyonnais. 11 est manifeste que la loi de septembre 1792 les a libérés d’un joug conjugal malheureux, et qu’ils attendaient cet instant où ils pourraient faire dissoudre un lien oppressant ou dénué de sens. A la différence de l’ensemble des artisans, ils ne sont pas les victimes d’un ordre social bouleversé par la République. Au contaire, il y a des années qu’ils rêvaient d’un autre mariage, et que le divorce leur apparaissait comme une nécessité. C’est bien à cette catégorie sociale de la bonne bourgeoisie que pensait le législateur de 1792. Nul doute que ce sont eux qui ont servi de référence aux esprits curieux des Lumières, philosophes, pamphlétaires, journalistes, qui avaient si piètre opinion de la situation conjugale de leurs contemporains. Passée l’explosion de 1793, leur participation au mouvement annuel des divorces s’abaisse : on relève le creux de l’année du Siège et de la Terreur, la légère reprise de l’an III et un niveau encore élevé au cours des deux premières années du Directoire, en l’an IV et surtout en l’an V où l’on enregistre encore dix-sept actes de séparations. Mais, en l’an VI, brutalement, leur nombre s’effondre de plus de la moitié. Effet de la loi restrictive du 1er complémentaire an V ? Toujours est-il que, désormais, les officiers d’état civil ne consigneront jamais pour eux, dans leurs registres, plus de neuf actes par an. Sous le Consulat, ils continuent donc à divorcer régulièrement mais en nombre bien moindre que sous la Convention et les débuts du Directoire. Toutefois, leur proportion dans l’ensemble des divorcés représente encore une part non négligeable puisqu’elle dépasse presque toujours 10 %. Mais très vite, ils retrouvent une certaine stabilité familiale et, alors que l’an X enregistre une recrudescence générale du nombre des divorces à Lyon, que la prospérité renaissante encourage à la reprise des affaires, le groupe des commerçants n’y participe plus que pour 9 % à peine. Plus vite que les autres milieux sociaux, ils sont repris par le retour à «l’ordre » politique, religieux et familial, qu’ils avaient pourtant été parmi les premiers à remettre en cause massivement sous la Convention. Il restera quelque chose de leur remise en cause révolutionnaire plus tard, sous l’Empire, et tout particulièrement au sein du groupe le plus notable d’entre eux. Sur douze divorces de marchands enregistrés de l’an XIII à 1816, six concernent des négociants et un, un marchand-fabricant. Ce groupe, socialement influent, et politiquement, vainqueur de la redistribution des pouvoirs, n’abandonne pas aisément un de ses principes de liberté et ce, d’autant moins que sa fortune lui permet encore d’envisager une procédure qui lui est désormais réservée puisque, pour les couches de la base, elle est devenue trop onéreuse et trop tracassière.

II – MEMBRES DES PROFESSIONS LIBÉRALES ET EMPLOYÉS

4Membres des professions libérales, employés de l’Etat et des collectivités publiques, salariés du secteur privé représentent 8,9 % des divorcés lyonnais de la Révolution et de l’Empire. Plus nombreux parmi ces derniers que dans la population lyonnaise où ils né sont que 5,7 % des habitants, ils constituent un de ces groupes sociaux qui, après les négociants et les artisans, utilisent très largement les possibilités nouvelles qu’offre la législation familiale sous la Convention.

5Les salariés de l’Etat fournissent seize ménages en rupture sous la Révolution et deux sous l’Empire. On trouve parmi eux deux commis : un ancien commis aux aides et un ancien commis des fermes qui divorcent en 1793 et en l’an VII. Quelques employés de la municipalité aussi : un régisseur du poids public, un employé aux carrières de Saint-Just et un préposé à la régie des octrois. On trouve même, parmi eux, des représentants de « l’ordre » : un commissaire de police en l’an XII, et, sous l’Empire, plus modeste, un guichetier à la prison Saint-Joseph. L’armée voit aussi quelques membres de son personnel civil se résoudre au divorce. C’est ainsi qu’en l’an III, en l’an V et en l’an IX, font dissoudre leurs unions un employé aux subsistances de l’armée des Alpes, un inspecteur des équipages et des vivres et un employé aux subsistances militaires. La poste est également touchée avec un messager en 1793, un employé au bureau des Messageries de Paris et au régiment des douanes en l’an IX, un courrier Lyon-Marseille l’année suivante et enfin, en l’an XI, un receveur de la poste aux lettres. On relève, enfin, parmi ces divorcés, deux fonctionnaires des nouvelles administrations, un ingénieur des Ponts et Chaussées, en l’an VI, et un inspecteur des droits réunis, sous l’Empire.

6Viennent ensuite, après les fonctionnaires, les artistes. Ils sont seize sous la Révolution à profiter de la loi du divorce, mais on n’en trouve plus un seul à partir de l’an XI. La législation se compliquant, ils renoncent à l’utiliser. Parmi eux, un nom connu dans le milieu culturel lyonnais, celui du peintre Cogell qui se sépare de sa femme après un an de mariage, le 29 pluviôse an III. Les autres sont musiciens ou danseur aux spectacles de Lyon. Ils sont aussi artistes dramatiques au Grand Théâtre comme Tolmere de Lisle, Marc Bié et Jean Micallet, qui divorcent sous le Directoire et le Consulat, ou « artistes » (sans qualificatif), acteurs d’une vie plutôt mouvementée, comme ce Georges Frédéric Richter, qui installé à Lyon depuis neuf ans et séparé depuis plus de vingt et un ans de sa femme par une sentence prononcée en Hollande treize jours après son mariage ( !) s’empresse d’obtenir le divorce en 1793, pour se remarier immédiatement avec une jeune Lyonnaise mineure. Se rattachent enfin à ce groupe quatre dessinateurs.

  • 3 La première fois, en l’an III, il se sépare de Louise Coffenet épousée deux ans auparavant pour se (...)
  • 4 Cf. p. 93 et note 12 p.133.

7Comme les artistes, les maîtres d’école, et ceux que nous appellerions aujourd’hui les intellectuels, n’ont pratiqué le divorce qu’au cours des années révolutionnaires et n’y ont plus fait appel après la mise en place du Code Civil. Parmi eux, les instituteurs sont en majorité (cinq sur treize), suivis par trois écrivains, trois teneurs de livres et un physicien-chimiste. L’un de ces écrivains, Jacques Gareau, est, d’ailleurs, un personnage bien instable et voué à des échecs matrimoniaux répétés. En sept ans, il divorce deux fois et toujours au bout de deux ans de vie conjugale3. Comme nous l’avons vu, ce cas de divorce répété n’est pas unique dans les annales révolutionnaires lyonnaises4. Il est néanmoins symptomatique qu’on en relève un parmi le groupe, pourtant peu nombreux, des « élites pensantes » de la société lyonnaise. Milieu particulièrement troublé par le bouleversement historique vécu alors ? Gardons-nous d’extrapoler à partir d’exemples aussi limités.

  • 5 Cf. p.87.

8Monde médical et monde de la judicature fournissent des effectifs identiques de divorcés : douze ménages dans chacun des deux groupes. Dans le premier, on trouve quatre chirurgiens, trois pharmaciens, un expert-dentiste et quatre officiers de santé. Ils ont, eux aussi, tous divorcé avant l’an X. Le second comprend quatre hommes de loi, deux praticiens, un juge au tribunal civil, un ancien notaire, un huissier et un « défenseur officieux » qui divorcent entre 1792 et l’an VIII, et deux avoués, quelques années plus tard, sous l’Empire. Parmi eux, Gaspart Lamareuille, qui connaissait bien les procédures de divorces puisque, sous la Convention, il avait été plusieurs fois arbitre des tribunaux de famille5.

9Enfin, il faut ajouter à cette catégorie socio-professionnelle, quatorze ménages dont la profession du mari se rattache au groupe, encore important, des employés du secteur privé, secrétaires, commis-négociants, commis-voyageurs ou hommes de confiance. C’est surtout à partir du Directoire qu’ils se multiplient, ce qui témoigne plus de la renaissance et de l’essor du monde des affaires au lendemain de la crise révolutionnaire, que d’une tendance particulière de leur groupe à l’instabilité conjugale.

10Le mouvement général des divorces dans cette catégorie un peu « fourre-tout » indique bien que c’est à la fin du Directoire, et plus encore sous le Consulat, qu’elle utilise le plus les possibilités offertes par le décret de septembre 1792. La loi du premier complémentaire an V, qui avait considérablement freiné le divorce des négociants, comme celui des Lyonnais dans leur ensemble, reste sans conséquence sur ce milieu bien instruit de ses droits. Les délais qu’impose le nouveau décret ne bloquent pas la décision des ménages désunis de rompre définitivement. Au contraire, le nombre des dissolutions de mariage prononcées pour eux en l’an VI est le double de celui de l’an V, ce qui fait monter leur proportion parmi les divorcés de 4,7 à 13,7 %. On remarque que, cette année-là, ce sont, en grande majorité, des personnages importants qui ont divorcé : un juge au tribunal civil, un praticien, un ingénieur des Ponts et Chaussées, un pharmacien. Jusqu’en l’an IX, la tendance au divorce reste élevée au sein de cette catégorie, et ce n’est qu’au cours des dernières années du Consulat qu’elle retrouve un niveau moyen de 3 % qu’elle conserve ensuite sous l’Empire.

11Ce mouvement d’ensemble est la résultante de trois mouvements principaux : celui des artistes, des juristes et des membres des professions médicales qui sont parmi les premiers à faire consacrer l’échec de leur union conjugale (leur appartenance à la bourgeoisie se traduit donc de la même manière que pour les négociants et marchands) et qui retrouvent, dès les premières années du Consulat, et stabilité familiale et conformisme social, celui des fonctionnaires qui reste relativement constant de 1793 à la fin de l’Empire et, enfin, celui des employés du secteur privé qui tend à se gonfler légèrement, en même temps que se développent les effectifs employés dans leur branche en plein déploiement.

***

Notes

1 Le terme de « négociant » peut recouvrir celui de « marchand-fabricant ». De 1793 à l’an III on ne trouve aucun « marchand-fabricant » parmi les divorcés. Le premier n’apparaît qu’en l’an IV.

2 « Chenilles (1680) : passementerie veloutée en forme de chenille », Le Petit Robert, édition de 1972, p. 269.

3 La première fois, en l’an III, il se sépare de Louise Coffenet épousée deux ans auparavant pour se remarier douze jours après avec une jeune veuve de 23 ans. La seconde fois, c’est cette dernière qui fait prononcer le divorce ; son mari a quitté Lyon depuis plus de cinq ans et elle est sans nouvelles de lui. (Divorces de Jacques Gareau et de Louise Coffenet, 6 frimaire an III (26 novembre 1794) et Jacques Gareau et de Marie Magdeleine Molin, 2 1 floréal an X (11 mai 1802), Ouest.

4 Cf. p. 93 et note 12 p.133.

5 Cf. p.87.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search