Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Deuxième partie. Psychologie du divorce

Chapitre II. Un groupe très ébranlé par le divorce : celui des artisans

Texte intégral

I – L’ÉVOLUTION DE LEUR COMPORTEMENT

  • 1 Ce sondage porte sur les quatre années 1786-1789, le précédent excluait l’année 1789 pour se référ (...)

1Bien que fournissant chaque année le contingent le plus important de divorces, les artisans n’en représentent pas toujours la même proportion. Celle-ci témoigne de toute une évolution de leur comportement. Peu familiarisés avec la nouvelle loi la première année, ils ne fournissent qu’une proportion limitée de ménages en rupture conjugale, à peine un tiers (31,7 %) du nombre total des procédures. C’est la seule année, avant le retour en arrière marqué par l’application du Code Civil, qu’ils sont aussi peu nombreux proportionnellement. Mais, très vite, ils font appel en masse aux possibilités que leur offre la nouvelle législation et, alors qu’au cours des trois années suivantes le mouvement d’ensemble stagne ou diminue, leur participation à eux augmente régulièrement avec plus de 43 % en l’an II (12 points de plus que l’année précédente) et 45 % en l’an III. En l’an IV, c’est près d’un divorcé sur deux qui appartient au monde de l’artisanat (soierie exclue, toujours). Leur attitude est en somme inversement proportionnelle à celle des autres groupes sociaux. C’est bien parmi eux que la nouvelle pratique s’est le plus largement et le plus rapidement diffusée sous la Révolution et ceci dès l’an II. Leur faible représentation au cours de la première année prouve que les ménages formés parmi eux au cours des années précédentes étaient beaucoup plus solides que ceux qui se sont créés pendant la période révolutionnaire. On en a confirmation par un sondage effectué sur les contrats de mariages des années 1786-1789. Sur 1.696 mariages d’artisans contractés ces années-là, 27 seulement (1,5 %) se sont terminés par un divorce. Pour l’ensemble des contrats de cette période nous avions un pourcentage de 1,63 %1. Leur proportion massive sur l’ensemble de la période révolutionnaire tient donc plus à la fragilité des mariages conclus dans ces temps troublés qu’à ceux des dernières années de l’Ancien Régime. La conjoncture difficile de 1793 et de l’an II est responsable de bien des échecs conjugaux.

2Passé ces premiers temps de déséquilibre, ils ne participent que plus modérément à la vague lyonnaise des divorces. Sous le Directoire, leur proportion s’amenuise, passant de 41 % en l’an V à moins de 32 % la première année du consulat. Mais cet apaisement est bref. Plus tard, non seulement ils suivent le mouvement général mais ils contribuent fortement à l’accentuer : leur place s’y fait de plus en plus importante au fur et à mesure que celui-ci s’enfle. (31,3 % des 67 divorces prononcés en l’an VIII, 41,5 % des 65 de l’an IX et 44,5 % des 92 de l’an X). Avec l’an XI ils réoccupent une place moyenne (37,6 %) qu’ils garderont ensuite au cours de l’Empire (le creux de l’an XII n’ayant pas grande signification vu le peu de cas qu’il enregistre au total). La grande période de divorce se situe donc, pour eux, sous la Convention thermidorienne et au tout début du Directoire. La difficile reprise économique est contemporaine pour eux de l’échec consacré de leur vie conjugale.

II – LA DIVERSITE DE LEUR MONDE

  • 2 Il s’appelle Kauffman et il est né dans le canton de Lucerne. Il divorce après 8 ans de mariage de (...)

3Du vanier au forgeur, du faiseur de peignes en corne à l’entrepreneur de bâtiment, c’est tout un monde composite de travailleurs manuels qui se retrouvent dans ce groupe de divorcés. Nos documents ne permettent pas de les situer dans la hiérarchie professionnelle ; nous connaissons le métier auquel ils se rattachent, mais nous ne savons rien du degré de leur dépendance. D’ouvrier, au sens actuel du mot, il n’y en a qu’un seul, attiseur à la verrerie Perrache, originaire de Suisse2. Tous les autres appartiennent au monde de l’échoppe ou de la boutique. Ils travaillent le bois, le fer, les métaux précieux ; ils préparent les produits de base de l’alimentation de la ville, pain et viande ; ils fabriquent les vêtements indispensables à la population. Certains, comme les marchands de vins, les limonadiers, les cabaretiers sont plus liés au petit commerce qu’à l’artisanat mais tous participent plus ou moins à la vie de la rue, sont à l’écoute des idées qui circulent et au centre de toute une vie collective.

A – Les groupes importants

4Tous ces artisans ne fournissent pas des contingents identiques de divorcés, ainsi que l’indique la répartition donnée dans le tableau 8 où nous avons classe les groupes professionnels, par ordre décroissant, en ne retenant que ceux qui représentent au moins 2 % du nombre total sous la Révolution.

TABLEAU 8. LES DIX PRINCIPAUX GROUPES D’ARTISANS DIVORCÉS

TABLEAU 8. LES DIX PRINCIPAUX GROUPES D’ARTISANS DIVORCÉS

5Ce sont les tailleurs qui constituent le groupe le plus nombreux, avec près de 13 % de l’ensemble. Viennent ensuite les cordonniers (9,2 %) suivis d’assez près par les perruquiers et les chapeliers (7,4 %). Les cabaretiers fournissent encore des effectifs non négligeables (6,2 %). On trouve alors les métiers du bois avec deux groupes de taille sensiblement identique. Relevons que les métiers de l’alimentation sont les derniers de ce classement ; mis à part les cabaretiers, les traiteurs et plus encore les boulangers et les bouchers n’ont que peu été affectés par le divorce.

  • 3 M. Garden, « Bouchers et Boucheries de Lyon au XVIIIe siècle » (Actes du Congrès des Sociétés Sava (...)

6On connaissait, depuis les études de M. Garden, l’extraordinaire fécondité des familles de bouchers3. Il semble donc que ce comportement nataliste s’accompagne d’une non moins remarquable cohésion familiale. La naissance de quinze, seize enfants est à mettre en relation avec la création d’un microcosme familial particulièrement solide. Mais quel est le facteur cause et le facteur conséquence ? Est-ce la valorisation du mariage qui facilite la cohésion du foyer (donc rend sans objet le divorce) et entraîne les naissances multiples ? Ou, au contraire, est-ce la naissance de très nombreux enfants qui empêche les époux de se séparer ? L’étude des motifs de divorce pourra peut-être nous éclairer sur ce point.

7A elles seules ces dix catégories socio-professionnelles représentent un peu plus de la moitié de l’ensemble des artisans (57,8 sous la Révolution et 50 % sous l’Empire). La répartition des groupes varie légèrement d’une période à l’autre mais les effectifs étant peu nombreux, ces fluctuations restent négligeables. Dans l’ensemble les artisans participent peu au mouvement du divorce impérial. La nouvelle loi, comme l’avait voulu le législateur, les bloque efficacement.

B – Les autres artisans

8Les 40 % d’artisans restant se répartissent entre divers métiers du textile, du travail des métaux, du bois, de l’alimentation et du bâtiment ainsi que l’indique le tableau 9 :

TABLEAU 9. LES AUTRES ARTISANS DIVORCÉS

TABLEAU 9. LES AUTRES ARTISANS DIVORCÉS
  • 4 Cette rubrique comprend un ouvrier (voir note 2) et un ménage d’artisans dont on sait par les dépo (...)

Note 44

9Les chefs de famille employés dans le textile qui divorcent se répartissent en deux grands groupes. D’une part, un certain nombre d’entre eux, vingt-sept exactement, sont occupés dans « un de ces métiers complémentaires » de l’industrie de la soierie. C’est ainsi que l’on trouve parmi eux trois brodeurs et brodeuses, cinq apprêteurs, trois teinturiers, deux mouliniers, deux découpeurs de gazes, etc... Nous y avons joint douze foyers, dont nous ignorions la profession du mari et que nous avons classés au vu du seul métier exercé par la femme, celui de lingère, couturière ou blanchisseuse. C’est encore dans ce groupe que se situent les artisans des diverses branches de l’habillement (boutonniers et lacetiers). On y trouve aussi deux matelassiers et un faiseur de parasols.

10Arrivent en tête des travailleurs du bois, les doreurs. Ils sont huit à divorcer de 1793 à 1816 et viennent en seconde position après les menuisiers, bien qu’ils soient loin d’occuper dans la société lyonnaise la place de ces derniers. En dehors de ces deux groupes d’artisans, on ne relève guère que quatre tonneliers, trois tabletiers, deux tourneurs, etc... Nous leur avons adjoint deux benniers, deux vanniers, deux cordiers, deux fabricants de peignes et un brossier.

11Des travailleurs du bâtiment, ce sont bien les charpentiers qui sont le plus affectés. A côté d’eux on relève la présence de sept peintres (dont un décorateur d’appartement), quatre maçons, quatre serruriers, un plâtrier, un paveur et un couvreur. L’adoption du divorce est surtout le fait des individus les plus prospères puisqu’on remarque dans ce groupe quatre entrepreneurs en bâtiments.

12Les différents fabricants de produits alimentaires ne sont pas non plus très concernés par le divorce. Outre les dix bouchers et les dix boulangers que nous avons déjà recensés, seuls cinq charcutiers, trois confiseurs, deux vinaigriers et deux pâtissiers ont recours à la nouvelle loi. On trouve encore un distillateur en l’an V, un meunier et un mesureur de blé en l’an VI, un pêcheur et un râpeur de tabac en l’an VII, et un brasseur de bière sous l’Empire, tous personnages isolés dont le comportement tranche sur celui de leurs compagnons de travail et de vie.

13Encore plus rares à demander le divorce sont les travailleurs des métaux : quinze d’entre eux seulement l’obtiennent au cours des vingt-quatre ans que nous étudions : quatre fondeurs, trois forgeurs, deux mécaniciens, deux balanciers et deux graveurs. Les autres ne sont que des cas isolés : un chaudronnier et un coutelier.

  • 5 Le premier, le 5 janvier 1793 (Divorce de Pierre Carrand (ou Carran) et Jeanne Françoise Muller) e (...)

14Poursuivons cette énumération, un peu fastidieuse, par les dix-sept artisans que nous avons regroupés dans la catégorie des métiers d’art et de précision. Ils sont spécialisés en majorité dans le travail des métaux précieux. On compte en effet parmi eux cinq bijoutiers et cinq orfèvres. Les deux batteurs d’or dont on relève également la présence témoignent d’un étonnant mimétisme familial : ce sont deux frères, Pierre et Jean-Pierre Carrand dont les deux divorces sont prononcés à quatre ans d’intervalle5. Ce groupe comprend enfin trois horlogers, un luthier et deux artisans bien particuliers, se consacrant l’un à la fabrication « de boîtes de montres » et l’autre à celle des « garnitures de commodes ».

15Les métiers du livre et le travail du cuir fournissent enfin une vingtaine de divorcés. Issus de ces deux groupes on relève cinq imprimeurs, trois relieurs, deux cartiers, trois pelletiers et deux fabricants de portefeuilles. Les autres, un fondeur de caractères, un arçonnier, ne représentent qu’eux-mêmes et non un milieu de travail.

III – L’IMPORTANCE RELATIVE DES DIFFÉRENTES PROFESSIONS

  • 6 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 315.

16L’importance des groupes formés par les travailleurs de l’habillement, tailleurs, cordonniers, chapeliers, et par les perruquiers, au sein des divorcés, la faible part occupée par les artisans de l’alimentation est-elle le reflet de la répartition de la population laborieuse de Lyon ? Ou y a-t-il une différence réelle de perméabilité au divorce d’un milieu de travail à l’autre ? Une fois encore, ce sont les études de M. Garden qui nous apportent les éléments indispensables à l’amorce d’une réponse. Grâce à lui, nous disposons, pour la connaissance de la répartition professionnelle de l’artisanat lyonnais, à la fin du XVIIIe siècle, de deux tableaux tirés de deux sources différentes. Le premier6, établi d’après les professions masculines indiquées dans les contrats de mariage des années 1786-1788 inclut les ouvriers en soie et donne, en pourcentage la répartition des différents groupes d’artisans. Pour pouvoir établir une comparaison avec cet état nous avons, d’une part, éliminé les douze foyers de travailleurs du textile que nous ne connaissions que par la profession des femmes et, d’autre part, regroupé en une seule rubrique les trois catégories qu’avait distinguées M. Garden (« autres branches de la soierie, autres textiles et habillement ») puisqu’il n’a pas fait apparaître isolément les tailleurs qui nous intéressent tout particulièrement. Dans le groupe des divers se sont retrouvés les artisans du bois, (sauf les charpentiers intégrés dans le bâtiment), du fer, des métaux, du livre, du cuir et les perruquiers qui, eux non plus, ne se distinguent pas de la masse des autres artisans. Il faut néanmoins avoir bien présent à l’esprit combien est précaire cette comparaison avec la population lyonnaise d’avant la crise commerciale, d’avant la Révolution, d’avant le siège, qui ont si profondément perturbé la répartition des agents économiques et sociaux. Nous proposons, donc avec toutes les réserves indispensables, le tableau 10 suivant :

TABLEAU 10. RÉPARTITION DE LA POPULATION ARTISANALE PARMI LES DIVORCÉS ET PARMI LES ÉPOUX LYONNAIS DES ANNÉES 1786-1788

TABLEAU 10. RÉPARTITION DE LA POPULATION ARTISANALE PARMI LES DIVORCÉS ET PARMI LES ÉPOUX LYONNAIS DES ANNÉES 1786-1788

17Quelle que soit la période considérée, Révolution ou Empire, on constate, (en écartant pour l’instant les ouvriers en soie), que les personnes occupées par le textile, la chapellerie, la chaussure et le bâtiment occupent, parmi les divorcés une place plus limitée que leur proportion dans la société lyonnaise pourrait le laisser supposer. Les deux groupes du textile et de la chapellerie disparaissent quasiment sous l’Empire n’atteignant plus que 6,5 et 2,2 %. C’est parmi les ouvriers du bâtiment que le divorce s’est le moins propagé. Un seul secteur est touché plus massivement, celui de l’alimentation, et sa part s’accroît même sous l’Empire passant de 11,6 à 21,7 % de l’ensemble des divorces alors que seulement 8,2 % des artisans lyonnais sont employés dans les différentes branches de cet artisanat. Les tailleurs, les cordonniers qui fournissent les rangs les plus denses des divorces reflètent donc plus la société lyonnaise qu’un milieu fragile de ménages désunis. Ils viennent en tête des divorcés sous la Révolution et l’Empire mais ils ne sont que l’expression d’un comportement moyen dans le monde de l’artisanat. Pour cette raison nous leur consacrerons une attention particulière dans la suite de cette étude.

  • 7 Ibid., p. 318.
  • 8 Jean-Claude Déglize, « préposé à l’inscription et au placement des ouvriers de la ville de Lyon » (...)

18Pour mieux apprécier la place occupée par les perruquiers et les autres milieux, reportons-nous au second tableau proposé par M. Garden7. Ce tableau extrait des statistiques fournies par J.C. Déglize au début du XIXe siècle concerne Lyon à la veille de la Révolution8. De celui-ci nous avons ôté la soierie, ce qui était possible, puisque nous disposons non pas des seuls pourcentages mais également du nombre réel d’artisans dans chaque catégorie. La répartition, beaucoup plus détaillée, permet une approche plus précise des divers secteurs de l’artisanat lyonnais. Elle présente aussi l’avantage de supprimer la catégorie « divers » beaucoup trop importante dans le premier tableau (19,8 et 32,6 %).

TABLEAU 11. RÉPARTITION DES ARTISANS PARMI LES DIVORCÉS ET PARMI LA POPULATION LYONNAISE EN 1789

TABLEAU 11. RÉPARTITION DES ARTISANS PARMI LES DIVORCÉS ET PARMI LA POPULATION LYONNAISE EN 1789
  • 9 Il manque à ce total : les 12 couturières et lingères dont nous ignorons la profession du mari, qu (...)

Note 99

19Ce tableau montre bien, comme la comparaison précédente, que la participation des artisans de l’habillement, de la chapellerie, de la chaussure et du bâtiment au mouvement des divorces est inférieure à ce qu’elle aurait pu être si ces catégories avaient divorcé dans la même proportion que la moyenne de la population lyonnaise. Alors que les travailleurs des diverses branches textiles sont estimés à 26,8 % de la population, ils ne représentent que 23,4 % de l’ensemble des divorcés. Dans le tableau précédent, ces pourcentages étaient respectivement de 20,2 et de 14,4. L’écart reste donc toujours important quoiqu’il ait légèrement diminué avec cette estimation-là (3.4 points au lieu de 6,2 et sur un niveau plus élevé). Les chapeliers sont toujours, comme dans le tableau précédent, environ deux fois moins nombreux dans la population divorcée que dans l’ensemble de la population artisanale. Cette résistance justifie que l’on s’arrête sur leur cas. L’écart entre la place occupée par les cordonniers parmi les foyers qui font dissoudre leur union et leur place réelle dans la société s’accentue avec ce second tableau. Alors qu’ils représentaient dans le premier 7,3 % des artisans et 5,9 % des divorcés, ces mêmes proportions s’élèvent ici à 12,41 % et 9,5 %. Ils sont sans aucun doute bien proches de ce cas moyen que nous avons discerné dès le premier tableau.

20Les professions de l’alimentation ne sont pas plus détaillées dans ce tableau que dans le premier. Globalement, elles fournissent toujours un pourcentage plus important de divorcés qu’elles n’occupent d’individus au sein de la population (18,7 % sous la Révolution et jusqu’à 29,4 % sous l’Empire alors qu’elles ne représentent en 1789 que 11,9 % des artisans. L’écart est plus grand que dans le premier tableau ce qui vient du fait que Déglize, ainsi que le fait remarquer M. Garden, a sous-estimé le nombre des boutiques d’alimentation afin d’être en mesure de prouver que la liberté du commerce avait entraîné une multiplication des artisans en alimentation, qu’il jugeait néfaste. Quoi qu’il en soit les deux tableaux affirment bien une grande participation de ces petits commerçants au mouvement des divorces.

  • 10 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 324 et 342.
  • 11 Ce pourcentage correspond à un total de 264 qui repose sur le fait qu’en 1789, 180 maîtres boucher (...)

21Quelles sont les catégories les plus touchées ? Les cabaretiers ? D’après M. Garden, il semble que l’on puisse en estimer le nombre à trois cents. Dans ce cas ils regrouperaient 1,4 % des artisans et seraient tout à fait sur-représentés dans le monde des divorcés avec un pourcentage de 6,2 % sous la Révolution et 8,8 % sous l’Empire. Ils sont donc environ quatre fois plus nombreux parmi les foyers légalement dissous que parmi la population artisanale. Les boulangers et les bouchers présentent également une tendance au divorce supérieure à la moyenne bien qu’assez peu affirmée. Si l’on estime à 363 le nombre des artisans qui fournissent du pain à la ville (les maîtres qui sont 200 environ constituent 55 % du total des membres de la profession10), donc à 1,8 % des artisans, il apparaît que les boulangers, qui forment 2,2 % des divorcés représenteraient un comportement légèrement au-dessus de la moyenne. Les bouchers, eux, sont plus volontiers portés au divorce. Alors qu’ils représentent 2 % des divorcés, ils ne regroupent que 1,22 % des artisans11. Ils seraient donc, contrairement aux résultats donnés par nos premiers tableaux, très touchés par le divorce. Comment expliquer cette contradiction ? Plutôt que de s’en tenir aux statistiques de Déglize, reprenons les chiffres donnés par les contrats de mariages des années 1786 à 1789. Trente bouchers se sont mariés ces années-là, aucun d’entre eux n’a divorcé. Et ceci quelque soit leur statut. On a en effet douze garçons et dix-huit maîtres. Indépendants ou subalternes, ils font preuve de la même solidité quant à leur foyer. Leur sur-représentation tendrait, comme pour l’ensemble des artisans, à prouver que les cohortes fragiles sont celles de la Révolution et en aucun cas celles des périodes antérieures.

22D’autres groupes socio-professionnels, qui n’apparaissaient pas dans la première répartition des artisans, permettent d’entrevoir des milieux particulièrement ébranlés par le divorce. Ce sont, en plus du secteur de l’alimentation, les trois groupes des travailleurs du bois, des métaux et les perruquiers. Mais tous ces travailleurs du bois ou des métaux exercent en fait des métiers bien différents et il y a peu de point commun au sein du premier groupe entre un scieur de long et un décorateur de tables, et dans le second entre un fondeur et un épinglier. Aussi si ces deux groupes constituent bien des milieux de travail plus sensibles que d’autres au divorce, on ne peut guère parler de catégories professionnelles à leur sujet. Font exception toutefois les menuisiers et les charpentiers qui regroupant respectivement 32 et 28 % de tous les travailleurs du bois divorcés, représentent bien un métier très affecté par le divorce. Mais de tous les artisans, ce sont les perruquiers, qui illustrent l’exemple le plus probant d’un milieu professionnellement homogène massivement enclin au divorce. Ce métier qui n’emploie guère plus de 2 % de la population artisanale (et encore cette proportion a dû diminuer considérablement avec la nouvelle mode popularisée par la Révolution) fournit un contingent de près de 7 % des divorcés de 1793 à 1803 et encore 6 % sous l’Empire. Il constitue le troisième groupe, en effectifs, des artisans qui ont obtenu la dissolution de leur mariage. Il se situe en arrière des tailleurs et des cordonniers mais eux ne sont en tête que parce qu’ils émanent d’une profession particulièrement bien représentée dans le Lyon de la fin du XVIIIe siècle. Le monde des Figaro, lui, a un comportement familial tout à fait original. Il mérite, lui aussi qu’on l’étudie de plus près puisqu’il se situe en deuxième place, après les cabaretiers, pour la fréquence des divorces dans ses rangs.

IV – QUELQUES GROUPES ORIGINAUX

23Parmi les groupes offrant au moins une vingtaine de cas (6 à 7 % des artisans) nous avons donc retenu cinq exemples :

Parmi ceux qui divorcent beaucoup :

les cabaretiers
les perruquiers

Parmi ceux qui ont un comportement moyen :

les cordonniers
les tailleurs

Parmi ceux qui divorcent peu :

les chapeliers

  • 12 Claude Antoine Jardy divorce deux fois en six ans.

24Ces « perméabilités » différentes au divorce se traduisent par des comportements chronologiquement variables selon les groupes (graphique 8 p. 134). Bien que les groupes que nous étudions n’offrent qu’une base statistique faible, nous hasardons quelques remarques. Si nous observons l’attitude des perruquiers, nous constatons que non seulement ils divorcent beaucoup12 mais qu’ils le font sans hésiter et très rapidement dès que la loi le leur permet. C’est, en effet, au cours de la première année d’application de la nouvelle législation qu’ils sont le plus nombreux à ouvrir une procédure de rupture conjugale. Des trente perruquiers qui ont demandé la dissolution de leur mariage sous la Révolution, neuf, près d’un tiers, s’y sont résolus dès cette année-là. Or, en 1793, ainsi que nous l’avons vu, l’ensemble des artisans était peu sensibilisé encore au décret du 20 septembre. Leur hâte traduit l’existence de problèmes conjugaux anciens et donc d’un milieu familial agité depuis longtemps. A faire le tour de multiples « pratiques », ils augmentaient les « risques » des rencontres dangereuses pour leur foyer. Leur grande propension à divorcer se marque encore par le maximum secondaire qui affecte la courbe générale de leur mouvement et qui se situe, non en l’an X comme pour les autres artisans et pour l’ensemble des Lyonnais, mais un an plus tôt. Ils appartiennent vraisemblablement à un milieu particulièrement instable, peut-être précocement déchristianisé et qui a accueilli, comme une nécessité et sans troubles de conscience, la possibilité de divorcer.

Graphique 8. LA DIFFUSION DU DIVORCE DANS CINQ GROUPES D’ARTISANS

Graphique 8. LA DIFFUSION DU DIVORCE DANS CINQ GROUPES D’ARTISANS
  • 13 Le Journal de Lyon, no 22, novembre 1788. Mort de Madame Spreafico.

25Les cabaretiers, eux, bien que très touchés aussi par le divorce, le sont d’une manière beaucoup plus régulière. Contrairement aux perruquiers ils ne se sont pas précipités en 1793 pour faire prononcer la dissolution de leur mariage mais par la suite, chaque année ils fournissent un nombre régulier de divorces. Comme si la Révolution n’avait pas eu d’impact particulier sur leur vie privée. Comme pour les perruquiers, le divorce n’est, peut-être, que l’aboutissement d’une vie plus légère que dans d’autres milieux lyonnais. Les « tentations » sont multiples dans leurs boutiques ouvertes à une clientèle nombreuse qui vient s’y distraire et s’y amuser. L’opinion avait d’ailleurs bien conscience des dangers qui menaçaient leurs ménages. Rendant hommage au sérieux de l’épouse d’un limonadier de la place des Terreaux qui venait de mourir (des suites de sa vingt-cinquième couche !) le Journal de Lyon écrivait, en 1788, que « malgré le double écueil d’une figure très agréable, et d’un état qui expose aux empressements et aux regards, elle a su se maintenir à l’abri du soupçon »13. Il reste encore à vérifier que c’est bien pour des problèmes de fidélité que se séparèrent ces époux. Cabaretiers et perruquiers témoignent ainsi chacun selon des modalités qui leur sont propres d’une remise en cause des structures conjugales et sans doute, aussi, de la déchristianisation souterraine qui a affecté certaines couches du XVIIIe siècle urbain, et qui se révèle ainsi en marge de la déchristianisation imposée par la Convention.

26Bien différentes sont les réactions des groupes qui divorcent dans des proportions moindres. Cordonniers et tailleurs, contrairement aux perruquiers, hésitent avant d’engager une procédure qui les mènera à la séparation définitive d’avec leur conjoint et les écartera de l’Eglise. C’est seulement en l’an III que Ton commence à relever parmi eux un nombre important de ruptures conjugales. Mais dès Tan VI, un an avant les autres artisans, les tailleurs semblent se refuser à faire appel à la nouvelle loi. Un seul ménage divorce cette année-là. La reprise qui s’amorce alors, aussi bien chez les cordonniers que chez les tailleurs, est conforme au mouvement d’ensemble qu’elle suit à peu près fidèlement.

  • 14 Cohortes 1786-1789 :

27Il est intéressant de noter que, contrairement à ce qui se passe pour les cabaretiers, par exemple, ce sont les anciennes générations qui divorcent. C’est ce qui ressort de la comparaison des fréquences enregistrées pour les cohortes des mariés 1786-1789. La moyenne générale est de 1,63 %. Pour les cabaretiers elle n’est que 1,49 % alors qu’elle atteint 1,85 % et 1,73 % pour les tailleurs et les cordonniers14.

28Ce sont donc des ménages antérieurs à la Révolution qui sont dissous massivement parmi eux (comme pour les perruquiers) mais qui ne le sont qu’après une hésitation d’une année ou deux (maximum de l’an III) et après que les années difficiles de la Convention jacobine aient ébranlé définitivement leur équilibre conjugal. Des conditions de vie meilleures suppriment leur problème et les jeunes ménages, bien que constitués après la loi du divorce, sont plus unis, en tout cas plus nettement hostiles à une dissolution de mariage.

  • 1
  • 16 P. Cayeu, L’industrialisation.., op. cit., tome I, p. 114.
  • 17 M. Garden, « Ouvriers et artisans au XVIIIe siècle, L’exemple lyonnais et les problèmes de classif (...)
  • 18 Cf. p. 239.
  • 19 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 570.
  • 20 Notons toutefois que nous n’avons pas intégré les marchands-chapeliers dans ce groupeci mais dans (...)

29Les chapeliers, eux, ne divorcent pas ou peu et, pour eux, tous les chiffres concordent. La fréquence des divorces dans les cohortes 1786-1789 n’est que de 1,20 %, la plus basse de toutes celles qu’on a pu relever pour ces milieux artisanaux15. La faible représentation de ce groupe, que nous avons déjà signalée, n’est donc pas due à la désorganisation de la fabrique de chapellerie (qui a vu son activité décliner de 67,4 % de 1789 à l’an IX)16, mais bien à un milieu particulièrement résistant. Anciennes et nouvelles générations sont toutes réfractaires. Comment expliquer ceci ? Rappelons que la manufacture de chapellerie de Lyon au XVIIIe siècle constitue un milieu particulièrement contrasté socialement. S’y affrontaient quelques riches maîtres-fabricants (6000 L en moyenne d’apport au mariage)17 et une masse nombreuse d’ouvriers (500 L). Il sera indispensable de rechercher ultérieurement si les chapeliers qui ont divorcé sous la Révolution se situaient dans la frange dominante du groupe ou dans la masse des travailleurs et si le divorce était le fait des uns plutôt que des autres18. Il reste que c’est dans les rangs de cette manufacture aux structures figées et oligarchiques, dans laquelle couvaient depuis les années 1740 au moins, de dangereux mouvements d’affirmation ouvrière19, que se rencontrent les ménages les moins affectés par le divorce20.

30Les signes de leur résistance se lisent aussi dans la courbe du nombre de procédures qu’ils engagent chaque année. Comme les cordonniers, ils ne se résolvent que lentement au divorce et en 1793 ils ne fournissent qu’un seul ménage de divorcés. En l’an II leur contribution est plus importante puisqu’elle concerne trois foyers. Puis, brutalement en l’an III, ces effectifs font plus que doubler ; ils sont alors plus nombreux que les cordonniers alors qu’ils sont bien moins nombreux que ceux-ci au total. Mais à la différence de ces derniers, qui sont plus durablement affectés par le phénomène, la « percée », chez les chapeliers, n’est qu’éphémère, et très vite parmi eux, diminue le nombre des divorces. A partir de l’an VIII, comme pour les autres artisans, s’annonce une très légère reprise. Ce qu’il faut surtout remarquer, c’est que le nombre élevé de divorces en l’an III est la marque d’un comportement « involontaire » puisqu’il s’observe dans cette catégorie pourtant peu ébranlée par le divorce. Le poids de la conjoncture sociale, économique, politique, religieuse et mentale se marque, à l’évidence, cette année-là. C’est elle qui accule au divorce des foyers qui tenaient à leur union. Les groupes traditionnels, comme les chapeliers, vivent ainsi un accident. D’autres, comme les tailleurs et les cordonniers sont plus longuement influencés par la remise en cause du statut conjugal alors qu’à l’origine, ils ne l’avaient pas contesté aisément, soit qu’ils n’en ressentaient pas la nécessité (foyers plus unis), soit qu’ils ne pouvaient se libérer de leur mode de pensée. C’est pour ces derniers que l’ébranlement fut le plus violent, le plus profond et, en fin de compte, le plus durable.

***

Notes

1 Ce sondage porte sur les quatre années 1786-1789, le précédent excluait l’année 1789 pour se référer aux seuls calculs fournis par M. Garden dans sa thèse (cf. ci-dessus, p. 104).

2 Il s’appelle Kauffman et il est né dans le canton de Lucerne. Il divorce après 8 ans de mariage de Françoise Flayard qu’il avait épousée à Lyon en avril 1792 (Municipalité du Midi, 17 ventôse an IX).

3 M. Garden, « Bouchers et Boucheries de Lyon au XVIIIe siècle » (Actes du Congrès des Sociétés Savantes), Strasbourg, 1967 et thèse, op. cit., p. 96.

4 Cette rubrique comprend un ouvrier (voir note 2) et un ménage d’artisans dont on sait par les dépositions des témoins à l’assemblée de famille qu’ils tiennent boutique mais dont on ignore tout du secteur d’activité (divorce Dominique Maître — Françoise Depardon, 6 mars 1793 — sentence arbitrale. Fournereau, A.D.R. 3 F 5034, 11 février 1793). Elle comprend encore un tourneur en faïence, divorcé sous l’Empire.

5 Le premier, le 5 janvier 1793 (Divorce de Pierre Carrand (ou Carran) et Jeanne Françoise Muller) et le second le 15 pluviôse an IV (Divorce de Jean-Pierre Carrand et Martine Durand).

6 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 315.

7 Ibid., p. 318.

8 Jean-Claude Déglize, « préposé à l’inscription et au placement des ouvriers de la ville de Lyon » sous le Consulat et le Premier Empire avait adressé de multiples rapports sur la situation économique de Lyon aux autorités ministérielles et préfectorales. Pour comparer la situation de son époque à celle de la veille de la Révolution il fournit tout un appareil statistique tiré des archives des anciennes communautés (cf. M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 316).

9 Il manque à ce total : les 12 couturières et lingères dont nous ignorons la profession du mari, que nous avons dû enlever, le tableau tiré de Déglize n’incluant que la population masculine, et les 2 individus recensés note 4.

10 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 324 et 342.

11 Ce pourcentage correspond à un total de 264 qui repose sur le fait qu’en 1789, 180 maîtres bouchers représentent 68 % de la profession.

12 Claude Antoine Jardy divorce deux fois en six ans.

13 Le Journal de Lyon, no 22, novembre 1788. Mort de Madame Spreafico.

14 Cohortes 1786-1789 :

Mariages

Divorces
(jusqu’en 1816)

Fréquence

Cabaretiers
Tailleurs
Cordonniers

67
162
230

1
3
4

1,49
1,85
1,73

Chapeliers

248

3

1,20

15

16 P. Cayeu, L’industrialisation.., op. cit., tome I, p. 114.

17 M. Garden, « Ouvriers et artisans au XVIIIe siècle, L’exemple lyonnais et les problèmes de classification », Revue d’histoire économique et sociale, année 1970, no 1, p. 46.

18 Cf. p. 239.

19 M. Garden, Lyon..., op. cit., p. 570.

20 Notons toutefois que nous n’avons pas intégré les marchands-chapeliers dans ce groupeci mais dans celui des marchands et négociants.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 8. LES DIX PRINCIPAUX GROUPES D’ARTISANS DIVORCÉS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13775/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre TABLEAU 9. LES AUTRES ARTISANS DIVORCÉS
Légende Note 44
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13775/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre TABLEAU 10. RÉPARTITION DE LA POPULATION ARTISANALE PARMI LES DIVORCÉS ET PARMI LES ÉPOUX LYONNAIS DES ANNÉES 1786-1788
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13775/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre TABLEAU 11. RÉPARTITION DES ARTISANS PARMI LES DIVORCÉS ET PARMI LA POPULATION LYONNAISE EN 1789
Légende Note 99
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13775/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Graphique 8. LA DIFFUSION DU DIVORCE DANS CINQ GROUPES D’ARTISANS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13775/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search