Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Première partie. De la séparation de corps au divorce lyonnais

Chapitre VI. Le processus législatif

Texte intégral

1L’indifférence de l’opinion française n’empêche pas les députés de mener à bien une réforme dont intellectuels et juristes ressentaient de plus en plus la nécessité. Sur les bancs des assemblées, la question est débattue en deux temps, d’abord d’une manière indirecte, lors de la refonte du système judiciaire par la Constituante, puis pour elle-même, au cours des derniers mois de la Législative.

I – LA PREMIÈRE ÉTAPE SOUS LA CONSTITUANTE

  • 1 Observations sur le Divorce, p. 47.
  • 2 Pierre-François Gossin, (Souilly (Meuse), 1754 ; Paris, 23 juillet 1794 où il fut guillotiné). Lie (...)
  • 3 On peut citer deux cas au moins. Le premier est connu grâce au Journal des Débats (XII, p. 23) et (...)

2Au cours des années 1790-1791, la première assemblée élue, la Constituante, résiste aux assauts des divorciaires mais la logique de sa démarche de laïcisation la conduit à la mise en place d’une législation qui, tôt ou tard, devait favoriser l’instauration du divorce. C’est par une voie indirecte, que le 5 août 1790, elle se trouve interpellée par ce problème. Poursuivant depuis quelque temps son travail de réorganisation judiciaire de la France, elle a inscrit à l’ordre du jour de cette séance de travail, la réforme des tribunaux de famille. Il était alors question d’étendre leur compétence et de leur confier les jugements de séparations de biens et de corps, afin d’éviter l’immixtion de tiers dans les affaires particulièrement délicates des familles. Ce sujet intéressait au premier chef les partisans du divorce, bien que ceux-ci aient été partagés sur l’opportunité du maintien de cette vieille institution d’Ancien Régime. Si Hennet et Bouchotte leur étaient favorables, d’Antraigues, lui, leur était hostile car pour lui « vouloir établir en France l’autorité d’un tribunal domestique, c’est vouloir naturaliser chez un peuple sans mœurs un tribunal qui n’existe qu’avec les mœurs et qui périt avec elles »1. L’assemblée accepte la proposition qui lui est faite de débattre sur ce sujet, et le député Gossin2, débordant le débat, et, hostile à « cet usage gothique nommé la séparation de corps » supplie l’assemblée de reconnaître le divorce car il « tient que c’est un attentat à la liberté de l’homme que de lui dire : je te défends de vivre avec la femme que tu as épousée et je te défends d’en épouser une autre ». Au nom de « la liberté individuelle de l’homme » il rêve à tous ces « individus des deux sexes qui seraient ainsi » rendus à la liberté, au bonheur, à la vertu ; à ces « enfants soustraits à une mauvaise éducation, à la perte de leur patrimoine », aux « mariages plus nombreux, plus féconds », aux « bonnes moeurs rétablies et surtout » aux « droits de l’homme respectés dans un état auquel sont appelés tous les hommes ». Il propose alors de voter le décret suivant : « L’Assemblée Nationale décrète : Art. 1er : Les époux séparés actuellement de corps en justice ou qui seront séparés à l’avenir... seront libres de former de nouveaux liens ». L’Assemblée passe outre... Mais, quelques jours plus tard elle est à nouveau sollicitée par une pétition « de plusieurs citoyens de la section de Bondy qui supplient l’Assemblée de ne point se séparer avant d’avoir rendu un décret sur le divorce ». Une fois encore, l’Assemblée fait la sourde oreille et ne répond pas à cette adresse. N’oublions pas que la Constituante comprenait un quart d’ecclésiastiques et que les six cents représentants du Tiers Etat n’étaient pas tous gagnés à une pensée politique laïque. Néanmoins, cette même Assemblée admet, un an plus tard, le principe de la sécularisation du mariage et vote, le 3 septembre 1791, ce qui devint par la suite l’article 7 de la Constitution : « La loi ne considère plus le mariage que comme un contrat civil ». C’était implicitement reconnaître le divorce bien que, de celui-ci, il ne fut pas question. L’opinion ne s’y trompa pas et à partir de cette date, estimant qu’un contrat civil est révocable, plusieurs couples obtinrent le divorce, à Paris, mais aussi en province3. Leur nombre fut suffisant pour qu’un décret, voté le 4 floréal an II assurât, par son article 8, la régularisation de ces actes qui avaient anticipé sur la loi. Ainsi, par cette loi du 3 septembre 1791, la brèche était-elle ouverte dans l’édifice longuement construit au cours des siècles par l’Eglise autour du mariage indissoluble. Sans beaucoup d’éclats, elle venait de perdre son autorité dans un domaine qu’elle s’était jusque là réservé. Après la Constitution Civile du Clergé, la sécularisation du mariage était le second coup porté à la puissance temporelle et philosophique de l’Eglise.

II – LE DÉBAT À L’ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE

3Mais c’est sur les bancs de l’Assemblée Législative que vont se dérouler les débats passionnés autour de la question du divorce. C’est elle qui est le théâtre des déclarations les plus vives. C’est elle qui après un an de législature est amenée à voter la loi décisive. Très vite après son installation dans la salle du Manège, dès le dix décembre, elle est sollicitée. C’est un de ses membres qui, si l’on en croit le compte rendu officiel des séances, « fait une motion sur une demande en divorce». L’Assemblée écarte la question et décrète de passer à l’ordre du jour. Elle ne désire accorder aucune attention particulière à ce thème. Mais elle y est contrainte par de nombreuses pressions.

A – Pression accrue de l’opinion publique

4Ce sont des interventions extérieures à l’Assemblée qui vont l’obliger à se pencher sur la question du divorce. Le 13 février, elle doit envoyer au Comité de Législation une pétition de plusieurs citoyens de Paris, tendant à solliciter de l’Assemblée des lois provisoires sur le divorce et sur le sort des fils de famille. Les femmes interviennent aussi et, le 1er avril 1792, on voit arriver, dans la salle des séances, la citoyenne Etta Aelders à la tête d’une délégation des « Amies de la Vérité ». Elle réclame, pour elle et ses compagnes, le droit à l’éducation morale et politique, l’égalité des deux sexes et le droit de divorcer. Prudent, le président admet ce groupe féminin aux honneurs de la séance mais il se contente par ailleurs de répondre à sa requête que « La législative éviterait de faire ce qui peut exciter le regret des citoyennes ».

5Au même moment, la pression de l’opinion publique se traduit également par l’envoi à l’Assemblée de brochures favorables au divorce. Le 17 février, c’est Hennet qui lui a adressé la troisième édition de son étude Du Divorce. Les 18 et 19 mars, c’est Demati auteur d’un livre Sur le Divorce et sur le célibat et Villiam-Villiam, jurisconsulte anglais, rédacteur d’une lettre favorable au divorce, qui l’obligent à une reprise du débat. Dans les deux cas, elle vote mention honorable de l’hommage qui lui est fait.

  • 4 Voir annexe XV.

6Dans la rue parisienne, enfin, le thème se popularise et en août 1792 les dames de la Halle y vont de leur chanson4. Enfin, le 20 août, sur « une adresse du sieur Grémion qui demande une loi sur le divorce », l’Assemblée renvoie cette motion au Comité de Législation pour en faire le rapport sous trois jours, après lequel délai tout membre sera autorisé à présenter un projet de décret. Dès lors le débat s’engage sérieusement.

B – Les séances des 30 août et 6 septembre 1792

  • 5 Le Moniteur, du 1er septembre 1792. Compte rendu de la séance de l’Assemblée Législative du 30 août

7C’est finalement le 30 août5 que s’ouvre véritablement la discussion, bien que de manière indirecte. Certes, il y a urgence et Guadet constate, ce jour là, que le divorce est passé dans les mœurs, que « des tribunaux l’ont prononcé et moi-même comme arbitre dans un tribunal de famille ». Aussi, la discussion sur l’état-civil permet-elle au député Aubert-Dubayet d’ouvrir le débat. S’adressant à ses collègues, il leur fait remarquer qu’« en faisant une loi pour constater l’état des citoyens, votre intention a été de régénérer les mœurs publiques. Par une de ces dispositions, vous considérez le mariage comme un contrat civil ; mais vous n’avez pas encore parlé de la manière dont ce contrat pourra être rompu ». Reboul estime alors « qu’il est indispensable de consacrer le principe, attendu qu’il n’est formellement exprimé nulle part ». A la suite de ces interventions l’Assemblée déclare que le mariage est un contrat dissoluble par le divorce. On entend alors « la salle (qui) retentit d’applaudissements ». Le Comité de Législation est chargé de présenter un rapport sur ce projet de loi portant tout particulièrement sur deux points. Il faut en effet :« 1°) régler le sort des enfants ; 2°) régler le mode par lequel l’officier civil pourra s’assurer qu’un premier mariage a été rompu avant que d’en laisser contracter un second ». Le Comité travaille quelques jours. Dans la séance du 6 septembre, Robin présente les projets qu’il a rédigés pendant cette courte semaine. Mais, en ce début de septembre 1792, l’Assemblée est confrontée à des problèmes tellement graves pour l’avenir de la Révolution qu’elle est contrainte de régler au plus vite tous les problèmes secondaires en suspens. Le divorce est de ceux-là. Depuis le Dix Août, et la déchéance de Louis XVI, elle siège en permanence ; elle a dû organiser la surveillance des frontières et elle assiste, atterrée, aux massacres des prisons qui se déroulent en même temps que les travaux du Comité de Législation. Aussi le projet qui lui est présenté le 6 septembre, reflétant l’urgence, se borne-t-il à « une exposition sommaire des vues et des motifs de la loi ». La base principale en est « le consentement des époux » et la « liberté individuelle » qui « ne peut jamais être aliénée d’une manière indissoluble par aucune convention ». Il accepte donc le divorce par consentement mutuel et pour incompatibilité d’humeur et de caractère. Mais, soucieux « d’en prévenir les abus », de protéger « non seulement les époux mais encore les enfants qui en sont nés ou en doivent naître et la société entière pour laquelle le mariage, sa sainteté et sa durée sont les garants les plus assurés des bonnes mœurs » le projet prévoit « un certain nombre d’épreuves et de délais » propices à la réflexion des époux demandeurs d’une telle séparation.

C – La discussion des 13 et 14 septembre 1792

8Lors du premier grand débat, le jeudi 13 septembre 1792, l’avocat Sedillez prend la parole pour proposer son propre projet. Il ne pense pas « qu’à tout prendre ce soient les femmes qui gagnent le plus à cette nouvelle institution... car oserai-je le dire ? la liberté et l’égalité n’existent pas encore en France pour les femmes ». Pour éviter un abus du pouvoir des maris, il prévoit quatre mesures destinées à « imprimer à cet acte solennel un grand caractère de réflexion ». Il distingue, d’ailleurs, deux démarches distinctes : le divorce et la répudiation ; alors « que dans le divorce, les deux parties consentent, (que) tout est terminé par l’effet seul de leur volonté, (que) la loi n’a point de motifs à leur demander, dans la répudiation, au contraire, l’une des parties se plaint ; la loi lui doit protection mais elle doit examiner, car elle doit justice et protection à tous deux, ce sont des intérêts divers à concilier. Il ne suffit pas que l’un dise qu’il n’est pas heureux, il faut qu’il prouve qu’il ne peut pas l’être par le fait de l’autre. Il est donc indispensable de déduire des causes, et c’est là le point délicat ». Cet examen des motifs serait à confier, selon Sédillez, à ce qu’il appelle un jury de répudiation, calqué sur le jury criminel et composé de personnes nommées, en nombre égal, par chacune des parties, et par le procureur de la commune du lieu. Il est applaudi, lorsqu’il propose de composer ce jury « de femmes si c’est le mari qui provoque et d’hommes si c’est la femme qui veut répudier ». Il prévoit un divorce irrévocable en cas de consentement mutuel mais non dans le cas d’une répudiation car cette dernière « tient souvent à des causes qui peuvent changer et qui peuvent faire espérer un rapprochement durable ». Ducastel intervient alors pour défendre le projet du Comité de législation qui diffère de celui de Sédillez par le fait qu’il reconnaît l’incompatibilité d’humeur invoquée par un seul des conjoints comme motif suffisant pour obtenir le divorce. La discussion s’arrête là. La priorité est accordée au projet du comité et ce 13 septembre les deux premiers articles de la loi sont décrétés, à savoir :

9Art. 1er, le divorce, c’est-à-dire la dissolution du mariage peut avoir lieu par le consentement mutuel du mari et de la femme.

10Art. 2, Le divorce pourra avoir lieu sur la simple demande d’une des parties contractantes, soit sur l’« allégation d’incompatibilité d’humeur, soit sur des motifs déterminés ».

11Les grandes bases du divorce révolutionnaire sont ainsi définies. Elles ne seront plus remaniées jusqu’au Code Civil.

  • 6 En voici les termes. Art. VII : « Les époux vivant de fait en séparation de corps depuis plus de d (...)

12La quatrième séance de débat s’ouvre le lendemain. Elle porte sur la liste des motifs déterminés à retenir. Le Comité de Législation dont Robin est encore le rapporteur a retenu six motifs : 1) la démence, la folie ou la fureur de l’un des conjoints ; 2) la condamnation de l’un des époux à des peines afflictives ou infâmantes ; 3) les crimes, sévices ou injures graves de l’un envers l’autre ; 4) le dérèglement de mœurs ; 5) l’abandon de la femme par le mari ou du mari par la femme pendant deux ans au moins ; 6) l’absence de l’un d’eux sans nouvelles au moins pendant cinq ans ». Sur la proposition de Mailhe appuyé par Crestin, un septième motif est retenu par l’Assemblée, l’émigration, bien que Ducastel ait fait remarquer que dans ce cas « les épouses s’entendraient avec leurs maris et ce serait un excellent moyen de retenir une portion des biens au préjudice de la nation ». Mailhe avait suggéré que l’incivisme soit aussi inscrit au nombre des causes du divorce mais Ducastel y avait vu une « accusation... impossible à fonder » et avait détourné l’Assemblée de cette proposition. Les articles V et VI qui suppriment la séparation et la remplace par le divorce sont alors décrétés sans discussion. Les articles VII et VIII qui précisent ses dispositions sont écartés parce que jugés inutiles6. Pendant cette même séance sont lus les articles concernant les modes de divorce. Aucun débat ne suivra cette lecture, ni ce jour là, ni les jours suivants et c’est finalement le 20 que sera votée la loi définitive, attendu, a décrété l’Assemblée, qu’« il y a urgence ».

13On le voit donc, un débat de quinze jours, plus préparé sur la place publique – parisienne – qu’au sein d’une Assemblée sinon profondément favorable au principe, du moins qui ne lui est pas farouchement opposée, mais qui se trouve prise par le temps. Sur sept cent quarante-cinq députés, sept seulement sont intervenus en faveur de la loi et celle-ci n’a pas rencontré un seul adversaire résolu. Aucun d’entre eux n’a été suffisamment choqué pour s’insurger contre ce projet. Il est possible que celui-ci n’ait rien offert de particulièrement scandaleux à leurs yeux.

III – LES AUTEURS DE LA LOI DU 20 SEPTEMBRE 1792

  • 7 Par ordre alphabétique, Jean-Baptiste Annibal Aubert-Dubayet, Jean-François Crestin, Jean-Baptiste (...)
  • 8 Voir référence note 2.
  • 9 Notons au passage qu’il avait été élève des Oratoriens au Collège de Lyon.

14Qui donc, politiquement, mène le débat ? La Gironde ? Il est difficile de trancher nettement sur ce point. Certes, Guadet, l’un de ses plus sérieux représentants, prend l’initiative de la discussion du 30 août. Mais il est très vite relayé et appuyé par d’autres députés. On sait aussi combien les « partis » à la Législative ont des limites floues. Aussi y a-t-il là un faux problème. Pourtant, si politiquement le groupe n’est pas clairement défini, il l’est nettement socialement. On ne peut manquer de s’étonner devant l’extraordinaire homogénéité socio-professionnelle que représentent ces huit députés7. Tous, à l’exception d’un seul sont des juristes. Quatre avocats parmi eux : Guadet qui exerce à Bordeaux, Sédillez à Nemours, Crestin à Besançon, Ducastel à Paris. De Robin et Mailhe, on ne connaît pas l’activité précise mais ils sont qualifiés « d’hommes de loi » par le Dictionnaire des Parlementaires8. Enfin Reboul, bien que chimiste (il avait travaillé avec Lavoisier chez qui il logeait) n’en avait pas moins reçu une formation de juriste à-Toulouse9. Des huit, un seul, Aubert-Dubayet se distingue. Né à La Louisiane, c’est la carrière militaire qu’il avait choisie et qui l’avait conduit à participer avec enthousiasme à la Guerre d’indépendance. A cette exception près, les députés responsables de la loi étaient proches les uns des autres de par leur formation et une fonction professionnelle qui leur avait fourni une expérience concrète des problèmes conjugaux de leur époque susceptible d’étayer l’évolution de la pensée juridique du XVIIIe siècle.

15Notons enfin la jeunesse relative de ces législateurs. Aucun d’entre eux ne dépasse la cinquantaine. Quatre ont entre trente et quarante ans et le plus jeune, Reboul, en compte juste vingt-neuf. Leur situation matrimoniale personnelle pourrait être éclairante. Mais nous ne disposons d’aucune information sur leur vie privée.

16Ce sont des juristes, des hommes jeunes, mais aussi des députés issus de la France entière. Autant qu’à huit il leur soit possible de représenter ainsi toutes les régions du territoire national. Paris, bien sûr, a sa part mais elle est limitée à la participation du seul Robin et encore ce dernier est-il originaire d’Angoulême. La Gironde est présente aussi, comme nous l’avons vu en la personne de Guadet. Autre représentant du Sud-Ouest, Mailhe qui est l’élu de la Haute-Garonne, de Toulouse, plus précisément. Sédillez, lui, vient de la Seine-et-Marne, Ducastel de la Seine-Inférieure et Crestin de la Haute-Saône. Le Sud-Est a aussi ses délégués puisque Aubert-Dubayet, rentré d’Amérique, s’est fait élire par le département de l’Isère, et que c’est l’Hérault qui a envoyé siéger le jeune Reboul. On n’observe donc pas une sur-représentation parisienne mais une participation à peu près équilibrée des différentes provinces françaises.

17Le divorce, octroyé par les représentants de l’opinion éclairée, émane d’un courant de pensée, modéré, plus indifférent au fait religieux que franchement opposé, révolutionnaire parce qu’hostile aux institutions de l’Ancien Régime mais très vite effarouché par l’avancée de la démocratie populaire. Les partisans du divorce à l’Assemblée furent rapidement dépassés par le combat révolutionnaire : Guadet dut se retirer en mai 1793 lors de la chute des Girondins. (Il fut guillotiné le 15 juin 1794). Reboul, suspect sous la Terreur, dut se réfugier à Barcelone et à Gênes pour sauver sa vie. Le divorce intéressait, au premier chef, les classes bourgeoises. Est-ce elles qui, effectivement, en profitèrent- ? Ce sont les effets d’une loi théoriquement applicable à tous mais octroyée par des notables qu’il nous faudra analyser. Consciemment, en tout cas, les législateurs pensaient à un groupe bien défini : les femmes.

IV – UNE LOI POUR LES FEMMES

  • 10 Mémoires de Mme Roland, publiées par A. Dauban, Paris, Plon, 1864, 443 pages, (pp. 109-112 plus pa (...)

18La présence dans le groupe girondin d’un personnage féminin aussi brillant que Madame Roland explique peut-être que, sensible aux compétences de certains représentants du deuxième sexe, il ait lutté pour l’égalité de ses droits avec le sexe masculin. Pourtant, Madame Roland elle-même ne s’était jamais prononcée sur le divorce. Ses mémoires, en tout cas, sont muets sur ce sujet10.

19Quelle que soit l’influence directe qu’aient subie les législateurs, leur discours s’articule autour des principes généraux de bonheur, et de liberté pour les femmes. La libération de la femme, thème qui résonne très fort à nos oreilles de 1980, était aussi une de leurs préoccupations quand ils réclamaient l’établissement du divorce en France. Ecoutons Aubert-Dubayet, dans sa première intervention, celle du 30 août, qui devait entraîner le vote du divorce : « Il est temps de le reconnaître, disait-il, le contrat qui lie les époux est commun ; ils doivent incontestablement jouir des mêmes droits et la femme ne doit point être l’esclave de l’homme. L’hymen n’admet point l’asservissement d’une seule des parties. Il semble que jusqu’à ce moment les femmes aient échappé à l’attention des législateurs ; les verrons-nous plus longtemps victimes du despotisme des pères et de la perfidie des maris ; les verrons-nous plus longtemps sacrifiées à la vanité ou à l’avarice ? ».

20C’est aussi en leur faveur que Ducastel intervient pour demander que soit maintenu le motif de l’incompatibilité d’humeur. Il veut ménager leur pudeur lorsqu’« une femme peut avoir à se plaindre d’injures graves » et empêcher que la loi puisse « la réduire à dévorer ses larmes ».

21L’intervention la plus éclatante est, sans aucun doute, celle de Sédillez qui proposait un jury exclusivement composé de femmes lors d’un divorce sollicité par un homme. Devançant les objections que pouvait formuler l’assemblée masculine à laquelle il s’adressait et malgré les applaudissements dont sa proposition avait fait l’objet, il lança sa profession de foi. Outre qu’il s’agissait dans ce jury « de choses dont les femmes doivent être de très bons juges et même des juges assez sévères... n’était-il pas temps enfin de compter pour quelque chose, dans notre gouvernement, dans notre législation et la raison et l’esprit des femmes qui, sous plusieurs rapports ne le cèdent en rien à l’esprit et à la raison des hommes ? » L’Assemblée, conquise, avait, à nouveau, retenti d’applaudissements.

22C’est lui qui traduit le mieux le sentiment général. On part d’une constatation : « la liberté et l’égalité n’existent pas encore pour les femmes » et l’on œuvre pour que l’époux trouve dans l’union qu’il a contractée, « le bonheur qu’il devait naturellement y chercher ».

23Le but de ces députés fut-il atteint ? Les femmes ont-elles été les grands bénéficiaires de la loi sur le divorce, ou les victimes de cette répudiation hâtive que Sedillez croyait discerner dans tout divorce qui n’aurait pas reposé sur le consentement mutuel ? L’étude des divorces lyonnais doit permettre d’avancer une réponse.

Notes

1 Observations sur le Divorce, p. 47.

2 Pierre-François Gossin, (Souilly (Meuse), 1754 ; Paris, 23 juillet 1794 où il fut guillotiné). Lieutenant-général civil et criminel de Bar-le-Duc, député de ce bailliage aux États Généraux, il est, entre autres, à l’origine du décret divisant Paris en 48 sections. C’est sur sa proposition que les restes de Voltaire furent transportés au Panthéon (d’après le Dictionnaire des Parlementaires Français (1er mai 1789 - 1er mai 1889), publié sous la direction d’Adolphe Robert, Edgar Bourloton et Gaston Cougny, Paris, Bourloton, 1891, 5 volumes.

3 On peut citer deux cas au moins. Le premier est connu grâce au Journal des Débats (XII, p. 23) et il est rapporté dans Damas, op. cit. En 1792, bien avant le vote de la loi « un maire du département de l’Eure déjà séparé d’avec sa femme a cru pouvoir faire un pas de plus et vient de signer avec elle l’acte de divorce. Il ne s’en est pas tenu là et le voilà partageant sa couche avec une autre épouse... Un cousin à la mode de Bretagne voulut former l’opposition à ce nouveau mariage ; les tribunaux non seulement levèrent l’opposition, mais encore condamnèrent à 3.000 livres d’amende le cousin à la mode de Bretagne pour lui apprendre à se mêler des affaires d’autrui ». Le second divorce anticipé a été prononcé à Paris le 12 septembre 1792, par le juge de paix de la section des Enfants Rouges. Le ministre de la Justice, non seulement approuva cette initiative mais encore il fit publier cet acte (Archives Nationales, AD11, 33, cité dans Cruppi, op. cit.,

4 Voir annexe XV.

5 Le Moniteur, du 1er septembre 1792. Compte rendu de la séance de l’Assemblée Législative du 30 août.

6 En voici les termes. Art. VII : « Les époux vivant de fait en séparation de corps depuis plus de deux ans auront mutuellement la faculté de faire prononcer leur divorce ». Art. VIII : « A l’avenir aucune séparation de corps ne pourra être prononcée, les époux ne pourront être désunis que par le divorce ».

7 Par ordre alphabétique, Jean-Baptiste Annibal Aubert-Dubayet, Jean-François Crestin, Jean-Baptiste Louis Ducastel, Guadet, Jean-Baptiste Mailhe, Henri Paul Irénée Reboul, Léonard Robin, Mathurin Louis Etienne Sédillez.

8 Voir référence note 2.

9 Notons au passage qu’il avait été élève des Oratoriens au Collège de Lyon.

10 Mémoires de Mme Roland, publiées par A. Dauban, Paris, Plon, 1864, 443 pages, (pp. 109-112 plus particulièrement).
La seule fois où ce mot vient sous sa plume, elle n’a pas le temps de traduire son sentiment. Et pourtant elle aurait tant voulu raconter l’histoire de « cette petite cousine Trude, retirée à la campagne et divorçant aujourd’hui » (p. 182). Bien que femme, Madame Roland n’a pas placé sa lutte politique sur ce plan, encore que dans sa jeunesse, elle ait répondu au concours proposé par l’académie de Besançon : « Comment l’éducation des femmes pouvait contribuer à rendre les hommes meilleurs » pour démontrer qu’« il ne fallait pas prétendre réformer un sexe par l’autre, mais améliorer l’espèce par de bonnes lois ». Elle eut pour sa propre personne le souci de défendre son indépendance, de choisir elle-même son mari et quand son père effrayé de ses exigences l’interrogeait sur son avenir : « tu t’es rendue bien difficile, et si tu ne trouves pas ta chimère ? – elle répondait : « Je mourrais fille ». Mais elle n’érigea pas cette aspiration personnelle en revendication collective et pendant longtemps, dans sa jeunesse, elle porta en elle la ferme conviction que « le mariage était... un lien sincère, une association où la femme se charge pour l’ordinaire, du bonheur des deux individus », (p. 109-112).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search