Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Première partie. De la séparation de corps au divorce lyonnais

Chapitre V. De Paris à Lyon

Texte intégral

  • 1 Philippe Sagnac, La législation civile de la Révolution Française (1789-1804), Paris, Hachette, 189 (...)
  • 2 Art. 26 : « Le divorce sera pareillement permis car un contrat indissoluble est opposé au caractère (...)
  • 3 (Dans le département actuel du Var). « On demandera l’établissement du divorce comme le seul moyen (...)
  • 4 (Dans le département actuel de l’Essonne). Le seigneur de Fleury Mérogis était président du Parleme (...)
  • 5 (Dans le département actuel de la Seine-Saint-Denis). « Il serait du plus grand danger d’admettre l (...)
  • 6 (Dans le département actuel de la Seine-Saint-Denis). Son député devra « s’opposer aux demandes qu’ (...)
  • 7 « Si on proposait à l’Assemblée des États Généraux l’introduction d’une loi qui permettrait le divo (...)
  • 8 (Pays Basque). « Que l’on déroge à l’article premier de la coutume titre des vendications qui intro (...)

1Quittant Paris en laissant aux prises « divorciaires » et « anti-divorciaires » il nous faut, avant de gagner Lyon, survoler rapidement la province française et tenter une approche de l’ensemble de l’opinion publique sur ce délicat problème. Grâce aux Cahiers de Doléances, il est possible d’avoir une preuve éclatante que la question du divorce n’était pas aux premiers rangs des préoccupations de la Nation naissante. Il ne faut donc pas se laisser aveugler par les éclats parisiens. Philippe Sagnac1 a relevé que trois cahiers seulement le réclamaient et que quatre s’y opposaient. Les Parisiens eux-mêmes restent indifférents dans leur ensemble et seul, un de leurs cahiers est favorable à l’établissement du divorce, celui du Tiers-Etat du district des Théatins2. En dehors de la Capitale on trouve celui de Chateaudouble3, dans la sénéchaussée de Draguignan qui est inspiré par les motivations personnelles d’un grand seigneur, le duc d’Orléans, et enfin celui de la prévôté de Fleury-Mérogis4. Des quatre cahiers qui s’élèvent contre l’éventuelle reconnaissance légale de la rupture du lien conjugal, deux émanent de paroisses, celles d’Aulnay-les-Bondis5 et celle de Saints6 ; les deux autres sont l’expression des assemblées du clergé de la principauté d’Orange7 et du pays et vicomté de Soule8. Les inquiets se situent donc en partie du côté de l’Eglise bien informée des dangers que l’évolution de la jurisprudence fait courir à sa conception du mariage. On voit aussi que le scandale est la raison qui pousse les uns et les autres à prendre parti quelquefois d’ailleurs de façon opposée. Fleury-Mérogis était favorable au divorce, Aulnay-les-Bondis s’y opposait. L’impression d’indifférence générale de la nation qui se dégage des Cahiers sur le problème du divorce n’est jamais que celle de l’hiver 1789 au cours duquel ils furent rédigés. L’opinion a pu évoluer par la suite puisque c’est en 1789 que les publicistes ont été diffusés massivement à Paris.

I – APATHIE GENERALE DE L’OPINION LYONNAISE

  • 9 Le Goasguen, Le divorce devant l’opinion, les chambres et les tribunaux. Rennes, Imprimerie bretonn (...)

2Un auteur comme le Goasguen affirmait en 1913 l’apathie de la province. On n’avait alors « trouvé nulle part de pamphlet datant des deux premières années de la Révolution et provenant d’une ville de province... Les pétitions en faveur du divorce qui pullulèrent en 1792 n’existent pas au début et d’ailleurs la province s’y est toujours discrètement mêlée »9. Nos recherches à Lyon n’ont pas été plus fructueuses et ne peuvent que confirmer ce propos. Aucune brochure, aucun texte n’y a été imprimé sur ce sujet dans les dernières années du XVIIIe siècle. Les trois pistes que nous avons suivies ont été décevantes : Lyon n’a pas joué un rôle moteur dans le débat sur le divorce.

  • 10 Les docteurs Pitt dont la bibliothèque fut vendue en l’an XI et Rast décédé en 1812. Toutes deux so (...)
  • 11 Ainsi que l’indique le Catalogue des livres provenant de la bibliothèque d’un amateur qui fut vendu (...)
  • 12 Cité dans Le diocèse de Marseille, publié sous la direction de Jean-Rémy Falanque, aux éditions Let (...)

3La première source nous a été fournie par les bibliographies. Ni la Bibliographie historique de la Révolution Française établie en 1844 par M. Gonon, ni la Bibliographie critique de l’Histoire de Lyon depuis les origines jusqu’en 1789 publiée par Sébastien Charlety en 1902 ne mentionnent de parution sur ce thème. Les bibliothèques privées des Lyonnais, seconde source possible, ne se sont pas révélées plus riches. Les deux plus grandes d’entre elles, conservées actuellement dans des dépôts publics (le fonds Coste à la Bibliothèque Municipale et le fonds Galle aux Archives Départementales) ne possèdent aucun libelle concernant le divorce. A la rubrique « Catalogues » du grand fichier du fonds ancien de la Bibliothèque de la ville de Lyon nous avons pu retrouver quatre descriptions de collections de particuliers de l’an XI à 1819 (aucune liste de la période révolutionnaire) dont deux concernent les ouvrages possédés par des médecins10. Aucune de ces bibliothèques ne comprend de libelles favorables au divorce. Une seule possède une Dissertation sur l’indissolubilité absolue du lien conjugal11. Il s’agit d’ailleurs d’une publication parisienne de 1788. La dizaine de catalogues de libraires que nous avons consultés pour une vaste période qui va de 1773 (Los Rios) à 1818 (Madame Veuve Buynand née Bruyset), riches en traités juridiques ou médicaux concernant le mariage sont totalement dépourvus de titres traitant du divorce. La Bibliothèque Municipale de Lyon ne possède que les ouvrages parus à Paris ou à Londres. Lyon n’a joué aucun rôle spécifique dans le débat concernant le divorce. Peut-être des correspondances privées ou des mémoires pourraient-ils nous permettre ultérieurement de nuancer cette constatation. Il est certain en tout cas qu’aucune voix puissante et autorisée ne s’est élevée ici pour prendre position à l’égal de cet avocat marseillais qui s’écriait : « Ah, il est peu de villes dans le royaume... où le divorce, s’il pouvait être permis jamais, serait plus favorablement accueilli... Les époux se détestent presque le lendemain de leur union... Le clergé ne ferait pas mal d’examiner avec une attention impartiale la question du divorce et du célibat des prêtres »12.

II – LE SILENCE DE L’ACADEMIE

  • 13 « Que les Académiciens ne soient pas porteurs d’un idéal révolutionnaire, c’est le résultat même de (...)
  • 14 J. B. Dumas, Histoire de l’Académie Royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, 2 tomes, 1 (...)
  • 15 « La découverte de l’Amérique a-t-elle été nuisible ou utile au genre humain ?... « Les voyages peu (...)
  • 16 Si l’on en croit J. B. Dumas, op. cit., p. 272 : « Les Académiciens de Lyon sont des modèles d’amou (...)
  • 17 Député à l’Assemblée Législative. Il avait fait paraître, en 1781, à Genève, chez Pellet, un ouvrag (...)

4On ne s’étonnera guère non plus du silence de ce corps prestigieux intellectuellement que voudrait être l’Académie13. Son seul recrutement révèle une société traditionnelle dont il ne peut guère jaillir d’idées révolutionnaires. Certes, à la fin du XVIIIe siècle ce ne sont plus les nobles qui la dominent comme au temps de l’Académie des Belles-Lettres : « entre 1759 et 1790, écrit Roger Chartier, l’Académie devient une Académie bourgeoise ». Mais la bourgeoisie qui s’y retrouve exclut néanmoins le monde lyonnais du négoce, tout ce monde des affaires qui façonne et dirige la vie économique de la ville. Ce monde-là n’a peut-être pas d’aspirations intellectuelles ou artistiques mais le seul fait qu’il soit étranger à l’Académie indique que celle-ci reste un cercle fermé et coupé d’une certaine réalité sociale. Les Académiciens continuent à se passionner pour la littérature et l’histoire ancienne ; leur modernité s’exprime avec leur goût pour les sciences exactes (physique, botanique, médecine) ou les techniques (technologie de la soie, etc...) mais la philosophie sociale ou la morale politique ne sont pas dans le champ de leurs préoccupations. Ils collaborent à leur manière au projet des Lumières mais leur contribution à l’amélioration de la condition humaine se limite à l’étude des transformations possibles du monde matériel. Jamais ils ne considèrent l’homme en société. C’est l’environnement physique qu’ils veulent modifier et non l’équilibre social. Deux faits illustrent bien leur démarche. Des quarante-cinq sujets mis au concours de 1700 à 179314 trois seulement peuvent être rattachés à ce que nous appellerions les sciences sociales15. Les thèmes traités dans les imprimés ou les manuscrits qu’ils ont laissés reflètent la même indifférence aux problèmes sociaux. La famille est totalement absente de leur investigation. Ce silence est peut-être celui d’hommes parfaitement adaptés au système social et matrimonial dans lequel ils s’insèrent16 et trop repliés sur leur univers pour observer alentour. Un seul d’entre eux, Gaudin, Oratorien et bibliothécaire au Collège de la Trinité ose remettre l’ordre en question, et dans ses écrits, et dans sa vie17. Pour les autres, l’ordre familial n’est même pas du domaine de l’interrogation.

III – LES INTERVENTIONS DE LA PRESSE GIRONDINE

  • 18 Aimé Vingtrinier, Histoire des journaux de Lyon depuis leur origine jusqu’à nos jours, Lyon, Brun, (...)
  • 19 Jean Sgard, op. cit., p. 265
  • 20 Dédié à Mademoiselle XXX peu de jours avant son mariage ; dès les premiers vers, il définit la fonc (...)

5L’absence de témoignages d’auteurs engagés dans le débat prouve combien Lyon reste à l’écart du grand mouvement d’idées révolutionnaires qui passionne Paris. Pourtant il ne faut pas conclure trop vite et il faut essayer de faire jaillir de la presse lyonnaise les réactions de l’opinion locale sur ce problème. Rappelons que la presse provinciale en est à ses débuts18 et que dans les années 1780 le lecteur lyonnais ne dispose guère, comme lecture régulière, que des Affiches de Lyon. Utile pour lui aider à résoudre ses problèmes de vie quotidienne (recherche d’une nourrice, d’un teneur de livres ou d’une maison de campagne à louer, etc...), ce journal, institution lyonnaise, n’est ni un journal d’information politique ou sociale et encore moins un journal d’opinion. En 1784, Le Journal de Lyon faisant suite aux Affiches élargit un peu l’horizon de son lecteur en proposant des textes littéraires ou divertissants : poèmes, proverbes chinois, charades, et en l’informant des travaux de l’Académie. Il fourmille d’anecdotes pittoresques mais anodines. Néanmoins c’est grâce à lui qu’en 1789 le lecteur lyonnais peut s’informer de la vie politique nationale et recevoir une bouffée d’air parisien. Le journal publie en effet la chronique des séances de l’Assemblée Nationale. Mais il ne se présente point comme un journal à la pointe du combat politique ou social et rien dans ses colonnes ne pourrait laisser supposer qu’il dispose de la collaboration d’un journaliste qui avait débuté dans la presse féminine parisienne. En effet, Mathon de la Cour, son principal rédacteur de 1784 (date de la transformation des Affiches de Lyon en Journal de Lyon) à 1793, avait déjà contribué au lancement du Journal des Dames en 175919 en compagnie du poète Dorat et il avait fondé avec l’ami de ce dernier, Sautreau de Marsy, autre rédacteur du Journal des Dames, un journal destiné aux femmes l’Almanach des Muses. Son retour à Lyon dans les années 1770 entraîne la mise en veilleuse de son activité de publiciste féministe. En 1791 il laisse publier dans son journal un poème bien peu favorable à l’affirmation des droits des femmes20. Jamais avant 1793 il ne consacrera un article au divorce ou à un quelconque aspect du problème féminin ou conjugal.

  • 21 Ami des Roland ce fut lui qui publia les œuvres de Madame. Un de ses fils épouse la fille unique de (...)
  • 22 Le premier numéro de ce journal qui paraît six fois par semaine (tous les jours sauf le dimanche) e (...)
  • 23 Il n’en coûtait par contre que 15 livres par an pour recevoir le Journal de la Société Populaire de (...)
  • 24 Quand Champagneux se retira de la rédaction, pour raison de santé, il confi a son journal au docteu (...)
  • 25 Le Courrier de Lyon diffuse les idées de Roland de La Platière (voir par exemple le numéro du 18 ma (...)
  • 26 Cf. par exemple les numéros des 14 avril et 15 décembre 1790.
  • 27 Le dépôt légal imprimeur de la Bibliothèque de la Ville de Lyon, d’institution récente, n’a aucune (...)
  • 28 A. Vingtrinier, op. cit., pp. 16-21.
  • 29 Le 16 janvier 1791 paraît le premier numéro du Journal de la Société Populaire des Amis de la Const (...)

6Depuis 1789, la bourgeoisie lyonnaise éprise de liberté, d’ordre et d’égalité peut se retrouver dans les idées que développe l’avocat Champagneux21 dans le journal qu’il vient de créer Le Courrier de Lyon ou Résumé Général des Révolutions de la France22. L’abonnement coûteux qu’il a fixé, vingt-sept livres par an23, opère nécessairement un tri parmi les lecteurs. Même si certains Lyonnais sont attirés par l’aspect désintéressé d’une entreprise qui se propose de distribuer les bénéfices aux pauvres par l’intermédiaire des curés, il ne peut guère recruter ses abonnés que parmi une certaine bourgeoisie24 lyonnaise, représentative du courant girondin25 de la ville. Il est aussi l’expression officielle de la Municipalité26. A-t-il une large audience ? Question délicate à résoudre en l’absence d’archives27. Il ne semble pas, d’après l’abbé Guillon que Le Courrier ait jamais eu beaucoup d’abonnés. On ne se fierait guère à cet auteur réactionnaire et excessivement partial si ses dires n’étaient corroborés par A. Vingtrinier : « malgré la préface des œuvres de Mme Roland où M. Champagneux parle des bénéfices de son journal nous penchons pour l’opinion de l’abbé Guillon »28. Toutefois, le nombre d’abonnés n’est pas le seul indice intéressant de la diffusion d’un journal. Le nombre des lecteurs seul est déterminant. Malheureusement il est encore plus difficile à connaître. Faisant nôtre l’opinion de Vingtrinier qui concluait que « les clubistes de l’époque lisaient sans doute mais ne s’abonnaient pas », disons que ce journal avait une « certaine » emprise sur l’opinion de ceux qui avaient le pouvoir à Lyon, d’autant plus que jusqu’au début de 1791 il fut le seul journal de la ville29.

7Il est de manière systématique à l’écoute des événements parisiens. Plus que l’expression d’une opinion lyonnaise, il véhicule les idées de la capitale, il les transmet mais il intervient aussi pour les commenter. C’est ainsi que pour le problème du divorce, non seulement il se fait l’écho des brochures parisiennes, mais il y ajoute sa propre pensée. Il aborde ce thème pour la première fois dans sa rubrique « Variétés » le 14 novembre 1789 en présentant longuement les Réflexions d’un bon citoyen en faveur du divorce qui vient d’être adressé à l’Assemblée Nationale. Alors que ce journal ne comporte que huit pages, la rédaction en consacre deux à cette brochure. Mais le résumé qui est donné de celle-ci n’occupe qu’un seul paragraphe dans les colonnes du journal, un seul paragraphe prudemment précédé d’un avertissement : « il (le journal) ne prétend pas favoriser l’inconstance ou la facilité d’aller de spéculation en spéculation ». Vient ensuite l’essentiel de l’article qui consiste en un long développement des thèses de la rédaction. Ce commentaire s’articule autour de deux points : la société peut tolérer le divorce mais doit surtout s’employer à le prévenir et pour cela revenir à la suprématie maritale. Interpellant le lecteur pour mieux le convaincre, il s’écrie : « Mais voulez-vous rendre infiniment rares les causes du divorce ? Changez vos usages, corrigez vos mœurs et surtout rendez à l’époux la suprématie qu’il tient de la nature et qu’il a lâchement perdue en se soumettant avec bassesse à la variété perpétuelle que le caprice donne au caractère des femmes ». Il n’est pas question comme à Paris de l’égalité des droits des sexes : « Un homme doit aimer, respecter son épouse ; supporter avec indulgence ses défauts mais il doit être le maître. L’instant où la femme se croit l’égale du mari est celui où la division se manifestera dans l’intérieur ». C’est ainsi que curieusement dans cette conception traditionnelle vient s’insérer le divorce. Suivons le second point du raisonnement : « Au reste rien ne serait plus propre à ramener les bonnes mœurs, la paix et le bonheur dans les ménages, que le divorce. Une femme qui aurait cette salutaire inquiétude, qui saurait que le déshonneur public serait attaché à l’expulsion de la maison de son époux, s’exposerait rarement à ce malheur. Elle aimerait ses devoirs, elle les remplirait et se concilierait la tendresse de tout ce qui l’entoure ». Voilà de quoi rassurer les esprits timides. Il ne paraît pas songer à l’éventualité d’une rupture demandée par l’épouse. Les objections des dévots, elles, sont vite balayées par une petite phrase de conclusion : « Moïse à qui on ne contestera pas d’être un des plus grands législateurs avait connu la nécessité du divorce et l’avait permis ».

8Ce sont pourtant les objections des Catholiques que le journal redoute. On le voit bien quand il aborde une nouvelle fois le problème deux semaines plus tard dans son numéro du 28 novembre. Il rapporte que l’Assemblée Nationale vient de recevoir les Griefs et plaintes des femmes mal mariées et se gardant bien d’en donner une analyse précise, il se contente d’annoncer que « cette brochure est un plaidoyer en faveur du divorce ». Toutefois, il exprime la nécessité de souligner que « l’auteur s’attache à prouver que la doctrine des saints Pères de l’Eglise et la religion ne s’opposent point à cet égard au vœu de la nature ».

  • 30 Référence exacte : Linguet, Légitimité du Divorce, justifiée par les Saintes Ecritures, par les Pèr (...)

9Le « divorce-dissuasion » dont le journal s’était fait le défenseur cède bientôt le pas au « divorce-nécessité ». Le 16 février 1790, le Courrier de Lyon consacre à nouveau une page à la question à l’occasion de la parution de l’ouvrage de Linguet, Légitimité du divorce justifié par les saintes écritures30. Il divise son article en deux parties et ne retient, dans la première, qu’un extrait de l’avertissement que Linguet a placé en tête de son ouvrage pour prouver l’utilité du projet proposé : « Il me semble que j’ai droit de compter sur les suffrages au moins de tous les époux mécontents : or, s’il y a un corps qui puisse prétendre à représenter le public, s’il y en a un qui puisse donner son opinion pour l’opinion publique, je crois que c’est celui-là ». La seconde partie, qui peut apparaître comme une conclusion, cite un extrait de l’ouvrage de Linguet propre à présenter le divorce comme une mesure indispensable mais heureusement passagère : « Dans le premier instant où la barrière qui repousse le divorce serait levée on verrait peut-être une espèce de flots d’époux mécontents qui se hâteraient d’user d’une liberté dont l’espèce humaine aurait été si longtemps privée dans nos contrées ; mais après cet enthousiasme passager qui est toujours le fruit de la nouveauté, les répudiations deviendraient certainement aussi rares que les mauvais ménages sont communs aujourd’hui ». Le journal s’efforce donc de présenter le divorce comme un remède salutaire contre la médiocrité des foyers ; par son efficacité même il deviendrait vite inutilisé. C’est probablement pour venir à l’appui de cette thèse du « divorce-nécessité » qu’il publie quelques mois plus tard, le 23 avril 1790, en première page, de curieuses « Statistiques sur l’état des époux londoniens » extraites « d’un papier anglais » et affirmant que si sur les 196.840 ménages dénombrés à Londres (!) 3.472 vivent séparés de fait et 4.175 ont ouvert une procédure de séparation, 30.000 sont désunis, 55.000 indifférents et seulement 13 sont vraiment heureux. Toutefois, cette fois-ci il se garde bien de tout commentaire !

10Favorable par nécessité au divorce, tolérant cette procédure qui ne peut en aucun cas choquer les sentiments religieux d’un milieu qui est sinon anticlérical du moins acquis aux idées nouvelles, Champagneux ouvre ses colonnes, le 25 mars 1790, à la lettre d’un lecteur favorable au mariage des prêtres et bien qu’il publie, quinze jours plus tard, la lettre d’un abbé qui défend le célibat ecclésiastique, il y ajoute un commentaire « libéral » : « nous convenons avec lui que la continence est une vertu sublime, mais n’est-elle pas trop souvent au-dessus des forces de l’humanité ? ».

  • 31 « Après avoir longuement parlé d’une demoiselle Théroigne, qu’il suppose amoureuse du corps législa (...)
  • 32 Le Courrier de Lyon, no 27, 1er avril 1790.
  • 33 Le Courrier de Lyon, no 12, 14 mai 1790.
  • 34 Le Courrier de Lyon, no 19, 24 mai 1790.

11Néanmoins, jamais ce journal ne combattra pour l’égalité des droits de l’homme et de la femme. Cette dernière est toujours regardée avec condescendance. Témoin cette chronique de Paris que publie le Courrier le 28 novembre 1789 : « On remarque que depuis le mois de juillet dernier nos dames n’ont plus de maladies nerveuses » parce que la Révolution naissante est venue troubler leur vie. Le militantisme féminin l’excède, et il cite complaisamment les propos des Actes des Apôtres qui ridiculisent Théroigne de Méricourt31. Il n’est pas question pour lui de reconnaître de quelconques droits politiques à la femme. Commentant le discours que Mme de... a prononcé à Lyon dans une « société de dames » sur cette question : « Les dames ont-elles droit de concourir à la législation d’un empire » dans lequel l’auteur revendique les droits politiques, le journal élude la question et explique : « nous sommes bien loin de critiquer le plaidoyer de Mme de..., mais nous disons qu’elle aurait dû ne pas oublier que les hommes, ces législateurs auxquels elle porte envie sont eux-mêmes sous l’emprise des femmes, et que cet empire est vraiment au-dessus de tout, quand il emprunte sa force des grâces et des vertus »32. Quand les femmes de Lyon se retrouvent autour de Mme de Laval pour organiser leur participation à la Fête de la Fédération et font part de la naissance de leur mouvement au journal, celui-ci n’est sensible qu’à l’aspect économique de leur action. Les cinquante citoyennes qui se sont ainsi regroupées désirent, en effet, « prendre l’engagement de ne s’habiller qu’en soie jusqu’à ce que la grande Fabrique ait repris son ancienne activité »33. Il encourage cette initiative et se désespère même du démarrage bien lent de l’entreprise : « comment les épouses des négociants qui ont tant d’intérêt à revivifier les fabriques de soie ne s’empressent-elles pas de souscrire ? »34. Néanmoins il leur refuse le droit de se mêler aux grandes festivités prévues car « il ne faut pas que cette seconde fête que nous prépare le patriotisme de nos dames se cumule avec la cérémonie de la fédération des gardes nationales ; il convient que le spectacle soit pour le lendemain ».

12Cette presse girondine qui manque d’initiative et se contente de réagir aux propositions parisiennes ne manque pourtant pas de conviction. Elle participe fermement au débat mais, si elle se rallie sans trop de réticence à l’idée du divorce, elle n’y parvient qu’à la suite d’un cheminement mental et intellectuel bien différent de celui des divorciaires de la capitale. C’est au nom de la traditionnelle sujétion de la femme au mari qu’elle défend le droit de l’époux à se séparer de celle-ci. Elle révèle ainsi une mentalité lyonnaise (ou une des tendances de l’opinion) en opposition totale avec l’esprit parisien dont elle se démarque vigoureusement par son antiféminisme.

  • 35 Néanmoins, les deux journaux sont souvent confondus. E. Sullerot a cru reconnaître dans ce dernier (...)
  • 36 D’après Eugène Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Paris (...)

13Depuis le 2 avril 1791 un autre Journal de Lyon a fait son apparition. Ayant pour sous-titre le Moniteur du Département de Rhône et Loire, il précise dès le numéro dix-huit qu’il est dédié aux sections et aux bataillons de la ville de Lyon. Son ton est totalement différent de l’autre Journal de Lyon35, celui de Mathon de la Cour qui poursuit alors parallèlement ses publications après avoir absorbé le Courrier... Défenseur modéré de Chalier au cours de l’hiver 1793 il fait volte face par la suite, peut-être parce qu’il est alors acheté par le département qui redoutait la haine « brutale dont il était animé et qui en fit la terreur de tous les honnêtes gens »36. Toujours est-il que ce journal est le seul à suivre les tentatives locales d’émergence d’un mouvement politique féminin. A la différence du Courrier de Lyon qui ne manifeste aucune initiative et est à la traîne de l’information parisienne, Le Journal de Carrier, lui, est à l’écoute de l’opinion lyonnaise. Le 29 juin 1791, par exemple, il s’insurge contre le maintien des Pénitentes : « Pourquoi existe-t-il encore des bastilles contre le beau sexe tandis qu’il n’en est plus depuis longtemps pour les hommes ? Faut-il pour délivrer et rendre à la lumière des captives innocentes enflammer l’inspiration de nos concitoyennes et les inciter... à briser les portes de ce bagne avec éclat ? » Dans son numéro du 9 janvier 1793, il encourage le club des femmes et il croit fermement que les sociétés populaires envieront sans doute la sagesse vraiment républicaine des femmes de Lyon ». Le lendemain il donne un « extrait des discours prononcés par nos estimables républicaines » en regrettant « de ne pas pouvoir les insérer tous. Une simplicité vraiment énergique, peu de mots et beaucoup de pensées, voilà ce que l’on remarque dans tous ». Néanmoins, à la différence du Courrier de Lyon, il n’engage pas de débat sur le divorce et il faut attendre plusieurs mois après le vote de la loi pour qu’il consacre un article à ce problème.

  • 37 La Société Populaire des Amis de la Constitution,, née en août 1790, et dont la première séance ava (...)
  • 38 Journal de la Société Populaire des Amis de la Constitution, no 3, 23 janvier 1791.

14Prenant chronologiquement la suite du Courrier de Lyon mais émanant d’un groupe socialement plus modeste,37 c’est le Journal de la Société Populaire des Amis de la Constitution qui assure la relève de la presse lyonnaise. Jamais, pendant les quatre mois que dure la parution de ce bi-hebdomadaire (16 janvier-10 avril 1791), il n’aborde la question du divorce. Par contre, il consacre beaucoup de ses articles à la défense du club des citoyennes qu’il a d’ailleurs contribué à créer. Il s’efforce de promouvoir l’éducation des femmes, seule susceptible de faire d’elles des épouses et des mères efficaces qui pourront « s’occuper avec joie du soin glorieux de donner des sujets à l’Etat et à la Patrie »38.

  • 39 Maurice Wahl, Les premières années de la Révolution à Lyon (1788-1792), Paris, A. Colin, 1894, p. 6 (...)
  • 40 L’affiche est conservée aux Archives Nationales F7 3255 (d’après M. Wahl, op. cit. p. 605).

15L’année 1792, si animée à Paris, n’a laissé aucune trace à Lyon en ce qui concerne le débat sur le divorce. Les femmes interviennent bien dans la vie publique et avec virulence, mais c’est en faveur de l’approvisionnement de Lyon et en tant que mères qu’elles se définissent. Le 15 septembre, elles adressent à la municipalité, une pétition dans laquelle elles se plaignent « de mourir des milliers de fois en voyant manquer à leurs enfants leurs besoins physiques »39. Parti du club des femmes ce mouvement aboutit à l’impression d’un tarif des marchandises qu’elles font placarder40. C’est leur seule action.

  • 41 Marie Cerati, Le club des citoyennes républicaines révolutionnaires, Paris, Editions Sociales, 1966 (...)

16C’est donc dans une ville indifférente qu’en septembre 1792 va s’appliquer la législation révolutionnaire du divorce. L’opinion bourgeoise quand elle n’est pas silencieuse – et ceci concerne le courant girondin – reste passive et à la remorque des idées parisiennes qu’elle défend parfois mais au nom des justifications les plus traditionnelles. Quant aux milieux populaires pourtant préoccupés des droits politiques des femmes, ils ne vont pas jusqu’à remettre en question l’ordre conjugal. On ne remarque pas à Lyon de mouvement féministe semblable à celui du club des citoyennes républicaines révolutionnaires de Paris et acharné comme lui à défendre le droit de ses militantes à disposer d’elles-mêmes41. La discussion est parisienne. Lyon observe et se contente de suivre, parfois avec attention mais sans grande passion, le grand débat qui agite Paris et plus particulièrement certains rangs de l’Assemblée.

Notes

1 Philippe Sagnac, La législation civile de la Révolution Française (1789-1804), Paris, Hachette, 1898, 445 pages.

2 Art. 26 : « Le divorce sera pareillement permis car un contrat indissoluble est opposé au caractère inconstant de l’homme » (Archives Parlementaires, 1ère série, tome 5, p. 316 ; d’après Philippe Sagnac, op. cit., p. 282).

3 (Dans le département actuel du Var). « On demandera l’établissement du divorce comme le seul moyen d’éviter le malheur et le scandale des unions mal assorties et des séparations », d’après Philippe Sagnac, op. cit., p. 283.

4 (Dans le département actuel de l’Essonne). Le seigneur de Fleury Mérogis était président du Parlement de Paris. « Pour éviter le scandale, il serait utile de laisser la liberté du divorce, en la rendant notoire par une simple assemblée des parents des deux parties devant le juge royal, où il serait pourvu aux droits et à l’existence des enfants, en leur délaissant une partie des biens propres et de communauté des parties divisées » (Archives Parlementaires, 1ère série, tome 4, p. 549).

5 (Dans le département actuel de la Seine-Saint-Denis). « Il serait du plus grand danger d’admettre le divorce qui occasionnerait un bouleversement général en France et serait le sujet du plus grand scandale » (Archives Parlementaires, 1ère série, tome 4, p. 326).

6 (Dans le département actuel de la Seine-Saint-Denis). Son député devra « s’opposer aux demandes qu’on pourrait faire pour le divorce » (Archives Parlementaires, 1ère série, tome 4, p. 124).

7 « Si on proposait à l’Assemblée des États Généraux l’introduction d’une loi qui permettrait le divorce, nous chargerons notre député de s’opposer à l’établissement d’une pareille loi comme contraire au droit divin et aux bonnes mœurs » (Archives Parlementaires, tome 5, p. 775, d’après Philippe Sagnac, op. cit., p. 283).

8 (Pays Basque). « Que l’on déroge à l’article premier de la coutume titre des vendications qui introduit la répudiation (Archives Parlementaires, tome 5, p. 775).

9 Le Goasguen, Le divorce devant l’opinion, les chambres et les tribunaux. Rennes, Imprimerie bretonne, 1913, p. 12. Il emprunte lui-même cette constatation à Ollivier-Martin, La crise du mariage dans la législation intermédiaire (1789 1804), p. 52.

10 Les docteurs Pitt dont la bibliothèque fut vendue en l’an XI et Rast décédé en 1812. Toutes deux sont des bibliothèques spécialisées en médecine. C’est à ce titre qu’elles contiennent le Traité de la dissolution du mariage pour cause d’impuissance, par Bouhier (1735) ou Les inconvénients du célibat des prêtres, 1790. M. Pitt, esprit plus léger, possédait aussi Les privilèges du cocuage et Les Bijoux indiscrets.

11 Ainsi que l’indique le Catalogue des livres provenant de la bibliothèque d’un amateur qui fut vendue le 13 décembre 1819, rue Mercière, no 20.

12 Cité dans Le diocèse de Marseille, publié sous la direction de Jean-Rémy Falanque, aux éditions Letouzey et Ané, Paris, 1967, p. 197.

13 « Que les Académiciens ne soient pas porteurs d’un idéal révolutionnaire, c’est le résultat même de leur existence comme corps lié à l’Ancien Régime ». Roger Chartier, « l’Académie de Lyon au XVIIIe siècle. Étude de sociologie culturelle », Nouvelles Études lyonnaises, Genève, Droz, 1969, p. 247.

14 J. B. Dumas, Histoire de l’Académie Royale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, 2 tomes, 1839, 468 et 640 pages.

15 « La découverte de l’Amérique a-t-elle été nuisible ou utile au genre humain ?... « Les voyages peuvent-ils être considérés comme un moyen de perfectionner l’éducation ? » « Quelles vérités et quels sentiments importe-t-il le plus d’inculquer aux hommes pour leur bonheur ? ».

16 Si l’on en croit J. B. Dumas, op. cit., p. 272 : « Les Académiciens de Lyon sont des modèles d’amour conjugal. Brossette se compose une bague avec la glande spinéale de sa femme. J. J. Pestalozzi meurt de douleur 20 jours après la mort de la sienne et C. J. de Ruolz périt dans les flots pour conserver la compagne de sa vie ».

17 Député à l’Assemblée Législative. Il avait fait paraître, en 1781, à Genève, chez Pellet, un ouvrage intitulé Inconvénients du célibat des prêtres prouvés par des recherches historiques. Il publie ultérieurement Avis à mon fils âgé de sept ans, ce qui fait écrire à J.-B. Dumas : « ce dernier ouvrage semble prouver que le père Gaudin était fort pénétré de son sujet lorsqu’il a écrit l’ouvrage relatif aux inconvénients du célibat des prêtres ».

18 Aimé Vingtrinier, Histoire des journaux de Lyon depuis leur origine jusqu’à nos jours, Lyon, Brun, 1852, 118 p. H. Duranton, Catalogue des périodiques antérieurs à 1800 conservés à la Bibliothèque Municipale de Lyon, Lyon, 1976, 105 pages. Michel Loche, « Journaux imprimés à Lyon (1633-1794) », Le Vieux Papier, décembre 1968, 28 pages.

19 Jean Sgard, op. cit., p. 265

20 Dédié à Mademoiselle XXX peu de jours avant son mariage ; dès les premiers vers, il définit la fonction qui échoit à la femme qui se marie s « Quand vous aurez prononcé le serment de rendre heureux l’époux qui vous aura choisie » veillez sur lui, recommande l’auteur, et s’il vous est infidèle « en reproches amers, gardez-vous d’éclater... qu’il trouve en arrivant l’amour sur votre bouche et le pardon dans votre cœur. » (Journal de Lyon, 5 janvier 1791).

21 Ami des Roland ce fut lui qui publia les œuvres de Madame. Un de ses fils épouse la fille unique de ce ménage.

22 Le premier numéro de ce journal qui paraît six fois par semaine (tous les jours sauf le dimanche) est du 1er septembre 1789. Le 3 avril 1791, il fusionne avec le Journal de Lyon qui estimait que deux journaux se partageant la même ville pouvaient « se nuire mutuellement ».

23 Il n’en coûtait par contre que 15 livres par an pour recevoir le Journal de la Société Populaire des Amis de la Constitution.

24 Quand Champagneux se retira de la rédaction, pour raison de santé, il confi a son journal au docteur Jacques Pitt (né à Montbrison, âgé de 46 ans) et au comédien Planterre, acteur au théâtre de Lyon.

25 Le Courrier de Lyon diffuse les idées de Roland de La Platière (voir par exemple le numéro du 18 mars 1790).

26 Cf. par exemple les numéros des 14 avril et 15 décembre 1790.

27 Le dépôt légal imprimeur de la Bibliothèque de la Ville de Lyon, d’institution récente, n’a aucune trace d’archives anciennes. Les Archives Départementales et les Archives Municipales n om jamais, d’après le témoignage de leurs conservateurs, conservé de dossier de ce genre.

28 A. Vingtrinier, op. cit., pp. 16-21.

29 Le 16 janvier 1791 paraît le premier numéro du Journal de la Société Populaire des Amis de la Constitution. Le dernier numéro du Courrier de Lyon est du 9 février 1791. Certes, le Journal de Lyon poursuivait sa carrière mais il s’en tenait à ses chroniques littéraires.

30 Référence exacte : Linguet, Légitimité du Divorce, justifiée par les Saintes Ecritures, par les Pères de l’Eglise, par les Conciles et aux Etats Généraux. Bruxelles, 1789, in 8°, 40 pages.

31 « Après avoir longuement parlé d’une demoiselle Théroigne, qu’il suppose amoureuse du corps législatif et disposé à épouser ses 1.200 membres, l’auteur nous la peint malade ; puis décrivant son traitement, il nous dit que pour la soulager, M. Blin médecin, l’un des 1.200 législateurs lui a fait appliquer sur la tempe gauche deux discours de M. Goui d’Arcy pour lui rendre le sommeil, ce qui lui a parfaitement réussi ; qu’il lui a ordonné une tisane de patience, composée de deux péroraisons de M. Target, dans laquelle il a fait infuser une harangue de M. Mirabeau l’aîné, plus une infusion de deux motions de MM. Prieur et Bergasse pour lui rendre la voix, etc, Le Courrier de Lyon, dimanche 4 avril 1790.

32 Le Courrier de Lyon, no 27, 1er avril 1790.

33 Le Courrier de Lyon, no 12, 14 mai 1790.

34 Le Courrier de Lyon, no 19, 24 mai 1790.

35 Néanmoins, les deux journaux sont souvent confondus. E. Sullerot a cru reconnaître dans ce dernier l’influence du journaliste Mathon de la Cour, qui était, en fait, rédacteur du premier (E. Sullerot, op. cit., p. 25).

36 D’après Eugène Hatin. Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Paris, Firmin Didot, 1866, 660 pages.

37 La Société Populaire des Amis de la Constitution,, née en août 1790, et dont la première séance avait eu lieu le 10 septembre suivant, avait voulu s’ouvrir, selon ses propres termes, au « petit bourgeois » et au « simple artisan ». Elle avait créé un club dans chacune des 28 sections de la ville. Au moment où elle décide de publier son journal, elle n’est pas affiliée au Club des Jacobins, dont ne dépend que la société rivale, celle des Amis de la Constitution (Journal de la Société Populaire des Amis de la Constitution, no 1, dimanche 16 janvier 1791).

38 Journal de la Société Populaire des Amis de la Constitution, no 3, 23 janvier 1791.

39 Maurice Wahl, Les premières années de la Révolution à Lyon (1788-1792), Paris, A. Colin, 1894, p. 604.

40 L’affiche est conservée aux Archives Nationales F7 3255 (d’après M. Wahl, op. cit. p. 605).

41 Marie Cerati, Le club des citoyennes républicaines révolutionnaires, Paris, Editions Sociales, 1966, 198 pages.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search