Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Première partie. De la séparation de corps au divorce lyonnais

Chapitre IV. Partisans et adversaires du divorce

Texte intégral

1A partir de 1768 et de la publication, grâce à l’appui de Voltaire, du Cri d’un honnête homme..., un grand nombre de brochures favorables au divorce paraissent, non à Paris, trop dangereux pour les auteurs non conformistes, mais à Londres ou à Genève. Les idées des juristes et celles des philosophes se diffusent ainsi plus largement et quittent le cadre des spécialistes ou des milieux éclairés. Certaines de ces brochures rencontrent immédiatement un grand succès. Les thèmes qu’elles développent et qui apparaissent ainsi pour la première fois dans l’histoire moderne sont appelés à un grand succès. Comme pour beaucoup d’idées révolutionnaires, leur portée déborde le siècle. Le Cri d’un honnête homme, par exemple, fut maintes fois réédité au cours des dernières années du XVIIIe siècle et même en 1880, pendant le second grand débat français sur le divorce où il fut alors préfacé par Naquet. Ces fascicules, peu volumineux, dont le nombre de pages oscille entre dix et cinquante, témoignent de la faveur dont commence à jouir alors le problème du divorce. Ils attestent du souci qu’ont leurs auteurs de populariser leurs thèses.

I – LES PHASES DE LA CAMPAGNE

  • 1 Personnage obscur dont on ne sait pas grand’chose sinon qu’« il a publié de 1766 à 1792 plusieurs (...)

2De fait, ce mouvement d’opinion se déroule en deux vagues successives dont la première, au tournant des années 1770, repose avant tout sur l’activité déployée par un seul homme, Cerfvol1. Certes, le personnage se dépense et en trois ans, de 1768 à 1771, il fait paraître cinq livres différents sur ce même sujet. Cette première offensive « militante » ne peut être considérée comme la cause du changement des mentalités sur les problèmes conjugaux mais elle en est un des révélateurs. Fait significatif, elle coïncide avec la mutation sémantique du mot divorce qu’enregistre le dictionnaire de l’Académie en 1771.

  • 2 Le chevalier Albin-Joseph-Ulpien Hennet (Maubeuge, 1758 ; Paris, 1828). Surnuméraire au ministère (...)

3Seconde phase d’intense propagande en faveur du divorce : 1789. C’est alors que sont publiés, en France cette fois-ci, à Paris, dix titres dont un jouit très vite d’une grande popularité. Il s’agit de l’ouvrage Du Divorce publié anonymement par Desenne et dont on ne connaît l’auteur, Ulpien Hennet2 qu’avec la troisième édition, celle de 1792. C’est un homme sérieux « qui a médité et approfondi son sujet » écrit Le Moniteur en consacrant près de trois colonnes à résumer son livre. Il annonce en introduction « Dans un moment où le désir et l’espoir d’être utile produisent un si grand nombre d’écrivains, lorsque l’empressement de répandre des opinions que l’on croit avantageuses au bien public, rend en quelque sorte excusables la précipitation et le défaut d’ordre que l’on a pu remarquer dans quelques ouvrages, l’auteur de celui que nous annonçons a eu le courage de travailler avec patience. Ce livre nous a paru remarquable, non seulement par l’érudition mais surtout par l’ordre lumineux et méthodique que l’auteur a mis dans sa discussion ; on verra pourtant qu’il ne manque ni de cette chaleur qu’inspire à un homme sensible la défense d’une cause légitime, ni de cette éloquence du sentiment qui répand un charme touchant sur les discussions les plus abstraites, et qui ferait pardonner de légers défauts, si l’on pouvait en reprocher à son ouvrage ». Le public dut penser comme le journal car le succès de la brochure est tel que la première édition est épuisée sur le champ et qu’il est à l’origine de plusieurs autres ouvrages qui le complètent ou qui s’efforcent de le réfuter. C’est lui qui oblige le Comte d’Antraigues à pénétrer dans le débat. Il appuie Hennet. « Il n’y a donc pas un instant à perdre, écrit-il, dès qu’une idée nouvelle s’empare des esprits, il faut se hâter, d’en développer les inconvénients et les avantages, et tout citoyen doit sacrifier de bien dire, qui demande de la correction et du temps, au devoir impérieux de produire le plus tôt possible, les idées qu’il croit utile ». Il rédigé donc la même année les Observations sur le divorce.

  • 3 Jésuite, né à Villeneuve-de-Berg en 1741. En 1789, il était aumônier de la princesse de Conti. Il (...)

41789 voit aussi l’arrivée sur la scène des adversaires du divorce, ce qui montre assez que ceux-ci commençaient à prendre au sérieux la campagne qui se menait. Le contradicteur d’Hennet le plus célèbre et le plus virulent est l’abbé Barruel3. Il répond à l’auteur du Divorce sous forme de Lettres à un député de l’Assemblée Nationale.

  • 4 Paul-Pierre Alexandre Bouchotte (1754-1821), avocat et procureur du roi à Bar-sur-Seine. Élu déput (...)
  • 5 Charles-Louis Rousseau, Essai sur l’éducation et l’existence civile et politique des femmes dans l (...)
  • 6 Chapt de Rastignac, Accord de la Révélation et de la Raison contre le divorce, Paris, Clousier, 17 (...)
  • 7 Il s’agit d’Émilie de Varmont ou le Divorce nécessaire. Son auteur, Jean-Baptiste Louvet du Couvra (...)
  • 8 Marcel Cruppi, Le divorce pendant la Révolution (1792-1804), Paris, Arthur Rousseau, 1909, p. 15.

5Dès lors, jusqu’au vote de la loi de septembre 1792, le débat ne désamorce pas. Des députés interviennent, en faveur du divorce comme Bouchotte4 et Rousseau5 en 1790, ou contre lui, comme l’abbé Chapt de Rastignac6, député du clergé d’Orléans aux Etats Généraux. Un roman, le premier à prendre le divorce pour thème paraît l’année suivante7. Le ton monte, il se fait très virulent chez les opposants à la réforme. « La violence particulière des « anti-divorciaires » prêtres ou laïques doit être signalée. La plupart des brochures contre le divorce ont un ton agressif que n’ont que rarement celles des partisans du divorce »8. On trouvera dans la bibliographie la liste de ces brochures dont quelques-unes sont consultables à la Bibliothèque Nationale. Beaucoup ne sont encore connues que par leur titre. Il n’est malheureusement pas possible de connaître le chiffre de leur tirage, ni la géographie sociale de leur diffusion.

  • 9 Selon M. Cruppi, op. cit., p. 32, ce sont les Petites Affiches qui interviennent les premières dan (...)
  • 10 Mensuel, publié à Paris et à La Haye de 1759 à 1779, dont l’équipe de rédaction comprenait indiffé (...)
  • 11 Evelyne Sullerot, Histoire de la presse féminine en France des origines à 1848, Paris, A. Colin, 1 (...)
  • 12 Numéro du 20 septembre 1790, d’après F. Sullerot, op. cit., p. 40.

6La presse parisienne ne prend guère part au débat avant la fin de l’année 17899. La presse, « féminine », (plus que « féministe ») elle-même qui n’est alors représentée que par le Journal des Dames10 est discrète sur ce sujet. Elle ne formule d’ailleurs jamais de proposition concrète favorable aux femmes : « Ce ne sont encore que vagues aspirations et plutôt le sentiment d’une injustice pesant sur les femmes que des projets et des théories »11. Il faut attendre 1790 pour que Le Cabinet des Modes écrive clairement « l’Assemblée Nationale doit nous accorder le bienfait inestimable du divorce »12. Au cours des années précédentes, c’était le Moniteur qui, très vite, s’était fait l’écho du débat, soit en annonçant et en résumant les différents livres qui paraissaient, soit en publiant des lettres que les lecteurs voulaient bien lui envoyer.

II – LES THEMES DEFENDUS

7De toutes ces publications, plusieurs thèmes se dégagent qui diffèrent assez peu d’un auteur à l’autre. La première raison qui pousse à demander le divorce vient de la situation conjugale déplorable dans laquelle se débattent beaucoup de Français. On retrouve là l’esprit du Dictionnaire de Trévoux. Vingt ans avant la Révolution, déjà au début du règne de Louis XVI, le Journal des Dames présentait une image extrêmement affligeante de l’état conjugal et en 1777 il avait publié un poème bien révélateur de l’opinion que les femmes, à qui il s’adressait, pouvaient se faire du mariage :

Sitôt que du mariage
Le lien noué l’engage
Plus de vœux, plus un hommage
Plaisirs, talents, tout s’enfuit
En vertu de l’Hyménée
Il vous gronde à la journée
Baille toute la soirée
Et Dieu sait s’il dort la nuit !
Et pour avoir l’avantage
De rester dans l’esclavage
Il faut garder au volage
Un cœur dont il ne fait rien.

  • 13 H. Sullerot, op. cit., pp. 26-27.
  • 14 Le Moniteur, tome 111, p. 5.

8La correspondance échangée avec les lectrices illustre également cette remise en cause du mariage traditionnel13. En 1789 il apparaît à beaucoup que la majorité des ménages sont mal assortis et le Moniteur, rendant compte de l’ouvrage Du Divorce14 pense qu’il serait opportun d’y ajouter l’exergue suivant :

« J’ai vu beaucoup d’hymens, aucuns d’eux ne me tentent
Cependant des humains presque les quatre parts
S’exposent hardiment au plus grand des hasards
Les quatre parts aussi des humains se repentent ».

  • 15 Cité par F. Damas, op. cit., p. 94.

9Ce jugement ne concerne que les classes aisées. « Les mauvais ménages sont plus rares qu’on ne croit, écrit l’auteur des Griefs et plaintes des femmes mal mariées ; ils se forment plus ordinairement entre les gens de bon ton qu’entre les bonnes gens ». Il semble que ce soit en effet dans ces classes-là que le choix du conjoint soit le moins libre. C’est du moins l’opinion du Bon Citoyen auteur des Réflexions sur le divorce : « Est-il équitable de disposer irrévocablement, et, pour ainsi dire, sans les consulter que pour la forme, de là liberté et du bonheur des personnes sans expérience, et dont la raison n’est pas encore développée ? On voit que ce cas n’est pas rare parmi les riches et les grands ». Pourtant en interpellant les députés auxquels il s’adresse, il avait généralisé et estimé que les époux étaient pour la plupart « victimes de la cupidité, de l’ambition, du caprice et de la tyrannie de leurs parents ». D’Antraigues partage la même opinion : « quand les plus viles, les plus abjectes passions des pères sont assouvies, alors on conduit à l’autel les deux victimes. Ce n’est pas une hyménée, c’est un sacrifice, c’est un sacrilège ; et de l’obligation d’être toujours unis, naît pour les époux, la nécessité d’une haine éternelle. Quand telles sont les mœurs d’un peuple, l’indissolubilité du mariage est un fléau, le divorce nécessaire ». Ce comportement qui était celui des puissants s’est diffusé, par mimétisme social, aux autres classes sociales : « Aussi, comme telles sont nos mœurs, et que celles des premières classes des citoyens ont puissamment influé sur toutes les autres, il n’est pas douteux que nos mœurs ne sont plus assez pures pour que les mariages soient indissolubles ». D’Antraigues est peut-être l’auteur qui insiste le plus sur l’état déplorable des mœurs de son siècle. Cette dénonciation de l’autorité parentale qui était étrangère aux propos des philosophes se retrouve dans des témoignages moins prestigieux. Citons par exemple celui de la correspondante anonyme d’un journal parisien qui écrivait, elle aussi, qu’« un noeud indissoluble formé quelquefois par l’amour, plus souvent par la tyrannie » était une absurdité15. Les divorcés de Lyon seront-ils effectivement des victimes de l’excessive autorité parentale ? C’est ce que nous essayerons de voir en tenant compte de leur milieu social d’origine.

  • 16 Griefs et plaintes lies femmes mal mariées, 1789 p. 17.
  • 17 Manifeste féminin, p. 9.
  • 18 Le Moniteur, tome XI, p. 398 (17 lévrier 1791). Lettre de Lequinio. De son vrai nom Lequinio de Ke (...)

10Aux yeux de tous les partisans du divorce, un mari imposé est d’autant plus mal supporté qu’il dispose légalement de tous les pouvoirs. « La voilà, écrivent les femmes, la loi qui régit les mariages en France, c’est par elle que la société légitime de l’homme et de la femme est une société léonine, dans laquelle le mari est le maître de la personne de sa femme, de sa dot et de ses droits »16. Aussi demandent les auteurs du Manifeste Féminin, il est indispensable que les deux époux soient légalement égaux « parce que l’un et l’autre doivent jouir, dans le ménage, de la même puissance et de la même autorité »17. Des hommes s’élèvent aussi contre cet asservissement de la femme. Cerfvol, « sans prétendre être l’apologiste d’un sexe dont (il) aime les vertus et connaît les vices osait avancer que l’irrévocabilité des engagements lui est plus funeste qu’à nous. La force est du côté des hommes et les femmes n’ont à y opposer que la beauté et la douceur souvent incapables de désarmer un barbare. Les lois divines condamnent également, il est vrai, les dédommagements que des époux séparés dans le fait, peuvent se procurer ; mais les lois humaines, mais un préjugé infamant distinguent le sexe dans le crime. Elles le poursuivent et le punissent sur la femme qui est rarement dans le cas d’attaquer et le tolèrent dans l’homme qui en est l’instigateur ». Lequinio, député du Morbihan, reconnaît que « chez toutes les nations les femmes ont vécu jusqu’ici dans une dépendance de leurs époux, ou plutôt dans un état vrai d’esclavage, toujours gradué sur le despotisme, dans le système politique du gouvernement... Ignore-t-on combien l’époux, après le fatal serment, passe avec rapidité de l’état de soumission à l’exercice d’un empire si souvent tyrannique ? »18. Aussi, tous demandent-ils, comme le Bon Citoyen, l’abolition du « despotisme matrimonial » ou de la « tyrannie de l’époux ». Hennett, lui, s’insurge tout particulièrement contre l’injustice de l’inégalité des droits de l’homme et de la femme dans la procédure de la séparation. Le mari peut arbitrairement faire enfermer sa femme dans un couvent et s’il arrive que ce soit elle qui dépose une demande en séparation, il peut, de connivence avec les juges favorables à son pouvoir, obtenir le rejet de la requête. Cet abus doit cesser.

11Les auteurs prouvent ensuite les insuffisances de la séparation. Non seulement elle repose sur un droit défavorable à la femme mais elle n’est pas assez largement accordée. D’où des drames terribles : « Peut-on songer sans frémir qu’en la seule année 1769, la Tournelle du parlement de Paris a prononcé sur vingt-neuf procès pour des crimes de poison et d’assassinat entre maris et femmes ? écrit le Bon Citoyen qui conclut : « Ah ! si vous étiez témoins des scènes lamentables, des horreurs secrètes, des traitements injustes et barbares que dérobent à vos yeux les ténèbres de la nuit ; si vous voyiez tous les actes de tyrannie qu’exercent de malheureux époux occasionnés par l’antipathie des caractères, la méchanceté, la dissipation et le libertinage, une profonde indignation s’emparerait de vos cœurs, et vous vous empresseriez d’abolir une loi qui remplit la société de crimes et de malheurs ».

12Ces crimes et ces malheurs, ce sont les filles publiques et les célibataires endurcies. Que deviennent les mœurs, demande le Bon Citoyen « avec des époux divorcés par ce fait ? Pour peu que la nature fasse sentir ses besoins, on prévoit aisément quels nouveaux désordres vont en être la suite ». Les lois sur la séparation (quand ce sont les femmes qui gagnent le procès) « sanctionnent en quelque sorte l’adultère, surenchérit Hennett ; elles donnent à la femme une liberté dont il lui est difficile d’user sans en abuser ; elles lui donnent toutes les facilités de goûter les plaisirs de l’amour, sans lui laisser un seul moyen de les goûter honnêtement... Que l’on ne compare pas une femme séparée à une fille non mariée : la pudeur naturelle d’une fille, cette crainte timide d’une vierge dont la ceinture n’a point été dénouée, la retiennent à chaque instant ; le premier pas est toujours difficile à franchir ! Qu’on ne compare pas non plus l’épouse séparée à une veuve ; la possibilité de se remarier est pour celle-ci un préservatif... la femme séparée ne l’a pas, cet espoir ; éloigné des jouissances honnêtes, l’idée d’une interdiction éternelle la révolte et l’excite à la transgression ».

  • 19 Le Moniteur, tome X, p. 272 mercredi 2 novembre 1791. Mélanges : Lettre d’un lecteur proposant un (...)
  • 20 Michel Foucault, op. cit., p. 37.

13Le célibat est le second danger de l’indissolubilité de l’union. Parce que les jeunes gens redoutent un engagement à vie, ainsi que l’écrit un lecteur du Moniteur en 1791 : « je compte bien que notre législation actuelle établira le divorce ; et moi, j’attends que cette loi soit rendue pour me marier »19. D’autre part, les célibataires, remarque Hennett, ne peuvent épouser des femmes séparées ou mal mariées. Et toutes ces brochures de combattre avec acharnement tout ce qui peut porter atteinte à la natalité. Car la chute de la population qui obsède, à tort, on le sait aujourd’hui, les esprits du XVIIIe est une des hantises des partisans du divorce. Ils participent comme dirait M. Foucault à cette « désolation rituelle sur la débauche sans fruit des riches, des célibataires et des liberlibertins»20. Cerfvol, le premier, justifie le rétablissement du divorce par l’argument démographique. La force d’un pays ce sont ces hommes : plus d’hommes et moins de richesse, ôte l’envie de vous attaquer ou vous assure la victoire en cas d’attaque... Or la population de la France est fort au-dessous de son vrai terme et comme l’indissolubilité du mariage a causé cette dépravation, l’admission du divorce peut réparer le mal que ce système opposé a produit. Le Bon Citoyen tient à démontrer qu’avec la fin de l’indissolubilité du mariage, on assisterait à une reprise démographique. Son argumentation se veut scientifique. L’exemple des pays protestants qui admettent le divorce lui sert à prouver que ce dernier est efficace en ce domaine : « A Genève, écrit-il, en Suisse, en Hollande et dans plusieurs cantons de l’Allemagne... l’on verra combien, eu égard au nombre des habitants, leur population est supérieure à la nôtre, combien les mariages y sont plus fréquents ». Pour Hennet, « les avantages politiques de la population sont trop connus pour que je m’y arrête en ce moment. On sait qu’elle forme la richesse intérieure et la puissance extérieure d’une nation qui ne peut jamais avoir trop de bras pour cultiver les terres et les défendre ». Aussi quelle joie pour lui en constatant qu’« un jour, revenus dans vos foyers, là où vous aviez laissé un ménage stérile et malheureux, vous retrouverez deux familles nombreuses et fortunées, et dans votre attendrissement, vous direz : non, donner le bonheur à quatre époux et l’existence à plusieurs enfants, ce n’est pas offenser, c’est servir la nature ». On voit que la timide thèse de Montesquieu a fait bien du chemin depuis 1721 et que la justification populationniste du divorce est largement répandue à la veille de la Révolution.

  • 21 Cf. note 18.

14Libérateur des femmes, utile à la démographie nationale, le divorce ne peut qu’être, le signe de l’instauration de rapports nouveaux au sein du couple. « Les époux libres de se quitter chercheront à se retenir mutuellement par des égards, par des voies qu’ils négligent à présent », estime Cerfvol. Cette loi « produira de toute nécessité deux effets contraires dans les deux sexes : aux hommes, elle donnera de la douceur, aux femmes de l’énergie ; les premiers cesseront d’être insensibles, injustes et dissipateurs ; et les femmes seront moins nonchalantes ou moins coquettes et moins frivoles ; l’équilibre s’établira dans les dispositions des deux époux, et de là le niveau des volontés, si facile aux amants et sans lequel il n’est point de bonheur social ». Certes, « certains hommes ne veulent d’autres perfections dans les femmes qu’une grande fortune et la soumission d’une exclave, ils ne me verront point entrer en lice avec eux... Quant à moi je veux une femme douce et sensible, je la veux spirituelle ; mais je la veux surtout libre, et qu’elle me défende contre moi-même des ennuis de l’uniformité ; je veux enfin qu’elle puisse à chaque instant me quitter pour ne la quitter point »21. On lit avec plaisir ces propos d’une bien grande modernité...

  • 22 Il va sans dire que le mot de couple n’est pas employé à l’époque.
  • 23 En particulier l’auteur de la lettre adressée en 1792 au Moniteur et qui prévoit « de placer ces e (...)
  • 24 Dans Griefs..., op. cit., note 16.

15La naissance de cette idée de couple22 s’accompagne, en outre, d’un début de prise de conscience de l’intérêt de l’enfant. Il n’y a encore qu’une amorce ; en effet, certains auteurs, tels Le Bon Citoyen ou le député Lequinio ne s’en préoccupent pas. D’autres considèrent leur statut juridique mais non leur épanouissement affectif23. Les femmes qui s’expriment24, elles, justifient le divorce par leur présence même. Elles sont sensibles aux mauvaises influences qu’un ménage désuni peut avoir sur ses enfants. Une mère malheureuse en ménage peut les abandonner à eux-mêmes et négliger leur éducation. Le père qui déteste sa femme et qui est tenu par la loi de la supporter peut reporter ces mêmes sentiments sur eux. Les parents peuvent être tous deux des exemples nocifs de corruption. En outre, il n’est pas rare qu’ils dilapident leur bien en menant une vie agitée. Le couple uni, lui, fait rayonner le bonheur sur la vie des petits êtres qui naissent de lui. Voilà l’expression d’un nouveau sentiment de l’enfance. Cerfvol relevait déjà que « des époux qui s’aiment et qui sont convaincus que le bonheur ne s’est perpétué dans leur ménage que par l’honnêteté, la sagesse, la probité, l’économie, la douceur, ne manqueront pas de former leur postérité à ces vertus ». Hennet en porte témoignage et la page qu’il consacre à ce thème correspond si bien à une sensibilité de son époque que Le Moniteur ne peut résister à la citer en conclusion de l’article qu’il a consacré au Divorce, car dit-il, il lui faut relever ce « morceau qui nous paraît précieux, par le ton de sensibilité qui domine sans affèterie comme sans affectation : « Heureux l’enfant qui reçoit la vie de deux époux unis par la tendresse ! Les mythes de l’amour ombragent son berceau ; l’amitié, la confiance et l’indulgence répandent des fleurs sous ses premiers pas ; il mêle ses courses enfantines aux étreintes amoureuses des auteurs de ses jours ; il augmente et partage leurs sentiments et leurs plaisirs ; pour lui naissent les soins délicats, les sages leçons et les exemples honnêtes. C’est l’innocence qui joue avec l’amour et la vertu dans le temple du bonheur ». Ces propos suffiraient-ils à convaincre une nation qui se réveille au changement ? Il fallait bien trouver encore quelques arguments, en particulier, pour désamorcer les oppositions des dévots.

16L’histoire vient au secours des polémistes et les aide à justifier que leurs idées ne sont pas contraires au christianisme. Tous savent qu’il y a là un obstacle majeur à l’établissement du divorce et ils prévoient bien les objections que ne manqueront pas d’élever tous les défenseurs de la pensée officielle. Le Bon Citoyen fait remarquer que les Protestants tolèrent le divorce et que des Catholiques le pratiquent aussi en Pologne ; celle-ci, pourtant, n’a jamais été exclue de l’Eglise romaine. D’ailleurs, constate-t-il, elle n’a fait que maintenir un usage qui fut celui de tous les pays chrétiens jusqu’au IXe siècle. Hennet, qui a commencé son ouvrage par l’examen de cette grave question, remarque, lui, que dans la Genèse trois causes peuvent déterminer le divorce, l’absence, l’incompatibilité et la stérilité, que la loi hébraïque ne s’est jamais élevée contre le divorce et il rappelle les textes sacrés : « Si un homme a pris une femme, qu’il ait consommé le mariage et qu’elle n’ait pas trouvé place devant ses yeux à cause de quelque défaut il écrira un acte de répudiation, le lui donnera dans la main et la ramènera dans sa maison ». Le Christ lui-même, estime-t-il, n’a pas condamné le divorce mais seulement l’abus qui en était fait par les Juifs. Enfin, l’Eglise primitive, si l’on en juge par ses Conciles, ne l’a jamais refusé. D’où la conclusion de l’auteur que l’indissolubilité est un phénomène récent qui s’est progressivement instauré dans l’Occident chrétien, sans doute au Xe siècle. Voilà pourquoi il peut s’écrier : « Aux six derniers siècles du christianisme, j’oppose les douze premiers ». Cette démonstration a séduit le comte d’Antraigues qui considère que les idées d’Hennet sur l’Evangile et les premiers temps de l’Eglise catholique forment un corpus inattaquable. Avant lui, Cerfvol avait déjà fait remarquer « que le premier empereur baptisé n’a fait aucune loi contre le divorce ». L’aspect historique moderne est également abordé par Hennet dans un développement bref et concis qui rappelle que le divorce est connu des pays musulmans (sous la forme limitée, il est vrai, de la répudiation de la femme par son mari), des pays orthodoxes et protestants et même de pays catholiques (La Pologne est à nouveau l’exemple fort).

  • 25 Ibid.

17Reste le problème du sacrement, mais « on ne voit pas pourquoi, selon Le Bon Citoyen, le sacrement pourrait empêcher la dissolution d’une union mal assortie. En quoi la dignité du sacrement serait-elle blessée ? Est-ce que la dignité des sacrements établis par les hommes, sacramenta propter homines, exigerait le malheur de ceux qui ont contracté des liens indiscrets ? » D’autres, les femmes25 estiment qu’il est impossible qu’un nœud formé contre les intentions de la nature ait été lié dans le ciel et elles appuient leur assertion sur les paroles de Jésus-Christ : « ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel ». D’autres, enfin, occultent le problème en n’éprouvant aucunement le besoin de le poser. C’est le cas de Lequinio par exemple. Quant à Hennet, lui, il va plus loin que tous les autres dans ses conclusions ; non content de prouver que le divorce n’est pas incompatible avec le christianisme, il démontre qu’au contraire il ne peut qu’être bénéfique à son développement. Le remariage des divorcés sera un tel bonheur que ceux-ci rendront grâces à Dieu. « Les époux plus chrétiens eux-mêmes donneront une éducation plus chrétienne à leurs enfants et se sanctifieront en édifiant leur prochain. Oui, le divorce peut faire aimer une religion bienfaisante ; il fera croire à un Dieu vengeur du crime et protecteur de l’innocence, il ramènera enfin les hommes dans la voie de la piété et du salut éternel où Dieu les appelle ».

III – LA CONTRE-ATTAQUE

18Face à ces brillantes démonstrations et au succès remporté par Hennet, quelles peuvent être les réactions ? Très vite, on enregistre celle de l’abbé Barruel. Il est appuyé par la suite par un autre abbé, Chapt de Rastignac, député du clergé d’Orléans. Il reçoit aussi aux Etats Généraux l’aide de Mme Necker. Quels arguments opposent-ils à cette théorie qui repose sur un examen, qui se veut lucide, des mœurs du temps, sur l’exigence de la nature et de la liberté et qui a pour fin le bonheur des individus et l’intérêt de l’Etat ?

  • 26 Abbé de Barruel. Lettres sur le divorce à un député de l’Assemblée Nationale ou bien réfutation d’ (...)
  • 27 Abbé Chapt de Rastignac, Accord de la Révélation et de la Raison contre le Divorce, Clousier, 1790

19Le premier argument opposé par les adversaires du divorce est un argument politique. Pour Barruel26, le mariage étant un sacrement, l’Assemblée Nationale est incompétente dans la question de l’indissolubilité du mariage. Cette question risque donc de faire surgir un conflit entre l’Eglise et l’Etat, entre la catéchèse et la loi. C’est également le langage que tient Chapt de Rastignac, qui intitule le chapitre IV de son ouvrage27 : « L’Assemblée Nationale est incompétente pour juger la question si le divorce est permis par la Loi Divine ; elle n’a pas le pouvoir de le permettre contre cette même Loi ». On remarquera que c’est pour ce motif qu’une fraction du clergé refusa le serment à la Constitution Civile du Clergé. Le second point de la démonstration de Barruel est plus «philosophique », c’est la croyance en la perversion de l’être humain. Ce n’est pas l’institution du mariage qui est en cause mais les vices des hommes : « Ces vices de caractère, cette insociabilité, ils les porteront dans une nouvelle union et pour eux elle sera un nouvel enfer ». D’où sa conclusion : c’est aux hommes à corriger leurs vices et non à la loi de permettre que cette transformation ne s’effectue pas.

20La seconde lettre réfute l’interprétation donnée par l’auteur Du Divorce des textes bibliques. Son auteur démontre par des arguments historiques que depuis l’Eglise primitive jusqu’à son époque si la séparation (telle qu’elle s’effectue au XVIIIe siècle) est permise, le divorce ne l’est pas. La démarche de Chapt de Rastignac est identique. Trois cent dix-sept pages sur les trois cent soixante-trois que compte son Accord de la Révélation et de la Raison contre le divorce sont consacrées à démontrer que l’Eglise a toujours interdit le divorce. Le point délicat qui l’irrite beaucoup, est l’exploitation que l’auteur Du Divorce fait du texte de Matthieu rapportant les paroles de Jésus : « Il (J. C.) dit, selon saint Matthieu, que quiconque renvoyera sa femme, si ce n’est pour cause de fornication et en épousera une autre, sera adultère ». Hennet y voyait une cause autorisée de divorce. Ce que réfute absolument Rastignac. « Les paroles de Jésus-Christ, selon saint Marc et selon saint Luc, expriment une défense générale sans aucune exception ; quand même les paroles de notre Sauveur, dans saint Matthieu, porteraient une exception, quand elles permettraient le divorce dans un cas, il n’en serait pas moins vrai de dire, que même suivant saint Matthieu, Jésus-Christ a défendu le divorce en général, car un cas unique d’exception à une Loi n’empêche pas qu’elle ne soit générale pour tous les autres cas »... « Mais deux raisons, sans réplique, démontrent que les textes de saint Matthieu ne renferment point effectivement une exception à la défense de divorce, la première se tire de ces textes pris en eux-mêmes et considérés dans leur ensemble »... « Dans le texte de saint Matthieu... celui qui épouse la femme renvoyée est adultère, il n’y a point de clause si ce n’est pour fornication ; ainsi ces textes peuvent sans une interprétation forcée, s’entendre généralement et de tous ces cas sans exception ».

21Cet exemple a été choisi à dessein, parmi bien d’autres pour montrer à quelle argumentation spécieuse doit se livrer cet auteur pour réfuter les thèses théologiques et historiques de ses adversaires. Son ouvrage regorge de problèmes du même genre qu’il examine longuement, confrontant théologiens et conciles, église latine et église grecque, etc...

22Mais plus habile que Barruel, et bien que convaincu que la « morale de l’Evangile convient à tous les hommes, à tous les temps, à tous les lieux », il adopte la philosophie de son siècle. Le bonheur est aussi une recherche qu’il poursuit et qu’il trouve car « l’Evangile n’est pas moins le code du bonheur du genre humain que celui de la vérité ».... « Les lois et la morale de l’Evangile, ouvrage d’un Dieu, ont pour but la félicité universelle de tout le genre humain ». De même, ébranlé par les arguments juridiques des divorciaires, il assure que « le sacrement, relativement au mariage, n’est ni la seule, ni la principale raison de son indissolubilité. Avancer que les Catholiques ne l’appuient que sur le sacrement, c’est les calomnier. En demandant si le divorce est permis, nous n’aurons aucun égard au sacrement du mariage, mais seulement au lien ».

23La raison lui sert aussi à appuyer son argumentation. Il lui consacre les trente-cinq pages de son troisième chapitre. C’est par elle qu’il veut affirmer que le divorce est « contraire à l’affection conjugale », qu’« il provoque l’inconstance des époux », qu’« il empêche de bien assortir les mariages ». Pour lui, « l’indissolubilité du mariage est une raison puissante qui avertit de bien assortir les mariages, puisque les malheurs qui résultent des mariages mal assortis sont aussi durables que le mariage lui-même ». Il fait ainsi du bon choix du conjoint la conséquence de l’indissolubilité du mariage alors que les partisans du divorce constatent que les hymens étaient toujours basés sur l’intérêt non des époux mais de leurs parents et qu’il fallait autoriser la rupture de ce lien conjugal. Le divorce est encore pour Chapt de Rastignac une « source d’injustices » quand il s’assimile à une répudiation hâtive ; il est « contraire au bonheur des deux époux », car il compromet « leur honneur par une rupture éclatante du lien conjugal, cette rupture annonce au public ou des défauts humiliants, ou des fautes graves dans l’un des époux, elle diffame ; malheur au peuple qui pourrait compter cette diffamation pour un léger inconvénient ». Le divorce est enfin contraire au bonheur des enfants, qui ne pourront plus être « chéris de leurs père et mère » qui pourront être, pour l’allaitement, « livrés à une étrangère qui fera couler dans ses veines, avec un lait impur, un germe et des principes destructeurs de la vie ». Le discours qui suit est exclusivement théorique, Chapt de Rastignac redoute les mauvais traitements qu’une seconde mère pourrait faire endurer aux enfants ne les regardant « que comme les ennemis naturels de ses propres enfants ». Il oublie la fréquence élevée des remariages après veuvage sous l’Ancien Régime qui créait une situation identique. Enfin, et ce sont les deux derniers arguments rationnels apportés par l’auteur « le divorce est nuisible au bonheur des familles » qui doivent intervenir à nouveau pour « s’occuper d’un nouvel établissement plus difficile que le premier, pour l’enfant répudié dont il vient les charger à nouveau ». Pour lui, il ne fait aucun doute que c’est à la famille, aux parents, de se charger du mariage – et du remariage ! – des enfants. Enfin, dernier argument, le divorce est contraire aux bonnes mœurs parce qu’il tend à travestir le mariage en concubinage, parce qu’il expose la fidélité conjugale à des dangers continuels, parce qu’il peut donner lieu à la communauté des femmes ». L’argument populationniste des divorciaires est un non-sens selon Chapt de Rastignac. Le divorce favorisera le célibat : combien de personnes, en effet « qui préféreraient le célibat à un état où elles seraient sans cesse exposées à des humiliations de la répudiation », qui refuseraient d’avoir une descendance « car qui désirerait mettre au monde des enfants qui ne seront plus le gage d’une union éternelle entre le mari et la femme ? ». Tous ces arguments s’ordonnent en fait autour d’une idée maîtresse, l’important c’est de sauvegarder « l’intérêt des enfants... et de la société ». On ne peut assimiler en tout le mariage aux autres contrats civils : la volonté des parties peut rompre les contrats ordinaires, il n’en est pas de même du contrat matrimonial. Les époux ne sont pas les seuls intéressés à sa stabilité.

24Dès lors le débat est clair. Il oppose les partisans de la liberté des époux (et tout particulièrement celle de la femme) et du bonheur individuel à ceux du christianisme traditionnel, de la stabilité sociale et des familles. Pourtant, et c’est là l’étonnant, les deux camps poursuivent parfois le même but ; ils partagent une même visée populationniste et ils se préoccupent tous les deux du sort et de l’avenir des enfants. Ce souci de l’éducation et de l’épanouissement effectif des enfants surgit relativement tardivement. Il était pratiquement absent des analyses antérieures (celles de Montesquieu et de Rousseau mises à part).

25Nous n’avons considéré jusque là que les thèmes de la discussion. Il faut maintenant s’interroger sur leur diffusion. Qui touche-t-elle, cette polémique acharnée ? Paris, sans aucun doute, et le Palais Royal ; ce haut lieu des confrontations intellectuelles, est l’épicentre des nouvelles idées. C’est là qu’exerce Desenne l’éditeur d’Hennet qui est probablement l’auteur qui remporte le plus grand succès. Toutes les autres publications paraissent aussi à Paris. D’autre part, la presse de la capitale intervient également sur la question et se fait très largement l’écho du débat ainsi que l’a bien montré P. Damas. Le divorce n’est-il donc qu’une préoccupation parisienne ? Qu’en est-il ailleurs en province et à Lyon, tout particulièrement ?

***

Notes

1 Personnage obscur dont on ne sait pas grand’chose sinon qu’« il a publié de 1766 à 1792 plusieurs écrits polémiques » (Biographie universelle ancienne et moderne publiée sous la direction de M. Michaud, Paris, A. Thoisnier, 1844, p. 335).
Le Dictionnaire des Journalistes, publié par Jean Sgard (Presses Universitaires de Grenoble, 1976, 380 pages), n’ayant pas retenu son nom, il semble qu’il n’ait jamais collaboré à une publication régulière. D’après la biographie de Didot, il était jurisconsulte.

2 Le chevalier Albin-Joseph-Ulpien Hennet (Maubeuge, 1758 ; Paris, 1828). Surnuméraire au ministère des finances dirigé par Necker. Royaliste, il est hostile à la Convention et favorable aux Bourbons en 1815, après l’avoir été à Napoléon. Il rentre dans l’administration en 1801 (cadastre plus particulièrement). (Hoefer, Nouvelle biographie générale, Paris, F. Didot, tome 24, pp. 1 et 2).

3 Jésuite, né à Villeneuve-de-Berg en 1741. En 1789, il était aumônier de la princesse de Conti. Il était violemment hostile à la Révolution Française en qui il voyait « le résultat du complot des Francs-Maçons et des illuminés » (Jean Roussel, dans le Dictionnaire des Journalistes, op. cit., p. 22).

4 Paul-Pierre Alexandre Bouchotte (1754-1821), avocat et procureur du roi à Bar-sur-Seine. Élu député de ce bailliage aux États Généraux, il publie l’année suivante à Paris ses Observations sur l’accord de la Raison et de la Religion pour le rétablissement du divorce, l’anéantissement des séparations entre époux et la réforme des lois relatives à l’adultère. (Dr. Robinet, Dictionnaire historique et biographique de la Révolution et de l’Empire (1789-1815), Paris, Librairie historique de la Révolution et de l’Empire, 1898, p. 241).

5 Charles-Louis Rousseau, Essai sur l’éducation et l’existence civile et politique des femmes dans la Constitution française, Paris, 1790.

6 Chapt de Rastignac, Accord de la Révélation et de la Raison contre le divorce, Paris, Clousier, 1790.

7 Il s’agit d’Émilie de Varmont ou le Divorce nécessaire. Son auteur, Jean-Baptiste Louvet du Couvray, y plaide une cause qui lui tient à cœur. Il désirait en effet épouser une femme qui était déjà mariée, Mme Cholet, ce qu’il fit en 1793 après que celle-ci eût divorcé. (Dr. Robinet, op. cit., p. 457). Son premier roman, Les Aventures du chevalier de Faublas, publié au cours des années 1787-1788, avait fait scandale.

8 Marcel Cruppi, Le divorce pendant la Révolution (1792-1804), Paris, Arthur Rousseau, 1909, p. 15.

9 Selon M. Cruppi, op. cit., p. 32, ce sont les Petites Affiches qui interviennent les premières dans un article daté du 12 novembre. Elles restèrent d’ailleurs toujours modérées sur cette question.

10 Mensuel, publié à Paris et à La Haye de 1759 à 1779, dont l’équipe de rédaction comprenait indifféremment des hommes et des femmes. Il est considéré, par E. Sullerot, comme le premier journal féministe. En fait, il apparaît vite comme une feuille lénifiante : le premier journal qui eut une équipe purement féminine à sa tête, Le Véritable Ami de la Reine ou Journal des Dames, par une société de citoyennes, lui reprochait, en 1789, de n’avoir publié que « des chansonnettes ou des petits romans »... bref de « charmants riens ». (E. et J. de Goncourt, La société française pendant la Révolution, Paris, Éditions Fasquelle, 1908, p. 246).

11 Evelyne Sullerot, Histoire de la presse féminine en France des origines à 1848, Paris, A. Colin, 1966, p. 25.

12 Numéro du 20 septembre 1790, d’après F. Sullerot, op. cit., p. 40.

13 H. Sullerot, op. cit., pp. 26-27.

14 Le Moniteur, tome 111, p. 5.

15 Cité par F. Damas, op. cit., p. 94.

16 Griefs et plaintes lies femmes mal mariées, 1789 p. 17.

17 Manifeste féminin, p. 9.

18 Le Moniteur, tome XI, p. 398 (17 lévrier 1791). Lettre de Lequinio. De son vrai nom Lequinio de Kerblay (1755-1813). Avocat, et député à la Législative.

19 Le Moniteur, tome X, p. 272 mercredi 2 novembre 1791. Mélanges : Lettre d’un lecteur proposant un amendement à faire à la loi du divorce.

20 Michel Foucault, op. cit., p. 37.

21 Cf. note 18.

22 Il va sans dire que le mot de couple n’est pas employé à l’époque.

23 En particulier l’auteur de la lettre adressée en 1792 au Moniteur et qui prévoit « de placer ces enfants abandonnés en quelque sorte par leurs père et mère, dans une maison destinée à cet usage, sous la surveillance ou d’un tuteur qu’on leur donnerait ou d’un tuteur né de tous les orphelins, c’est-à-dire du magistrat ». Il pense à une objection : « mais il est bien dur, me dira-t-on, de priver les parents de la société habituelle de leurs enfants, et cette privation rendrait l’exercice du divorce très pénible ». Mais il ne prévoit pas que les enfants, eux, pourraient souffrir de cette éducation collective.

24 Dans Griefs..., op. cit., note 16.

25 Ibid.

26 Abbé de Barruel. Lettres sur le divorce à un député de l’Assemblée Nationale ou bien réfutation d’un ouvrage ayant pour titre Du Divorce, Paris, 1789, Première lettre.

27 Abbé Chapt de Rastignac, Accord de la Révélation et de la Raison contre le Divorce, Clousier, 1790.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search