Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Première partie. De la séparation de corps au divorce lyonnais

Chapitre III. La bataille philosophique

Texte intégral

  • 1 Jean-Louis Flandrin, Familles... op. cit., p. 219.

1La réflexion sur la famille n’est certainement pas au cœur de la pensée philosophique du XVIIIe siècle. Celle-ci a des projets bien autrement ambitieux, et l’on chercherait en vain, dans la littérature de l’époque, la multitude de réformateurs « socio-familiaux » comparable à celle du siècle suivant. Certes, on peut noter deux brillantes exceptions, celle de Condorcet, favorable à l’égalité politique des femmes et des hommes, un des premiers philosophes a avoir osé faire l’apologie de la contraception1 et celle de Rousseau, le chantre des nouvelles théories sur l’éducation. Toutefois, dès lors que la pensée des Lumières engage la lutte contre l’intolérance et le despotisme et qu’elle remet en cause les institutions de son siècle, elle se heurte particulièrement à l’institution familiale. Elle travaille alors à faire triompher une nouvelle conception du mariage et au nom de la liberté individuelle, elle se prononce pour le divorce.

2Les grands auteurs qui ont pris parti dans le débat ont déjà été analysés dans les ouvrages concernant le divorce cités au chapitre précédent. Le livre de Pierre Damas traite la question de manière quasi exhaustive, et on trouvera aussi une excellente étude dans celui de Gérard Thibault-Laurent. Nous ne donnerons ici qu’un rappel des textes fondamentaux, de ceux qui ont été revendiqués par les pamphlétaires révolutionnaires et qui, d’une manière générale, ont exercé l’influence la plus forte sur ce qu’on peut discerner de l’opinion publique.

1 – MONTAIGNE, CHARRON, MONTESQUIEU ET VOLTAIRE...

  • 2 Pétition à l’Assemblée Nationale, par Montaigne, Charron, Montesquieu et Voltaire, suivie d’une co (...)

3En 1791, l’Assemblée Constituante se voit adresser une bien curieuse pétition. Curieuse, à cause du nom prestigieux des signataires et surtout parce que tous sont alors défunts : Montaigne, Charron, Montesquieu et Voltaire2. Tous ces auteurs ayant été favorables au divorce, ils servent de référence aux rédacteurs de la brochure. Quels sont donc leurs arguments, si forts pour être repris ainsi dans un manifeste populaire ?

  • 3 Les lissais, livre II, chapitre XV.
  • 4 Cette formule « d’autant... estrecy » sera reprise en épigraphe dans les « Réflexions d’un bon cit (...)

4Montaigne développe deux idées qui lui sont chères : l’affection est indépendante de la contrainte, et, second argument, le divorce, pratiqué chez les Romains n’était aucunement le signe d’une décadence des moeurs. Ecoutonsle3 : « Nous avons pensé attacher plus ferme le noeud de nos mariages pour avoir osté tout moyen de les dissouldre : mais d’autant s’est desprins et relasché le noeud de la volonté et de l’affection que celuy de la contraincte s’est estrecy4 : et, au rebours, ce qui teint les mariages, à Rome, si long-temps en honneurs et seureté, eut la liberté de la rompre qui voudroit ; ils gardoient mieux leurs femmes d’autant qu’ils les pouvoient perdre ; et en pleine licence de divorces, il se passe cinq cents ans, et plus, avant que nul s’en servist. »

« Quod licet ingratum est ; quod non licet, acrius urit »

5C’est en somme la notion d’un « divorce-dissuasion » que défend Montaigne. Nous verrons réapparaître cette idée dans le Lyon révolutionnaire, mais utilisée à bien d’autres fins.

  • 5 De La Sagesse, livre I, chap. VI. Cité par P. Damas, op. cit., p. 20.

6Charron, contemporain de Montaigne, et oublié aujourd’hui, avait publié en 1604 un traité, De la Sagesse, où il brossait un tableau bien sombre des ménages mal assortis : « Que s’il advient d’avoir mal rencontré, s’estre mescompté au choix et au marché et que l’on aye prins plus d’os que de chair, l’on demeure misérable toute sa vie. Quelle iniquité et injustice pourroit estre plus grande que pour une heure de fol marché, pour une faute faite sans malice et par mesgarde, et bien souvent pour obéir et suyvre l’advis d’autruy, l’on soit obligé à une peine perpétuelle ? Il vaudrait mieux se mettre la corde au col et se jetter en la mer la teste la première, pour finir ses jours bientost que d’estre toujours aux peines d’enfer, et souffrir sans cesse à son costé la tempeste d’une jalousie, d’une malice, d’une rage et manie, d’une bestise opiniastre, et autres misérables conditions : dont l’un a dict que qui avoit inventé ce nœud et lien de mariage, avoit trouvé un bel et specieux expedient pour se venger des humains, une chaussetrape ou un filet pour attraper les bestes et puis les faire languir à petit feu. L’autre a dict que marier un sage avec une folle, ou au rebours, c’estoit attacher le vif avec le mort ; qui estoit la plus cruelle mort inventée par les tyrans pour faire languir et mourir le vif par la compagnie du mort »5. Et Charron constatait déjà que selon les peuples la législation varie et que seuls les Chrétiens occidentaux avaient adopté ce système coercitif.

  • 6 L’Esprit des Lois, livre XIV, chap. XVI.

7La revendication de Montesquieu par les pamphlétaires révolutionnaires peut étonner car il semble que cet auteur n’ait pas toujours été très clair sur ce sujet. Comme le fait remarquer P. Damas, il est difficile de « discerner dans l’Esprit des Lois des vues bien nettes sur le divorce ». Ses propos restent timides et son idée directrice est résumée dans la formule : « Le divorce a ordinairement une grande utilité politique, et quant à l’utilité civile, il est établi pour le mari et pour la femme et n’est pas toujours favorable aux enfants ».6. Quelque vingt-cinq ans auparavant néanmoins, dans Les Lettres Persanes au contraire il avait développé un large plaidoyer en faveur du divorce et ceci au nom du mariage « des cœurs ». C’était la première fois chronologiquement qu’apparaissait cette revendication. Aussi nous permettrons-nous de donner presque en entier le texte de la lettre CXVI écrite par Ubsek à Rhédi : « Le divorce était permis dans la religion païenne et il fut défendu aux chrétiens... On ota non seulement toute la douceur du mariage, mais aussi l’on donna atteinte à sa fin ; en voulant resserrer ses nœuds, on les relâcha ; et, au lieu d’unir les cœurs comme on le prétendait, on les sépara pour jamais. Dans une action aussi libre et où le cœur doit avoir tant de part, on suit la peine, la nécessité et la fatalité du destin. On compte pour rien les dégoûts, les caprices et l’insociabilité des humeurs ; on voulut fixer le cœur, c’est-à-dire ce qu’il y a de plus variable et de plus inconstant dans la nature... »

8Comme Montaigne, il fait référence au divorce institué par les Romains, qui n’était qu’un stimulant pour maintenir heureuse l’union de deux époux. « Rien ne contribuait plus à l’attachement mutuel, continue Ubsek, que la faculté du divorce ; un mari et une femme étaient portés à soutenir patiemment les peines domestiques, sachant qu’ils étaient maîtres de les faire finir, et ils gardaient souvent ce pouvoir en main toute leur vie sans en user, par cette seule considération qu’ils étaient libres de le faire ». Il dépeint ensuite la condition moyenne des époux dans la France de son époque en des termes qui annoncent le Dictionnaire de Trévoux : « A peine a-t-on trois ans de mariage qu’on en néglige l’essentiel : on passe ensemble trente ans de froideur : il se forme des séparations intestines aussi fortes, et peut-être plus pernicieuses, que si elles étaient publiques : chacun vit et reste de son côté ». Le danger de ceci, c’est la recherche de liaisons clandestines et dangereuses. La responsabilité des chrétiens qui refusent de voir dans le mariage autre chose qu’un sacrement est bien grande et Montesquieu plaide pour la réhabilitation du plaisir dans le mariage : « ils [les Chrétiens] ne le font pas consister dans le plaisir des sens ; au contraire, comme je te l’ai déjà dit, il semble qu’ils veuillent l’en bannir autant qu’ils peuvent ». On s’étonne que ces propos soient restés sans suite. La seule nouveauté que propose l’Esprit de Lois est le mariage à terme, le temps d’élever les enfants mais la proposition, là encore, est discrète. Montesquieu n’a certainement pas eu une grande influence, bien moindre certainement que Voltaire qui a été le plus virulent des « philosophes » à condamner le mariage indissoluble.

9La première bataille, il l’engage en 1764, avec le Dictionnaire Philosophique. Dans l’article « Mariage » tout d’abord qui distingue contrat et sacrement, il conclut par cette formule incisive : « telle a été la jurisprudence de tous les siècles et de toutes les nations excepté des Françaises ». L’article « adultère » approuve les décisions de l’empereur Joseph II qui vient d’autoriser le divorce pour cette cause « sans exiger d’autre motif que la volonté constante des époux. Sur ces deux objets plus importants qu’on ne croit pour la morale et la prospérité des états, il a donné un grand exemple qui sera suivi par les autres nations de l’Europe quand elles commenceront à sentir qu’il n’est pas plus raisonnable de consulter sur la législation les théologiens que les « danseurs de corde ».

  • 7 Dictionnaire philosophique. Article « Adultère ».

10Hostile à la législation canonique sur le mariage, il n’en est pas moins acharné à défendre l’égalité des sexes et s’insurge contre les peines inégales qui frappent les époux en cas de séparation : « Si vous êtes sans péchés, rasez-moi, prenez mon bien ; mais si vous avez fait plus de péchés que moi, c’est à moi de vous raser, de vous faire enfermer et de m’emparer de votre fortune. En fait de justice, les choses doivent être égales »7.

  • 8 Voltaire. Prix de la Justice et de l’Humanité, Paris, 1777.

11La séparation est une hypocrisie : « Les deux époux sont réellement divorcés et cependant ils ne peuvent, par la loi, se pourvoir ailleurs ; des paroles inintelligibles empêchent un homme séparé légalement de sa femme d’en avoir légalement une autre quoiqu’elle lui soit nécessaire. Il reste à la fois marié et célibataire. Cette contradiction extravagante n’est pas la seule qui subsiste dans ces pays où l’ancienne jurisprudence ecclésiastique est mêlée avec la loi de l’Etat »8.

  • 9 La première parution en 1768 portait le titre de « Cri d’un honnête homme qui se croit fondé en dr (...)

12Mais comme Voltaire est un lutteur engagé dans son siècle il est vite amené à défendre concrètement ses idées. Il est bientôt sollicité par le cas d’un magistrat mal marié, première victime du mariage indissoluble à oser crier à l’injustice. Passionné par l’affaire, Voltaire fait publier, en 1767, à la suite des « Instructions pour le prince royal de XXX », le mémoire que ce magistrat lui avait adressé trois ans auparavant. Ce témoignage personnel sera amené à une grande diffusion. Plusieurs fois réédité9, il contribuera à la popularisation d’un problème qui jusque là n’avait guère dépassé le cercle de préoccupations des milieux littéraires.

II –... ET AUTRES PHILOSOPHES

  • 10 Exposée dans son œuvre posthume De l’Homme, Section VIII.
  • 11 Par Diderot en particulier qui répliquera : « Faire du divorce le prix du mérite est une absurdité (...)

13Mais Montaigne, Charron, Montesquieu et Voltaire ne sont pas les seuls à avoir pris parti. On s’étonne même qu’à la pétition n’aient pas été rajoutés les noms de Diderot ou d’Helvétius. Certes, ce dernier n’est guère pris au sérieux. Il faut dire que sa théorie10 est particulièrement insolite. Il rêve d’un système identique à celui que le roi de Prusse tolère dans ses armées : « Un soldat du premier bataillon trouve-t-il une fille jolie ? Il couche avec elle et l’union des deux époux dure autant que leur amour et leur convenance. Ont-ils des enfants ? S’ils ne peuvent les nourrir, le roi s’en charge, les élève dans une maison fondée à cet effet ». Il prévoit aussi de faire du changement d’épouses le prix du mérite social : « Quelle espèce de plaisir ne devient point entre les mains d’un législateur un instrument de la félicité publique ? ». Ces théories qui transforment la femme en objet de récompense pour l’homme, l’amènent, néanmoins, à la conclusion de tous les partisans du divorce : « dans le mariage, la loi d’une union indissoluble est une loi barbare et cruelle. En France, le peu de bons ménages prouve, en ce genre, la nécessité d’une réforme ». Néanmoins, ses idées seront ou violemment attaquées11 ou tout simplement enterrées.

14Plus sérieux, Diderot n’en a pas moins débuté avec un ouvrage de science-fiction. Le Supplément au voyage de Bougainville (1772) est une apologie du mariage à temps limité qui devient une espèce de contrat renouvelable tous les trois mois. Certes, s’en dégagent des idées intéressantes quant au statut de la femme dans le mariage. « C’est par la tyrannie de l’homme, qui a converti la possession de la femme en une propriété qu’un acte dont le but est si solennel et auquel la nature nous invite par l’attrait le plus puissant, que le plus grand, le plus doux, le plus innocent des plaisirs est (soit) devenu la source la plus féconde de notre dépravation et de nos maux ». En fait c’est cette idée qu’il faut retenir de la pensée de Diderot et cette formule percutante : « Un serment éternel ne peut se prêter sous un ciel qui change, sur un autel qui tombe par deux êtres qui doivent se quitter ».

15Les arguments varient d’un auteur à l’autre mais l’unanimité se fait dans la condamnation du mariage indissoluble. Le plus timide des grands «philosophes » des Lumières est probablement Rousseau. Dans Les Confessions, il serait bien partisan du divorce mais toujours culpabilisé par l’abandon de sa progéniture, il est contraint d’écrire que « les enfants fourniront toujours une raison invincible contre le divorce ». Par ailleurs, il adopte sur le mariage un discours exalté, bien révélateur de l’idéalisme qu’il a hérité de son éducation calviniste : « Ce n’est pas seulement l’intérêt des époux mais la cause commune de tous les hommes que la pureté du mariage ne soit point altérée : chaque fois que deux époux s’unissent par un nœud solennel, il intervient un engagement tacite de tout le genre humain de respecter ce lien sacré et d’honorer en eux l’union conjugale ». Rappelons toutefois qu’à l’exception de quelques intimes à qui Rousseau avait pu les lire dans les salons au cours des années 1770 et 1771, Les Confessions ne furent pas connues du public avant 1782, puisque leur parution n’eut lieu que dix ans après leur rédaction. Elles sont donc postérieures à la première offensive des partisans du divorce qui se situe à la fin des années 60 (Dictionnaire Philosophique, 1764 ; Le Cri d’un honnête homme, 1767 ; Supplément au voyage de Bougainville, 1772).

16Comment résumer des idées exprimées à travers des auteurs aussi différents que Montaigne et Voltaire, vivant des temps aussi peu comparables, et qui, néanmoins, se trouvent porteurs d’une pensée assez homogène ? Ce qui les rapproche tous, c’est leur conception du mariage, une conception qui en a fini avec la pensée religieuse, une conception essentiellement laïque qui oublie le sacrement et ne pense plus qu’au contrat passé entre deux personnes en vue du bonheur. Pour tous, ce qui fonde et justifie le mariage, c’est l’affection (Montaigne) ou l’union des cœurs (Montesquieu). S’il se trouve que cette condition essentielle n’est pas remplie, soit par suite d’un choix malheureux (Charron), soit à la suite d’un changement de sentiment toujours envisageable (Montesquieu, Diderot) soit à la suite de l’usure par la vie quotidienne (Montesquieu), il faut rompre le contrat par le divorce. Tous s’appuient sur l’exemple des Romains (Charron, Montaigne, Montesquieu) ou sur celui plus nouveau des tentatives récentes faites à l’étranger (Voltaire). Pour tous, il faut en finir avec la législation canonique et supprimer la séparation. On voit aussi percer chez Montesquieu un nouvel argument, souvent repris par ce siècle hanté par l’idée de son affaiblissement démographique, que la séparation prohibant un remariage met un frein à la natalité.

17Ce rapide survol, bien que superficiel, n’en démontre pas moins que le divorce, depuis la Renaissance au moins, pouvait être un sujet de réflexion littéraire. Mais aucun auteur, avant les Lumières, ne lui consacra une bien longue attention, et n’eut grande volonté de convaincre. Ne s’exprimaient jusque là que des individualités. Au XVIIIe siècle, au contraire, ces analyses intellectuelles passent dans le domaine public. On les voit, en effet, réapparaître dans une multitude de brochures.

***

Notes

1 Jean-Louis Flandrin, Familles... op. cit., p. 219.

2 Pétition à l’Assemblée Nationale, par Montaigne, Charron, Montesquieu et Voltaire, suivie d’une consultation en Pologne et en Suisse, (due à Hennet), 1791.

3 Les lissais, livre II, chapitre XV.

4 Cette formule « d’autant... estrecy » sera reprise en épigraphe dans les « Réflexions d’un bon citoyen en faveur du divorce » dont un compte rendu paraît dans le Moniteur, 1789, tome IV, p. 228.

5 De La Sagesse, livre I, chap. VI. Cité par P. Damas, op. cit., p. 20.

6 L’Esprit des Lois, livre XIV, chap. XVI.

7 Dictionnaire philosophique. Article « Adultère ».

8 Voltaire. Prix de la Justice et de l’Humanité, Paris, 1777.

9 La première parution en 1768 portait le titre de « Cri d’un honnête homme qui se croit fondé en droit naturel et divin à représenter à la législation française les motifs de justice tant ecclésiastiques que civils et les vues d’utilité tant morale que politique qui militeraient pour la dissolution du mariage dans certaines circonstances données ».

10 Exposée dans son œuvre posthume De l’Homme, Section VIII.

11 Par Diderot en particulier qui répliquera : « Faire du divorce le prix du mérite est une absurdité. Est-ce que le sot n’est pas aussi malheureux avec une mauvaise femme que l’homme du plus grand génie ? » L’abbé Barruel, dans les Helviennes surenchérit et pense qu’il serait « assez facile de faire servir les femmes galantes à la propagation de la vertu » !

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search