Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Première partie. De la séparation de corps au divorce lyonnais

Chapitre I. L’apport des dictionnaires au débat

Texte intégral

1Décision révolutionnaire qui rompt avec la tradition séculaire définie par l’Eglise de l’indissolubilité du mariage, le divorce est décrété par la loi du 20 septembre 1792. Pour juger de l’effet qu’il a pu produire sur une société qui ne l’avait jamais pratiqué et dont la législation ne tolérait que la séparation de corps et de biens pour mettre fin aux unions malheureuses, interrogeons-nous dans un premier temps sur le mot lui-même. Etait-il familier aux oreilles des hommes de la fin du XVIIIe siècle ? Que pouvait-il signifier pour eux ? Ouvrons les dictionnaires. Au mot « divorce » et aussi aux mots « mariage » et « séparation » d’où il découle.

I–DIVORCE

A–Définitions

  • 1 Paul Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Société du Nou (...)

2Une première constatation s’impose : bien que le divorce au sens où nous l’entendons aujourd’hui (« rupture légale du mariage civil, du vivant des époux » qui « à la différence de la séparation dissout le mariage »1) n’ait pas existé sous l’Ancien Régime, le mot, lui, n’était pas inconnu.

  • 2 D’après la définition de Paul Robert.
  • 3 Dans son Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes, IXe-XVe siècles (Pa (...)
  • 4 Cité par S. Ullman « Précis de sémantique française », Berne, Éditions Francke, p.248 ; tiré de A. (...)
  • 5 F. Godefroy, op. cit. Dernière acception du mot divorce.
  • 6 Extrait des Essais, cité dans Pierre Damas, Les origines du divorce en France. Etude historique de (...)
  • 7 Exemple de F. Godefroy : « Doncques la femme, qui par jalousie fait divorce avec son mary ». La Bo (...)
  • 8 Lemaire de Belges, Illustr., II, 13. Exemple donné dans E. Huguet, op. cit.
  • 9 Dictionnaire étymologique de la langue française par Oscar Bloch et W. von Wartburg, Paris, P.U.F. (...)

3Issu du mot latin « divortium » qui signifiait séparation2 physique ou mentale, il a d’abord été utilisé par l’ancienne langue française du XIVe au XVIIe siècle dans cette acception très large3. Puis il a connu une évolution sémantique qui le fait participer du schéma analysé par Meringer4. Il a « rétréci » sa signification en passant « d’un cercle étendu à un cercle plus étroit » et, dès le XVIe siècle il se limite au domaine matrimonial ; il désigne alors « la dissolution légale du mariage entre époux vivants »5. On en a des exemples dans Montaigne6 et dans La Boétie7. Mais le XVIe siècle est aussi l’époque où naît une certaine polysémie du mot. Lemaire de Belges, coutumier des doublets, l’utilise (au féminin) comme un synonyme de répudiation : « Paris Alexandre ha envoyé la belle divorce et répudiation à la nymphe Oenone, jadis sa très chère espouse »8. C’est cette polysémie que relève le Dictionnaire étymologique de O. Bloch et W. von Wartburg9. Selon ces auteurs, le mot apparu au XIVe siècle a signifié aussi « séparation » jusqu’au XVIIe siècle ».

  • 10 Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux que mod (...)
  • 11 On notera que Godefroy et Bloch-Wartburg font remonter le verbe « divorcer » au XIVe siècle ; nous (...)
  • 12 Richelet, Dictionnaire de la langue française ancienne et moderne, nouvelle édition ; Lyon, Duplai (...)
  • 13 Article paru dans la revue XVIIe, 1974, no 102-103, pp. 59 à 78.

4En effet, dès la fin du XVIIe siècle, il apparaît clairement que le mot divorce désigne alors communément la séparation de biens et de corps entre deux époux. Le Dictionnaire de Furetière (1690)10 écrit : « Divorce se dit (aussi) d’une séparation de corps et de biens du mari d’avec sa femme » mais il précise bien : « le lien du mariage subsistant toujours ». Le Dictionnaire de l’Académie, dans ses deux premières éditions, celles de 1694 et de 1718, reprend la même définition : divorce « se prend parmi nous pour la séparation de corps et de biens entre les gens mariés ». L’exemple donné en illustration est le même que celui qu’a choisi Furetière : « Ce mari et cette femme ont fait divorce11 depuis longtemps ». Le Dictionnaire de Pierre Richelet12, écrit, lui, en 1759 que le mot divorce « vient du latin divortium. C’est la séparation qui se fait entre le mari et la femme ». La confusion, ici, est entière entre la simple séparation et le divorce. Les exemples donnés laissent supposer que l’on sous-entend la rupture totale du mariage puisque il est fait référence à Henri VIII et que toute une partie de l’article est consacrée aux Romains qui, eux, pratiquaient le vrai divorce. Mais il ne fait aucune distinction nette entre ces deux types de rupture conjugale. Séparation et divorce sont synonymes. Pendant tout le siècle des Lumières, le Dictionnaire de Trévoux s’en tient à la même définition que Furetière. C’est ce qui justifie l’utilisation récente (1975) du mot divorce qui a été faite par M. A. Lottin dans le titre de son étude portant sur les séparations de biens et de corps prononcées par l’officialité de Cambrai « Vie et mort du couple. Difficultés conjugales et divorce s dans le Nord de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles »13. Il ne s’agit, dans ce cas, que de la traduction en français de l’expression latine qui désignait alors la séparation, « divortium » (quo ad mensam et thorum).

  • 14 Dictionnaire Universel Français et Latin, imprimé par ordre de S.A.S. Monseigneur prince souverain (...)
  • 15 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, J.B. Coignard, 1694. Plusieurs éditions de 1694 à nos (...)
  • 16 Cf. son édition de 1752 : « Quelques-uns ont dit que Jésus-Christ a permis le divorce pour la seul (...)

5Pourtant le mot divorce, dans son sens fort de rupture totale de l’union conjugale,n’était pas inconnu de la langue du XVIIIe siècle. L’édition de Furetière de 1690, celle de 1704 du Dictionnaire de Trévoux14 écrivaient par exemple : « Le divorce était permis chez les Payens », il l’« était même chez les Juifs à cause de leur dureté de coeur », et le Dictionnaire de l’Académie de 1694 reconnaissait que « le divorce était en usage parmi les Romains15, et qu’il « n’est point permis par le christianisme ». Le mot est connu mais ce qu’il désigne est condamné. Le Dictionnaire de Trévoux qui s’était laissé aller à écrire dans son édition de 1704 « Jésus-Christ n’a permis le divorce que pour la seule cause d’adultère », est très vite revenu sur cette version de la Parole16. D’ailleurs il s’était empressé de préciser simultanément que « Le Concile de Trente a défendu le divorce pour quelque cause que ce soit ».

6Au cours de la première moitié du XVIIIe siècle, les dictionnaires attribuent un troisième sens au mot divorce, celui d’une profonde mésentente conjugale. Voilà ce qu’on pouvait lire dans le Dictionnaire de l’Académie de 1694 : le mot divorce « se prend quelque fois pour les simples dissenssions qui naissent dans le mariage. Ce mari et cette femme sont dans un continuel divorce ». Les deux éditions du Dictionnaire de Trévoux de 1704 et 1752 vont dans le même sens : « Il (le divorce) se dit aussi de simples discussions qui naissent dans le mariage. Ce mari et cette femme sont toujours en divorce, il y a toujours quelque brouillerie entre eux ». Pour secondaire qu’apparaisse ce sens (il se prend quelquefois, il se dit aussi) il révèle une utilisation du mot dans les cas de conflit sérieux : il y a toujours quelque brouillerie, ils sont dans un continuel divorce. C’était reconnaître qu’il pouvait y avoir divorce de fait sinon de droit entre deux époux.

  • 17 Notons toutefois que le Dictionnaire étymologique de Ménage, édition de 1750, ignore le mot divorc (...)

7On observe d’ailleurs, à partir des années 1770, que la polysémie du mot divorce (divorce et séparation) tend à disparaître. Cette clarification sémantique apparaît très nettement dans l’édition de 1772 du Dictionnaire de l’Académie qui n’attribue plus au mot divorce le sens de séparation qu’il lui avait toujours prêté jusque là. La langue ne confond plus les deux types envisageables de rupture conjugale17. Elle enregistre alors une mutation mentale importante : le divorce est désormais du domaine du possible.

B–Justifications

8C’est au cours de ces mêmes années que partisans et adversaires du divorce s’affrontent par l’intermédiaire du contenu encyclopédique des définitions. Disposant ainsi d’une tribune privilégiée, les uns et les autres, multiplient arguments et justifications pour défendre leur position. Ecoutons d’abord les adversaires. Ils se rencontrent évidemment parmi les rédacteurs du Dictionnaire de Trévoux. Les Jésuites, expression intellectuelle et militante d’une Eglise en butte aux attaques de l’esprit nouveau, ont toujours été hostiles au divorce. En 1752, par exemple, ils maintiennent fermement au mot le seul sens de séparation et rappellent que « l’indissolubilité est de l’essence du mariage ». Ils durcissent encore leur propos dans l’édition de 1771 qui, très prolixe, tient à clarifier au maximum leur position entendue comme étant celle, immuable, qu’a adopté la France une fois pour toutes : « Le mariage étant considéré comme sacrement, il ne peut point être dissous parmi nous, dès qu’il est légitimement contracté. Aussi divorce chez nous ne signifie point la rupture du lien et la dissolution entière du mariage mais seulement la séparation de biens et d’habitation entre un mari et une femme » et comme cette explication leur paraît insuffisante, ils ajoutent que la séparation « ne donne pas atteinte au lien du mariage, en sorte qu’il n’est permis à aucun des conjoints de passer à un autre mariage du vivant de l’autre conjoint ». Leur insistance doit éviter au lecteur de confondre divorce et séparation.

  • 18 Diderot (Denis) et d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des (...)

9Le courant jésuite dispose d’un tel pouvoir qu’il parvient à contraindre les esprits qui s’efforcent de penser librement à masquer leur recherche. On s’en rend compte à travers l’article « Divorce » de l’Encyclopédie18. Rédigé par Boucher d’Argis, avocat au Parlement et conseiller au Conseil souverain de Dombes, cet article fait preuve d’une prudence véritablement anachronique dans cette somme de la pensée philosophique que concentre le grand dictionnaire. La définition du divorce trahit une indignation tout à fait surprenante chez un « encyclopédiste ». Le divorce, selon lui, « c’est une séparation de corps et de biens qui opère tellement la dissolution de leur mariage, même valablement contracté, qu’il est libre à chacun d’eux de se remarier avec une autre personne. Le divorce est contraire à la première institution du mariage qui de sa nature est indissoluble ». Cette indissolubilité ne s’appuie nullement sur le sacrement, ce qui se justifierait aux yeux des Catholiques mais sur le droit naturel, qui pour une fois, se trouve ainsi curieusement en accord avec le droit canonique. L’auteur se révèle en outre un piètre juriste puisqu’il assure « que la séparation de corps et de biens ne peut être demandée que par la femme », ce qui est faux, seule la séparation de biens (excluant une séparation d’habitation) était exclusivement réservée à cette dernière. Aux yeux de cet auteur le divorce est le signe d’une société rétrograde, et il constate avec amertume, qu’« il y a encore des pays où le divorce se pratique, comme dans les Etats d’Allemagne de la Confession d’Augsbourg ». Il n’apporte aucune information sur la récente introduction du divorce en Prusse par Frédéric II et se garde de fournir des éléments de réflexion sur la conception différente du mariage qu’ont les Protestants ou les Juifs. Cet article est un exemple très intéressant de l’obscurantisme subsistant au siècle des Lumières et, plus encore, il illustre à merveille quelles pouvaient être les pressions exercées sur les auteurs de l’Encyclopédie. Paru en 1754 au lendemain de la première condamnation de l’ouvrage par le Conseil d’Etat, et bien que Malhesherbes ait favorisé la reprise de l’édition, il doit céder, sur un certain nombre de points, à la « coalition » des Jésuites et des Jansénistes. La libéralisation de la pensée sur le divorce ne s’exprime donc pas au travers de l’Encyclopédie. Elle n’est pas absente pour autant des dictionnaires de l’époque des Lumières.

10Un premier pas, timide certes, est franchi avec le Dictionnaire de Furetière. La première édition, en 1690, était brève et ne s’attardait pas à présenter un historique du divorce. La nouvelle version de l’article « divorce » publié en 1725, qui s’étend sur une colonne entière, est incontestablement plus riche. Bien que l’auteur y réprouve fermement le divorce qui « est aussi honteux à celui qui le demande qu’à celle qui le souffre », il apporte certains éclaircissements propres à amener chez ses lecteurs des conclusions moins catégoriques. Il fait mention des Etats protestants d’Allemagne qui reconnaissent deux causes de divorce, l’adultère et la « désertion malicieuse ». Il rapporte que « Milton a fait un traité de la Doctrine et de la discipline du divorce où il soutient que le divorce doit être permis pour la seule incompatibilité des humeurs » et qu’« il avait pratiqué sa propre doctrine ».

  • 19 Le Grand Dictionnaire Historique de Moreri ou le Mélange curieux de l’Histoire Sacrée et Profane, (...)

11Encore plus importante est la contribution apportée par le Moreri en 175919. Ce dictionnaire étant un dictionnaire de noms propres, le fait qu’il s’attache au mot « divorce », dit assez l’importance de la question et ceci, dès les années 1760. Sa contribution au dossier du divorce concerne l’approche historique de cette institution et il est le seul dictionnaire à démontrer, qu’au regard même du christianisme, la question est confuse : « Jésus-Christ défendait absolument le divorce, à l’exception du cas d’adultère. De là est née une question, si en cas d’adultère de la part de la femme, le divorce est permis au mari suivant la loi chrétienne. Il est constant que la séparation quant à l’habitation est permise non seulement en ce cas mais encore en d’autres ». Saint Augustin n’ayant pu ou su trancher le débat, « la pratique ancienne des églises, a été différente » et selon lui « le Concile de Trente a ménagé les termes du canon où il confirme cette discipline en sorte que l’anathème ne tombe que sur ceux qui s’élevaient contre la doctrine et la pratique romaine, non sur la pratique des Grecs et des Orientaux comme les historiens du Concile l’ont remarqué ». Cette analyse qui tend à faire remarquer que le Christianisme lui-même est sujet à « vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà », fournissait un argument précieux aux partisans du divorce.

12Cette rapide analyse du mot divorce à travers les dictionnaires met en relief l’évolution générale des définitions au cours du XVIIIe siècle : concordantes sur la polysémie du mot dans la première moitié du siècle, elles s’orientent ensuite vers son sens actuel. C’est alors, au cours des années 1770 que se cristallisent deux courants, une tendance plutôt favorable au divorce à laquelle vient s’opposer un ensemble de forces de freinage regroupées initialement autour des Jésuites puis, après 1763, en dehors d’eux et qui s’inscrivent en réaction devant le mouvement d’opinion que traduit bien la langue. Il faudra voir les différentes manifestations de ce dernier, à travers les études spécialisées ou les pamphlets ; demandons-nous d’abord s’il n’était pas également décelable, à travers les définitions du mot mariage. Puisque le phénomène divorce est une conséquence possible du phénomène mariage.

II – MARIAGE

A –Définitions

13Dès le début du XVIIIe siècle, on considère que le mariage est avant tout un contrat. C’est la définition même qu’en donnent les dictionnaires. Pour Furetière (1690) il s’agit d’un « contrat civil par lequel un homme est joint à une femme »... et le Dictionnaire de Trévoux, en 1704, reprend à peu près les mêmes termes : « contrat civil et politique par lequel un homme est uni et joint à une femme ». Seule l’Académie (1718) reste plus vague. Pour elle le mariage est « l’union d’un homme et d’une femme par le lien conjugal ». Elle ne s’engage pas sur la nature de ce lien. Il faut attendre l’édition de 1762 pour qu’elle ajoute immédiatement après sa définition : « Le mariage est un contrat civil et un des sept sacrements de l’Eglise ».

  • 20 Depuis le Concile de Florence (1439), il est un des sept sacrements de l’Église.

14Car le mariage est aussi un sacrement20. Les dictionnaires le reconnaissent mais il leur semble plus important de mentionner auparavant (Furetière, 1690 et Trévoux, 1704) que « le mariage est du droit des gens et (qu’il) est en usage chez tous les peuples », et même que « l’essence du mariage consiste dans le consentement mutuel ». Alors seulement on mentionne que « le mariage est un sacrement et un lien sacré indissoluble » (Trévoux, 1704) ou plus objectivement : « Le mariage chez les Catholiques romains est un sacrement, un lien sacré et indissoluble » (Furetière, 1690). Le contrat reste toutefois prioritaire. « Quand le Roi ou les Parlements annulent les mariages clandestins ils ne touchent point au sacrement, mais ils annulent le contrat civil qui lui sert de fondement » (Furetière, 1690, 1704 à peu près semblables).

15Les définitions des dictionnaires n’évoluent pas au cours du siècle. Il n’y a que le Dictionnaire de Richelet (1759) pour privilégier le sacrement sur le contrat et se montrer beaucoup plus catégorique que le très jésuite dictionnaire de Trévoux. Pour lui, en effet, le mariage est un « sacrement qui établit une sainte alliance entre l’homme et la femme, afin d’élever chrétiennement les enfants qui en naîtront ». C’est aussi, mais en second lieu seulement un « contrat civil qui établit une société inséparable entre l’homme et la femme ». C’est oublier que les résiliations de contrats de mariage étaient de pratique fréquente...

16Contrat et sacrement, sacrement et contrat, peu importe que l’on privilégie l’un ou l’autre des aspects du mariage. Quand il s’agit de s’opposer au divorce, seul compte alors le sacrement. L’exemple le plus probant est fourni par le Dictionnaire de Trévoux qui dans sa définition du mariage semblait accorder le rôle fondamental au contrat et au consentement mutuel et qui se trouve par ailleurs être le plus acharné au maintien de l’indissolubilité du mariage.

  • 21 Paris, 1704 — Compiègne, 1779. Médecin. Rédacteur des articles de physique et de médecine du Grand (...)

17La seule originalité de pensée vient cette fois, enfin, de l’Encyclopédie qui publie un texte dont l’esprit est en complète opposition avec celui qu’elle avait été contrainte de laisser paraître sous le mot « divorce ». « Il n’y a rien dans la nature et dans le but de l’union conjugale qui demande que le mari et la femme soient obligés de demeurer ensemble toute leur vie, après avoir élevé leurs enfants ». On devrait observer, selon l’auteur de l’article, le chevalier de Jaucourt21, « la même liberté qu’en matière de toutes sortes de sociétés et de conventions ». Ici triomphe la notion du mariage-contrat, qui est la base indispensable pour la reconnaissance du divorce. L’idée du mariage à temps limité, elle, ne sera jamais reprise. Parallèlement, l’article s’emploie à affaiblir le sacrement, historiquement mal fondé : « on convient que l’obligation de regarder le mariage en qualité de sacrement n’était pas un dogme de foi bien établi dans les XIIe et XIIIe siècles. Saint thomas, Saint Bonaventure n’ont osé définir qu’il fût de foi que le mariage fut un sacrement. Durand et d’autres scholastiques ont même avancé qu’il ne l’était pas. Mais l’Eglise, assemblée à Trente, a décidé la question ».

B - La vision du mariage

18Outre ces définitions sur la nature du lien conjugal, les rubriques « mariage » des dictionnaires sont riches d’expressions courantes ou de citations littéraires qui constituent un précieux témoignage sur la vision du mariage que se faisait la société du XVIIIe siècle. Il faut, bien sûr, distinguer entre les locutions toute faites, témoin d’une réalité largement vécue et les exemples tirés des oeuvres d’écrivains, qui s’adressant à un public de lettrés, traduisent la réalité d’une classe socialement plus limitée.

19A travers les différentes utilisations familières du mot, on voit aussi se dessiner le statut de passivité qui est attribué à la femme dans la société des Lumières. Arrêtons-nous au Dictionnaire de l’Académie, qui est de tous, le plus linguistique. Il donne comme exemples : « demander une fille en mariage, la promettre, la donner en mariage, la prendre en mariage ». Pour illustrer le verbe « marier », il relève : « on la mariera bientôt, on l’a bien mariée, son père la marie avec ses droits, l’a mariée avantageusement. On dit d’une fille qu’elle est bonne à marier pour dire qu’elle est en âge d’être mariée » (c’est nous qui soulignons). Ces exemples se maintenant dans toutes les éditions de ce dictionnaire, on ne peut qu’en déduire que la condition féminine n’a guère varié au cours du XVIIIe siècle. Certes, on le savait déjà. D’autre part, il est certain que les Académiciens sont sans doute plus tournés vers le passé que sensibles aux mutations de leur époque. Il est également évident que le langage n’enregistre pas immédiatement les mutations sociales ou mentales. Néanmoins, l’instauration de divorce, dans un tel contexte est bien l’un des premiers signes d’un essai de changement des rapports entre les sexes.

20Le mariage, pour les femmes, est loin d’être la source d’agréments. Richelet et le Dictionnaire de Trévoux font tous deux appel à Molière et rappellent ces vers de l’Ecole des Femmes :

« Le Mariage, Agnès, n’est pas un badinage,
A d’austères devoirs, le rang de femme engage ».

21Sans préciser toutefois dans quelles circonstances cette maxime est assénée ni quel est le joyeux personnage qui la débite.

  • 22 Selon l’Encyclopédia Universalis de 1975.

22La vision la plus pessimiste du mariage revient sans conteste au Dictionnaire de Trévoux. En 1704, il se complaît à une longue litanie des maux qu’entraîne la vie conjugale. Ecoutons-le plutôt égréner sa complainte, et relevons quelques exemples littéraires qu’il a retenus, le premier étant le plus modéré : « Le mariage nous associe pour la bonne et la mauvaise fortune ». C.B. : Mais voici les autres : « Le mariage est un lien fatal à notre liberté. St Ev. « Nous voilà donc assujetti aux malheurs et aux communs hazards du mariage » St Ev. « Se mettre dans les liens et les chaînes du mariage » I.D. « Le joug du mariage qui doit assujettir les maris et les femmes sous les mêmes loix de fidélité n’asservit plus que les femmes » M. Esp. « On envisage d’ordinaire le mariage comme le tombeau des soupirs et des petits soins » St Ev. « Les engagements du mariage m’effrayent : s’il n’est pas heureux l’on est réduit à attendre que la mort vienne à pas trop tardifs rompre et briser sa chaîne » St Ev. « Les mariages de gens de qualité sont des unions de politique plutôt que de sympathie ». Vill. « La volupté du mariage doit être une volupté prudente » Mont. « En fait de mariage ferait-on mal de penser un peu plus à la personne qu’à la richesse » Bell. On note avec étonnement que le Dictionnaire de Trévoux accorde une bien grande importance à Saint Evremond qu’une « existence voluptueuse d’épicurien studieux »22 ne pouvait guère incliner à une vision favorable du mariage. N’y avait-il pas d’autres choix possibles ? Cet acharnement à démontrer que tous les mariages ou presque sont des échecs affectifs est révélateur d’une pensée très répandue. Qu’est-ce qui explique tous ces échecs aux yeux de ces auteurs ? Essentiellement le fait que les mariages reposent sur des alliances d’intérêt plus que sur l’attirance des personnes. En fin de compte, seul le hasard détermine l’avenir de la relation conjugale. Plus grave encore, le mariage est la négation même de la tendresse qu’il noie dans un flot de devoirs. Quant à l’amour, il n’en est pas question, et à l’épanouissement sexuel, il est à prohiber de la vie des conjoints. S’appuyer dans ce domaine sur le témoignage de Montaigne prouve assez la stabilité de la pensée commune sur les problèmes conjugaux. Les remèdes envisagés ? Ils ne sont guère explicites, peut-être plus d’égalité dans la fidélité, et surtout, le dernier exemple le laisse supposer, une plus grande vigilance dans le choix du conjoint. En tout cas, la rupture de l’union est exclue et, seule, la mort peut délier les époux de leur engagement.

  • 23 Sara F. Matthews-Grieco, « Femmes insoumises et maris battus au XVIe siècle », L’Histoire, no 4, p (...)
  • 24 Martine Segalen, Mari et Femme dans la France rurale traditionnelle, catalogue de l’exposition au (...)

23Cette vision extrêmement négative du mariage n’est pas propre au XVIIIe siècle. Si l’on se réfère à l’iconographie de la Renaissance, objet d’étude récente23, on relève dès cette époque un courant identique. Le mariage est un enfer où l’autorité maritale est sans cesse remise en question par la femme dont la violence ou la beauté tentatrice sont autant de dangers pour la paix de l’époux. Le thème de la lutte pour la culotte, symbole du pouvoir masculin, qui fut appelé à un grand avenir24 apparaît déjà dans les gravures du XVIe siècle. L’originalité du XVIIIe siècle est donc moins dans la découverte du mariage malheureux que dans sa réflexion sur les moyens d’y remédier.

  • 25 Michel Foucault, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, N R F, 1976, p. 52.
  • 26 Jean-Louis Flandrin, op. cit., p. 165.

24En 1752 l’article du Dictionnaire de Trévoux reprend les mêmes exemples. Une suppression toutefois est à signaler ; elle est très significative ; c’est celle des propos de Montaigne sur la volupté du mariage. Y aurait-il une amorce de réhabilitation de la chair dans le mariage ? Est-ce la fin de cette période où « le sexe des conjoints était obsédé de règles et de recommandations », où « la relation de mariage était le foyer le plus intense des contraintes »25. Cette hypothèse n’est pas exclue. Un autre indice indique une évolution des idées sur le mariage. On trouve, en effet, dans l’édition de 1772 du Dictionnaire de l’Académie, sous le verbe marier, ajoutée à toutes les formules que nous avons vues précédemment, l’expression « Il s’est marié par amour ». Signe d’un changement dans la psychologie ? Sans aucun doute. D’ailleurs, M. Jean-Louis Flandrin a pu le déceler à travers des archives d’un type bien différent, celles de l’administration de la Librairie au XVIIIe siècle. Sur les six titres consacrés à l’amour conjugal qui ont été enregistrés de 1723 à 1789, cinq sont postérieurs à 177026. C’est donc dans une atmosphère de morosité conjugale et néanmoins à un moment où la recherche du bonheur dans le mariage est amorcée depuis une vingtaine d’années que se trouve établi le divorce.

25En dernier lieu, on notera que les articles « mariage » de ces dictionnaires accordent une place non négligeable aux expressions populaires touchant au concubinage. Tous, (Trévoux, 1704 et éditions suivantes, Furetière 1690, Richelet, 1759) ou presque (l’Académie manque) citent le proverbe suivant :

« Boire et manger, coucher ensemble
C’est mariage, ce me semble »,

26qui désigne des « personnes de différent sexe qui sont ensemble à pot et à rot ». Faut-il y voir le signe d’un concubinage fréquent et socialement reconnu ? Ou simplement de l’impression de choc produite par quelques cas isolés sur un esprit public très conformiste ? On trouve une formule identique dans le Dictionnaire de l’Académie (1718), celle de « mariage de Jean des Vignes tant tenu, tant payé » ou simplement « mariage de Jean des Vignes » qui désignait un « commerce criminel sous quelque apparence de mariage ». (L’édition de 1778 lui donne un synonyme « mariage en détrempe »). Le Dictionnaire de Richelet (1759) attribue aussi à cette expression le sens d’union illégitime : « on appelle proverbialement mariage de Jean des Vignes, un mariage qui ne peut être autorisé en justice, qu’on rompt quand on veut ». Dans la mesure où le divorce permet de lever un obstacle à l’union de deux personnes déjà engagées par ailleurs dans le mariage, il peut être un des révélateurs de ce concubinage. C’est ce que nous essayerons de découvrir à travers l’analyse du monde des divorcés lyonnais de la Révolution et de l’Empire.

27Mais, au cours du XVIIIe siècle, il ne restait aux mal-mariés que le recours à la séparation pour échapper à une vie conjugale pénible. Comment cette dernière était-elle vue ?

III – SEPARATION

  • 27 Richelet, 1759.

28La séparation, selon le Dictionnaire de l’Académie, c’est la « sentence ou acte par lequel il est permis à un mary de ne plus habiter avec sa femme ou à une femme de ne plus habiter avec son mari ». Deux types de séparations peuvent être envisagés par les époux, la séparation de biens qui consiste à faire « ordonner en justice, qu’il n’y aura plus entre eux de communautés de biens, ou la séparation de corps qui permet « de ne plus habiter les uns avec les autres, selon que le mariage le permet »27. Selon Furetière et le Dictionnaire de Trévoux, l’expression serait populaire et il serait plus convenable de parler de séparation d’habitation. De toute façon, rappellent-ils avec insistance « la séparation de lit et de corps n’emporte point la dissolution du mariage, le lien subsiste toujours ».

  • 28 C’est cet esprit qui justifie la pratique juridique. Cf. Claude Joseph de Ferrière dans sa Nouvell (...)
  • 29 Dictionnaire de Trévoux, 1704.
  • 30 Furetière, 1690.
  • 31 Édition de 1759.

29Si l’Académie s’en tient une fois encore, à la stricte définition du mot, les autres dictionnaires se font l’écho de la désapprobation sociale qui rend responsable les femmes de ce qui ne peut être qu’un scandale, l’honneur familial28 (et masculin) devant être sauvegardé en toutes circonstances. Saint-Evremond vient une fois encore au secours de la pensée des Jésuites : « Dans un procès en séparation, si la femme à tort, le mari a tort lui-même d’apprendre au public que sa femme a tort »29. Il est bien connu, par ailleurs, selon Furetière que « les femmes font des actions en séparation contre leurs maris pour vivre dans le libertinage »30. Aussi prétend Richelet, « qu’on verrait de séparations, s’il était permis aux femmes de se séparer quand la fantaisie leur en prend ! »31. L’Encyclopédie, elle-même, cède en 1765 à l’esprit ambiant et elle reconnaît que « les séparations volontaires de corps sont (de plus) contre les bonnes moeurs ».

30Cette diversité de vision du problème posé par les liens conjugaux dans la société d’Ancien Régime montre clairement qu’un tournant décisif s’opère dans la pensée au cours des années 1770. Peu à peu le mariage est considéré plus comme un contrat que comme un sacrement. Il y a là le signe de toute une évolution juridique qu’il nous faut retracer brièvement, des juristes compétents l’ayant déjà fait avant nous et de façon plus exhaustive. Mais l’analyse du vocabulaire prouve de manière non moins évidente qu’un durcissement s’opère dans la pensée officielle devant toute libéralisation du statut conjugal. Et ceci malgré une reconnaissance quasi-générale de l’échec rencontré par un grand nombre d’époux. L’établissement du divorce est un symbole de plus de la victoire de l’esprit des Lumières sur les forces de la Tradition.

***

Notes

1 Paul Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Société du Nouveau Littré « Le Robert », 1969, tome II, p. 273. Voir aussi la définition qui est donnée dans le Dictionnaire Général de la langue française par Antoine Hatzfeld, Arsène Darmesteter, Antoine Thomas (Paris, Delagrave, 1964, tome I) ; « Dissolution légale du mariage entre les époux vivants ».

2 D’après la définition de Paul Robert.

3 Dans son Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes, IXe-XVe siècles (Paris, Librairie des Sciences et des Arts, 1938), Frédéric Godefroy donne deux sens voisins illustrés par deux exemples (divorce est alors féminin et masculin) : 1°) séparation : « Après Archade est Peloponense laquelle fait la divorse entre la mer Ionienne et la mer de Crète » (Chron. et hist. saint, et prof., Ars 3515, f° 61 v°) ; 2°) Rupture de l’union, querelle : « Au moyen de quoy entre tant de divorces il ne fut mal aisé aux Normans de nous donner mille traverses » (E. Pasq., Rech. ; I, 12) Le Dictionnaire de la langue française au XVIe siècle d’Edmond Huguet (Paris, Honoré Champion, 1932, tome II) donne aussi au mot divorce le sens de 1°) séparation, illustré par deux exemples. Nous en relevons un, tiré de Calvin (Instit. 1560, II, XVI, 5) : « Jésus-Christ ayant aboly les pechez a osté le divorce qui estoit entre Dieu et nous ». 2°) opposition, « Nos ordures et sa pureté faisoyent un trop grand divorce (Calvin, Instit. 1560, II, XII, 1) ; 3) dissentiment : plusieurs citations pour ce troisième sens. Nous choisissons celle qui est tirée d’Aubigné, Hist. Univ., I, 15, « La félicité de ces frères... apporta le divorce, fondé sur ce que Mahamet le cadet ne voulut point payer le tribut à Hamet, son aisné ».

4 Cité par S. Ullman « Précis de sémantique française », Berne, Éditions Francke, p.248 ; tiré de A. Meillet : linguistique historique et linguistique générale, Paris, 1921-1938, tome I, p. 245.

5 F. Godefroy, op. cit. Dernière acception du mot divorce.

6 Extrait des Essais, cité dans Pierre Damas, Les origines du divorce en France. Etude historique de la loi du 20 septembre 1792, Bordeaux, 1897, p. 19 : « et, en pleine licence de divorces, il se passa cinq cents ans, et plus, avant que nul s’en servist ».

7 Exemple de F. Godefroy : « Doncques la femme, qui par jalousie fait divorce avec son mary ». La Boetie, Règles de mariage de Plut., p. 308.

8 Lemaire de Belges, Illustr., II, 13. Exemple donné dans E. Huguet, op. cit.

9 Dictionnaire étymologique de la langue française par Oscar Bloch et W. von Wartburg, Paris, P.U.F., 1960.

10 Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes..., Rotterdam, 1690, 3 volumes, in folio.

11 On notera que Godefroy et Bloch-Wartburg font remonter le verbe « divorcer » au XIVe siècle ; nous constatons cependant qu’il s’est éclipsé au XVIIIe siècle (aucune trace dans les dictionnaires ni dans l’édition du Dictionnaire de l’Académie de 1811). « On fait divorce », on ne « divorce » pas, pourtant la langue commune le pratique. Voir par exemple la note 10 pp. 64 et 291.

12 Richelet, Dictionnaire de la langue française ancienne et moderne, nouvelle édition ; Lyon, Duplain, 1759, 3 volumes in folio.

13 Article paru dans la revue XVIIe, 1974, no 102-103, pp. 59 à 78.

14 Dictionnaire Universel Français et Latin, imprimé par ordre de S.A.S. Monseigneur prince souverain de Dombes. Trévoux, Étienne Ganeau, 1704. Plusieurs autres éditions jusqu’en 1771.

15 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, J.B. Coignard, 1694. Plusieurs éditions de 1694 à nos jours.

16 Cf. son édition de 1752 : « Quelques-uns ont dit que Jésus-Christ a permis le divorce pour la seule cause d’adultère, cette opinion est fausse dans le nouveau Testament, le divorce n’est point permis pour cause d’adultère mais seulement la séparation ». Et de faire référence à Mathieu (XIX, 9), Marc (XII), Paul (XI), Cor. (X, 39).

17 Notons toutefois que le Dictionnaire étymologique de Ménage, édition de 1750, ignore le mot divorce.

18 Diderot (Denis) et d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, publié par Briasson et Panckoucke, Paris, 1751-1780, 35 vol. in fol.

19 Le Grand Dictionnaire Historique de Moreri ou le Mélange curieux de l’Histoire Sacrée et Profane, (Nouvelle et dernière édition), Paris, chez les Libraires Associés, 1759 (20e édition), tome 4, p. 190.

20 Depuis le Concile de Florence (1439), il est un des sept sacrements de l’Église.

21 Paris, 1704 — Compiègne, 1779. Médecin. Rédacteur des articles de physique et de médecine du Grand Dictionnaire.

22 Selon l’Encyclopédia Universalis de 1975.

23 Sara F. Matthews-Grieco, « Femmes insoumises et maris battus au XVIe siècle », L’Histoire, no 4, p. 70 à 72.

24 Martine Segalen, Mari et Femme dans la France rurale traditionnelle, catalogue de l’exposition au musée national des Arts et Traditions Populaires, Paris, 1973.

25 Michel Foucault, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, N R F, 1976, p. 52.

26 Jean-Louis Flandrin, op. cit., p. 165.

27 Richelet, 1759.

28 C’est cet esprit qui justifie la pratique juridique. Cf. Claude Joseph de Ferrière dans sa Nouvelle Introduction à la Pratique, tome II, p. 201 « L’honneur du mariage exige que la demande en séparation de corps et de biens ne se poursuive que civilement, et non par la voie extraordinaire ». L’Encyclopédie Méthodique (jurisprudence, tome 7, p. 552) précise « à moins que ce ne fut pour une cause capitale, comme si le mari avait voulu faire assassiner sa femme ».

29 Dictionnaire de Trévoux, 1704.

30 Furetière, 1690.

31 Édition de 1759.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search