Version classiqueVersion mobile

Divorcer à Lyon

 | 
Dominique Dessertine

Introduction

Texte intégral

1Phénomène méconnu, pour ne pas dire inconnu, le divorce révolutionnaire s’est trouvé noyé dans les grands bouleversements politiques et sociaux de la fin du XVIIIe siècle et son histoire est celle d’un long silence. Absent pendant plus d’un siècle de l’historiographie de la Révolution Française - il réapparaît aujourd’hui, témoin du renouveau actuel des interrogations sur la famille - il s’est aussi évanoui de la mémoire collective : l’institution du divorce reste liée, dans la plupart des esprits, aux victoires du courant laïque et anticlérical qui anime la IIIe République, au même titre que les lois scolaires ou la séparation des Eglises et de l’Etat. L’expérience des années 1792-1816 est tombée dans l’oubli.

  • 1 Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II ; mouvement populaire et gouvernement révolu (...)
  • 2 Histoire de la Révolution Française, 1839, 8e édition. Selon lui, c’est l’apathie qui caractérise (...)
  • 3 Histoire de la Révolution Française, Paris, Lacroix et Cie, 1878 (tome VIII, en particulier les ch (...)
  • 4 Histoire socialiste ; la Convention.
  • 5 Histoire de la Révolution Française, Paris, Flammarion, tome IV, pp. 163-257. Lui aussi omet de si (...)
  • 6 La Révolution, Paris, Hachette, 1885, tome III, « Les Origines de la France Contemporaine ». Hosti (...)
  • 7 Histoire de la Révolution Française depuis 1789 jusqu'en 1814, Paris, Perrin, Firmin Didot, 1892. (...)

2Or, comment ne pas voir dans cette première introduction du divorce en France un signe de la crise qui secoue en profondeur la société d’alors ? La remise en cause d’une institution, le mariage indissoluble, plusieurs fois centenaire, ne pouvait être fortuite. Pourtant les historiens de la Révolution Française, ce « couronnement d’une longue évolution économique et sociale qui a rendu la bourgeoisie maîtresse du monde »1 n’ont été fascinés que par le traumatisme politique subi par la Société Française et non par les convulsions de ces petites sociétés que sont les familles. Le rapport entre l’une et les autres n’est pas pour eux thème d’étude. On chercherait en vain dans les pages des plus notables d’entre eux, au XIXe siècle, quelques considérations Sur la loi du divorce ou sur ses effets. De Thiers2, aux historiens socialistes, Louis Blanc3 et Jean Jaurès4, en passant par Michelet5, Taine6, ou Mignet7, c’est le silence. Silence d’autant plus énigmatique que les législateurs révolutionnaires se proposaient, dans un enthousiasme exalté et au nom de la liberté et du bonheur de l’individu, de redéfinir les relations entre les hommes et tout particulièrement les liens qui les unissent à leurs proches dans le cadre de la famille. Introduire le divorce, pour eux, c’était répondre à ce désir que la postérité n’a pas su discerner. Or, il est évident :

  • que la loi sur le divorce n’est pas restée lettre morte. La bibliographie sur le sujet que nous devons essentiellement aux juristes de la IIIe République intéressés par la préparation ou par les conséquences de la loi Naquet8, révèle qu’elle a permis à un nombre non négligeable d’hommes et de femmes de se libérer d’un lien conjugal malheureux, particulièrement dans les villes ;
  • que ses répercussions ont été profondes sur la réflexion des théoriciens de la famille. Sans privilégier à l’excès la réaction qu’elle a déclenchée chez de Bonald9 et les ultras, il faut constater qu’elle est à l’origine de toute une conception de la famille comme hiérarchie de pouvoirs et élément constitutif à part entière de l’édifice social. C’est parce qu’il s’insurge contre le divorce que de Bonald se bâtit une image de l’Ancien Régime indissociable à ses yeux de la famille patriarcale et qu’il y calque son modèle de société idéale, annonçant ainsi un riche courant de pensée qui donne naissance à des esprits aussi divers qu'Auguste Comte ou Saint-Simon. Bien avant que l’industrialisation ne s’inscrive comme le grand événement perturbateur de l’histoire des familles et le grand interpellateur des théoriciens politiques, conservateurs ou révolutionnaires, la Révolution, en instaurant le divorce trahit une mutation des sensibilités et des modes de vie familiaux, dont l’épanouissement du Romantisme serait, en littérature, une autre forme d’expression.
  • 10 Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960, 502 pages.
  • 11 François Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, A.Colin, 1975, (« U-Prisme »), 179 pages.
  • 12 Jean-Louis Flandrin, Parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Hachette, 1976 (Le (...)
  • 13 René Pillorget, La Tige et le Rameau, familles anglaise et française, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, C (...)
  • 14 Pour l’Angleterre voir les travaux de Peter Laslett et de l’école de Cambridge, Household and fami (...)
  • 15 Cf. les travaux qui sont en cours au Centre Pierre Léon, sous la direction de M. Yves Lequin.
  • 16 Théodore Zeldin, Histoire des passions françaises, tome I : Ambition et Amour, Oxford University P (...)

3C’est donc cette mutation dans la conception de la famille que nous nous proposons d’étudier à travers un de ses symptômes, le divorce, en ayant toujours présent à l’esprit qu’elle est contemporaine d’un bouleversement violent et profond du pouvoir politique. Mutation profonde ou épiphénomène ? Qu’est-ce que le divorce, manifestation « pathologique » du mariage, peut nous révéler sur l’état de la famille à la fin du XVIIIe siècle et sur les projets des générations nouvelles, celles qui ont vécu, voulu ou subi la Révolution ? Les études sur la famille depuis celle, pionnière, de Philippe Ariès10 jusqu’à celles plus récentes que viennent de publier François Lebrun11, Jean-Louis Flandrin12 et René Pillorget13 en France14, se concentrent sur l’Ancien Régime. On en a encore un exemple avec le numéro spécial des Annales E.S.C. de juillet-octobre 1972. D’autres portent sur la famille ouvrière15 ou, plus « totalisantes », sur la famille française au XIXe siècle16. Le passage de l’une à l’autre mérite d’être éclairé : la coupure de la Révolution Française s’applique-t-elle aussi à l’histoire des familles ?

***

4Votée le 20 septembre 1792, le jour même où l’Assemblée Législative se sépare, la loi autorisant le divorce survient dans une période particulièrement agitée de l’histoire de la Révolution : la Monarchie n’est plus crédible, Assemblée et Commune se déchirent à Paris et les frontières du pays sont menacées. Dans une telle situation, la loi peut paraître anachronique. Fut-elle une décision irraisonnée liée aux outrances de l’époque et à la confusion publique engendrée par les circonstances dramatiques ou, au contraire, l’aboutissement d’un long processus ? C’est ce que les premiers chapitres de ce travail essaient d’éclaircir.

5Pour cerner l’impact de cette loi, le choix de Lyon s’est imposé à nous. Certes, pour des raisons évidentes de commodité. Mais aussi et surtout parce que l’étude des divorces de la seconde ville de la République pouvait laisser supposer une bonne moisson de documents. Nous avons, en effet, émis l’hypothèse, étayée par les travaux antérieurs que, sauf anachronisme peu probable, le divorce avait été, hier comme aujourd’hui, un phénomène urbain. Après avoir abordé l’étude des textes législatifs, indispensables à la compréhension d’un comportement social qui leur doit tout, nous présentons donc les sources lyonnaises du divorce en mettant en relief les liens qui unissent la pratique à la loi.

  • 17 François Furet, Denis Richet, La Révolution Française, Hachette, 1965.

6La deuxième partie de cet ouvrage commence par une sociologie du divorce lyonnais. Notre propos est de savoir si, loi révolutionnaire, le divorce a servi en priorité les groupes sociaux qui ont rêvé, souhaité et dirigé la Révolution et qui ont voté ou fait voter le décret du 20 septembre. A-t-il, à un moment ou à un autre, échappé à leur contrôle, comme la démocratie de l’an II a débordé sur la gauche, la « bourgeoisie à talents »17 du pouvoir girondin ? Le cheminement contradictoire de Lyon de 1789 à l’an II accroît l’intérêt de cette interrogation. De plus, la ville s’étant nourrie démographiquement, au cours du XVIIIe siècle de l’apport des provinces voisines, elle offre un terrain d’étude privilégié pour l’observation des modifications subies par la famille à la suite de la transplantation massive d’individus d’un milieu rural dans un monde urbain.

7Enfin, dans les derniers chapitres, nous nous aventurons dans le domaine infiniment délicat de la psychologie historique. Dans un double but :

  • celui de percevoir les raisons profondes qui ont poussé des hommes et des femmes à être les premiers à faire dissoudre un engagement qu’ils étaient censés avoir pris librement,
  • celui de saisir, si à travers eux, ne se reflétait pas un changement profond dans la conception du mariage que se faisait la société tout entière.

8En résumé, le divorce révèle-t-il un traumatisme conjoncturel ou une crise des structures de la famille d’Ancien Régime ?

Notes

1 Albert Soboul, Les sans-culottes parisiens en l’an II ; mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire (2 juin 1793 - 9 thermidor an II), Paris, Clavreuil, 1962, p. 1.

2 Histoire de la Révolution Française, 1839, 8e édition. Selon lui, c’est l’apathie qui caractérise les derniers jours de l’Assemblée Législative, (IIe partie, chapitre VII).

3 Histoire de la Révolution Française, Paris, Lacroix et Cie, 1878 (tome VIII, en particulier les chapitres II et III du livre huitième).

4 Histoire socialiste ; la Convention.

5 Histoire de la Révolution Française, Paris, Flammarion, tome IV, pp. 163-257. Lui aussi omet de signaler la loi du 20 septembre, malgré l’exaltation de ses propos sur la Femme à l’époque révolutionnaire.

6 La Révolution, Paris, Hachette, 1885, tome III, « Les Origines de la France Contemporaine ». Hostile aux Jacobins à qui il reproche de pratiquer une politique autoritaire et centralisatrice, jusque sur les familles : « il n’y a pas de raison, écrit-il p. 79, pour que le mariage qui est le plus important des services, ne soit pas comme les autres, mis en réquisition ». Mais il ne se révolte pas contre le divorce dont il semble ignorer l’existence.

7 Histoire de la Révolution Française depuis 1789 jusqu'en 1814, Paris, Perrin, Firmin Didot, 1892. Cf. tome 1, p. 307.

8 Voir bibliographie p. 363. Il faut aussi mentionner l’ouvrage, plus récent, de Gérard Thibault-Laurent, La première introduction du divorce en France sous la Révolution et l’Empire (1792-1816), Clermont-Ferrand, Imprimerie moderne, 1938, 269 pages, (thèse de droit). C’est l’auteur dont l’étude est la plus précieuse. Outre qu'elle est la première de toutes ces thèses de juristes à ne pas faire preuve d’un esprit moralisateur, elle offre de surcroît un bon survol statistique du divorce dans les différentes régions de France.

9 Résumé sur la question du divorce par l’auteur de « Le divorce considéré au XIXe siècle relativement à l'état domestique et à l’état public de la société », Paris, Le Clerc, 1801, 47 pages.

10 Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960, 502 pages.

11 François Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, A.Colin, 1975, (« U-Prisme »), 179 pages.

12 Jean-Louis Flandrin, Parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Hachette, 1976 (Le Temps et les Hommes), 278 pages.

13 René Pillorget, La Tige et le Rameau, familles anglaise et française, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1979, 325 pages.

14 Pour l’Angleterre voir les travaux de Peter Laslett et de l’école de Cambridge, Household and family in past time, Cambridge University Press, 1972, 623 pages, et Lawrence Stone, The family sex and marriage in England (1500-1800), Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1977, XXI, 800 pages.

15 Cf. les travaux qui sont en cours au Centre Pierre Léon, sous la direction de M. Yves Lequin.

16 Théodore Zeldin, Histoire des passions françaises, tome I : Ambition et Amour, Oxford University Press, édition française Encres (Recherches), 1978, 421 pages.

17 François Furet, Denis Richet, La Révolution Française, Hachette, 1965.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search