Version classiqueVersion mobile

Sauvages et ensauvagés

 | 
Pierre Dockes
, 
Jean-Michel Servet

Révoltes bagaudes et ensauvagement ou La guerre sociale en Gaule

Chapitre 4. La legende bagaude

Texte intégral

1La légende bagaude va naître de la fusion entre deux courants : les récits des conteurs populaires, les écrits des "clercs". Nous ne saurions rien des premiers s’ils n’avaient été utilisés par les seconds qui avouent, parfois, avoir transcrit des témoignages oraux. Quelle part de vérité historique recèlaient ces récits ? Il est fort probable qu’au sein du peuple le souvenir des guerres bagaudes est resté longtemps vivant et qu’il s’exprimait sous la forme d’une sorte de chanson de geste jusqu’au XIIème siècle au moins.

2Qui étaient ces conteurs ? Des hommes du peuple paysan affectés socialement à la conservation des épopées locales et des mythes traditionnels, des hommes de la mémoire exclusivement orale ; mais aussi des professionnels de l’errance, jongleurs ou colporteurs, forains à plus ou moins grande surface de circulation qui pouvaient être indirectement liés au monde de l’écrit, à la cléricature. Les clercs devaient d’ailleurs agir sciemment sur des légendes populaires païennes pour les christianiser, à l’instar des fêtes, des arbres et autres sanctuaires, et ceci dut jouer fortement sur la geste bagaude. Mais comment ? Nous verrons que ce glissement a des déterminations fort complexes, que ces interventions pouvaient mener à des récits orientés idéologiquement de façon opposée.

3Cette source orale populaire pouvait s’appuyer indirectement sur les quelques textes écrits qui avaient survécu aux temps mérovingiens (Orose, Eucher, Salvien), sur les déformations de ces textes, courantes au Moyen-Age, ou sur les "Histoires" médiévales, mélanges de témoignages oraux, d’inventions des auteurs et de textes antiques : il n’y a pas d’un côté un discours oral, de l’autre les écrits, mais à tous moments de complexes interrelations.

4Les clercs, érudits et faussaires, s’appuyaient sur ces récits populaires, ou plutôt sur certaines fractions de ces contes, celles qui les arrangeaient d’une façon ou d’une autre. Il s’agissait généralement pour eux d’écrire des Passions de martyrs ou des Vies de saints, souvent pour attirer les visiteurs dans telle abbaye par une publicité soignée faite autour de reliques et de légendes. Comme nous le verrons, ils purent utiliser aussi les bagaudes pour leurs querelles contemporaines, un peu â la manière de nos historiens qui "tirent" la commune de Paris vers son aspect patriotique, ou de guerre sociale. Dans cet ordre d’idées, la légende bagaude peut avoir joué un rôle dans les révoltes ultérieures, celles du XIème siècle justement. Comment procédaient-ils ? Ils prenaient une base dans quelque historien connu, ils ajoutaient des légendes qui circulaient sur les lieux ou les hommes, ils inventaient délibérément ou incorporaient ce qu’ils croyaient vrai. Notons qu’ils ne pouvaient pas plus faire de publicité totalement mensongère pour leur abbaye ou leur saint que nos modernes supermarchés pour leurs produits. De même pour alimenter leurs querelles contemporaines, il fallait une vague correspondance entre leurs écrits et les sources tirées des "historiens" ou les dits populaires, au moins sur certains points.

5On dira : pourquoi nous intéresser à ces légendes ? L’histoire n’aurait que peu à faire des racontars, des récits populaires ou des Vies publicitaires s’il ne s’agissait que de connaître le fait bagaude. Mais il est intéressant, aussi, de connaître la façon dont ces bandits, ces sauvages ou ces révoltés furent perçus par leurs contemporains, puis par les générations successives et cette histoire de l’idéologie est partie de l’histoire générale, de celle des luttes sociales en particulier.

6Quelques documents nous permettent de repérer l’évolution de la légende bagaude du Vème au XIIème siècle : d’abord la Passio thébaine A ou Passio d’Eucher pour le Vème siècle, ensuite les manuscrits de type B de cette même Passio, peut-être initialement rédigée vers 700. Pour Tes années 638-664, nous avons également des chartes relatives à la fondation de l’abbaye de St-Maur-des-Fossés ; bien qu’apocryphes dans leur forme actuelle, elles contiennent des éléments contemporains de cette fondation. Mais elles nous renseignent aussi sur la légende bagaude à l’époque où elles furent plus ou moins "trafiquées", le XIème siècle. Elles doivent être mises en relation avec la Vie de St Babolin qui s’appuie sur certaines de ces chartes et qui nous conte une épopée bagaude. Pour la fin du XIème siècle, nous trouvons aussi la Passio de Saint Maurice par Sigebert de Gembloux. Enfin, pour le XIIème siècle, nous avons le Liber de Compositione Castri Ambaziae des chroniques des comtes d’Anjou. Bien peu de choses, assurément. Peut-être faudrait-il tenir compte également du silence de l’époque carolingienne et tenter de faire apparaître une légende bagaude que nous ne connaissons pas, mais qui est présente "en creux", négativement, par la réponse qu’elle a produit (Sigebert de Gembloux) ou par ce qui, peut-être, en transparaît dans la Vie de St Babolin : l’épopée bagaude vue par les hérétiques du début du XIème siècle.

§ 1 - Les Passions de la légion thébaine

  • 1 Cf. ci-dessus, ch. 1, 6.

7Nous avons déjà cité la Passio A ou d’Eucher1. Rappelons qu’elle raconte l’histoire d’une légion (thébaine) de Maximien, composée de chrétiens et qui refuse de combattre des "masses Chrétiennes" Nous avons dit que, selon nous, Eucher ment sciemment en transformant des révoltés bagaudes du IIIème siècle en chrétiens, en gommant tout du mot et du fait bagaude : clerc, il ne peut que connaître les véritables raisons de l’entrée des troupes de Maximien en Gaule ; homme informé du Vème siècle, il doit savoir qu’alors d’autres bagaudes tiennent des fractions entières du pays, tout particulièrement dans les Alpes ; membre d’une grande famille, peut-être n’est-il pas un sympathisant de ces bagaudes contemporaines !

8Or il lui faut rédiger une Passio de Saint Maurice et des soldats martyrisés à Agaune pour susciter ou développer un culte, attirer pélerins et donations... Corme Maximien est connu comme le grand persécuteur des chrétiens, Eucher ne citera pas le nom bagaude, expliquera l’entrée des troupes de Maximien en Gaule par la volonté de lutter contre les masses chrétiennes, d’où le refus d’obéissance des militaires chrétiens.

  • 2 Cf. ci-dessus, chap. 1, p. 169.
  • 3 Edité pan. L. Surius ou in Acta Sanctorum, Paris, 1867 ; ci-dessus, chap. 1, p. 169 note (2).
  • 4 Cf. ci-dessus, chap. 1, p. 170.

9Nous avons vu également2 que, dans les manuscrits du type Passio B3, Passion sans doute initialement rédigée aux alentours des années 700, l’histoire du martyr de la légion thébaine avait été modifiée : Maximien vient alors combattre une révolte servile, les bagaudes, et rien ne dit qu’ils soient chrétiens. La légion thébaine est massacrée parce qu’elle refuse de jurer sur des idoles d’aller combattre ces bagaudes (peut-être pas d’aller livrer ce combat) et des chrétiens4.

10Il n’est pas impossible qu’au milieu du Vème siècle, lorsqu’Eucher écrit, circulaient dans le peuple des récits, une légende, selon lesquels il y aurait eu un refus d’obéir d’une légion de Maximien destinée à aller combattre des bagaudes, c’est-à-dire des paysans ou des servi révoltés. Cette légende pouvait-elle parler d’un refus d’aller combattre des chrétiens ? C’est douteux car, alors, les bagaudes sont connues pour ce qu’elles sont. Ne sont-elles pas présentes dans les Alpes ? Dans de nombreuses régions de Gaule ? Dans les villages, on devait raconter la chanson de geste des bagaudes du IIIème siècle, commandées par les preux Amandus et Aelianus, et sans doute devait-on faire le lien entre ces combats d’hier et ceux d’aujourd’hui. Les bagaudes de ces récits épiques ne pouvaient guère être perçus comme des chrétiens par des paysans non christianisés eux-mêmes.

11Il est probable qu’Eucher se soit saisi de ces contes populaires circulant dans le Valais, légende tissée autour d’événements sans doute en partie réels, pour écrire un scénario destiné à l’édification des masses et à la gloire de St Maurice d’Agaune. Mais il élimine toute référence aux bagaudes pour ne prendre aucun risque idéologique : la légion venait combattre des foules chrétiennes, pas un mot sur d’éventuels servi révoltés !

12Le rédacteur du manuscrit initial de la Passio B, vers 700, est dans une situation différente. Les bagaudes ne sont plus à l’ordre du jour, il y a beau temps qu’elles ont été massacrées ou réprimées. Il rétablit donc la vérité des textes : Maximien vient combattre des paysans, des servi révoltés, obéissants à leurs deux chefs "historiques", connus sous le nom de bagaudes. Mais il ne dit pas qu’ils sont chrétiens. La décimation de la légion thébaine s’expliquera classiquement par le refus de jurer sur des autels paiens, non directement par le refus d’aller combattre ces bagaudes et persécuter des chrétiens (a priori différents des bagaudes).

  • 5 Cf. ci-dessus, chap. 7.

13Disons à nouveau que ce texte peut subir deux interprétations5. Soit l’auteur laisse planer un doute sur l’éventualité du christianisme des bagaudes. Dans ce cas l’assimilation servi révoltés chrétiens serait le levain d’une idéologie révolutionnaire, la source d’un courant que nous qualifierons ultérieurement d’hérétique (se développant au XIème siècle) et que nous ne connaissons qu’"en creux". Cette interprétation me semble supposer que, vers 700, le seul fait de parler explicitement de bagaudes fasse référence à chrétiens. En d’autres termes que cette Passio B corresponde à une légende populaire bagaude ayant évolué et qu’alors pour les masses une idéologie de révolte se soit appuyée sur la légende de paysans révoltés chrétiens, donc d’hommes remettant en cause l’ordre social au nom de Dieu.

14Soit, seconde interprétation, Maximien combat justement les "mauvais" esclaves révoltés, en tant que César et Hercule, mais injustement les chrétiens. L’empereur aurait alors un rôle ambigu : juste en tant que César écrasant l’hydre du désordre, injuste en tant que paien. Une telle interprétation supposerait un retour à une forme de justification impériale et serait à l’origine du courant carolingien resté souterrain ou post-carolingien, celui qu’illustrera Sigebert de Gembloux.

15Est-il possible de faire un choix entre ces deux interprétations de la Passio B ? Il me semble que l’absence d’injures à l’égard des paysans ou servi révoltés des bagaudes est un indice en faveur de l’interprétation "révolutionnaire", "pré-hérétique".

16Irait dans le même sens le refus, mis sur le même plan par les légionnaires thébains, de jurer sur des autels paiens, d’aller combattre les bagaudes et des chrétiens persécutés par Maximien. La seconde interprétation, d’autre part, supposerait une rédaction d’un siècle plus tardive de la première version de la Passio B.

17L’équation masses chrétiennes = multitudes bagaudes peut être révolutionnaire. Je dis "peut être" car soit on substitue aux bagaudes serviles les masses chrétiennes, on ne parle plus des bagaudes, comme le fait Eucher, dès lors le discours perd toute connotation sociale, soit on confond bagaudes serviles et masses chrétiennes et alors le mélange devient socialement détonnant : des servi chrétiens et qui se révoltent contre leur condition, c’est donner à la lutte sociale une justification religieuse ! Le rédacteur de la Passio B ne va certes pas jusque-là, mais il rend possible cette interprétation. C’est bien ce qu’avait compris Eucher, c’est pour cela qu’il évite soigneusement de parler de bagaudes.

18Cela n’empêchera pas, nous le verrons, Sigebert de Gembloux de s’inspirer d’une version sans doute proche de la Passio B pour développer une idéologie réactionnaire, césariste.

§ 2 - La légende populaire et les Chartes relatives à la fondation de l’Abbaye de Saint-Maur6

  • 6 D’abord les deux chartes de fondation de Clovis II (638) et Blidégisille (9 mal 640) (in Gallia Ch (...)
  • 7 "Qui Fosatus dicitur, et quem vulgaris lingua castrum Bagau -darum appelat" (Clodovei II) ou "vulg (...)
  • 8 "Quem ignara rusticitas Castellum vocat Bagaudarum", lettre d’Audebert ; ou "quod antiquitus vocab (...)

19Elles sont toutes apocryphes dans leur forme actuelle, mais renferment de nombreux éléments contemporains de la fondation. Elles s’échelonnent entre 638 et 664. On apprend grâce à elles que le lieu où s’établit le monastère se nomme "Le Fossé" Fossatus) (mais est dit "le Château des Bagaudes" Castrum (Bagaudarum) dans le parler populaire7, dans celui des paysans ignorants, ou était dit ainsi anciennement8.

20Pourquoi ce nom ? Les rédacteurs de ces chartes ne nous le disent pas, ils semblent se désintéresser complètement de son origine. Peut-on cependant penser que ce vocable populaire correspond à l’existence effective d’une forteresse aux mains des bagaudes à la fin du IIIème siècle ? Evidemment non. Il en va de ce camp ou de ce château bagaude comme des "camp de Marius" ou autre "camp de César" ou "pas de Roland" ou "porte des Sarrasins" : ces appellations folkloriques, généralement liées au travail d’un érudit ou d’un pseudo-érudit de village ne prouvent jamais que, là, il y eut une garnison de légions de César ou de Marius, des bagaudes ou des Maures. Il n’y a jamais là une preuve d’occupation ou de passage du (ou des) héros, transmise par la tradition populaire. Donc pas plus de bagaudes à Saint-Maur, a priori, qu’ici ou là ?

  • 9 Id., p. 114.

21L’intérêt de ces textes est ailleurs. Ils montrent que les bagaudes ont dû exercer, dès l’époque mérovingienne, une influence sur l’imagination populaire. Comme le dit C. Jullian, il faut que des récits, des propos, des locutions aient circulé sur eux dans le peuple9. Pour que le peuple en arrive à désigner les ruines sans doute encore impressionnantes que l’on trouvait dans cette boucle de la Marne, fermée comme une île par un fossé, par ce nom de Château ou camp des bagaudes", il faut que ces hommes fussent alors perçus comme des héros, que leurs actions apparaissent épiques : une chanson de Roland populaire devait circuler dans les villages, se transmettre lors des veillées, être contée par quelque chanteur ambulant.

  • 10 ld., p. 114.

22Que disait cette chanson populaire ? Parlait-elle de brigands, d’esclaves, de colons ou de serfs révoltés, de victimes chrétiennes du paien Maximien ? On ne peut apporter ici d’éléments de preuve. Avant d’étudier d’autres textes, essayons de poser des hypothèses sur le contenu de ces récits. Pour C. Jullian10, si les bagaudes étaient, probablement, des brigands, à partir du Vème siècle la pensée populaire change à leur endroit : Salvien déjà s’apitoie sur le sort de ces malheureux, on en fait ensuite des chrétiens, et d’abord Eucher. La pensée populaire changerait, et on en aurait la preuve par ces Grands, ces "romains", ces citadins, ces prêtres ou évêques que sont Salvien ou Eucher ! Absurde.

23Admettons que la légende populaire, au VIème siècle encore, continuait à faire des bagaudes des servi ou autres paysans révoltés. Ce n’est qu’à la fin du VIIème, avec la christianisation des campagnes que le peuple rustique dut faire de ces révoltés sociaux des chrétiens, proposition qui pouvait être çà et là acceptée par telle couche populaire du clergé, mais qui devait être jugée dangereuse par la hiérarchie catholique : elle était en soi hérétique puisqu’elle remettait en cause l’idée selon laquelle l’ordre social devait être chrétiennement accepté puisqu’il était divinement fondé.

24Dans la mesure où, dans la part d’authenticité de ces chartes du VIIème siècle, on met l’appellation ancienne et populaire de château baqaude, on accepte l’idée d’une légende populaire sur les bagaudes. Elle est socialement contestatrice si ces révoltés sont considérés comme des servi ou autres paysans (au Vème et VIème siècles, peut-être encore au VIIème), puis comme des servi chrétiens (au VIIème siècle et sans doute par la suite).

25Il n’est pas impossible de faire intervenir ici le "silence" carolingien, de penser que l’absence de textes sur les bagaudes durant la période carolingienne, période qui abonde généralement en écrits de diverses natures, s’explique par le danger qu’il y aurait pour la hiérarchie catholique à aller dans le sens de ces récits populaires mêlant dangereusement bagaudes serviles et christianisme à cette époque de mise en ordre social et religieux (chaque ordre appuyant l’autre).

26Je croirais volontiers à une censure sévère de la hiérarchie cléricale sur tout ce qui concernait les bagaudes alors même que continuait à circuler la chanson d’Amandus et d’Aelianus, ces preux à la tête de serfs révoltés et chrétiens. L’Eglise catholique est bien tenue en main aux alentours de Tan 800 et rares devaient être les clercs pouvant appuyer des tendances hétérodoxes où des paysans révoltés seraient dans la droite du seigneur. Et il n’était guère facile à la hiérarchie ecclésiastique de détourner les bagaudes en en faisant des chrétiens, mais pas des servi révoltés : la légende populaire était sans doute trop courante pour qu’un tel discours fut crédible. L’autre solution était d’essayer d’imposer le silence.

27On ne sait dans quelle mesure cette censure fut efficace. Au niveau des textes, leur absence en ces temps de l’écrit est révélatrice, au niveau des contes et récits populaires, on ne sait rien, évidemment. Ne peut-on imaginer, cependant, des prêtres veillant dans les villages pour que soit tue cette anti-chanson de Roland, cette épopée ignoble ? Et quand le silence était impossible ne tentèrent-ils pas de gommer dans ces récits toute connotation liée à la révolte paysanne ? Devinrent-ils dès lors de simples chrétiens, ou des milites chrétiens ou des Barbares ces bagaudes ? En somme, la méthode d’Eucher.

§ 3 - Un faussaire au travail au XIème siècle : La Vie de Saint Babolin

28Nous voyons ressurgir la légende bagaude au XIème siècle avec deux textes, la Vie de Saint Babolin et le poëme sur la Passion de Saint Maurice d’Agâune de Sigebert de Gemboux. Nous verrons qu’ils nous permettent de révéler l’existence d’un courant hérétique sur lequel nous n’avons pas le moindre écrit. Voyons tout d’abord le premier de ces textes, sans doute écrit vers 1060.

  • 11 Vita, éd. pan. A. du Chesne, Hist. Franc. Script., t. I, éd. 1636, p. 658 et sq.
  • 12 Cf. Dict. d’Hist. et Géog. Eccl., op. cit., art. Babolin.

29Il s’agit toujours de Saint Maur des Fossés dont le premier abbé aurait été Saint Babolin. Cette Vita11 est un faux publicitaire corme toutes les abbayes en font alors fabriquer, et peut-être un faux particulièrement criant. L’auteur ne précise-t-il pas dans sa préface qu’il n’avait pas d’écrit pour rédiger les parties de son premier livre où se trouve l’histoire des bagaudes de Saint Maur ; toutes les sources ayant disparu, il n’a pu que rapporter ce que les anciens lui ont confié. Ce qui parait suspect, mais peut se révéler intéressant si l’on admet d’une part la survie de la légende bagaude transmise oralement, d’autre part un lien entre cette Vita et ces contes12. D’autre part, n’avait-il pas de sources écrites sur les bagaudes en général ? Il est clair, nous le verrons, que le faussaire détient de tels écrits : il ne fait pas qu’inventer ce qui lui manque, il néglige ce qui le gêne !

  • 13 Id. ; cf. manuscrit cat. 5607 du fond latin de la bibliothèque nationale.

30On ne connaît pas l’auteur ; comme il parle d’un moine nommé Odon qui aurait écrit quelque temps avant lui une vie de Bouchard, comte de Melun en 1058, on présume que la Vie de Saint Babolin serait du début des années 1060. Ce même Odon aurait en outre composé à cette date des Répons en l’honneur de Saint Babolin que l’on chantait à Saint Maur. Notons qu’existe un éloge de ce même Babolin13, plus ancien, mais de date incertaine, qui serait moins contestable. Voyons ce que nous dit l’auteur inconnu de la Vita.

  • 14 "Vocitum Castrum Bagaudanum ab Antiquis" ; "castrum olim dictum Bagaudarum" (p. 659) ou encore dit (...)
  • 15 Id., p. 662.
  • 16 "Usque hodie etenim inveniuntur lapidez, magni optimo opere Romano quadrati, qui in fundamento ips (...)

31La force imposante du château qui était localisé dans cette boucle de la Marne fermée par un fossé est longuement décrite. Ce château, nous dit l’auteur, était anciennement nommé Castrum Bagaudarum14 ; il a été entièrement détruit lors de la guerre entre Maximien et les bagaudes15. Comment l’auteur peut-il connaître cette antique puissance dont il ne reste rien ? Peut-être par les belles pierres taillées, nécessairement romaines, qui se trouvent dans les fondations de l’abbaye16 !

  • 17 "Quod etiam Castrum Bagaudarum vocavit, nomine sumpto a custodibus, quoi ibi deputavit" (p. 662).
  • 18 "Ideo videlicet, quia Amandus et Helianus Christiane cultores fidei nolebant Romanis Principipus s (...)
  • 19 Parce qu’il raconte une autre histoire qu’Orose ! Mais peut-être le fait-il sciemment Ou il avait (...)

32Qui sont ces bagaudes ? Ce seraient des soldats de César formant là garnison, leur nom aurait été donné à la forteresse17. Ces soldats devenus chrétiens, particulièrement leurs deux chefs Aelianus et Amandus, ne pouvaient qu’être assaillis par les troupes de l’habituel persécuteur des chrétiens, Maximien. Celui-ci passe les Alpes, ajoute à son armée une légion de soldats thébains, et marche sur la forteresse bagaude dans le but de la détruire complètement18. L’auteur nous dit qu’il a trouvé ces faits dans l’Historia d’Orose. Pourquoi ne pas le croire, a priori19 ? Peut-être ne parle-t-il d’Orose que pour faire docte et copie-t-il un manuscrit de la Passio de la légion thébaine, un manuscrit proche de la Passion B ? En effet, nous retrouvons les légionnaires thébains refuser de sacrifier aux dieux paiens et de jurer d’aller combattre les masses bagaudes (nous retrouvons exactement les Bagaudarum turbas). Dans l’un ou l’autre cas, le texte que l’auteur utilise fait des bagaudes des paysans ou des servi révoltés. Ce qui n’est pas sans être révélateur, nous le verrons. On sait le massacre que Maximien aurait fait réaliser sur cette légion, notre auteur nous le conte à nouveau.

  • 20 Id., p. 662 : "Tune Caesar inde progrediens, atque ad Bagaudarum castrum perveniens, tamdiu obsidi (...)

33Maximien arrive enfin au Château Bagaude, il en fait le siège longuement, finalement il prend la forteresse, la rase et massacre les habitants "par le fer et le feu", en faisant des martyrs restés anonymes car nul texte n’en raconte la vie et la passion20.

34Cette dernière partie et le martyr des bagaudes (sans doute y compris celui des deux chefs) forment un texte original, d’ailleurs l’auteur nous le dit : aucun écrit n’a raconté cette Passio. Est-ce une pure invention ? C’est possible. Il est probable cependant que, notre rédacteur devant faire vraisemblable, il ait pu s’inspirer des légendes qui circulaient alors encore. Il a entre les mains une Historia (peut-être une "fausse") d’Orose, une Passio des martyrs d’Agaune où il est question de bagaudes, il a connaissance de contes populaires qui parlent de combats contre Maximien, il connaît les chartes de fondation et le vieux nom populaire de Castrum Bagaudarum. Cela lui suffit pour rédiger son texte.

35Quel est l’intérêt de cette (Vie ? Il est clair que ce faux du XIème siècle ne peut rien nous apprendre sur ce qui s’est passé effectivement à St-Maur-des Fossés au temps de Maximien. Son intérêt est surtout de faire des bagaudes des chrétiens, donc des "héros positifs", au XIème siècle.

36Si le rédacteur avait associé paysans ou servi révoltés et chrétiens, il aurait développé une idéologie révolutionnaire, il aurait été un de ces hérétiques égalitaristes du XIème siècle. A l’époque où le texte est écrit, vers 1060, c’est tout à fait impossible !

  • 21 G. Duby, Les trois ordres, ou l’imaginaire du féodalisme, Gallimard, 1978, p. 163.
  • 22 Id., p. 164.
  • 23 Id.
  • 24 Id., p. 166 ; Cf. C. Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, 1975, p. 218.
  • 25 Vuby, id., p. 167.

37On sait en effet qu’entre 1020 et 1030, il y eut une flambée d’hérésie : en 1022 à Orléans, en 1024 à Arras, un peu plus tard en Champagne21. Les sectes hérétiques, formées au départ par des clercs, sans doute parmi les meilleurs22, s’attachèrent des rustres,-sans doute en petit nombre, des citadins des nouvelles classes et des nouveaux quartiers.de villes23. Elles prêchaient l’égalité des hommes et des femmes, la haine de la sexualité, du mariage (et d’abord des clercs), et enfin la radicale égalité sociale. G. Duby cite cette phrase de Castoriadis : l’hérésie "niait en bloc l’imaginaire social... en lui opposant la réalité d’une égalité essentielle des hommes"24. Elles furent écrasées par la réaction de la hiérarchie catholique, réaction idéologique, mais aussi physique, toujours violente : à Orléans, le roi dut se résigner à faire traîner au bûcher ses clercs hérétiques25 (qu’il semble avoir jusqu’ici ménagés). L’hérésie fut temporairement écrasée vers 1030.

38Elle fut aussi éliminée par la prise en main clunisienne. Cluny avait su à la fois intégrer certains éléments de la contestation hérétique et surtout s’enraciner dans la réalité idéologique et sociale du temps.

  • 26 Duby, id., p. 218.
  • 27 Id.

39Trente ans plus tard, comment être hérétique dans une abbaye comme Saint-Maur, plus ou moins fortement intégrée par Cluny ? L’hérésie, vaincue dans les abbayes, s’était sans doute réfugiée au temps du "creux hérétique", entre 1040 et 112026, dans les forêts, dans ce monde libre et égalitaire. Nouveaux fugitifs, les hérétiques durent rejoindre les ermites et les espaces de l’Ouest et du Nord de la Gaule virent leurs zones sauvages se peupler de petites communautés ferventes27. A nouveau la forêt est le refuge pour la contestation égalitaire, en attendant de nouvelles poussées en avant, au XIIème siècle.

40Mais ne pouvait-il rester quelques traces des discusions hérétiques des années 1020-1030 dans les monastères à l’époque où s’écrit la Vie de Saint Babolin. Certes, rien n’est moins hérétique qu’un tel écrit que n’importe quel clerc touché par la pensée révolutionnaire eut profondément méprisé comme toutes ces histoires dérisoires de reliques. Mais pourquoi ne pas admettre que les bagaudes - que les meilleurs clercs connaissaient nécessairement pour ce qu’elles étaient, une révolte de paysans asservis et d’esclaves - étaient présentes dans l’idéologie de cette anti-société hérétique ! Il y aurait là le fil rouge quelque peu embrouillé qui relie les uns aux autres, dans l’imaginaire, les révoltés de périodes éloignées !

41Pourquoi l’auteur de la Vie, parlant des bagaudes chrétiennes, en fit-il des milites ? Avait-il connaissance d’une légende de ce type ? Ce n’est pas impossible. Ou bien, connaissant les textes parlant de paysans révoltés, agit-il par prudence ? Peut-être. Mais peut-on penser que ce clerc ignorait tout texte parlant des bagaudes et qu’il dut, dès lors, recourir à la légence des milites chrétiens (ce qu’il prétend) ou simplement imaginer ? Il nous semble peu probable que ce clerc soit seulement un ignorant.

42Le rédacteur avait besoin, pour faire un faux publicitaire, de fonder noblement son Castrum Bagaudarum. Parler de paysans ou de servi révoltés faisant nécessairement vulgaire. Pour attirer l’attention, il lui fallait des preux, des milites pour le moins. S’il a entre les mains un texte, vrai ou arrangé d’Orose (ou de Saint Jérome ou de Jordanes) ou la Passio thébaine du type B, il sait qu’il s’agit de paysans ou de servi révoltés. Mais, qu’à cela ne tienne, mieux vaut en faire des militaires, peut-être en suivant une légende s’avérant fort commode ! Pas n’importe quel type de militaire, cependant. Ces milites chrétiens sont l’image de ce que devaient être ceux du XIème siècle, ceux de la Paix de Dieu, ce vaste et considérable mouvement que l’Eglise mit en marche à la fin du Xème siècle pour se soumettre les bellatores, pour remplacer la paix du roi devenue particulièrement inefficiente.

43Un tel texte est donc le reflet des contradictions qui traversent l’idéologie des clercs de l’époque. Les bagaudes sont utilisées dans ce jeu complexe. Associer, derrière le mot bagaude, les idées de chrétiens et de servi révoltés est une pensée hérétique, impossible donc de la mettre par écrit telle quelle, et pour diverses raisons. Déjà, dire seulement des bagaudes qu’ils étaient chrétiens laisse comme une odeur d’hérésie pour ceux qui savaient l’origine réelle de ces hommes. En faire des milites martyrs, chrétiens, c’est finalement récupérer les bagaudes et l’hérésie pour faire un travail de bon clerc "réformiste", loyal à l’idéologie de la paix de Dieu, et peut-être placer dans ce faux publicitaire un signe ambigu.

44Mais, pourrait-on dire, pourquoi ne pas simplement admettre que la seule chose que connaisse notre auteur soit quelques chartes plus ou moins apocryphes parlant du Château-Bagaude, peut-être des légendes populaires sur l’antique existence d’une forteresse, peut-être des contes sur des batailles menées entre différents groupes armés, dont l’un se nommerait bagaude ? D’ailleurs, pourrait-on ajouter, dans la région parisienne les bagaudes ne semblent pas avoir été jamais présentes, ni au IIIème ni au Vème siècle. Dès lors, la tradition orale ne devait guère en parler. En effet, ces légendes populaires devaient s’ancrer plus ou moins fortement dans l’histoire locale ou régionale, et ce malgré la circulation de l’information plus importante qu’on ne croit à cette époque. N’est-il pas vrai, aujourd’hui, qu’à Lyon surtout l’épopée des canuts intéresse les masses et les clercs ? Même l’expression "Château-Bagaude" me paraît gênante à Saint-Maur-des-Fossés, un peu comme s’il y avait quelque part une erreur.

45Contre cette thèse de l’ignorance de l’auteur de la Vita et de ceux qui travaillent avec lui, qui discutaient avec lui, de ses maîtres, il y a la présence dans les bibliothèques des abbayes du XIème siècle de quelques textes, rares sans doute, mais qui souvent parlaient de ces faits, il y a surtout ceux qu’il cite, celui d’Orose, et qu’il utilise, la Passio type B, qui parlent de la réalité bagaude. Mais il y a autre chose.

46On sait en effet qu’Eudes de Glanfeuil, abbé de Glanfeuil, ou Saint Maur sur Loire, accompagna le corps de Saint Maur, fondateur du monastère, vers 863 quand il fallut le soustraire à la fureur des Normands, jusqu’à Saint Pierre des Fossés qui devint alors Saint Maur. Les reliques y demeurèrent, en tout cas partiellement. En réalité, c’est à un déménagement que s’étaient livrés les moines de Glanfeuil, emmenant dans l’"île" de Saint-Maur-des-Fossés leurs trésors, leur bibliothèque, et toute leur tradition. En 869, le monastère de Glanfeuil fut soumis à celui de Saint-Maur-des-Fossés et c’est Eudes qui devint abbé de cette dernière abbaye en février de cette année.

47Il n’est pas impossible de penser qu’il y eut, avec la translation des reliques, un transfert des hommes et des connaissances. Or si la région Saint-Maur-des-Fossés est loin d’être un haut lieu de bagaude, il n’en va pas de même de celle de Saint-Maur-sur-Loire. Ne peut-on penser que les équipes de clercs d’origine ligérienne aient transféré la légende populaire bagaude des bords de la Loire à ceux de la Marne. Admettons que dans la part d’authenticité des chartes de fondation de Saint-Maur-des-Fossés, il y ait les passages sur l’appellation ancienne et populaire de Château-Bagaude. Cela ne disait peut-être pas grand-chose aux Parisiens, mais c’était plus évocateur pour les Ligériens. Il est peu probable qu’un moine nourri par une tradition ligérienne implantée à St-Maur-des-Fossés, ait pu ignorer des textes sur les bagaudes que, d’ailleurs, il cite (Orose) ou utilise certainement (Passio type B) ! On peut même penser que les rédacteurs des Vie de St Babolin ou autres textes, éloges ou répons tournant autour de ce saint, aient confondu volontairement ou non deux traditions. Il est possible que Saint-Maursur-Loire ait été réellement un camp ou une clairière bagaude, et que les quelques restes de fortification, le fossé ou les levées de terres de Saint-Maur-des-Fossés aient mieux correspondu à l’idée que l’on se fait au Xème siècle d’un retranchement bagaude : St-Maur des Fossés aurait pris à St-Maur-sur-Loire une partie de ses reliques et ses bagaudes chrétiennes ! Les chartes refondues au IXème ou au Xème siècle auraient opéré cette translation-là !

  • 28 C’est-à-dire de la doctrine d’Hincmar, de celle d’Adalberon de Laon ou de Gérard de Cambrais, de c (...)

48Ajoutons que les relations privilégiées entre les deux monastères expliquent peut-être aussi, au XIème siècle, la pénétration insidieuse de cette idée subversive : des bagaudes chrétiens. Il est probable que les régions de Loire, Orléans bien sûr, mais aussi l’Anjou, aient été plus touchées par l’hérésie au début du XIème siècle que beaucoup d’autres. Enfin ces mêmes régions ligériennes sont d’idéologie capétienne, certainement nettement anti-carolingiennes. On est loin de Reims, de Laon ou de Cambrai, de Gembloux ou de Metz aussi28. Ces militaires chrétiens ne combattent-ils pas l’empereur ? Au Xème siècle, encore au début du XIème, lorsque l’idéologie impériale représente la forme la plus claire de la réaction sociale, religieuse, politique, ce n’est pas sans intérêt.

49On le voit, il n’est plus possible aujourd’hui de saisir tous les aspects de ce signe qu’était le discours sur le christianisme des bagaudes au milieu du XIème siècle. Sans doute voit-on mieux ce qu’il n’était pas.

§ 4 - La réaction de l’érudition césariste : la Passion thébaine de Sigebert de Gembloux

50En contrepoint de la tradition libérienne, voyons comment les bagaudes sont perçues à la fin du XIème siècle dans les zones de tradition carolingienne et en territoire d’Empire. Sigebert fut un moine chroniqueur et hagiographe parmi les plus réputés et des plus cultivés de l’ancienne lotharingie. Il fut longtemps à Metz, puis revint à Gembloux où il écrivit, sans doute dès son retour, une Passion thébaine (Saint Maurice et ses compagnons étaient les patrons de l’abbaye). On pense qu’il rédigea cette pièce en vers aux alentours des années 1074-1078.

51A cette époque, nous sommes en pleine crise entre le pape et l’empereur sur la question des Investitures, alors qu’Henri IV, excommunié, va se rendre (ou vient de) se rendre à Canossa (janvier 1077), s’humiliant dans la position du pénitent pour mieux contr’attaquer ensuite. La position de Sigebert est un franc soutien à l’empereur. Il a écrit d’ailleurs une Apologie du clergé de Liège et plus généralement de tous ceux qui restaient attachés à la personne d’Henri IV où il insistait sur la nécessité de rendre à César ce qui est à César.

52Cette querelle des Investitures est souvent présentée exclusivement comme un conflit de pouvoir entre le pape et l’empereur. On sait que l’investiture était accordée par les pouvoirs laïcs aux évêques, en particulier par l’empereur ; celui-ci tenant d’autant plus à ce privilège qu’il déléguait des pouvoirs régaliens à ceux-ci : accepter que le pape désigne, en toute indépendance, les évêques, c’était abdiquer une part importante du pouvoir temporel. L’aspect politique est donc important. Il faut cependant ajouter qu’au début du siècle, les clercs hérétiques avaient violemment dénoncé les prêtres simoniaques et ceux qui vivaient dans le concubinage. Ces égalitaristes absolu chantaient "la chanson d’Adam et Eve", prêchaient un retour vers la pureté originelle : ils haïssaient le péché de chair, voire la procréation, le siècle et son ordre temporel, politique et social, et, tout particulièrement, le matérialisme du clergé d’alors et son engagement dans le temporel. Ces "révolutionnaires" firent la force des "réformistes" qui dénonçaient eux aussi le simonisme et le concubinage des prêtres et qui virent dans les investitures laïques une cause essentielle du mal.

53L’hérésie écrasée, la papauté dut tenir compte des idées d’un mouvement qui avait dû, sous des formes adoucies parfois, pénétrer fortement son clergé. Les réformistes obtinrent, dès 1059, l’interdiction de ces investitures et bientôt Alexandre II et Benoit VII vont l’inclure dans une vaste réforme de l’Eglise. On connaît la réaction d’Henri IV. Il fit déposer le pape et fut excommunié par celui-ci. Dès lors certains des féodaux se révoltèrent contre l’empereur. D’où la feinte de Canossa et la contr’offensive impériale. Arrêtons-là cette histoire qui finira dans le compromis par le Concordat de Worms.

  • 29 Sur la vie et les œuvres de Sigebert, cf. Histoire littéraire de la F rance, VII, 21 et surtout IX (...)

54Nous intéresse seulement la position de Sigebert. Celui-ci est si clairement pour l’empereur et contre la réforme de Grégoire VII qu’il écrit une Défense ou Apologie en faveur des messes célébrées par des prêtres engagés dans le mariage, c’est-à-dire de ceux-là même qui sont dits concubins (la différence étant alors bien moindre qu’aujourd’hui). On ne peut pas trouver position plus antihérétique, plus anti-réformiste, plus franchement réactionnaire29. En deux mots, Sigebert devait être de ceux pour qui un soupçon d’hérésie suffisait pour le bûcher !

55Comment Sigebert va-t-il nous raconter l’histoire de la légion thébaine, que sont pour lui les bagaudes ?

  • 30 De passione s. thebeorum, in Phil.-Hist. Abhandlungen d. Kgl. Ak.d.Wiss. zu Berlin, 1893, I, pp. 49 (...)
  • 31 "En grandis grando cum turbine sevit ab arcto : nanque metum, damnum, graviusque fragore periclum s (...)

56A la différence de la Passio d’Eucher (A), celle de Sigebert s’inspire d’un manuscrit d’une version B : Maximien vient en Gaule lutter contre les bagaudes, c’est-à-dire contre une révolte servile. Voyons le texte30. Sigebert explique qu’une tourmente est venue du Nord. Sous la conduite d’Amandus et d’Helianus, les esclaves osent troubler par les armes les affaires de la paix et répandent partout la terreur et la ruine, faisant courir à l’Empire un grave danger sécessioniste. Des esclaves qui, ajoute-t-il, auraient mieux fait de continuer à travailler la terre. Ils terrorisent d’autant plus qu’ils se sont appelés bagaudes et signent leurs méfaits de ce nom. Dans ce temps où réel et symbolique interfèrent, affirmer un nom significatif ne peut que faire réellement de ces servi ce que leur nom signifie31.

  • 32 Id., v. 61-66 :
    "Hos seu Bachaudas dicamus sive Bagaudas,
    nanque in codicibus nostris utrunque videm (...)

57Sigebert d’ailleurs, fort cultivé, sait que les livres disent tantôt Bacaude, Bachaudes, ou Bagaudes Le nom de Bachaudes fait référence à bachando, c’est-à-dire à la folie bachique, a la passion des groupes débridés, livrés à la violence. Le mot Bacaude fait référence à ces hommes qui se sont rendus oisifs (vacantes) pour faire la guerre. Quant à Bagaude, il est relié à vagantes, faisant reference à des groupes qui vagabondent partout avec audace32.

  • 33 Id., v. 67-69 :
    "Horum senvilis presumptio factio vilis
    Arcton terrebat, late spatiando furebat
    Alpib (...)

58Sigebert va trouver cette ligue, cette conjuration d’esclaves vils, à l’œuvre dans les trois Gaules, terrorisant le Nord, se répandant, furieuse dans les Alpes et les Pyrénées33. Les Alpes ? Peut-être Sigebert pense-t-il à la traversée des Alpes par Maximien, à la localisation d’Agaune dans le Valais, ou pense-t-i aux bagaudes dans les Alpes au début du Vème siècle. Quant aux Pyrénées, a-t-il en tête la bagaude de Tarraconnaise, ou simplement les panégyriques d’Aetius de Mérobaude. Toujours est-il que, maigre la confusion probable entre IIIème et Vème siècle, ces trois zones ne sont pas citées au hasard.

  • 34 Sertorius, lieutenant de Marius resté en Espagne après la prise de pouvoir par Sylla, aida les Lusi (...)
  • 35 Les Gésates, peuples de la Gaule située entre le Rhône et les Alpes. Mouchent sur Rome en 225 A.C. (...)
  • 36 "Sic et Sexto rius, sic Spartacus at Viriatus
    armatis servis at collectis fugitivis
    quantis Hesperia (...)
  • 37 "Et nunc, infelix o Gallia, mater at altrix
    seditiosorum, fomenta fovens vitiorum,
    extollendo novos, (...)

59On voit encore l’importance de la péninsule ibérique lorsque Sigebert cite les précédents historiques de ces révoltes serviles. Spartacus, bien sûr, mais aussi Sertorius et Viritiatus34, ces chefs qui sont censés avoir armé des esclaves, rassemblé des fugitivi pour dévaster les Hespéries, c’est-à-dire l’Italie (du Sud) et l’Espagne. Référence est faite aussi aux révoltes siciliennes. Enfin, la Gaule est accusée d’avoir, elle aussi, suscite des révoltés serviles : c’est ainsi qu’il voit la marche des Gaulois Gesates35 vers l’Italie centrale et Rome. Il décrit les servi et les mercennarii, abandonnant les outils de leur condition servile (faux, houe, hache, joug, chariot, charrue) pour s’armer, se cuirasser !36 Alors Sigebert s’adresse à la Gaule (et peut-être pense-t-il seulement à la France d’alors ?) désignée comme mère et nourrice des séditions. Là, en effet, va se déchaîner cette monstruosité, une révolte servile. Monstre au corps amorphe ou multiforme (tel l’hydre de l’herne) et à la tête à double forme (tels ces géants qu’Hercule, encore, avait vaincus), engendré par la semence de vipère et qui, bien entendu, tourne cette rage vipérine contre le ventre de sa mère. Et c’est la longue description des effroyables conséquences de cette guerre, de ces crimes. On retrouve pour finir une nouvelle comparaison avec un monstre, latin celui-ci, le géant Cacus qui était lui aussi biforme, mi-homme mi-bête, et qui crachait des flammes en fils de Vulcain qu’il était : un brigand incendiaire dont Hercule, toujours lui, dut débarasser le Latium, à ce que raconte Virgile dans l’Enéide37.

  • 38 Cf. ci-dessus, chap. 1, § 4 (le panégyrique II de Mamertin) : "simile monstrorum biformium", Pan. (...)

60L’hydre de Lerne (peut-être), les géants biformes, mi-serpents mi-hommes ou le monstre Cacus ne sont pas choisis au hasard par le cultivé Sigebert. Il a sans doute lu Mamertin38. L’aspect amorphe ou multiforme des serpents monstrueux est une bonne image pour ces mouvements de révolte (que l’on pense à la célèbre "hydre de l’anarchie" !), souvent insaisissables, présents partout et nulle part ; et semence ou rage de vipère font image ; le côté double forme peut faire référence à ces hommes qui passaient continuellement de l’état de paysans à celui de soldats (Mamertin) comme nos "guerrilleros" modernes, ou aux effrois causés par les brigands mythiques, mi-hommes mi-bêtes, surtout s’ils sont incendiaires de surcroît ! Enfin Hercule, c’est-à-dire Maximien on le sait, est mis en position de pacificateur. Voici, à nouveau, l’empereur à sa place de bénéfique garant de la paix sociale et civile. Voici un chrétien, Sigebert de Gembloux, qui n’en fait plus seulement le tyran d’une répression anti-chrétienne. Il reste aussi un paien, donc un "méchant", ce Maximien-Hercule, mais, pour un prêtre "casariste" de Lotharingie, à l’époque de Canossa, cela ne doit pas empêcher de signaler son rôle de "massacreur de monstres". Nul n’est parfait en quelque sorte !

  • 39 "Scilicet Octodorum redeant cultusque deorum
    thurificando probent, parili se federe jurent
    cedere ch (...)
  • 40 "Ne nos imbelles tu credas esse, satelles,
    a nobis audi referas quid Caesarisauri.
    Non timidi pugnas (...)

61Le plus intéressant survient avec la confrontation entre "ces braves soldats" de la légion thébaine et l’empereur. Ce dernier demande aux chefs de la légion et à leurs hommes de lui jurer allégeance et plus précisément de promettre de faire plier les chrétiens et de soumettre les bagaudes39. Les officiers supérieurs, les majores vont expliquer (et ils seront suivis par les minores : on notera le sens de la hiérarchie de Sigebert) qu’ils sont de courageux soldats et que s’il ne s’agissait que de vaincre les bagaudes, ils s’y engageraient bien volontiers. Mais attention, chrétiens, ils ne sont pas prêts à soumettre par la force des armes des chrétiens40 !

  • 41 Comme. U. était déjà dit dans la. Passion thébaine d’Eucher (Cf. ci-dessus p. 168, note 3.

62L’histoire, on le voit, change complètement de sens ! Les bagaudes sont des servi révoltés et le devoir de tout militaire est de liquider cette rébellion monstrueuse. Mais quant à attaquer des chrétiens, sans rapport avec ces bagaudes, il ne saurait en être question. Il faut rendre à César ce qui est à César41 (l’aider à exterminer les monstres), mais pas ce qui est à Dieu (il n’est pas question pour ces milites chrétiens de collaborer à la répression anti-chrétienne).

  • 42 Eutrope, cf. ci-dessus ch. II, écrivait : "qui levibus proeliis agrestes domuit et pacem Galliae r (...)
  • 43 "Forte roges, que sit fortuna secuta Bagaudas
    quosve siet casus sortitus Maximianus.
    Indocilis plebe (...)
  • 44 "Hi te multimodis munitam crede triumphis
    pene molli vietam modo reddunt pace quietam".
    Id. v. 920-9 (...)

63On imagine facilement la suite du poëme : le massacre de la légion thébaine qui maintient son refus de combattre les chrétiens. Après la répression, Maximien pourra se retourner contre les bagaudes. Ses soldats viendront aisément à bout de ces servi révoltés. Quelques escarmouches42 suffiront pour vaincre cette plèbe indocile qui, évidemment, n’est pas faite pour la guerre43. Mais Maximien sera puni de son impiété et la foi triomphera44.

64Sigebert marque donc fortement la distinction entre des bagaudes, reconnues pour ce qu’elles sont (ce qu’un esprit cultivé comme Sigebert ne peut que savoir), des paysans, sans doute largement des esclaves et des colons, révoltés, et les chrétiens persécutés par Maximien. Celui-ci a aussi une double face : empereur, il punit justement les servi révoltés, païen, il persécute injustement les chrétiens. Et c’est bien ce que comprennent les officiers de la légion thébaine.

65Nous trouvons, grâce à Sigebert, un discours sans doute exactement inverse au discours hérétique que nous ne connaissons pas directement mais qui peut être reconstruit grâce à Sigebert qui lui répond : les bagaudes sont des servi révoltés et des chrétiens. Peut-être aussi une réponse aux discours réformistes (type Vie de Babolin). C’est un poème anti-papiste, "césariste", pénétré de l’ancienne idéologie carolingienne dominante en Lotharingie, un texte anti-"français" (si l’on peut dire !), anti-capétien, surtout un écrit d’ordre. Le vent d’Est lotharingien contre le vent d’Ouest ligérien.

66Ajoutons cette dernière différence entre le rédacteur de Saint-Maur-des-Fossés et celui de Gembloux. Ce dernier connaît très bien et utilise les sources écrites (Mamertin, Eutrope, la Passio d’Eucher, les versions B de cette Passio), il sait que l’on écrit soit Bagaude, soit Bacaude, voire Bachaude, il sait que Maximien est venu combattre des bagaudes, des servi révoltés qui ne sont nullement des chrétiens (même s’il est, d’autre part, leur persécuteur), il n’y a pas la moindre trace d’une intégration de récits plus ou moins légendaires, plus ou moins populaires. Le premier est un faussaire, sans doute un menteur conscient, certainement un auteur imaginatif, peut-être bénéficiaire des récits, légendes ou racontars sur les bagaudes, rumeurs venues de l’Ouest. D’une certaine façon, Sigebert rétablit la vérité historique. Mais le poème est épique : une chanson anti-bagaude, relatant la geste de courageux militaires "césaristes" et chrétiens, d’un empereur qui, malheureusement païen, n’est qu’Hercule terrassant ce monstre qu’est la révolte paysanne, servile. Il se trouve qu’alors cette vérité est "contre-révolutionnaire" et elle n’est dite que pour cela.

§ 5 - Les bagaudes et la noblesse angevine : le Liber de compositione castri Ambaziae

  • 45 Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, publiées pan Halphen et Poupardin, Parts (...)

67Revenons en France de l’Ouest, dans l’Anjou Plantagenet du XIIème siècle. Dans la Chronique des Comtes d’Anjou nous trouvons un texte dont le(s) rédacteur(s) est(sont) douteux, le Liber de compositione45.

  • 46 Thomas de Lochu fut notaire et sans doute chapelain de Foulque le Jeune, comte d’Anjou. Celui-ci l (...)

68Admettons, à titre d’hypothèse, que Thomas de Loches46 ait rédigé la source essentielle du Liber, à partir d’un manuscrit d’un certain abbé Eude qui n’aurait qu’assemblé des textes de la tradition savante et populaire (donc orale) de la région de la Loire dont nous savons qu’elle fut zone bagaude, en tous cas au Vème siècle.

  • 47 Cf. ci-dessus, ch. 1, p. 166, note. 3.
  • 48 "Tempore illo quo Diocletianus in christianos seviit, Baugare di, cum ducibus suis Heliano et Aman (...)
  • 49 "Turonibus jussit ut omnes lapides Ambazzi edificii ad muros suos reficiendos per Ligerim deferren (...)
  • 50 "Baugaredis pacicatis, iterum Gallia diu Romande subjecta fuit".

69Le Liber nous raconte l’histoire des Baugards. Indiscutablement, il s’agit des Bagaudes, la déformation laissant supposer une transcription écrite de récits oraux ou une source écrite dérivant d’une mauvaise transcription de Jérome (bagaridarum)47). On apprend qu’à l’époque où Dioclétien sévissait contre les chrétiens, les Baugards, avec leurs chefs Helianus et Amandus, désirant chasser de Gaule le pouvoir romain, vinrent à Amboise avec une grande armée. Grâce à l’appui de la population de Tours, ils détruisent le château, mais conservent l’idole de Mars48, ce qui tenterait â prouver qu’ils n’étaient pas considérés comme des chrétiens. A cette époque, un fils de sénateur, Constantin, se met à la tête des Baugards et fonde un vaste royaume abandonnant aux Baugards le pays a Garona usque Lugdunum. Maximien intervient alors et, comme d’habitude, massacre la légion thébaine en passant, mais il meurt à Marseille. Alors Constantin devient empereur, fortifie Tours en prenant les pierres des édifices d’Amboise49. Puis, à la tête des Baugaredi il bat l’armée de Maxence et prend Rome. Alors la Gaule est Baugaredis pacificatis et â nouveau au sein de la Romania50.

  • 51 C. Jullian, Rev. des Et. Anc., XXII, 1920, op. cit., p. 116, note 2.

70C. Jullian qui relate ce qu’il nomme un roman historique, explique que l’épisode de l’alliance des bagaudes avec Constantin est peut-être provoqué par le souvenir d’une alliance des bagaudes avec l’usurpateur Constantin en 40851. C’est en effet probable.

71Dans ce texte, les bagaudes ou Baugards sont considérés comme une tribu barbare, païenne, qui parle sa propre langue, au point qu’ils transformeront Ambaquis en Ambaziam ou Ambazium, et qui tolèrent la présence des paysans dans la région avoisinante. Maximien est présenté comme le monstrueux tyran qui persécute les chrétiens. Constantin, dont chacun sait qu’il est chrétien, est à la tête des Baugards qui tiendront de lui (l’imaginaire féodal) un vaste domaine correspondant à une partie importante de l’ancienne province d’Aquitaine de la Gaule romaine, un Anjou largement taillé, le cœur des possessions d’Henri Plantagenet au milieu du XIIème siècle. Maximien, puis son fils Maxence sont en définitive vaincus par Constantin et les Baugards. L’Empire nouveau, chrétien, est finalement le fait de ces Baugards : la Gaule est pacifiée et rentre dans la (nouvelle) Romani a, grâce aux Baugards.

72Les Baugards n’ont donc plus rien à voir avec des paysans révoltés (au contraire, ils tolèrent le maintien de la paysannerie ligérienne). C’est un de ces grands et nobles peuples barbares dont l’aristocratie est issue, encore paien sans doute, mais allié de l’empereur chrétien. Ils sont clairement à l’origine de l’aristocratie angevine.

73Constantin me paraît même être le modèle d’un Henri Plantagenet à qui reviendrait de refaire un nouvel Empire, grâce aux Angevins, un Empire dont le centre de gravité serait ligérien.

74Quelle est la part des contes populaires dans le Liber, tels que Thomas de Loches ou l’abbé Eude les avaient recueillis ? On ne peut le savoir avec précision, mais elle peut être importante. Elle prouve que dans ces pays de Loire s’était constituée une véritable chanson de geste, une épopée bagaude où ceux-ci apparaissaient comme des "héros positifs", et donc bientôt, nécessairement, des preux. On "oublia" les origines rustiques et serviles des révoltés du IIIème (et du Vème) siècle pour en faire de nobles barbares. Helianus et Amandus n’étaient pas indignes comme ancêtres de l’aristocratie locale. Il est possible que le rédacteur du Liber ait eu â sa disposition un (des) texte(s) (du type Orose ou Jérome) et qu’il ait sciemment préféré broder à partir de la "chanson" populaire pour fonder l’origine de l’aristocratie locale : des preux barbares, pas des paysans ou des servi ensauvagés !

Légende et histoire

  • 52 A. Thierry, Histoire de la Gaule sous l’administration romaine, II, 1842, III, 1847.
  • 53 J. Michelet, Histoire de France, I, p. 104.

75Il faudrait suivre jusqu’à nous le fil de la légende bagaude. N’est-elle longtemps qu’un souvenir enfoui sous la poussière des bibliothèques ? En attendant les noces de la légende et de l’histoire avec Augustin Thierry52 et Michelet53. Il faudrait faire ensuite l’histoire de l’historiographie bagaude jusqu’à notre époque. Le mythe des "bons" bagaudes, servi révoltés et chrétiens, construit par les hérétiques du XIème siècle ne survit-il pas dans "nos" héros de la lutte des classes, le poing gauche levé, drapés dans les plis des drapeaux rouges et noirs ?

Notes

1 Cf. ci-dessus, ch. 1, 6.

2 Cf. ci-dessus, chap. 1, p. 169.

3 Edité pan. L. Surius ou in Acta Sanctorum, Paris, 1867 ; ci-dessus, chap. 1, p. 169 note (2).

4 Cf. ci-dessus, chap. 1, p. 170.

5 Cf. ci-dessus, chap. 7.

6 D’abord les deux chartes de fondation de Clovis II (638) et Blidégisille (9 mal 640) (in Gallia Christiana, Instrumenta, VII, 2ème partie, pp. 3-4, ou Pardessus, II, pp. 55-67) ; ensuite la lettre d’Audebert (15 mal 642) in Doc. parisiens, extrait des Mém. de la soc. de l’hist. de Paris, t. XIX, 1892 (elle a été retrouvée par Auvray) ; enfin quatre chartes le pape Martin (24 avril 649), Clovis II (649-656), Clotaire III (656-664) ; lettre de Clotaire au. comte Gerin ; Cf. Bordier, du recueil des chartes mérovingiennes, 1850 ; C. Jullian, Rev, des Et. anciennes, 1920, p. 107, no 4.

7 "Qui Fosatus dicitur, et quem vulgaris lingua castrum Bagau -darum appelat" (Clodovei II) ou "vulgaris linguacastrum vocat Bagaudarum" (Blidegisilli).

8 "Quem ignara rusticitas Castellum vocat Bagaudarum", lettre d’Audebert ; ou "quod antiquitus vocabatur Castrum Bagaudarum" (confirmation de clovis II), d’après C. Jullian, Rev. des ét. an., 1920, op. cit., p. 109, no 1.

9 Id., p. 114.

10 ld., p. 114.

11 Vita, éd. pan. A. du Chesne, Hist. Franc. Script., t. I, éd. 1636, p. 658 et sq.

12 Cf. Dict. d’Hist. et Géog. Eccl., op. cit., art. Babolin.

13 Id. ; cf. manuscrit cat. 5607 du fond latin de la bibliothèque nationale.

14 "Vocitum Castrum Bagaudanum ab Antiquis" ; "castrum olim dictum Bagaudarum" (p. 659) ou encore dit ‘le Fossé Bagaude" (Fossatum Bagaudarum, p. 660) : on retrouve les chartes de fondation, cf. cidessus, que, donnait l’auteur (peut-être d’autant mieux qu’il a pu panticiper à la fabrication de certaines, à l’amélioration ou à la réinvention d’autres).

15 Id., p. 662.

16 "Usque hodie etenim inveniuntur lapidez, magni optimo opere Romano quadrati, qui in fundamento ipsius aedificii tunc temporis fuerunt positi".

17 "Quod etiam Castrum Bagaudarum vocavit, nomine sumpto a custodibus, quoi ibi deputavit" (p. 662).

18 "Ideo videlicet, quia Amandus et Helianus Christiane cultores fidei nolebant Romanis Principipus sacrilegis susdi. Idem etenim Maximianus collecto exercitu Romanorum, juncta. sibi legione militum Thebeorum, appropiabat ut funditus destrueret castrum Bagaudarum (p. 662).

19 Parce qu’il raconte une autre histoire qu’Orose ! Mais peut-être le fait-il sciemment Ou il avait à sa disposition un faux Orose qui faisait dei bagaudes dei milites, et non dei paysans révoltés (comme le vrai).

20 Id., p. 662 : "Tune Caesar inde progrediens, atque ad Bagaudarum castrum perveniens, tamdiu obsidione illud terra et aqua circumdecit, quousque poit diuturna tempora, cum habitatoribus cepit, quoi ferro et igne occidit. Castrum vero ad nihilum ita redegit, ut pene absque ruinis fossatuum nulla vestigia in io parerent quarumpiam munitionum : quippe ut quod inter alia castra fuerat tumens munitione imperiali excellentius, ab imperatore utique Romano deitrueretur alitus. Habitatores quoque ejusdem castri, qui erant, ut praelibati sumus, christiani, spernentes, pro dei amore, curam corporum, ad regna caelestia transisse credendi sunt peu martyrium. Et lacet de eorum vita vel passione scriptura non habeatur, tamen eorum nomina et memoria de libro vitae minime delebuntur"..

21 G. Duby, Les trois ordres, ou l’imaginaire du féodalisme, Gallimard, 1978, p. 163.

22 Id., p. 164.

23 Id.

24 Id., p. 166 ; Cf. C. Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Paris, 1975, p. 218.

25 Vuby, id., p. 167.

26 Duby, id., p. 218.

27 Id.

28 C’est-à-dire de la doctrine d’Hincmar, de celle d’Adalberon de Laon ou de Gérard de Cambrais, de celle enfin qui imprègne Sigebert dz Gembloux.

29 Sur la vie et les œuvres de Sigebert, cf. Histoire littéraire de la F rance, VII, 21 et surtout IX, 535 et sq. On y trouve nombre d’autres preuves des positions "césaristes", anti-réformistes (grégorienne).

30 De passione s. thebeorum, in Phil.-Hist. Abhandlungen d. Kgl. Ak.d.Wiss. zu Berlin, 1893, I, pp. 49-51, 76-77, 120-121.

31 "En grandis grando cum turbine sevit ab arcto : nanque metum, damnum, graviusque fragore periclum sparserat Amandus, complex erat huic Helianus, qui sibi servitiis Gallorum conciliatis bella movere docent, melius qui rura moverent, his audent armis turbare negotia pacis, et, quo plus addant terroris, nomine signant erroris causas, aeae vocitando Bagaudas, nominis ut novitas graviores preferat iras. Cogito sollicite vim nominis, unde Bagaude tale trahant nomen vel quod sit nominis omen".
Pe passione a. Thebeorum, I, v. 50-60.

32 Id., v. 61-66 :
"Hos seu Bachaudas dicamus sive Bagaudas,
nanque in codicibus nostris utrunque videmus.
vis Bachaudas, die a bachando Bag audas ;
mutans cognatis cognata elementa elementis,
dic ita, si censes audacter ubique vagantes.
Aut dic Bacaudas bellis audendo vacantes".

33 Id., v. 67-69 :
"Horum senvilis presumptio factio vilis
Arcton terrebat, late spatiando furebat
Alpibus a gelidis et montibus a Pyreneis".

34 Sertorius, lieutenant de Marius resté en Espagne après la prise de pouvoir par Sylla, aida les Lusitaniens révoltés contre Rome et fonda une "République romaine" (80 A.C.) ; Viritianis ou Viriathe est le chef des Lusitaniens révoltés (il meurt en 139 A.C.).

35 Les Gésates, peuples de la Gaule située entre le Rhône et les Alpes. Mouchent sur Rome en 225 A.C. avec les gaulois cisalpins. Ils parviendront jusqu’à trois jours de marche du Capitole.

36 "Sic et Sexto rius, sic Spartacus at Viriatus
armatis servis at collectis fugitivis
quantis Hesperias tribularunt cladibus ambas.
Et Siculi tales olim sensere furores.
Vos Gallos etiam servilia prelia quondam
exagitaverunt et pessum pana dederunt,
cum Gesatarum mirata est terra tumultum ;
omnis aum servus, cum mercennarius omnis,
falce ligone, secure, iugo, carro val aratro
spretis servilemque perosi conditionem
ense femur, thorace latus, galea caput armant.
Scuta micant levis, in dextris Gallica gesa  :
hinc hos Gasatas a gesis conice dictai". De passione..., v. 74-86.

37 "Et nunc, infelix o Gallia, mater at altrix
seditiosorum, fomenta fovens vitiorum,
extollendo novos, armando pan. otia servos,
cum das Amando vires, animos Heliano,
lit solvant pacem regni rumpendo quietem,
semine vipereo aonaaptum ventre ferino
concretum genuissa vel enutrisse videris
corporis informis monstrum capitisque biformis,
viperea rabie laceret quod viscera matris.
Huic furon horrorem, facit horror inesse furorem.
Nunc rictus horrent, nunc dentes dentibus herent,
cum rapitur cupide, aum napta tenentur avare,
nunc pus, nunc ignem, nunc fumum,
nuncque cruorem gutture ructabat;
non una monta necabat ;
consiliis pravis, flammis, vitiis, nece, predis
cum perit imperium, non una peste gravatum.
Talis erat Cacus, flammam ructare suetus,
qui ruit herculée contritus robore clave :
tu quoque, Roma, tua scis monstra repellere clava". id., v. 90-108.

38 Cf. ci-dessus, chap. 1, § 4 (le panégyrique II de Mamertin) : "simile monstrorum biformium", Pan. II, 4.

39 "Scilicet Octodorum redeant cultusque deorum
thurificando probent, parili se federe jurent
cedere christicolas et debellareBagaudas".
De Pass. s. Thebeorum, v. 199-201.

40 "Ne nos imbelles tu credas esse, satelles,
a nobis audi referas quid Caesarisauri.
Non timidi pugnas diffugimus  : ecceBagaudas
corde sub unanimi sumus expugnare parati
viribus aut animis quis discredat legionis  ?
Quoquo nos ducat Cesar, quocunque reducat,
secum vincendum nobis autcommoriendum.
Ad debellandum tantummodo christicolarum
nomen, non nostras promittemus sibi dextras."
De. pass. s. Thebeorum, II, v. 208-216.

41 Comme. U. était déjà dit dans la. Passion thébaine d’Eucher (Cf. ci-dessus p. 168, note 3.

42 Eutrope, cf. ci-dessus ch. II, écrivait : "qui levibus proeliis agrestes domuit et pacem Galliae reformavit" (Brevarium, 9, 20, 3). Sigebert : "et levibus bellis cito cedit turba rebellis" (Cf. note 3 ci-dessous).

43 "Forte roges, que sit fortuna secuta Bagaudas
quosve siet casus sortitus Maximianus.
Indocilis plebei, moderari nescia vires,
cum neque consilio regitur nec Marte secundo,
viribus effractis penas solvit levitatis
et levibus bellis cito cedit turbarebellis".
De pas s. s. Thebeorum, III, v. 908-913.

44 "Hi te multimodis munitam crede triumphis
pene molli vietam modo reddunt pace quietam".
Id. v. 920-921.

45 Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, publiées pan Halphen et Poupardin, Parts, Picard, 1913. Nous y trouvons trois textes séparés : 1) Le Liber, 2) Les Gesta consulum Andegavorum, 3) Les Gesta Ambaziensium dominorum. Cet ordre est celui du. manuscrit 6218 publié pan Halphen et Poupardin. D’après Halphen, le liber serait la préface des G. Ambaz.domin., les deux textes auraient été rédigés pan un même X. D’autre part, les G.cons. Andegavorum auraient été rédigées pan. Thomas de Loches. En fait Thomas de Loches aunait rédigé ces G. cons. Andegavorum et une préface (disparue) dont l’essentiel serait passé ultérieurement dans le Liber, sous la plume de X. de plus, X aurait rédigé les G.Ambaz.dominorum à partir des G. cons. Andegavonum. On aunait :
Image
Le rédacteur du manuscnit 6218 aurait mis le Liber à la place de l’ancienne préface (disparue aujourd’hui) pour éviter un double emploi. Ceci expliquerait lu rapports étroits entre ces trois textes. Halphen écrit : "intimement solidaires quant au fond, les G.coni.Andegavorum, lu G. Ambaz. dominorum et le Liber, tels qu’on les Lit dans le plu ancien manuscrit, ne sont pas sans présenter de profondes analoglei de forme" (LXVI), en outre ils exploitent tous lu mêmes sources. Notons que il pour Halphen, malgré eu analogies, lu textes n’ont pas le même auteur, Th. de Lochu n’ayant par composé lu G. Ambaz. dominorum, on peut n’être pas convaincu.
De toute manières, la préface (disparue) du G. cons. Andegavorum pourrait être de Thomai, et elle serait l’origine du Liber. Pourtant le Liber n’est pas véritablement "écrit" : c’est "un assemblage confus de fragements disparates juxtaposés au hasard" (LII). Il s’agit d’une histoire de la Gaule, surtout de la région d’Amboise, depuis la conquête romaine où ce qui a trait à la conquête serait emprunté aux Gesta romanorum, ce recueil aujourd’hui perdu et qui fut souvent utilisé au Moyen-Age (en particulier par le rédacteur de la Vie de Baboin, cf. ci-dessus) et n’était qu’une histoire fabuleuse des faits de César et un ramassis de traditioni populaires et savantes sur origine du villes. La suite étant empruntée à l’Hstoire des Bretons (chronica d’Arturo). Le Liber s’arrête en 1137. Il fut donc rédigé ou terminé peu après. Admettons le lien entre l’ancienne forme du Liber, la préface (disparue) du Guta consulum Andegavorum. On sait que ce dernier texte, composé par Thomas, aurait eu comme origine une chronique sommaire et informe mise sous le nom de l’abbé Eude (Eude de Cluny ?) : "chomaire nomine Odonis intitulatas" (XXXI), qu’il au aurait été composé à partir de diverses Historiae (Historia Francorum, diverses Historie de France circulant au Moyen Age) que l’auteur aurait pu recueillir à Saint Martin de Tours, et aussi de traditions populaires orales, de récits épiques qui devaient avoir encore cours dam l’Anjou d’alors (XXXIV). Il en va de même d’ailleurs du G.Ambaz.dom.. J’admettrais volontiers que l’aspect "assemblage informe de fragments disparates "du Liber prouve que ce texte est resté celui de l’ancienne préface (disparue) et même que ce de ce dernier texte était, en grande partie, dans l’ancienne chronique "informe" de l’abbé Eude et fut à peine retouché par Thomas de Loches : un mélange de traditions ligériennes savantes et orales (populaires).

46 Thomas de Lochu fut notaire et sans doute chapelain de Foulque le Jeune, comte d’Anjou. Celui-ci le fait nonmer prieur de N.-D. de Lochu, mais lui conserve ses fonctions à la Cour. En 1151, Thomas se retire à N.-D. de Lochu. Un conflit avec les chanoines pour la récupération de ses biens fait intervenir Henni Plantagenet lux-même qui finit par lui accorder en compensation deux nouvelles pébendes (Halphen, XXVIII-XXIX).

47 Cf. ci-dessus, ch. 1, p. 166, note. 3.

48 "Tempore illo quo Diocletianus in christianos seviit, Baugare di, cum ducibus suis Heliano et Amando, Romanum imperium a Gallia cupientes expellere. Ambaquis cum magno exercitu vendant. Qui, civibus Turonicis sibi adjuvando consentientibus, Romande qui ibi erant partim occisis, partim fugatis, illud castellum totum, excepta idolo Martis et ponte Ligeris, funditus deleverunt ; rusticos tamen tn valle circa Ligerim et Amatissam habitare permiserunt. Hi vero, cum desuper manere non auderent, perforato monte, cavatis rupibus habitantèi, vicum magnum constituerunt. Baugaredi lingua sua, nomine prevaricato, non amplius Ambaquis, ied Ambaziam sive Ambazium vocari deinceps jusserunt. Sic Ambazium vécue usque ad. tempus Valentis fuit". Liber de compositione castri Ambaziae, ed. Halphen, Poupardin, p. 7-8.

49 "Turonibus jussit ut omnes lapides Ambazzi edificii ad muros suos reficiendos per Ligerim deferrent".

50 "Baugaredis pacicatis, iterum Gallia diu Romande subjecta fuit".

51 C. Jullian, Rev. des Et. Anc., XXII, 1920, op. cit., p. 116, note 2.

52 A. Thierry, Histoire de la Gaule sous l’administration romaine, II, 1842, III, 1847.

53 J. Michelet, Histoire de France, I, p. 104.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search