Version classiqueVersion mobile

Sauvages et ensauvagés

 | 
Pierre Dockes
, 
Jean-Michel Servet

Révoltes bagaudes et ensauvagement ou La guerre sociale en Gaule

Chapitre 3. L'ensauvagement au vème siècle

Texte intégral

  • 1 Province romaine du Nord-Est de V Espagne..

1Dans de nombreuses régions de Gaule et en Espagne, particulièrement en Tarraconaise1, là où les conditions naturelles et militaires le rendent possible, on trouve des Bacaudes (ou Bagaudes) dès le début du Vème siècle et sans doute durant les cinquante premières années. Puis la répression triomphe, et c'est le silence : écrasement physique ou repli vers les forêts ? Sans doute les deux !

  • 2 Zosime, Nouvelle Histoire, L. VI, 2, 5 (a. 408).
  • 3 La Bretagne était devenue pratiquement indépendante au début du siècle. Le troisième usurpateur bre (...)
  • 4 Zosime, id., L. VI, 2, 10 : "τήν λείαν ἅπασαν όωρησάμενοζ τοίζ περὶ τὰζ" Αλπεις άπαντήσαιν αύτῶ Βαχ (...)
  • 5 Cf. J.P. Poly, La Provence et la Société féodale, 879-1166, Bordas, 1976 ; le. nom de marron est em (...)

2Ainsi, grâce au témoignage de Zosime2, nous savons que les passages des Alpes sont tenus par des Bagaudes au début du Vème siècle. Il nous conte les mésaventures d'un général de l'Empire, le Goth Sarus : à la suite de combats contre l'usurpateur breton Constantin III3 et ses deux seconds, Sarus et son armée avaient dû prendre la fuite, quitter en toute hâte Valence qu'ils assiégeaient pour tenter de repasser en Italie. L'armée de Sarus s'échappa à grand peine ; elle dut demander le passage aux bacaudes qui tenaient les cols alpins, devant leur abandonner tout son butin4. Nous avons là une troupe de "brigands" suffisamment importante et bien organisée pour pouvoir imposer ses conditions à un général romain, à des troupes qui faisaient, peu de temps auparavant, le siège d'une grande ville (et qui n'étaient pas en déroute, mais se repliaient précipitamment). On ne sait quand la région alpine put être pacifiée, ni si elle le fut tout à fait. Il y eut, cependant, reprise en main des grands itinéraires par le pouvoir puisqu'ultérieurement les armées romaines transiteront par les Alpes sans rencontrer d'obstacles. Mais qu'en était-il des petites troupes de voyageurs ? Les Alpes purent rester longtemps un repaire rebelle : nous y retrouvons les successeurs des bagaudes au Xème siècle, en particulier sous le nom de marrons, des servi ensauvagés sans doute (ce même mot qui dans un autre monde et un autre temps s'imposera pour d'autres esclaves fugitivi)5.

  • 6 Zosime, id., l. VI, 5, 2-3.
  • 7 D'après M. Bloch, "Conquête de la Gaule romaine", in Mélanges, I, p. 86 : cette ligue combattit les (...)
  • 8 Ainsi des Armoricains sont derrière Aetius pour combattre les Hum d'Attila. Quelques historiens y o (...)

3Le même Zosime nous apprend qu'au début du siècle "toute l'Armorique et d'autres provinces gauloises s'affranchissent en imitant les Bretons : après avoir chassé les gouverneurs romains, elles se donnent un gouverneur à leur guise"6. Il ne s'agit sans doute pas d'une révolte principalement sociale, mais d'une lutte autonomiste de l'Armorique et peut-être plus largement de ce que l'on nomme Tractus Armoricanus et qui couvre toute la Gaule de l'Ouest. Ces révoltes armoricaines furent souvent celles des Grands, des propriétaires de domaines, des cités (de leurs notables) : à l'instar de ce qui s'était passé en Bretagne, on remplaçait les chefs romains par une aristocratie peut-être restée plus indigène et certainement devenue autonomiste. Cette ligue urbaine et aristocratique est restée très vivace jusqu'en 451, voire même au-delà7. Quand les textes parlent des "armoricains", on ne sait s'il s'agit de contingents "romains" d'Armorique, d'autonomistes armoricains ou de... bagaudes8. En effet, la "Gaule ultérieure" ou le Tractus Armoricanus fut aussi un théâtre d'opération pour les servi révoltés dans cette première partie du Verne siècle. Nous sommes sans doute en présence d'une articulation complexe entre guerre de sécession et guerre sociale, un mélange "classique" dans l'histoire !

  • 9 Querolus, 1, 2, éd. G. Ranstrand. Acta Un. Gotburgensis, 67, 1, Göteborg, 1951, p. 17.
  • 10 R. Namatianus, De reditu suo, I, 273-276, in éd. Sansoni, Florence, 1967.

4On a surtout connaissance des bagaudes dans l'Ouest de la Gaule, et plus précisément dans les régions de la Loire, grâce à une comédie, le Querolus, qui décrit, vu par les maîtres et leurs stipendiés, la façon dont sont censés vivre ces hommes ensauvagés dans une zone "libérée"9 et par le De reditu suo (Sur son retour) de Rutilius Namatianus qui, lui, nous parle du rétablissement de l'ordre dans ces mêmes régions d'Armorique, au sens large10 : deux indices qui se recoupent.

  • 11 Sozomène, Histoire ecclésiastique, IX, 11, in Patric. Gr.,. t. 67, col. 1620 : "πλὴθoς αγροιχων χαι (...)
  • 12 P. Orose, Hist.adv.paganos, VII, 40, 5-7 : "hi vero... servulos tantum suos ex propriis praediis co (...)

5On a cru découvrir des bagaudes, pour ces mêmes vingt premières années du siècle, dans une phrase de Sozomène qui décrit des paysans et des esclaves de villae venir appuyer une armée en campagne contre les troupes d'un usurpateur breton11. Il s'agissait en fait des propres esclaves de Didymus et Verinianus, deux Espagnols de la famille de Théodose, qui tentaient de s'opposer au passage du fils de l'"usurpateur" Constantin12.

  • 13 Oriens, Commonitorium, L. II, 165 et sq. (éd. Un. di Catania, 1958).
  • 14 Paulin de Pella, Eucharisticos, v.333-376 (éd. du Cerf, Paris, 1974).

6Tandis que les campagnes se libèrent, nous voyons dans les villes des esclaves se liguer avec des pauvres libres et fomenter des révoltes. Nous avons sur ces séditions urbaines quelques renseignements tirés d'Oriens13 et de Paulin de Pella14.

  • 15 Salvien, De Gubernatione Dei, L. IV et V, Oeuvrer, t. II, éd. du Cerf, Paris, 1975).
  • 16 Chronica Gallica, Chronique impériale (ou chron. de 452), 117, 119, 133, M.G.H., Auct.Ant., IX, Chr (...)
  • 17 Constance (de Lyon), Vita S. Germani, chap. VI, VII, (éd. du Cerf, Paris 1965). Nous pourrons utili (...)
  • 18 F. Mérobaude, Pan.II (ou d'Aetius), 8-22 et 148-186, in M.G.H., A.A., p. 11, 17-18.
  • 19 Hydatius, Chroniques, 125, 128, 141, 142, 158, in M.G.H., A.A., XI, chron. minora, II, p. 24-27.

7Pour la période suivante (les années 430-450) nous serons informés sur les hommes qui fuient vers les bagaudes, les causes de ce comportement, grâce surtout à Salvien15. Mais nous découvrirons aussi ces guerres sociales (ou/et sécessionistes) et le développement de la répression, essentiellement grâce aux Chronica Gallica16, à Constance de Lyon par sa Vita de Saint Germain17 et à Flavius Mérobaude18. Idace19 nous renseigne dans ses Chroniques sur les bagaudes espagnoles et leur écrasement.

8Pour présenter ces mouvements sociaux, et leur répression, nous ne suivrons pas simplement l'ordre historique et nous ne reviendrons pas sur les bagaudes des Alpes. Nous commencerons par essayer de comprendre ce qu'étaient ces bagaudes, c'est-à-dire d'où ils venaient, pourquoi des hommes se joignaient à eux et comment ils étaient organisés, comment ils vivaient. Nous aborderons aussi le cas particulier des séditions urbaines. Puis nous suivrons ce qui nous semble être les étapes de la répression organisée essentiellement par Aetius et réalisée grâce aux auxiliaires huns ou alains.

§ 1 - Des esclaves et des pauvres "ensauvagés"

9Essayons d'abord de savoir qui sont ces bagaudes, d'où ils viennent ?

A- Qui rejoint les bagaudes ?

10Dire "rejoindre les bagaudes" suppose que celles-ci pré-existent. Il semble en effet que le retour à l'ordre du IVème siècle n'ait pas éliminé les bagaudes, mais les ait seulement forcées à se replier vers les montagnes et les forêts. Toute crise de l'Etat, toujours renforcée par les invasions barbares, permet aux bagaudes de sortir de leurs maquis pour élargir le territoire libéré, et surtout pour piller la partie "civilisée", "utile" des Provinces : attaquer les villae, cerner et prendre des vici, ces grosses bourgades, et même encercler les villes. Sans parler, naturellement, de l'accroissement de l'emprise de ces bandes sur les grands chemins. Les bagaudes recrutent dans ces périodes en libérant les servi ou les coloni des villae attaquées et prises, surtout en regroupant les fugitivi.

  • 20 Les Visigoths auraient même été tentés à leur arrivée en Aquitaine de se lier aux paysans révoltés. (...)

11Qui sont ces hommes qui prennent la fuite vers les bagaudes, qui se soulèvent contre ce qui reste de l'ordre romain, qui se comportent comme des bandes de brigands ou de Barbares, qui semblent parfois tenir des régions entières dans le nord-ouest, le centre et l'ouest de la Gaule, sur la Loire en particulier, dans les Alpes, le Pays Basque, l'Espagne, peut-être même un moment l'Aquitaine (avant que les Visigoths se retournent contre eux)20. Certainement le plus souvent ce sont des ruraux : des anciens propriétaires spoliés, des paysans dépendants, des colons, les esclaves des villae. On y trouve sans doute aussi des citadins, libres et pauvres, ruinés par le fisc et la justice ou membres de cette "plèbe" qui anime les séditions populaires dans les villes, des esclaves des industries d‘Etat qui fuient une atroce condition, des esclaves artisans urbains ou domestiques également fugitivi.

12Les uns sont chassés par les bandes guerrières, par des propriétaires expropriateurs, par les dettes, le percepteur ou le juge : ils ont abandonné leurs champs, leur maison, leur village ou leur ville. Les autres sont en fuite : les coloni et les servi. La première catégorie rassemble les nouvelles victimes de la dynamique sociale, des invasions, du nouveau terrorisme d'Etat. La seconde regroupe les hommes qui se libèrent par la fuite et souvent prennent les armes, ne serait-ce que pour survivre. Tous combattent, pour se nourrir, pour piller, pour résister à la répression romano-barbare, pour leur liberté ou pour éviter la torture et la mort.

  • 21 Cf. ci-dessus, ch. II.

13Ces groupes qui forment les bagaudes sont le "fer de lance" de deux catégories plus vastes : celle des hommes qui voient s'abaisser, voire s'effondrer, leur position sociale (en particulier les expropriés pour causes diverses), celle des hommes qui améliorent leur position (les esclaves qui se casent, qui sont casés de fait21). En effet, les propriétaires ayant perdu leurs terres, les nouveaux pauvres des campagnes ou des villes peuvent souvent rester sur place en se soumettant, en devenant colons de l'expropriateur. Parfois être chassé est déjà le début d'une lutte ! D'autre part, les esclaves en fuite, surtout ceux en armes des bagaudes, imposent aux maîtres l'abandon des anciens modes d'exploitation centralisée des hommes et des terres, lorsqu'ils subsistent, facilitant la lutte des esclaves restés sur place.

  • 22 Salvien ut un moine, goulots, né sans doute dans le nord de la. Gaule (où il garde du relations), i (...)

14Salvien22 va nous donner des renseignements sur ces deux groupes : ceux qui, esclaves ou colons, s'enfuient ; ceux qui, libres, sont chassés par le terrorisme étatique et aristocratique qui les exproprient.

Les esclaves :

15Nous avons dit l'existence de nombreux esclaves au IVème et au début du Vème siècles dans les cités, domestiques, artisans ou ouvriers des manufactures d'Etat, dans les mines, dans les villae, souvent casés ou tout au moins dotés de portiunculae, de jardinets produisant leur propre nourriture, parfois encore travaillant en chiourme qu'ils soient logés dans les dortoirs et nourris dans le réfectoire de la villa, ou qu'ils dorment ou mangent dans leur "case". Nous avons vu que, sans doute, il y eut remontée de l'esclavage, et, au sein de l'esclavage, de la chiourme, avec le retour à l'ordre du IVème siècle. Ajoutons que la condition des colons s'était considérablement dégradée, au point qu'ils étaient considérés comme des esclaves, voire que les esclaves étaient considérés comme des colons ! La majeure partie de la paysannerie était attachée au sol, "esclave de la terre" et donc contrôlée par le maître de cette terre.

  • 23 Cf. ci-dessus, p. 206, note. 2.
  • 24 oιχετης et αγρoιχoς, Hist. Eccl., IX, 11 (P.G., t. 67, C. 1620).
  • 25 Et même. des jeunes esclaves nés dans la maison du maître... "servulos tantum suos ex propriis prae (...)

16Nous avons vu le rôle des esclaves dans les Balkans, lors de la pénétration des Goths à la fin du IVème siècle et lors des premières années du Vème ; nous savons leur présence au côté des colons dans les bandes de "brigands", qui se joignent parfois aux Barbares lors de l'invasion. Nous avons noté23 que Sozomène décrit les hommes "enrôlés" dans les troupes de Didymus et Verinianus comme des paysans esclaves ou colons (travailleurs asservis des villae)24 et Orose précise qu'il s'agit des esclaves de ces deux chefs25.

  • 26 Cf. ci-dessous.

17Nous découvrirons26 que lors du "soulèvement" dirigé par le chef bagaude Tibatto, "presque tous les esclaves des Gaules le rejoignent".

  • 27 Sidoine Appolinaire, Lettres, L. VIII, 11, 11.
  • 28 Cod. Theod.., IX, 6, 1. Plus généralement cf. Dockès, La Libération médiévale.

18Les maîtres craignent ces bandes d'esclaves et de colons révoltés. Ils craignaient même souvent pour leur vie. Sidoine Appolinaire raconte la mort de son ami Lampridius, attaqué et étranglé par ses esclaves27 et il n'est pas étonnant que par exemple le Code Théodosien prévoit le bûcher pour les esclaves qui attaquent leurs maîtres28. Les périodes troublées des invasions, des grandes bagaudes, virent les villae brûler, les esclaves gagner en masse les maquis, sans doute après avoir réglé quelques comptes avec les intendants et "contre-maîtres". En temps ordinaires, les esclaves devaient se contenter de la fuite solitaire vers d'autres maîtres ou vers les groupes déjà formés de résistance armée des zones "sauvages". La répression publique contre ces bandes bagaudes, nous le verrons, fut certainement féroce. La répression "familiale" contre les esclaves qui, restés sur place, sabotent ou s'apprêtent à fuir, semble l'avoir été tout autant. Rien ne pouvait alors empêcher cet exode massif des servi ou des coloni vers les zones forestières ou montagneuses, vers les régions provisoirement libérées socialement. D'autres esclaves (les plus nombreux ?) tentaient de trouver une place de colon dans une grande propriété, allaient "traîner" dans les villes, mendiants, voleurs souvent, voire allaient défricher un coin de clairière (mais c'est déjà bagauder).

  • 29 Gub.Dei. (éd. 1975), L. IV, VI, 29 (p. 254 : "Malos esse servos ac detestabiles satis certum est".

19Salvien nous parle des esclaves essentiellement pour démontrer que les maîtres, les nobles, sont pires qu'eux, et comme les esclaves sont indiscutablement mauvais et détestables29, les maîtres sont monstrueux. La comparaison est complète puisque les maîtres sont, à leur tour, esclaves de Dieu qu'ils devraient servir fidèlement. Salvien, s'adressant aux maîtres, leur dit : les crimes ou péchés commis par les esclaves (crimes que les maîtres connaissent bien puisqu'ils s'en plaignent continuellement) sont de même nature que ceux que vous commettez vous ! Ce rapprochement, en soi, est déjà "contestataire" : c'est un peu comme expliquer aujourd'hui que les luttes ouvrières, voire la criminalité politico-sociale répondent au terrorisme d'Etat, aux pratiques anti-ouvrières du patronat.

20De quels esclaves s'agit-il ? Des domestiques, des "ouvriers" des esclaves en chiourme des villae ? Sans doute de toutes ces catégories. Il est possible que Salvien fasse même implicitement référence aux esclaves productifs (ruraux ou manufacturiers) et à un système de gestion centralisée de la force de travail lorsqu'il parle des contremaîtres, des intendants, des dénonciateurs qui terrorisent les esclaves. Ajoutons que l'on ne peut pas tirer de ce texte d'indication sur l'importance de ces diverses catégories d'esclaves, encore moins sur le nombre d'esclaves en Gaule. Mais Salvien nous dit comment ils sont traités et comment ils ripostent à ces traitements par ce que les maîtres considèrent comme des crimes.

  • 30 De Gub. Dei, IV, 3 14 ; 19.
  • 31 De Gub.Dei. IV, 3, 14.
  • 32 Id., IV, 3, 16.
  • 33 "Quod autem de furtis servorum dicimus, hoc etiam de fuga. Immo hoc rectius de fuga., quia, ad fuga (...)

21D'abord, les esclaves sont voleurs30. Pourquoi ? Ils y sont poussés, malgré eux, par la misère, le dénuement. Si ce qu'on leur donne correspond à la coutume, à la règle (quand on le leur donne !), cela ne suffit pas à satisfaire leurs besoins31. C'est pour cela qu'ils sont aussi gloutons et avides32 dès qu'ils ont la possibilité de manger à satiété, surtout lorsqu'ils ont chapardé un bon morceau qui change leur ordinaire, mais le plus souvent parce qu'ils ont (trop) supporté la faim. Surtout, ils s'enfuient. Ils y sont forcés, explique Salvien, par la misère et surtout par les supplices qu'ils subissent33.

  • 34 "Pavent quippe actores, pavent silentiarios, pavent procuratores, prope ut inter istos omnes nullor (...)
  • 35 Cf. Dockès, La. libération médiévale, p. 86 et sq.
  • 36 "Dum tormentis se volunt eximere, mentiuntur", IV, 3, 16.
  • 37 "Multi servorum ad dominos, suos fugiunt, dum conservos timent. Unde illorum fugam non tam eos debe (...)

22Le plus souvent les esclaves ne subissent pas directement le terrorisme de leur maître, mais celui des intendants, des contremaîtres, des dénonciateurs, des "petits chefs", esclaves eux aussi34, qui font fonctionner la villa esclavagiste de la façon dont columelle le décrivait pour le premier siècle35. Des esclaves torturent d'autres esclaves, appliquent la terreur pour le compte d'un maître parfois absent, et qui peut même apparaître comme le suprême recours des esclaves suppliciés par les "kapos" ! On comprend aussi pourquoi les esclaves seront menteurs : "ils mentent pour éviter la torture"36. Ces passages paraissent caractéristiques du système de gestion centralisée de travailleurs forcés, la chiourme encore très présente à l'heure où écrit Salvien. On est loin de la vision idyllique des relations maîtres-esclaves telles que certains historiens les imaginent à partir d'améliorations juridiques du statut servile qui n'étaient - en fait - appliquées qu'à certaines catégories urbaines privilégiées. Ces esclaves affamés, terrorisés, torturés, s'ils le peuvent, deviennent forcément fugitivi. Notons que Salvien, écrivant pour convaincre les maîtres, prête aux esclaves de "bons sentiments" d'esclaves fidèles. Seules les tortures qu'infligent les "petits (et grands) chefs" (peut-être "dans le dos des maîtres") forcent les esclaves à déserter37.

  • 38 "Homicidia quoque. in servis rara sunt terrore ac metu mortis, in divitibus adsidua spe ac fiducia. (...)

23Ne nous laissons pas abuser par ces remarques sur la responsabilité des "contre-maîtres". Plus loin, Salvien nous parle des maîtres qui tuent leurs esclaves, beaucoup plus nombreux que les esclaves qui assassinent leurs maîtres. En effet, les esclaves craignent d'être mis à mort pour leur crime, alors que les maîtres sont sûrs de l'impunité (où sont donc ces règles juridiques qui protégeraient les esclaves ?). Jugeant qu'il ne s'agit pas d'un crime, mais d'un droit, ils ne pensent même pas pécher38. Intéressant passage où nous voyons Salvien mentionner une autre forme de combat servile que la fuite et mettre sur le même plan l'assassinat d'un maître par un esclave et son contraire !

  • 39 Salvien s'intéresse essentiellement à la condition du libres. Il s'adresse surtout aux maîtres pour (...)

24Salvien ne nous dit pas où vont ces esclaves fugitivi. Sans doute était-ce clair pour ses lecteurs. Nous pouvons en avoir indirectement une idée car il est beaucoup plus explicite39 lorsqu'il s'agit des libres qui sont contraints au départ parce qu'on leur a pris leurs terres et que les impôts les étranglent. Il est probable que les esclaves contraints à la fuite par les tortures que leur infligent les maîtres et leurs stipendiés devaient suivre des chemins peu différents de ces pauvres libres, ruinés, expropriés et risquant d'être réduits en esclavage.

Les pauvres :

25Les diatribes de Salvien contre les riches expropriateurs et l'iniquité d'un système fiscal qui permet de ruiner les faibles au profit des Grands sont connues :

  • 40 "Cum facinoribus apertissimis non furta tantum divitum sed latrocina comprobentur  ? Quotus quisque (...)

26Il y a d'abord l'expropriation par le terrorisme que les puissants font subir à leurs voisins. Se comportant en voleurs, en brigands, ils prennent les biens des pauvres et s'approprient même leur personne40.

  • 41 Id., IV, 4, 21, trad. Lagarrigue, p. 249.
  • 42 Ces sublimes sont les puissants, en particulier les préfets du prétoire.
  • 43 Une révolte d'esclaves et autres prolétaires ruraux au IVème siècle.
  • 44 Cf. ci-dessus, p. 207 et ci-dessous p. 236.

27Il y a ensuite les charges publiques qui permettent à un petit nombre de ruiner tout le peuple. "La préfecture de certains, que je ne nommerai pas, est-elle autre chose qu'une pâture ? Il n'y a pas de pire ravage pour les pauvres gens que le pouvoir politique les charges publiques sont achetées par un petit nombre pour être payées par la ruine de tous"41. Et Salvien cite trois régions ravagées par ces sublimes42 : l'Espagne, l'Afrique, la Gaule. Notons, sans nécessairement y attacher une importance décisive, qu'il s'agit de l'Afrique de la révolte des circoncellions43, de la Gaule et de l'Espagne des bagaudes, ces deux dernières étant explicitement citées comme zones bagaudes par Salvien dans le Livre suivant44.

  • 45 V, 4, 17.
  • 46 V, 4, 18 et V, 6, 25.
  • 47 Id., 19 et 20.

28Il y a le système fiscal qui permet à quelques-uns de considérer "les contributions publiques comme leur proie"45. On sait que les curiales, responsables sur leurs propres biens du rendement de l'impôt, avaient une situation intermédiaire pas toujours enviable. Souvent soumis à la pression des Puissants qui élèvent les charges, ils doivent ruiner leurs concitoyens pauvres, prendre jusqu'aux biens des veuves, des orphelins, de l'Église46. Plus généralement, les Grands font fonctionner le système fiscal exclusivement à leur profit et comme un moyen d'expropriation des pauvres, voire de réduction de ceux-ci en quasi-esclavage. Et les clercs se taisent, épouvantés, craignant de rendre les Puissants pires encore47.

  • 48 "Et hinc est quod etiam hi qui barbaros non confugiunt, barbari tamen esse coguntur", V, 5, 93.
  • 49 Id.

29Que peuvent faire ces pauvres, libres, mais ayant tout perdu, leurs terres, leurs maisons, endettés et craignant pour leur vie et leur liberté ? Ils émigrent chez les Barbares ou s'enfuient vers les bagaudes, ce qui revient à devenir, explique Salvien, identiques aux Barbares48. Tel est le cas d'une grande partie des Espagnols et d'une fraction non négligeable des Gaulois, précise-t-il49.

  • 50 Cf. ci-dessous, le commentaire du Querolus.
  • 51 "De Bacaudis nunc mihi sermo est qui... postquam jus Romanae libertatis amiserant, etiam honorem Ro (...)
  • 52 "Imputamus his nomen calamitatis suae, imputamus nomen quod ipsi fecimus !"
  • 53 "... quasi barbari, quia, non permittebantur esse romani", V, 6, 26.
  • 54 Id.

30Les bagaudes : des hommes contraints à devenir semblables aux Barbares. Le lien bagaude-Barbare est aussi révélateur que le lien bagaude-sauvage sur lequel nous reviendrons50. En effet, les bagaudes sont hors-la-loi romaine, ils ont perdu le droit à la liberté romaine ainsi qu'au nom de Romain : ce ne sont plus des citoyens, ce sont des rebelles (rebelles), des "desperados" pourrait-on dire (perditos). Pour Salvien, nommer ces hors-la-loi des bagaudes revient à leur donner un nom d'infamie, synonyme, justement, de rebelle, de "desperados"51. Bagaude, “ce nom de malheur" qu'on leur attribue (et non qu'ils se seraient donnés52 et qui vient des temps anciens et tragiques de la grande libération du IIIème siècle. Ces "quasi barbari" ont été contraints à devenir des criminels par les exactions des puissants. Ne pouvant continuer à être des citoyens53, il ne leur restait plus qu'à défendre leur vie54. En définitive, comme la liberté romaine s'était transformée pour eux en tyrannie, ou risquait de déboucher sur l'esclavage, il ne leur restait que la liberté bagaude ou la fuite chez les Barbares : c'est une rébellion défensive, une révolte du désespoir de toute cette partie de la population, les pauvres, qui, finissant de perdre ce qui lui restait de liberté et de propriété, ne peut que rejeter la citoyenneté qu'on lui refuse en fait.

  • 55 Id.
  • 56 "Quantum enim ad vim atque injurias pertinet, compelluntur ut uelint esse, sed. imbecillitate imped (...)
  • 57 "Una enim re ad duas diversissimas coartantur : vis summa exigit ut adspirare in libertatem velint, (...)

31Nombreux sont ceux qui désirent vivement se faire bagaude, ce qui leur apparaîtrait le comble de l'infortune s'ils n'étaient obligés de préférer cela à ce qu'ils subissent ou seront contraints de subir : la pire des servitudes55. Et pourtant, malgré ce désir, leur faiblesse fait qu'ils ne peuvent souvent se rebeller, se réfugier dans les zones bagaudes (ou tenues par les Barbares)56. La violence que les puissants leur font subir les contraint à vouloir la liberté (bagaude) et cette même violence le leur interdit57.

  • 58 "Qui trasnferre illuc resculas atque habitatiunculas suas familiasque non possunt", V, 8, 38.

32Les pauvres sont retenus sur place par la nécessité. Ils ne peuvent en effet emporter dans leur fuite leurs maigres biens, leur minable logis et leur famille58. Une remarque des plus pertinentes : la liberté bagaude, à la fois effroyable et désirable, suppose la force nécessaire à la fuite. Et la famille, l'habitatiuncula, les resculae, les attachent à la terre (ou à leur métier urbain) mieux que la loi. On comprend que ceux qui déguerpissent sont ceux qui sont libres (ou devenus libres) de ces liens : célibataires évidemment, familles qui ont tout perdu. Inversement, nous comprenons la propension à la fuite et le danger pour les maîtres des esclaves en chiourme qui n'ont pas d'attache de cet ordre, et une des raisons pour lesquelles les maîtres vont les caser : certes ils répondent à leurs désirs (ou à leur volonté), mais aussi ils les fixent.

  • 59 "Tradunt se ad tuendum portegendumque majoribus, dediticios se divitum faciunt et quasi in jus eoru (...)
  • 60 Id. V, 8, 40.
  • 61 Id., V, 8, 42 : "cum possessio ab his recesserit, capitatio non recedit ! "
  • 62 "Cum domicilia atque agellos suos aut pervasionibus perdunt aut fugat ab exactoribus deserunt, quia (...)
  • 63 "Nam quoi suscipiunt ut extraneos et alienos, incipiunt habere quasi proprios ; quos esse constat i (...)
  • 64 Id., V, 45.

33Que peuvent faire ces pauvres familles écrasées par les exactions des Puissants et qui veulent s'accrocher à leur lopin ? Elles ne peuvent que se mettre sous la protection d'un Puissant, passant sous leur droit et leur souveraineté59. Mais celui-ci, explique Salvien, en profite pour les dépouiller de leurs terres. Les pauvres achètent la protection des seigneurs au prix exorbitant de tous leurs avoirs60 ! Rarement texte n'aura été aussi clair sur les "services" rendus par les Grands, sur l'abus systématique de positions de force. Ces mêmes puissants qui ruinent les pauvres, grâce au pouvoir fiscal qu'ils détiennent en fait, les en protègent ensuite... en les expropriant. Et cette protection n'est d'ailleurs même pas suffisante puisque ces hommes qui ont perdu leurs terres restent soumis à la capitation61, que le fisc continue à les traquer alors même qu'ils sont expropriés ! Souvent, lorsqu'ils abandonnent leurs terres, leur domicile, expropriés ou fuyant devant les exactores, ce n'est pas pour gagner les zones de liberté bagaude ou aller chez les Barbares. Ils ont une famille, et les pauvres doivent survivre au jour le jour. Alors ils fuient pour aller cultiver les terres des Grands, pour s'y faire colon62, esclave de la terre et, Salvien ne se leurre pas, pratiquement soumis à l'arbitraire de leur maître. Ces fugitifs qui arrivent comme des étrangers sont considérés par les riches propriétaires comme leur propriété ; hommes libres, ils deviennent des servi de fait63. Tous ces fugitifs arrivant libres sur les terres des riches sont métamorphosés en esclaves comme ces hommes qui ayant bu le breuvage de Circé étaient transformés en pourceaux64.

B- Les bagaudes et la forêt

34On ne sait pas comment les zones ou régions libérées par les bagaudes étaient organisées. Ce ne sont pas eux, en effet, qui tinrent la plume ! On en a cependant une idée déformée à travers la représentation qu'en donnaient leurs adversaires. On possède en particulier une comédie latine anonyme, le Querolus, qui décrit une zone bagaude.

35Dans le Querolus, le Plaignard (ou le Geignard), qui est le personnage principal, discute avec le lare domestique. Il lui demande de devenir puissant tout en restant un homme privé, de pouvoir dépouiller ceux qui ne lui doivent rien, frapper ceux qui ne sont pas ses gens, voler et battre ses voisins. Voici la réponse du Lare : "Le Lare : Ha ! Ha ! Ha !, c'est le brigandage, ce n'est pas la puissance que tu demandes ainsi. Par ma foi, je ne sais de quelle façon l'on pourrait te faire ce plaisir. (Il réfléchit) - Voici pourtant, j'ai trouvé, tu as ton affaire. Va-t-en vivre dans les régions qui bordent la Loire.

36Querolus : Et après ?

37Le Lare : Là vivent des hommes qui vivent selon le droit naturel, là pas de faux-semblants, là on rend les sentences capitales auprès du chêne et on les écrit sur les os ; là ce sont des paysans qui plaident et les particuliers qui jugent ; là tout est permis...

  • 65 Querolus, I, 2, 16 (in éd. G. Ranstrand Acta. Un. Gotoburgensis, 67, 1, Göteborg, 1951, p. 17) :
    "Qu (...)

38O forêts, ô solitude ! qui vous dit libres ?"65. Mais le Geignard refuse cette proposition : il n'a que faire des chênes ou de cette juridiction des bois.

39Il paraît assuré que l'auteur connaissait l'existence d'une bagaude dans les régions de la Loire, d'une zone socialement libérée (et non pas politiquement autonome) où la justice est devenue populaire, "maquisarde", où les paysans prennent la parole et où "tout un chacun" peut être juge. Une justice de classe vue par une autre classe ! Les spectateurs devant comprendre les allusions de l'auteur, il est probable que le public des comédies savait la Loire zone de bagaudes. L'auteur veut faire rire, un rire alors sans doute quelque peu grinçant, de la liberté bagaude. Il décrit une société d'hommes revenus à l'état de nature, à la forêt, c'est-à-dire à la sauvagerie.

40Il s'agit d'une liberté "sauvage" puisqu'elle consiste dans l'impunité de piller autrui, de battre même ceux qui ne sont pas ses esclaves ! La liberté "civilisée" ne permet que de torturer ses propres gens, sa "famille" ! C'est aussi une liberté de brigands, toujours d'hommes des bois !

41Le rejet de la civilisation (au sens strict découlant de Civitas) commence par l'abandon du droit civil (de la cité) pour le recours au "jus gentium", le droit naturel qui règle les relations entre les hommes en général, non entre les citoyens. Il s'exprime identiquement par le refus de la politesse, de la civilité (au même sens), ces arts de vivre dans la cité. L'opposition est entre civitas et silva. Les bagaudes vivent selon la loi des forêts, en sauvages : d'où cette justice rendue près du chêne retrouvant son ancien rôle sacré, sans doute encore vivant dans les zones les plus indigènes. L'abandon de la civilisation est vu comme un retour à l'ancienne religiosité "sauvage". Il l'était sans doute ! Cette justice sous le chêne est rendue par des hommes privés et non des juges officiels, tandis que des paysans se substituent aux avocats. Quelle dérision ! D'ailleurs quelle justice expéditive ! Que signifient ces sentences écrites sur les os des coupables ? Peut-être simplement qu'il n'y a pas d'autre sentence que la mort ou la mutilation et pas d'autres écrits que ces "restes" : les ossements. Et d'ailleurs coupables de quoi ? Puisque tout est permis ! Simplement d'être le plus faible ? Il ne semble pas. Le texte suggère plutôt qu'entre bagaudes existait une justice rude et primitive. Le "tout est permis" serait plutôt applicable dans les relations des bagaudes avec l'extérieur. Les paysans qui plaident, cela fait rire : qui ne sait qu'ils savent à peine parler ! Mais cela fait peur aussi, surtout si n'importe qui peut être juge. Cela sonne comme un retournement de la hiérarchie sociale et pouvait signifier la mort pour les maîtres, ou l'esclavage.

42N'est-ce pas d'une certaine façon cette justice populaire qui s'imposera jusqu'au VIIIème siècle avec ces assemblées d'hommes libres (mallus) qui jugent ? Elle résulterait de la fusion entre les anciennes coutumes indigènes liant la justice à la forêt et au chêne sacrés, revitalisés par le "droit révolutionnaire" bagaude, et les coutumes germaniques (Saint-Louis, bien plus tard, jugeant sous le chêne ne voulait-il pas faire référence à ces coutumes ?). Notons cependant que sur le mallum, le rôle actif est (bientôt ?) joué par les seuls notables. Dans ces bagaudes sauvages, tous les hommes s'étaient faits libres et tous rendaient la justice sous le chêne sacré.

C- Les séditions urbaines

43Sur les villes nous utiliserons les remarques générales d'Oriens et l'observation précieuse du cas particulier de Bazas par Paulin de Pella.

  • 66 Orientius, Commonitorium, L. II, 165 et sq. (Orientii Commonitorium, Un. di Catania, 1958), v. 181- (...)
  • 67 Multis ficta fides, multis perjura, multis causa. fuit mortis civica proditio. Insidiae multum, mul (...)

44Oriens nous donne une description générale de l'état des Gaules lors des invasions, en particulier en ce qui concerne les villes. Il décrit le pays comme un bûcher fumant, voit partout dans les campagnes, les villae, les villages et les bourgs mort, douleur, destruction, désastre, incendie, asservissement et deuil66. Mais nous intéresse surtout, ici, la description qu'il donne des relations sociales dans les villes assiégées ou attaquées. Nombreuses furent en effet les victimes de la trahison de concitoyens, de séditions civiles, des embûches et de la violence populaire67. Les villes ne résistèrent donc pas en présentant un front uni aux envahisseurs et l'explication de leur chute, à côté de la famine qu'un long siège finissait par imposer, est dans la révolte de la "plèbe" et des servi. Sans doute le manque de vivres devait attiser ces rivalités. Sans doute Oriens veut-il montrer du doigt le "parti de l'étranger" ou les "méchants" qui profitent des catastrophes publiques. Mais nous comprenons mieux pourquoi des villes fortifiées tombèrent ou furent incendiées, et pas seulement par les Barbares.

  • 68 Paulin de Pella, Eucharisticos, v. 333-336, trad. in éd. du. Cerf, 1974, p. 81 : "et gravior multo (...)

45Que nous raconte Paulin de Pella ? Cet aristocrate aquitain voit sa province subir l'invasion des Visigoths. Ni lui, ni sa famille, ni ses domaines ne semblent en avoir subi de conséquences fâcheuses. Il fait partie du groupe de grands propriétaires fonciers qui entourent leur roi Athaulf, le conseillent et, grâce à cette amitié, il évite à ses terres bordelaises l'installation d'hôtes barbares. Ses malheurs viennent de ce qu'il prit le parti de l'empereur Attale, de l'échec de ce dernier. Il dut s'enfuir de Bordeaux et se réfugier à Bazas, patrie de ses ancêtres. Vers 414-416, cette ville fut assiégée par des bandes de Goths et (ou) d'Alains. Mais, nous dit Paulin : "beaucoup plus redoutable que la horde hostile répandue alentour, une troupe d'esclaves auxquels s'étaient joints, atteints d'une fureur insensée, quelques jeunes gens malfaisants, pourtant de naissance libre, dirigeait ses attaques meurtrières principalement contre les nobles"68.

  • 69 Paulin, id., v. 350-376.

46Il y a là un intéressant témoignage sur une révolte servile en ville, sur l'alliance entre ces esclaves et des jeunes libres, -des "insensés" -, sans doute issus de la "plèbe" urbaine, orientée contre les latifundistes (dont Paulin). La révolte paraît avoir été apaisée, grâce à Dieu qui fit mourir quelques coupables. En particulier le sicaire qui voulait la mort de Paulin lui-même fut assassiné, sans que Paulin ne s'en doute, évidemment ! Il faut ajouter que Paulin négocia avec le roi Visigoth, son ami, sa sortie de la ville, accompagné de sa nombreuse suite (une petite troupe armée) et finalement réussit à obtenir un accord entre celui-ci et les notables de la ville : sans doute Athaulf élimina-t-il les Alains et, peut-être, les groupes Visigoths qui assiégeaient Bazas ; il entra dans cette ville et porta secours aux citadins69, on aura compris qu'il ne saurait s'agir que des nobles.

47Il semble clair qu'il y avait une certaine connivence d'une part entre les esclaves, les pauvres libres à l'intérieur des remparts et les assiégeants (Alains ou Goths plus ou moins dissidents ou simplement pas encore "rangés", n'ayant peut-être pas "compris" la politique d'Athaulf d'alliance avec la noblesse romaine et de sédentarisation) ; d'autre part entre les notables ou latifundistes de Bazas et le roi Athaulf et ses fidèles, entre l'ordre ancien et l'ordre nouveau.

§ 2 - L'organisation de la répression

  • 70 Les bagaudes sont d'ailleurs assimilés à des monstres à double forme par Mamertin (cf. ci-dessus) " (...)

48L'histoire des bagaudes ressemble longtemps à celle de l'hydre de Lerne70 : écrasées ici, elles reprennent là, réprimées aujourd'hui, elles flambent à nouveau demain. Nous savons pourquoi. Lorsque l'Etat est en crise, que les invasions semblent appelées par cette faiblesse, les bagaudes quittent les maquis pour se répandre dans les campagnes, pénètrent dans la Gaule civilisée, coupant les grandes routes, attaquant les villae ou les harcelant, voire assiégeant plus ou moins les villes. La répression les fait retourner vers leurs bases forestières plus ou moins impénétrables. Pourtant, ces cycles courts où alternent soulèvements et répressions s'inscrivent dans des cycles beaucoup plus longs : la crise du IIIème siècle, la première moitié du IVème siècle, puis, beaucoup plus tard, les soulèvements qui accompagnent l'effondrement carolingien. Pour chaque cycle long, on voit aussi alterner une période de flux et une période de reflux. A partir des années 420, malgré les soulèvements successifs, la répression paraît s'organiser. Au point que l'on peut se demander si les grandes crises de 435-437 (soulèvement de Tibatto) et de 441-448 ne sont pas plutôt des moments intenses de la résistance à la répression. Comme ce fut le cas, nous semble-t-il, à la fin du IIIème siècle avec l'offensive de Maximien contre un pays socialement libéré en grande partie, et non une révolte ponctuelle vers 285 !

A - La répression d'Exupérantius

49Nous la connaissons par le De reditu suo de Rutilius Namatianus.

  • 71 R. Namatianus, Ve reditu suo, I, 312-216, ed. Sansoni, Florence, 1967 : "Cujus Aremoricas pater Exu (...)
  • 72 Querolus est dédié à Rutilius. Peut-être s'agit-il de Namatianus ? Exupérantius sera tué à Arles en (...)
  • 73 Ce qu'admettent généralement les historiens. Cf. pan exemple ce qu'écrivait déjà F. Lot, La Gaule, (...)

50Le texte est intéressant puisque nous y découvrons (peut-être) la suite de l'histoire que nous racontait l'auteur anonyme du Querolus. Rutilius Namatianus, un grand propriétaire foncier de la Gaule méridionale (préfet de Rome en 416), retourne dans sa patrie à l'automne 417 pour remettre en ordre ses domaines et y rétablir l'ordre. Il compose, à partir de ses impressions, un poème. Nous y découvrons qu'un de ses parents, Exupérantius, préfet du prétoire en Gaule, a réprimé des mouvements de libération sociale en Armorique et ceci sans doute vers 417. Rutilius nous dit qu'Exupérantius enseigne à présent à ces contrées armoricaines à aimer le retour de la paix exilée, rétablit le droit et la liberté, et ne permet plus que les maîtres soient les esclaves de leurs esclaves71. En d'autres termes : il pacifie, il rétablit l'ordre civil (la loi et la liberté romaine) et social (il remet les rapports sociaux sur leurs pieds, les esclaves et les maîtres à leur place). On peut donc estimer que, dans l'Armorique (où est inclus le bassin de la Loire), l'ordre social serait en voie de rétablissement à partir de 417-418, sans doute provisoirement. Le voyage de Rutilius72 est d'ailleurs en lui-même indice d'un certain retour à l'ordre en Gaule73.

B - Galla, Aetius et ses Huns

  • 74 Galla Placidia est la. fille de l'empereur Théodose 1er et la sœur du premier empereur d’Occident, (...)

51Les dix premières années du règne de Galla Placidia (423-432), sous la minorité de Valentinien III, alors que le pouvoir est entre les mains d'Aetius74, connaissent peut-être un calme social relatif. Il redevient possible de circuler sur les grandes routes avec une certaine sécurité ; les villae et les villes, la plupart des vici, les campagnes "utiles" sont à nouveau mieux tenues en main. Sans doute les bagaudes se sont-elles simplement temporairement repliées vers les clairières des maquis et des forêts. Comme d'habitude lorsque se rétablit - même très imparfaitement - le fonctionnement des appareils d'Etat.

52La seconde partie du règne de Galla Placidia (434-450) - période où Aetius est encore plus puissant - est marquée par un renouveau de la guerre sociale en Gaule. Il semblerait qu'il y ait eu des soulèvements bagaudes, des révoltes populaires massives, et qu'ils furent successivement réprimés. Il est possible que ces soulèvements soient surtout résistance au retour à l'ordre dans des zones qui s'étaient socialement libérées. La répression parait avoir été sans pitié : on n'entendra plus parler de bagaudes. La guerre est provisoirement terminée par le massacre des révoltés servi et coloni, paysans plus ou moins dépendants, par le maintien plus ferme des survivants dans leurs montagnes ou leurs forêts : si les bagaudes disparaissent, le brigandage social continue à l'état endémique. Mais cette répression, voire parfois ce massacre, accompagne une mutation des rapports sociaux, un nouveau pas en avant vers la fin de l'esclavagisme.

53Pour comprendre cette période, ces combats, il faut dire quelques mots d'Aetius et de ses Huns. Qui ne connaît le premier ? Au moins "de vue" ! En effet, il est ce général romain que l'on voit entouré de ses farouches alliés, les rois barbares, et de chefs gallo-romains, faisant face aux Huns d'Attila, "le fléau de Dieu", à la bataille des Champs Catalauniques (en 451) : l'illustration quasi-constante des manuels d'histoire des classes primaires !

54L'histoire d'Aetius, de l'empire â cette période, et particulièrement de la Gaule, ne peut être séparée de celle des Huns.

55Les Huns, en tant que groupe tribal organisé ou peuple obéissant à des rois, puis en tant qu'Etat véritable (à partir de 425-434), n'eurent finalement que peu affaire avec l'empire d'Occident. Nous les avons quittés après qu'ils aient écrasé les Goths à la fin du IVème siècle, forçant les Visigoths à entrer dans l'Empire, les amenant ainsi à devenir, dans les Balkans, une force essentielle. Placés à l'arrière de ceux-ci, les Huns étaient devenus les alliés de l'Empire. Avec le départ des Visigoths vers l'Italie, les Huns entrèrent en conflit avec l'Empire d'Orient. Jusqu'en 451, ils pénètrent chaque année dans les Balkans, ravageant les campagnes et les villes, ramenant un énorme butin, des masses d'or, forçant l'Empire à payer tribut.

  • 75 Cf. L. Musset, Les invasions, op. cit., p. 74 et sq.

56En revanche, à l'Ouest, c'est mieux que la paix, l'amitié ! Aetius, en effet, avait été élevé chez les Huns durant une partie de sa jeunesse (il y avait été emmené en otage vers 406), il était lié avec toute l'aristocratie hunnique et y avait découvert l’art nouveau de la guerre. Lorsqu'il est en disgrâce, en 432-433, il retourne chez les Huns. Il leur fait même rendre, en 439, la Pannonie occidentale75.

57Surtout Aetius, général romain, est en fait un chef de bandes guerrières hunniques. Si l'Occident, jusqu'en 451 du moins, n'est que peu concerné par la nation hun, il l'est par les très nombreux contingents auxiliaires qui servent l'Empire, et directement Aetius. Il s'agit de détachements de cette cavalerie hunnique qu'admirait Aetius, encadrée par ses propres chefs, mais le commandement supérieur restant "romain" (Aetius lui-même, Litorius). Cette cavalerie, très rapide, nombreuse, résistante, était spécialisée dans l'utilisation de l'arc à l'orientale, de l'arc réflexe à flèche triangulaire. Elle savait manier aussi le fouet, le lasso, l'épée à un ou deux tranchants. C'est cette cavalerie qui permet à Aetius, après sa défaite lors de la guerre "civile" qui l'oppose à Boniface et son exil, de revenir pratiquement invincible.

  • 76 Prosper (Tiro), Epitoma chronicon, in M.G.H A.A. IX, 1298, an. 428.
  • 77 C'est cette catastrophe que raconte le Niebelungenlied sur le mode épique, en y faisant intervenir (...)
  • 78 Bien que Theodoric, roi Visigoth, ait sans doute demandé la paix. Litorius a-t-il été tué pendant l (...)

58Surtout, ce sont les cavaliers huns qui vont donner à Aetius l'arme de la soumission des Barbares. En 427, il bat les Visigoths. En 428, il attaque les Francs et leur reprend les terres qu'ils avaient occupées près du Rhin76. En 436 les Burgondes qui tentent de s'étendre en Belgique subissent l'assaut d'Aetius et de ses Huns ; c'est un massacre : le roi Guntarius et toute la maison royale, une fraction importante de l'aristocratie et peut-être du peuple guerrier lui-même sont anéantis, les survivants sont contraints de décamper vers la Sapaudia où Aetius les installe, peut-être pour contenir les Alamans77. A la même date (436), Aetius envoie Litorius et des contingents Huns délivrer Narbonne qu'assiégeaient les Visigoths. Cette histoire-là finira moins bien pour les Huns : Litorius entreprit le siège de Toulouse, mais l'attaque qu'il lança échoua et les Huns furent exterminés78.

59Si nous parlons longuement des cavaliers Huns, c'est parce qu'ils jouèrent un rôle décisif dans l'écrasement de la bagaude de Tibatto en 437. Comme d'ailleurs les Alains, dans la répression des mouvements autonomistes armoricains et des bagaudes de l'ouest en 441-448.

C - La bagaude de Tibatto : 435-440

60Selon la Chronicon imperiale (ou de 452) des Chronica Gallica, un certain Tibatto devint chef de la rébellion contre Rome et provoqua la sécession de la Gaule ultérieure, c'est-à-dire du Tractus Armoricanus, de toute la Gaule de l'ouest (y compris le centre-ouest) au nord de l'Aquitaine, jusqu'à (peut-être) y comprendre la Belgica au nord de la Seine. S'agit-il d'un mouvement autonomiste ? Il ne semble pas que telle soit la composante principale de ce mouvement.

  • 79 Chr. de 452 (Chr. impériale), Chr. Gallica, in Chron. minora, I, M.G.H., A.A., IX, p. 660, an. 435  (...)

61En effet, on apprend qu'immédiatement presque toute la classe des esclaves des Gaules se ligua derrière Tibatto dans ce mouvement de révolte79. Une guerre sociale par conséquent, et pas seulement un mouvement local de quelques servi. Faut-il imaginer une révolte "sparticiste" où les esclaves détruisent "leurs" villae, se regroupent et marchent contre les armées "romaines" après avoir assassiné leurs maîtres ou les avoir contraints à la fuite ? S'agit-il d'une sortie massive hors des forêts de bagaudes préexistantes (celles des bords de Loire), occupant des zones "civilisées" en y ralliant les servi, peut-être à la faveur d'une poussée armoricaine ? Est-ce une lutte de toute une paysannerie servile et coloniaire préalablement libérée (au début du siècle) contre la répression qui s'organise ? On ne sait pas grand-chose, sinon qu'il s'agit d'une révolte des masses serviles, ce que l'auteur nomme une bacaude.

  • 80 Cf. par exemple La thèse de E.A. Thompson dans son article de Past and present (1952, op. cit.), p. (...)

62Evidemment, de nombreux historiens contemporains n'acceptent pas l'idée qu'il puisse y avoir alors une révolte d'esclaves, encore moins de la presque totalité de la servitia. Pour eux l'esclavagisme est révolu au Vème siècle, ce système ayant laissé place à celui des tenanciers, des coloni80, voire n'ayant eu qu'une faible amplitude en Gaule. Resterait à donner une explication convaincante de l'emploi du mot à une époque où la confusion servus - serf n'est pas faite. Si pour nous l'existence, alors, d'une guerre servile ne fait pas problème, cela ne signifie pas que nous ne voyons que des esclaves dans les bagaudes ! Les colons, tenanciers divers, petits propriétaires expropriés se révoltaient avec les esclaves auxquels, nous le savons par Salvien, ils tendaient à se confondre dans les faits. C'est en revanche la fusion dans la lutte de tous ces paysans autour des esclaves révoltés qui est exprimée par les bagaudes et qui exprime le processus d'homogénéisation des conditions réelles.

63Mais une autre question se pose : quels sont les liens entre cette guerre sociale et les révoltes autonomistes armoricaines ?

  • 81 Cf. ci-dessus.
  • 82 Nous utilisons ce mot caractéristique du Moyen-Age pour parle des habitants des villae.

64L'auteur de la chronique parle d'une sécession d'avec la Romani a. Nous savons déjà par Zosime81 que l'Armorique et tout l'ouest de la Gaule, imitant les Bretons (après le départ des Romains, ils avaient formé une zone autonome dirigée par une féodalité naissante), avaient pris leur indépendance politique au début du siècle. Les luttes indépendantistes de la région du tractus armoricanus sont indéniables mais les confondre avec des bagaudes est erroné ! Elles sont intéressantes dans la mesure où ces ligues entre seigneurs et villes (l'aristocratie) constituent les premiers moments de la formation de la coalition (fortement conflictuelle) entre Grands qui caractérise la féodalité. Sans doute parfois des servi et des "vilains"82 purent suivre ou durent suivre leurs maîtres, former même des "milices" ; mais on serait loin du mouvement de libération servile, de la bagaude décrite ici !

65Nous pensons que le desserrement général des contraintes impériales a d'une part permis des mouvements "féodaux" (lesquels en retour finissent d'éliminer ces contraintes), d'autre part rendu possible des révoltes serviles (et de colons ou de paysans). Les libérations politiques et sociales furent sans doute articulées. Elles sont pourtant distinctes. Les servi et coloni combattaient leurs maîtres et ce qui restait d'Etat romain, les maîtres luttaient contre Rome, mais aussi (bientôt ?) contre leurs esclaves et leurs paysans révoltés. Notre histoire contemporaine nous montre tous les jours les liens tissés entre autonomistes ou indépendantistes et révoltés sociaux. Les premiers s'appuyant sur les seconds qui "font masse", les seconds profitant de la crise de l'Etat que les seconds suscitent. On sait aussi comment ces alliances finissent généralement lorsque les maîtres réussisent leur coup !

66Dans le cas de la révolte de Tibatto, il n'est pas impossible que l'idée de séparation d'avec la société romaine (a romana societate discessit) puisse être reliée à une simple bagaude, à une rupture due à une révolte sociale : Salvien nous le dit, les hommes qui rejoignent les bagaudes quittent la romanité, la société romaine, devenaient sauvages. Une sécession sonne, pour nous, politique. Alors elle peut être aussi (d'abord ?) sociale. Raison de plus pour ne pas laisser traîner les choses !

  • 83 Chron. imp., id., p. 660, an. 437 ? : "Capto Tibattone et ceteris seditionis partim principus vinct (...)
  • 84 On pourrait admettre aussi que le mot péjoratif de Bacaude était utilisé pour discréditer des auton (...)
  • 85 A. Lambert, Dict. d'H. et de. G. Ecc.
  • 86 Chron. imp.. id... an. 439 : "Pacatis motibus galliarum Aetius ad Itatiam regreditur".

67En 436, Aetius est occupé au nord, contre les Burgondes en particulier. Il ne peut qu'envoyer des détachements de cavalerie hunnique (les "litoriens") commandés par Litorius. Et la répression du mouvement commence. Tibatto fut pris et tous les chefs furent tués ou faits prisonniers. La révolte bagaude fut pacifiée en 43783. L'auteur anonyme de la Chronique emploie à nouveau ce mot, bagaude, nous permettant d'avoir une forte présomption : le mouvement que dirigeait Tibatto était bien avant tout perçu comme une révolte sociale, essentiellement servile84, même si on ne peut être certain qu'elle fut "aussi grave que celle de 285" et que "la rupture fut absolue"85 avec la société romaine. On sait que Litorius et ses Huns, après cette victoire, marchèrent vers Narbonne assiégée par les Visigoths. La lutte contre les bagaudes gauloises continua sans doute, en Armorique ou ailleurs. D'abord nous savons par la même chronique qu'Aetius lui-même ne rentra en Italie qu'en 439, seulement après avoir pacifié les mouvements gaulois86.

68Nous voyons d'autre part, par le Panégyrique dit d'Aetius (ou Panégyrique II) de Flavius Mérobaude, que, grâce à Aetius, une bagaude fut écrasée en Armorique, on ne sait précisément quand, mais avant le premier janvier 446 (puisque la paix règne dans cette zone lorsque le discours est prononcé à cette date).

  • 87 "Lustrat Aremoricos jam mitior incola saltus", F. Mérobaude, Pan. II, v. 8. Notons que le verbe lus (...)
  • 88 "Perdidit et mores tellus adsuetaque saevo crimine quaesitas silvis celare rapinas discit inexperti (...)

69On est pratiquement assuré, en revanche, qu'il s'agit bien d'une bagaude, même si le mot n'est pas employé. En effet, Mérobaude nous apprend qu'Aetius est allé parcourir le pays armoricain, l'inspecter même pourrait-on dire, et voilà que l'habitant du plat pays, voire des bois, est déjà beaucoup plus doux87, que les forêts ne sont plus ces repaires où s'entassait le butin accumulé par ces criminels, que les paysans sont retournés au travail des champs jadis abandonnés. On n'y combat plus César, mais la loi romaine a été rétablie dans le territoire par Aetius lui-même, et que, même si les paysans tracent leurs sillons avec des charrues gètes (barbares), ils évitent de s'allier avec leurs voisins barbares (les Visigoths aquitains)88.

  • 89 Id., v. 16 et sq.
  • 90 Donc, avant la période où le. panégyrique est prononcé. Cette bagaude serait donc celle de Tibatto (...)

70Il s'agit sans doute de T "aimable" tournée (de purification des Armoricains ?) de Litorius, le lieutenant d'Aetius, et de ses Huns. En effet, on sait que ceux-ci, ensuite, sont allés faire lever le siège de Narbonne par les Visigoths, or justement Mérobaude nous conte, à la suite de la pacification de l'Armorique, une expédition militaire dans le Sud et vers les Pyrénées89. La date de ce rétablissement de l'ordre en Armorique serait donc, approximativement, 437-44090.

71Malgré l'impression de facilité que donne le panégyrique de Mérobaude (ce qui est normal étant donné le genre du texte), la répression dut être sévère, "grâce" aux Huns. On sait que les cavaliers de Litorius se comportèrent, partout où ils passèrent, en terrain conquis et avec une sauvagerie assez remarquable, même pour cette époque qui n'était pas particulièrement tendre. Les chroniqueurs ne s'intéressent guère qu'aux chefs tués ou prisonniers ; les esclaves ou paysans massacrés ne méritaient pas qu'on prenne la peine de prendre la plume pour en parler. Ce n'est qu'occasionnellement, parce qu'un seigneur est concerné, qu'ils vont nous parler de l'armée pacificatrice au travail.

  • 91 Sidoine Appolinaire, Carmen, Pan. d'Avitus, VII, v.246-250 : "Litorius Scythicos equites tum forte (...)
  • 92 Id. : "Et jam fama vira turres portasque tuenti intuitu pavidae plebis perfect scelus actum".
  • 93 Cf. la description épique de ces combats, id., v. 260 et sq.

72Celle-ci nous est décrite par Sidoine Appolinaire. Il nous raconte que Litorius, fier d'avoir soumis les Armoricains, entraînait ses cavaliers Huns à vive allure à travers le pays arverne, passant à proximité des murs de Clermont, pour aller combattre les (Visi)goths (â Narbonne). Alors même qu'il s'agit d'auxiliaires romains ne faisant que traverser le pays, donc en paix avec les habitants, ces Huns sont décrits détruisant tout sur leur passage, par leurs razzias, par l'incendie, les massacres, par leur cruauté, leurs rapines91. En passant, l'un d'eux aurait massacré un esclave d'Avitus, le futur empereur. Celui-ci, nous explique Sidoine Appolinaire, étant donnée l'épouvante populaire, montait la garde près des tours et aux portes de Clermont92. Il va dans la plaine et fait un massacre de Huns ; il sortira vainqueur d'un combat singulier avec le lâche assassin de son serviteur93. La description est intéressante : le preux chrétien protège la "plèbe" urbaine de Clermont, ville qui se ferme terrorisée au passage des Huns, auxiliaires romains. Peut-on dire également que ce preux venge son esclave victime de la cruauté des Huns ? Pas exactement : il ne peut tolérer que quiconque tue ses hommes ou détruise ses biens, ni ses châteaux, ni son cheptel ni ses esclaves !

  • 94 Les invasions, p. 75.
  • 95 Histoire du Francs, L. II, 5.
  • 96 Histoire du Francs, L. II, 6.

73L'historien Lucien Musset écrit : "Les Huns ont été pendant plus longtemps les amis et les auxiliaires de Rome, ou de certains Romains, que les "fléaux de Dieu", pour reprendre une épithète trop fameuse"94. N'est-ce pas au contraire parce qu'ils furent au service de Rome, ou de certains Romains, qu'ils furent les "fléaux de Dieu" ? Cette expression, si usée, est intéressante car elle nous aide à comprendre que les Huns étaient appelés par Dieu pour châtier le peuple coupable. Ainsi, Grégoire de Tours raconte que les prières de l'évêque Aravatius ne purent empêcher l'invasion des Huns (d'Attila) car Dieu l'avait fermement programmée et que d'ailleurs lui-même le pressentait : "l'Esprit lui faisant sentir que cette chose (le maintien des Huns hors de Gaule) ne lui serait pas concédée â cause des péchés du peuple"95. Il raconte aussi qu'un fidèle avait eu une vision d'une conférence entre le bienheureux Etienne et les apôtres Pierre et Paul, le premier demandant aux seconds d'épargner la ville de Metz, mais il ajoute "si toutefois la culpabilité du peuple s'est tellement accrue qu'il soit impossible de ne pas livrer la cité aux flammes, que du moins cet oratoire (où sont ses reliques) ne soit pas brûlé". Seul son second vœu sera accordé, car, comme les saints l'expliquent, “le péché du peuple a grossi et le bruit de sa malice est monté jusqu'à Dieu : c'est pourquoi cette cité sera incendiée"96.

  • 97 Au VIème siècle, Grégoire le Grand explique que. "la faute subordonne les uns aux autres selon l'or (...)
  • 98 Duby, op. cit., p. 55 pour la fin de l'époque carolingienne.

74Quelle est donc cette "malice" du peuple, non plus seulement dans telle ville (Metz), mais pour l'ensemble des Gaules ? Pourrait-ce être le paganisme ou l'hérésie ? Non, car outre le cas de Metz, ville romaine et catholique, il est clair que les saints évêques intercèdent pour leurs fidèles. S'il s'agissait d'éradiquer hérésies et paganisme, le fer et le feu seraient bienvenus ! Ce peut être, évidemment, la luxure, voire la gourmandise, l'orgueil, la paresse ou l'envie... En fait à l'époque, la "malice" du peuple, en particulier celui des campagnes est aussi, sans doute surtout, le refus de l'ordre établi, des hiérarchies sociales et d'abord des deux grandes coupures : maîtres et esclaves ; grands propriétaires fonciers, clarissimes, nobles et "plèbe" urbaine ou "vilains, servi et coloni. Il faut savoir qu'alors l'inégalité entre les hommes est considérée comme la sanction de leurs péchés différentiels97, "que l'inégalité est providentielle, par conséquent nécessaire"98. L'humanité sans péché serait égalitaire, c'est la chanson d'Adam et Eve ! Toute remise en question de cet ordre social est remise en cause de l'ordre divin. N'allons pas chercher à Metz des séditions ou des pensées séditieuses anticipant la destruction de la ville, on n'en parle que pour l'exemple ! N'allons pas imaginer qu'alors seuls les Huns ont le privilège d'exercer le châtiment du ciel ; n'importe quel malheur peut faire l'affaire ? Mais des Huns semblent avoir eu effectivement comme tâche d'écraser les bagaudes ; dès lors, venant massacrer le "prolétariat" rural soulevé ou libéré, ils apparaissent clairement pour ce qu'ils furent : les auxiliaires et les bourreaux au service de l'aristocratie gallo-romaine, d'Aetius et aussi de la hiérarchie ecclésiastique issue presqu'intégralement de cette classe.

75Simplement, il ne s'agit pas des Huns d'Attila, mais des Huns d'Aetius et Litorius. Nous avons vu, à propos de l'écrasement des Burgondes en 436, que la légende épique des Nibelungen avait confondu ces deux groupes. Sans doute, de même, la légende d'Attila attira à elle les récits des répressions commises par les cavaliers du patrice. On ne prête qu'aux riches ! La répression de 436-437, sévère, atroce même si l'on retient l'écho qu'en donne Sidoine Appolinaire, fit des Huns, au sens strict, le fléau de Dieu, le moyen du châtiment de ceux qui violaient la loi divine en provoquant le désordre social, le moyen de séparer le (bon) grain de l'épi.

D- Les crises de 441 à 448

76Dans les pays de Loire, la répression anti-bagaude continue sans doute après 439. Peut-être parce que les Huns de Litorius furent massacrés par les Visigoths sous Toulouse ou parce que ceux directement commandés par Aetius en Belgique restaient nécessaires dans la région pour bloquer les Francs ou les Alamans, le patrice dût utiliser les auxiliaires Alains que commandaient le roi Goar en Gaule centrale, puis dans le Tractus armoricanus.

  • 99 Un tiers comme. les Ostrogoths en Italie, deux-tiers pour les Visigoths ou les Burgondes ? On ne le (...)

77Dès 441, Aetius installe ces auxiliaires alains sur la Loire moyenne au nord d'Orléans, et peut-être ailleurs en Gaule ultérieure. Il s'agit d'une part de maintenir l'expansion des Visigoths vers le nord, d'autre part de surveiller l'Armorique pour contrer le mouvement autonomiste et pour contrôler les zones bagaudes. Le type d'installation, comme d'habitude, était l'hospitalité, les Alains devant s'installer dans les villae selon le principe du logement des troupes, et donc devant bénéficier d'une fraction des terres et des esclaves (ils pouvaient installer leurs propres esclaves également : ce ne sont pas les guerriers alains qui cultivent !)99.

  • 100 Chronica Gallica, 127 (a. 441-442) : "Alani quibus terrae Galliae ulterioris cum incolis dividendae (...)
  • 101 D’après le Pan. II dut d'Aetius, 8-12 de Mérobaude, prononcé le 1er janvier 446 (cf. ci-dessus).

78Les Alains, semble-t-il, ne respectèrent pas la convention (le foedus) et, éliminant par les armes toute résistance, ils expulsèrent les maîtres et s'attribuèrent la totalité des terres100. Cette action ne semble pas avoir gêné Aetius, puisqu'il va continuer à utiliser ces guerriers. On peut penser que les propriétaires expulsés ne devaient pas être en excellents termes avec le pouvoir central, c'est-à-dire avec le patrice Aetius. Peut-être la région avait-elle été (était-elle ?) un des centres de la rébellion sécessionniste armoricaine (au sens large) de la Gaule ultérieure ? Toujours est-il que - sans doute grâce à leur présence - la paix semble avoir été assurée en Armorique jusqu'en janvier 446 au moins101.

  • 102 Constance de Lyon, Vie de St Germain (d’Auxerre), VI, 28-29, VII, 40.
  • 103 Cf. Musset, op. cit., p. 157.

79Vers 446-447 cependant, l’Armorique à nouveau se révolte. On ne sait - a priori - s'il s'agit de la reprise du mouvement sécessionniste ou d'une nouvelle poussée bagaude. On a quelque lumière (bien pâle à dire vrai !) grâce à la Vie de Saint Germain de Constance de Lyon102. Germain avait été gouverneur d'une province gauloise dans sa jeunesse (il est d'une bonne famille "romaine"). En 429 il va en Bretagne lutter contre le pélagianisme et paraît diriger les opérations des Bretons contre les incursions des Saxons, des Pictes et des Scottes. Il les aurait conduits à la victoire de "l'Alleluia" (Pâques 429). Il y retourne en 440-444, alors que s'y opposent un parti pélagien, donc hostile aux évêques et mené par le Celte Vortigern, et l'aristocratie catholique et "romaine", le "camp" de Germain par conséquent, qui fait des appels (sans succès) à Aetius103. Ces épisodes nous permettent de comprendre qui est Germain et pour qui il combat.

  • 104 Constance de Lyon, Vie de Saint Germain, 28, 3-8 : "Offensus enim superbae insolentia regionis vir (...)
  • 105 Vita S, Germani, V, 28-29.

80En 446, Germain est en Armorique. Il ne peut qu'être appelé par les aristocrates et citadins "romains" dissidents ; sans doute ceux-ci ont-ils besoin d'un homme bien introduit auprès d'Aetius et de la Cour de Ravenne. En effet Aetius avait envoyé les bandes guerrières de Goar, probablement pour mater la rébellion sécessionniste armoricaine (il se pourrait aussi que Goar et ses Alains aient été envoyés par Aetius pour écraser une rébellion bagaude et que ceux-là, du même mouvement, risquaient de s'en prendre aux villes, d'où l'intervention de Germain ; mais c'est peu probable)104. La Vita nous décrit le saint, un vieillard, arrêtant seul les Alains en marche, en prenant par la bride le cheval de Goar, puis entamant avec eux une négociation, se portant garant de la grâce qu'accorderont Aetius et l'empereur (en fait l'impératrice Galla Placidia). La paix, conditionnelle, est signée et les Alains retournent vers leurs cantonnements de la Loire moyenne. Il reste à Germain à gagner l'Italie pour transmettre sa demande de grâce pour les aristocrates et les cités sécessionnistes et sans doute garantir leur soumission105. Fin du premier épisode !

  • 106 Id., VII, 40 : "Causam sane Armoricanae regionis quae necessitatem peregrinationis indixerat, obten (...)

81En 448, la révolte reprend en Armorique. La Vita nous explique que la perfidie de Tibatto ( ?) avait ramené ce peuple instable et indiscipliné à sa révolte passée. Dès lors, la médiation de l'évêque n'avait plus de sens, l'empereur avait été trompé et les perfides audacieux furent rapidement châtiés106. Le fait que Constance de Lyon parle de Tibatto, le chef de la bagaude gauloise de 435-437 (exécuté après sa défaite), de l'indiscipline et de l'instabilité du peuple, la forte probabilité d'une rude répression menée par les Alains de Goar font penser que le sens du combat avait sans doute changé et que la guerre sociale était devenue première, éclipsant la guerre sécessionniste.

  • 107 Chron. Gallica, 133, a. 448 : "Eudoxius, arte medicus, pravi sed exercitati ingenii, in Bacauda id (...)
  • 108 A. Loyen, Rech.hist. sur les pan. de. Sidoine. Appolinaire, B.E.H.E., Paris, 1942, suppose que le s (...)

82En 448, en effet, une bagaude semble avoir été durement réprimée dans ces mêmes régions de la Gaule ultérieure. Un médecin nommé Eudoxius aurait été un des animateurs de la résistance ou de la révolte. Cet individu au mauvais esprit, mais agile (voire excité), après avoir été un des dirigeants du mouvement bagaude, chercha refuge chez les Huns d'Attila107. Des régions entières de la Gaule du Centre et de l'Ouest auraient été concernées par cette nouvelle guerre sociale. La lutte aurait été rude ; le siège de Tours, où le futur empereur Majorien se serait illustré comme lieutenant d'Aetius, pourrait dater de cette époque et être le fait des bagaudes108. La répression dut être sévère, voire "définitive" (“grâce" aux Alains ?) puisqu'après 450, on n'entend plus parler d'actions bagaudes en Armorique ou en Gaule ultérieure (ni, du moins pendant longtemps, de troubles sociaux).

83"Complexe et curieux épisode ! Complexe puisque la bagaude de 448 est très difficile à distinguer du mouvement sécessionniste armoricain. On retrouve le problème que nous posions pour la révolte de Tibatto : est-on en présence de l'un ou de l'autre de ces deux mouvements, de l'un et de l'autre ? Nous savons qu'une sécession peut encourager une révolte sociale, ajoutons qu'une révolte sociale peut rendre "nécessaire" une prise en main de la répression par l'aristocratie locale, puis encourager une sécession de cette aristocratie (elle a pris goût à l'indépendance !) ou qu'une violente répression dirigée contre un mouvement sécessionniste devait contraindre les servi, les coloni, les paysans à s'enfuir dans les maquis à l'approche des bandes de guerriers alains (n'étaient-ils pas les premiers à souffrir de la terreur que les Alains imposaient sur leur passage ?) et d'autant que les bagaudes restaient vivaces, dans les forêts tout au moins.

  • 109 Eudoxe aurait pu partir demander de. l'aide à Attila. Telle est la thèse, par exemple, de V.A. Sira (...)

84Curieux épisode aussi, avec ce refuge que cherche le chef bagaude Eudoxe chez Attila. En 449-451, Eudoxe aurait pu informer le roi Hun de la faiblesse de l'Empire d'Occident, de ce qui lui reste de richesses aisées à piller, l'assurer d'un soutien bagaude, le convaincre finalement de marcher, pour la première fois, vers l'Ouest ? On pourrait même imaginer un retournement d'alliance : les Huns d'Attila ne marchent-ils pas sur Orléans et sur la région des Alains, les ennemis des bagaudes de l'ouest ?109

E - Bagaudes en Tarraconnaise

  • 110 Cf. Musset, op. cit., p. 109. Cf. Dict. d’Hist. et de G. Ecc. sur ces bagaudes de Tarraconaise [art (...)

85On connaît l'existence de bagaudes en Espagne grâce à Salvien et surtout à Idace. Ce dernier est un évêque galicien qui fut mêlé aux affaires politiques de la période. Après la constitution par les Suèves d'un Etat autour de Braga et de Lugo, l'aristocratie hispanoromaine l'avait délégué vers Aetius pour tenter d'obtenir son intervention, lequel la refusa d'ailleurs, mais il est vrai qu'il était alors occupé en Gaule110.

  • 111 Idace, Chron. an. 441, Mon.Germ.Hist., Auct.Ant., Chronlca minora... II, p. 24 : "Asturius dux utri (...)
  • 112 Idace, an. 443, 128 : "Asturio magistro utriusque militiae gener ipsius successor ipsi mittitur Mer (...)

86D'après Idace, il y aurait eu, entre 441 et 454, un important mouvement bagaude dans la province de Tarraconnaise, au nord de l'Espagne, principalement dans la région à l'ouest de Saragosse (Caesaraugusta). Peut-être à la suite de la rébellion en Gaule ultérieure en 435-437, le mouvement bagaude s'étend-il dans le nord de l'Espagne ? On sait qu'en 441, il faut envoyer contre eux une expédition militaire commandée par Astère (Flavius Asterius ou Asturius), chef de la milice, comte d'Espagne qui réprime les masses bagaudes soulevées111. Pas plus qu'en Gaule dans les années 437, l'expédition d'Astère n'est décisive. En effet en 443, le gendre et successeur d'Astère, Mérobaude, doit écraser les bagaudes. Idace semble préciser qu'ils se seraient retranchés au village d'Araciel (près de Tudela en Navarre)112.

  • 113 Id., an. 449, 141 : "Basilius ob testimonium egregii ausus sui congregatis Bacaudis in ecclesia Tyr (...)
  • 114 Id., an. 450, 142 : "Rechiarius mense Julio ad Theodorem socerum profectus Caesaraugustanam regione (...)

87En 449, les bagaudes, sous la conduite de leur chef, un certain Basilius, s'allient avec le roi des Suèves, le catholique Rechiarus, l'adversaire de Rome dans la région. Les bagaudes attaquent Tarrazona. Les alliés de Rome, les foederati, se retranchent dans la cathédrale (où y cherchent asile). Ils seront massacrés, y compris l'évêque Léo113. En 450, les bagaudes de Basilius et les Suèves de Rechiarius pillent la région de Saragosse, pénètrent par traîtrise dans Lerida et emmènent en captivité une partie de la population114.

  • 115 Notons que Rechiarus avait épousé la fille du roi visigoth Teodoric 1er.
  • 116 Id., an 454, 158 : "Pee Fredericum Theuderici regis fratrem Bacaudae Terraconenses caeduntur ex auc (...)
  • 117 "In conventus porte Bracarensis latrocinantum depraedatio perpetratur", Idace, id., an. 456, 179.

88Rome va réagir de la manière habituelle. Elle fait la paix avec les Suèves (en 442) et surtout va signer un foedus nouveau avec les Visigoths115 qui les charge particulièrement de traquer les bagaudes espagnoles. Face à ces guerriers goths, les bagaudes isolées par la défection des Suèves sont trop faibles. En 454, Frédéric, le frère du nouveau roi Visigoth Théodoric II peut massacrer les bagaudes de Tarraconaise et écraser "définitivement" la rébellion116. Ajoutons seulement qu'en 456, lors de l'assassinat de Rechiarus, Idace note encore les ravages de brigands en Galice117. Il y aura ultérieurement résistance "nationaliste" des Astures et des Vascons contre les conquérants Visigoths, mais plus de guerre bagaude.

  • 118 "Scilicet ut est pars magna Hispanorum…", De gub. Dei, V, 23 (éd. 1975, G. Lagarrigue, p. 330).

89Notons que, sans doute pour cette même période entre 440 et 454, Salvien affirme qu'une grande partie des Espagnols se sont réfugiés chez les bagaudes118.

  • 119 Cf. Dict, d'Hist. et de Géog. Eccl.. On trouve un Bacauda à. Ravenne, au VIème siècle, gendre du tr (...)

90Pour en terminer avec les bagaudes espagnoles, il n'est pas inintéressant de souligner qu'au VIème siècle, un évêque de Tolède se nomme Bacauda (aux environs de 550). Malheureusement, on ne sait rien de ce personnage. On retrouve un autre évêque du même nom au milieu du VIIème siècle (évêque d'Egabra en Bëtique)119. Comment un évêque, un siècle après les événements de Tarraconnaise, peut-il porter ce nom (que l'on ne trouve qu'après les bagaudes, jamais avant) ? On dut faire, en Espagne cornue en Gaule, des chrétiens de ces révoltés : nous entrons dans la légende bagaude.

F - Une défaite, une victoire ?

91Les bagaudes paraissent écrasées. La répression les a sans doute simplement rejetées vers les profondeurs de la Gaule sauvage. De ses forêts, pendant des siècles, sortent des bandes de brigands qui viennent rôder autour des villae ou des villages, rançonner les voyageurs, piller les greniers. L'aristocratie, parfois, organise des parties de chasse à l'homme, comme elle va chasser l'ours, contre ces brigands. Mais il n'y a plus, pendant longtemps semble-t-il, de soulèvements de masse : l'ordre social est rétabli malgré quelques nécessaires bavures. Mais cet ordre nouveau, avec ses institutions de centralisation de la répression relativement faibles, suppose une nouvelle régression de l'esclavagisme. Le IVème siècle avait tenté de reconstruire l'Etat et la villa esclavagiste. Il n'y avait que très partiellement réussi, ne pouvant revenir à la situation qui prévalait avant la crise du IIIème siècle. Le Vème siècle est d'abord l'effondrement de cette tentative, et une nouvelle fin de l'esclavagisme. Non que les esclaves soient moins nombreux, puisque ces temps troublés sont propices à cette production particulière, mais les esclaves sont le plus souvent casés. Casement de leur fait, pendant les moments où ils s'étaient libérés, et sur lesquels il n'était pas possible de revenir. Casement de fait, et du fait de maîtres prudents. Lopins "donnés" à des fugitivi venus se réfugier chez un autre maître et qui fermait les yeux sur leur origine. D'autres causes aussi jouèrent. Nous n'en parlons pas simplement parce qu'elles sont toujours mises en avant : charité chrétienne, affranchissement lors d'un testament..., efficacité économique ou surtout démographique du nouveau système.

  • 120 Alors que la crise de l'Etat résulte, finalement, de la logique de développement de l'esclavagisme.

92Ce qui nous importe ici est seulement ae remarquer qu'en définitive les luttes sociales ont effectivement modifié les formes de l'exploitation. Certes elles ne le firent pas comme certains aimeraient l'imaginer, les esclaves volant de victoires en victoires, éliminant une classe sociale d'exploiteurs ! Les bagaudes furent au contraire sévèrement réprimées, voire massacrées. Mais elles n'avaient pas moins provoqué l'"ultime" crise de l'ancienne façon d'exploiter les hommes, démontré l'impossibilité de l'esclavagisme dès lors que l'Etat central s'effondre120. Certes, en imposant le casement, donc - pour simplifier - à la longue le servage, elles ont aussi affaibli le prolétariat rural, le sérialisant, l'attachant à la terre, à sa maison, à sa famille, imposant donc encore le servage dans la mesure où il suppose un rapport de force favorable au seigneur dans ses relations avec des paysans relativement isolés.

93Les bagaudes, une des dernières luttes des esclaves, sont aussi une des premières luttes des coloni, de paysans asservis. Redisons-le, se rencontrent ici ceux qui changent, à leur avantage, les formes de leur exploitation, les esclaves, et ceux qui voient leur condition se détériorer, qui sombrent dans l'esclavage de la terre après avoir été petits propriétaires ou fermiers relativement indépendants. Luttes d'un temps qui finit (mais qui n'en finit pas de finir d'ailleurs) et d'un temps qui commence. Les bagaudes, plus qu'une alliance entre les classes des esclaves et des paysans ou colons, sont la preuve d'une accélération du processus d'homogénéisation de l'ensemble du prolétariat rural, et un moment de cette homogénéisation. L'écrasement ou le reflux de ce mouvement est l'acte fondateur du nouvel ordre social. Mais lui aussi ne se construisit pas en un jour ! Je croirais volontiers que durablement, jusqu'à la montée des carolingiens, les populations rurales bénéficient d'un certain relâchement des contraintes, même pour les servi, même dans les collonges.

94Les bagaudes massacrées et malgré tout victorieuses ! Il semble que les paysans gardèrent longtemps le souvenir des temps de la libération sociale. Des légendes populaires se formèrent et les maîtres ou leurs scribes les déformèrent parfois en rétablissant une certaine "vérité" historique. Il faudrait pouvoir suivre la piste. En voici un ou deux signes.

Notes

1 Province romaine du Nord-Est de V Espagne..

2 Zosime, Nouvelle Histoire, L. VI, 2, 5 (a. 408).

3 La Bretagne était devenue pratiquement indépendante au début du siècle. Le troisième usurpateur breton, Constantin III, profitant des troubles qui suivent l'invasion de. 406, débarque à Boulogne en janvier 407 avec son armée "romaine" qui devient en fait une des nombreuses bandes guerrières qui ravagent la Gaule.

4 Zosime, id., L. VI, 2, 10 : "τήν λείαν ἅπασαν όωρησάμενοζ τοίζ περὶ τὰζ" Αλπεις άπαντήσαιν αύτῶ Βαχαύδαιζ, οπωζ εύρυγωρίαζ παρ αύτών τύγη τήζ ὲπὶ τὴν Ἰταλίαν παρόδον".

5 Cf. J.P. Poly, La Provence et la Société féodale, 879-1166, Bordas, 1976 ; le. nom de marron est employé au XIème pour "ces insoumis des Alpes, tantôt guidei, tantôt pillards" (pp. 26-27).

6 Zosime, id., l. VI, 5, 2-3.

7 D'après M. Bloch, "Conquête de la Gaule romaine", in Mélanges, I, p. 86 : cette ligue combattit les Francs, puis serait restée suffisamment forte pour faire alliance avec eux sous chilpéric (à partir de PAocope, Ve Bello Gothico, I, 12, mais, corme Bloch le reconnaît, il écrit "arboryques", ce qui, a priori, n’est pat "armorique" ! !).

8 Ainsi des Armoricains sont derrière Aetius pour combattre les Hum d'Attila. Quelques historiens y ont ou des bagaudes, ce qui serait pour le moins étrange (et est à relier à la légende bagaude, cf. ci-dessous). J.P. Poly me dit qu'il s'agit peut-être simplement de contingents "romains" basés en Armorique. Dommage pour nos hagiographes nationalistes : l'alliance de gallo-romains, de barbares, d'autonomistes bretons, de révoltés sociaux contre le Hun "asiate" faisait une belle "union nationale" !

9 Querolus, 1, 2, éd. G. Ranstrand. Acta Un. Gotburgensis, 67, 1, Göteborg, 1951, p. 17.

10 R. Namatianus, De reditu suo, I, 273-276, in éd. Sansoni, Florence, 1967.

11 Sozomène, Histoire ecclésiastique, IX, 11, in Patric. Gr.,. t. 67, col. 1620 : "πλὴθoς αγροιχων χαι oιχετωξ συλλεξαντες" (une foule de paysans et d'esclaves (ou de colons) se rassemblant..)

12 P. Orose, Hist.adv.paganos, VII, 40, 5-7 : "hi vero... servulos tantum suos ex propriis praediis colligentes ac vernaculis alentes sumptibus...".

13 Oriens, Commonitorium, L. II, 165 et sq. (éd. Un. di Catania, 1958).

14 Paulin de Pella, Eucharisticos, v.333-376 (éd. du Cerf, Paris, 1974).

15 Salvien, De Gubernatione Dei, L. IV et V, Oeuvrer, t. II, éd. du Cerf, Paris, 1975).

16 Chronica Gallica, Chronique impériale (ou chron. de 452), 117, 119, 133, M.G.H., Auct.Ant., IX, Chronica minora..., I, p. 660-662.

17 Constance (de Lyon), Vita S. Germani, chap. VI, VII, (éd. du Cerf, Paris 1965). Nous pourrons utiliser également sur la vie du même Germain Hericus, Vita metrica Germani, 120, 158, (in Patr. Lot. de Migne, 124, pp. 1183-1184, 1200) ; id., De miraculis Germani (in Patr.Lat., 124, pp. 1218-1219).

18 F. Mérobaude, Pan.II (ou d'Aetius), 8-22 et 148-186, in M.G.H., A.A., p. 11, 17-18.

19 Hydatius, Chroniques, 125, 128, 141, 142, 158, in M.G.H., A.A., XI, chron. minora, II, p. 24-27.

20 Les Visigoths auraient même été tentés à leur arrivée en Aquitaine de se lier aux paysans révoltés. En 418, le foedus signé par le patrice constantius aurait retourné les Visigoths, en faisant les alliés des Romaine, et des aristocrates. Cf. E.A. Thompson, "The Settlement the Barbarians in Southern Gaul", Journ. Roman Stud., 1956, pp. 65 et sq.

21 Cf. ci-dessus, ch. II.

22 Salvien ut un moine, goulots, né sans doute dans le nord de la. Gaule (où il garde du relations), issu d'une grande famille, il avait dû sans doute se réfugier loin de la Gaule lors du troubles de la première moitié du Vème siècle, puis au monastère de l'île de Lérins. Il est ensuite ordonné prêtre à Marseille où il vécut encore de très nombreuses années, peut-être jusqu'en 480. Il y écrivit Sur le gouvernement de Dieu, sans doute dans les années 440-450. Il semble avoir alors une bonne connaissance de la situation en Aquitaine et dans la Gaule du Sud-Est (jusqu'à Lyon et Genève). Ceci ut important cas. les bagaudes dont il parle longuement sont sans doute localisées dans ces siégions, et non seulement dans la "Gaule ultérieure".

23 Cf. ci-dessus, p. 206, note. 2.

24 oιχετης et αγρoιχoς, Hist. Eccl., IX, 11 (P.G., t. 67, C. 1620).

25 Et même. des jeunes esclaves nés dans la maison du maître... "servulos tantum suos ex propriis praediis colligentes ac vernaculis alentes sumptibus", Orose, Hist.adv.paganos, VII, 40, 5-7.

26 Cf. ci-dessous.

27 Sidoine Appolinaire, Lettres, L. VIII, 11, 11.

28 Cod. Theod.., IX, 6, 1. Plus généralement cf. Dockès, La Libération médiévale.

29 Gub.Dei. (éd. 1975), L. IV, VI, 29 (p. 254 : "Malos esse servos ac detestabiles satis certum est".

30 De Gub. Dei, IV, 3 14 ; 19.

31 De Gub.Dei. IV, 3, 14.

32 Id., IV, 3, 16.

33 "Quod autem de furtis servorum dicimus, hoc etiam de fuga. Immo hoc rectius de fuga., quia, ad fugam servos non miseriae tantum, sed etiam supplicia compellunt", id., IV. 3, 15.

34 "Pavent quippe actores, pavent silentiarios, pavent procuratores, prope ut inter istos omnes nullorum minus servi sint quam dominorum suorum : ab omnibus caeduntur, ab omnibus conteruntur", IV, 3, 15, 24-27.

35 Cf. Dockès, La. libération médiévale, p. 86 et sq.

36 "Dum tormentis se volunt eximere, mentiuntur", IV, 3, 16.

37 "Multi servorum ad dominos, suos fugiunt, dum conservos timent. Unde illorum fugam non tam eos debemus referre qui fugiunt, quam ad eos qui fugere compellunt...", De Gub. Dei, IV, 3, 15.

38 "Homicidia quoque. in servis rara sunt terrore ac metu mortis, in divitibus adsidua spe ac fiducia. impunitatis. Nisi forte iniqui simus hoc quod divites faciunt ad peccata referendo, quia. illi cum occidunt servulos suos, ius putant esse non crimen" id., IV, 5,23.

39 Salvien s'intéresse essentiellement à la condition du libres. Il s'adresse surtout aux maîtres pour les ramener à de bons sentiments, Il ne parle des esclaves que poux dire aux maîtres : "vous êtes pires qu'eux".

40 "Cum facinoribus apertissimis non furta tantum divitum sed latrocina comprobentur  ? Quotus quisque enim juxta divitem non pauper aut actus aut statutus est ? Siquidem pervasionibus praepotentum aut sua homines imbecelli aut etiam se ipsos cum suis pariter amittunt", IV, 4, 20.

41 Id., IV, 4, 21, trad. Lagarrigue, p. 249.

42 Ces sublimes sont les puissants, en particulier les préfets du prétoire.

43 Une révolte d'esclaves et autres prolétaires ruraux au IVème siècle.

44 Cf. ci-dessus, p. 207 et ci-dessous p. 236.

45 V, 4, 17.

46 V, 4, 18 et V, 6, 25.

47 Id., 19 et 20.

48 "Et hinc est quod etiam hi qui barbaros non confugiunt, barbari tamen esse coguntur", V, 5, 93.

49 Id.

50 Cf. ci-dessous, le commentaire du Querolus.

51 "De Bacaudis nunc mihi sermo est qui... postquam jus Romanae libertatis amiserant, etiam honorem Romani nominis perdiderunt. Et imputatur his infelicitas sua, imputamus his nomen calamitatis suae, imputamus nomen quod ipsi fecimus ! Vocamus rebelles, vocamus perditos, quos esse compulimus criminosos", V, 6, 24.

52 "Imputamus his nomen calamitatis suae, imputamus nomen quod ipsi fecimus !"

53 "... quasi barbari, quia, non permittebantur esse romani", V, 6, 26.

54 Id.

55 Id.

56 "Quantum enim ad vim atque injurias pertinet, compelluntur ut uelint esse, sed. imbecillitate impediuntur ut non sint. Sic sunt ergo quasi captivi jugo hostium pressi : tolerant supplicium necessitate, non voto  ; animo desiderant libertatem sed summam sustinent servitutem", V, 6. 26.

57 "Una enim re ad duas diversissimas coartantur : vis summa exigit ut adspirare in libertatem velint, sed eadem vis posse non sinit quae velle compellit", V, 7, 27.

58 "Qui trasnferre illuc resculas atque habitatiunculas suas familiasque non possunt", V, 8, 38.

59 "Tradunt se ad tuendum portegendumque majoribus, dediticios se divitum faciunt et quasi in jus eorum dicionemque transcendunt",. V, 8, 38.

60 Id. V, 8, 40.

61 Id., V, 8, 42 : "cum possessio ab his recesserit, capitatio non recedit ! "

62 "Cum domicilia atque agellos suos aut pervasionibus perdunt aut fugat ab exactoribus deserunt, quia tenere non possunt, fundos majorum expetunt et coloni divitum fiunt", id. V1, 8, 43.

63 "Nam quoi suscipiunt ut extraneos et alienos, incipiunt habere quasi proprios ; quos esse constat ingenuos, vertuntur in servos", V, 9,45.

64 Id., V, 45.

65 Querolus, I, 2, 16 (in éd. G. Ranstrand Acta. Un. Gotoburgensis, 67, 1, Göteborg, 1951, p. 17) :
"Querolus : Si quid igitur potes, Lar familiaris, facito ut sim privatus et potens.
Lar. familiaris : Potentiam cujusmodi requiris ?
Quer. : Ut liceat mihi spoliare non debentes, caedere alienos, vicinos autem et spoliare et caedere.
Lar : Ha ha he, latrocinium, non potentiam requiris.
Hoc modo nescio edepol, quemadmodum praestari hoc possit tibi. Tamen inveni : habes quod exoptas. Vade, ad Ligerem vivito…/…
Quer. : Quid tam ?
Lar Illic jure gentium vivunt homines, ibi nullum est praestigium, ibi sententiae capitales de robore proferuntur et scribuntur in ossibus, illic etiam rustici perorant et privati judicant, ibi totum licet. Si. Dives fueris, patus appellaberis : sic nostra loquitur Graecia. 0 silvae, o solitudines, quis voi dixit liberas ? Multo majora sunt quae tacemus. Tamen interea hos sufficit.
Quer. : Neque dives ego sum neque robore uti cupio. Nolo jura haec silvestria.
Lar : Pete igitur aliquid mitius honestiuque, si jurgare non potes".

66 Orientius, Commonitorium, L. II, 165 et sq. (Orientii Commonitorium, Un. di Catania, 1958), v. 181-184 "Per vicos, villas, per rura et compita et omnes per pagos, totis inde vel inde viis, mou dolor excidium (sordes ) incendia luctus : uno fumavit Gallia tota. rogo".

67 Multis ficta fides, multis perjura, multis causa. fuit mortis civica proditio. Insidiae multum, multum vis pubtica fecit. Robore quae. non sunt, sunt superata fame. Concidit infelix cum prole et conjuge, mater, cum servis dominus servitium subiit" : v. 173-177.

68 Paulin de Pella, Eucharisticos, v. 333-336, trad. in éd. du. Cerf, 1974, p. 81 : "et gravior multo circumfusa hostilitate factio servilis paucorum mixta furori insano juvenum (nequam) licet ingénuorum armata in caedem specialem nobilitatis".

69 Paulin, id., v. 350-376.

70 Les bagaudes sont d'ailleurs assimilés à des monstres à double forme par Mamertin (cf. ci-dessus) "simile monstrorum biformium" (Pan. II, 14) et, nous le verrons dans la légende bagaude des XIème, XIIème siècles, par Sigebert dz Gembloux, "corporis informis monstrum capitisque biformis". Surtout évidemment lorsque Maximien-Hercule les combat au IIIème siècle.

71 R. Namatianus, Ve reditu suo, I, 312-216, ed. Sansoni, Florence, 1967 : "Cujus Aremoricas pater Exuperantius oras nunc postliminium pacis amare docet ; leges restituit libertatemque reducit et servos famulis non sinit esse suis".

72 Querolus est dédié à Rutilius. Peut-être s'agit-il de Namatianus ? Exupérantius sera tué à Arles en 424. L'épisode en question ne peut qu'être antérieur à cette date.

73 Ce qu'admettent généralement les historiens. Cf. pan exemple ce qu'écrivait déjà F. Lot, La Gaule, L. III, ch. II. Pourtant Prosper (Tiro) Epitoma chronicon, Mon.Germ. His., A.A. IX, p. 342 et sq., 1285 (an. 424) nous parle d'une sédition à Arles en 424 (où Exupérantius fut tué). Pour l'Orient, notons que Théodose II peut accorder en 416 une amnistie aux personnes que les désordres des invasions ouatent jetées dans le brigandage : Cod. Theod. XV, 14, 14.

74 Galla Placidia est la. fille de l'empereur Théodose 1er et la sœur du premier empereur d’Occident, Honorius. Nous avons dit qu'elle avait été emmenée captive pan le Visigoth Athaulf qui l'avait épousée (avec son consentement d’ailleurs comme le précisent toujours les historiens !). Après la mort d'Athaulf, elle épouse un général d'Honorius, le fait nommer Auguste sous le nom de Constance III, celui-ci partageant les pouvoirs d’Honorius. En 423, Honorius meurt et l'empereur d'Orient, Théodose II, fait placer le fils de Constance et Galla, Valentinien III, sur le trône. Il a six ans et sa mine va gouverner durant toute sa minorité. En fait elle laissera à. Aetius de grands pouvoirs. Dunant la période 425 (Aetius est nommé magister equitum per Gallias c’est-à-dire général commandant toute la cavalerie) - 454 (Aetius est assassiné par Valentinien III), c'est même lui, le chef de la milice, qui détient le pouvoir effectif (sauf durant la période 434-433 où, vaincu pan son nival Boniface, il avait dû se réfugier chez les Huns, d’où il revint... avec une armée de Huns, cédée pan leur roi Rugila, et anéantit toute idée de le maintenir en disgrâce). Il fut nommé général en chef des deux armes et reçut le titre de patrice en 436.

75 Cf. L. Musset, Les invasions, op. cit., p. 74 et sq.

76 Prosper (Tiro), Epitoma chronicon, in M.G.H A.A. IX, 1298, an. 428.

77 C'est cette catastrophe que raconte le Niebelungenlied sur le mode épique, en y faisant intervenir Attila., alors qu'il s'agit du contingenté "romains". Plus généralement, on prêtera aux. Huns d'Attila tu répressions et tu massacres que du auxiliaires d'Aetius accomplirent.

78 Bien que Theodoric, roi Visigoth, ait sans doute demandé la paix. Litorius a-t-il été tué pendant la bataille ou mourut-il prisonnier du Goths ?

79 Chr. de 452 (Chr. impériale), Chr. Gallica, in Chron. minora, I, M.G.H., A.A., IX, p. 660, an. 435 : "Gallia ulterior Tibattonem principem rebettionis secuta a romana societate discessit, a quo tracto initio omnia paene Galliarum servitia in Bacaudam compiravere". Il s’agit de ta classe servile (servitia). Sur ce qu'il faut entendre par Gallia ulterior, cf. A. Lambert, Dict. d'H. et G. Ecc. op. cit., s'appuyant sur Tillemont, Hist. du Emp., Paris, 1697. VI, pp. 208-210.

80 Cf. par exemple La thèse de E.A. Thompson dans son article de Past and present (1952, op. cit.), p. 11, 16, 21 ; ou de S. Mazzarino, "si puo parlare di revoluzione sociale..", Il passagio..., Settimane... di Spoleto, 1962, p. 421 ; ou encore R. Mac Mullen, Enemies of, the Roman Order, 1966, Cambridge, Mass. ; F.M. Clover, Merobaudes…", Transactions of the Am. Phil. S., I, 1971, p. 48.

81 Cf. ci-dessus.

82 Nous utilisons ce mot caractéristique du Moyen-Age pour parle des habitants des villae.

83 Chron. imp., id., p. 660, an. 437 ? : "Capto Tibattone et ceteris seditionis partim principus vinctis, partim necatis, Bacaudarum commotio conquiescit".

84 On pourrait admettre aussi que le mot péjoratif de Bacaude était utilisé pour discréditer des autonomistes. Mais ici, dans une simple Chronique c'est peu probable.

85 A. Lambert, Dict. d'H. et de. G. Ecc.

86 Chron. imp.. id... an. 439 : "Pacatis motibus galliarum Aetius ad Itatiam regreditur".

87 "Lustrat Aremoricos jam mitior incola saltus", F. Mérobaude, Pan. II, v. 8. Notons que le verbe lustrare est ambigu puisqu'il fait référence à. un sacrifice expiatoire, à une cérémonie de purification (au sens premier) et que le sens figuré de parcourir conserve une signification d’inspection, de passer en revue (à la. recherche des mauvais éléments).

88 "Perdidit et mores tellus adsuetaque saevo crimine quaesitas silvis celare rapinas discit inexpertis Cererem committere campis Caesareoque diu manus obluctata labori sustinet acceptas nostro sub consule leges et quamvis Geticis sulcum confundat aratris barbara vicinae refugit consortia gentis". F. Merobaude, Pan. II, v. 9-15.

89 Id., v. 16 et sq.

90 Donc, avant la période où le. panégyrique est prononcé. Cette bagaude serait donc celle de Tibatto ou ses suites et non l'épisode auquel serait mêlé Saint Germain (cf. ci-dessous), ce qui a l'avantage de maintenir la mort de Germain à sa date classique le 31 juillet 448 (en effet, il faudrait autrement admettre que Germain meurt en 445, avant la date de 446 où le panégyrique est prononcé].

91 Sidoine Appolinaire, Carmen, Pan. d'Avitus, VII, v.246-250 : "Litorius Scythicos equites tum forte subacto celsus Aremorico Geticum rapiebat in agmen per terras, Aruerne, tuas ; qui proxima quaeque discursu, flammis, ferro, feritate, rapinis delebant, pacis fallentes nomen inane".

92 Id. : "Et jam fama vira turres portasque tuenti intuitu pavidae plebis perfect scelus actum".

93 Cf. la description épique de ces combats, id., v. 260 et sq.

94 Les invasions, p. 75.

95 Histoire du Francs, L. II, 5.

96 Histoire du Francs, L. II, 6.

97 Au VIème siècle, Grégoire le Grand explique que. "la faute subordonne les uns aux autres selon l'ordre variable du mérites" (cité par G. Dubu, Les Trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, NRF, 1 978, p. 52. De même Isidore de Séville (fin VIème-début VIIème). Cf. P. Dockès, La libération..., p. 181-182.

98 Duby, op. cit., p. 55 pour la fin de l'époque carolingienne.

99 Un tiers comme. les Ostrogoths en Italie, deux-tiers pour les Visigoths ou les Burgondes ? On ne le sait pas pour les Alains. Dans la région de Valence, en 440, ils auraient reçu en priorité les desertae Valentinae urbis qui auraient suffi à du nomades et éventuellement à leurs troupeaux ; Musset, op. cit., p. 286.

100 Chronica Gallica, 127 (a. 441-442) : "Alani quibus terrae Galliae ulterioris cum incolis dividendae a patricio Aetio traditae fuerant, resistentes armis subigunt et expulsis dominis terrae possessionem vi adispiscuntur".

101 D’après le Pan. II dut d'Aetius, 8-12 de Mérobaude, prononcé le 1er janvier 446 (cf. ci-dessus).

102 Constance de Lyon, Vie de St Germain (d’Auxerre), VI, 28-29, VII, 40.

103 Cf. Musset, op. cit., p. 157.

104 Constance de Lyon, Vie de Saint Germain, 28, 3-8 : "Offensus enim superbae insolentia regionis vir magnificus Aetius, qui tum publicam gubernabat, Gochari ferocissimo Alanorum regi loca illa inclinanda pro rebellionis praesumptione permiserat, quae ille aviditate barbaricae cupiditatis inhiaverat".

105 Vita S, Germani, V, 28-29.

106 Id., VII, 40 : "Causam sane Armoricanae regionis quae necessitatem peregrinationis indixerat, obtenta venia et securitate perpetua, ad proprium obtinuisset arbitrium, nisi Tibattonis perfidia mobilem et indisciplinatum populum ad rebellionem pristinam revocasset. Quo facto et intercessio sacerdotis evanuit et imperialis credulitas circumscriptione frustrata est. Qui tamen pro calliditate multiplici brevi poenas perfidae temeritatis exsoluit".

107 Chron. Gallica, 133, a. 448 : "Eudoxius, arte medicus, pravi sed exercitati ingenii, in Bacauda id temporis mota delatus, ad Chunos conjugit". Le fait que la chronique parle d'Eudoxe prouve qu'il ne s'agissait pas d'un personnage secondaire.

108 A. Loyen, Rech.hist. sur les pan. de. Sidoine. Appolinaire, B.E.H.E., Paris, 1942, suppose que le siège de Tours date de l'hiver 448. On a surtout, sur ce siège, le témoignage de Sidoine qui écrit : "... Cum bella timentes defendit Turonos, aberas  ; post tempore parvo pugnastis pariter, Francus qua Cloio patentes Atrebatum terras pervaserat", Carmen, 5, 210-213.
On sait que cette partie dz ta. carrière de Majorien s'achève en 451 et que le siège dut avoir lieu peu de temps auparavant. Mais est-ce lors, du conflit dz 436 ou zn 448 ? sur la discussion en ce qui concerne cette date, cf. E. Stein, Histoire du Bas-Empire, éd. J.-R. Palanque (1959 2e éd.), t. I, p. 321, 332, 349, 367 ; et F.M. Clover, "Flavius Merobaudes, à Translation and historical Commentary", Transac. of Am. Philos. Soc., janvier 1971, pp. 44-45.

109 Eudoxe aurait pu partir demander de. l'aide à Attila. Telle est la thèse, par exemple, de V.A. Sirago, Galla Placidia, Un. de Couvain, Rec. de trav. d'hist. et de philologie, ser. 4, 1961, p. 386. Inversement, l'ancienne historiographie put parler des contingents bagaudes soutenant Aetius contre Attila à la bataille des Champs Catalauniques. En fait B. Jordanès, Getica, 191, donnant la liste des foederati barbares qui aident le patrice, ajoute les Armoricani il parle à leur propos d'auxiliaires. Des Armoricains aux bagaudes, il y avait quand même une certaine distance ! Aujourd'hui, on admet souvent une certaine indépendance de l'Armorique en 451 et un traité entre Romains et Armoricains faisant de ces derniers des alliés. On s'appuie sur l’Idée que foederati et auxiliares recouvriraient pour Jordanès la même réalité (Cf. F.M. Clover, F. Mérobaudes, op. cit., p. 50). Il se pourrait aussi qu'il s'agisse d'auxiliaires "romains" affectés à la garde de l'Armorique, le plus paradoxal serait qu'il s'agisse des... Alains, auxiliaires "romains", occupant l'Armorique !

110 Cf. Musset, op. cit., p. 109. Cf. Dict. d’Hist. et de G. Ecc. sur ces bagaudes de Tarraconaise [art. "Bagaude").

111 Idace, Chron. an. 441, Mon.Germ.Hist., Auct.Ant., Chronlca minora... II, p. 24 : "Asturius dux utriusque millitiae ad Hispanias missus Tarraconensium caedit multitudinem Bacaudarum".

112 Idace, an. 443, 128 : "Asturio magistro utriusque militiae gener ipsius successor ipsi mittitur Merobaudis, natu nobilis et eloquentiae merito vel maxime in poematis studio veteribus conparandus  : testimonio etiam provehitur statuarum. Brevi tempore potestatis suae Aracellitanorum frangit insolentiam Bacaudarum".

113 Id., an. 449, 141 : "Basilius ob testimonium egregii ausus sui congregatis Bacaudis in ecclesia Tyriassone foederatos occidit. Ubi et leo eiusdem ecclesiae episcopus ab isdem, qui cum Basilio aderant, in eo loco obiit vulneratus".

114 Id., an. 450, 142 : "Rechiarius mense Julio ad Theodorem socerum profectus Caesaraugustanam regionem cum Basilio in reditu depraedatrur. Inrupta per dolum Ilerdensi urbe acta, est non parva captivitas".

115 Notons que Rechiarus avait épousé la fille du roi visigoth Teodoric 1er.

116 Id., an 454, 158 : "Pee Fredericum Theuderici regis fratrem Bacaudae Terraconenses caeduntur ex auctoritate Romana". Cf. Musset, op. cit., pp. 227-228.

117 "In conventus porte Bracarensis latrocinantum depraedatio perpetratur", Idace, id., an. 456, 179.

118 "Scilicet ut est pars magna Hispanorum…", De gub. Dei, V, 23 (éd. 1975, G. Lagarrigue, p. 330).

119 Cf. Dict, d'Hist. et de Géog. Eccl.. On trouve un Bacauda à. Ravenne, au VIème siècle, gendre du trésorer Julianis, et un évéque de Formia à la fin du VIème siècle, porte aussi ce. nom.

120 Alors que la crise de l'Etat résulte, finalement, de la logique de développement de l'esclavagisme.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search