Version classiqueVersion mobile

Sauvages et ensauvagés

 | 
Pierre Dockes
, 
Jean-Michel Servet

Révoltes bagaudes et ensauvagement ou La guerre sociale en Gaule

Chapitre 2. L’ordre nouveau

Texte intégral

1En Gaule, la fin du IIIème siècle est marquée par la victoire des forces répressives de Maximien et Dioclétien et par la construction d'un ordre nouveau. Nous allons commencer par présenter succinctement ses caractéristiques essentielles pour montrer comment, au long du IVème siècle, les contradictions internes de cet esclavagisme vieillissant se développent.

§ 1 - Le despotisme dioclétien

2Cet ordre nouveau nous l'observerons dans la villa essentiellement, la cellule de base de l'exploitation économique. Nous verrons également ce qui renaît de vie urbaine après la crise du IIIème siècle. Mais d'abord il nous faut caractériser succinctement l'Etat du IVème siècle.

  • 1 Lactance, Sur la mort des persécuteurs, 23. "Les champs étaient mesurés motte par motte... on couc (...)

3Dioclétien et la Tétrarchie qu'il forme autour de lui, puis Constantin, reconstruisent un Etat central, mais sur une base sociale réduite par rapport à l'époque d'Auguste, du fait de la tendance lourde à la concentration des terres. Il est donc plus clairement despotique. Nous ne pouvons ici donner la liste des réformes qui restaurent alors l'Empire, solidifiant ou recréant les appareils d'Etat. Une nouvelle administration est fondée sur un redécoupage en divisions territoriales, un renforcement de l'encadrement impérial â tous les niveaux, une centralisation absolue autour de l'empereur, une séparation des pouvoirs civils et militaires aussi stricte que possible. L'armée et son commandement sont réorganisés, les effectifs massivement accrus grâce au principe de l'hérédité des fonctions militaires, l'efficacité d'une réforme fiscale et l'incorporation systématique de Barbares ou de populations de la Romania proches des Barbares. Outre l'impôt foncier est créé la capitation à partir des prestations annonaires du IIIème siècle. Elle permet de taxer, à côté des biens-fonds, les hommes et le cheptel. L'impôt personnel permet aussi (ou rend nécessaire) d'interdire aux paysans de déguerpir. Disons, pour simplifier, que le propriétaire verse la capitation pour son colon, sauf à se rembourser sur lui, bien évidemment. Il a donc un droit de créance sur ce dernier et l'Etat interdit au colon de quitter le domaine où il est inscrit sur le rôle. Bientôt l'Etat ira plus loin et plus franchement vers cet asservissement réel. Quant aux paysans libres des villages indigènes ou des vici, ils sont inscrits sur le rôle du village qui forme un consortium fiscal à responsabilité collective auquel ils sont liés puisque la fuite de l'un accroît la charge des autres. En ville, ce sont les curiales qui sont responsables (sur leurs biens) des rentrées fiscales, d'où leur dureté envers les contribuables. Il a fallu, pour rendre efficace l'impôt, un recensement systématique, dans tout l'Empire, des hommes, des animaux, des terres cultivées ou en friches...1 et la perception par les exactores se fait rudement parfois - et de plus en plus souvent a mesure que les années passent - sauvagement. Au-delà de l'aspect fiscal, on a là le signe et le moyen d'une reprise en main économique et, peut-être surtout, sociale. On sait que Dioclétien ira jusqu'à décréter en 301 un édit des prix fixant pour chaque denrée agricole, chaque produit manufacturé, chaque service ou type de travail un prix maximum à ne pas dépasser pour tout l'Empire. Ce sera un échec économique. Il serait vain cependant de n'envisager cette mesure que de ce point de vue, comme une simple politique anti-inflationniste. Elle est surtout révélatrice des principes fondamentaux d'immutabilité et d'absolutisme étatique. Ces réformes - et beaucoup d'autres ! - sont à relier à la tentative d'imposer une idéologie largement nouvelle d'origine orientale : l'adoration des Empereurs. Ceux-ci sont fils des Dieux et inspirés directement par eux. Dire de Dioclétien qu'il est Jupiter, de Maximien qu'il est Hercule n'a rien d'une simple comparaison. D'où d'ailleurs des persécutions contre ceux qui rejettent ce panthéon : manichéens et chrétiens. Avec et après Constantin l'Etat appuiera et s'appuiera sur l'appareil idéologique (de plus en plus d'Etat) qu'est l'Eglise catholique.

  • 2 Cf. Code Théodosien, V, 17, 1.
  • 3 Cf. Marc Stock, Serfs de la glèbe", Rev. Hist., 1921, in Mélanges M. Bloch, I, p. 357 et sq. A l'é (...)
  • 4 Code Théodosien, XIII, 10, 3 ; V, 19, 1. En 371, Valentinien proclame que les colons n'ont pas la (...)
  • 5 Code Just., XI, 51 : "Cum per alias provincias... lex a majoribur conrtituta colonos quodam aetern (...)
  • 6 Cf. P. Dockès, La libération médiévale, op. cit., p. 285.

4On sait que l'ordre nouveau est marqué par des mesures étatiques souvent répétées (ce qui prouve une efficacité réduite) transformant les coloni en esclaves de la terre, interdisant donc à ceux-ci de déguerpir - et à leurs maîtres de leur enlever leurs parcelles. Elles transforment ou finissent de transformer la condition de ces hommes. Restant de statut libre, ils tendent à subir une servitude réelle qui devient aussi - indirectement et de fait - personnelle, puisque le propriétaire est "obligé" de contrôler cette forme de servage. Une loi de 3322 paraît être la première des mesures étatiques attachant les paysans à la terre, en faisant des servi terrae, esclaves de la terre (ou des serfs de la glèbe comme on dira bientôt3). Des constitutions impériales renforcent ce servage ou cet esclavage réel en 357, 365, 3714. Un rescrit impérial avait même "superbement" promis l'éternité à la règle attachant le colon à la t erre5 ! Le colon finit par ne plus beaucoup se distinguer des esclaves travaillant sur une parcelle octroyée par le maître (esclaves chasés) au point que les punitions des esclaves fautifs ou fugitivi finirent par être calquées sur celles des colons dans la même situation6 !

5Ajoutons que cette transformation des paysans libres, de plus en plus souvent colons, avec le recul de la petite propriété individuelle, en esclaves de la terre, faisait finalement de presque tous les rustici des servi personnels ou des servi réels et créait une forte homogénéité parmi les travailleurs des champs, sans doute plus grande encore que celle que nous avons découverte lors des bagaudes de la fin du IIIème siècle.

  • 7 Cf. Rémondon, La crise, p. 147.

6Cette cristallisation sociale dans les campagnes est recherchée aussi dans les villes. Une même volonté de fixation de chacun et de tous fait que pratiquement les hommes tendent à être tous classés définitivement, héréditairement, dans une profession et un lieu, les militaires comme les curiales des cités responsables du rendement de l'impôt, les boulangers ou les naviculaires, tous les membres des corporations jugées nécessaires comme tous les bureaucrates des officia7.

7Finalement, l'ordre ancien meurt en beauté ! Il culmine en apothéose bureaucratique, despotique, en rêve d'éternité des positions sociales et professionnelles. Le Haut-Empire n'avait pas connu de façon comparable cette sclérose, ou ce désir, cette volonté de tout figer. Le Moyen-Age trouvera son idéologie du "chacun à sa place" telle que Dieu l'a fixée pour toute éternité dans cette période de despotisme exacerbé.

8Certes, l'intervention de l'Etat ne faisait souvent que donner force de loi à des pratiques seigneuriales courantes d'asservissement des paysans à la terre, certes il faut comprendre ces lois non comme des données appliquées (ou mal appliquées), mais comme des éléments d'un rapport de force entre classes qui ne permettent nullement de savoir quel fut le pourcentage de paysans qui déguerpissaient effectivement à telle époque. Ils furent sans doute parfois très nombreux. Il peut paraître contradictoire que l'on parle alors tant de déserteurs, de fugitivi de tous statuts, de toutes natures. On ne peut pas savoir dans quelle mesure cette mobilité accrue explique la volonté étatique de "fixisme social". Sans doute pour une part considérable, mais il ne faut pas oublier que la réglementation faisant apparaître ces actes comme délictueux a aussi attiré l'attention sur eux. Il est probable que le IIIème siècle, et particulièrement le temps des bagaudes, fut une période d'errance maximale, que la réaction dioclétienne (à la suite des réactions des Grands) fut le "fixisme social" et qu'alors le nombre de fugitivi paraît d'autant plus grand qu'ils sont des criminels que 1l'on traque.

9Il est clair, de toute manière, que ces rescrits impériaux révèlent ou imposent (tentent d'imposer) une profonde modification de la villa. Celle-ci reste l'unité essentielle d'exploitation des hommes et des terres, mais ses formes sont très diverses régionalement et divers types de villae peuvent fort bien cohabiter dans une même zone. Cela n'empêche pas qu'existent des hameaux ou des villages indigènes encore partiellement habités par de libres propriétaires assez fortement soudés entre eux par leurs pratiques collectives et la règle du consortium fiscal (qui d'ailleurs en découle).

  • 8 M.I. Finley, L'économie antique, op. cit., chap. 3.

10Qu'y a-t-il de changé par rapport au début du IIIème siècle ? D'abord, me semble-t-il, le manque de main-d’œuvre dépendante est considérable. On en a la preuve par cette volonté d'attacher le paysan à la terre et, inversement, par le grand nombre de fugitivi. Si tel paysan s'enfuit de telle villa, n'est-ce pas que souvent il est bien accueilli dans telle autre (et d'ailleurs la loi s'efforce de sanctionner le maître débaucheur) ? Un autre indice nous est donné par l'intégration massive de Barbares comme cultivateurs, dès Probus, mais plus fortement encore avec Maximien. Enfin on connaît les plaintes si nombreuses des contemporains sur les agri deserti. Remarquons que cette difficulté de trouver et de conserver de la main d'œuvre dépendante limite la portée de la thèse de M.I. Finley sur les causes de la fin de l'esclavage. D'après lui, l'Occident romain n'aurait plus eu besoin d'esclaves, l'abondance de paysans plus ou moins asservis y suppléait8. Je ne vois guère, alors, cette abondance. Rareté des travailleurs dépendants stables et dociles donc, sans aucun doute aussi rareté générale des hommes avec les épidémies, en particulier la peste, qui vont tendre à accroître leurs ravages, avec aussi les répressions sociales à certaines périodes et les famines qui devaient en découler.

  • 9 "Pourquoi et comment…", Mélanges, op. cit., I, p. 261.
  • 10 La Gaule, éd. A. Fayard, 1967, p. 310. Pour. F. Lot, la rareté du esclaves fait la nécessité de l'a (...)
  • 11 La description pan. Mamertin, Pan. II (cf. ci-dessus), des guerres de Maximien contre les Barbares (...)

11L'esclavage est resté important au IVème et au Vème siècles. L'esclave est alors, à côté du colon, un travailleur productif essentiel au fonctionnement de la villa, tout au moins d'un grand nombre de villae. Il est loin d'être cantonné à un rôle de domestique dans les cités ou la pars urbana (où vivent le maître et sa suite) des villae. Même si l'affirmation de Marc Bloch pour les Vème-VIème siècles ("il y avait encore, dans toute l'Europe, beaucoup d'esclaves, davantage selon toute apparence qu'aux premiers temps de l'Empire") est certainement exagérée9, il apparaît aujourd'hui que l'on est beaucoup plus loin encore de celle de F. Lot expliquant par "la disparition, ou l'extrême réduction de l'esclavage" la rigueur des lois qui attachent au Bas-Empire le paysan à la terre10. Il est fort probable que les défaites barbares, les guerres de poursuites en Germanie, la guerre sur le Danube, la reconquête de la Bretagne etc..., mais aussi la répression lors de la lutte contre les bagaudes en Gaule, la misère dans les campagnes, les famines, l'isolement des honnies face aux bandes guerrières de toutes espèces, tout cela permettait de faire des esclaves. Je croirai volontiers qu'il y eut un premier mouvement, sans doute considérable, de régression de l'esclavage en Gaule au IIIème siècle, aux temps du brigandage de masse, puis surtout des invasions et des révoltes sociales, lorsque barbares et bagaudes "brûlent la Gaule", et d'abord ses villae et ses cités. Puis vinrent les temps de la répression, à l'extérieur contre les tribus germaines11, à l'intérieur contre le "prolétariat rural", c'est-à-dire contre presque tous les habitants des campagnes "civilisées", celles que les bandes années de la répression pouvaient atteindre. Si l'on cumule ces deux mouvements de reflux et d'afflux, il apparaît probable aujourd'hui qu'il y eut un certain recul du nombre d'esclaves entre la fin du IIème siècle et le IVème siècle.

12Mais là n'est peut-être pas le plus important. Ce qui change surtout, ce qui nous permet de parler d'une "fin" de l'esclavagisme au IIIème siècle, même s'il y a un certain renouveau d'esclavage au IVème siècle, c'est le changement du mode d'exploitation d'une fraction importante de ces servi.

  • 12 Pour reprendre le titre de l'ouvrage de Carey Mc Williams, Peregrine Press, 1971.

13M. Bloch a décrit le passage du grand domaine en exploitation directe par des équipes d'esclaves nourris, logés, vêtus par le maître, de ces "Factories in the Fields"12, au système de l'esclave que l'on pouvait déjà dire casé ou chasé (servus casatus) en utilisant une expression caractéristique du Haut Moyen-Age, c'est à-dire logé dans sa "case" avec quelque terre autour qu'il peut cultiver pour nourrir sa famille.

14Phénomène pour nous décisif et très difficile à observer, le casement des esclaves au Bas-Empire a fait couler beaucoup d'encre depuis Fustel de Coulanges et Marc Bloch, beaucoup plus que dans les textes antiques ! On connaît ce mouvement essentiellement négativement, par le démantèlement des grandes équipes serviles. Ainsi, au début du IVème siècle, les chiourmes d'esclaves sont plus rares qu'à la fin du IIème siècle (identiquement, après les années 450, il apparaît que cette exploitation centralisée des hommes et des terres a encore reculé par rapport au IVème siècle). Il est probable qu'une partie de cette régression s'est faite par le casement des esclaves pendant les grandes crises sociales du IIIème (et du Vème) siècle. D'autant plus probable que le nombre d'esclaves n'a peut-être pas diminué, comme nous l'avons dit. Nous ne repérons pas les "fins" de l'esclavagisme au niveau du statut des hommes, même si cet aspect est évidemment loin d'être secondaire, ni par conséquent au niveau du simple nombre d'hommes au statut d'esclave. La rupture décisive est dans la forme d'exploitation de ces hommes, et donc des terres. En effet lorsque le seigneur foncier case ses esclaves, leur "donnant" une maison ou une cabane, une tenure ou un jardinet, il leur permet, ou leur reconnaît une vie déjà plus autonome et leur donne ou leur abandonne, les armes d'une autonomie plus forte demain, il en fait une autre sorte de dépendants, des hommes qui tendent à devenir ce que le Moyen-Age nommera des serfs, reprenant ce mot de servus, mais en changeant le sens au point qu'il faudra un jour forger le mot "esclave".

  • 13 "Comment et pourquoi…" op. cit., I, p. 279.
  • 14 P. Toubert, Les structures du Latium, I, p. 476. Cf. P. Dockès, La libération médiévale, p. 121.

15La difficulté est aussi dans la diversité des situations de ces esclaves que nous nommons casés. Au IVème siècle (encore à la fin du Vème et longtemps après), les réserves en exploitation directe sont souvent et largement présentes dans les villae. Fréquemment, les esclaves qui les mettent en valeur vivent dans des cases comparables à celles qu'occuperont les esclaves des Antilles, des huttes, avec parfois une micro-parcelle, un jardinet qui permet un appoint variable pour l'esclave encore souvent nourri "du pain de son maître". Il n'y a pas rupture entre deux modes d'exploitation : esclave en chiourme - esclave casé. Il existait une vaste zone mixte d'esclaves "à peine chasés", comme le dit Marc Bloch de ces Tageschalken allemands dont la corvée était quotidienne13, ou corme Pierre Toubert le note de ces servi manuales (non chasés) dotés d'une portiuncula14 pour le Haut Moyen-Age.

16Généralement, il s'agissait seulement pour le maître de dire à tel esclave : "Voilà ta hutte avec ce morceau de terre attenant à cultiver" ; de toute manière, il continuait alors à être esclave, donc de devoir théoriquement tout son temps de travail et tout le produit de la "tenure". Le maître pouvait laisser à certains plus de temps sur "leur" parcelle, moins sur la réserve, leur abandonner une fraction très variable du produit de cette terre. Ce n'est pas l'esclave qui donne une fraction fixe de ce produit au maître, mais le maître qui peut lui en laisser une part, à sa guise. Pourtant l'habitude se faisant coutume, parfois eut lieu un retournement faisant de l'esclave un quasi-fermier : il versait une rente en nature et (parfois) une rente en travail. C'est déjà le processus médiéval.

17Finalement, dans la villa, on peut tenter de distinguer quatre types d'esclaves : l'esclave en chiourme "pur" (il travaille en équipe, "encaserné"), l'esclave travaillant en équipe, sur la réserve, mais vivant dans "sa" hutte avec un jardinet (assurant sa nourriture ou un appoint variable), l'esclave travaillant une terre individualisée, vivant dans "sa" hutte, le maître lui laissant une fraction du produit, arbitrairement, et pouvant l'occuper à d'autres travaux, enfin l'esclave sur une "tenure" véritable, payant une rente foncière. Dans les trois premiers cas, l'esclave n'a aucun "contrat" avec son maître : il est à sa merci, ce qui est normal étant esclave. Dans le cas où l'esclave paye une rente, ses obligations vont tendre à être codifiées. Ce processus est surtout connu pour le Haut-Moyen-Age et on connaît les livres de compte des polyptiques ou les libri censuales. Dans les autres cas, il n'y a pas d'écrit attestant cette remise gracieuse d'une terre et d'une cabane à un servus. Donc, quand on commence à trouver mention de servi casati, ceux-ci sont pratiquement des serfs !

  • 15 Ainsi par R. Doehaerd, Le Haut-Moyen-Age, op. cit., p. 142, s'appuie sur ce texte pour expliquer q (...)
  • 16 Digeste, XXXIII, 7, 20.
  • 17 "Id est cum mancipiis percoribus instrumento rustico"
  • 18 "Quaesitum est, an Stichus servus, qui praedium unum ex his coluit et reliquatus est amplam summam, (...)
  • 19 Avec l'asservissement réel du. IVème siècle, ce fermier-esclave sera, comme les autres tenanciers, (...)

18Les juristes romains cependant eurent à connaître de cette question. Dans le Digeste, un texte du juriste Q. Cervidius Sceavola (fin du IIème siècle), souvent cité, pas toujours correctement interprété15, le prouve16. Lorsqu'on lègue des terres instructa, c'est-à-dire avec les choses nécessaires à l'exploitation (instrumenta), on lègue du même coup les esclaves (et autres instruments)17. Mais dans le cas où un esclave est installé sur la terre, non par la grâce du maître, mais payant une rente foncière, il n'est pas compris dans les instruments, n'est donc pas (alors) légué avec la terre18, sauf si c'est explicitement19. On voit donc qu'il y a deux cas différents d'esclaves casés travaillant sur "leur" lot : ceux qui y sont casés sans supporter d'obligations coutumières contractuelles (le cas sans doute le plus courant alors) et qui restent en revanche des esclaves devant tout à leur maître, ceux qui sont de véritables esclaves-fermiers (et, déjà, ils ne sont plus de simples "choses nécessaires à l'exploitation"). La crise du IIIème siècle ne va pas tant accroître le nombre de ces esclaves-fermiers (qui sont surtout caractéristiques d'un stade plus avancé de l'évolution vers le servage) que multiplier celui des esclaves ayant une famille, une cabane et une terre, mais restant encore de simples instruments de l'exploitation ; en d'autres termes ce ne sont pas des serfs, ni même des servi casati devant une certaine rente en travail ou (et) en argent au sens du Haut-Moyen-Age. Ne cherchons donc pas les livres où seraient inscrites leurs obligations contractuelles !

19On voit donc le processus qui va de l'esclave (normalement) "casé", mais, restant esclave "sans phrases", n'ayant pas d'obligation codifiée, à l'esclave-fermier que sera le servi casati médiéval qui ne se distinguera bientôt des autres tenanciers que par l'importance plus grande de ses obligations, puis au serf. Pour nous, le phénomène décisif, la rupture, est la dissolution de la chiourme, de l'encasernement, le "casement" des servi. L'évolution ultérieure, même longue et difficile, suit en effet logiquement.

  • 20 C’est la. thèse développée dans La Libération médiévale. Peut-on imaginer an de nos modernes camps (...)

20Je reste persuadé20 que cette rupture s'explique essentiellement par l'impossibilité sociale du mode d'exploitation avec esclaves en chiourme lorsque, l’Etat étant en crise, le grand seigneur foncier dut se trouver seul face aux masses serviles concentrées. Une milice privée pourrait théoriquement suffire pour tenir la villa, dans l'hypothèse où celle-ci serait parfaitement isolée (si on construisait le "modèle" d'une villa esclavagiste au milieu d'un désert, la milice privée serait assimilable à un organe étatique de répression). Mais dès qu'il y a un système de villae, dans un environnement souvent hostile, la milice privée devient insuffisante face aux bandes armées extérieures, nées d'une révolte réussie dans une villa, ou formées de fugitivi "ensauvagés".

  • 21 Cf. ci-dessous, les remarques, de Salvien.

21Le casement est peut-être alors souvent la reconnaissance d'un fait accompli au IIIème siècle, et sur lequel le maître ne peut toujours revenir au IVème, c'est aussi le moyen de briser l'unité des masses serviles concentrées, encasernées, de favoriser leur sérialisation en satisfaisant une revendication fondamentale de ces chiourmes, c'est encore le moyen de les attacher efficacement au domaine, par leur maison, leur terre, leur famille, d'éviter leur fuite, les moyens de contrainte directe étant trop inefficaces21, c'est enfin, pour le maître et sa famille qui viennent s'établir loin des villes, dans leur villa, une assurance-vie au cas où viendraient rôder quelque bande bagaude : mieux vaut alors ne pas avoir une véritable armée ennemie campant à l'intérieur des murs de la villa.

  • 22 En particulier les trois mosaïques de Tabarka (IVème siècle) représentant respectivement la maison (...)
  • 23 Libanios, Discours sur les patronages, éd. L. Harmand, Paris. 1955, § 11.
  • 24 Cf. R. Deohaerd, p. 145 ; Rémondon, La crise, pp. 305-506 ; Piganiol, p. 275, no 14 ; La Vita (là) (...)

22Le IVème siècle nous paraît cependant fort loin du casement généralisé ! Les villae d'alors, telles que les mosaïques nous les révèlent, par exemple celles du musée du Bardo à Tunis22, nous montrent souvent des bâtiments spéciaux où se logent les esclaves de la chiourme, mais aussi les huttes où vivait une famille, l'archéologie et la photographie aérienne nous montrent ces vastes cuisines-réfectoires où la troupe servile était nourrie et ces dortoirs ou ces casernes (des cabanes, bien sûr, il est plus difficile de trouver la trace). Les textes sont révélateurs de la présence dans les villae, à côté des coloni, de nombreux esclaves. Libanios, décrivant les régions d'où partent les campagnes de Julien, donc proches du Rhin, écrit : "Il existe de gros villages, des bourgades, qui appartiennent à plusieurs propriétaires, dont chacun détient une partie du territoire et d'autres villages, qui n'ont qu'un propriétaire, habités par des colons et des esclaves"23. On cite également (toujours) Sainte Mélanie qui affranchit d'un seul coup 8.000 esclaves. Elle aurait possédé, en Sicile, près du détroit, un ensemble compact de 60 villae où travaillaient jusqu'à 400 esclaves24, mais la Sicile avait sans doute une structure agraire encore très latifundiste et esclavagiste sur une notable partie de son territoire.

  • 25 Cf. C. Jullian, op. cit., VIII, p. 183, cf. note 2.
  • 26 Sid. Appolinaire, Carmina, XXII, 101-129.
  • 27 C. Jullian, id., VIII, p. 183, no 2 : burgus de Jublains, burgus de Larçay, d'Anse, voire éventuel (...)
  • 28 Cf. L. Musset, Les invasions, p. 243, mais il parle des fortifications des villae bretonnes au IVè (...)
  • 29 Sur l'Afrique, id., no 1, d'après J. Carcopino dans une étude sur "les castella de la plaine de Sé (...)

23Les villae du IVème siècle paraissent avoir été abritées derrière des murs ou des palissades. C. Jullian les décrivait comme des châteaux, des castella fortifiés, avec remparts et donjons25, tout un appareil mi1itaire. Il s'appuie sur la description que Sidoine Appolinaire donne de Burgus, actuellement Bourg-sur-Gironde, la villa fortifiée de Pontius Leontius qui semble avoir été effectivement une puissante citadelle26. Peut-être y en eut-il beaucoup d'autres27 ? En Bretagne des fouilles méticuleuses en ont décelées une demi-douzaine28, mais L. Musset juge cependant que les villae fortifiées n'eurent qu'un rôle limité en Occident29. Encore une fois, les photos aériennes permettent de lire plus ou moins clairement l'existence, autour d'un grand nombre de villae, de forts murs de clôture à une certaine distance des bâtiments centraux ou s'articulant sur leurs parties sans doute aveugles. Ces murs ou ces palissades n'étaient pas, généralement, comparables aux enceintes de châteaux-forts, aux fortifications des castella, des garnisons militaires. Ils nous suffisent comme indice d'une fermeture des villae contre l'extérieur. Peut-être s'agit-il aussi de murs comparables à ceux de nos casernes, de nos (anciens) lycées ou hôpitaux, de nos asiles. Ces murs, ces barricades étaient-ils destinés à se protéger contre les bandes de brigands, les barbares, les bagaudes toujours à craindre au IVème siècle (tout au moins dès les années 350) ? Sans doute, mais aussi, peut-être, à rendre plus difficile les fuites des esclaves maintenus en chiourme et enfermés chaque soir.

  • 30 Il faut d'abord citer A. Blanchet, Les enceintes romaines de la Gaule, Paris, 1907, sur lequel s'a (...)
  • 31 Le résultat parait effrayant. Il y aurait quelques grandes villes comme Trèves, 265 ha, Nîmes, 275 (...)
  • 32 Ammien Marcellin nous parle d'Avenche, comme d’une ville abandonnée, jadis importante ; "Aventicum (...)

24Les villes sont, elles, presque toutes fortifiées. Mais d'abord quelle est l'importance du corps urbain ? On a longtemps jugé, en grande partie en se fondant sur les tracés d'enceintes30, qu'il y avait eu au IIIème siècle un véritable effondrement urbain31. Les réflexions de voyageurs au IVème siècle semblaient d'ailleurs souvent confirmer cette impression désolante32.

  • 33 Hist. Aug. : Probus (Vopiscus), XIII, 5-7 : soixante villes prises par les Barbares. Plus tain, id (...)
  • 34 A la suite du siège de 269 ; il s'agit d'un cas très particulier puisqu'ils avaient été sanctionné (...)
  • 35 Op. cit., VII, p. 25.
  • 36 Cf. Marc Bloch, "Conquête dz la Gaule romaine", Mélanges, I, p. 83, no 4 : Julien, Ad Athen., 279 (...)

25Les causes de cette extraordinaire crise urbaine apparaissaient à rechercher dans la crise fiscale qui avait entraîné les riches curiales à quitter les cités, suivis de leur suite servile et de leurs stipendiés ; d'autre part la crise monétaire, l'énorme inflation, la crise économique avaient incité les consommateurs urbains à se rapprocher des denrées. Surtout, bien sûr, les invasions, les troubles du IIIème siècle, les rechutes du milieu du IVème siècle, avaient provoqué une formidable désertification urbaine. Il est vrai que les villes sans fortifications tombèrent au IIIème siècle33, que leurs habitants durent s'enfuir à l'avance, que dans les villes fortifiées, un siège était toujours à craindre, et la famine. On sait que la famille d'Ausone avait dû fuir Autun, ayant perdu tous ses biens34, et cet exemple permet à C. Jullian35 de nous donner une vision tragique de cette fuite des riches devenus vagabonds, pourchassés par des meutes d'affamés, de pillards, de révolutionnaires. Plus tard l'empereur Julien remarque que des villes sont demeurées désertes, parce que leurs habitants les avaient évacuées, et les Barbares ne les avaient pas encore occupées36. En d'autres termes, l'exode !.

  • 37 Libanios, Discours, XVIII, 35 (Oraison funèbre de Julien).
  • 38 Cf. l'analyse de R. Doehaerd, Le Haut-Moyen-Age, p. 116.
  • 39 M. Roblin, "Cités et citadelles ? Les enceintes romaines du Bas-Empire d'après l’exemple de Paris" (...)
  • 40 A. Marcellin, XV, 11, 8 : "Dein prima Germania, ubi praeter alia municipa Mogontiacus est et Vangi (...)
  • 41 A. Marcellin, XV, 11, 7 : "Aggrippina et Tungris munita, civitatibus amplis et copiosis".
  • 42 Ce serait te cas de Nîmes.
  • 43 Autun, saccagée après le siège de 269, vidée d'une partie de sa population, aurait gardé ses vieux (...)

26Il faut, aujourd'hui, relativiser ces idées. D'abord, les enceintes ne permettent évidemment pas d'avoir une idée de la dimension d'une ville. Il en est qui sont plus vastes que la cité elle-même, sans que l'on puisse conclure nécessairement que la ville, perdant du poids, ses vêtements sont devenus trop grands. On sait par Libanios37 que les habitants des villes pouvaient labourer la terre à l'intérieur des enceintes. Et d'ailleurs ces espaces vides sont présents à Rome, à Vercelli, Bologne, Modène, Plaisance pour l'Italie. Généralement, lorsque nous avons des chiffres ridiculement faibles, il est clair qu'il ne s'agit que d'une fraction, souvent très limitée, de la ville, un réduit en cas d'attaque38. Ainsi Paris avait fortifié l'île de la Cité, soit 10 ha pouvant contenir entre 2.000 et 3.000 habitants ; il en comptait sans doute entre 20.000 et 30.000. Tout autour, il y avait de populeux faubourgs où étaient implantés arènes, cimetières et églises au IVème siècle39. Et s'il fallait une preuve que les enceintes ne signifient pas grand-chose, il suffirait de noter qu'Ammien Marcellin considère comme comparable Strasbourg avec ses 19 ha et Mayence (120 ha), Worms (69 ha) et Spires40, qu’il considère Tongres comme une cité riche et peuplée, malgré ses 20 ha41. On peut admettre que le périmètre plus important de certaines villes s'explique simplement par leur rôle particulier comme citadelle sur le Rhin, comme garnisons importantes, ou parce qu'elles ont conservé des murs anciens42 et solides43.

  • 44 A. Marcellin. XVI. 2, 12 : "nam ipsa oppida ut circumdata retiis busta declianant".
  • 45 R. Doehaerd, op. cit., p. 117, cite Symmaque, Epistolae, 11, 22
  • 46 Cf. ci-dessus.
  • 47 Cf. ci-dessus.
  • 48 Même peut-être une attaque des bagaudes ; cf. ci-dessus.

27Il est en définitive probable que, à l'approche des invasions ceux qui pouvaient partir vite et loin, vers d'autres cités fortifiées souvent, le firent. Mais cette fuite des grands ne vida pas les villes. Celles-ci en effet étaient les seuls remparts face aux Barbares qui les craignaient et décrivaient leurs enceintes "comme autant de filets entourant des tombeaux"44 (à propos des villes d'Alsace au IVème siècle) alors que les campagnes ne pouvaient guère se défendre45, même sans doute des villae, souvent mal fortifiées46. Si une ville comme Lyon a, indéniablement, perdu son importance et même changé de site, c'est parce que la vie n y était plus possible sans l'eau que n'apportaient plus des canalisations de plomb détériorées et sans doute dérobées47. Admettons que les villes aient pourtant été souvent largement désertées au cours du IIIème siècle, qu'elles soient tombées sous les coups des barbares, ou que leurs habitants craignant un siège48, la famine et une éventuelle prise de la ville pouvant conduire à leur massacre (ou leur coûter cher), aient préféré la fuite. La campagne n'était pas sûre, certes, mais on pouvait s'y cacher, gagner les forêts, se joindre aux groupes bagaudes plus ou moins organisés. Mais l'ordre revenu, rien n'interdisait à ces citadins de revenir, du moins a priori. Ce fut sans doute, plus ou moins largement, le cas. De même qu'il y a renaissance des villae au IVème siècle, il faut admettre une vie urbaine beaucoup plus active alors qu'on ne l'a longtemps cru.

  • 49 Cf. R. Doehaerd, op. cit., p. 117, citant les Novellae ad Cod. Thead., De aedificiis publicis, IV.
  • 50 Cod. Théod., XV, J, 14 et 1 : petites villes pillées par des gouverneurs qui emportent statues, mar (...)
  • 51 Nous verrons ci-dessous ce qui a pu se passer i Bazas ou i Arles au Vème siècle.
  • 52 Ce qui n'était pas le cas au IIIème siècle, mais le devint sans doute durant la première partie du (...)

28Il reste que les grands seigneurs fonciers semblent avoir pris l'habitude de ne pas résider en ville si fréquemment (sauf peut-être dans les plus grandes, ou dans celles qui avaient de vastes anciennes enceintes, ou dans les cités de certaines régions seulement ?). Certes les causes peuvent avoir été souvent fiscales, mais d'autres durent jouer. Les villes n'avaient plus le luxe et le charme d'autrefois. Les monuments avaient été détruits, pas nécessairement après la prise de la ville par des bandes guerrières, mais sans doute le plus souvent par les habitants eux-mêmes, devenus des pillards dès que l'ordre public ne fut plus assuré49 ou même par des gouverneurs50 et autres hommes du pouvoir ou d'un pouvoir temporaire. On peut penser que parfois les "Grands" partis, leurs belles résidences urbaines avaient subi le même sort. Il y eut sans doute, tout au long du IIIème siècle, des séditions urbaines qui pouvaient, en outre, être fort dangereuses pour les plus riches et leurs biens. Ils gardaient peut-être un mauvais souvenir des bandes plébéiennes et serviles51. Il n'est pas impossible que pour eux aussi les murs des villes paraissent des pièges entourant leur tombeau ! Mieux valait être à l'abri dans leurs villae, à condition que leur sécurité y soit assurée52. C'est sans doute essentiellement la villégiature des riches qui fit l'atonie des cités et explique une dépopulation relative.

29Résumons ces quelques remarques :

30La crise de l'Etat central au IIIème siècle permet, en Gaule en particulier, un développement des luttes sociales et laisse la voie ouverte aux invasions. Les villes sont attaquées, assiégées, subissent des famines, sont souvent prises ou largement désertifiées. Des vi1lae brûlent "comme des torches". L’effondrement du système complexe formé par les villes, les villae, les grandes routes, est indissociable d'une crise sociale conduisant à des fuites d'esclaves en grand nombre, parfois vers des bandes organisées, à des "casements" de fait, sur les terres de la villa plus ou moins abandonnée, d'une autre fraction des équipes serviles, au desserrement des contraintes pesant sur les paysans dépendants et les colons, à la réduction du taux d'exploitation pour tout ce prolétariat rural devenu plus homogène en même temps que changeait souvent la forme de l'exploitation.

31Dès le début du IVème siècle s'ordonne la reprise en main des hommes par un Etat central despotique et par les grands seigneurs fonciers. La villa renaît, et l'esclavage se développe, même parfois avec un retour à la forme de la chiourme rurale. Mais souvent le "casement" des servi n'est pas remis en cause. Les villes, bien que souvent désertées par les plus riches citoyens, se reconstruisent, partiellement à l'abri de remparts, et la vie économique, l'animation culturelle également, reprennent.

32Pourquoi ce qui pouvait alors passer pour une renaissance, tout au moins une certaine reconstruction sur de nouvelles bases, ne fut qu'une rémission ?

33Le lent et profond processus par lequel l'esclavagisme sapait ses propres bases ne pouvait s'arrêter avant que toutes les conséquences en aient été tirées. Dès la fin de la République, les masses d'esclaves jetées sur les marchés avaient permis le développement de la grande propriété. Ce processus ne s'était pas ralenti durant les siècles de l'Empire. Toutes les classes intermédiaires furent broyées par cette loi de concentration foncière inséparable de l'esclavagisme. Nombreux furent ceux qui durent être nourris dans les grandes villes où ils formèrent cette nouvelle plèbe, ce "mob infect" dont parle durement Marx. Il y fallait les profits croissants de l'impérialisme.

34Les classes intermédiaires ayant été éliminées, la prolétarisation des masses libres rurales les rendit de fait très proches des esclaves, particulièrement de ceux qui purent être "casés".

  • 53 Pas étonnant dans tu conditions, écrira Salvien, que les Barbares soient victorieux ! De Gub. Dei,(...)

35Dès lors, c'est tout le système social augustéen fondé sur des groupes sociaux intermédiaires, hiérarchisé presqu'à l'infini, constitués de complexes différentiels sociaux-ethniques, qui s'affaissait. La base sociale de l'Etat impérial, cette peau de chagrin, devint si étroite que seules quelques familles puissantes avaient intérêt à la survie de l'Etat et du système social. Il n'y avait plus de Romains dans les armées romaines. Les campagnes n'étaient presque peuplées que d'esclaves et de colons, c'est dire que "Rome" avait dans son sein des ennemis plus impitoyables que les Barbares ; ils s'avérèrent tout aussi dangereux53.

  • 54 A la différence de nos démocraties capitalistes, quoi qu'en pensent les léninistes !

36L'Etat sans base sociale ne put survivre, temporairement, qu'en se faisant intensément despotique. La force armée, la répression policière permettent de maintenir l'ordre social. Dioclétien et ses successeurs tentèrent de le fixer "pour l'éternité". Notre histoire contemporaine fait aussi la part belle à ces dictatures fondées sur une classe réduite de seigneurs de la terre et du capital. Elles durent tragiquement longtemps à l'échelle d'une vie humaine, pas à celle de l'histoire ! Ces Etats policièrement forts sont socialement fragiles puisqu'ils ont contre eux, effectivement, l'immense majorité du peuple54 et que les Grands ne peuvent qu'affaiblir leur Etat (sur lequel ils s'appuient collectivement, qui est la forme prise par leur coalition) en luttant individuellement contre lui, en luttant les uns contre les autres, tels-déjà-des féodaux.

37Les troubles du IIIème siècle avaient aussi permis aux grands seigneurs fonciers d'offrir leur protection aux derniers paysans libres, à des villages tout entiers. Et - selon l'expression que l'on attribue à la maffia - c'était une offre qu'il était généralement difficile de refuser ! Ces périodes troublées du IIIème siècle eurent des effets contradictoires : elles permirent une certaine libération servile, tout au moins les "casements", elles pesèrent souvent sur les petits propriétaires libres, poussant vers leur transformation en dépendants, en coloni. Double mouvement qui conduit au même processus d'homogénéisation des masses rurales.

38Lorsque vint l'heure du sursaut despotique avec Dioclétien et ses successeurs, lorsque la reprise en main des hommes et des terres s'organisa avec la renaissance de la villa et le “fixisme social", la concentration foncière put encore s'accroître. On est alors encore loin de la fin ! Les équipes d'esclaves concentrés dans les villae, encasernés ou regroupés dans leurs villages, sont loin d'avoir toutes disparu. Peut-être furent-elles renaissantes formant à nouveau le "fer de lance" de la guerre sociale ?

§ 2 - Fin de la rémission

  • 55 Libanios, Discours, XII, 44, décrivant les régions de la Gaule occupée " les terres de la Gaule on (...)
  • 56 Cf. ci-dessous les conditions de leur invasion.

39Après une quarantaine d'années d'ordre civil et social relatif, de solidité des frontières, la fragilité du système politique et social construit par Dioclétien et Constantin va se révéler par la renaissance des guerres civiles, des conflits de succession, par le renouveau des attaques barbares et du banditisme de masse. Dès 352, les Francs et les Alamans pénètrent en Gaule. Les campagnes de Julien permettent de pacifier le pays en repoussant ou en intégrant les Barbares, de stabiliser la frontière du Rhin. Des Barbares se maintiennent, ou sont maintenus, entre le Rhin et la Moselle. Bientôt la Germanie Seconde et même la partie nord de la Belgique sont laissées aux Francs. La politique poursuivie par Probus, puis Maximien, d'intégration de Barbares comme alliés, comme cultivateurs55, comme réserve de troupe à lever et - nous y reviendrons - comme auxiliaire de la répression sociale, se développe. A l'est de l'Empire la signature d'un foedus (traité) avec les Goths en 332, leur reconnaissant la qualité de fédérés s'engageant à défendre le Danube, avait éloigné un moment ce danger. Mais la guerre reprend contre eux en 364 (jusqu'à la paix de 369). Surtout, poussés par les Huns, les Goths doivent franchir le Danube en 376. Ils pénétrent pacifiquement en Thrace, puis la ravagent56 dès 378, ils atteignent Andrinople. Au Nord-Ouest, la conclusion d'un foedus avec les Alamans permet de stabiliser la frontière. Mais à partir du début des années 380, les poussées germaniques au Nord, à l'Est et à l'Ouest de la Gaule, et celles parties du Danube commencent à converger.

  • 57 Cf. Rémondon, op. cit., pp. 172 et sq.

40Les historiens notent souvent que les premières invasions du milieu du siècle ont profité de l'état de faiblesse où les guerres civiles ont mis l'Empire au milieu du IVème siècle : la révolte de Magnence et l'appel de l'empereur Constance aux Alamans pour le réduire, la révolte du chef "romain" le Franc Sylvanus et la nouvelle invasion barbare qu'elle entraîne57. Il en va de même avec la révolte de Maxime en Bretagne et le passage de ses troupes en Gaule, son installation à Trêves même.

41Il semble qu'il faudrait insister également sur l'importance de facteurs comme la reprise du brigandage de masse, en Gaule en particulier, et la situation de pré-guerre sociale qui semble avoir régné dans de nombreuses régions de l'Empire et qui fait que parfois les Barbares furent accueillis par le prolétariat rural, par les esclaves en particulier (souvent leurs frères !), en véritables libérateurs : ils les guident, se joignent à eux. D'ailleurs qu'étaient alors ces Visigoths qui occupent la Thrace en 378 ? Des résidus de peuples vaincus, asservis ou massacrés par les Huns : pratiquement une "armée servile de réserve" ! Grâce à Ammien Marcellin, en particulier, nous connaissons quelques détails sur la reprise, ou la continuation du brigandage social en Gaule et sur l'articulation d'aspects sociaux et d'aspects ethniques lors de l'affaire de Thrace.

1) La reprise du brigandage de masse en Gaule

  • 58 Ammien Marcellin, Histoire, XXVIII, 2, 10 : "Haec inter per Gallias latrociniorum rabies saeva sca (...)

42Par exemple, à l'époque de l'empereur Valentinien, sans doute dans les années 369-370, (alors que, certes, l'empereur et les grands seigneurs entrent en conflit, mais à une époque où un empereur particulièrement autoritaire s'efforce de maintenir l'ordre public), on découvre que le brigandage fait rage en Gaule, que les grandes routes ne sont plus sûres et que les bandits tombent sur tout ce qui circule et peut leur permettre quelque profit. Même un parent de l'empereur, nommé Constantianus, grand écuyer à la Cour, fut alors pris dans une embuscade, dévalisé et laissé mort sur place58.

  • 59 "Tota regione vagantes fures" : Ausone, Epistulae, L. XVIII. 4, 22 et sq.
  • 60 Ausone, id., XIV, 16, 32.
  • 61 Cod. Theod., De Desertoribus, VII, 18, loi 1 de 365 promulguée per Alpes où les déserteurs se refug (...)
  • 62 C. Jullian, VIII, p. 181.

43Nous savons identiquement par Ausone que, dans le Médoc, les voleurs de grands chemins paraissent tenir le pays59 et que, pour les grands seigneurs, la chasse aux brigands était un sport comparable à la chasse au cerf ou au sanglier (et sans doute aussi dangereux) !60. Le Code Théodosien abonde de lois destinées à combattre un brigandage de masse qui semble avoir été abondamment approvisionné en hommes par les déserteurs61 et les fugitivi, esclaves ou colons. Ne peut-on reprendre ce qu'écrivait C. Jullian : "Sans la nécessité d'une incessante bataille à livrer au banditisme, comprendrions-nous ces postes innombrables qui garnissent les routes, ces flottilles de rivières, ces murailles sur les Alpes ? On voit que la Gaule est à défendre ou parfois même à reconquérir, morceau par morceau, sur des bandes de pillards"62 ?

2) Un exemple de relations entre Barbares et esclaves : les Visigoths en Thrace

44Au début du IVème siècle les Goths s'étaient stabilisés dans une région allant de la frontière romaine du Danube, de la Pannonie au delta, et remontant au Nord jusqu’à l'Ukraine. En 375, les Huns attaquent, détruisent l'Etat gothique d'Ukraine. C'est la défaite absolue, la fuite, l'intégration (peut-être) de certains éléments au sein des tribus assaillantes, le massacre de beaucoup, ou leur réduction en esclavage (au Vème siècle, Attila considère encore les Visigoths de Gaule comme des esclaves fugitivi qu'il a le droit de venir chercher pour les ramener en captivité : c'est une des raisons qu'il donne de son invasion de la Gaule.

  • 63 Elle était dirigée par le Visigoth Fritigern.
  • 64 Cf. le texte ci-dessous.

45Une partie importante des Visigoths, et des fractions de tribus barbares pareillement défaites, demandèrent asile dans l'Empire63 et furent acceptées en Thrace. Ces pauvres hères y furent parfois sur-exploités par les trafiquants romains, réduits en esclavage, revendus pour être mis au travail dans les villae et les mines : affamés, ils n'avaient pas le choix. C'est d'eux dont parle Ammien Marcellin lorsqu’il raconte qu'ils se "vendaient pour un verre de mauvais vin ou un morceau de pauvre pain"64.

  • 65 C'est peut-être sa mont qui explique. l'échec, ou la. sous-estimation d’un adversaire affaibli, ma (...)
  • 66 Donc aussi à trouver les trésors cachés, or ou blé ; mais ce ne. sont pas -a priori- des esclaves, (...)
  • 67 Ammien Marcellin, Histoire, XXXI, 6, 5 : "Laudato regis consilio, quem cogitatorum norant fore soc (...)

46Ces Visigoths, en 377, se révoltèrent contre les conditions qui leur étaient faites. Valens foulut écraser ces vaincus. Il échoua, et même mourut au combat65. Les Visigoths allèrent bloquer Andrinople, mais ne purent en faire le siège : Théodose les fit décamper et rétablit le barrage du Danube. Ce sont les hommes de Fritigern qu'Ammien nous décrit abandonnant le combat contre les villes et ravageant les campagnes de Thrace. En fait ces bandes errèrent dans les Balkans jusqu'à la fin de 382 (où ils acceptèrent un foedus contre une concession de terre). Il apparaît que rien ne pouvait être fait contre eux tant qu'ils restaient loin des villes. En effet, en Thrace (nous dit Ammien), mais dans une grande partie de la péninsule également, les esclaves - et d'abord ceux qui appartenaient à la même ethnie, en particulier ceux qui avaient été réduits en esclavage quelques années plus tôt lorsqu'ils avaient dû demander asile dans l'Empire - se révoltaient, accueillaient les Goths en libérateurs et les rejoignaient. D'autres habitants de ces campagnes (en particulier des mineurs "habiles à trouver les filons d'or"66) se soumettaient et semblent avoir aisément collaboré puisqu'ils les guidaient vers les lieux où d'abondantes richesses pouvaient être pillées - essentiellement d'ailleurs des denrées agricoles pour assurer la subsistance de ces bandes guerrières ! On voit qu'alors les Barbares ne forment pas de solides armées ; ce ne sont pas des peuples vainqueurs qui forcent les frontières de l'Empire. Depuis longtemps les trafiquants romains y puisaient des esclaves par leurs razzias, ils avaient été écrasés par les Huns et avaient dû demander asile, ils avaient été sur-exploités, voire asservis lorsqu'ils étaient isolés et faibles. Mais ils étaient armés et ces bandes guerrières, sans doute faibles par elles-mêmes, devinrent extraordinairement fortes dans les campagnes de l'Empire d'autant plus minées par l'esclavagisme que les servi y étaient d'origine barbare67.

  • 68 Cod. Theod., VII, 1, 1 : "Si quis barbaris scelerata factione facultatem depraedandi in romano (sol (...)
  • 69 De Regno, 15, Patr.. Gr. LXVI, c 1093-95.

47Cette connivence entre les Barbares et les esclaves, particulièrement lorsqu'il s'agit d'esclaves de la même ethnie (ou d'une ethnie voisine par la langue ou la culture), est perçue comme un danger par le législateur qui, dans une loi de 323 déjà, s'en préoccupe explicitement68. De son côté Synésius avait vu clairement les dangers de cette entente entre esclaves barbares et guerriers barbares69.

  • 70 C. Jullian, op. cit., VIII, p. 176, no 1.

48On peut accepter cette remarque : les plus dangereux étaient souvent les esclaves ou les colons d'origine barbare qui s'évadaient pour guider les envahisseurs70. De là à conclure à une connivence systématique entre esclaves et Barbares, il n‘y aurait qu'un pas. Les choses furent beaucoup plus complexes.

  • 71 Sans doute est-ce le cas de l'invasion barbare au début du aligne de Dioclétien, au moment de la l (...)
  • 72 Contrairement à la thèse de nombreux socialistes allemande, dont Marx et Engels, qui les imaginaie (...)

49Certes la force de l'envahisseur n'est que relative à un état de pré-guerre sociale. Parfois même il pénètre dans la Romania à la suite d'un effondrement, au moins local, de l'ordre public provoqué par une guerre sociale ou civile71. Certes, inversement, les bandes barbares, par leur seule présence, favorisent la révolte des esclaves et des colons. Mais il n'y eut entente effective, collaboration entre esclaves et Barbares qu'occasionnellement, essentiellement lorsqu'il y avait communauté ethnique entre ces groupes (et sans doute capture relativement récente des esclaves) ; et cette entente ne fut pas durable. Les Barbares n'apportaient pas la liberté dans leurs chariots !72 Ils furent bientôt les maîtres esclavagistes de vi11ae. Ils avaient été appelés sur les agri deserti, champs désertés par les esclaves fugitivi, comme jaunes, ou ils reçurent une partie des terres et des esclaves des dommaines en tant que soldats "romains" relevant des règles de l'hospitalité, c'est à-dire du logement des troupes, et ils les conservèrent, souvent ils s'installèrent d'eux-mêmes sur des terres qui ne furent désertées que par leur action ! Jusqu'à l'effondrement de l'Empire ils furent utilisés par le pouvoir central ou régional, par le pouvoir privé des maîtres des villae pour écraser les mouvements paysans. Au Vème siècle, les contingents de cavalerie hunniques ou les Alains furent une arme particulièrement efficace dans les campagnes gauloises.

3) L'invasion

  • 73 Cf. ci-dessous le rôle de ces Moins dans les guerres "bagaudes" et armoricaines.
  • 74 Cf. ci-dessous.

50Le 31 décembre 406, traversant le Rhin gelé, un assortiment complexe de tribus barbares pénètre en Gaule. Le limes du Rhin avait plutôt bien tenu durant le IVème siècle. La percée de 406 apparaît aux historiens comme un véritable raz de marée de Vandales, de Suèves, de Bugondes, d'Alamans et d'Alains. On sait que les Vandales et les Suèves traversent la Gaule de part en part pour atteindre en 409 l'Espagne qui leur est provisoirement abandonnée. Les Burgondes s'établissent sur le Rhin, eh aval de Coblence (en Germanie seconde). Ils passent alors au.service de Jovin, un usurpateur romain, puis concluent un foedus avec l'empereur qui leur accorde un petit royaume sur le Rhin (413). En 430-436, ils tentent d'occuper la Belgique. Aetius envoie contre eux ses troupes de Huns, les écrase, les contraint à décamper vers le Sud et les établit en Sapaudia, c'est-à-dire autour de Genève, de façon à pouvoir les utiliser comme armée contre les Alamans. Ces derniers eurent une place considérable dans la percée du limes. Ils s'établirent, après 406, en Alsace et au Palatinat. Aetius semble avoir provisoirement menacé leurs positions dans ces régions puisqu'ils ne s‘y stabilisèrent que vers 455. Les Francs étaient généralement des alliés de l'Empire à l'époque de la percée de 406. Certains groupes luttèrent dans l'armée romaine qui tentait d'endiguer les passages du Rhin. D'autres participèrent pourtant à des expéditions de pillage (ils prirent Trèves deux fois avant 411). En 428, maître d'un petit royaume à l'extrémité nord de la Gaule, ils tentèrent d'occuper la Rhénanie. Aetius les en chassa grâce à ses contingents Huns. Les Alains passèrent aussi le Rhin en 406. Un groupe important, sous le roi Goar, entra au service d'Aetius et des Romains, d'abord en Rhénanie, puis en Gaule centrale73 (d'autres passèrent en Espagne avec les Vandales en 409). Ce furent (peut-être) des Alains qui assiégèrent Bazas vers 41474. Devenus une armée "romaine" d'Aetius, ils furent cantonnés sur la Loire moyenne ; celui-ci les utilisa d'abord contre les révoltés armoricains et les "bagaudes", puis les Visigoths, enfin contre les Huns d'Attila devant Orléans.

  • 75 Sous la direction d'Alaric, ils avaient assiégé à nouveau. Constantinople, puis après avoir ruiné (...)
  • 76 En particulier Paulin de Pella. Cf. ci-dessous. Athaulf épouse Galla Placidia, fille de l'empereur (...)

51Dans les dernières années du IVème siècle, les Visigoths avaient continué de ravager les Balkans où ils s'étaient considérablement renforcés75. A la recherche de vivres, ils durent passer en Italie où durant onze ans ils ruinèrent les campagnes, assiégèrent et prirent les villes, exigèrent et obtinrent d'énormes tribus, occupèrent et pillèrent même Rome en 410. Ils marchèrent ensuite vers le Sud dans le but de gagner 1'Afrique. Ne pouvant traverser vers la Sicile, ils remontèrent vers le Nord, passèrent en Gaule (au mont Genèvre) au printemps 412. Ils saisirent Narbonne, Toulouse et Bordeaux (en 413) où leur roi Athaulf forma un gouvernement en s'appuyant sur 1'aristocratie aquitaine76. Finalement les Visigoths, ce peuple guerrier devenu nomade, fut le premier à se stabiliser au sein de l'Empire en une esquisse de royaume barbare (dès 416). Là, les chefs des tribus gothiques se mélèrent aux grandes familles locales pour former une nouvelle aristocratie foncière. L'expansionisme des Visigoths vers la Loire fut bloqué par Aetius et sa cavalerie hunnique en 427.

52Vers 446, avant l'attaque des Huns, Aetius semble avoir réussi à rétablir le limes grâce aux Barbares établis en Gaule, assagis par un jeu savant consistant à les opposer les uns aux autres, devenus ou redevenus souvent des "fédérés", donc nourris et soldés par Rome, et matés aussi grâce à la puissance des Huns mercenaires. Les Francs et les Alamans sont solidement installés sur le Rhin, les Burgondes se consolident autour de Genève, les Alains sur la Loire moyenne, les Visigoths, surtout, tiennent en fédérés toute l'Aquitaine. Finalement l'essentiel paraît sauvé !

  • 77 Lettre 123, 15, "Innumerabiles et ferocissimae nationaes universas Gallias occuparunt".
  • 78 Poema conjugis, v. 14-30.
  • 79 Oriens, Commonitorium, II, v. 165-174.
  • 80 Cf. Musset, p. 264, p. 241.

53Certes la traversée de la Gaule par les tribus barbares l'a ruinée une nouvelle fois. On connaît la description par Saint Jérome de la situation des Gaules77 rédigée vers 417, celle par Prosper Tiro des campagnes (sans doute du midi de la Gaule) au milieu du siècle, désertées, sans moyens de transport, où sévissaient la peste, les famines, les guerres78. Identiquement Oriens nous décrit la Gaule en feu, les campagnes comme les villes79. Nombreuses furent les cités qui furent emportées. Celles qui possédaient de vastes enceintes à l'ancienne mode (d'avant l'effondrement du IIIème siècle) supposaient une armée en garnison pour les défendre. C'est sans doute pour cela que Trèves fut prise quatre fois au Verne siècle et que les Francs purent prendre si facilement Cologne. L'accumulation de cendres constatée dans la ville de Strasbourg prouverait que les cités à enceintes plus restreintes tombaient aussi80.

  • 81 M. Bloch, "Conquête de la Gaule romaine", Mélanges, I, p. 83.

54Etait-il possible de soutenir un siège prolongé ? Sans doute pas, mais les Barbares pouvaient-ils l'entreprendre véritablement ? Marc Bloch nous rappelle que "les remparts des villes opposaient aux Germains, qui n'étaient point de fort bons ingénieurs, un obstacle difficile à franchir. Maintes fois ils s'y heurtèrent en vain"81. D'ailleurs, la traversée de la Gaule par certaines grandes tribus a été relativement rapide. Entre 406 et 409, ces bandes guerrières purent assiéger et prendre certaines villes fortifiées et donc capables de tenir certainement quelques mois, mais sans doute pas un très grand nombre, sûrement pas la majorité. Nous pouvons penser qu'effectivement ils se tenaient souvent à l'écart des enceintes comme de filets entourant des tombeaux.

  • 82 Cf. ci-dessous le cas de Bazas.
  • 83 Il semble que ce fut le cas pour Rome lors du siège par Alaric.
  • 84 Toulouse, Bordeaux, Narbonne prises par les Visigoths en 413 ( ?), Genève occupé pan les Burgondes (...)

55Pour que les villes tombent rapidement, il fallait sans doute soit une sédition interne82, soit une trahison83 - mais peut-être n'est-ce pas toujours différent ? - soit une entente avec les notables84. Le plus souvent, lorsqu'une ville est prise par la force, les Barbares n'y restent que le temps de la piller (même à Rome, les Visigoths ne stationnent que trois jours) et la fuient au plus vite. S'ils y restent, c'est généralement en petit nombre même lors de l'installation de royaumes barbares durant la seconde partie du siècle. Au moment de l'invasion de 406 et durant les quelques années qui suivirent, le problème des Barbares n'était pas tant le pillage des cités, que de trouver à se nourrir, une question de survie.

  • 85 Cf. M. Bloch., "Conquête de la Gaule", id., p. 84.
  • 86 Vers l’Afrique où, peut-être, Salvien était parti, vers le midi où il s'installa ; Paulin, lui, es (...)

56L'entassement des tribus ou des bandes barbares sur le Rhin vers 406 semble avoir été considérable. Il était évidemment explosif puisque la famine était fatale. D'ailleurs une fraction sans doute majoritaire de ces hommes était des fédérés, préalablement soldés en nature par Rome. Les difficultés de l'Empire firent qu'ils durent venir se payer eux-mêmes "sur la bête" ! Ultérieurement la dislocation de l'Empire ne facilita pas les choses pour ces fédérés qui voyaient se tarir les sources de l'annone militaire surtout après la conquête de l'Afrique par les Vandales. Il leur fallait nécessairement piller les greniers des villae ou s‘y établir dans les règles de l'hospitalité des armées "romaines" respectées plus ou moins formellement et en faire cultiver les terres par leurs propres esclaves ou ceux des anciens maîtres85, tout au moins dans certaines régions. Une partie de l'aristocratie du Nord et de l'Est dut cependant commencer par s'enfuir86 : les villae n'étaient décidément pas assez bien "fortifiées", les palissades elles-mêmes pouvaient fort bien brûler, les Barbares étaient des hôtes au mieux encombrants, parfois "exclusifs", souvent brutaux, et le proverbe "autant d'ennemis que d'esclaves" devait faire réfléchir les plus courageux ! Quitte à revenir dès l'ordre rétabli, parfois par les Barbares mêmes.

  • 87 Les Francs au Nord près du Rhin, les Alamans sur le Rhin à l'Est, les Burgondes en Suisse romande, (...)

57En définitive, si l'on excepte les régions d'installation durable des Barbares, c'est-à-dire surtout des zones considérées comme frontières87, la Gaule a été traversée par les bandes barbares qui l'ont pillée, ruinée même, mais elle paraît rester romaine durant, au moins, les cinquante premières années du siècle. Même les zones barbares ne sont pas classables simplement hors de la romanité, ces peuples formant l'essentiel de l'armée de Rome, armée loin d'être toujours fidèle, pensant essentiellement â elle-même et étant en cela même très "romaine", leurs chefs s'intégrant dans une aristocratie romaine ou la remplaçant en la copiant. Ces armées ou ces bandes barbares et "romaines" seront utiles à l'Empire les unes contre les autres et (presque) toutes contre les bagaudes qui vont longtemps tenir les campagnes gauloises.

Notes

1 Lactance, Sur la mort des persécuteurs, 23. "Les champs étaient mesurés motte par motte... on couchait par écrit te nombre des animaux de toute espèce, on comptait les hommes tête par tête...".

2 Cf. Code Théodosien, V, 17, 1.

3 Cf. Marc Stock, Serfs de la glèbe", Rev. Hist., 1921, in Mélanges M. Bloch, I, p. 357 et sq. A l'époque impériale il faut traduire survus plutôt par esclave que par serf.

4 Code Théodosien, XIII, 10, 3 ; V, 19, 1. En 371, Valentinien proclame que les colons n'ont pas la liberté de quitter le champ auquel les attachent leur condition et leur naissance. S'ils s'en éloignent et passent chez un autre maître, qu'ils soient ramenés, enchaîner et punis," Code Jurtinien, XI, 53. Ce que disait déjà la loi de 332 : le propriétaire chez qui aura été trouvé un colon appartenant à un autre devra le rendre à ion lieu d'origine et payer la capitation pour la durée du temps où il l'aura retenu... Quant aux colons qui essaient de fuir, il faudra qu'on les enchaîne à la façon du esclaves (fugitifs)". Cf. également C. Th., XI, J, 26 ; IV, 23, 1, sur, respectivement, l’attache du paysans à la terre et la fuite du coloni.

5 Code Just., XI, 51 : "Cum per alias provincias... lex a majoribur conrtituta colonos quodam aeternitatis jure detineat...". Cité par M. Bloch, "Serfs de la glèbe", op. cit., p. 433.

6 Cf. P. Dockès, La libération médiévale, op. cit., p. 285.

7 Cf. Rémondon, La crise, p. 147.

8 M.I. Finley, L'économie antique, op. cit., chap. 3.

9 "Pourquoi et comment…", Mélanges, op. cit., I, p. 261.

10 La Gaule, éd. A. Fayard, 1967, p. 310. Pour. F. Lot, la rareté du esclaves fait la nécessité de l'asservissement à la terre du. colon ; pour M.I. Finley, l'abondance des colons potentiels fait ta diminution massive de l'esclavage.

11 La description pan. Mamertin, Pan. II (cf. ci-dessus), des guerres de Maximien contre les Barbares permet de penser que la clémence ne fut pas ion arme favorite ! Quelque chose entre les "guerres indiennes" et les "razzias africaines" !

12 Pour reprendre le titre de l'ouvrage de Carey Mc Williams, Peregrine Press, 1971.

13 "Comment et pourquoi…" op. cit., I, p. 279.

14 P. Toubert, Les structures du Latium, I, p. 476. Cf. P. Dockès, La libération médiévale, p. 121.

15 Ainsi par R. Doehaerd, Le Haut-Moyen-Age, op. cit., p. 142, s'appuie sur ce texte pour expliquer que les esclaves chasés devaient des prestations en travail moins élevées que les autres, devant aussi travailler à la culture de leur lot. Or ce n'est pas te problème.

16 Digeste, XXXIII, 7, 20.

17 "Id est cum mancipiis percoribus instrumento rustico"

18 "Quaesitum est, an Stichus servus, qui praedium unum ex his coluit et reliquatus est amplam summam, ex causa fideicommissi Seio debeatur. Respondit. si non fide domenica. sed mercede, ut. extranei coloni solent, fundum coluisset, non deberi".

19 Avec l'asservissement réel du. IVème siècle, ce fermier-esclave sera, comme les autres tenanciers, attaché à la terre.

20 C’est la. thèse développée dans La Libération médiévale. Peut-on imaginer an de nos modernes camps de concentration sans des appareils de répression centraux ? Certes l'organisation interne du camp, à l’Instar de celle de la villa esclavagiste, fondée sur le "diviser pour régner", la hiérarchie, la division du travail, une répression adroitement sélective, exemplaire..., permet d’assurer sa cohérence interne. Les villae du 1er siècle (p.c.) fonctionnent sans présence d'hommes libres, un modèle que les camps de concentration nazis (qui fonctionnaient avec peu de gardiens) n'ont pas atteint. Mais cela fonctionne, on le sait, parce qu'à l'extérieur …/… l'ordre est maintenu par l'Etat central, que toute révolte localement réussie est immédiatement, impitoyablement, écrasée. Un camp de travail forcé fonctionnant de façon autonome, je veux dire sans gardiens libres, ou presque [le maître et sa milice formée d'esclaves promus et choyés), nous, apparaît comme un cauchemar que l'histoire a pu réaliser, male, toujours ce fut dans l'un des deux cas suivants : un camp formant une micro-société isolée (cas rares, male, on en trouve des, exemples au Brésil aujourd'hui : la neutralité des, pouvoirs publics, suffit) ; un Etat fort durablement grâce à une lange base sociale, temporairement s'il s'agit d’un despotisme.

21 Cf. ci-dessous, les remarques, de Salvien.

22 En particulier les trois mosaïques de Tabarka (IVème siècle) représentant respectivement la maison du maître, les écuries, les granges et les bâtiments destinés au logement des esclaves ; la mosaïque représentant le domaine du seigneur Julius ((carthage, IVème siècle) ; enfin un pavement représentant une scène de pêche où l’on distingue les huttes qui servent d'habitation à des familles d’esclaves.

23 Libanios, Discours sur les patronages, éd. L. Harmand, Paris. 1955, § 11.

24 Cf. R. Deohaerd, p. 145 ; Rémondon, La crise, pp. 305-506 ; Piganiol, p. 275, no 14 ; La Vita (là) édifiante (peut-être trop) de la sainte.

25 Cf. C. Jullian, op. cit., VIII, p. 183, cf. note 2.

26 Sid. Appolinaire, Carmina, XXII, 101-129.

27 C. Jullian, id., VIII, p. 183, no 2 : burgus de Jublains, burgus de Larçay, d'Anse, voire éventuellement Famars près de Valenciennes, même le mur des sarrasins à Clermont pourrait être celui d’une villa.

28 Cf. L. Musset, Les invasions, p. 243, mais il parle des fortifications des villae bretonnes au IVème siècle, p. 155.

29 Sur l'Afrique, id., no 1, d'après J. Carcopino dans une étude sur "les castella de la plaine de Sétif", Rev. africaine, LIX, 1918 (et qui a sans doute un peu vieilli).

30 Il faut d'abord citer A. Blanchet, Les enceintes romaines de la Gaule, Paris, 1907, sur lequel s'appuie C. Jullian. Ensuite A. Grenier, Manuel d'Archéologie, T. II, 2, Paris, 1931-1934 ; et F. Lot, Recherches sur la population et la. superficie des cités… Paris, 1945-1953, Bib. de l'E.H.E.

31 Le résultat parait effrayant. Il y aurait quelques grandes villes comme Trèves, 265 ha, Nîmes, 275 ha, Mayence, 120 ha, Toulouse, 100 ha, Cologne, 96 ha ; encore Worms (69 ha) et Metz (70 ha), voire Poitiers (50 ha) ; puis des superficies extraordinairement faibles : citons Bâle (5,4 ha), Périgueux (5,5 ha), Genève (5,6 ha), Tours (6 ha), Senlis (7 ha), Amiens (6 ha), Grenoble (6 ha), Autan (10 ha), Paris (10 ha), Strasbourg (19 ha), Reims et Tongres (20 ha), Orléans et Bordeaux (30 ha).

32 Ammien Marcellin nous parle d'Avenche, comme d’une ville abandonnée, jadis importante ; "Aventicum, desertam quidem civitatem Aed non ignobilem quondam, ut aedificia semiruta nunc quoque de monstrant" (XV, 11, 12). D'après le Panégyriste IV, 4, on ne trouverait plus à Autan d’ouvriers pour les besognes courantes, ni de décurions pour les affaires publique. Et le Panégyriste VIII, 4, note pour Autun : Jacens perditaque civitas. Lorsque l'empereur Julien découvre Besançon, il en dit ceci : "c'est une petite ville nouvellement restaurée ; jadis elle était grande et ornée de temples magnifiques. Un rempart la défend, ainsi que sa position. Les eaux du Doubs la contournent, et, corne un promontoire rocheux sur la mer, elle se dresse inaccessible" (Ep. 38, in Julien, Oeuvres, Paris, 1924, p. 53).

33 Hist. Aug. : Probus (Vopiscus), XIII, 5-7 : soixante villes prises par les Barbares. Plus tain, id. XV, 1 et 3, Probus annonce 70 villes reprises !

34 A la suite du siège de 269 ; il s'agit d'un cas très particulier puisqu'ils avaient été sanctionnés pour leur "trahison". Cf. Parentalia, 6.

35 Op. cit., VII, p. 25.

36 Cf. Marc Bloch, "Conquête dz la Gaule romaine", Mélanges, I, p. 83, no 4 : Julien, Ad Athen., 279 B.

37 Libanios, Discours, XVIII, 35 (Oraison funèbre de Julien).

38 Cf. l'analyse de R. Doehaerd, Le Haut-Moyen-Age, p. 116.

39 M. Roblin, "Cités et citadelles ? Les enceintes romaines du Bas-Empire d'après l’exemple de Paris", Rev. ét. anciennes, T. 53, 1951, avait clairement mis l'accent sur la non-pertinence des périmètres des enceintes.

40 A. Marcellin, XV, 11, 8 : "Dein prima Germania, ubi praeter alia municipa Mogontiacus est et Vangiones, et Nemetae et Argentoratus" (Mayence, Worms, Spires, Strasbourg).

41 A. Marcellin, XV, 11, 7 : "Aggrippina et Tungris munita, civitatibus amplis et copiosis".

42 Ce serait te cas de Nîmes.

43 Autun, saccagée après le siège de 269, vidée d'une partie de sa population, aurait gardé ses vieux murs : A. Marcellin, XV, 11, 11 : "et moenium Augustuduni magnitudo vetusta".

44 A. Marcellin. XVI. 2, 12 : "nam ipsa oppida ut circumdata retiis busta declianant".

45 R. Doehaerd, op. cit., p. 117, cite Symmaque, Epistolae, 11, 22

46 Cf. ci-dessus.

47 Cf. ci-dessus.

48 Même peut-être une attaque des bagaudes ; cf. ci-dessus.

49 Cf. R. Doehaerd, op. cit., p. 117, citant les Novellae ad Cod. Thead., De aedificiis publicis, IV.

50 Cod. Théod., XV, J, 14 et 1 : petites villes pillées par des gouverneurs qui emportent statues, marbra ou colonnes (loi de 365).

51 Nous verrons ci-dessous ce qui a pu se passer i Bazas ou i Arles au Vème siècle.

52 Ce qui n'était pas le cas au IIIème siècle, mais le devint sans doute durant la première partie du IVème siècle dans la plupart da régions. Il peut paraître logique que la seigneurs fonciers gagnant leurs villae au IVème siècle, y vivant, parfois itinérant de l'une à. l'autre (auparavant, ils s'y rendaient en inspection -sans doute rarement !- ou y faisaient étape lors d'un voyage, ou y invitaient occasionnellement quelque amis) se soient davantage préoccupés de leur sécurité au milieu d'esclaves dont ils avaient toujours craint la révoltes (Cf. Dockès, La Libération médiévale). D'où une incitation au "casement".

53 Pas étonnant dans tu conditions, écrira Salvien, que les Barbares soient victorieux ! De Gub. Dei, V, S, 37).

54 A la différence de nos démocraties capitalistes, quoi qu'en pensent les léninistes !

55 Libanios, Discours, XII, 44, décrivant les régions de la Gaule occupée " les terres de la Gaule ont été ensemencées par. Les Barbares qui, après avoir détruit les villes, ont mis en culture leurs territoires"'..

56 Cf. ci-dessous les conditions de leur invasion.

57 Cf. Rémondon, op. cit., pp. 172 et sq.

58 Ammien Marcellin, Histoire, XXVIII, 2, 10 : "Haec inter per Gallias latrociniorum rabies saeva scatebat in perniciem multorum, observans celebres vias, fundensque indistanter quidquid inciderat fructuosum. Denique praeter complures alios quoi absumpserunt insidiae tales, Constantianus tribunus stabuli impetu est clandestino exceptus, moxque interfectus, Valentiniani affinis, Cerealis et Tustinae germanus".

59 "Tota regione vagantes fures" : Ausone, Epistulae, L. XVIII. 4, 22 et sq.

60 Ausone, id., XIV, 16, 32.

61 Cod. Theod., De Desertoribus, VII, 18, loi 1 de 365 promulguée per Alpes où les déserteurs se refugiaient et se faisaient brigands ; une loi. réglementant la chasse aux déserteurs (VII, 18, 10) ; la loi sur les vagi, les errants, vagabonds et réfactaires ; les lois organisant la lutte contre les brigands de grands chemins (IX, 14, 12), le banditisme : loi de 391 (IX, 12, 2), loi de 392 (I, 29, 8) ; la loi IX, 3, 1 signale des brigands gaulois qui pourraient être du bagaudes (C. Jullian, VIII, p. 166, no 4). Et toutes ces lois sur la fuite du colons [IV, 23,1), du Lètes et du Germains "intégrés" (VII, 20, 12), etc....

62 C. Jullian, VIII, p. 181.

63 Elle était dirigée par le Visigoth Fritigern.

64 Cf. le texte ci-dessous.

65 C'est peut-être sa mont qui explique. l'échec, ou la. sous-estimation d’un adversaire affaibli, mais désespéré.

66 Donc aussi à trouver les trésors cachés, or ou blé ; mais ce ne. sont pas -a priori- des esclaves, quoi qu'on en dise souvent (ils paient le vectigal, ici rente publique du concessionnaires des mines d'Etat). A. Marcellin, XXXI, 6, 6 : "Quibus accessere sequendarum auri venarum periti non pauci, vectigalium perferre posse non sufficientes sarcinas graves, susceptique libenti consensione cunctorum, magno usui eisdem fuere ignota peragrantibus loca, conditoria frugum occulta, et latebras hominum et receptacula secretiora monstrando".

67 Ammien Marcellin, Histoire, XXXI, 6, 5 : "Laudato regis consilio, quem cogitatorum norant fore socium efficacem, per Thraciarum latus omne dispersi caute gradiebantur, dediticiis vel captivis vicos uberes ostendentibus, eoi praecipue, ubi alimentorum reperiri satias dicebatur, eo maxime adiumento, praeter genuinam erecti fiduciam, quod confluebat ad eos in dies ex eadem gente multitudo, dudum a mercatoribus venundati, adiectis plurimis quos primo tnansgressu necati inedia vino exili vel panis frustis mutavere vilissimis".

68 Cod. Theod., VII, 1, 1 : "Si quis barbaris scelerata factione facultatem depraedandi in romano (solo) dederit, vel si quis alio modo factam diviserit".

69 De Regno, 15, Patr.. Gr. LXVI, c 1093-95.

70 C. Jullian, op. cit., VIII, p. 176, no 1.

71 Sans doute est-ce le cas de l'invasion barbare au début du aligne de Dioclétien, au moment de la lutte contre les bagaudes.

72 Contrairement à la thèse de nombreux socialistes allemande, dont Marx et Engels, qui les imaginaient renouvellant les libertés collectives.

73 Cf. ci-dessous le rôle de ces Moins dans les guerres "bagaudes" et armoricaines.

74 Cf. ci-dessous.

75 Sous la direction d'Alaric, ils avaient assiégé à nouveau. Constantinople, puis après avoir ruiné l'Est de la péninsule, ils avaient traversé la Grèce, occupé l'Epire, puis l'Illyrie.

76 En particulier Paulin de Pella. Cf. ci-dessous. Athaulf épouse Galla Placidia, fille de l'empereur Théodose qui avait été emmenée en otage après la prise de Rome. Par la suite celle-ci épousa Constance dont elle aura le futur Valentinien III.

77 Lettre 123, 15, "Innumerabiles et ferocissimae nationaes universas Gallias occuparunt".

78 Poema conjugis, v. 14-30.

79 Oriens, Commonitorium, II, v. 165-174.

80 Cf. Musset, p. 264, p. 241.

81 M. Bloch, "Conquête de la Gaule romaine", Mélanges, I, p. 83.

82 Cf. ci-dessous le cas de Bazas.

83 Il semble que ce fut le cas pour Rome lors du siège par Alaric.

84 Toulouse, Bordeaux, Narbonne prises par les Visigoths en 413 ( ?), Genève occupé pan les Burgondes sous la protection d'Aetius.

85 Cf. M. Bloch., "Conquête de la Gaule", id., p. 84.

86 Vers l’Afrique où, peut-être, Salvien était parti, vers le midi où il s'installa ; Paulin, lui, espérait gagner la Grèce.

87 Les Francs au Nord près du Rhin, les Alamans sur le Rhin à l'Est, les Burgondes en Suisse romande, dans le Jura, autour de Genève, les Visigoths en Aquitaine, les Alains sur la Loire moyenne, mais aux frontières de l'Armorique plus ou moins autonomisée.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search