Version classiqueVersion mobile

Sauvages et ensauvagés

 | 
Pierre Dockes
, 
Jean-Michel Servet

Révoltes bagaudes et ensauvagement ou La guerre sociale en Gaule

Chapitre I. La guerre bagaude à la fin du IIIème siècle

Texte intégral

1Nous nous situerons essentiellement en Gaule. Là, à la fin du IIIème siècle, les historiens font état d'une véritable guerre sociale qui accompagne et qui suit la crise générale de la société impériale au cours de ce siècle.

2Avant de décrire cette révolte à l'aide de quelques témoignages, il nous faut montrer que cette guerre et cette crise ne sont pas apparues soudainement dans un ciel serein. La guerre a été anticipée, en Gaule même à la fin du IIème siècle, par un banditisme de masse, une première grande révolte que l'on peut déjà qualifié de sociale. Quant à la crise du IIIème siècle, il nous faudra rappeler certaines de ses caractéristiques, particulièrement ces invasions barbares peut-être plus destructrices que celles du Vème siècle.

§ 1 - Le stade du banditisme de masse

3Quelques "incidents déplorables" avaient troublé la paix sociale au début de l'Empire, mais l'organisation de l'Etat au sommet, des villae à la base avait semblé stabiliser l’esclavagisme. Depuis la victoire de Vespasien, l'Empire peut paraître socialement calme, même si le brigandage et la piraterie n'ont jamais pu être totalement éliminés. Pourtant, avec la seconde partie du IIème siècle et les débuts du IIIème, on assiste à une forte recrudescence d'un banditisme à connotation clairement sociale. De véritables "Robin des bois" avec leurs bandes de hors-la-loi courent les Provinces, l'Italie même. Comme dans le cas du célèbre archer de Sherwood, il s'agit de bandits populaires. Dans l'histoire des sociétés rurales, le développement du banditisme social peut être un signe précurseur de grandes révoltes. Ce banditisme peut être aussi le "résidu" d'une révolte mâtée. Lorsqu'il est endémique, il peut être analysé comme la seule échappée libre d'une situation sociale désespérée, bloquée.

  • 1 Dion Cassius, Hist.rom., L. 76, 10. Relation intéressante car faite par un contemporain.

4Un des cas les plus typiques, sans doute tardif pour nous puisqu'il suit "l'affaire Maternus" et éloigné de notre "champ de bataille" puisque l'histoire se passe en Italie, est celui de Boullas (dit aussi Felix). On le connaît par Dion Cassius1.

5Vers 206-208, sous Septime Sévère, un certain Boullas (ou Bulla), à la tête de six cents hommes, mit l'Italie au pillage. Parmi ces voleurs, il y avait de nombreux esclaves fugitivi, obligés à cette solution (fuite et pillage)-disaient-ils-parce qu'ils n'étaient pas nourris par leurs maîtres. Sévère lui-même dut s'occuper de l'affaire, envoyant de fortes troupes à sa recherche. Boullas était insaisissable, toujours bien informé, sachant user de largesses, rusé. Avec quelle hardiesse il réussissait à délivrer ses hommes promis aux bêtes du cirque, à ridiculiser les centurions partis à sa recherche !

  • 2 "τεχνίτας"
  • 3 « Aγγελλε τοῖς δεσπόταις σου, Oτι, τους δούλους ύμ.ῶν τρέγτε, ινα μὴ ληστεόωσι. »

6Il est intéressant de noter qu'en bon "bandit d'honneur", il ne prenait qu'une partie de leurs biens aux voyageurs, savait retenir auprès de lui les "hommes de l'art"2, les utilisait et les renvoyait couverts de présents. Un jour, siégeant en costume de magistrat à son tribunal que nous dirions volontiers populaire, il fit citer un centurion qu'il avait fait prisonnier et à qui il avait fait raser la tête pour parfaire le classique rite d'inversion. Il lui dit cette phrase : "Va dire à tes maîtres : Nourrissez vos esclaves, afin qu'ils ne volent pas"3.

7Finalement, il fut "donné" par un mari jaloux (décidément tout y est !) et, à Papinianus, préfet du prétoire qui lui demandait : "pourquoi t'es-tu fait voleur ?", il répondit : "Pourquoi es-tu préfet ?". Il est clair que nous ne sommes pas en présence d'un voleur quelconque. Six cents hommes (si le chiffre est crédible !), ce n'est pas rien ; si - comme Dion Cassius l'affirme - il rançonnait toute l'Italie, en particulier entre Rome et Brindisi, tenait tête à d'importants effectifs militaires au point d'inquiéter Sévère, sa force devait être considérable. Le plus intéressant est cette troupe en partie composée d'esclaves et l'amorce d'une revendication sociale avec le "Va dire à tes maîtres...", même si évidemment il n'y a pas la moindre idée de lutte contre l'esclavage (il n'y aura jamais, chez les révoltés de l'Antiquité, une telle idée), même si l'on est loin d'une lutte d'esclaves contre leur esclavage (à la Spartacus). Si l'on sait qu'il y avait, qu'il y avait eu depuis une cinquantaine d'années surtout, d'autres Boullas un peu partout, on a seulement un indice de la montée des périls pour les maîtres, alors que l'offensive des bandes barbares avait commencé (dès 166-167) et que s'affirmaient à nouveau tensions tribales, ethniques ou "nationalistes".

  • 4 Il faudrait aussi revenir sur la révolte de la paysannerie asservie - mais non esclave - en Egypte (...)
  • 5 Hérodien, Hist. de l'emp. après Marc Aurèle, l. I, 10.

8Sans doute plus important avait été le phénomène de banditisme de masse en Gaule dirigé par Maternus, sous Commode, vers 186-1884. Nous le connaissons grâce à Hérodien5. Il ne faut pas oublier que si les Barbares commencent à faire pression sur l'Empire, la Gaule est alors à l'abri, relativement loin à l'arrière. Certes une fraction de l'armée est occupée à les contenir, mais on ne peut pas relier ces troubles en Gaule à un danger externe, à des invasions. La crise sociale précède largement les incursions barbares.

  • 6 Hérodien, L. I, 10, 1 :χετρα πολλὴν κακούργων έν όλίγω άθροίσας χρόνω, τὰ μὲν πρῶτα κώμαις τε καὶ c (...)

9Maternus est présenté par Hérodien comme un simple soldat déserteur qui aurait suscité de nombreux émules autour de lui. Cette bande s'attaquait aux villages, aux fermes, aux villae ( ?)6. Puis la troupe se gonfla considérablement grâce à ses premiers succès, en recrutant toute une population avide de butin, en attaquant les villes, libérant les prisonniers et en les incorporant. Cette véritable armée semble avoir ravagé l'Espagne et la Gaule. Elle aurait attaqué de grandes villes, les brûlant et les dévastant avant de les abandonner : une affirmation qui semble exagérée.

  • 7 Une déclaration formelle de justum bellum ?
  • 8 Voici une partie du-texte d'Hérodien il, 10), traduit par L. Lerat, La Gaule, romaine, A. Colin, p. (...)
  • 9 Encore une fois notons l’importance de la trahison pour venir à bout de ces rebelles ou brigands.

10L'importance des troupes de Maternus devint telle qu'elles ne furent plus considérées comme des brigands, mais comme de véritables ennemis7. Commode intervint auprès des gouverneurs des Provinces concernées (Aquitaine, Belgique, Lugdunum) pour qu'une expédition militaire soit organisée (la cohorte lyonnaise fut envoyée contre les rebelles). Maternus aurait alors divisé sa troupe en petits groupes et aurait réussi à les faire passer en Italie8. Ensuite, il aurait même tenté d'organiser un complot contre Commode pour se saisir lui-même de la pourpre ; au cours d'un carnaval, ses hommes et lui-même, déguisés en prétoriens, auraient dû approcher l'empereur et le tuer. Trahi par certains de ses hommes9, il fut arrêté et exécuté. Cette exécution tombait bien, Commode semble l'avoir utilisée (ainsi que le complot) pour conforter sa gloire auprès de la population romaine. Peut-être était-ce un coup monté ? Eliminer Maternus comme chef de rebelles ou de brigands gaulois n'était pas suffisant, il fallait le décapiter corme coupable d'avoir voulu assassiner l'Empereur pour que la victoire de l'ordre soit éclatante et fêtée.

11Que dire sur d'éventuels buts sociaux des troupes de Maternus ? Sans doute font-elles la guerre aux riches, aux villae, aux villes aristocratiques, mais c'est tout simplement pour s'enrichir en les pillant ! Qui composaient ces troupes ? On sait qu'il n’y a pas que des déserteurs (l'importance massive de ceux-ci prouve une première déliquescence de l'armée), mais des masses importantes de "criminels" civils, que Maternus semble avoir fort bien organisés, formant un ou des corps d'armée solides et capables de passer du stade de la quasi-armée à celui des petits groupes disséminés lorsque la guerre ouverte va lui être faite.

  • 10 Si ce n'est lors de l’histoire du complot. Hérodien nous dit-il qu'ils passent en Italie pour étaye (...)

12L'Aquitaine, l'Espagne et la Gaule seront-elles pacifiées après la mort de Maternus et de ses lieutenants ? Peut-être les petits groupes armés ne gagnèrent-ils pas tous l'Italie (où on n'entend plus parler10) et restèrent dans ces Provinces, dans les forêts et les maquis. En effet, à partir de cette période, le brigandage de petite bande ou de masse devient la règle en Gaule. Il n'est pas impossible que de la fin du IIème siècle à la fin du IIIème (et au-delà !), de Maternus aux bagaudes, il n'y ait pas de solution de continuité. Loin des grandes routes, des villes ou des villae, en relation avec des villages indigènes, dans les clairières des forêts, dans les régions montagneuses ou escarpées, de véritables communautés rebelles se sont installées. Lors des périodes troublées, lorsque l'emprise des appareils d'Etat se relache, elles passent à la lutte ouverte.

13Retenons seulement que, dès la fin du IIème siècle, le banditisme change de forme avec l'entrée en scène de très fortes troupes, nombreuses et organisées, capables de ravager des fractions entières de l'Empire, peut-être d'attaquer et de prendre des villes. Elles sont capables de soutenir longtemps un véritable combat à force ouverte, puis de se terrer lorsque la répression armée intervient, d'ailleurs avec une grande lenteur. C'est ce que nous appelons le banditisme de masse. Il précède en Gaule de soixante-dix ans les invasions.

§ 2 - Crise du IIIème siècle

  • 11 cf. P. Dockès, La libération médiévale, Flammarion, 1979, p.99, no 1 une rapide bibliographie.

14Classiquement on considère que "la crise du IIIème siècle s'étend de l'avènement de Maximin (235) à celui de Dioclétien (28). Il n'est pas question de décrire ici, d'autant qu'elle a été beaucoup étudiée11, cette crise générale de la société romaine : crise de l'état avec anarchie militaire, dislocation administrative, crise fiscale, crise de la production et des échanges, effondrement de l'économie monétaire, désertion des villes par les riches, suivis par leurs pauvres, vers les villae.

15Et les invasions ! Entre 240 et 270, l'Empire subit une pression quasi-simultanée venue de toutes les directions. L’Empire est traversé, sillonné par des "bandes guerrières" qui ravagent les campagnes et les villes.

  • 12 cf. Hist. Aug. (Vopiscus) : Probus, XIII, 5-7. Probus aurait pris 70 place aux Germains et tué 400. (...)

16Pour la Gaule, l'invasion des Francs et des Alamans commence en 252-253. Rejetés temporairement sur la rive droite du Rhin par Gallien (254-258), les Francs traversent bientôt le Rhin et entrent à nouveau en Gaule, y retrouvant les Alamans arrivant de Rhétie par la région du lac de Constance. Toute la Gaule est ravagée, y compris le Sud-Est et jusqu'en Espagne. Vers 262 se forme en Gaule ce que l'on nommera l'Empire gaulois de Postumus (et ses successeurs) qui tente de défendre le pays contre les invasions. Encore en 275, profitant sans doute des troubles de la fin de l'Empire gaulois (Valérien bat l'ultime successeur de Postumus, Tetricus, en 274), les Francs et les Alamans envahissent à nouveau la Gaule. Probus, enfin, réussit vers 278 à en finir avec la "terreur barbare en Gaule", rejettant une fraction des bandes de l'autre côté du Rhin, installant de nombreux barbares dans les régions dévastées. Ces derniers sont "intégrés" par groupes entiers sur des terres, dans une situation proche de celle des coloni, essentiellement comme agriculteurs, mais aussi comme soldats devant éventuellement participer à la défense de l'Empire (ce qui les distingue des autres tenanciers)12.

17Lorsqu'en novembre 284 Dioclétien est proclamé empereur, la Gaule parait libre de troupes barbares en lutte. Or la révolte bagaude se développe à cette date et c'est, semble-t-il, profitant des troubles sociaux que, en 286, des bandes barbares tentent d'envahir à nouveau la Gaule. Nous reviendrons sur cet aspect des événements.

  • 13 Les invasions, P.U.F., 1969, p. 53.

18L. Musset note que l'invasion barbare de 252 à 278 "est la pire catastrophe dans l'histoire de la Gaule". Selon cet auteur13, elle engendre une césure sans doute plus profonde que les grandes invasions du Vème siècle. Cette césure serait aussi déplacement du centre de gravité de la société romaine de la ville vers la campagne et il est vrai que la crise urbaine rejette les maîtres et leur suite vers les villae. Mais c'est aussi un déchirement du filet jeté par l'urbain sur la campagne, crise des voies de communication, des échanges et des noeuds d'échange, des villae elles-mêmes. Par ces déchirures se glissent les fugitifs ou s'engouffrent les barbares, mais ces mailles sont arrachées par l'ensauvagement d'une fraction importante de la "servitia" rurale. Reflux de la ville sur la campagne et de la campagne domestiquée vers la forêt. Irruption soudaine du sauvage dans la campagne et jusqu'aux limites des cités.

§ 3 - Questions sociales

19Avant de décrire les événements grâce aux textes, voici quelques remarques de départ :

201) Vers 284, en Gaule, on assisterait à une imposante révolte sociale dans les campagnes. Donc exactement au moment de la prise de pouvoir par Dioclétien, après le premier rétablissement de l'ordre extérieur par Probus.

21L'idée d'une soudaine explosion sociale semble devoir être rejetée. Nous avons vu que, depuis un siècle, la Gaule connaît un banditisme de masse. Les invasions barbares n'ont pas dû faciliter le maintien de Tordre social. On peut penser que dès les années 240-250, avec les invasions, les rebelles quittent les maquis et les (vastes) zones "libérées" dans les campagnes reculées et accidentées, les clairières des forêts, espaces qu'ils tenaient peut-être depuis Maternus, et passent à l'action ouverte contre les villae. On parlerait des bagaudes seulement en 284 parce que, la vague barbare refoulée ou intégrée, se découvre le fond social gaulois : la guerre sociale. Il est effectivement probable que, bien avant 284, la question sociale est posée violemment par les masses rurales.

222) La possibilité pour les classes exploitées des campagnes gauloises de passer à l'action ouverte leur est-elle donnée par les invasions barbares destructrices de l'ordre impérial. La violence externe assaillant l'Empire aurait permis les révoltes sociales. Indéniablement la force des bagaudes tient à l'effondrement économique-politique-militaire de l'Empire, et les invasions sont un des éléments de cette crise générale : d'une part elles sont possibles parce que l'Empire est en crise, d'autre part elles renforcent la crise et la faiblesse de l'Empire. Les barbares ont alors effectivement "incendié la Gaule", les villes sont souvent tombées, pillées, incendiées, les villae sont dévastées, elles aussi ont brûlé, les maîtres et leurs milices privées sont souvent en fuite, parfois morts. Les servi et les coloni, les petits paysans plus ou moins dépendants des "seigneurs" paraissent avoir beau jeu !

233) Le barbare n'a pas - a priori - d'allié social. Il va finir, sans doute, par se mettre (ou se remettre) souvent au service de ce qui reste d'Etat, disons au service des maîtres (les plus offrants), même si - par sa présence même - il est une des causes de leur faiblesse. Mais il massacre aussi bien le paysan que le citadin, le maître que l'esclave. Souvent les paysans coloni ou servi, des villae petits propriétaires dépendants des villages indigènes durent "lutter sur deux fronts" : d'une part il leur fallait prendre en main la résistance au barbare, d'autre part profiter de la situation pour éliminer les maîtres, en particulier lorsque ceux-ci se sauvaient vers les villes mieux fortifiées ou loin de la région menacée. Mais, quand les légions réussirent à refouler les bandes guerrières barbares, les maîtres des villae reviennent derrière Probus, puis derrière Dioclétien et Maximien. Ils reviennent physiquement, eux ou leurs intendants. Lorsqu'ils sont restes, le péril éloigné, ils ressèrent une exploitation qui avait dû fatalement se relâcher quelque peu, voire qui avait cessé : les servi, se casant d'eux-mêmes ou étant casés rapidement (pour éviter d’avoir chez soi, selon le proverbe, autant d'ennemis que d'esclaves), les coloni et autres tenanciers ou dépendants "oubliant" redevances et dépendance.

24D’où la possibilité de comprendre pourquoi c'est justement vers 284 que le phénomène bagaude semble se développer (et donc l'acceptation - sous réserve - de l'idée d'une brusque flambée de guerre sociale alors). Les troubles, la crise, les invasions avaient sans doute souvent permis de régler dans les faits la question sociale localement. Le retour à Tordre extérieur rendait possible le retour à l'ancien ordre social. D'où une guerre sociale déclenchée par les maîtres et leur Etat et une "terreur blanche".

254) A côté des anciens maîtres, de nouveaux puissants sont nés grâce aux troubles, ou se sont considérablement renforcés. De petits seigneurs se sont faits brigands, chefs de bande et ont ainsi accru considérablement leurs richesses en terres, en troupeaux " et en esclaves. De même des chefs de bande se sont faits "seigneurs de villae. La concentration foncière se développe considérablement grâce à ces troubles de diverses natures, soit par simple pillage, soit par la volonté des plus petits de trouver protection auprès des plus forts, quitte à céder leurs terres. L'histoire ne procède pas linéairement et tandis que des servi se libèrent, des paysans libres tombent en dépendance : double mouvement qui produira le servage médiéval.

  • 14 Hist. Aug. (F. Vopiscus) : Firmus, Saturnius, Proculus et Bonosus, XII.

26Un exemple célèbre est celui de Proculus, homme de noble extraction sans doute, mais ayant déjà eu, nous dit-on, des brigands comme ancêtres. Lui-même se fit chef de bande et réussit à capturer une grande quantité d'exclaves et de troupeaux. La lutte qu'il menait contre les barbares était une occasion de piller et de razzier ces peuplades. Du banditisme privé, il voulut passer au banditisme public et tenta de prendre l'Empire. Pour cela il arma deux milles de ses esclaves, mais fut finalement battu par Probus14. De "petits" Proculus ne devaient pas être rares. Avec les victoires contre les barbares, les nouveaux et les anciens maîtres devaient vouloir rétablir l'ordre social dans leurs domaines. D'où l'activation des luttes sociales, les paysans ne prenant pas nécessairement l'offensive, mais peut-être passant à la résistance ouverte contre la prétention des maîtres de plus ou moins fraiche date à rétablir l'ancien ordre des choses.

275) Si, profitant des troubles dus aux invasions et plus généralement à la grande crise, les travailleurs des campagnes purent modifier à leur avantage l'ordre social, reste à essayer de comprendre le pourquoi de cette crise, de cette affaiblissement de l'Empire qui laissa la porte ouverte aux invasions barbares. Nous y reviendrons au chapitre suivant.

286) Les bagaudes gauloises ne sont pas, alors, un phénomène isolé dans l'Empire. Une autre révolte - curieusement oubliée - secoue la Sicile sous Gallien, sans doute vers 259-260, prouvant la permanence (dans cette île tout au moins) du système classique de la villa esclavagiste et son inadaptation aux périodes de crise de l'Etat central.

  • 15 Trebellius Pollio est un des écrivains de l’histoire Auguste, et c’est sur ces événements notre seu (...)
  • 16 Treb. Poll., Les deux Gallien, IV, in Hist. Aug. : "Denique quasi conjuratione totius mundi, concus (...)

29Il semble en effet d'après Trebellius Pollio15 qu'"une sorte de guerre servile", sans doute menée par des esclaves fugitivi (et peut-être d'autres "prolétaires" ruraux) réfugiés dans les montagnes et devenus brigands, éclate alors en Sicile et qu'il fut très difficile d'en venir à bout16.

  • 17 Adolph Holm, Geschichte Siciliens im Alterthum (1896), trad. italienne "L'erma di Bretschneider", R (...)

30La relation avait été faite par A. Holm entre cette guerre servile, celles du IIème siècle a.c. dans cette même île, et la prédominance maintenue du système latifundiaire17.

§ 4 - Les textes sur la guerre bagaude

  • 18 Textes généralement bien connus depuis fort longtemps qu'il s'agit ici seulement de "revisiter". Qu (...)
  • 19 cf. ci-dessous, ch. IV.

31Quels sont les textes que nous possédons sur la question18 ? J'entends ici les textes du IIIème au Vème siècle ainsi que ceux, postérieurs, qui n'en sont que des copies plus ou moins aménagées. Nous aurons à étudier d'autre part19 des textes postérieurs qui participent à la formation de ce que nous nommerons la "chanson bagaude". Cela ne fait pas pour cela, par antiphrase, des textes présentés ici des sources "sûres" !

32Outre une fausse piste (Eumène), nous trouvons dans l'ordre approximatif de leur rédaction :

  1. Mamertin l'ancien, le panégyrique II de 289, auquel nous ajouterons des éléments tirés du panégyrique III (juillet 291) du même Mamertin et du panégyrique VI, sans doute d'un disciple de Mamertin (de 307).

  2. Aurelius Victor, et son Liber de Caesaribus (vers 360).

  3. Eutrope, dans son Brevarium ab urbe conditia (écrit vers 367) et nous mentionnerons son traducteur en grec, Paeanius.

  4. Jérome, dans ses Chroniques (écrites entre 370 et 390). Nous ajouterons ici les simples "copistes" de Jérome : Prosper Tiro (Epitome chronicon, en 433) ; l'auteur de la Chronique (dite) de 511, dans les Chronica Gallica ; B. Jordanès (Romana, vers 552) ; enfin, beaucoup plus tard, au XIème siècle (1076), la Chronique de Marianus Scottus. Notons dans la Passio de Typasius (fin du IVème siècle), une allusion faite aux Bagaudes.

  5. Orose, dans Historiae adversus paganos (en 416-417).

  6. Eucher, dans sa Passion des martyrs d'Agaune (vers 445) ; des versions B (vers 700) seront utilisées également. Notons que ces textes sont déjà la construction d'une légende bagaude que nous retrouverons ultérieurement.

  7. Le chroniqueur bysantin, Théophane, dans sa Chronographia (vers 810-814) et, pour clore la lignée orientale, B. Zonaras et son Epitomé des histoires qui, peut-être, s'en inspire au XIIème siècle.

  • 20 Eumène, Discours pour la restauration des école d'Autun (print. 298), IV
  • 21 Ausone, Parentalia (sur ses parents), IV.
  • 22 Eumène écrit Batavicae et une correction ancienne. faite par. Juste Lipse) écrivait Bagaudicae et a (...)

33Eliminons d'abord la fausse piste. Eumène20 aurait décrit Autun dévasté par des bandes bagaudes. Ce serait évidemment intéressant puisque l'on sait, grâce à Ausone21, la date du siège d'Autun (269-270), ce qui permettrait de prouver que les guerres bagaudes commencent beaucoup plus tôt que 285. En fait, il paraît clair aujourd'hui que notre auteur parle des bandes de brigands de la rébellion batave22.

34Avant d'aborder nos diverses sources rappelons que le 20 novembre 284, Dioclétien est proclamé empereur par ses soldats. Il doit éliminer son rival Carin, empereur légitime (il meurt en 285 en Mésie). Dioclétien confie presqu'immédiatement le rétablissement de l'ordre en Occident, et d'abord en Gaule, à Maximien. Ce dernier est nommé César en mars 286, Auguste en septembre de la même année. Le 21 juillet 287, Dioclétien prend le titre de Jovius, Maximien celui d'Herculius (Maximien va - tout naturellement - être comparé à Hercule, lequel reste soumis à Jupiter-Dioclétien).

35On croit savoir que Maximien franchit les Alpes en septembre 285. Il organise personnellement le combat contre les bagaudes jusqu'en juin 286, date à laquelle il est à Mayence d'où il mène la lutte contre des bandes barbares. Il gagne Trèves l'hiver 286 et en 287-288 il mène, au-delà du Rhin, des campagnes victorieuses contre les Alamans et les Francs. Notons que, dès 285, Carausius avait été chargé de défendre les côtes de Bretagne, du Nord de la Gaule et d'Armorique contre les pirates francs et saxons, qu'il est entré en dissidence et que, dès 288 (Maximien fait construire une flotte en Gaule), Maximien se retourne contre ce dernier (sa flotte échoue en 289).

36C'est en 289 que Mamertin prononce, à Trèves, le panégyrique de Maximien.

1) Le panégyrigue II (289) de Mamertin

  • 23 Pan. II, 4 et 5 : "An non illud malum simile monstrorum biformium in hisce terris fuit quod tua, Ca (...)

37Il compare Maximien à Hercule lors de la guerre des Géants, monstres moitié hommes, moitié serpents. Il écrit : “N'était-il pas semblable à ces monstres aux doubles formes, ce fléau oui s'abattit sur notre pays et dont je ne saurais dire, César, s'il fut plutôt maîtrisé par ton courage ou apaisé par ta clémence, quand des paysans ignorant tout de l'état militaire se prirent de goût pour lui, quand le laboureur se fit fantassin et le berger, cavalier, auand le rustre imitant l'ennemi barbare, porta la dévastation dans ses cultures. Je passe rapidement là-dessus : je vois en effet que ta bonté aime mieux oublier cette victoire que d'en tirer gloire". Et il ajoute : "Mais quoi ? à peine calmé ce déplorable accès de fureur, alors que tous les peuples barbares menaçaient la Gaule entière de la destruction..."23.

38Il s'agit donc de paysans, d'agriculteurs, de campagnards (agricolae, rusticus). Leur statut ou leur situation de fait n’est pas davantage précisé (servi, coloni, petits propriétaires plus ou moins dépendants ?). Il semble s'agir d'un soulèvement de l'ensemble du peuple des campagnes gauloises. Le mot bagaudes n'est pas prononcé.

  • 24 "Exacerbatas saeculi prioris injuriis Pan. III, 5, 3.
  • 25 IV : "quam eisdem reddidisse"

39L'accent est mis sur la fureur de ces rustici (misero illo furore). Les causes de la révolte ne sont pas précisées, mais le panégyriste III du même Mamertin (de 291) parle des injustices de l'époque précédente24. L'importance du soulèvement est marquée par l'expression "fléau" (illud malum) pour caractériser les conséquences de la révolte, par l’idée qu'il fallut du courage à Maximien pour mener le combat (fortiter, fortitudine), par la comparaison avec Hercule lors de la guerre des Géants, Hercule (Maximien) qui avait rendu le ciel (la Gaule) aux dieux (et à Jupiter-Dioclétien) plutôt qu'il ne l'avait reçu25.

  • 26 Sur les bergers des Apennins, cf. M. Bloch, "Une mise au point : les invasions", in Mélanges Marc B (...)

40Ces rustici formaient des troupes puissantes, nombreuses, de véritables armées. Le seul fait que Maximien, en personne, ait dû traverser les Alpes pour leur "reprendre" la Gaule le prouve. Mamertin est impressionné par le fait que ces gens-là ont été capables de se battre comme de véritables professionnels, par ces laboureurs devenant fantassins et ces bergers cavaliers (on sait que les bergers à cheval, véritable horde errante parfois, terrorisaient les Apennins et on a la preuve du danger de ces cavaliers par une loi du code Théodosien leur interdisant de monter à cheval26).

41Ces rustres, imitant les Barbares, auraient dévasté leurs cultures. Que penser de cela ? Des paysans indépendants brûlant leurs propres récoltes signifieraient une armée désespérée faisant le désert devant l'avance des troupes de la répression. S'agit-il plutôt de paysans dépendants (coloni) ou de servi dévastant les champs qu'ils ont eux-mêmes cultivés (suorum cultorum) ? Ou d'anciens servi ou coloni qui, s'étant libérés, préfèrent dévaster leurs champs plutôt que de les rendre aux maîtres en bon état ?

42Sur la manière de combattre de ces rustres, revenons sur la comparaison avec les Géants mi-hommes, mi-serpents développée par Mamertin. Il les dit semblables à ces monstres à double forme (simile monstrorum biformium). Bien sûr il s'agit, d'abord, de plaire à Maximien-Hercule ; mais au-delà "double forme" veut sans doute dire que le combattant redevenait paysan, que le paysan se faisait soldat, d'où la difficulté de le saisir. Exactement comme la guerrilla rurale moderne nous en a donné plusieurs fois l'exemple.

  • 27 "Nescio utrum magis fortitudine repressum sit an clementia. Mitigatum" et plus loin video enim te, (...)

43Peu de choses sont dites sur la façon dont Maximien en vint à bout. Mamertin explique seulement qu'il aurait employé la manière forte et la clémence et qu'il préfère aujourd'hui tirer le voile sur ces événements27. Ces guerres (plus ou moins) serviles apportaient peu de gloire aux généraux vainqueurs !

44Que penser de cette clémence et de cet oubli ? Nous n'en connaissons ni le sens (la lutte continuait peut-être et il pouvait s'agir d'une sorte de "paix des braves"), ni l'ampleur éventuelle (ne pas les avoir tous massacrés ?).

  • 28 Ajoutons que le panégyrique VI - prononcé à Trèves ( ?) en 307 à l'occasion du mariage de Constanti (...)

45L'accent mis sur la difficulté du combat n'est pas plus probant en soi, puisqu'il s'agit d'un panégyrique. Pourtant, que Mamertin ait pu parler de cette guerre "servile", a priori considérée comme ignoble, et - malgré tout - en faire gloire à Maximien, prouve sa difficulté et le caractère crucial que lui attribuaient les contemporains28.

46L'étude de ce document montre en outre que "Hercule" dut commencer par les bagaudes, parant au plus urgent, pour se retourner ensuite contre les Barbares. Ceux-ci semblent en effet n'avoir pénétré en Gaule qu'attirés par la guerre sociale (en 286) et d'ailleurs peu profondément puisque Maximien peut, de Mayence, diriger les opérations contre les Alamans et les "Burgondions" d'une part (il va d'ailleurs laisser la famine et la peste s'occuper d'eux : faisait-il le vide devant eux ou simplement cette masse barbare pénétrait-elle dans un pays totalement ravagé par la guerre sociale ? Je pencherai plutôt pour cette deuxième hypothèse), contre les Chaibonnes et les Hérules d'autre part qui furent attaqués, battus et (tous) massacrés. Maximien peut alors passer de l'autre côté du Rhin et mener ses campagnes de Germanie.

2) Auréllus Victor29

  • 29 De Caesaribus, ou Hist. abbrev. ab...
  • 30 Traduc. P. Dufraigne, Livre des Césars, Coll. Les Belles lettres, 1975, p. 50. Le texte latin est l (...)

47Il écrit : "Dioclétien, en effet, apprenant qu'à la mort de Carin, Aelianus et Amandus, après avoir levé en Gaule une troupe de paysans et de brigands (les habitants les appellent bagaudes) et ravagé les campagnes sur une vaste étendue, s'attaquaient à la plupart des villes, donne aussitôt le titre d'empereur à Maximien, ami sûr bien qu'à demi barbare, bon soldat pourtant et doué d'un bon naturel... Cependant Herculius partit en Gaule, mit en déroute l'ennemi ou reçut sa soumission ; en peu de temps, il avait pacifié tout le pays"30.

  • 31 Cf. Les sources de l'hist. de France, La Gaule, P.M, Duval, T. II, p. 581 (no 243).

48Aurelius Victor, abréviateur plutôt qu'historien31, connaît d'autres sources que le panégyriste Mamertin. Ce document est donc essentiel. Grâce à lui, on connaît le nom des deux chefs (Aelianus et Amandus), et on trouve le nom de bagaudes (Bagaudas) pour désigner la troupe de paysans, de travailleurs agricoles et de brigands (manu agrestium ac latronum) qui ravagaient les campagnes gauloises. On apprend aussi qu'ils attaquaient la plupart des villes.

49La lecture du texte donne l'impression d'une plus grande facilité du combat de Maximien (il met peu de temps), mais nous retrouvons l'idée qu'il mit en déroute les uns et accepta la soumission des autres (la répression violente d'un côté, la clémence de l'autre).

3) Eutrope32

  • 32 Breviarum ab Urbe conditia, Abrégé de l’hist. rom.
  • 33 IX, 21 : "Ita renum Romanarum potitus, cum tumultum rusticani in Gallia concitassent, et factioni s (...)

50"Ainsi, maître de l'Empire, comme les paysans avaient suscité en Gaule des troubles - ils avaient donné le nom de Bagaudes à leur ligue (ou à leur rassemblement) et avaient comme chef Amandus et Aelianus - (Dioclétien) envoya pour les soumettre Maximien Hercule César qui vainquit les paysans par des combats de peu d'importance et rendit la paix à la Gaule"33.

51On retrouve les noms des chefs, le terme de bagaudes (mais ici les combattants se le seraient attribué eux-mêmes), les troubles causés par des rustres (rusticani). Le mot factio employé pour désigner les révoltés est intéressant dans la mesure où il pourrait suggérer un groupe assez organisé ( ?).

  • 34 A. Lambert, Dict. d’H. et de G. Ecc., écrit : "Ce fut une guerre d’innombrables combats, longtemps (...)

52Eutrope donne, a priori, l'impression que Maximien vint facilement à bout des Bagaudes (levibus proeliis). Peut-être rend-il compte (plus ou moins inconsciemment) d'une source antérieure qui aurait mis l'accent sur le mode de combat que dut, nécessairement, adopter Maximien. Non pas de grandes batailles rangées, mais des escarmouches, des combats légers menés contre ces révoltés par de petits groupes anti-guerrila34.

4) Jérome35

  • 35 Saint-Jérome, Chronicon, a. 287-288, (288-289), ann. ab. Abr. 2303, in Patr. lat. ou in R. Helm, Di (...)
  • 36 "Diocletianus in consortium regni Herculium Maximianum adsumit, qui rusticorum multitudine oppressa (...)

53Au milieu du IVème siècle, Jérome reprend les Chroniques d'Eusèbe, les complète pour les années postérieures à 283 (mort de Carus). Pour les années 287-288 nous trouvons l'élection de Dioclétien, le rôle confié à Maximien Hercule et l'intervention de celui-ci en Gaule. En fait, on ne sait rien de nouveau par Jérome : Maximien écrasa les masses rurales qui avaient donné à leur propre ligue ou rassemblement le nom de bagaudes et pacifia les Gaules36.

  • 37 "Diocletianus in consortium regni Herculium Maximianum adsumit qui rusticorum multltudine oppressa, (...)
  • 38 Chronica Gallica, in Chronica Minora..., M.G.H., A.A., IX, p. 643 : "Diocletianus... Herculium Maxi (...)
  • 39 Jordanes, Romana, a. 296, M.G.H., A.A., V, I, p. 38 : "Diocletianus... in consortio suo Maximianum (...)

54Le texte de Jérome est repris, pratiquement mot à mot, par Prosper Tiro, dans son Epitoma Chronicon37 ; puis par l'auteur de la chronique dite de 511 (Chronica Gallica)38 ; puis par Jordanes39 au VIème siècle.

  • 40 Marianus Scottus, Chronicon, 3, 302, 2, M.G.H., S.S., VII, p. 552, c'est le texte de Jérome.

55Il est intéressant de noter, ensuite, une longue coupure temporelle, jusqu'à la chronique de Marianus Scottus40 en 1076. Diverses interprétations de ce "trou" de quelques siècles sont possibles. Nous y reviendrons.

  • 41 Passio Typasii, (1), Ana. l. Bolland 9, 1890, p. 116 : "in partibis quoque Galliarum Bacaudae crude (...)

56Ajoutons à cette "lignée", ne sachant où le classer et ne pouvant, pour sa faible importance, en faire un texte à part, l'allusion de l'auteur de la Passion de Typasius sur les Bagaudes gauloises qui se déchaînaient violemment, voire avec cruauté41, texte du IVème siècle.

5) Orose42

  • 42 Paulus Orosius, Historiam adversum paganos, libri VII.
  • 43 Id., VII, 25, 2 : "Cum in Gallia Amandus et Aelianus collecta rusticanorm manu, quos Bacaudas, voca (...)

57Le texte d'Orose est, peut-être, intéressant surtout par le pont qu'il jette entre les textes de Mamertin, A. Victor, Eutrope, et les écrits ultérieurs, jusqu'au Moyen-Age. Le voici : "comme en Gaule, les troupes des paysans rassemblés par Amandus et Aelianus (que l'on appelait Bagaudes) provoquaient des troubles dangereux, (Dioclétien) fit Maximien Hercule César et l'envoya en Gaule celui-ci pacifia aisément, par ses qualités militaires, cette troupe désordonnée et inexpérimentée d'hommes des champs"43.

58L'accent est mis sur l'aisance de la victoire de Maximien et de son armée de métier sur des bandes désorganisées (imperitam et confusam manum) qui s'avéraient cependant dangereuses (perniciosos tumultus).

59Que sont ces "hommes des champs" (agrestium hominum) ?

60Parler de paysans ne nous convient pas parfaitement ; le mot fait image et nous "voyons" plus ou moins fatalement des hommes qui sont sur leurs terres ou qui ont un droit sur une terre (propriétaires ou tenanciers stables). Il s'agit simplement ici de ceux qui travaillent la terre : peut-être dirions-nous des travailleurs agricoles ?

6) Eucher et la Passion des martyrs d’Agaune44

  • 44 Passio Acaunensium martyrium, attribuée à Saint Eucher, évêque de Lyon. Citée d'après M.G.H., Scrip (...)

61Avec Eucher, nous abordons un troisième type de sources, les récits de martyrs chrétiens. Eucher est membre d'une des plus grandes familles des Gaules. Après avoir été marié, père de deux enfants, il quitte le monde et se réfuge à Lérins (où, en particulier, il se liera avec Salvien) ; il finira évêque de Lyon. Ce texte dut être rédigé vers 443-450 : il s'agit, nous dit Eucher, de sauver de l'oubli les saints martyrs d'Agaune, quelque chose de comparable aux riches présents offerts aux saints.

  • 45 "Per succedentium relationem", p. 33.
  • 46 "Quae Dei erant Deo et quae Caesaris Caesari restituebant",p. 34.
  • 47 "Ttaque cum et hi, sicut ceteri militum, ad petrahendam christianorum multitudinem destinarentur, s (...)
  • 48 Eucher tiendrait ces faits de témoignages oraux faits par des hommes qui auraient accueilli te témo (...)

62Les faits qu'il relate seraient connus par transmission orale de génération en génération45 : sous Dioclétien qui, avec Maximien, gouvernait l'Etat, il y eut de nombreux martyrs. Maximien, aussi impie que vicieux, voulait éteindre jusqu'au nom de chrétien. Il y avait dans son armée une légion thébaine de 6.600 hommes, soldats auxiliaires venus de l'Orient, très braves, mais encore plus chrétiens que braves. Même sous les armes, ils obéissaient aux préceptes de l'évangile et rendaient à Dieu ce qui est à Dieu, à César ce qui est à César46. Donc, quand on leur ordonne, à eux comme aux autres, d'arrêter les chrétiens, ils refusent d'obéir47. Maximien qui se repose à Octodorum (Martigny), apprend la révolte et devient furieux. Eucher précise ensuite la situation géographique d'Agaune (à 60 miles de Genève et à 14 miles de la "tête du lac Léman") où campait la légion sainte. Dès que Maximien a reçu la nouvelle, il donne l'ordre de faire décimer la légion et de contraindre les survivants à persécuter les chrétiens. Mais les Thébains persévèrent, une deuxième décimation n'en vient pas à bout. Encouragés par leurs chefs, les légionnaires envoient une déclaration à Maximien où ils s'affirment prêts à obéir, sauf si on leur commande des crimes, car ils doivent d'abord obéir à Dieu. Si Maximien veut faire périr des chrétiens, eux tous étant chrétiens sont prêts à la mort, ils ne se serviront pas de leurs armes. Finalement Maximien les fait tous périr, ils ne résistent pas. Puis Eucher nous donne la liste des martyrs connus, raconte la mort du cruel tyran Maximien, les miracles liés aux saints d'Agaune et comment ces faits lui ont été transmis48.

  • 49 Cf. C. Jullian, "Questions hagiographiques, la légion thébaine", Rev. du études anciennes, 1920, pp (...)

63Que penser de la véracité de ces faits ? Les lieux semblent bien connus et Agaune est sur un itinéraire normal, mais l'exactitude topographique ne prouve rien quant à la valeur historique du texte ; les titres des victimes semblent corrects dans la hiérarchie de la cavalerie ; enfin, on a retrouvé à Saint-Maurice une inscription authentique, épitaphe d'un officier de cavalerie mort au combat et pouvant être contemporain de Maximien49. Mais une légion entière massacrée sans que l'histoire en ait gardé une trace écrite est peu probable. On peut cependant admettre qu'une légion thébaine fut envoyée en Occident entre septembre 285 et début 286, lorsque Maximien fut chargé d'aller combattre les bagaudes. Un détachement de cavalerie, une cohorte, aurait fait des difficultés et il y aurait eu répression, peut-être quelques morts (six, et non 6.600 ?). Il n'y a rien d'étonnant à ce que l'on ait, alors, transféré des légions. Ce détachement était-il formé de chrétiens ? Ce n'est pas impossible, mais Eucher peut tout aussi bien avoir totalement christianisé un événement laïc, lié à la guerre de Maximien contre les bagaudes gauloises.

64Il est remarquable que, pas une seule fois, Eucher ne mentionne de bagaudes dans sa Passio. Pourquoi parlons-nous, dès lors, de ce texte ? D'abord, parce que la seule cause possible de la pénétration de Maximien et de ses armées en Gaule est cette guerre, certainement pas la persécution des chrétiens. Eucher peut-il l'ignorer ? Nous verrons que c'est peu probable. Alors pourquoi ce silence ou cette falsification ?

  • 50 Il existe deux séries de versions B. Les unes(Bx), par. ex. in Acta Sanctorum, sept. VI, Paris, 186 (...)

65Ensuite parce qu'il existe des versions tardives de ce martyr de la légion thébaine qui parlent des bagaudes. Nous écrirons "Passio A" pour désigner celle écrite (sans doute) par Eucher et parlerons des versions B de cette Passio pour rendre compte de ces dernières50. Leur source commune écrite, peut-être, vers 700, devait se distinguer de la Passio A en ce que :

    • 51 D'après. L. Surius : " (Diocletianus) Herculium Maximianum Cesarum fecit eumque contra Amandum et A (...)

    Maximien vient en Gaule combattre les bagaudes, une révolte servile, dirigée par Amandus et Aelianus51,

    • 52 "Ut per aras daemonibus consecratas jurarent, aequalibus sibi animis contra bagaudarum turbas esse (...)

    les soldats thébains ne refusent pas directement d'aller combattre ces multitudes bagaudes, mais de jurer sur des autels démoniaques d'aller combattre des masses bagaudes et des chrétiens52.

  • 53 Krusch (M.G.H., S.R.M. III, 27) rapproche un texte, de la. version B de celui d’Orose (cf. ci-dessu (...)

66Le premier rédacteur des versions B parle-t-il des bagaudes simplement parce que, ayant lu Orose, il sait pourquoi Maximien entre en Gaule, connaît Amandus, Aelianus et les bagaudes ? S'il reprend Orose53,il le modifie en parlant d'une armée servile qui n'est citée ni dans Orose ni dans nos autres sources relatant cet épisode où il ne s'agit toujours que de "rustres". Peut-être confond-il les textes sur les bagaudes de la fin du IIIème siècle et ceux relatant celles du Vème ? Peut-être a-t-il entre les mains d'autres sources que nous avons perdues ?

67Il faut souligner que ni la Passio A ni les versions B ne font des bagaudes des chrétiens. Eucher substitue aux bagaudes des foules chrétiennes que les légionnaires thébains refusent de combattre. Le rédacteur de la version B dit que Maximien est venu en Gaule lutter contre les bagaudes, mais celles-ci ne sont nullement considérées comme chrétiennes et les légionnaires refusent de jurer sur des idoles d'aller combattre ces bagaudes (des servi révoltés) et des chrétiens.

68Il est clair que la version donnée par Eucher (A) est fausse : Maximien n'est pas là pour combattre des foules chrétiennes et la légion thébaine n'est pas décimée pour avoir refusé de libérer ce combat. Ajoutons qu'il est fort improbable qu'il y ait eu de nombreux chrétiens parmi les bagaudes du Illème siècle. Il ne s'agit pas d'une ignorance ou d'une erreur d'Eucher, mais d'une falsification voulue. A l'époque où il écrit, tout homme cultivé connaît l'existence des bagaudes du Illème siècle, sait pourquoi Maximien passe les Alpes avec ses armées : pour réprimer une révolte sociale de paysans et de servi. Comment Eucher, ce membre d'une grande famille, ce clerc, cet ami de Salvien aurait-il pu faire une aussi grosse erreur ? Eucher a donc transformé sciemment un épisode où une armée refuse de combattre les "damnés de la terre" en une histoire édifiante. Personnellement, je crois à la séquence suivante :

691) Vers 445, lorsqu'Eucher écrit, les clercs précisément, le peuple de façon plus légendaire, savent qu'il y a eu de véritables guerres sociales, des bagaudes, dans les dernières années du IIIème siècle. Or, en ce milieu du Vème siècle, les bagaudes sont à l'ordre du jour, comme nous le verrons, et peut-être particulièrement dans les Alpes. On ne peut donc, alors, prendre le risque de faire passer les bagaudes pour des saints. Rien ne serait plus dangereux que de laisser le peuple croire au christianisme (et au martyr, à la sanctification) de servi révoltés. Le mieux est de ne pas employer le terme de bagaudes, d'ignorer le fait et de ne parler que d'une légion chrétienne refusant de combattre les chrétiens que Maximien venait persécuter.

70Certes Eucher aurait pu s'en tenir à la vérité historique, parler des bagaudes réelles (servi ou paysans révoltés et non-chrétiens). Mais Maximien est l'archétype de tyran paien, persécuteur de chrétiens, il tient le rôle du "méchant". Le faire lutter contre des bagaudes rendait pour le moins celles-ci sympathiques, voire pouvait apparaître comme l'indice de leur christianisme.

712) Dans les années 700, le rédacteur de la Passio B rétablit les faits, mais réduit les risques idéologiques : Maximien vient combattre des bagaudes, des servi révoltés, mais ce ne sont pas des chrétiens. Il reste que Maximien, le "Galère de l'Occident", combat aussi les servi révoltés. D'où deux interprétations possibles :

  • ces servi ensauvagés pourraient être implicitement chrétiens, au moins être des "bons" (les ennemis de nos ennemis sont nos amis) : nous verrons que cette interprétation pourra soutenir la légende "hérétique" où les bagaudes sont à la fois des servi révoltés et des chrétiens ;

  • ces révoltés sont des “monstres" sociaux, la lie de la terre, et Maximien-Hercule vient les châtier, rétablir l'ordre et le droit... Dès lors, l'empereur n'est plus un monstre absolu de noirceur, même si, paien, il persécute les chrétiens, il n'en est pas moins César. Une telle interprétation serait déjà carolingienne ; pour l'admettre, il faudrait sans doute repousser le texte d'un demi-siècle. De toute manière, elle soutiendra la façon de juger les bagaudes et Maximien des scribes carolingiens ou post-carolingiens.

72Nous étudierons les deux courants nés de ces deux interprétations possibles dans le chapitre IV : la légende bagaude.

73Quoi qu'il en soit, avec la Passio d'Eucher nous découvrons un itinéraire probable de Maximien par le Valais, la possibilité qu'il ait mené la répression en s'aidant de contingents d'origine aussi distante que possible de celle des "révoltés (vieille et toujours nouvelle technique) et surtout que l'armée n'était pas sûre ! Que la cavalerie thébaine ait mis la "crosse en l'air" par idéologie chrétienne, par haine de Maximien et des empereurs illyriens, par solidarité avec les fauteurs de troubles, dans tous les cas, si le fait est accepté, ce n'est pas inintéressant.

7) Théophane et Zonaras

  • 54 Chronographia, a.m. 5788, d'après Théophanes, chronographia, C. de Boor, J. Lipse, 1883, p. 7 : "Το (...)

74Théophane54 nous parle d'une révolution ou d'un soulèvement en Gaule ; s'il ignore le nom de bagaude, il connaît les noms d'Amandus et Aelianus. Il attribue à Maximien la pacification du pays (1). Ce texte du début du IXème siècle est-il inspiré de la traduction d'Eutrope par Paeanius ? Mais il y aurait alors appauvrissement.

  • 55 Epitome historiarum, 12, 31 :
    "'Aμάνδου δέ τινοζ νεωτερίσαντοζ έν ταλλίαιζ, Μαξιμανὸζ έχεῖσε γενόιεν (...)

75Une même perte d'information a lieu entre Théophane et Zonaras qui ne connaît plus que le nom du seul Amandus comme chef du soulèvement gaulois55.

§ 5 - Conclusions provisoires sur les bagaudes du IIIème siècle

76Qui sont ces bagaudes ? Le nom ne nous aide guère. On le leur a donné ou il se le sont donné. Peut-être ont-ils repris une expression péjorative pour s'en parer. Si le mot a sans doute une origine indigène, elle n'est pas claire.

  • 56 A. Lambert, Dict. d’H. et de G. Ecc.
  • 57 Par exemple Bagauda, gendre du trésorier Julianus au VIème siècle, ou l'évêque d'Egabra, au VIIème  (...)
  • 58 Cf. également Vict. de Trévoux {art. Bagaudes).
  • 59 Art. Bagaudes.
  • 60 Dotin, La langue gauloise, p. 63, 230.

77On a pu penser56 qu'à l'origine le mot était un nom propre (comme plus tard on dira les Jacques). Certes, on trouve le nom propre Bacauda57, mais au VIème siècle ! Il y a tout lieu de penser qu'au contraire ce nom fut donné par référence à l'action des rebelles. Les celtisants se sont efforcés de trouver des étymologies à ce mot, parfois tout à fait fantaisistes. Chorier, dans son Histoire du Dauphiné, explique que bagaude signifie "hommes des bois", de Gau qui signifiait "forêt" pour les anciens allobroges et B ; préposition qui peut s'exprimer par "dans"58. Dans le dictionnaire de Moreri le sens du mot est cherché dans Bagat qui aurait signifié "troupes" et trouvé dans Bagad, se révolter59. On a pensé également soit à l'irlandais combat, ou à Bagad, Bagud, assemblée (tumultueuse)60. On peut penser aux "bagades" bretonnes toujours vivantes de nos jours.

  • 61 Il rapproche le radical de celui de vague, celtisé en Baga, le suffixe auda étant franchement gaulo (...)

78C. Jullian pensait que le mot signifiait en gaulois "les vagabonds", "les fugitifs"61 et ajoute que c'était bien là le caractère commun de ces hommes. Evidemment, ce serait parfait. Mais, quoi qu'il en soit de ces étymologies, elles ont l'intérêt de nous dire ce que le mot évoquait pour les historiens. Retenons les "hommes des bois", les "sauvages", les révoltés ou les fugitifs : ces termes donnent une bonne image de ce que furent les bagaudes, au moins dans l'imaginaire historique.

79Les textes nous donnent les noms des chefs, mais ne nous disent pas clairement quelle est la condition de ces fugitifs, de ces révoltés. S'il est clair que ce sont des campagnards, aucun texte ne distingue au sein de ces hommes diverses catégories. Aucun (sauf les Passions thébaines de la version B, si tardives) ne parle explicitement de servi ou de coloni, de paysans libres petits propriétaires ou dépendants. On pourrait conclure à l'homogénéité de leurs origines et dire par exemple : ce sont des paysans, tenanciers, fermiers ou petits propriétaires plus ou moins dépendants. La Gaule alors serait peuplée par une "paysannerie" généralement dépendante, souvent formée de coloni, mais il n'y aurait pas, ou très peu, d'esclaves.

  • 62 La libération médiévale, op. cit., p. 164 et sq.

80Cela supposerait que l'esclavagisme aurait plus ou moins disparu comme fait significatif en Gaule au IIème siècle. Il est clair que ce que nous avions nommé "le système concentrationnaire, d'extermination par le travail"62 ou sur-esclavagisme du premier siècle avant et du premier siècle après notre ère a cédé la place à un système de non-gaspillage, voire de reproduction sur place ou en haras, d'une force de travail servile évidemment plus rare et plus chère. Ce changement de forme du mode de production esclavagiste, cette diminution du nombre d'esclaves paraissent dater du début du deuxième siècle, voire de la fin du premier. Mais le IIème siècle n'en est pas moins esclavagiste. Il en est même peut-être l'âge classique : Etat suffisamment fort, possédant encore une large base sociale (la crise de l'Etat n'est pas antérieure au règne de Commode), villae organisées, relativement nombreuses et dont les terres s'étendent, enfin esclavagisme en chiourme avec des équipes d'esclaves travaillant en commun avec une certaine division du travail, nourris "à la table du maître" et logés soit dans des “casernes" soit dans des cabanes souvent regroupées en villages serviles. Il semble que cet "esclavagisme du IIème siècle" subit une crise dès le début du IIIème siècle.

  • 63 M.I. Finley, op. cit., p. 113.
  • 64 "La villa gallo-romaine de Montmaurin (Haute-Garonne)", Gallia, supp. 20, 1969, pp. 43-46.

81Finley par exemple écrit : "Dans le Sud-Ouest de la Gaule, par exemple, il semble qu'on peut dater, grâce à l'archéologie, l'abandon sur les plus grands domaines d'une main-d’œuvre à prédominance servile du début du IIIème siècle, mais pas d'avant"63 en s'appuyant sur l'étude de G. Fouet concernant la villa de Montmaurin64. Quand Finley écrit "pas d'avant", cela ne signifie pas qu'il n'y a pas eu une réduction antérieure du nombre d'esclaves par rapport aux troupeaux jetés par centaines de milliers, peut-être par millions, sur les marchés du premier siècle a.c.. Mais l'esclavagisme est dominant au IIème siècle, au sens où l'on peut qualifier aujourd'hui le capitalisme monopoliste de dominant même si - évidemment - le nombre d'entreprises de modestes dimensions est immense !

82Les textes sur la guerre sociale de la fin du IIIème siècle ne parlent pas explicitement de servi, ou de servi fugitivi, ne font pas de distinction entre les catégories de ruraux révoltés, sans doute parce que, depuis le début des troubles sociaux, depuis le banditisme de masse de Maternus, puis surtout lors des crises des années 250-280, des fractions entières des campagnes gauloises se sont libérées. Les bagaudes ne sont pas une explosion sociale vers 284, mais un long mouvement de libération rurale durant pratiquement tout le IIIème siècle, accompagnant la crise de l'Etat et de ses organes de répression centrale.

  • 65 Cf. C. Jullian, VII, pp. 52-53. Il parle, justement de "prolétariat rural" et cite "esclaves, colon (...)
  • 66 Aur. Victor dit - cf. texte ci-dessus - qu'ils s’attaquaient aux villes. Ils n’en occupèrent sans d (...)

83Dès lors, même si des historiens du XXème siècle écrivent que, durant les bagaudes, servi, coloni, paysans libres et dépendants collaboraient65, il ne faut pas s'attendre à trouver dans les textes relatant les événements de 286 une référence explicite à ces groupes sociaux. Car ceux que combat Maximien ne sont plus des esclaves ou des colons, ce sont des hommes qui ont pris le maquis, qui tiennent les zones reculées ou accidentées, les clairières des forêts qui parfois depuis la fin du IIème siècle ne sont plus "sûres" ; les bagaudes s'y sont organisées depuis les années 250-270, elles ont pu, profitant des invasions, de la désorganisation quasi-absolue, tenir occasionnellement, voire durablement, des grandes routes, attaquer, brûler les villae, libérer les campagnes, harceler, assiéger'(mais non prendre) des villes66. Même si l'on accepte un large retour à l'ordre dans les campagnes entre 186 et 240 (rien n'est moins sûr !), de cette date-ci à 286, il y a plus d'une génération ! La plus grande partie des campagnes gauloises a peut-être été libérée de l'esclavagisme pendant cette période.

84Les esclaves ne se sont pas trouvés seuls parce que la condition des travailleurs des campagnes, du prolétariat rural, s'est homogénéisé du fait de la montée séculaire des grandes propriétés et de la prolétarisation des paysans libres, de leur "asservissement" au sens que finira par prendre ce mot, beaucoup plus tard. Mais surtout tous ces groupes s'étaient peut-être souvent affranchis depuis longtemps dans les faits.

  • 67 En 1917 le prolétariat urbain concentré des grandes usines n'est certes pas majoritaire. Il fut le (...)

85Il y a donc une réduction massive de l'esclavage en Gaule au cours du IIIème siècle, une (des) fin(s) de l'esclavagisme, sans doute sa crise la plus spectaculaire. Cette crise n'est qu'un aspect de la crise générale des diverses formes d'exploitation (en particulier du colonat) dans une période de quasi-effondrement de l'Etat, mais elle est démonstration de l'impossibilité du maintien du système de la villa classique, de l'esclavage en chiourme, dès lors que l'Etat est en crise. Le système de la villa esclavagiste avait fait des campagnes gauloises du début du IIIème siècle une poudrière qui ne peut que sauter lorsque l'organisation de la répression centrale n'est plus assurée67.

  • 68 Dict. d'H. et G. Ecc., op. cit.

86Il est donc possible de retenir la description qu'A. Lambert donne de ces bagaudes : "pitoyable et redoutable agglomération de paysans (fermiers, colons, esclaves, dépossédés de leurs cultures), d'ouvriers, de déserteurs et sans doute aussi de Barbares venus on ne sait d'où, (qui) erraient sur les grands chemins par petites troupes, tels des bandes de loups chassés de leurs forêts, essayant de pénétrer dans les villes où un reste de bien-être subsistait encore"68.

87Les événements de 285-286 ne sont pas une révolte soudaine. Il s'agit sans doute, au contraire, d'une répression. Le règne de Dioclétien, la restauration de l'ordre en général, commence par le rétablissement de l'ordre social, les barbares ayant déjà été jetés au Rhin par Probus et Dioclétien-Maximien se réservant d'en finir avec eux, de les repousser, de les massacrer, ou de les intégrer dès cette tâche primordiale réalisée.

  • 69 Cf. Rémondon, p. 123 : Les nouvelles divisions territoriales (présentées sans liens avec les troubl (...)
  • 70 C. Jullian, VII, p. 54.

88Nous connaissons sans doute la technique de Maximien. Il s'agit d'une lutte de type anti-guerrilla, menée avec de petites troupes de mercenaires entraînés, pas toujours sûres en ces temps révolutionnaires, mais tenues sans doute fermement - voire férocement - en main par leurs chefs. Il semble que Maximien ait dû - pour mener cette guerre - réorganiser militairement l'espace gaulois, le découper en divers districts pour le quadriller, pour tenir les cols alpins (évidemment essentiels), les routes et les axes fluviaux, les côtes et les ports69. Même si ce n'est pas tout à fait probant, il est utile et plaisant de suivre C. Jullian lorsqu'il écrit : "Maximien dut sans doute partager (son armée) en corps nombreux pour les rabattre sur les insurgés. Il n'en vint à bout, j'imagine, qu'en divisant le pays en secteurs militaires, correspondant aux carrefours et aux seuils principaux, et en refoulant et relançant les bandes de misérables à la façon d'un gibier aux abois"70.

89Maximien vint-il aisément à bout des bagaudes ? Nos textes nous imposent l'hésitation. Sans doute peut-on penser que chaque combat particulier, chaque escarmouche, donnait aisément la victoire aux troupes professionnelles de la répression. D'où l'impression de "facilité" que donnent certains textes. Mais les bagaudes regagnaient sans doute simplement leurs bases arrières, loin des grands axes, des villes ou des bourgades et des villae, leurs maquis et leurs clairières, peut-être continuèrent-ils à tenir toute une zone indigène plus ou moins reculée.

  • 71 Elles sont connues par ta description (généralement probante) qu'en fait Goltzius, Thesaurus rei an (...)
  • 72 C. Jullian, Hist., VII, p. 54.

90Les bagaudes n'étaient pas un vague agglomérat des bandes de brigands. Il fallut des armées pour les combattre, peut-être pour les vaincre ou pour les repousser loin des centres urbains et des grandes routes. Elles furent solidement organisées, sans doute derrière leurs deux chefs, Aelianus et Amandus. Cette organisation pourrait même avoir été suffisamment forte pour que les bagaudes aient pu battre monnaie. En effet, il semble que d'anciennes monnaies impériales furent alors surfrappées aux noms d'Aelianus et d'Amandus et que ceux-ci avaient pris le titre d'Auguste71. Est-ce preuve d'une haute ambition, mais somme toute banale, d'accéder à la pourpre, bien différente de celle que l'on devrait attendre de "révolutionnaires"72 ? Nullement ! Le chef des esclaves révoltés de Sicile, Eunus, s'était bien fait roi. Il est possible de briser les rapports d'exploitation et de se vouloir Auguste ou d'utiliser ce titre pour affermir l'organisation naissante des révoltés, finalement pour tenter d'en faire un Etat. D'autres révolutionnaires depuis ne durent-ils pas agir ainsi ! Mais gardons-nous de comparer trop simplement les mentalités des révoltés d'hier et d'aujourd’hui

Notes

1 Dion Cassius, Hist.rom., L. 76, 10. Relation intéressante car faite par un contemporain.

2 "τεχνίτας"

3 « Aγγελλε τοῖς δεσπόταις σου, Oτι, τους δούλους ύμ.ῶν τρέγτε, ινα μὴ ληστεόωσι. »

4 Il faudrait aussi revenir sur la révolte de la paysannerie asservie - mais non esclave - en Egypte en 172.

5 Hérodien, Hist. de l'emp. après Marc Aurèle, l. I, 10.

6 Hérodien, L. I, 10, 1 :χετρα πολλὴν κακούργων έν όλίγω άθροίσας χρόνω, τὰ μὲν πρῶτα κώμαις τε καὶ cγροὶς επιτρέχων ελήστευεν"

7 Une déclaration formelle de justum bellum ?

8 Voici une partie du-texte d'Hérodien il, 10), traduit par L. Lerat, La Gaule, romaine, A. Colin, p. 199 : "Un certain Maternus, ancien soldat et ayant à son actif, bon nombre de mauvais coups, avait déserté, entraîné à sa suite d'autres oui étaient dans le même cas et-rassemblé en peu de temps une troupe considérable de malfaiteurs. Au début, attaquant villages et campagnes, il les pillait. Puis, devenu ainsi possesseur de richesses importantes, il rassembla une foule plus grande encore de malfaiteurs en leur promettant de grandes récompenses et en les faisant participer au butin. C’était désormais aux villes les plus grandes qu’ils s’attaquaient et, forçant les prisons qui s’y trouvaient, délivrant de leurs liens les détenus de toutes catégories et leur promettant l'impunité, il s'en faisait des associés par des générosités. Parcourant tout le pays des Celtes et des Ibères, s'attaquant aux plus grandes cités, ils les incendiaient en partie, pillaient le reste puis se retiraient. Lorsque ces faits furent déclarés à Commode, celui-ci écrit aux chefs des cités en grande colère et avec menaces, les accusant d’indifférence et fait rassembler une armée contre les brigands. Informés que de grandes forces s'assemblent contre eux, ceux-ci, par des marches rapides, en montagne et par petits groupes réussissent ci s'échapper et à s'infiltrer en Italie".

9 Encore une fois notons l’importance de la trahison pour venir à bout de ces rebelles ou brigands.

10 Si ce n'est lors de l’histoire du complot. Hérodien nous dit-il qu'ils passent en Italie pour étayer l’affaire du complot de Maternus ?

11 cf. P. Dockès, La libération médiévale, Flammarion, 1979, p.99, no 1 une rapide bibliographie.

12 cf. Hist. Aug. (Vopiscus) : Probus, XIII, 5-7. Probus aurait pris 70 place aux Germains et tué 400.000 ennemis, repoussé les autres au-delà du Neckar et de la Souabe, toute la Gaule est libérée (chiffres naturellement Incroyables), XV, 1-6. Grâce à lui "les champs gaulois sont labourés par des bœufs barbares". Cf. également Eutrope, Breviarium ab Urbe condita, IX, 17.

13 Les invasions, P.U.F., 1969, p. 53.

14 Hist. Aug. (F. Vopiscus) : Firmus, Saturnius, Proculus et Bonosus, XII.

15 Trebellius Pollio est un des écrivains de l’histoire Auguste, et c’est sur ces événements notre seule source, c'est pour cela que j'écris "il semble..." car on sait cette source fragile.

16 Treb. Poll., Les deux Gallien, IV, in Hist. Aug. : "Denique quasi conjuratione totius mundi, concussis orbis partibus, etiam sicilia quasi quodam servile bellum extitit, latronibus evagantibus, qui vix oppressi sunt" (enfin, comme si le monde entier s'était conjuré (contre la République) déjà, ébranlée dans toutes ses parties, se développa en Sicile une sorte de guerre servile, causée par des brigands qui s’étaient partout répandus, et qui fut à grand peine réprimée).

17 Adolph Holm, Geschichte Siciliens im Alterthum (1896), trad. italienne "L'erma di Bretschneider", Roma, 1965, cf. vol. III, p. 481

18 Textes généralement bien connus depuis fort longtemps qu'il s'agit ici seulement de "revisiter". Que l’on pense à Augustin Thierry, Histoire de la Gaule sous l'administration romaine, II, Paris, 1842 ; III, 1847 ; Jules Michelet, Hist. de France, Paris, 6e éd. de 1876, I, p. 104, no 1 ; E. Morin, L’Armonique au Vème siècle, Rennes, 1867 ; E.E. Hudemann, Die Bauernaufstānde in Gallien während der römischen Kaiserzeit, Progr. Ploen. 1872 ; etc. Il existe un dossier sur les sources de l'histoire bagaude de B. Czuth, Die Quellen der Geschichte der Bagauden, acta Univers. de Attila Jozsef nominatae, acta antique et archeologia., t. IX, Szeged, 1965, avec une bonne bibliographie.

19 cf. ci-dessous, ch. IV.

20 Eumène, Discours pour la restauration des école d'Autun (print. 298), IV

21 Ausone, Parentalia (sur ses parents), IV.

22 Eumène écrit Batavicae et une correction ancienne. faite par. Juste Lipse) écrivait Bagaudicae et attribuait à Tétricus et à des bandes de brigands bagaudes le siège, puis la prise et le sac d'Autun. Ajoutons que le Panégyriste de 311 ou 312 (Discours de remerciement à Constantin, resté anonyme), IV, 5-7, parle de son côté de rebelles gaulois. De là à voir des bagaudes... En fait Autun avait fait direction à l'Empire gaulois et appelé à son secours l’Empereur de Rome (pour le Panégyriste de 311-312, la ville était donc rentrée dans la légalité et "l’empereur" Victorin et ses troupes devenaient des rebelles gaulois). Victorin, "empereur" gaulois, un des successeur de Postumus, nommé Auguste à Cologne (268), attaque la ville et la prend à la fin de 269. Sur le sac d'Autun, cf. J.J. Hatt, Hist. de la Gaule romaine, Payot, 1966, p. 223. Eumène écrit : "cum latrocinio Batavicae rebellionis obsessa auxilium Romani principis invocaret". D’accord donc pour les bataves, qui ne sont sans doute pas des bagaudes ; reste latronicium qui ne désigne pas une bande quelconque !
Dans le Dictionnaire d’hist. et de géog. écclésiastique, A. Lambert (art. Bagaudes), continue de laisser planer un doute, admettant la possibilité de Bagaudicae (p. 193).

23 Pan. II, 4 et 5 : "An non illud malum simile monstrorum biformium in hisce terris fuit quod tua, Caesar, nescio utrum magis fortitudine repressum sit an clementia mitigatum, cum militaris habitus ignari agricolae appetiverunt, cum arator peditem, cum pastor equitem, cum hostem barbarum suorum cultorum rusticus vastator imitatus est ? Quod ego cursim praetereo : video enim te, qua pietate es, oblivionem illius victoriae malle quam gloriam. Quid vero ? Statim, vixdum misero illo furore sopito, cum omnes barbarae notiones excidium universae Galliae minarentur"

24 "Exacerbatas saeculi prioris injuriis Pan. III, 5, 3.

25 IV : "quam eisdem reddidisse"

26 Sur les bergers des Apennins, cf. M. Bloch, "Une mise au point : les invasions", in Mélanges Marc Bloch, SEVPEN, 1963, I, p. 113. Sur l'interdiction : Cod. Théod., IX, 30, 2 et 5 ; cf. C. Jullian, op. cit., VII, p. 52, no 5.

27 "Nescio utrum magis fortitudine repressum sit an clementia. Mitigatum" et plus loin video enim te, qua pietate es, oblivionem illuis victpriae malle quam gloriam" ; cf. également Panégyriste III, 5, 3 : "per clementiam vestram ad obsequim redisse provincias".

28 Ajoutons que le panégyrique VI - prononcé à Trèves ( ?) en 307 à l'occasion du mariage de Constantin et Fausta (soeur de Maxence, fille de Maximien) - fait avant tout de Maximien le pacificateur (Intérieur) des Gaules par ses campagnes contre les bagaudes : "Hic est qui in ipso ortu nominis sui Gallias priorum temporum injuriis efferatas rei publicae ad obsequium reddidit, sibi ipsas ad salutem".

29 De Caesaribus, ou Hist. abbrev. ab...

30 Traduc. P. Dufraigne, Livre des Césars, Coll. Les Belles lettres, 1975, p. 50. Le texte latin est le suivant : "Namque, ubi comperit Carini discessu Aelianum Amandumque per Galliam, excita manu agrestium ac latronum, quos Bagaudas incolae vocant, populatis late agris, plerasque urbium tentare, statim Maximianum, fidum amicitia, quanquam semiagrestem, militiae tamen atque ingenio bonum, imperatorem jubet... Sed Herculius, in Galliam profectus, fusis hostibus aut acceptis, quieta omnia brevi patraverat".

31 Cf. Les sources de l'hist. de France, La Gaule, P.M, Duval, T. II, p. 581 (no 243).

32 Breviarum ab Urbe conditia, Abrégé de l’hist. rom.

33 IX, 21 : "Ita renum Romanarum potitus, cum tumultum rusticani in Gallia concitassent, et factioni suae Bagaudarum nomen impone rent, duces autem haberent Amandum et Aelianum, ad subigendos eos Maximianum Herculium Caesarem misit, qui levibus proeliis agrestes domuit, et pacem Galliae reformavit".
A propos d'Eutrope, notons que son traducteur en grec, Paeanius, prend quelque liberté avec le texte et surtout indique que la signification du mot Bagaude serait à trouver dans l’Empire d'0rient (cf. le texte in Eutropius, éd. H. Dreysen) et B. Czuth, Die Quellen, op. cit., p. 25).

34 A. Lambert, Dict. d’H. et de G. Ecc., écrit : "Ce fut une guerre d’innombrables combats, longtemps indicis, une guerrilla à laquelle était mal préparée l'armée romaine, mais une guerre de salut public d’où il fallut exclure toute pitié, si misérable que fut la situation de ces tristes rebelles". Pas de quartier donc, contre l’avis, du Panégyriste II ?

35 Saint-Jérome, Chronicon, a. 287-288, (288-289), ann. ab. Abr. 2303, in Patr. lat. ou in R. Helm, Die Chronik des Hieronymus, Euseblius werke, VII, Berlin, 1956, p. 225.

36 "Diocletianus in consortium regni Herculium Maximianum adsumit, qui rusticorum multitudine oppressa, quae factioni suae Baccaudarum nomen indiderat, pacem Galliis reddidit" (Baccaudarum ou Bagaridarum).

37 "Diocletianus in consortium regni Herculium Maximianum adsumit qui rusticorum multltudine oppressa, quae seditioni suae bacaudarum nomen indiderat, pacem Gallis reddidit", Epitoma Chronicon, M.G.H., A.A., IX, p. 445.

38 Chronica Gallica, in Chronica Minora..., M.G.H., A.A., IX, p. 643 : "Diocletianus... Herculium Maximianum adsumit. Qui rusticorum multitudine oppressa, quae factioni suae Bacaudarum nomen indiderat, pacem Galliis reddidit".

39 Jordanes, Romana, a. 296, M.G.H., A.A., V, I, p. 38 : "Diocletianus... in consortio suo Maximianum Herculium ascevit. Qui Maximianus rusticorum multitudine oppressa, quos Bacaudas dicunt, pacem Galliis reddidit".

40 Marianus Scottus, Chronicon, 3, 302, 2, M.G.H., S.S., VII, p. 552, c'est le texte de Jérome.

41 Passio Typasii, (1), Ana. l. Bolland 9, 1890, p. 116 : "in partibis quoque Galliarum Bacaudae crudeliter saeviebant".

42 Paulus Orosius, Historiam adversum paganos, libri VII.

43 Id., VII, 25, 2 : "Cum in Gallia Amandus et Aelianus collecta rusticanorm manu, quos Bacaudas, vocabant, pernieiosos tumultus, excitavissent, Maximianum cognomento Herculium Caesarem fecit misitque, in Gallias : qui facile agrestium hominum imperitam et confusam manum militari virtute conposuit".

44 Passio Acaunensium martyrium, attribuée à Saint Eucher, évêque de Lyon. Citée d'après M.G.H., Scrip. Rer. Mer., III, p. 32 et sq., B. Krusch éd.

45 "Per succedentium relationem", p. 33.

46 "Quae Dei erant Deo et quae Caesaris Caesari restituebant",p. 34.

47 "Ttaque cum et hi, sicut ceteri militum, ad petrahendam christianorum multitudinem destinarentur, soli crudelitatis ministerium detrectare ausi sunt adque huiusmodi praeceptis se obtemperatutos negant", p. 34.

48 Eucher tiendrait ces faits de témoignages oraux faits par des hommes qui auraient accueilli te témoignage de iaint Isaac, évêque de Genève, qui aurait tenu V épisode de Theodore sans doute un évêque d’Octodorum) à qui aurait été due l’invention de* reliques (vers 385-390). Celui-ci aurait pu, également, bénéficier d’une transmission orale.

49 Cf. C. Jullian, "Questions hagiographiques, la légion thébaine", Rev. du études anciennes, 1920, pp. 41 et sq.. Sur la véracité du faits cf. H. Riedmatten, "L'historicité du martyr de. la légion thébaine", An. Valaisiennes, T. 36-37, 1961-62, pp. 331 et sq. ; L. Dupnaz, Les Passions de St Maurice d'Agaune, Studia Friburgensia, N.S. 27, Fribourg, 1961.

50 Il existe deux séries de versions B. Les unes (Bx), par. ex. in Acta Sanctorum, sept. VI, Paris, 1867, p. 345 (qui ne mentionnent ni l'évêque de Jérusalem, ni celui de Rome) ; les autres (B), et par ex. in L. Surius, De probatis sanctorum vitis.... 22 sept. Pour nous, ces différences-là sont sans importance (By donne 6.666 hommes dans la légion, d’après Surius ; Bx donne 6.660, d'après Acta Sanctorum, Paris, 1867).

51 D'après. L. Surius : " (Diocletianus) Herculium Maximianum Cesarum fecit eumque contra Amandum et Aelianum qui in Bagaudarum nomen praesumptione servili arma commoverant, ad Gallias destinavit".

52 "Ut per aras daemonibus consecratas jurarent, aequalibus sibi animis contra bagaudarum turbas esse pugnadum, christianos vero, velut inimicos diis suis, ab omnibus persequendos" (d'après L. Surius). La. version Bx de 1867 dit " christianosque, velut inimicos...".

53 Krusch (M.G.H., S.R.M. III, 27) rapproche un texte, de la. version B de celui d’Orose (cf. ci-dessus). Pourquoi pas ? mais le plus intéressant, ce sont les différences entre cette Passio B et Orose.

54 Chronographia, a.m. 5788, d'après Théophanes, chronographia, C. de Boor, J. Lipse, 1883, p. 7 : "Τούτω τῶ τει νεωτεpισμοῡ γεγονότοζ ἐν Γαλλίαιζ ύπὸ’Αμάνδου χαὶ Αλλιανου Μαξιυιανὸζ ὸ Ἐρχούλιοζ ὸιαβὰζ χαθεῖλεν ϰύιούζ".

55 Epitome historiarum, 12, 31 :
"'Aμάνδου δέ τινοζ νεωτερίσαντοζ έν ταλλίαιζ, Μαξιμανὸζ έχεῖσε γενόιενοζ τὸν νεωτερισμὸν χαιέστιλελε."

56 A. Lambert, Dict. d’H. et de G. Ecc.

57 Par exemple Bagauda, gendre du trésorier Julianus au VIème siècle, ou l'évêque d'Egabra, au VIIème siècle, ou l'évêque de Formiae en 590, ou encore celui de Tolède (cf. Vict. d'H. et de G. Ecc.).

58 Cf. également Vict. de Trévoux {art. Bagaudes).

59 Art. Bagaudes.

60 Dotin, La langue gauloise, p. 63, 230.

61 Il rapproche le radical de celui de vague, celtisé en Baga, le suffixe auda étant franchement gaulois. Les manuscrits donnent parfois bag, parfois bac, d'où bagaudes ou bacaudes. Le même vogus correspond au verbe de la basse grécité βαγευει (vaguer), d'où-peut-être - l'interprétation de Paeanius (cf. ci-dessus).

62 La libération médiévale, op. cit., p. 164 et sq.

63 M.I. Finley, op. cit., p. 113.

64 "La villa gallo-romaine de Montmaurin (Haute-Garonne)", Gallia, supp. 20, 1969, pp. 43-46.

65 Cf. C. Jullian, VII, pp. 52-53. Il parle, justement de "prolétariat rural" et cite "esclaves, colons et sans doute aussi fermiers et derniers survivants de la petite propriété". Cf. également E.A. Thompson, "Peasant Revolts in Late Roman Gaul and Spain", Past and Present, no 2, 1952, pp. 11-23 (repris in Studies in Ancient Society, Finley ed., Londres, 7974, chap. XIV). Cf. également Finley op. cit., p. 117 : "Le langage utilisé dans les rares allusions qui leur sont faites implique que les esclaves et les tenanciers coopéraient" et il précise que cette alliance de classes - a priori extraordinaire puisque révoltes serviles et luttes paysannes ne s'allient jamais - témoigne de la tram formation sociale de l'époque et du rapprochement entre les divers prolétariats ruraux. Cf. P. Dockès, La Libération médiévale, op. cit., chap. I et IV.

66 Aur. Victor dit - cf. texte ci-dessus - qu'ils s’attaquaient aux villes. Ils n’en occupèrent sans doute aucune. Il est intéressant de noter cependant l’hypothèse d’A. Audin (Lyon, Miroir de Rome, Fayard, 7979, p. 263) à propos de Lyon qui aurait alors perdu pratiquement toute son importance, qui aurait dû mourir sur son ancien site pour renaître misérablement en bordure des fleuves, 3. la suite de la destruction opérée par des groupes bagaudes des canalisations de plomb nécessaires i l’approvisionnement en eau de la ville. (Audin parle des bagaudes dès 270 - sans doute à cause de l’ancienne erreur liée aux bataves du siège d'Autun - cf. ci-dessus ; il faudrait être plus prudent sur la date). Il est certain que, après la crise du IIIème siècle, les villes ne sont plus que l’ombre de ce qu’elles étaient au IIème siècle. Mous y reviendrons. On cite souvent un castrum bagaudarum à Saint-Maur-des Fossés dont on trouve la première trace dam les documents relatifs i la fondation du monastère de St-Maur par Saint Babolin, diplômes et actes de 638 à plus tard. L’allusion au castrum bagaudarum daterait du VIIème siècle et serait, selon C. Jullian, un "roman” mérovingien (VII, p. 51, no5). Ve toute façon ces légendes sont révélatrices (cf. ci-dessous La légende bagaude). Quant aux villae, on sait qu’elles brûlent par centaines, et tous les historiens sont d’accord pour accepter ces preuves archéologiques. Qui les incendie ? Musset (Les invasions, les vagues germaniques, p. 53, no2) remarque justement que l'on donnait ces crises du IIIème siècle presque exclusivement par V archéologie et la numismatique, et ajoute, "d'où l’incapacité où nous sommes, en Gaule, de répartir, les dégats entre invasions terrestres et invasions maritimes". Sans doute, mais il n'est pas plus aisé de faire cette répartition entre villae incendiées par leurs esclaves, par des troupes bagaudes ou par des barbares. On sait qu'elles ont alors brillé, mais qui tenaient les brandons ?

67 En 1917 le prolétariat urbain concentré des grandes usines n'est certes pas majoritaire. Il fut le "fer de lance" de la révolution russe.

68 Dict. d'H. et G. Ecc., op. cit.

69 Cf. Rémondon, p. 123 : Les nouvelles divisions territoriales (présentées sans liens avec les troubles sociaux ou avec la guerre sociale de. la fin du IIIème siècle en Gaule). Cf. C. Jullian, VII, p. 54, no7. Il écrit : "J'entrevois, dans la Gaule du VIème siècle, plusieurs secteurs militaires qui peuvent avoir été organisés par. Maximien en vue de la pacification intérieure de la contrée" : 1/ La Savoie (Sapaudia) ; 2/ "un secteur sur la double route de Reims à Amiens pan. Soissons et pan. Saint Quentin" ; 3/ le district du limes ou tractus Nervicanus en Hainaut et Flandres ; 4/ un secteur fluvial et maritime de Vienne (sur le Rhône) à Marseille (Gallia Riparensis) ; 5/ un secteur pour les cols des Alpes ; 6/ le tractus de la route entre Paris et le passage de la Cure sur. la route de Sens et Auxerre ; 7/ le tractus des routes et montagnes cévenoles de Roanne au Velay et au-delà ; 8/ le commandement militaire et maritime de l'Armorique et de l'Océan.

70 C. Jullian, VII, p. 54.

71 Elles sont connues par ta description (généralement probante) qu'en fait Goltzius, Thesaurus rei antiquariae, 1579, p. 73-76. A. Lambert juge. cette existence vraisemblable (Dict. d'H. et de G. Ego.., p. 194), alors que C. Jullian ta jugeait peu probable (Hist. VII, p. 54, no 1). Les noms sur les monnaies seraient. A. Pomponius Aelianus Aug. et Cn. Salv. Amandus Aug.. Une description in Mattingly, Sydenham, webb, The Roman Imperial Coinage, V, 2, London, 1933, pp. 372-375. Cf surtout Czuth, Quellen..., op. cit. p. 23.

72 C. Jullian, Hist., VII, p. 54.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search