Version classiqueVersion mobile

Sauvages et ensauvagés

 | 
Pierre Dockes
, 
Jean-Michel Servet

Révoltes bagaudes et ensauvagement ou La guerre sociale en Gaule

Introduction

Texte intégral

"D’ailleurs les citoyens ne se laissent opprimer qu’autant qu’entraînés par une aveugle ambition, et regardant plus au-dessous qu’au-dessus d’eux, la domination leur devient plus chère que l’indépendance, et qu’ils consentent à porter des fers pour en pouvoir donner à leur tour. Il est très difficile de réduire à l’obéissance celui qui ne cherche point à commander, et le politique le plus adroit ne viendrait pas à bout d’assujetir les hommes qui ne voudraient qu’être libres".

J.-J. ROUSSEAU, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes.

1La dialectique ville-campagne base de l'histoire des sociétés humaines ? Vieille thèse, de Petty et Steuart jusqu'à Marx ; surtout thèse partielle, aussi bien pour l'étude des sociétés antiques et médiévales occidentales que pour celle de nombreuses régions sous-développées contemporaines.

2Ainsi, pour tenter de comprendre l'histoire de la Gaule, il est nécessaire d'articuler trois zones : la forêt, la campagne, la ville. Si l'on veut raisonner en terme d'opposition binaire, il faut aussi mettre face à la zone sauvage la zone civilisée et urbaine, silva d'un côté, civitas et urbs de l'autre. Les adjectifs "sauvage" et civilisé" appliqués à ces deux mondes ne doivent pas nous induire en erreur. La forêt est exploitée, elle est indispensable à la vie de l'homme et au plaisir des maîtres. Elle peut être appropriée par l'Etat ou par des propriétaires collectifs ou privés. Mais elle est la zone sombre, celle qui terrorise les hommes des villes et des champs au point de pouvoir rendre fou celui qui s'y égare la nuit. D'ailleurs elle est espace nocturne, antithèse de l'espace diurne de la cité, voire de la campagne "civilisée" : l'expression "entre chiens et loups" caractérise bien la parenté entre le passage du domestiqué rustique au sauvage et celui du jour à la nuit.

3La forêt est donc espace de liberté "sauvage" et d'égalité "primitive" naturelle. G. Duby m'a fait remarquer la durée de cette caractéristique de la forêt au long du moyen-âge : les rapports sociaux y sont comme effacés, niés, et l'homme des bois peut s'y adresser au chevalier comme à un égal. Aux temps charnières entre l'antiquité et le moyen-âge, la "révolution sociale" passe par l'ensauvagement et cette époque de transition est celle où le paysan est, à proprement parler, entre chien et loup.

4Quant à la "civilité" des citadins, ou quant à leur "civilisation", ne prenons pas ces mots à leur sens contemporain : à notre aune on parlerait peut-être de sauvagerie ! Le mot signifie simplement que l'on est dans l'espace de la citoyenneté c'est dire celui des lois et de l'ordre "civil" et social. La ville au sens d'urbs fait référence à un dedans (à l'intérieur des limites sacrées de l'enceinte) par rapport à un dehors, mais le concept d'urbain permet aussi de distinguer dans la villa la partie du maître (pars urbana) de la partie réservée â l'exploitation agricole et au logement des esclaves (pars rustica).

5La campagne, zone productive, est d'abord la zone des champs cultivés (ager), mais le "rustique" (rusticus) est plus large, il faut ajouter les pâturages et les bois ou les friches, la vie villageoise, les conditions paysannes... Elle entretient avec les deux "pôles" de la ville et de la forêt des relations complexes. D'une part elle est quadrillée par le réseau routier, par les villae, unités d'exploitation des hommes et des terres, par les vici, grosses bourgades qui jalonnent généralement les axes routiers. Elle est encore quadrillée, à un niveau plus fin, par la centuriation, cette cadastration coloniale. Car, bien sûr, pas plus que Rome n'est seulement dans Rome, la ville n'est seulement l'urbs abritée derrière ses murailles. L'urbain, une toile d'araignée irrégulière, dense ici, lâche, voire inexistante là, qui s'efforce de prendre le pays dans ses rets. La campagne, c'est l'espace domestiqué strict.

6La campagne est aussi étroitement imbriquée à la forêt. D'ailleurs des zones cultivées ne sont que des clairières au centre desquelles quelques huttes forment un village indigène, encore souvent de petits propriétaires, liés entre eux par des pratiques communautaires. Tel est le cas le plus fréquent dans les régions accidentées. Mais, même dans les zones plus "civilisées", la forêt est toujours proche, recouvrant une partie importante du territoire, essentielle à la vie des paysans. L'économie de cueillette a alors une importance décisive : bois, baies, champignons, miel, glands pour les cochons qui la parcourent, gibier. Si l'on oublie son rôle, la connaissance des rations alimentaires est impossible ; contrairement aux idées reçues, l'homme ne vit pas seulement de pain dans ces campagnes.

7Complexité de ces zones rurales où s'opposent et se complètent les influences du "sauvage" et du "civilisé" ! On pourrait, en première approximation, marquer une sorte de dualisme. D'un côté l'économie de la villa esclavagiste et coloniaire, avec ses équipes d'esclaves gérées de façon centralisée et ses lopins tenus par des colons tendant à devenir esclave de la terre. De l'autre côté, une économie paysanne de type "indigéniste", celle des zones reculées, des clairières. Finalement quelque chose d'assez proche de l'Afrique ou de l'Indochine de la colonisation française avec son économie de plantation, ces zones indigènes et, bien sûr, la forêt. Certaines régions devaient être plus proches des anciennes Antilles où la plantation dévorera toute la zone utile, laissant à l'écart seulement la zone sauvage des "mornes". D'autres pouvaient presqu'ignorer la villa, le maître et le soldat, voire même le percepteur "romain", sauf lorsque quelque aristocrate organisait dans ces halliers une battue à l'homme ou au gros gibier. Pourtant ce dualisme n'est pas pleinement convaincant. La villa d'une part avait englobé de nombreux villages indigènes, sans les "digérer" (ils gardaient une certaine autonomie, maintenaient une importante part d'économie indigène). D'autre part, elle va largement se décomposer de l'intérieur par le démantèlement des équipes serviles, l'acceptation du casement des esclaves et le plus large recours aux tenanciers, aux colons ; or ces différents travailleurs, sur "leur" parcelle, dans "leur" cabane, avec leur famille, parfois regroupés dans des villages, vivaient parfois d'une façon proche de celle des hameaux indigènes. La villa vit aussi en symbiose avec la forêt dont une fraction fait partie. Le maître y chasse, y fait chercher le bois, les colons y trouvent le complément indispensable pour leur nourriture. Et puis il y a ces territoires d'élevage extensif, le saltus, moitié bois, moitié pâture, formant souvent une zone intermédiaire entre la forêt et la campagne. Souvent vivent là des bergers-esclaves, en relation avec le monde des forêts, parfois faisant leurs parcours à cheval.

8Il faut ajouter qu'au-delà du limes, et bientôt à l'intérieur même de cette frontière de l'Empire, le monde barbare apparaît au "romain" comme l'autre antithèse du civilisé. Le barbare n'est pas le sauvage. Il est l'étranger qui ne connaît pas les bienfaits de la civilisation "romaine" : on sait ses coutumes étranges, son odeur repoussante, ses habits répugnants... Il est souvent devenu un nomade poussé par la guerre, la misère, la famine, attiré par l'Empire, les richesses de ses villes, le blé de ses greniers campagnards ; et ces tribus errantes deviennent parfois alliés ou auxiliaires des armées romaines.

9L'histoire des bagaudes gauloises au IIIème, puis au Vème siècle, est celle d'un vaste soulèvement des travailleurs ruraux.

10Il s'agit de deux moments d'une libération de masse, remise en cause une première fois par la renaissance du despotisme impérial, une seconde fois par un dernier sursaut de l'Empire, moribond mais s'appuyant sur les contingents barbares. Ces bagaudes, pourtant, ne laissèrent pas le système social romain inchangé. Elles furent sans doute écrasées ou refoulées mais elles imposèrent la fin de l'esclavagisme sinon de l'esclavage. Victoires ambiguës puisque leur répression marque la première consolidation d'un nouvel ordre social fondé sur le "servage" quasi-généralisé dans les campagnes où les esclaves casés se retrouvent dans une situation proche des colons, ces "esclaves de la terre".

11L'histoire sociale doit être éclairée par une réflexion (à peine esquissée ici) des relations complexes entre la forêt, les divers mondes rustiques, la cité, le barbare. En effet, ces relations ne sont pas seulement celles de zones voisines. Ce sont celles que tissent entre eux les déplacements des hommes, déplacements qui sont autant de ruptures des liens sociaux. L'époque que nous étudions est celle des émigrants, des nomades, des hommes qui quittent les villes, les maîtres entraînant les esclaves de leur suite, celle des fugitifs, esclaves fugitivi qui s'enfuient des "plantations", colons qui déguerpissent, elle sera celle enfin de la fuite au désert des ermites, des moines "sauvages". Elle est ce temps où la forêt devient asile. Comme les "mornes" antillais furent l'asile des esclaves marrons. Ces fugitifs, en effet, ne sont pas des fuyards, ils sont souvent en armes et prêts à tout. La forêt-asile est aussi une base de départ pour les expéditions de pillage, les attaques des villae, voire, aux beaux jours, celles des villes.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search