Version classiqueVersion mobile

Sauvages et ensauvagés

 | 
Pierre Dockes
, 
Jean-Michel Servet

Ordre sauvage et paléomarchand

L'unité de la "sphère marchande" en question

Texte intégral

1La distance entre las caractères du "commerce primitif" et ceux des échanges "marchands" que nous connaissons dans l'ordre bourgeois est telle que l'on peut s'interroger sur l'unité de ce que l'on désigne par habitude comme "sphère marchande", ensemble supposé commun à toutes les formations sociales en échange les unes avec les autres.

  • 1 Perroux (François) (1960) : Economie et Société, contrainte échange-don (Paris - PUF) qui rend com (...)

2Remarquons immédiatement que la définition de "la marchandise" est généralement plus implicite qu'explicite : devient "marchandise" tout produit qui s'"échange" avec une contrepartie présumée "équivalente". L'"échange marchand" est ainsi pensé comme une forme de contrat s'opposant à la "contrainte" d'une part et au "don" de l'autre1.

  • 2 Wachtel (1971) op. cité p. 109, 114 à 120, 129, 130, 157 à 159 et 183. Proches du "tribut" égaleme (...)
  • 3 Toutefois, d'une part les communautés sont susceptibles d'entrer en contact avec des "populations" (...)

3Alors que cette opposition du "commerce" au "prélèvement redistribution" étatique paraît évidente au fonctionnement, ou plus exactement à la représentation que nous avons des transferts de biens matériels et immatériels dans les sociétés bourgeoises parce que la contrepartie de cette imposition ou soumission volontaire n'est pas directement proportionnelle à la contribution de chaque assujetti, cette distinction perd l'essentiel de son efficacité dès que l'on cherche à l'appliquer dans certains ordres sociaux différents. Le "prélèvement-redistribution" étatique (quelle que soit la nature de cet Etat) peut historiquement apparaître à ses acteurs comme similaire aux "dons" (avec contreparties qui, à nous seulement, apparaissent, en partie ou totalité, imaginaires, impôts de fait susceptibles de faire circuler à grandes distances les produits locaux (par exemple dans l'Empire Inca2) ! Confusion également possible d'un "tribut" avec un "échange marchand" comme dans le cas de la Chine ancienne où certaines relations avec des peuples étrangers (avec le Japon par exemple) appelées généralement "commerce" peuvent tout aussi bien être traduites comme "tributs" d'allégeance dans un sens (vers la Chine) et "libéralités" dans l'autre (de l'Empereur vers ces peuples "inférieurs") ; de même, les relations dites "marchandes" du Mexique anté-colombien avec certaines provinces se distinguent mal de "tributs" et de "dons". Toutefois, ce problème ne paraît pas se poser pour des formations "sauvages", sociétés qui ignorent classes et prélèvements étatiques3 ; il n'en va pas de même pour l'opposition du "don" au "commerce".

  • 4 Bien entendu Mauss, Bataille, etc... mais également Hoyt (E.) (1926) op. cité p. 9 et suivantes, p (...)
  • 5 Meillassoux (1960 reed 1977) "Essai d'interprétation... " in Terrains et Théories (Paris - Anthrop (...)
  • 6 Les démographes estiment que les isolats français comprennent entre 1000 et 2800 personnes ! (voir (...)

4L’"échange marchand" se différencie également, par sa forme, mal du "don". Sans cette ambiguïté, on n'aurait jamais prétendu que le "commerce" était né dans les opérations de "dons/contredons" et que le premier prenait primitivement la forme de ces derniers4. A la suite, en particulier, du magistral "Essai sur le don" de Marcel Mauss (qui dans sa notion de "don" confond aussi bien les obligations qui résultent d'obligations matri-patrilinéaires, politiques (accession â une ''chefferie" par exemple) etc... et le "commerce", et ne différencie pas relations internes et extérieures aux communautés)5, il est impossible de fonder la différence entre "don" et "échange marchand" sur les seules psychologies des contractants ou forme physique de l'opération. Ce qui apparaît encore au plus grand nombre comme deux modes extrêmes de contrats ne sont que des catégories juridiques fondées sur l'illusion d'une part de la gratuité ou vénalité, d'autre part de la liberté des contrats (il y a nécessité de la transaction pour pouvoir produire et échanger à nouveau et le choix du partenaire en apparence libre répond à une logique sous-jacente dont la liberté de choix du conjoint en matière matrimoniale (avec ces sphères invisibles d'endogamie si petites dans nos propres sociétés6, peut fournir une bonne comparaison !). La frontière entre "don" et "échange marchand" devient, par leurs formes, floue dès que l'on sort de l'espace bourgeois et des Illusions de ses acteurs ; au "don" répond un "contre don" et un cycle de réciprocités n'est pas un acte "libre et gratuit" (au sens où nos sociétés l'entendent communément) mais au contraire une relation "contrainte et intéressée". Il n'y a par conséquent ni différence d'ordre psychologique dans la mesure où ni’ "échange marchand" ni le "don" ne sont des actes "gratuits" ni différence d'ordre physique fondée sur la similitude formelle des gestes (remise d'une chose contre une autre, acte pris par les économistes dans leur credo de l'intérêt privé pour un rapport social) dans la mesure où une "vente" peut se faire à crédit et où tout "don" peut connaître un "contre-don" immédiat (que Ton pense, pour nos propres sociétés, aux actuels présents de fin d'année).

5Mieux (faisons cette hypothèse afin de révéler certaines illusions sur le "commerce" et sur le "don"), "don" et "échange marchand" peuvent parfois se rencontrer ! Si un "sauvage" fait ce qu'il appelle un "cadeau de bienvenue" à un étranger européen qu'il rencontre, ce dernier, portant ses livres de compte dans sa tête, interprétera ce "cadeau" comme une proposition de "vente" ; il acceptera l’"affaire" et "paiera" avec "un de ces colifichets dont les primitifs sont avides" et qu'il n'aura pas manqué d'emmener en voyage avec lui (Ainsi, la verroterie fabriquée par des salariés pourra devenir objet d'un culte "sauvage" tandis que le "cadeau" devient marchandise exotique dans un magasin d'antiquités). Le "sauvage" aura la certitude de recevoir par cette verroterie, un "contredon" à son "don". Son savoir-vivre ne lui a-t-il pas appris que c'était là se comporter en homme, que c'était là engager un cycle sans fins d'amitiés et de réciprocités, de la même manière que le savoir-faire et la morale intéressée du "visage pâle" enseigne le paiement comptant ou à crédit "noyant les frissons sacrés, les pieuses ferveurs et les liens complexes et variés qui liaient chaque homme aux hommes, dans l'eau glacée du calcul égoïste" (si l'on en croit un "bourgeois allemand" du XIXème siècle). En toute hypothèse, hors de cette double illusion, le "commerce", loin d'exclure le "don", peut l'inclure comme l'illustrent les pratiques de "cadeaux" de bienvenue et d'"après échanges" (où par un "quelque chose en plus" générosité est montrée).

  • 7 Harding (1967) p. 167, cite les différents termes traduits comme "échange." à Sio dans le détroit (...)
  • 8 Le terme traduit par exemple comme "commerce" peut avoir un sens beaucoup plus large et désigner p (...)

6Cela signifie-t-il qu'il n'y a aucune différence entre des relations que l'on appelle "échanges marchands" et d'autres que l'on nomme "dons". Certainement pas. La différence apparaît d'abord à un niveau linguistique non seulement dans nos sociétés ("cadeaux"/"achats-ventes") mais également dans la traduction qui est donnée à des termes "sauvages" distincts. Toutefois, un inventaire linguistique ne pourra jamais suppléer une analyse défaillante. La traduction souvent proposée par les termes "troc" ou "commerce" pour désigner certaines relations des "sauvages" au vocabulaire peut-être plus riche7 ne fait souvent qu'induire en erreur tout lecteur non averti. La différence qui par ces termes va être établie peut tout d'abord être fondée sur le déroulement physique de l'acte8 : réciprocités immédiates ou différées ; contrepartie dont le montant est connu, plus rarement négociée, ou contrepartie dont l'importance traduit le degré de "générosité" ou de "dépendance" de son acteur, etc... autant d'oppositions possibles que leur traduction comme "commerce" dans un cas et "don" dans l'autre ne peut que bien mal signifier !

7En fait, comme nous allons l'étudier maintenant avec plus de précision, cette distinction renvoie généralement aux statuts des groupes et des individus avec lesquels les "sauvages" contractent (d'où au début de cette article notre proposition-hypothèse de définir a priori le "commerce" comme relations extra-communautaires). Nous essayerons ensuite de comprendre le problème de la subordination des formes dites "commerce" à celles dites "dons". Enfin, nous mettrons en lumière la logique sous-jacente qui a permis aux économistes de désigner, pour toutes formations sociales, avec tant d'assurance, comme "marchandes" certaines relations et les raisons de l'importance qui leur a été accordée.

Pratiques "commerciales" et relations sociales

  • 9 Marshall (Lorna) (1961) : "Sharing, Talking and giving : relief of social tensions among !Kung Suc (...)
  • 10 Sahlins (à partir d'Evans-Pritchard) (trad. 1976) op. cité p. 353.
  • 11 Ainsi par exemple la relation entre bandes bochiman que Marshall (1961) traduit comme "don" est-el (...)
  • 12 Exemples in Grierson (1903) : The Silent Trade, p. 19 et 20.

8Nous avons précédemment souligné que les "sauvages" n'échangent pas n'importe quoi de n'importe quelle manière ni avec n'importe qui. Compte tenu de la diversité culturelle de chacune des sociétés avec lesquelles une communauté entre en contact, chacun des modes d'échange peut tendre à s'identifier avec la (une des) relation(s) spécifique(s) entretenue(s) avec une des bandes ou villages et/ou sous-groupes. Chaque terme utilisé pour signifier cette (ou ces) pratique(s) "commerciale(s)" ne désignera pas un rapport général, abstrait de ses conditions locales - comme le paraissent aujourd'hui pour l'ordre bourgeois les termes "don" et "commerce"-, mais au contraire une relation particulière à un (ou des) groupe(s). Le mode d'échange que, par exemple, les Bochiman " ! Kung" établissent avec les autres bandes Bochiman n'est pas celui qu'ils établissent avec les Bantu9 ; de même, les Nuer distinguent bien les relations "commerciales" établies d'une part avec les Arabes et d'autre part avec les tribus voisines et en particulier avec les Dinka10. Chacune de ces diverses relations sera désignée par un terme différent. Or, selon les époques et les anthropologues, la même relation sera traduite par "troc", "commerce", "tribut" ou "don"11 ; ainsi, des Européens différents visitant au même moment les mêmes bandes ou villages affirment dans leurs récits de voyages, pour les uns, que cette population est "âpre au gain" et connaît un "commerce actif", pour les autres que ce groupe ignore le "commerce" mais pratique avec assiduité des "dons" avec réciprocités obligatoires12 ! Chaque auteur donnera ainsi une frontière différente au "don" et au "commerce", un espace plus ou moins grand, selon ses préjugés "marchands" ou "communautaires".

  • 13 Pour certaines sociétés alliances matrimoniales et affrontements "guerriers" par exemple étaient i (...)
  • 14 Le "vol" et la "razzia" ont sans doute été un mode de relations privilégiées par certaines communa (...)
  • 15 Contrairement à Sahlins (trad. 1976) p. 247 à 249 et p. 253) nous ne pensons pas que la "réciproci (...)
  • 16 Servet (1979) "Le Prince masqué…".
  • 17 Voir la littérature économique si abondante sur ce préjugé ; cette idée d'une substitution histori (...)
  • 18 Plusieurs exemples sont donnés par Hoyt (1926) p. 131 et 132.
  • 19 Ceci peut rendre compte de l’exclusion des femmes du "commerce" et en particulier de ses formes le (...)
  • 20 Bogoras (W.) (The Chukchee... p. 53 à 55, cité par Levi-Strauss (Cl.) (reed 1968) Les structures é (...)

9Pour nous, le "commerce primitif", avons-nous dit, s'inscrit dans l'ensemble des relations extérieures à la "communauté", rapports positifs, négatifs ou neutres avec chacun des autres groupes. En cela, il ne s'oppose pas plus que les alliances matrimoniales13 â d'autres relations extérieures comme le "vol"14, la "guerre"15 ou l'anthropophagie que les sociétés "sauvages" pratiquent ou interdisent, périodiquement ou en permanence, avec certains groupes seulement. Ce n'est que dans des circonstances et pour des groupes particuliers que ce que nous appelons "guerre" et "commerce" sont deux modalités des contacts avec l'étranger qui s'excluent. Le "commerce" peut tout aussi bien, dans certains de ces modes, être vécu comme une forme de "guerre" par sa proximité du pillage et sa forme d'agressivité organisée, canalisée, etc... (voir le système des réciprocités cumulatives traduites souvent comme "potlatch"). La pensée libérale et économiste est source de l'identification entre "paix" et "commerce" ; il convient de renouer avec les représentations "mercantilistes"16. L’"échange marchand" n'est pas une forme substituée à la "guerre"17 (pas plus que les échanges matrimoniaux auraient pris la place du rapt !). Il est bien évident que les échanges de biens entre "étrangers" doivent être précédés de signes qui indiquent les intentions de "commerce" des groupes qui se font face18, mais il est abusif d’interpréter tous ceux-ci comme des rituels de "paix" qui rappelleraient un pacte historique de trêve permanente. Deux communautés peuvent tout aussi bien alternativement "commercer" et se faire la "guerre". La rencontre pour échanger de deux communautés peut être vécue comme une situation limite dans laquelle personne ne sait si au cours de cette "fête" l'un des groupes ne va pas massacrer certains membres de l'autre. Certes, la "pacification" coloniale a entraîné, nous l'avons déjà souligné dans certains cas, en particulier à la suite de l'interdiction des "guerres tribales" une hypertrophie du "commerce primitif", mode particulier de rencontre/d'affrontement des groupes qui tend à remplacer une partie de la fonction guerrière (indispensable à la reproduction des rapports sociaux en particulier de la domination des femmes par les hommes19). Toutefois, cela ne prouve en rien que le "commerce" soit né de la "guerre" ! On peut seulement affirmer que le "commerce" et la "guerre" "sauvages" s'exercent au sein de la même sphère extérieure à la communauté ; le "commerce primitif" par certains traits et dans certaines de ces formes tient autant de la "paix" que de la "guerre"20 !

10Peut-on maintenant sur cette base tracer une frontière nette entre "don" et "commerce" ? En un sens, le "commerce" est d'abord un mode de transactions avec les groupes et les individus avec lesquels il n'existe pas d'obligations (pensées comme telles) illimitées aux "dons". Au sein de la proche parenté du groupe domestique, de ceux qui vivent ensemble, on donne et on reçoit ; c'est le lieu privilégié du partage, de l'entraide et de la solidarité (en particulier de nourriture). Au sein de la communauté, c'est-à-dire entre ceux qui dans/sur un espace limité jouissent de droits collectifs et individuels, ces derniers étant soumis aux premiers, l'entraide prend des formes multiples et hiérarchisées fondées sur une réciprocité plus ou moins comptabilisée avec précision. Plus les liens de parenté (réelle ou fictive) sont éloignés, plus l'on peut s'écarter du "don" pour entrer dans la sphère du "commerce".

  • 21 Strathern (Andrew) (1978) "finance..." p. 87.
  • 22 Tout groupe, peut entretenir avec certains villages et bandes des rapports patri-matrimoniaux et " (...)

11Entre deux communautés, ce "commerce" n'est pas exclusif d’autres types de relations, d'alliances, etc... qui pourront être sanctionnées par des transmissions de biens lors de cultes totémiques, d'alliances guerrières, d'initiations, etc... qui dans la représentation des populations se distinguent des activités dont le transfert de biens apparaît comme mobile principal ou unique et est souvent seul traduit comme "commerce". Les relations patri-matrimoniales font aussi partie de ces alliances ; soulignons encore qu'elles sont susceptibles d'offrir des canaux privilégiés pour la circulation dite "marchande" des biens21 ; le "commerce" (au sens restreint) quand il a lieu entre "parents" de deux communautés différentes se distingue des relations traduites généralement comme "dons" faites par ailleurs dans le cadre des obligations rituelles patri-matrilinéaires parce que le premier n'a pas le même caractère impératif (tout en connaissant des exigences de réciprocités d'une autre nature) et parce que ce "don" est un effet direct de l'alliance matrimoniale (qui serait de même nature entre membres d'une même communauté) alors que ce qui est appelé "commerce" entre "parents" apparaît d'abord comme un échange de biens. L'écart social entre groupes et individus conditionne le mode de transfert des biens. Ainsi les dons peuvent paraître franchir les limites de la communauté dans la mesure où par exemple les alliances matrimoniales les dépassent. Mais, la réciproque n'est pas vraie ; on ne traite généralement pas en étranger un membre de sa propre communauté - sauf cas de dissolution de celle-ci - ; toutefois, dans un certain nombre de cas très limités où il n'y a ni obligation au "don" ni au "partage", on pourra dire que deux membres d'une même communauté "commercent", s'ils se transmettent des biens de la même façon qu'ils le feraient avec des membres d'une autre communauté. Ce qui est traduit par "commerce" est d'abord par conséquent un mode d'échanges privilégié dans les relations extérieures, c'est à-dire avec l'étranger avec les autres communautés ou avec des membres d'autres sociétés. Dans les formations sans classes, l'axe de la distinction de ces deux pôles "commerce"/"don" est principalement entre ceux qui ont ou n'ont pas des droits collectifs partagés ; dans la mesure où s'établit une hiérarchie de degrés entre "parents"22 et assimilés plus ou moins proches et de degrés de contacts plus ou moins importants avec les "étrangers", ce qui suscite des obligations réciproques, la rupture est pensée non brutale mais graduelle, ce d'autant plus que les formes du "commerce" apparaissent soumises par celles des "dons".

La subordination au "don" des formes "marchandes" "primitives"

  • 23 Voir l’exemple des relations inter-communautaires que l'on a souvent traduit comme "potlatch” et q (...)
  • 24 Au XIXème siècle, dans le Fouta-Djalon, "pour amener un indigène à vendre quelque chose, il est be (...)
  • 25 Bulmer (1960) sur cet aspect de la moka ; Meggitt (1974) p. 165 à 203 pour le té.

12La plupart des relations extérieures des “sauvages" portant sur l'échange de biens (à contreparties immédiates ou différées) tendent à apparaître et à être pensées comme l'effet d'une obligation collective et/ou individuelle à donner et/ou à rendre ; soit parce qu'en cas d'alliances ces "dons" répondent à des incidents de la vie sociale et à des phases des rituels (naissances, mariages, fiançailles, décès, initiations, traités de paix, compensation pour délits, fautes, maladies, etc...) soit parce que ces prestations sont les contre prestations23 de ce qui a été autrefois donné (sans qu'il soit possible en général, de connaître le partenaire à l'origine du premier "don" souvent par un ancêtre) et créent elles-mêmes par un "présent" rendu la condition d'une contre prestation future. Rares sont les transactions qui peuvent être faites sans que ce lien engage une chaîne de relations24 à venir avec un partenaire "librement" choisi au sein d'une communauté étrangère (ce choix est dit "libre" dans la mesure où il est déterminé par des processus dépassant la conscience immédiate qu'un individu peut avoir de ses décisions) ; toutefois, il est possible de distinguer d'une part les prestations qui sont des effets secondaires d'obligations sociales (par exemple, lorsqu'elles sont "dons" obligés au conjoint d'une sœur vivant dans une autre communauté) et, d'autre part, les prestations qui se situent au centre de la relation et dont l’obtention de biens spécifiques apparaît comme fin première. Cette subordination des échanges extérieurs aux formes des "dons" s'affirme dans des exemples frappants ; celui de la moka ou du té des Highlands de Nouvelle-Guinée où, sur des distances relativement importantes, des éléments identiques sont échangés : cochons vivants contre morceaux de porcs25 ! Rappelons que dans la Kula des Massim néoguinéens les mêmes coquillages circulent indéfiniment sans, généralement, être "consommés" par leurs acquéreurs successifs ou servir comme moyens d'acquisition d'autres biens matériels ou immatériels dans d'autres communautés extérieures à cette sphère d'échanges ; or, dans la conscience des partenaires de la Kula, le but de cette relation paraît se réduire en grande partie à ce transfert en d'autres termes sa raison explicite est d'obtenir ces biens précieux et non de remplir une obligation sociale dont la coutume de remise d'un coquillage ne serait qu'un effet induit voire secondaire (les stratégies internes de contrôle par les dominants (logique cachée de la Kula) s'exercent aux Trobriands par exemple, non immédiatement au sein de chaque communauté mais par la circulation de paléomonnaies dans une vaste aire régionale selon des mécanismes analogues aux fonctionnements habituellement connus en Mélanésie ; l'absence de contreparties matrimoniales en paléomonnaies du fait de l'organisation matrilinéaire et du caractère souple du couple peut sans doute partiellement l'expliquer). Précisons ce problème de subordination des formes "marchandes" "primitives" au "don".

  • 26 Servet (J.M.) (1978) "A propos du "non-marchand". Une perspective critique" (in Cahiers Prévisions (...)

13Le fait que d'une part l'ensemble des rapports sociaux internes à la communauté soumettent à la logique de leur reproduction l'ensemble des rapports sociaux des "communautés primitives" en général et leurs relations extérieures en particulier - comme nous l'ont montré nos interrogations sur les mobiles du "commerce primitif" - et que d'autre part le partage et le "don" soient les modes habituels et normaux des transactions internes, colore le "commerce" "primitif", lui donne un cadre mental, des normes, des formes qui nous apparaissent souvent comme étant celles de "dons" - de même que dans nos sociétés le non-marchand est totalement subordonné au marché26.

  • 27 Mc Carthy (1939) in Oceania vol. IX p. 427. Les Trobriands disent : "Mon partenaire c'est la même (...)

14Aussi, les relations internes aux communautés servent de grille aux "sauvages" pour comprendre toutes leurs transactions. Les liens de "camaraderie" ou de "partenaires" d'échange en sont une bonne illustration ; très souvent, entre bandes ou villages étrangers, les échanges ne se pratiquent pas au tout venant mais entre individus dont les liens se transmettent de génération en génération ; ces liens peuvent être de simples "amitiés" ainsi transmises (ou engagées) ou être fondés sur des rapports réels ou fictifs de parenté. Dans le Sud-Est australien, les partenaires "commerciaux" ont dans un symbolisme évident, préalablement à leur "union", échangé un morceau de leur cordon ombilical27. En l'absence de pareille organisation, souvent, les échanges ne se limiteront pas à un simple "commerce", on se montrera généreux en donnant quelque chose en plus, créant ainsi une "dette" qui, sous une autre forme, immédiatement ou plus tard, sera "remboursée" créant ainsi un lien qui dépasse le simple "troc".

  • 28 Le "marché primitif" fournit sans doute, en général (donc pas toujours) moins de matières première (...)
  • 29 Domination que traduit la richesse du vocabulaire pour désigner ce que nous appelons "don". Le Gre (...)

15Une fois définies, tant bien que mal pour chaque société, les limites de la communauté et de la solidarité obligatoire (qui dépasse cette dernière en particulier par certains effets des liens de parenté), et par conséquent les divers modes de transferts des biens (dont la triple opposition "commerce"/"contrainte"/"don" n'est nous l'avons vu, qu'une grille formelle inadéquate, il convient de se demander quelle place ils occupent dans la reproduction des rapports sociaux - et là, va se poser à nouveau le problème de la pluralité des modes de transfert, de leur hiérarchie et de leur complémentarité, et donc de leur subordination Par quels canaux (ceux du "marché" ou ceux des "dons") sont obtenus les moyens d'accès aux rôles sociaux plus ou moins valorisés joués par les individus, sont transmis les produits de consommation quotidienne, les moyens de production, voire les êtres humains eux-mêmes, etc... ?28. Ce n'est pas sur la base d'un simple inventaire des formes et du vocabulaire des transactions que l'on peut caractériser et différencier les formations sociales, mais, seulement, en construisant une typologie à partir du poids de chacun des modes de transfert des produits matériels et immatériels dans leur importance quantitative (par le nombre de transactions et le volume de produits) et qualitative (par la fonction plus ou moins centrale, nodale qu'elles occupent, autonomie plus ou moins forte de la circulation par rapport à la production, rôle premier ou secondaire dans l'ensemble du procès de reproduction) (qualitatif et quantitatif étant ici bien évidemment liés). - A cet égard, les "dons", modes autrefois dominants29 des rapports alors fondamentaux de "parenté", "chefferie" etc... sont aujourd'hui devenus un accessoire pour "faire marcher le commerce" et/ou entretenir de bons rapports de voisinage alors que le marché, comme sphère de réalisation de la plus-value, est devenu un lieu central sur lequel tous les rapports y compris les plus intimes viennent se modeler -. Toutefois, le sens de cette subordination du "marché" par le "don", le fait que ce dernier sert dans les formations "sauvages" de trame au premier, n'autorise pas un grand nombre d'anthropologues de se satisfaire de l'analyse des rapports internes aux communautés et de traiter de manière allusive et trop générale avec des catégories "allant de soi" (par conséquent les nôtres) le "commerce primitif".

16Pour comprendre la nature de ce "commerce primitif", nous sortons de l'opposition "don" "prélèvement-redistribution" “commerce" ; il est alors abusif de prétendre que parce qu'une transaction a des formes qui sont en partie semblables à certaines des nôtres (par exemple "libre" choix des partenaires, discussion du "prix" etc...) celle-ci est déterminée par le "principe du marché", le jeu de l’"offre et de la "demande", en un mot est le "commerce" (ce que l'on fait souvent par exemple à propos du "ginwali" trobriand que l'on oppose ainsi à la "kula" pensée comme "don").

  • 30 Ce que l'on voit assez bien à travers les fonctions archaïques de Mercure lors de son Introduction (...)
  • 31 Il va de soi par exemple que la façon dont les relations d'échanges anté-coloniales sont conçues e (...)

17Les formes des transactions "primitives" sont multiples et propres à chaque société ; les représentations de ces pratiques sont également particulières et leur traduction ici comme "don", là comme "commerce" est, rappelons-le, arbitraire. A partir de l'ambiguïté des relations "sauvages", certaines disparaissent, d'autres naissent, certaines fusionnent, d'autres se dissocient, ainsi se développent les rapports qui deviendront et seront caractérisés, pour les sociétés bourgeoises, soit comme "don", soit comme "prélèvement redistribution", soit enfin comme "commerce"30. Une relation "primitive" que l'histoire et la logique sociale de transformation fera "don" ou "prélèvement" ou "commerce", contient nécessairement déjà l'embryon d'une partie de la complexité de ce devenir potentiel, et, en conséquence, ce passé peut éventuellement présenter des formes analogues à son propre futur. Mais toute analogie superficielle est trompeuse. Si une transaction "sauvage" ayant les apparences de notre "don" se transforme progressivement en relation "marchande" alors qu'un échange "primitif" généralement identifié par les attitudes des participants comme "commerce" est à l'origine du développement d'une part de "dons" et d'autre part de "commerce" (transformation que la colonisation peut révéler31), doit-on dans l'un et l'autre cas parler de "don" ou de "commerce" ?

  • 32 Sur l’utilisation du préfixe paléo, voir Servet (1979) "Essai..." p. 16 et 17.

18L'expression générale de paléomarchand32 nous paraît dépasser l'impasse des représentations et oppositions contemporaines en saisissant l'ensemble des relations principalement extérieures (d'une communauté) portant sur des biens, quelles qu'en soient les formes revêtues et les mobiles pensés par leurs acteurs. Le paléomarchand est une condition du développement du marchand, mais le premier ne peut pas être réduit au second.

Le capital, logique cachée de la "marchandise", et l'unité de la "sphère marchande"

  • 33 Nous ne disons pas-indépendant car tout échange met en jeu dans sa cession une hiérarchie de droit (...)

19Si la continuité entre paléomarchand et "marchand" nous a posé ici problème, dans le discours de l'économie politique, la "sphère marchande" paraît posséder une unité transhistorique : le "marché" est/serait le lieu par lequel pourraient être/seraient absoutes les différences des conditions de la production ; les "marchandises" se font/se feraient face dans leur habit de choses aux vertus connues et pour lesquelles elles sont/seraient acquises. La facilité déconcertante avec laquelle les économistes et certains anthropologues désignent telles transactions comme "don" et telles autres comme "échange marchand" dont l'objet rejoindrait par ce baptême du “marché" l'ensemble de ses soeurs "marchandises", la rapidité avec laquelle la libération des produits ("marchand") est opposée à leur assujettissement ("non marchand"), ont pour origine l'opposition réelle entre rapports communautaires et rapports extracommunautaires ; apparaît, aux économistes, objet d'un "échange marchand", tout produit autonome33 des rapports communautaires internes dans la mesure où, dans cette relation, le partenaire est d'abord principalement un individu ou un groupe étranger avec lequel il n'y a pas d'obligation â la solidarité entre "parents", en d'autres termes pas de contrainte immédiate à ce qui leur semble un "don". Or la possibilité d'échanges "libres", au sens où le sont (représentés) les rapports bourgeois, est plus fantasmatique qu'effective et les difficultés d'articulation du "commerce" européen aux formations anté-coloniales (la capacité différente de chacune des sociétés de nouer dans une forme particulière des contrats) en sont l'illustration.

20Il s'ensuit qu'implicitement, la "sphère marchande" désigne l'ensemble des produits susceptibles d'être échangés contre le produit du... capital. Telle est la logique cachée de cette universelle "marchandise". Puisque ce produit "sauvage" est "libéré", aliéné, cédé à un étranger, il aurait pu l'être à moi, bourgeois qui fait profession du "commerce des marchandises", quelqu'en soit leur couleur, leur odeur, leur nature, pourvu que cette opération me rapporte un "bénéfice" ! La "sphère marchande" est ainsi reconstruite dans une pseudo histoire ; les formations "sauvages", "antiques", "asiatiques", "féodales", etc... sont supposées connaître une "sphère marchande" plus ou moins développée pour autant qu'elles disposent de produits aliénables et aliénés donc disponibles - sous-entendu pour le capital - disponibilité fondée sur l'autonomie des produits. On dira par exemple que la "sphère marchande" disparaît avec le développement des "chefferies" où la circulation des produits se fait sous la forme de "tributs" ; il en va de même à l'intérieur d'espaces planifiés.

  • 34 Claval (P.) (1978) Espace et Pouvoir (Paris - PUF) p. 110.

21La question du paléomarchand pose par conséquent, d'une manière plus générale, celle des "sphères marchandes" non "capitalistes". Si l'unité de la "sphère marchande" se concrétise, s'objective par la circulation, dans l'unité du "marché mondial" où entrent/peuvent entrer les produits des conditions sociales et techniques les plus hétéroclites - réalisée par exemple dans la sphère dominée par le capital au XIXème siècle en Europe, où s'échangeaient les produits de communautés rurales aux formes les plus diverses, ceux de producteurs indépendants, ceux de domaines féodaux comme ceux d'entreprises capitalistes - cette unité n'est qu'apparence car effet d'illusion des possibilités de contacts. Des étrangers peuvent "commercer" mais chacun le fait selon des modes, avec une raison - stratégies conscientes des groupes et individus et/ou nécessités - effets intentionnels des rapports sociaux etc... particuliers à chaque mode de production et à chaque formation sociale. Ce qui est appelé "sphère marchande", "marchandise" doit, par conséquent, être pris non comme un rapport social connu et trans-historique mais être défini dans sa forme et ses fonctions chaque fois par rapport au procès social qui l'engendre (lieu de réalisation de la plus-value ici, source de produits exotiques, moyens de prestige et de pouvoirs par exemple ailleurs). La "marchandise" c'est toujours la "marchandise" des autres ! La "marchandise" aura pendant longtemps une odeur exotique. Ainsi, les "civilisations" comme l'Egypte ancienne, l'Empire romain, la Chine impériale et les Etats amérindiens, l'Europe occidentale et le monde islamique, à certaines périodes, ont eu tendance à se définir dans des auréoles plus ou moins concentriques de "barbares" et de "sauvages" mi-humains mi-démons pourvoyeurs de "marchandises" spécifiques. Des paysages différents traduisaient concrètement la frontière entre les sphères : forêts germaniques, landes des Pictes au Nord, steppes à l'Est, déserts africains au Sud pour l'Empire romain ; la Chine s'arrête où commencent les Mongols nomades et pasteurs de la steppe ou du désert, les Toungouses chasseurs et pêcheurs des plaines et forêts de la Mandchourie, etc...34. Placée au centre, la "civilisation" entretenait avec les autres sphères des échanges de types différents et s'y procurait des produits dont la fonction était en partie déterminée par leurs origines "sauvages" ou "barbares". Ces pays recevaient un nom qui, quand il ne niait pas l'existence du langage chez ces populations ("barbares" des Grecs ou Côte des Cui-Cui en Afrique occidentale) désignait très souvent les produits que l'on pouvait s'y procurer : Brésil (bois de braise), Côte d'ivoire, Côte d'Or, Côte des Esclaves, etc... et toutes les "Guinées", pays de l'or (gold) du monde. Ainsi s'intègre, en partie, ce que l'on devrait appeler paléomarchand au "marché mondial" et les "sauvages" aux "civilisés".

Notes

1 Perroux (François) (1960) : Economie et Société, contrainte échange-don (Paris - PUF) qui rend compte du triptyque des subtantivistes : redistribution - marché - réciprocité. (Polanyi K. et Arensberg C.) (1957 trad. 1975) Trade in Market in Early Empires (trad. Paris - Larousse sous le titre : Les systèmes économiques dans l'histoire et dans la théorie). Pour les substantivistes, dans chaque formation sociale l'un des trois modes de transfert des biens est le principe dominant d'intégration mais n'est pas exclusif des deux autres. Ainsi quand dominent les rapports de parenté et les mécanismes de "réciprocité", on peut retrouver la "redistribution" à l’intérieur des groupes de parenté et l’"Echange" avec les étrangers ; quand la "redistribution" intègre l'ensemble de l'économie (exemple du Pérou, de l’Egypte ancienne), la "réciprocité" peut fonctionner à l’intérieur des groupes locaux (ce que souligne avec raison M. Godelier dans son introduction à la traduction de Les Systèmes...((1975) p. 19).

2 Wachtel (1971) op. cité p. 109, 114 à 120, 129, 130, 157 à 159 et 183. Proches du "tribut" également les formes de "commerce obligatoire" par lesquelles les "commerçants ambulants" peuvent dans une région être arrêtés par ses habitants et contraints de "vendre" ce qu'ils transportent (exemple de l'Atlas en Afrique du Nord. Benet (F.) (trad. 1975) in Polanyi et Arensberg (Eds.) p. 204).

3 Toutefois, d'une part les communautés sont susceptibles d'entrer en contact avec des "populations" civilisées qui les obligent en "échange" (certes !) de certains produite à fournir des quantités précises de matières premières, productions agricoles, etc... d'où le caractère ambigu de ce "commerce" interprétable comme "tribut" (voir certaines formes de ce qui a été appelé "mode de production asiatique") ; d’autre part, les rapports entre communautés mêmes peuvent avoir un caractère très inégalitaire ; les unes peuvent dominer les autres et les obliger également par coercition à "donner", "vendre" certaines "marchandises", relations qui (pré-) figurent aussi un "tribut". Sur les difficultés de la limite entre "don"/"commerce"/tribut" à propos des "expéditions commerciales primitives" voir Heider (Karl G.) - "Visiting Trade Institutions" in American Anthropologist, vol. 71 no 3, p. 462 à 471.

4 Bien entendu Mauss, Bataille, etc... mais également Hoyt (E.) (1926) op. cité p. 9 et suivantes, particulièrement p. 117. R. Maunier, aujourd’hui presque totalement oublié, fut alors un des rares auteurs à critiquer cette représentation d'une origine quasi unique du "commerce" dans les "dons" (théorie qui faisait suite à une mode de "l'échange silencieux") (1927) "Recherches... " p. 15, 16 et 18 à 20). Maunier dénonçait cette idée d’un "germe unique du trafic" ; il affirmait que ce serait "donner comme uniforme ce qui est souvent multiforme, et traiter comme élaboré ce qui reste souvent inachevé" ; il parlait de "polygénisme des modes d’échange". Letourneau (1897) p. 528, donnait déjà une double origine au "commerce" : les "vols" et les "cadeaux".

5 Meillassoux (1960 reed 1977) "Essai d'interprétation... " in Terrains et Théories (Paris - Anthropos) p. 25.

6 Les démographes estiment que les isolats français comprennent entre 1000 et 2800 personnes ! (voir Levi-Strauss, - Anthropologie Structurale, tome I, p. 323 à 326 et p. 402).

7 Harding (1967) p. 167, cite les différents termes traduits comme "échange." à Sio dans le détroit de Vitiaz. Voir la richesse du vocabulaire désignant les multiples formes de "don" et de "commerce" aux Trobriands (Malinowski (trad. 1963) p. 237 à 253). Nous sommes surpris lorsqu'Epstein traduit les termes tolai "kul" par "buy" (acheter) et "buapa" par "barter" (troquer) ((1968) p. 23) sans nuances sur leur signification exacte (passée et présente) et sans recherche linguistique plus poussée !

8 Le terme traduit par exemple comme "commerce" peut avoir un sens beaucoup plus large et désigner par exemple également le fait de substituer un outil neuf à un usé, sans toutefois posséder un sens aussi large que notre "échange".

9 Marshall (Lorna) (1961) : "Sharing, Talking and giving : relief of social tensions among !Kung Suchmen" in Africa (Journal of the International african Institute) (London. Oxford University Press) vol. XXXI no 3 p. 231 à 249.

10 Sahlins (à partir d'Evans-Pritchard) (trad. 1976) op. cité p. 353.

11 Ainsi par exemple la relation entre bandes bochiman que Marshall (1961) traduit comme "don" est-elle désignée comme "troc" par Schapera (I.) (1930 : The Khoisan Peoples of South Africa (London - Routledge) p. 146 (cité par Sahlins (trad. 1976) op. cité p. 341).

12 Exemples in Grierson (1903) : The Silent Trade, p. 19 et 20.

13 Pour certaines sociétés alliances matrimoniales et affrontements "guerriers" par exemple étaient incompatibles (voir l’exemple du mythe de Taka-Rangui et Rahou-Mahora (sorte de Romeo et Juliette Maori) recueilli en Nouvelle-Zélande et qui illustre cette opposition (cité par Letourneau (Charles) (1895) La guerre dans les diverses races humaines (Paris - Lib. Battaille XXL - 587 p.) p. 115 et 116). Toutefois il ne s'agit pas là d’une règle générale pour les sociétés "sauvages" ; on connaît de trop nombreux contre-exemples. Claude Meillassoux a souligné que les Guro de Côte d'Ivoire ne font la "guerre" que contre les "communautés” avec lesquelles ils ont conclu des alliances en particulier matrimoniales ((1964) p. 240 à 244). Les Mae Enga des Hauts plateaux du centre de la Nouvelle-Guinée ne disent-ils pas de même "Nous épousons ceux que nous combattons" ? et les groupes" se livrent à des compétitions féroces pour l'échange de porcs et d'objets de valeur. Ils choisissent précisément leurs femmes dans les dans étrangers avec lesquels ils ont coutume de se battre et d'échanger porcs et coquillages" (Meggitt (M.) (1964) "Male-Female Relationships in the Highlands of Australian New Guinea" (in American Anthropologist 2, 64, 4 p. 204-223) cité par Douglas (M.) (trad. 1971) p. 160 et 161). Strathern a bien remarqué aussi que les sphères des alliances matrimoniales et de la "paix" ne coïncidaient pas dans la région du Mont-Hagen ((1971) The Rope of Moka... p. 67 à 70 et p. 80 ; et (1978) p. 86).

14 Le "vol" et la "razzia" ont sans doute été un mode de relations privilégiées par certaines communautés vis-à-vis d'autres sociétés. L'organisation de la "piraterie" peut se développer parallèlement et grâce à l’épanouissement du "commerce". Dans des sociétés plus complexes, on voit même les "razzi" prendre la forme d'expéditions "commerciales" aux règles connues et précises voir l'exemple du Soudan au XIXème siècle (in Letourneau (Ch.) (1897) L'évolution du commerce (Paris - Vigot) p. 86 à 90) et celui du Sahara (in Labouret (1953) in Lacour-Gayet (J.) t. III p. 76 à 78 d'après Benhazara (1908) Six mois chez les Touareg du Ahaggar (Alger). Voir l’accusation de "piraterie" faite aux Phéniciens, Grecs et Italiens dans la Méditerranée antique.

15 Contrairement à Sahlins (trad. 1976) p. 247 à 249 et p. 253) nous ne pensons pas que la "réciprocité équilibrée" s’oppose à la "réciprocité négative" comme le "commerce" entre égaux à la "ruse, la guerre et le vol". Les Langalanga des îles Solomon (au Centre et au Sud-Est) dans les périodes de "guerre" avec leurs voisins Kwara'ae et Kwaio ne cessaient pas pour autant leurs relations d'échanges (en particulier de biens comestibles) par le biais des "partenaires commerciaux" (Cooper (M.) (1971) "Economic..." p. 270). Il n’y a pas non plus incompatibilité entre possibilité de "guerre" et possibilité de "commerce'' pour les Tolai de Nouvelle Bretagne (Epstein (1968) p. 7 et 23), sur les côtes Sud-Est de la Nouvelle-Guinée (in Seligmann (1910) p. 94 et 205) par exemple. Dans le même sens, voir le cas des Indiens Tupinamba [du cours supérieur du Xingu (Brésil) in Levi-Strauss (1943) p. 124 à 127 et p. 136 et in Métraux (1923) p. 277 et 273, et celui en Afrique de l'Est des Kipsigi (au Sud-Ouest du Kenya) ; si "Kalyet" en Kipsigi dans leurs relations avec les Gussi, Luo et Masai est traduit par "paix" et par "troc" c'est parce que les échangés sont un moment exceptionnel ; ils sont pratiqués sur les berges d’une rivière, frontière entre les groupes normalement hostiles (Manners (R.A.) (1962) "Land Use, labor, and the Growth of Market Economy in Kipsigis Country" in Bohannan (Paul) and Dalton (George) : warkets in Africa (Northwestern University Press, USA - p. 493 à 519) p. 510).
J. P. Vernant souligne qu’entre les Etats Grecs antiques, la "guerre" apparaissait encore "comme un aspect parmi d’autres des échangés" (Vernant (1974) Mythe et Société, p. 32 ; voir également Problèmes de la Guerre en Grèce Ancienne). A Rome, Mercure est, outre ses aspects "commerciaux", arbitre de la "paix" et de la "guerre" (Combet-Farnoux (1978)), de même qu’en Chine au XIXème siècle, certaines "corporations de commerçants" avaient pour divinité Koan Yu, le dieu de la "guerre" (Counant (Maurice) (1899) "Les commençants chinois et les corporations" (in Revue des deux Mondes (Paris) p. 353).
Soulignons que la "guerre" "sauvage" n’est généralement pas une brutale volonté d’extermination d’ennemis ; elle se fait selon des normes connues des deux parties et après le plus souvent une "déclaration de guerre" (envoi de message avec des objets annonçant la volonté d’affrontement) ; sur ces formes codifiées de "déclaration de guerre" voir Davie (trad. 1931) p. 431 à 436. On ne peut pas opposer "guerre" et "commerce", tous deux sont rituels de contact.

16 Servet (1979) "Le Prince masqué…".

17 Voir la littérature économique si abondante sur ce préjugé ; cette idée d'une substitution historique de relations "commerciales" et "pacifiques" aux relations " guerrières" "primitives" est au centre de l'ouvrage de Davie (Maurice R.) (trad. 1931) : La guerre dans les sociétés primitives, son rôle et son évolution (Paris - Payot, 440 p.) p. 302 à 309. A Stuart Mill qui écrit que "le commerce est maintenant ce que fut autrefois la guerre : savoir l'occasion principale des contacts", Letourneau (1897) (p. 541) répond que si le "commerce" est né tout aussi bien des "cadeaux" que des "vols" (idem p. 528), le "commerce" engendre de nouvelles raisons de "guerres" et que ce n'est pas la mercantilisation de toutes les relations sociales qui construira un monde de paix !

18 Plusieurs exemples sont donnés par Hoyt (1926) p. 131 et 132.

19 Ceci peut rendre compte de l’exclusion des femmes du "commerce" et en particulier de ses formes les plus valorisées. Dans les cas où les femmes avaient le contrôle de la production des jardins et que ces produits (pour nourrir par exemple les salariés de plantation) vont être "vendus" un "bon prix", les femmes peuvent acquérir dans ces sociétés des pouvoirs nouveaux.

20 Bogoras (W.) (The Chukchee... p. 53 à 55, cité par Levi-Strauss (Cl.) (reed 1968) Les structures élémentaires de la parenté (Paris - La Haye - Mouton) p. 71) rapporte que dans les anciennes "places de marché" chukchee, "on y venait armé, et les produits étaient offerts sur la pointe des lances ; parfois on tenait un ballot de peaux d'une main, et de l'autre un couteau à pain, tant on était prêt à la bataille à la moindre provocation. Aussi le marché était-il désigné jadis d'un seul mot : "elpu’r. IkIn" "échanger" qui s'appliquait aussi aux vendettas. La langue moderne a introduit un nouveau verbe : "uili'urkIn" "faire commerce", correspondant au koryak "uili'uikIn" "faire la paix"". D'une manière symptomatique, une légende chukchee décrit comment mystérieusement les biens s’échangent d'eux-mêmes.
Certaines étymologies sont intéressantes ; prenons deux exemples africains ; En Boulou, "abom" désigne aussi bien le "commerce" qu’un "enlèvement" (par exemple d'une femme) ; en Fang, "asôm" ("achat" "prix") se rattache à "som" et "nsôm" (chasser et guetter) et "okira" ("le commerce") viendrait d’un terme pongwé "kita" (complot) (Binet (1970) Psychologie... p. 111.

21 Strathern (Andrew) (1978) "finance..." p. 87.

22 Tout groupe, peut entretenir avec certains villages et bandes des rapports patri-matrimoniaux et "commerciaux" et avec, d'autres des rapports "commerciaux" seulement. En Nouvelle-Guinée, citons les exemples de l’île Wogeo avec celle de Mushu (Hobgin (1935) p. 398), des Gawa (groupe Busama) qui opposent ainsi leurs relations entre "gens de la côte" et "gens de la brousse" (Hogbin (1951) cité par Sahlins (trad. 1976) p. 345 et 346) même opposition à Buka passage (Nord-Ouest des Iles Solomon) (in Blackwood (1935) p. 451 et 452). Voir également en Mélanésie, les Manus (Mead cité par Sahlins (trad. 1976) p. 341) et les communautés du détroit de Vitiaz (Harding (1967) p. 181). Au Brésil, voir l'exemple des Waiwai (in Fock (1963) p. 239 et 240), des Nambicuara (in Oberg (1953) p. 96 et 98) et des Trumai in Murphy et Quain (1955) p. 18). De même, les Romains distinguaient les peuples avec lesquels Ils pratiquaient le conubium (échange de femmes - cum, nebo) et ceux, plus nombreux, qui entraient dans le "commercium" (échanges de biens - cum, merx). Nous ne connaissons pas de cas de sociétés entrant en alliance matrimoniale qui ne fassent pas aussi d'échanges de biens (outre ceux directement induits par les rapports de parenté). L'incompatibilité entre liens de "parenté" et relations "commerciales" est souvent affirmée en particulier entre sociétés aux rapports plus complexes et/ou au sein des communautés qui entrent dans leur phase de dissolution et où des membres d’une même communauté peuvent "commercer" entre eux (sur cette opposition de la "parenté" et du "commerce" on lira avec Intérêt l’exemple de Banling, un village Lue au Nord de la Thaïlande (Moermann (Michael) (1966) "Kinship and commerce in a Thai-Lue Village" in Ethnology (University of Pittsburgh USA) vol. V p. 360 à 364)). Soulignons qu'en effet, c'est sans doute entre "parents" que les rapports communautaires résistent le mieux et le plus longtemps ; d’autre pont, entre "parents" issus de deux communautés différentes, les modes de transferts de biens peuvent exclure ceux pratiqués entre membres non-"parents" d'autres communautés, rapports peut-être divers mais traduits comme "commerce" ; toutefois ces échangés entre "parents" membres de communautés différentes seront eux-mêmes sans doute distincts des rapports établis entre membres d'une même communauté.

23 Voir l’exemple des relations inter-communautaires que l'on a souvent traduit comme "potlatch” et qui faisaient circuler par un affrontement de "dons" et de "contre dons" des quantités très importantes de produite et exprimaient des complémentarités régionales ; ainsi au Sud-Cameroun le "bilaba" : "deux hommes ou plutôt deux chefs se mettent d'accord pour faire assaut de munificence. L'un des contracte rend visite à son confrère. Au milieu de chants et de danses, où il étale sa richesse, il lui présente les cadeaux qu’il a amenés, et le défie de pouvoir jamais faire aussi bien. Quelques mois plus tard, l'ami lui rend sa visite et l'écrase de dons. Ainsi les échangés se poursuivent avec des surenchères constantes. Certains pensent que ce contrat est ancien et qu'il permettait, avant l'arrivée du commerce européen, d'alimenter un véritable courant commercial. L'un des échangistes fournissait des produits venus de la côte, et de l'étranger, sel, poisson, tissu ou ouvrage de métal d'origine européenne. L’autre donnait des produits locaux ou venant de l’intérieur : ivoire, vivres, bois précieux" (Binet (1970) Psychologie... p. 121) ; institution similaire au Sud-Ouest du Cameroun, chez les Bandjabis où le sel (produit côtier) est ainsi échangé contre des chèvres et du raphia (produite de l’intérieur (idem, p. 122).

24 Au XIXème siècle, dans le Fouta-Djalon, "pour amener un indigène à vendre quelque chose, il est besoin d'y mettre des formes diplomatiques ; il faut l’aborder, non comme acheteur, mais comme si l'on désirait seulement faire sa connaissance, lui demander, amicalement de ses nouvelles, lui témoigner et lui inspirer de la sympathie ; alors, et alors seulement, ses prétentions ne sont plus exagérées et le marché devient possible" (Letourneau (1897) p. 76 qui cite Sanderval : Kahel, p. 195).

25 Bulmer (1960) sur cet aspect de la moka ; Meggitt (1974) p. 165 à 203 pour le té.

26 Servet (J.M.) (1978) "A propos du "non-marchand". Une perspective critique" (in Cahiers Prévisions, Choix, Planification no 7 (novembre.) (I.E.E. Université Lyon II) p. 103 à 124). Subordination jusqu'au coeur des cloîtrer, où au XIXème siècle, les religieuses décoraient l’intérieur d'oeufs (elles y reproduisaient généralement leurs cellules) qui devenaient "monnaie" pour les services rendus au sein du couvent !

27 Mc Carthy (1939) in Oceania vol. IX p. 427. Les Trobriands disent : "Mon partenaire c'est la même chose que celui qui fait partie de mon clan (kakaveyogu) - il pourrait me combattre. Mon vrai parent (veyogu), au même cordon ombilical, celui-là sera toujours de mon côté" (Malinowski (trad. 1963) p. 338).

28 Le "marché primitif" fournit sans doute, en général (donc pas toujours) moins de matières premières et de moyens de travail (pirogues, pierres de haches, etc...) que de produits finis prêts à la consommation finale. (important quant à sa place par rapport au procès de "travail").

29 Domination que traduit la richesse du vocabulaire pour désigner ce que nous appelons "don". Le Grec ancien par exemple possède cinq termes ; ils "correspondent à autant de façons différentes d'envisager le don ; de la pure notion verbale "le donner", à la "prestation contractuelle imposée par les obligations d'un pacte, d'une alliance, d'une amitié, d’une hospitalité"". (Benveniste (E.) (1969) Le vocabulaire des institutions..., op. cité, t. I, p. 65 à 70

30 Ce que l'on voit assez bien à travers les fonctions archaïques de Mercure lors de son Introduction à Rome et leurs développements (voir la thèse de Combet-Farnoux (1978)).

31 Il va de soi par exemple que la façon dont les relations d'échanges anté-coloniales sont conçues et pratiquées prédispose les populations à plus ou moins fortement développer certaines transactions sous l’effet de l’occupation européenne (ventes de cultures commerciales, "places de marché", etc...) (voir les remarques de Binet (Jacques) (1962) ; "Marchés en pays Soussou" in Cahiers d'Etudes africaines (Paris) (vol. III no 1 p. 104 à 114) p. 104 et 111). Ces transactions apparaîtront comme analogues à d'anciennes ou, au contraire, totalement nouvelles, seront acceptées ou rejetées, etc... (voir l’exemple des populations africaines (comme les Diola du Sénégal) qui refusaient de vendre leur production contre des pièces et billets mais par contre acceptaient de l'échanger selon un mode habituel, avec un autre produit, les arachides, qu’elles allaient aussitôt vendre).

32 Sur l’utilisation du préfixe paléo, voir Servet (1979) "Essai..." p. 16 et 17.

33 Nous ne disons pas-indépendant car tout échange met en jeu dans sa cession une hiérarchie de droits collectifs et individuels.

34 Claval (P.) (1978) Espace et Pouvoir (Paris - PUF) p. 110.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search