Version classiqueVersion mobile

Sauvages et ensauvagés

 | 
Pierre Dockes
, 
Jean-Michel Servet

Ordre sauvage et paléomarchand

Pourquoi échangent-ils ?

Texte intégral

1Dire que les "sauvages" échangent pour répondre à leurs besoins est un truisme qui demande à être précisé. S'agit-il, comme on le prétend souvent, d'une simple exigence d'ordre matériel (au sens vulgaire, physique, de ce terme) ou, comme nous le pensons, d'une nécessité plus complexe liée à la reproduction de l'ordre "sauvage", en particulier de ses hiérarchies (entre groupes d'âge, entre sexes voire entre "familles") ? Examinons successivement chacune de ces hypothèses.

  • 1 Son corollaire est l'affirmation d'un état de "guerre" permanent chez les "sauvages" ; une grande (...)

2La cause la plus immédiate du "commerce primitif" semble évidente à beaucoup : le besoin physique des produits ainsi obtenus. Alors commence un discours stéréotypé sur les ressources absentes. Là, il n'y a pas de sel de mer ou de mines, là pas de pierres pour fabriquer les outils, là pas de terres pour modeler des poteries, etc... Autant de manques qui seraient durement éprouvés par les populations, autant de raisons de "commercer", de "troquer" avec ceux qui sont pourvus de ces biens rares1. Les peuples "commerçants" se seraient fixés dans cette condition parce qu'ils auraient vécu dans des milieux très pauvres et se seraient trouvés dans l'obligation pour survivre de se procurer ailleurs leur subsistance. Il suffit de consulter la monographie du "commerce" de n'importe quelle "peuplade primitive" pour trouver inlassablement ressasser ces mêmes arguments.

3Cette thèse, en dépit de son apparent bon sens, est doublement viciée :

  • d'une part, les "sauvages" ne sont pas guettés par l'angoisse permanente de la famine et du froid du fait de ressources rares et incertaines et d'une grande inefficacité technologique. En un mot, l'économie "primitive" n'est pas une économie de la misère ;
  • d'autre part, les hommes peuvent (sur)vivre dans des milieux écologiquement très divers sans nécessités "physiques" aux échanges. L'espèce humaine se caractérise par une extraordinaire capacité d'adaptation.

4La mise en scène des "sauvages" comme des individus contraints par la nécessité de leur survie à échanger doit d'abord être mis en relation avec son corollaire : la représentation des sociétés "primitives" comme sociétés de pénurie. L'image des "sauvages" obligés par le faible niveau de développement de leurs forces productives de consacrer l'essentiel de leurs activités à la production de biens de subsistance, comme l'image de populations à la limite de la survie auxquelles les échanges pourraient apporter un gain de temps appréciable dans les productions où elles seraient peu "productives", peu "compétitives" ( !), diversifier leur alimentation et améliorer leur confort matériel ne sont que l'un des colifichets de léévolutionnisme mode XIXème siècle.

  • 2 Le-temps de "travail" serait beaucoup plus important pour les femmes que pour les hommes (la diffé (...)
  • 3 Lizot (Jacques) (1978) "Economie primitive et subsistance. Essai sur le travail et l'alimentation (...)
  • 4 Salisbury (1962, p. 108 et 109.
  • 5 Sharp (Lauriston) (1952) "Steel axes for Stone Age Australians" in Human Organisation (New-York) v (...)

5La part du non "travail", en d'autres termes des activités non affectées par les "sauvages" à la production des biens de "subsistance", celles qu'ils consacrent au repos et aux rites, comme ceux de la guerre et des rapports patri et matrimoniaux est très important, généralement très supérieur au “temps libre" que connaissent le plus grand nombre des individus dans des sociétés dites plus "développées"2 (pour autant que ces sociétés "sauvages" n'aient pas été refoulées par des sociétés "plus développées" dans des zones inhospitalières où leurs conditions matérielles de reproduction sont difficiles - désert d'Afrique du Sud, certaines parties de l'Amazonie, etc... dans la plupart des cas, réduction considérable de leur aire de parcours donc de leurs ressources-. Les chasseurs collecteurs consacrent en moyenne moins de cinq heures par jour (souvent entre trois (par exemple les Indiens d'Amérique du Sud Yanomami étudiés par J. Lizot) et quatre heures aux activités dites de "subsistance"3. Chez les Siane de Nouvelle-Guinée4, l'introduction des haches en fer (substituées aux anciennes haches de pierre) a diminé fortement le temps consacré par les hommes au "travail" ; ce "temps libre" (déjà important quand ils ne connaissaient pas le fer) n'a pas été consacré - comme cela aurait dû être le cas dans l'hypothèse d'un état de pénurie - à augmenter la production des biens dits de "subsistance" mais à développer les activités masculines les plus estimées : voyages, rites, "guerres", etc... ! Chez les Yir Yoront australiens, l'introduction des haches en fer a permis d'accroître le temps déjà fort long consacré aux siestes et au sommeil5 donc aux rêves !

6L'américain Marshall Salhins a parlé non sans provocation des sociétés "primitives" comme de "welfare societies", comme de "sociétés d'abondance" ! Les squelettes étudiés par les paléontologues n'ont-ils pas montré que nos ancêtres qui mouraient alors vers la trentaine étaient affectés par la fréquence de la position assise d'un tassement des vertèbres. Cette maladie n'aurait pas atteint des individus sans cesse en train de courir après leurs proies Certes de nombreuses sociétés "sauvages" connaissent sans doute des périodes de crises et de famines ; il s'agit là d'un état généralement cyclique (et non permanent) lié à leurs conditions écologiques, démographiques, etc... Par la connaissance de cette alternance entre "vaches maigres" et "vaches grasses", les communautés ont été capables de s'organiser pour y faire face (y compris par l'infanticide et l'abandon des vieillards). Les formes modernes de colonisation ont souvent détruit ces équilibres et réduit les "sauvages" à l'image de nos préjugés.

  • 6 Meunier (1976) p. 132. Ces savoir-faire peuvent ne pas recouvrir la répartition des gisements. Ain (...)

7La thèse d'une pénurie "primitive" absolue trouve une variante nuancée dans l'affirmation d'une inégale répartition des ressources (sel, terres à poteries, etc...) et par conséquent d'un manque ponctuel de certains produits pour chacun des groupes "primitifs" ; une analyse plus fine mettra l'accent non seulement sur l'absence ou la présence de matières premières, mais sur celles de connaissances techniques et/ou rituelles pour les utiliser6. Quoique plus réalistes à de nombreux égards, ces propositions n'en restent pas moins largement insuffisantes et ne peuvent pas rendre compte de la généralité des échanges "primitifs" et de ses fondements.

  • 7 Par exemple à l'extrême Sud-Américain où des populations vivaient pratiquement nues dans la neige (...)
  • 8 Vers 1950, alors que l''inventaire des "plantes à sel" était loin d'être terminé, les botanistes a (...)
  • 9 Par exemple, dans le Nord de l'Amérique où les groupes qui ignoraient la poterie se servaient soit (...)

8Il n'est sans doute pas un produit que l'écologie du groupe ne fournit pas - encore conviendrait-il, cas par cas, de rechercher la possibilité de fabriquer sur place, car si la communauté ne le fait pas, ce n'est pas nécessairement par manque de ressources locales ! - et que l'on présente comme absolument indispensable à la survie de cette population, auquel on ne puisse pas trouver un substitut local ou dont les hommes ne puissent pas se passer (comme le montrent des exemples plus ou moins voisins, exemples qui illustrent la plasticité très grande de l'espèce humaine). Choisissons des cas extrêmes. On nous dit que telle ou telle population ne pourrait survivre dans un tel climat (consécutif à une altitude ou une latitude élevées) sans les fourrures ou ailleurs les tissus végétaux que leur fournissent leurs voisins : mais des hommes ne vivaient-ils pas presque nus sous des températures aussi basses7 ? Le sel (dont le corps humain n'exige qu'une consommation moyenne quotidienne de 0,5 à 1 gramme) ne peut-il pas être obtenu (à défaut de sel de mer ou de mines) à partir des cendres de nombreuses plantes assez largement répandues8 ? A défaut de métaux, n'utilisation pas des outils en pierre ? A défaut de pierres à tailler et/ou à polir, certaines populations ne connaissent-elles pas des outils en os ou en bois durci au feu ? A défaut de terre à poteries, d'autres populations ne font-elles pas chauffer leurs aliments liquides dans des récipients végétaux dans lesquels ils jettent de petites pierres brûlantes dans le foyer9 ? etc... Nous pourrions à l'infini multiplier ces exemples.

  • 10 Citons l'exemple des Boulou, du Cameroun. qui, devenus planteurs de cacao, ont perdu aujourd'hui l (...)
  • 11 Indépendamment des cas des transferts forcés des villages par les Européens (pour des raisons de " (...)

9Réduire les causes du commerce "primitif" à un fondement quasi-biologique, aux nécessités de la survie physique (au sens immédiat de ce terme) des individus nous paraît peu pertinent. Cet argument n'explique rien, il ne fait que constater les effets des échanges (la spécialisation des groupes échangistes dans des productions complémentaires et la perte concomitante (en général très rapide, une ou deux générations) de savoir-faire archaïques10 et appeler des effets : causes. Nous pensons ici particulièrement à ces villages qui, nous l'avons précédemment montré, se sont spécialisés dans une fonction "marchande" ; constater leur localisation dans des milieux écologiques marginaux (Murik dans les marécages du fleuve Sepik, d'autres sur des îles infertiles, manquant de bois pour faire des canots etc...) (outre la possibilité pour des hommes de survivre dans des conditions comparables) ne prouve rien quand on ignore tout de l'histoire de ces populations, de leurs possibles migrations vers ces lieux où à défaut de ressources importantes, elles jouissaient d'une position géographique privilégiée pour entrer en contact avec de nombreuses autres communautés ; loin d'être une origine de la spécialisation de ces populations, leur localisation peut tout aussi bien n'en être qu'effet intentionnel11.

  • 12 Postulat du besoin que. J. J. Louis Graslin énonçait déjà au XVIIIème siècle dans son Essai analyt (...)
  • 13 Murphy (R.F.) and Quain (8.) (1955) (op. cité), p. 18.
  • 14 Mc Carthy (1939) " "Trade" in aboriginal australia and "trade" relations ships with torres strait, (...)
  • 15 Harding (1967) p. 54 et 55.

10Il va de soi que le "commerce" engendre ce que nous appellerons un "effet de cliquet" : une fois l'échange engagé, la connaissance de l'ersatz perdue, un "confort" nouveau apporté, le retour "en arrière" est difficile voire dans certains cas presqu'impossible ; les groupes deviennent ainsi pour leurs approvisionnements en ce produit nouveau dépendants d'étrangers. Les effets des échanges (la spécialisation des populations) finissent bien, par conséquent, par devenir des causes, mais, pour qu'ils le deviennent, il faut que ce produit nouveau soit connu (condition nécessaire mais non suffisante hormis l'hypothèse - fréquente sans doute lorsqu'une pression démographique importante provoque des contradictions entre les sous-groupes d'un village ou d'une bande - d'une migration qui place brutalement une population dans un milieu différent) ; l'idée de manque (et en un certain sens, partant de là, un sentiment d'infériorité) ne peut pas être éprouvé par un individu pour un objet dont il ignore totalement l'existence12, il faut qu'il ait déjà utilisé ou vu utiliser ce "bien", qu'il en ait par l'usage éprouvé sa supériorité (réelle et/ou imaginaire) par rapport aux pratiques locales ; en d'autres termes, il faut que des contacts aient au préalable été établis pour d'autres raisons que la simple nécessité d'un produit dont l'existence est jusque-là totalement insoupçonnée ! Si le fondement des échanges entre les îles tressant la "kula" au Sud-Est de la Nouvelle-Guinée était un simple besoin physique, l'opposition entre une zone à poteries et une zone à coquillages, on ne comprendrait pas pourquoi certaines îles et certains villages de cette région échappèrent à ce vaste réseau d'échanges. L'explication matérielle-vulgaire de la spécialisation des groupes comme effet naturel de leur complémentarité tombe lorsque l'on observe avec attention les relations d'échange ainsi nouées ; si dans une région, trois villages détiennent le "monopole" de la poterie et proposent d'autres articles différents, chacun des autres villages du réseau ne traite pas nécessairement pour ce qui est des poteries avec le village géographiquement le plus proche de lui ; il pourra aller les chercher beaucoup plus loin contre des "marchandises" (sel par exemple dont il a le “monopole" régional) qu'il ira également échanger contre d'autres marchandises chez ses voisins potiers Logique qui échappe à toute tentative d'identification avec un équilibre d'"offres" et de "demandes". L'argument matériel-vulgaire ne tient pas plus lorsque l'on voit certains villages changer très rapidement de spécialité : ainsi les Indiens Trumai du Haut Xingu au Brésil Central qui fabriquaient des haches en pierre sont-ils devenus après la diffusion des haches "européennes" en fer les spécialistes régionaux du sel végétal13. De même Mc Carthy14 souligne que la fabrication de boucliers en bois par certaines tribus du Centre et du Nord de l'Australie et leurs échanges sont indépendants des possibilités locales de leur production ; Harding rappelle que les habitants de Sio (Nord-Est de la Nouvelle-Guinée) ne manquent ni des ressources ni des connaissances techniques pour produire les "marchandises" comme les différents ornements, le sagou, les nattes qu'ils obtiennent des Siassi ; or une grande partie de ces produits ainsi acquis est réexportée, de même que les contreparties offertes aux Siassi ont en grand nombre été importées15.

  • 16 Sur le lien entre agriculture et développement de la poterie et de la métallurgie, voir tes remarq (...)

11L'écologie des groupes, des villages, leurs savoir-faire respectifs, etc... offrent des possibilités de complémentarités plus ou moins fortes selon la diversité géographique au sein de vastes régions ; toutefois, ces multiples combinaisons entre un littoral, l'intérieur et des îles, entre des montagnes et des plaines, entre des forêts et des savanes, entre des sols autorisant ou non certaines cultures, entre des zones contenant certains gisements et celles qui en sont dépourvues, etc..., entre des groupes sachant cuire la terre ou tailler la pierre, ces contacts facilités ou non par l'existence de courants marins, de gués ou de cols, etc..., ne sont que potentialités. Les éléments qui les composent sont, pour autant que ceci ait un sens pour tout ce qui touche aux activités humaines, d'ordre principalement naturel (absence ou présence de...). Sans doute, nous répondra-t-on, à l'aide d'exemples, que tel produit est indispensable à l'exercice de telle activité et nous voulons bien admettre, dans cette hypothèse, qu'aucun succédané ne pourra lui être trouvé sur place. Ainsi, nous sommes persuadés que l'absence de poteries est, dans la plupart des cas, incompatible avec une agriculture développée (cuisson, conservation, etc...)16 et que l'utilisation de récipients végétaux avec jet de pierres chauffées au feu pour préparer les aliments correspond surtout à un mode de subsistance de chasseurs et collecteurs, voire d'éleveurs ; mais, affirmer ceci c'est poser le problème non d'une survie des individus mais celui de leur reproduction dans une forme culturelle particulière.

12Ce qui permettent les échanges et ce qui les rend indispensables, c'est la reproduction d'une société dans la forme spécifique qu'elle revêt ; non seulement le renouvellement des éléments physiques qui la composent, mais également, la re-production des rapports sociaux qui la constituent. Ne serait-il pas aussi erroné de réduire le "commerce primitif" à des déterminismes matériels vulgaires que de fonder la prohibition de l'inceste et la multiplicité des règles exogamiques sur de simples causes biologiques ?

  • 17 Godelier (1976) "Le sexe corme fondement ultime de l'ordre social et cosmique chez Baruya de Nouve (...)
  • 18 Mc Canthy ((1939) Oceania. p. 87 et 88 et p. 171 (qui s'appuie sur Elkin (A.P.) (1934) "Cult-Totem (...)

13La nécessité d'ordre social de l'interdépendance des groupes apparaît sous une forme métamorphosée dans les discours des "sauvages" sur leurs échanges. Lorsque Marcel Mauss, dans son Essai, parle du "mana", du "hau" maori, de l'"esprit des choses données et rendues", il ne peut pas s'agir d'une simple exigence de l'esprit humain face aux biens d'autrui (formulation qui a peut-être conduit certains pour fuir ce psychologisme, à raidir leurs affirmations sur l'existence de complémentarités régionales induites par le seul milieu physique) ; s'il y a sanction collective contre celui qui ne ferait pas un "contre-don", si la "dette" paraît sans cesse faire bouger les êtres et les choses, c'est parce que les hommes ne peuvent exister que socialement et que, comme société, les sociétés ne peuvent exister qu'à l'état de groupes séparés et coopérant ; chaque groupe dépend réciproquement des autres, "chacun aidant les autres à se reproduire et se reproduisant lui-même à l'aide des autres"17. Dans la mesure où l'obligation de rendre ne peut pas expliquer ce qui a induit la genèse des premiers échanges, on doit penser que l'"'esprit des choses" est une représentation phantasmée des conditions réelles de reproduction : reproduction en société et comme société. Cette représentation phantasmée de l'interdépendance des sociétés humaines apparaît également dans les échanges qui sont pensés comme mise en scène d'un mythe, par exemple certaines formes "commerciales" en particulier d'ocre rouge et de pierres dans l'Est australien18 ; les populations sont sur un espace important intégrées dans un système mythique ; chacune connaît un élément se rapportant à son (ses) héros et chacune refait, en liaison obligée avec les autres groupes, par ses déplacements et ses échanges périodiques, la geste de son (ses) héros dont la répartition des rôles ne couvre aujourd'hui que très partiellement les possibilités spécifiques locales de production.

  • 19 Ceci est à mettre en rapport avec le fait que ce sont, essentiellement dans les sociétés de classe (...)

14Ce besoin non directement et principalement physique du "commerce primitif" nous parait d'abord confirmé par l'étude de la nature des objets échangés. Les sources ethnographiques laissent penser que les transferts de biens matériels ou immatériels (comme nous l'avons vu, des chants, des danses voire des formules magiques) apparemment futiles (qui apparaissent avec une grande régularité par rapport à des biens plus "utiles" dans les inventaires du "commerce primitif") ont souvent précédé quantitativement et qualitativement le "commerce" de produits de "subsistance" ayant un rapport immédiat avec les besoins dits "primaires" des individus19. Il s'agit là soit d'une illusion produite par le manque d'intérêt porté aux faits quotidiens tant par les ethnologues (qui recherchent trop souvent l'exotisme tapageur de l'exceptionnel) que par les "sauvages" dont les discours parlent "de l'important". Soit telle est la réalité et le "commerce" des biens "vulgaires" ne devient, sauf circonstances exceptionnelles, un fait dominant que dans un stade avancé du développement des rapports sociaux.

  • 20 Blackwood (Béatrice) (1935) Both sides of Buka passage (An Ethnographic study of social, sexual an (...)
  • 21 Binet (1970) p. 113, affirme que chez les Ebrié d'Afrique où deux villages, l'un de pêcheurs, l'au (...)
  • 22 Il convient peut-être ici de distinguer les échanges à faibles distances et les expéditions lointa (...)
  • 23 Ceci doit être particulièrement souligné à propos des produits préhistoriques en pierre taillée ou (...)

15La première hypothèse ne peut pas être totalement écartée. Certains échanges entre populations voisines et vivant dans des milieux complémentaires sont connus. Nous avons cité le cas des peuples "commerçants" auquel le "marché" fournit une grande partie des produits qu'ils consomment. Les échanges de poissons contre du taro entre les femmes des côtes et celles de l'intérieur de Buka passage (Nord-Ouest) des Iles Solomon20 ont été décrits avec une relative précision ; d'autres exemples sont connus ; dans certains, les groupes, qui échangent, vivent dans une telle symbiose, leurs liens sont parfois si étroits que l'on peut se demander si ces deux groupes ne doivent pas être saisis comme les deux moitiés constituttives d'une même communauté21 (là se pose évidemment encore le problème des limites d'une communauté et de celles de la sphère "marchande"). Autre difficulté qui lorsque la description du "commerce" d'une communauté enregistre l'exportation ou l'importation de produits alimentaires, ne permet pas (en l'absence d'informations précises) de déterminer si ces aliments sont cédés et/ou reçus comme des objets de consommation courante ou au contraire des biens de "luxe" réservés à un usage rituel (initiations, réception d'un hôte, etc...)22. Incertitude encore, lorsque des termes évoquant des objets servant de moyens de travail (hache par exemple) sont utilisés alors que ces biens sont des instruments symboliques et rituels23. Toutefois, la distance entre de nombreux groupes “primitifs" (souvent plusieurs heures ou plusieurs jours de marche ou de pirogues) rend improbable que les échanges de produits dits de "subsistance" soient aussi fréquemment et totalement passés inaperçus et laissent penser qu'une grande partie du "commerce primitif" porte sur des objets répondant à des besoins dits "secondaires".

16En fait, c'est souvent au moment des échanges de biens qui, "précieux" au regard des "sauvages", sont apparus, aux voyageurs européens, dans le meilleur des cas "beaux", dans le moins bon "futiles", qu'ont lieu des transactions sur les biens répondant à des besoins dits "primaires". Il est faux d'imaginer que la satisfaction de ces derniers est le principal mobile de ces contacts et de ces voyages lointains, de penser que les échanges de parures "inutiles", par exemple, sont le prétexte, le moyen de dissimuler les contraintes du "nécessaire".

  • 24 Une importante littérature est parue sur le sujet. E. Hoyt en 1926 déjà (Primitive Trade... op. ci (...)
  • 25 Nous insistons particulièrement sur ce caractère des paléomonnaies in Servet (J.M.) (1979) : Essai (...)
  • 26 Voir l'exemple du paléomonnaies de Rossel in Servet (1979) Essai... p. 27 et suivantes d'après les (...)
  • 27 Goblot (Edmond) (1925 reed 1967) - La barrière et le niveau (Etude sociologique sur la bourgeoisie (...)
  • 28 Servet (J.M.) (1979) Essai... p. 47, 48 et 49.

17Dans les sociétés "sauvages", les biens, pour leur consommation et leurs transferts, sont généralement ordonnés dans des catégories distinctes et hiérarchisées plus ou moins fortement cloison nées24 : des biens les plus précieux, qui permettent d'atteindre les rôles sociaux les plus valorisés, et, dont la rareté est plus instituée que naturelle25 jusqu'aux biens "vulgaires" de "subsistance" que tout membre de la communauté peut acquérir et/ou consommer. Si tous les biens ne sont pas accessibles à tous (accès en rapport avec le pouvoir des individus et des sous-groupes selon l'âge, le sexe, le clan, etc... et avec la capacité de chacun de contrôle social), tous les biens ne sont pas permutables, ne sont pas échangeables, d'où cette opposition hiérarchisée entre une (ou plusieurs) catégorie(s) (ordonnées) de biens plus ou moins "précieux" et celles des biens "vulgaires". On peut penser que plus la hiérarchie sociale est forte, plus ces sphères sont hermétiques rendant ainsi inaccessibles les biens les plus "précieux" aux individus et aux groupes "inférieurs" ou rendant, pour certains, obligatoire la médiation d'un individu ou du groupe "supérieur"26. Ainsi s'oppose le férié au quotidien, ou dans des sociétés plus hiérarchisées (et vraisemblablement de classes) quand le plus grand nombre est totalement exclus de l'accès aux biens précieux qui en tant que luxe sont devenus apanages des groupes dits "supérieurs"27 : le férié devenu quotidien des "Grands" s'oppose au vulgaire des manants. Dans les sociétés "sauvages", l'important n'est pas ce qui nous apparaît comme tel à savoir la survie physique du groupe (et les biens qui y sont liés) mais c'est la reproduction de l'ordre social et de la place de chacun dans ce dernier dans sa position d'égal, de dominant et/ou de dominé28.

  • 29 L'extérieur de la communauté apparaît généralement potentiellement dangereux. Ce caractère n'a pas (...)
  • 30 Cette différenciation entre dominants et dominés par la consommation de produits étrangers n'est p (...)
  • 31 Pour prendre l'exemple de sociétés aux rapports sociaux plus "développés", dam les formes extrêmes (...)
  • 32 Voir l'exemple de ces effets dam des sociétés aux rapports sociaux ayant le plus souvent dépassé l (...)
  • 33 Malinowski (trad. 1963) p. 139, 149, 150, 177 à 180, 337 à 341, 455, 456, 527 et 528. Dans la Kula (...)
  • 34 Pour l’Amérique, par exemple, Oberg (K.), 1953, op. cité, p. 72/73, p. 42.
    Dole (G.E.) (1956-58) op (...)
  • 35 Cette coupure entre les modes internes de circulation des produits et le contrôle des échanges ext (...)
  • 36 A partir d'une étude des exemples du potlatch des côtes Ouest Nord-américaines, de la kula des Mas (...)
  • 37 Cette volonté/capacité différentielle des sociétés à entrer en contact avec l'étranger par des éch (...)
  • 38 Strathern (A.) (1978) "Finance..." p. 73 à 104, analyse la circulation des biens en Nouvelle-Guiné (...)

18Or, cet extérieur qu'est le “marché primitif", ce lieu de l'étrange et de la différence29 est un des moyens pour les sous-groupes et les individus d'instituer des raretés donnant accès à certains rôles sociaux valorisés, de fournir des moyens matériels d'exercice et de sanctions des hiérarchies existantes (entre les sexes, les groupes d'âges, les "familles", etc...)30 et dans certains cas, on peut se demander si, en fin de compte, plus que les objets ainsi obtenus, ce n'est pas la relation elle-même avec l'extérieur qui est recherchée (les échanges de colliers contre brassards dans la kula des Massim néo-guinéens illustrent une forme extrême de ce caractère du "commerce primitif" : ce sont les mêmes coquillages qui sans cesse parcourent le même circuit !)31. Le "commerce" apporte des produits exotiques nécessaires comme conditions en partie imaginaires de reproduction de la société que certains groupes et/ou individus vont monopoliser. Ces produits semblent leur conférer le pouvoir ; en fait parce qu'ils ont le/du (des) pouvoir(s), ils peuvent les accaparer. A condition, bien évidemment, que l'accès au "marché" lui-même soit limité, contrôlé, canalisé, que les effets potentiellement destructurants de la sphère "marchande" soient prévus, neutralisés et, en fin de compte, récupérés au bénéfice des dominants avec l'assentiment de leurs dominés (souvent, ce contrôle de l'extérieur de la communauté disparaîtra avec l'occupation coloniale européenne, introduisant un déséquilibre dynamique contre les groupes, détruisant certaines formes de domination, en renforçant d'autres, etc...32. Ainsi, s'éclairent les allusions fréquentes dans les monographies sur le "commerce primitif" au fait que ce soit surtout les "familles de rang supérieur" qui participent au circuit d'échanges des biens les plus précieux, chez les Trobriands par exemple33, que ce soient les "chefs"34 qui organisent les "expéditions", que les femmes soient généralement exclues des transactions les plus estimées (voire certains groupes "familiaux"), que chaque "famille" d'un groupe n'échange pas avec n'importe quelle "famille" de l'autre groupe mais avec des individus de rang comparable, etc...35. Autant d'élément qui permettent de penser que le "commerce primitif" répond aux nécessités non étroitement physiques mais plus générales et particulières de la re-production de chaque ordre social "sauvage"36. Si toutes les sociétés "primitives" n'échangent pas avec la même frénésie et connaissent des degrés plus ou moins intenses de formes "commerciales si certaines passent une grande partie de leurs "loisirs" à dormir (on cite souvent l'exemple des Bochimans du Kalahari et de groupes australiens où dans ce dernier cas l'interprétation des rêves joue un rôle très important) alors que d'autres "travaillent" pour produire les biens qui feront l'objet d'un "commerce" important, c'est indépendamment des contingences géographiques et d'une possible régression de leurs activités à la suite de leur colonisation, parce qu'ils en ont ou n'en ont pas "besoin", entendons par ce terme une nécessité de la re-production de leurs rapports sociaux37 (y compris dans l'affirmation des communautés les unes par rapport aux autres). Nous avons mis l'accent sur l'importance des relations hiérarchisées38, nous pourrions, sans doute également, faire valoir des nécessités rituelles qui expriment, métamorphosées, l'unité de la communauté, la collaboration et l'équilibre de tous ses membres et la non-exploitation des uns par les autres.

  • 39 Ils passaient pour "les plus primitifs des Indiens d'Amérique du Nord" ; chasseurs-collecteurs, Il (...)

19Ainsi, les nécessités et potentialités dites "naturelles" se trouvent dépassées par et intégrées à celles plus générales du déterminisme social. Le caractère rudimentaire du mode de subsistance d'un groupe peut contraster avec l'acuité de son “commerce" (par exemple dans le cas des Indiens de Californie39).

20La suite de cet article, l'analyse des formes revêtues par le "commerce primitif" illustrera et tendra à démontrer la fonction du "commerce" dans la re-production de l'ordre "sauvage".

Notes

1 Son corollaire est l'affirmation d'un état de "guerre" permanent chez les "sauvages" ; une grande partie de la littérature du voyageurs décrivant "peaux noires" ou "peaux rouges" n’est-elle pas consacrée à la description de la "guerre" ? Vivant une pénurie généralisée, une famine presque constante, lu "sauvages" devraient s'approprier par la violence du espaces et des biens nouveaux, ceux du autres ; le cannibalisme aurait lui aussi pour origine le désir de viande ! Les économistes résolveront la satisfaction de ces "besoins primaires" par une image plus pacifique : le troc. Pierre Clastres (1977) "Archéologie de la violence" in Libre n) 1, p. 173, nous rappelle que lu Incas légitimaient déjà leurs tentatives pour intégrer dans la "pax incaïca" lu populations situées au-delà de leur "civilisation" en affirmant qu'elles étaient du "sauvages constamment en guerre".

2 Le-temps de "travail" serait beaucoup plus important pour les femmes que pour les hommes (la différence n'est sans doute pas, aussi importante dans les sociétés de chasseurs collecteurs que dans les formations agricoles).

3 Lizot (Jacques) (1978) "Economie primitive et subsistance. Essai sur le travail et l'alimentation chez les Yanomami" in Libre (Paris - Payot) no 4 p. 69 à 113), et Lizot (J.) (1973) "Economie ou société ? Quelques thèmes à propos de l’étude d'une communauté d'Amérindiens" in Journal de la société des américanistes no 9 p. 137 à 175. Cité par Clastres (Pierre) : (1974) : La Société contre l'Etat (Paris, Ed. Minuit) p. 165 à 167. Les chasseurs nomades Guayati du Paragua chassent et collectent entre 6 heures et 11 heures du matin (et pas tous les jours !). Voir les nombreux exemples donnés par Sahlins (Marshall) (7972 trad. 1976) Stone Age Economics. Trad. française - Age de Pierre, Age d’abondance (l'économie des sociétés primitives) (Paris, Gallimard). Les données sur le travail des femmes sont moins fréquentes mais semblent aller dans le même sens (à un degré moindre).

4 Salisbury (1962, p. 108 et 109.

5 Sharp (Lauriston) (1952) "Steel axes for Stone Age Australians" in Human Organisation (New-York) vol. XI no 2 (p. 17 à 22) p. 20.

6 Meunier (1976) p. 132. Ces savoir-faire peuvent ne pas recouvrir la répartition des gisements. Ainsi, dans la sphère d'échanges du Massim néo-guinéens, lu "spécialistes" de la poterie sont principalement situés aux îles Amphletis ; ils vont chercher l'argile nécessaire au nord de l'île Fergusson (située à une journée du premières) où habitent d'autres populations qui connaissent d'autres spécialisations (Malinowski (trad. 1963) p. 345 et 346).

7 Par exemple à l'extrême Sud-Américain où des populations vivaient pratiquement nues dans la neige (voir l'étude du Indiens Alakaluf des Archipels de Patagonie par Empaire (J.) (1955) Lu nomades de la mer (Paris - Gallimard, 286 p.) p. 149 à 155 et photographies no 19 et no 34).

8 Vers 1950, alors que l''inventaire des "plantes à sel" était loin d'être terminé, les botanistes avaient identifié une centaine d'espèces, en particulier sur les terrains marécageux (Labouret (1953) in Lacourt-Gayet : Histoire du commerce, t. III, p. 43 et 45). Outre les gisements de sel, il existe également des terres salifères (indiquées pan l'affluence d'animaux qui en sont friands ; elles sont traitées pan lessivage comme les cendres végétales (idem). Les aliments sont susceptibles d'apporter le sel nécessaire à l'organisme et à l'encontre de nombreuses illusions, certaines populations n'ajoutaient pas de sel à leur nourriture (certains groupes Indiens du Nord de l'Amérique considéraient le sel comme un produit tabu et lui attribuaient pan exemple la putréfaction des plaies des Européens). La demande très importante du sel dans de nombreuses sociétés humaines (qui dépasse largement les besoins physiologiques des individus) a sans doute pour origine ses fonctions symboliques nées de ses qualités (méta)physiques (couleur, dissolution dans l'eau, réapparition par évaporation etc...). On retrouve ces éléments dans un passé récent dei sociétés européenne tant dans le discours savant alchimique que dans les pratiques populaires de médecine, magie blanche et sorcellerie par exemple.

9 Par exemple, dans le Nord de l'Amérique où les groupes qui ignoraient la poterie se servaient soit de vases en bois soit de paniers tressés. "Les Schoshomies et leurs voisins" utilisaient des "paniers d'osier recouverts de peaux de buffle. Pour y cuire les aliments, on les plaçait dans un trou creusé ; puis on les remplissait d'eau, dans laquelle on jetait des pierres rougies au feu" (Letourneau (1897) p. 175). De même en Irlande, au début du XVIIème siècle, les populations de certaines régions chauffaient encore le lait en y jetant des pierres retirées du jeu et faisaent cuire des morceaux de boeuf et de porc roulés dans de peaux de vaches mises au feu (Moryson (Fymes) (1617) - Itinerary (London, part. III p. 162) et Boorde (Andnew) (vers 1550 reed 1870) Early English Text (éd. par Furniwal) cités par Tyloz (E.8.) (1876) - La civilisation primitive (trad. Paris Reinwald) t. 1, p. 50 et 51.

10 Citons l'exemple des Boulou, du Cameroun. qui, devenus planteurs de cacao, ont perdu aujourd'hui l'essentiel de l’immense connaissance des planter sauvages dont la cueillette leur permettait de survivre en cas de disette (Binet (J.) (1970) - Psychologie économique africaine (Paris-Payot) p. 26.

11 Indépendamment des cas des transferts forcés des villages par les Européens (pour des raisons de "sécurité", "salubrité", etc...) on connaît un grand nombre de cas où les "sauvages" ont, pour mieux répondre à la "situation coloniale", déplacé leurs villages (localisation au bord d'une piste, sur la plage, transformation de l'ancien village en lieu de cultes secrets, etc...). Souvent des mythes (un animal nous a dit...) rendent compte aujourd’hui de cette "histoire" que l'on trouve par ailleurs dans les archives de la métropole.

12 Postulat du besoin que. J. J. Louis Graslin énonçait déjà au XVIIIème siècle dans son Essai analytique, sur la richesse et sur l'impôt.

13 Murphy (R.F.) and Quain (8.) (1955) (op. cité), p. 18.

14 Mc Carthy (1939) " "Trade" in aboriginal australia and "trade" relations ships with torres strait, New Guinza and Malaya" (in Oceania vol. IX p. 405 à 438, vol. X, p. 81 à 104 et p. 171 à 195) vol. IX p. 428 et 429. Voir également vol. X p. 171 et 172.

15 Harding (1967) p. 54 et 55.

16 Sur le lien entre agriculture et développement de la poterie et de la métallurgie, voir tes remarques de Leroi-Gourhan (A.) - Le Geste et la Parole, t. 1, p. 222 à 233, p. 238 à 241 et 247. La rupture de l'équilibre des activités de chasse et cueillette, lorsque se spécialisent des éleveurs nomades et des agriculteurs sédentarisés (cette "révolution" n'a pas été brutale mais s'est faite par de longues formes transitoires) a rendu complémentaires les activités d'élevage et d'agriculture. Les échanges nécessaires à la reproduction de ces deux modes de subsistance sont-ils réglés plus souvent sous forme de prélèvements sur les vaincus ou sous celle d'alliances et d’échanges ? Il est d'autre part certain que les communautés agricoles et/ou d'élevages offrent une gamme beaucoup plus large de produits matériels susceptibles d’être échangés d'une part parce que leur production matérielle elle-même est diversifiée par rapport aux chasseurs-collecteurs et d'autre part parce que le mode de vie offre une plus grande capacité de conserver un grand nombre de biens matériels (le problème est évidemment différent pour les danses, chants, etc... susceptibles d'être échangés).

17 Godelier (1976) "Le sexe corme fondement ultime de l'ordre social et cosmique chez Baruya de Nouvelle-Guinée" in Cahiers du CERM (Paris) no 126 p. 36.

18 Mc Canthy ((1939) Oceania. p. 87 et 88 et p. 171 (qui s'appuie sur Elkin (A.P.) (1934) "Cult-Totemism and mythology in Horthern South Australia". Oceania vol. V no 2 p. 184 et Elkin (A.P.) (1938) The Australian Aborigines p. 197). Bettelheim (B.) (trad. 1971) Lee Blessures symboliques (Paris-Gallimard) p. 117 (qui cite une geste des Arunta où les dépôts d'ocre rouge sont pensés comme sang menstruel de femmes mythiques qui se déplacent) renvoie également à Spencer (B.) and Gillen (F.J.) (1899) The Native Tribes of Central Australia (London) p. 442. Voir dans des sociétés aux rapports sociaux plus développée l'exemple des mythes des côtes Ouest de l'Amérique du Nord rendant compte des spécialisations tribales, des droits de pêche au saumon etc... (cité en particulier par Lévi-Strauss dans le volume IV de ses Mythologiques).

19 Ceci est à mettre en rapport avec le fait que ce sont, essentiellement dans les sociétés de classes, que les "subsitances" deviennent l'objet d'un enjeu (Au XVIIème siècle européen, les écrits "mercantilistes" montrent que le commerce entre Nations porte alors essentiellement encore sur des produits de luxe" (Silberner (1939) p. 36 !). Toutefois, l'opposition entre besoins "primaires" et besoins "secondaires" est concrètement très difficile à établir de même et surtout (pour les mêmes raisons) la définition des biens de "substances". Ces catégories sont les produits d'une anthropologie naïve qui croit pouvoir distinguer une dimension naturelle et une dimension culturelle chez les hommes, une fonction "utilitaire" des biens (sous-entendu "économique") c'est-à-dire répondant à leurs besoins bio-physiques (se nourrir et de protéger contre lu éléments) et une fonction "non-utilitaire", leurs usages dits "cérémoniels". Harding (1967) p. 57 et 58, critique vigoureusement cette distinction qui a été faite à propos de la Kula des Massim par exempte ; il souligne ; "Goods employed in transactions that establish or maintain social status (...) are to be night fully regarded as economic, as are any material processes which sustain a sociocultural order. Accondingly, it is proper to refer to the intercommunity movement of goods strategically important in the above sense as "trade", rather than to limit the term to traffic in "utilities" " (idem p. 59).

20 Blackwood (Béatrice) (1935) Both sides of Buka passage (An Ethnographic study of social, sexual and economic questions in the North-Western Salomon Islands) (Oxford. At the Clarendon Press. XXII - 624 P.) plus particulièrement p. 439 à 445. Pour le centre et le Sud-Est du Iles Solomon (Langalanga, Kwara'ae et Kwaio) voir Cooper (M.) (1971) "Economic..." p. 270.

21 Binet (1970) p. 113, affirme que chez les Ebrié d'Afrique où deux villages, l'un de pêcheurs, l'autre d'agriculteurs, sont étroitement liés "l'unité sociologique n'est pas le village mais la collectivité ou Agoto formée par les deux villages".

22 Il convient peut-être ici de distinguer les échanges à faibles distances et les expéditions lointaines ; dans le cas de ces dernières, remarquons qu'un grand nombre de produits de consommation courante en particulier alimentaires seraient avariés après un trop long voyage ; ainsi l’éloignement des groupes, la faible densité du peuplement, interdisent souvent ce type d'échanges. Remarquons que certains produits aujourd'hui pour nous banals sont rares dans ces sociétés ; ainsi dans Le détroit de Vitiaz (Nouvelle-Guinée), les porcs et chiens qui étaient sacrifiés et mangés passaient pour des produits de luxe que l'on échangeait contre des produits précieux de l'artisanat ; seules quelques communautés, en particulier des "marchands" Siassi, exportaient des noix de coco et ces dernières étaient rares ; de même, Les tara échangés entre Umboi et Siassi ne faisaient pas L'objet d'une consommation ordinaire et passaient pour une nourriture spéciale (Harding (1967) p. 28 à 36, p. 62 et 155). Jacques Binet (1970) Psychologie... p. 114, après avoir fait un important inventaire des produits alimentaires échangés en Afrique Noire (sel, kola, Légumes secs, piment, tomates, oignons séchés, etc...) souligne que dans ces sociétés encore "La plupart de ces objets commercialisés sont produits de luxe (B), d'un luxe tout proportionné à la médiocrité générale des conditions de vie et qui peut nous paraître dérisoire. Ce sont des épices qui donneront du goût au riz ou au mil quotidien, du poisson sec utilisé davantage pour parfumer Les sauces que pour fournir un aliment proprement dit. Les échanges n'apparaissent donc pas aux yeux des consommateurs comme répondant à un besoin vital".
Ainsi dans les formations sociales aujourd'hui dominées, le sel, la cola, le tabac, le cacao etc... peuvent être des produits alimentaires de "luxe". La distinction entre produits alimentaires de luxe et ceux de subsistance est mieux connue pour les sociétés de classes où les premiers soit font l'objet d'une consommation par les dominants, soit le sont exceptionnellement dans des circonstances très précises par tous. Durant le Haut Moyen-Age européen, le froment semble souvent avoir été considéré comme un produit de luxe (manger du pain c'est imiter les Romains), il en est alors de même du vin. Au Maghreb, au XIXéme siècle, te sucre et te café jouaient te même note. Il est intéressant de souligner tes effets de ta conquête espagnole, au Pérou sur V opposition entre, aliments de luxe et tes autres ; tes produits jusque-là réservés à ta consommation presque exclusive des classes dominantes vont se répandre parmi la population ; c’est le cas du maïs (offert aux dieux tors de cérémonies religieuses et servant à entretenir armées et fonctionnaires de l’Inca, aliment noble qui s’opposait à la. pomme de terre), de la viande de lama et de mouton (que seuls les "curaca" ("aristocrates") avaient le droit de manger) et de la coca (offerte en sacrifice et consommée par les prêtres et les "curaca") (Wachtel N.) (1971) : La vision des vaincus (Les Indiens du Pérou devant la conquête espagnole) (Paris - Gallimard) p. 107, 217 et 219 à 222).

23 Ceci doit être particulièrement souligné à propos des produits préhistoriques en pierre taillée ou polie qui ne présentent aucune trace d'usure. "La plupart des "hachas, gouges, scies, racloirs, coups de poings, tranchets" n’ont jamais rempli, les fonctions qu'on tour attribue et le vocabulaire s'est chargé de dénominations erronées mais qui font image et que la tradition maintient" (Leroy-Gourhan(André) (1966) - La Préhistoire (Paris - PUF) p. 241).

24 Une importante littérature est parue sur le sujet. E. Hoyt en 1926 déjà (Primitive Trade... op. cité p. 84) citait plusieurs exemples. Voir les remarques de Maurice Godelier in "Préface" de Sur les sociétés pré-capitalistes (textes choisis de Marx, Engels et Lenine) (Paris - Ed. Sociales, 1970) p. 119 et 120. Salisbury (R.F.) (1960) ("Ceremonial economics and political equilibrium" in VI Congrès international des sciences anthropoloqiques et ethnologiques. Paris - 30 juillet-6 août 1960. Murée de l'Homme, Paris - 1963, Tome II - Ethnologie (1er volume) p. 255 à 259) (p. 259) évalue à un cas sur 5000 l'échange de nourriture contre des coquillages précieux chez les Siane de Nouvelle-Guinée.

25 Nous insistons particulièrement sur ce caractère des paléomonnaies in Servet (J.M.) (1979) : Essai sur les origines des monnaies - Cahier Monnaie et Financement no 8 (Institut des Etudes Economiques, Université LYON II, 205 p.) p. 44 et suivantes.

26 Voir l'exemple du paléomonnaies de Rossel in Servet (1979) Essai... p. 27 et suivantes d'après les travaux de J. Liep (1976). Voir le car d'une société de classes africaine : les Baoulé de Côte d’Ivoire, un système de sphères qui dans une conjoncture locale de "ruée vers l'or" pend Aon intransitivité [in Etienne (Pierre) (1968) "Les aspects ostentatoires du système économique baoulé" in Economies et Sociétés, t. II no 4 p. 793 à 817).

27 Goblot (Edmond) (1925 reed 1967) - La barrière et le niveau (Etude sociologique sur la bourgeoisie française moderne) (Paris - PUF VII - 109 p.).
Veblen (Thorstein) [1899 trad. 1970] The Theory of the Leisure class trad. Théorie de la classe de loisir (Paris - Gallimard XLI - 279 p.) et les analyses plus récentes de Jean Baudrillard et Pierre Bourdieu.

28 Servet (J.M.) (1979) Essai... p. 47, 48 et 49.

29 L'extérieur de la communauté apparaît généralement potentiellement dangereux. Ce caractère n'a pas pour origine on ne sait trop quelle constance naturelle de l'esprit humain "sauvage". Il est à la fois réel {du fait des difficultés, des disparitions possibles en. voyage (noyades, cannibalisme, fauves, etc...) que représente chaque expédition lointaine (Voir les exemples vécus pan les Trobriands In Malinowski trad. 1963 p. 359) dangers que les populations chercheront à éloigner par la sorcellerie (paroles, aliments, maquillage du corps, etc...)) et subjectif, (l'ignorance et l'ethnocentrisme (le terme qui désigne l'ensemble des hommes et le groupe ethnique particulier est souvent Identique) autorisent mythes et projections des phantasmes collectifs). Les dominants doivent pour se re-produire corme tels, intentionnellement ou non, entretenir cette représentation. "Hôte" et "hostile" ont dans les langues indo-européennes une même racine signifiant l’étranger (Benveniste (E.) (1969) Le vocabulaire des Institutions indo-européennes, t. I, p. 87 à 101). Soulignons que dans les sociétés "sauvages" les étrangers ne sont pas seulement des pourvoyeurs de biens différents ; ils sont également susceptibles de jouer directement un rôle indispensable dans le fonctionnement de certaines institutions ; ainsi, en Mélanésie fréquemment, les interdictions rituelles doivent être levées par des hommes venus d'une autre communauté et non soumis à ce "tabou" (Malinowski (trad. 1963) p. 409, 410 et 533).

30 Cette différenciation entre dominants et dominés par la consommation de produits étrangers n'est pas l'apanage des hiérarchies "primitives" usant de terres à maquillage, de plumes, de coquillages, etc... exotiques pour manifester leur statut. Dans les sociétés "barbares" ou "civilisées", le même procès a lieu et une situation coloniale joue souvent le rôle de révélateur. Dans les fermes anciennes de colonisation où l'on voit, par exemple, les "aristocraties" celto-ligures puis germaniques importer des produits romains (Clavel-Lévêque (Monique) (1975) "Pour une problématique des conditions économiques de l'implantation romaine dans le midi gaulois" in Cahiers Ligures de préhistoire et d'archéologie (Institut International d'Etudes Ligures, Montpellier-Aix-Marseille) no 24 p. 33 à 75 et (1977) "Impérialisme, développement et transition : pluralité des voies et universalisme dans le modèle impérial romain" in La Pensée p. 10 et suivantes. Anderson (Perry) (trad. 1977) : Les passages de l'antiquité au féodalisme (Paris - Maspéro p. 115 à 117)). Dans les formes plus récentes de colonisation, tant en Amérique où les "curaca" revêtent l'habit espagnol (Wachtel (1971) op. cité p. 223 à 226) qu'en Afrique où les gravures nous montrent des "roitelets" affublés des parapluies, chapeaux voire de mobiliers (à défaut de chaises, une caisse usagée) etc... d'origine européenne. On pourrait, sans trop de peine, dresser un parallèle avec la situation actuelle des pays de l"'Est Européen", où la bureaucratie monopolise l'accès aux magasins à devises étrangères, et celle des formations bourgeoises périphériques où les boissons alcoolisées, les voitures, les appareils ménagers, etc... également importés, remplissent la même fonction d’expression des différences et des hiérarchies.

31 Pour prendre l'exemple de sociétés aux rapports sociaux plus "développés", dam les formes extrêmes du "potlatch” des côtes ouest du continent nord-américain (telles que les a décrites Boas), ces rencontres intertribales se traduisent par des destructions massives de biens (engendrées par la situation coloniale).

32 Voir l'exemple de ces effets dam des sociétés aux rapports sociaux ayant le plus souvent dépassé le stade de la "sauvagerie". Meillassoux (Claude) (1971 reed 1977) - "L'évolution du commerce africain depuis le XIXème siècle en Afrique de l'Ouest" in Terrains et Théories (Paris, Anthropos) p. 215 et suivantes.

33 Malinowski (trad. 1963) p. 139, 149, 150, 177 à 180, 337 à 341, 455, 456, 527 et 528. Dans la Kula, non seulement les "chefs" ont des partenaires de même rang, mais, de plus, ils entretiennent des relations avec un nombre plus important d'étrangers ; les rangs "inférieurs" semblent exclus de la participation aux échanges des coquillages les plus estimés. ""Le canot du sous clan Tolabuwaga doit être lancé le premier ; grâce à cela la mer devient limpide. Par la suite, tous les canots des chefs, des hommes du peuple sont lancés. Si nous lancions nos canots les premiers, les esprits (des ancêtres) seraient fâchés contre nous ; nous irions à Dobu et nous ne recevrions ni cochons, ni colliers (...). Lorsque les esprits se fâchent, ils nous disent : "Pourquoi les Tolabwaga ne sont-ils pas les premiers et pourquoi vous, chefs de rang inférieur, êtes-vous en-tête ? Les Tolabwaga ne sont-ils pas les nettoyeurs de la mer ?"" (idem, p. 527 et 528).

34 Pour l’Amérique, par exemple, Oberg (K.), 1953, op. cité, p. 72/73, p. 42.
Dole (G.E.) (1956-58) op. cité, p. 129 et bien entendu ceux des "potlatch" du côtes Ouest du U.S.A.
Hogbin (Ian) (1935) : "Trading expeditions in northern New Guinea" in Oceania, vol. 5 no 4, insiste particulièrement à propos des expéditions de l’île Wogeo (P. 407) sur le lien entre "chef" et voyages d’échanges (voir également p. 377) ; évident également dont, la "Koita" du environs de Port Moresby (Barton in Seligmann 1910, op. cité. p. 100 et 111) et dans la "kula" du Massim à l'Est de la Nouvelle-Guinée (Uberoi (1962) p. 69, 98, 124 et 125 s’appuyant sur Malinowski. Ceci apparait également dans la presqu'île australienne du Cap York (Sharp (1952) p. 19). Voir les exemples des Highlands de Nouvelle-Guinée in Meggitt (M.J.) (1974 : "Pigs...") ; au Mont Hagen (Gitlow (1947) p. 71) ; chez les Siane (Salisbury (1962) p. 115 ; et l’exemple de la Moka pat Strathern. (Voir également Bulmer (Ralph) (1960) "Political aspects ot the moka ceremonial exchange system among the Kyaka people of the Western Highlands of New-Guinea" in Oceania vol. XXXI no 1 p. 1 à 13).
Ce "monopole" par les "chefs" des "marchandises" très estimées avait été remarqué par Cook aux îles Tonga : "Quand le Capitaine Cook abonda, pour la première fois, à Tonga, les insulaires avaient bien du cochons mais pas de chiens. Quand il y revient, lors de son troisième voyage, il y vit des chiens, provenant, dit-il, pour une part de quelques animaux laissés par lui en 1773, mais aussi d'autres spécimens apportés de l'île Viti Levu (Fiji). Pourtant une seule des îles Tonga en possédait alors et tous ces animaux appartenaient aux chefs" (Letourneau (1897) p. 142 d'après Cook : Voyages vol. X, p. 458).

35 Cette coupure entre les modes internes de circulation des produits et le contrôle des échanges extérieurs à la communauté se trouve en quelque sorte révélée par les formes développées du "commerce étatique" propres à certaines sociétés "civilisées" que l’on trouve dans l’Antiquité orientale, en Afrique, en Amérique anté-colombienne, etc... ; les "ports de commerce" en sont une Institution caractéristique (voir les travaux de Polany et en particulier son étude du royaume du Dahomey et le fonctionnement du port d'Ouidah).

36 A partir d'une étude des exemples du potlatch des côtes Ouest Nord-américaines, de la kula des Massim et des échanges des Maori néo-zélandais, Rosman (Abraham) et Rubel (Paula G.) ont montré que la structure sociale (et non la nature) détermine la fréquence et l’importance du "commerce" ((1978) "Exchange as structure, or why doesn’t everyone eat his own pigs" in Research in Economic Anthropology, vol. 1 p. 124).

37 Cette volonté/capacité différentielle des sociétés à entrer en contact avec l'étranger par des échanges a été particulièrement révélée par les premières formes de colonisation. Pour l’Afrique (Servet (1976) "La genèse des paysanneries noires" in Cahier A.E.H. no 9 (Institut des Etudes Economiques -Université LYON II) p. 141 à 199. Ce fait a également été souligné en Amérique.

38 Strathern (A.) (1978) "Finance..." p. 73 à 104, analyse la circulation des biens en Nouvelle-Guinée comme l'effet d'une double opposition : d'une part entre les groupes locaux qui échangent (ou non) femmes, biens, rites, etc... et se font (ou non) la guerre, et d’autre part entre les "big men" (comme opposition à l’intérieur des groupes locaux et au-delà) ; sur les systèmes d'échanges du type kula (Massim), moka (Mont Hagen) etc. comme établissement de relations hiérarchisées et/ou égalitaires entre groupes et individus voir Strathern (1971) "The Rope..." (et plus particulièrement p. 214).

39 Ils passaient pour "les plus primitifs des Indiens d'Amérique du Nord" ; chasseurs-collecteurs, Ils se livraient à d'importants échanges, en particulier de coquillages contre des fourrures, avec les groupes de l'Intérieur (Canu (Jean) (1953) in Lacour-Gayet (J.) : Histoire du commerce (Paris, Spid) tome III p. 160.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search