Version classiqueVersion mobile

Sauvages et ensauvagés

 | 
Pierre Dockes
, 
Jean-Michel Servet

Ordre sauvage et paléomarchand

Les "sauvages" "commercent"

Texte intégral

1Pour dépasser tant l'idéologie du troc que celle de l'autosubsistance "primitive" il convient d'esquisser la portée du "commerce primitif" :

  • d'une part la diversité de ses exemples pré-historiques et exotiques,
  • d'autre part ses traits caractéristiques (diffusion à grandes distances de certains produits, constitution de sphères régionales d'échanges au sein desquelles les communautés se spécialisent y compris pour certaines dans la fonction d'intermédiaire) ; ce premier aperçu des échanges "sauvages" que la suite de cet article (d'une part pourquoi, d'autre part comment échangent-ils ?) prévisera ne prendra son sens qu'après une première interrogation sur les limites du "commerce", limite historique (peut-on parler de ses origines ?), limite par rapport aux rapports communautaires et aux biens susceptibles d'apparaître comme "marchandises".

2Peut-on parler d'origines du "commerce" et quelles sont les limites définissant ce dernier ?

  • 1 Ainsi les travaux récents du pré-historiens affirment que le feu a. été utilisé par tu Archanthrop (...)

3Cet article n'a pas pour objet l'étude de la naissance des échanges ; il n'existe sans doute pas de sociétés "sauvages" connues qui n'aient pas (hormis en périodes exceptionnelles et temporaires) entretenu de rapports avec transferts réciproques de produits auprès de groupes voisins et/ou lointains. Aussi, notre étude tient pour acquis que les échanges font partie des caractéristiques des sociétés humaines "sauvages" passées et connues ou encore contemporaines (de même que l'utilisation d'"outils", le langage, la prohibition de l'inceste ou sans doute les représentations "religieuses" ou le feu1).

  • 2 Voir par exemple :
    - Buytendijk (F.J.J.) (1952) Traité de Psychologie animale (Paris, PUF, XV-362 p (...)

4La connaissance que nous avons aujourd'hui de certaines sociétés animales2, nous a permis de reculer de manière considérable les origines des échanges, ce qui les exclut de notre champ.

  • 3 Richesses..., trad. T. I, p. 104.
  • 4 Idem, p. 105. Il oublie la répartition des tâches entre sexes et groupes d'âges.
  • 5 Chauvin (1975) p. 120.
  • 6 Tavolga (trad. 1973) p.82, décrit les fourmis amazones (Eciton) d'Amérique tropicale comme d'énorm (...)
  • 7 Buytendijk (1952), p. 344 et 345.
  • 8 Chauvin (1975), p. 60 et 61.
  • 9 Chauvin (1975), p. 61 et 63 ; il s'agit évidemment dans ces deux exemples d’expériences et non de (...)

5Au XVIIIème siècle, Adam Smith pouvait affirmer, vraisemblablement sans crainte d'être contredit, que l'on n'avait jamais vu de chiens se renvoyer de l'un à l'autre un gibier à la suite d'une "convention" ; un tel jeu ne pouvait, pensait-il, être que "l'effet du concours accidentel de leurs passions vers un même objet"3 ; le "père de l'économie politique" suppose que chaque chien ne poursuit que son propre intérêt sans se soucier d'un possible partage d'une proie prise en commun. Un tel comportement apparaît comme propre aux hommes ; Adam Smith donne après cet exemple des animaux celui de formes "sauvages" de "division du travail"4. L'échange, entendu au sens large de prestation réciproque, serait un des caractères fondamentaux de la socialité humaine ; ce serait une potentialité spécifiquement humaine que cette espèce aurait développée. Dans sa première édition des Structures élémentaires de la parenté (1949), Levi-Strauss définit une coupure entre nature et culture similaire à celle de Smith : la prohibition de l'inceste, donc la définition de partenaires sexuels interdits d'une part, prescrits et/ou possibles d'autre part, obligeant les hommes à "échanger leurs sœurs", paraissait proprement humaine. Aujourd'hui ce préjugé n'est plus de mise. Les progrès de l'éthologie ont montré qu'il n'existait pas de coupure franche entre humanité et animalité, mais que l'on devait définir une "rupture progressive". On a découvert des formes de "prohibitions de l'inceste" chez les chimpanzés, les macaques et les gibons, voire chez les oies sauvages5. Les sociétés animales revêtent également des formes de répartition des "tâches entre les individus les composant ; la forte interdépendance des abeilles, des fourmis, etc... est surprenante6 mais la distance dans l'évolution entre les insectes et les mammifères et celle entre les mécanismes de la "socialisation" dans ces deux cas, sont telles que toute comparaison et l'utilisation d'un vocabulaire comme celui de "castes" nous paraissent aujourd'hui dangereuses ; d'autres exemples sont plus intéressants : chez les chimpanzés, l'épouillage réciproque entre individus, leurs attaques collectives pour chasser un intrus ou leurs "cadeaux de friandises" par exemple7 ; on citera aussi leur "coopération" pour tirer ensemble une corde qui leur donne accès à de la nourriture8 ; si l'on distribue à des chimpanzés des tickets de couleurs différentes permettant (ou non) d'obtenir des nourritures plus ou moins appréciées par ces singes, ces derniers feront la différence entre bons et mauvais tickets, mieux "ils thésaurisent les tickets nourriture et se les volent les uns aux autres" !9. Certaines formes collectives de chasse sont remarquables :

  • Les oiseaux Bucorvus attaquent par groupes de trois à sept un serpent fort dangereux, le Mamba noir (Dendraspis) ; ils le frappent de leurs ailes ; lorsque le serpent essaie de mordre l'un d'entre eux, un autre oiseau lui décoche un terrible coup de bec alors que l'attaqué saute en arrière ; finalement tous les 3ucorvus attaquent en même temps et tuent le serpent10.
  • Certains ont affirmé que lors de leurs "battues en commun" certains loups se placent très en avant de la proie poursuivie pour "prendre le relais de leurs congénères fatigués" lorsqu'elle passe devant eux. Si cette observation n'était pas fondée, il est, par contre, certain que les lions et les chimpanzés qui s'en vont chasser une proie vivante prêtent la plus grande attention aux comportements de leurs voisins. On les voit les regarder fréquemment et en silence11. Chez les chiens sauvages et les chimpanzés, les rivalités entre individus connaissent une trêve pendant la chasse en commun. Un des chimpanzés prend l'initiative de tuer, de démembrer et de distribuer la proie à ses congénères12.
  • 13 Le nombre d'observations est beaucoup plus limité et les expériences faites en laboratoire donnent (...)
  • 14 Ce qui ne signifie pas que lu sociétés animales doivent être analysées comme des sociétés humaines (...)

6Ainsi, sans rencontrer de "commerce" et de transferts réciproques de biens dans les sociétés non humaines, nous sommes par ces exemples de "coopération", loin des images communément véhiculées sur l'"égoïsme naturel" et la projection des phantasmes bourgeois de propriété individuelle sur le monde animal. Notre connaissance de ce dernier est sans doute aujourd'hui encore inférieure à celle que l'on pouvait avoir des "sauvages" au XVIIIème siècle13 en Europe et les analogies que l'on peut être tenté d'établir avec les sociétés humaines sont généralement plus dangereuses qu'utiles dans l'état de nos informations. Ce que l'on doit retenir pour ce qui intéresse les "échanges primitifs", est que le degré de coopération entre individus composant les sociétés animales dites "supérieures" (dons de friandises entre chimpanzés) laisse penser que les formes de transferts de produits (et pas seulement le partage de ceux-ci) sont un des éléments de la "rupture progressive" entre animalité et humanité14. Les origines et les premières formes d'échanges sont ensevelies dans l'obscurité même des origines des sociétés humaines. Les rapports d'échanges se sont développés au cours de la longue histoire des hominiens sur laquelle nos informations sont encore trop fragmentaires, et que nous laissons à d'autres le soin de reconstituer.

7A partir des formes "sauvages" que nous étudions ici, il n'y a pas matière à raisonner sur les origines des échanges, pas plus que l'on pourrait à partir de ces formations sociales reconstituer, par exemple, l'utilisation du premier "outil" ! Ce que l'on peut observer, ce sont des formes anciennes d'échanges, au même titre que la technologie actuelle de la pierre en Australie et en Mélanésie peuvent fournir certaines informations aux préhistoriens ; mais, entre les premières prestations réciproques entre sociétés différentes et ces échanges, de même qu'entre d'une part le "premier bâton pour attraper un fruit" et d'autre part la fabrication des haches observée aujourd'hui en Océanie ou par les historiens à partir de documents de 12 000 ans seulement, il y a une longue histoire ! Il serait de même tout aussi stupide de reconstituer les "origines des échanges" à partir des faits "sauvages" actuellement connus, que de chercher les origines du langage dans les langues des "sauvages". Si les linguistes ont, semble-t-il, abandonné une telle perspective commune au XIXème siècle encore, les économistes ne l'ont généralement pas fait pour ce qui concerne les échanges. Les formes "primitives" actuelles du "commerce" ne sont que les phases les plus récentes d'une succession longue et complexe de formes qui nous sont inconnues.

8Ce qui est en cause ici n'est pas, par conséquent, l'existence de ces échanges entre sociétés "sauvages", mais leur importance.

9Doit-on parler de "dons" ou de "commerce" et quels sont les biens susceptibles de devenir "marchandises" ?

  • 15 Indépendamment de la littérature économique récente sur le "non marchand" (voir Servet (1978) - "L (...)

10A l'intérieur de chaque "communauté primitive", les produits connaissent des formes multiples de transferts non exclusives les unes des autres que l'on réduit souvent au terme général de "don" opposant ainsi ce dernier à certaines relations extérieures de la communauté caractérisées souvent comme "commerce". Confondre système économique et "économie de marché", c'est faire l'impasse sur l'essentiel (en durée) de la vie sociale de l'humanité (passée et sans doute future)15. Nous analyserons dans la dernière section de cet article - L'unité de la "sphère marchande" en question - l'efficacité de cette opposition "don"-"commerce" ; nous tiendrons jusque-là pour acquis que (hormis les cas de dissolution des formes communautaires en particulier sous la pression coloniale) les relations entre les membres d'un même groupe, ayant des droits collectifs dans/sur un espace limité, diffèrent généralement (pour ce qui est du transfert des biens) des rapports entretenus entre les membres de communautés différentes, comme le "don" s'oppose au "commerce".

  • 16 Voir Neale (Walter C.) (trad. 1975) "Réciprocité et redistribution dans le village indien ; suite (...)
  • 17 Meillassoux (Claude) : "Echange (économie)" in Encyclopedia Universalis, p. 897 et 899 (reed in (1 (...)

11Le cas de la "communauté indienne" souvent repris au XIXème siècle, par K. Marx par exemple, où le partage des travaux et des produits est, nous dit-on, intégral et comptabilisé16 n'est qu'une des figures possibles des rapports "communautaires" en général infiniment plus complexes. Ces formes sont17 :

  • soit une production en commun / redistribution collective ou séparée (chasse ou pêches collectives, champ du village, etc...) c'est-à-dire le partage immédiat de la production entre les sous-groupes selon leurs besoins respectifs et/ou une consommation commune permanente (si le produit lui-même est à usage collectif : dispositif pour la chasse, pour l'eau, bâtiment pour les jeunes, les hommes, les hôtes, etc...), lors d'une fête ou lors de crises ou calamités (particulières à un sous-groupe ou à l'ensemble de la population).
  • soit une appropriation primaire par celui qui a directement produit et une prestation secondaire selon les canaux de la hiérarchie et/ou de la parenté et des amitiés liées en particulier lors des initiations. Chez les Indiens Guayaki d'Amérique du Sud, un tabou alimentaire interdisait au chasseur de consommer la viande de ses propres prises ; chaque homme chassait pour les autres et recevait d'eux sa propre nourriture, ce procès crée ainsi un réseau de dépendance réciproque18. De même, chez les Trobriand étudiés par B. Malinowski, une partie de la récolte était donnée par chaque homme au "mari" de sa "soeur".
  • soit à l'inverse un contrôle de la production par des "chefs" et sa redistribution.
  • soit une prestation de services par des artisans spécialisés19. La contrepartie du travail peut être immédiate (un produit, une part de la matière travaillée, etc...), à charge de revanche dans une autre spécialisation, ou celui-ci peut être entretenu par la "communauté" toute entière, etc...
  • 20 Maine (H.S.) (trad. 1874) L'Ancien droit... (p. 250 à 254) remarquait déjà qu’il n’existait pas un (...)
  • 21 Deux communautés ayant des droits partagés sur un espace frontière (par exemple sur la côte de Pal (...)

12Les formes communautaires sont par conséquent infiniment diverses20 depuis la communauté de type "indien" à la forme "germanique" où la communauté apparaît comme une somme de "familles" juxtaposées. Il serait erroné d'interpréter toute forme plus intégrée au niveau collectif comme une matrice première à partir de laquelle les formes à base familiale se seraient décomposées (chaque groupe s'est composé/décomposé dans des conditions particulières dont la reconstitution n'est aujourd'hui le plus souvent que spéculation). Chaque communauté intègre et dépasse les unités qui la composent ("parents", groupes d'âge, associations "religieuses", etc...). Elle est plus que leur simple addition et constitue une entité ; c'est un groupe local fixe ou mobile selon le mode de subsistance (cueillette, chasse, pêche, élevage, mise en culture stable ou itinérante, etc...), société qui code, contrôle, exerce des droits éminents sur son territoire (parfois droits partagés pour un espace frontière avec d'autres communautés21). Dans ses formes les plus souples et les moins coercitives, c'est évidemment face aux autres communautés que l'entité communautaire apparaîtra. La soumission (néo)coloniale a / a eu un effet discriminant sur les rapports communautaires : d'une part elle tendait à les dissoudre comme barrière à l'extension du "marché mondial" (approvisionnement /écoulement de surplus), d'autre part et contradictoirement elle devait assurer leur perpétuation comme reproducteurs à moindre frais de forces de travail.

  • 22 Ce caractère persiste longtemps. Ménélas (Odyssée, traduction de Victor Bénard au livre de poche, (...)
  • 23 Voir les nombreux exemples cités par Davie (M.R.) (1931) : La guerre dans les sociétés primitives, (...)

13La "sphère marchande" sera aux bornes de la communauté (d'où le problème de la définition des limites de chaque communauté !) ; elle sera cet extérieur où cesse l'assistance réciproque obligatoire (ce qui donne aux limites d'un groupe plus un degré qu'une frontière), lieu, dans ses confins, de l'inconnu et de l'étrange, du danger et de la gloire22). Ceux de la communauté ce sont les "hommes" ; les étrangers sont souvent désignés par Uniterme traduisant la peur, le mépris, leur caractère animal, etc...23. Aux "siens", on oppose les "autres" ; aux "gens du dedans", "ceux du dehors", "de l'ailleurs" ; à la communauté, le "marché".

14Quels sont les biens qui deviennent "marchandises" et entrent dans cette sphère "marchande primitive" ?

  • 24 Par exemple aux Trobriand [Malinowski) [trad. 1963 p. 247) au Nord de la Nouvelle-Guinée, Ile Woge (...)
  • 25 Le "droit de propriété de ces biens immatériels" voir Roheim "Geza) (1927) trad. "les formes primi (...)

15On ne peut pas identifier les objets de ces échanges à ceux qui circulent dans l'ordre bourgeois. La sphère du "commerce primitif" est à certains égards beaucoup plus large ; elle comprend outre des produits en partie comparables aux nôtres, des chants, danses, prières et/ou magies24, autant de biens immatériels qui ne sont pas "vendus" et "achetés" (contre vivres et/ou biens précieux) pour la gratuité de leurs qualités esthétiques (les danses par exemple seraient seulement imitées par les autres communautés mais elles sont acquises) parce qu'ils sont censés posséder une efficacité dans le procès de "travail"25.

  • 26 Goody (Jack) and Tambiah (S.J.) (1973) Bridewealth and dowry (Cambridge papers in Social anthropol (...)

16Voit-on également y inclure les fermes dont la circulation traduit également l'interdépendance des groupes humains ? Nous ne le pensons pas. Il est impossible, pour justifier ce refus, d'arguer du fait que (en dehors de transformations récentes) la contrepartie matrimoniale est généralement identique quelles que soient les qualités physiques de l'épouse demandée (les contreparties peuvent varier selon les statuts des conjoints26). Ceci est également vrai dans un grand nombre d'exemples de transactions du "commerce primitif" ! Certes, il est des cas où des/les femmes et des hommes sont susceptibles d'être assimilés à des choses, de faire l'"objet" d'un échange comme esclaves. Quand la contrepartie matrimoniale est monétarisée, quand elle se compose du bien qui sert, par ailleurs à acquérir toutes les autres "marchandises" et quand les "pères" ou les "frères" se livrent à une véritable mise aux enchères pour livrer leurs "filles" ou leurs "sœurs" aux plus offrants, alors on peut penser que les fermes sont devenues "marchandises", mais aussi, que la société est sortie de la "sauvagerie" pour pénétrer dans l'ordre "barbare" ou "civilisé" (au sens défini au début de cet article). Il est impossible d'identifier "commerce" des biens matériels et immatériels et échanges matrimoniaux tant que les hommes ne sont pas possesseurs des femmes (et/ou d'hommes) au sens où ils le sont des poteries, de coquillages, de noms ou de chants.

17L'erreur (fréquente en particulier chez les psychanalystes) est de parler de "commerce de femmes" parce qu'il y aurait échange d'une femme contre un bien matériel qui paraît valoir la femme. En fait, généralement, le type de biens qui doivent être remis pour contracter mariage, et les possibilités d'utiliser ces biens sont réduites (ils servent le plus souvent dans des rites en rapport avec la parenté (funérailles, naissances, etc...). Le cloisonnement de l'usage de ces biens signifie que les femmes (et par conséquent les hommes) s'échangent contre les femmes (et contre les hommes). Une femme ne "vaut" pas une contrepartie matrimoniale ; elle "vaut" une autre femme. "Je vous donne ma "sœur" et plus tard vous me donnerez l'une des vôtres afin que chacun de nos groupes "familiaux" se reproduisent". Quand les alliances matrimoniales engagent un nombre très limité de "familles" et que la société fixe des lois prescrivant le choix d'un conjoint particulier (par exemple l'obligation pour un homme de se marier avec la fille du frère de sa mère), il n'est pas besoin de contrepartie matrimoniale quoiqu'elle puisse circuler par exemple comme mémoire de l'alliance renouvelée. Le problème apparaît avec acuité lorsque le choix du conjoint est "libre" (en dehors d'un nombre restreint de partenaires sexuellement interdits). La contrepartie matrimoniale permet à un groupe "familial" de céder une femme en ayant à son tour la certitude qu'il pourra, le temps venu, remplacer par une autre femme cette "sœur" et cette "fille". Là encore, par conséquent, une femme s'échange contre une autre femme. Soulignons, par ailleurs, que le vocabulaire rendant compte des alliances matrimoniales est à notre connaissance toujours différent de celui du "commerce".

18Si le type de contreparties matrimoniales est un bien que les "femmes" produisent directement ou indirectement pour leur conjoint (par exemple, dans certains groupes néo-guinéens quand les femmes élèvent des cochons qui sont directement contreparties matrimoniales ou qui sont échangés par les hommes contre des coquillages qui deviennent contreparties matrimoniales), on peut penser que l'on se trouve dans un procès de chosification et de "marchandisation" des femmes, car il y a perméabilité entre la sphère des alliances matrimoniales et celle du "commerce".

  • 27 Voir l'article de Maurice Godelier : "Modes de production, rapports de parenté et structures démog (...)

19Il est intéressant de remarquer l'homothétie de ces deux sphères : l'inceste définit les femmes données à autrui (que l'on s'interdit) et celles qui sont susceptibles d'être reçues (les "épouses" possibles, potentielles ou prescrites) de la même façon que le cloisonnement des biens définit des biens interdits à l'échange et des biens produits pour l'échange, des contreparties "commerciales" prescrites ou possibles. Il va de soi que ces prescriptions et ces prohibitions des biens comme des femmes ne sont pas arbitraires, mais sont déterminées par les nécessités de reproduction des rapports sociaux, nécessités qui dépassent les stratégies conscientes des individus et des groupes27. L'homothétie entre les deux sphères rend compte, en particulier, du contrôle de la circulation des femmes par celui de la circulation de certains biens (cloisonnement des contreparties matrimoniales). Toutefois, il convient de souligner que l'espace des deux sphères est différent : les relations patri-matrimoniales sont inter et extra-communautaires alors que la sphère du "commerce" a, par définition, un champ presqu'uniquement extérieur à la communauté. En un certain sens, la parenté (que produisent les alliances matrimoniales) en imposant des solidarités et des contraintes au "don" s'oppose au "commerce" en même temps qu'elle le canalise et lui donne des formes de "don" (nous développerons ce point dans notre dernière partie).

20Dans les sociétés "sauvages", l'"échange des femmes" doit être distingué du “commerce" au même titre que ces deux sphères, que ces deux dimensions du social, le sont du langage, que certains n'hésitent pas à qualifier de "commerce des mots". Certes, les mots, les hommes et les biens sont les éléments fondamentaux de la société et peuvent posséder des codes homothétiques de circulation tout en ayant une certaine perméabilité (les "chefs" amérindiens obligés de parler ; dans des sociétés africaines de classes, les "griots" qui contre des paroles laudatives reçoivent des choses, etc...) mais ils ne sont pas identifiables les uns aux autres !

21Nous désignons comme "commerce" tout transfert réciproque de biens à l'extérieur d'une communauté, quelle que soit la nature cérémonielle ou ordinaire de ces produits et quels que soient les mobiles qui motivent subjectivement cet "échange".

  • 28 La pratique du réciprocités n'est pas générale et spontanée comme l'illustre un récit de voyage de (...)

22Le fait marquant de ce "commerce primitif " paradoxal à certains égards et à certaines théories et illusions, est son poids tant qualitatif (par l'importance accordée aux biens échangés) que quantitatif par les distances que parcourent pour ce faire les populations et/ou leurs produits, l'estime que les "sauvages" attribuent à ces derniers et/ou, dans certains cas même, la proportion des biens qui font l'objet d'un "commerce". Il va de soi que les sociétés "primitives" connaissent des degrés différents dans l'extension de cette "sphère marchande" ; elles sont plus ou moins centrées sur elles-mêmes s'intégrant dans une véritable symbiose régionale ou au contraire entretenant des rapports plus limités d'échanges28 ; la densité du peuplement, les surplus liés à l'écologie locale, ou la plus ou moins forte complémentarité régionale, par exemple, sont des facteurs qui peuvent rendre compte des différences régionales d'intensité de ce "commerce primitif " mais ces causes n'épuisent pas les raisons des échanges et il restera toujours un résidu que l'on peut attribuer aux nécessités particulières de la reproduction de chaque ordre social "sauvage" (voir B).

23Les exemples, apportés tant par les préhistoriens que par les ethnologues, sont nombreux et concordants. Ils prouvent la réalité du "commerce primitif".

  • 29 Perlés (Catherine) in La Recherche, janvier 1979.
  • 30 Lefranc(Georges) (reed 1975) : Histoire du travail et du travailleurs (Paris, Flammarion) p.26.
  • 31 Lefranc(Georges) (reed 1959) Histoire du commerce (Paris, PUF) p. 5.
  • 32 Lefranc (reed 1959) p. 6. Lefranc (reed 1975) p. 26. Sédillot (René) (1964) : Histoire du marchand (...)
  • 33 Lefranc (reed 1959) p. 5 : " certains silex de qualité exceptionnelle ont circulé et l'on commence (...)
  • 34 Lefranc (reed 1959), p. 6.
  • 35 Lefranc (reed 1959), p. 6 et Exposition au Grand Patois au mois d'avril 1973 (Paris) - " L'art pré (...)

24Exemple pré-historique d'abord. On a trouvé à Koilas (Péloponèse dans un site daté de moins 10 000 avant J.C.) des éclats d'obsidienne provenant de l'île de Milo (l'une des Cyclades) distante d'environ 150 km29 ; ce produit fut ensuite diffusé dans tout le bassin de la mer Egée30. Vers moins 4000 avant J.C., au Danemark, pendant la civilisation d'Ertböll, des silex de tailles standardisées ont été exportés vers la Norvège et vers les plaines du Nord de l'Europe31. A la même époque, des "silex blonds" du Grand-Pressigny (près de Loches en Indre et Loire) taillés en forme de haches, pics, ciseaux, flèches, etc... le sont vers les rives du Rhône, de la Meuse et du Lac de Neuchâtel (en Suisse)32). (A Spiennes (Belgique), dans deux mille puits allant jusqu'à 19 mètres de profondeur, du silex gris-bleu était extrait et diffusé vers l'Ardenne belge et les bouches du Rhin et de l'Escaut33. Au second millénaire, l'or irlandais fondu en lingots ou martelé en plaques, l'est vers la Grande-Bretagne, les pays de la Baltique et l'Espagne ; l'étain des célèbres mines des Cassitérides (îles de Scilly, de la Cornouaille ou de l'Armorique, on ne sait pas) approvisionnait les ateliers qui fabriquaient du bronze en Europe du Nord-Ouest et méditerranéenne34. On trouve l'ambre (ou résine fossile) produit sur les rives de la Baltique jusque sur les côtes méditerranéennes ; ouvragé en perles et pendeloques, il parvient jusqu'à la Modlona (à 200 km au Nord-Est de Moscou) et à Saktych (à 200 km à l'Est de Moscou)35. Le "commerce" de l'ambre joua alors un rôle sans doute comparable à celui de l'or natif dans l'Orient ancien.

  • 36 Certaines indications données par les coquillages sont fort intéressantes : dès le paléolithique s (...)
  • 37 Dans certains cas également, l'étude du mythes que certaines traditions ont conservés sont précieu (...)
  • 38 En fait, la distance en termes dz générations ut courte : de moins 4000 à nos jours, le nombre des (...)

25La distance entre le site d'origine de ces produits et le lieu de leur découverte permet de conclure soit à un déplacement saisonnier ou définitif de populations, soit (hypothèse la plus vraisemblable lorsque la distance dépasse plusieurs milliers de km !) à un transfert mettant nécessairement en jeu une multitude de groupes intermédiaires. Remarquons également que les fouilles ne permettent de déceler que les déplacements de produits à base de pierres ou coquillages (dont les sources locales sont inexistantes)36. Qu'en est-il des objets en fibres végétales, en os, en ivoire, des plumes, des fourrures, des terres servant à la teinture des corps et des objets ? Nous ne le saurons sans doute jamais pour la plupart d'entre eux (en dehors de l'élaboration de cartes de types locaux pour les éléments non détruits). Seule l'analogie37 (avec toutes les réserves nécessaires sur ce procès d'identification38) avec les sociétés "primitives" contemporaines peut nous permettre de l'imaginer.

  • 39 Sur la régression et l'essor contradictoires des échanges induits par la situation coloniale, voir (...)
  • 40 Sur cette intensification des échanges dite "cérémoniels" du type potlatch, kula, etc... voit Valt (...)

26Exemples exotiques surtout par conséquent. Remarquons avant de nous livrer à cette investigation, que ces populations sont depuis plus ou moins longtemps, en contact avec ceux qu'ils appellent "visages pâles" ici, "visages blêmes" ailleurs ou avec leurs acolytes chinois, indiens ou levantins ; les ethnologues ont souvent pour "faire plus sauvage", "plus primitif", gommé ces relations (en pensant souvent qu'elles n'affectaient pas ce qu'ils jugeaient comme une organisation sociale "traditionnelle"). Or souvent (on l'apprend généralement au détour d'une note en bas de page), ces populations soumises au joug (néo) colonial sont devenues des quasi-prolétaires qui font la cueillette ou la culture de plantes destinées au marché mondial et/ou se salarient dans les plantations ; pour le moins, obtiennent par ces contacts des "marchandises" "européennes" qui se substituent à des produits circulant autrefois à grandes distances, procès qui occulte une partie des relations anté-coloniales entre communautés39. Inversement, la colonisation (en particulier à la suite de l'interdiction des guerres intertribales qui permettaient à certaines contradictions de se manifester et à un équilibre entre les groupes d'être défini) est susceptible d'avoir créé des comportements que certains diront pathologiques face aux biens ; les affrontements ont pu, dans certains cas, être exacerbés par la situation coloniale et se traduire non plus par des rites "guerriers" mais par un hyperdéveloppement de certaines formes d'échanges, en particulier ceux dits "cérémoniels"40 ; le "commerce" est alors temporairement devenu un substitut de la "guerre". Les exemples que nous donnerons ici sont par conséquent tributaires des limites de cette conjoncture historique qui engendrait simultanément l'observation de ces échanges et leur transformation (y compris par leur disparition). Une dernière chose : nous parlerons souvent au présent des échanges de certaines populations ; en fait, aujourd'hui dans la majorité des cas, l'imparfait et le passé simple conviendraient mieux.

27L'observation du "commerce primitif" permet de souligner trois traits caractéristiques ; on observe :

  • la diffusion à grandes distances de certains produits,
  • la constitution de sphères régionales d'échanges avec spécialisation des diverses communautés,
  • l'émergence de véritables "peuples commerçants" qui deviennent des intermédiaires obligatoires pour l'obtention de certains produits.

28Avant d'analyser chacun de ces éléments, notons que l'étude des exemples pré-historiques ne permet de dégager que le premier caractère ; la nature de ces sources laisse dans l'ombre les deux autes qui sont tout aussi importants.

  • 41 Hoyt (1926) - Primitive Trade (London), en dresse un inventaire (p. 1 20 à 123) qui déjà important (...)
  • 42 Mc Carthy (F.O.) (1939)" "Trade" in Aboroginal Australia, and trade" Relation ships with Torres St (...)
  • 43 La perméabilité du continent africain a été également très grande. Les voyageurs européens ont sig (...)

29Il existe de nombreux exemples d'échanges à grandes distances de matières premières et/ou d'objets travaillés, en particulier sous forme d'expéditions saisonnières tant en Amérique qu'entre les îles du Pacifique qu'à l'intérieur de l'Australie et de la Nouvelle-Guinée41. Mac Carthy42 a montré que des objets et des idées ont circulé du Nord de la Nouvelle-Guinée jusqu'au Sud de l'Australie. L'exemple des multiples versions du mythe du dénicheur d'oiseaux (étudiés par Lévi-Strauss dans ses Mythologiques) diffusé sur l'ensemble du continent américain montre la prodigieuse capacité de contact (et dans ce cas d'innovation compte-tenu des variantes) des sociétés "sauvages" (à moins de supposer que ce mythe est celui de la première bande qui donna naissance à tous les autres groupes !)43.

  • 44 Il convient de distinguer les expéditions sans retour au gré des ventes et des courants, des conta (...)
  • 45 Dousset (R.) et Taillemite (1976) - Le Grand Livre du Pacifique (Paris/Lausanne) p. 108 à 114 qui (...)
  • 46 Leroi-Gourhan (1943) op. cité.

30On peut être étonné des distances parcourues44 par les populations pour échanger, et de leur capacité à s'orienter et à revenir à leur point de départ, nécessité de l'établissement de relations périodiques d'échanges. Sur mer, les populations s'orientaient en fonction des étoiles, bien sûr, mais également selon la nature des fonds, des débris en dérive, de l'empreinte, de la brise sur les grandes vagues etc... (Au début du XXème siècle, les habitants des îles Marshall ont confectionné des "cartes" à l'aide de bâtonnets (qui indiquaient les courants maritimes et la direction de la houle ; les intersections des bâtonnets signifiaient les vents contraires et les coquillages, les îles ; l'entraînement des initiés pour apprendre les connaissances maritimes duraient à terre comme en mer plusieurs années)45. On a souvent surestimé l'importance de ces "routes" maritimes par rapport aux voies de terre : les éléments naturels comme les montagnes ou les cours d'eau fixent les itinéraires ; les populations usent de repères (marques sur la végétation, amas de pierres, etc... constituent autant de signaux organisés) ; sur les pistes de steppe ou de désert, ce sont les débris, les traces des passages précédents, les feux d'étapes, etc... qui servent de guide ; les populations ont un sens très développé de la perception de leur milieu ; ainsi, en Sibérie, les Koriak s'orientaient par les marques du vent sur la neige46. Sans cet ensemble de connaissances, les échanges "primitifs" eussent été impossibles.

  • 47 Lévi-Strauss (1943), op. cité, p. 136.

31Sur de très grandes distances, circulent différentes sortes de pierres à forme de hâches, de couteaux, des coquillages travaillés ou non, les dents de différents animaux qui sont/deviendront paléomonnaies (Mélanésie principalement) ou ornements (Amérique surtout), des perles, des défenses en ivoire, des piquants de hérisson, des cristaux de roche, des barres de sel, des métaux natifs (cuivre, or surtout) etc... Ces produits peuvent parcourir un continent ou connaître une diffusion plus restreinte entre quelques communautés seulement. Des poteries, des paniers, des perles boshimans découpées dans des oeufs d'autruche, des boomerangs décorés d'Australie, des râpes à manioc indiennes, des massues, des cochons, du poison pour les flèches, des arcs, des flèches, des javelots, des éclats de bambou destinés à la fabrication de flèches, des teintures pour le corps ou des objets, de la cire, de la résine, du tabac, des plumes d'oiseaux rares, des flûtes, des tissus végétaux peints, des calebasses décorées, des peaux, des lampes ou marmites de pierres, et de multiples autres objets aussi hétéroclites les uns que les autres peuvent faire l'objet d'un "commerce" entre deux groupes ou, dépassant ces limites, franchir plusieurs dizaines voire centaines de kilomètres. A cette liste, il conviendrait d'ajouter les produits manufacturés "européens" qui franchirent rapidement les limites des contacts que les "visages pâles" entretenaient : le fer (tout particulièrement les haches) apporté tant en Amazonie qu'en Nouvelle-Guinée par les colonisateurs, a devancé ces derniers de plusieurs dizaines d'années dans les régions les plus inaccessibles aux nouveaux occupants47.

  • 48 La sphère d'échanges de la région du Détroit de Vitiaz relie aujourd’hui de 150 000 à 200 000 habi (...)
  • 49 Sauf circonstances exceptionnelles, il existe des communautés en frontière de sphère qui appartien (...)
  • 50 • Sur les spécialisations "tribales" en Amérique du Nord, voir l'inventaire de Cahu (1953) in Laco (...)

32Un des éléments les plus remarquables du "commerce primitif" est, outre la diffusion à très grandes distances de certains produits, la constitution de sphères régionales d'échanges où chaque communauté se spécialise dans la production d'un (ou de plusieurs) produit(s) destiné(s) aux échanges ; chaque groupe tend, au sein d'une sphère qui couvre souvent plus de deux cents kilomètres et des milliers d'individus48 d'une part à détenir un "monopole" et d'autre part à être fortement dépendant pour l'approvisionnement de certains produits des autres groupes. Ces sphères ne sont pas étroitement repliées sur elles-mêmes, mais sont en communication les unes avec les autres49 pour un nombre limité de produits (d'où les échanges à grandes distances) étant entendu que le plus grand nombre des échanges se fait à l’intérieur de cette sphère. Ces complémentarités régionales, où l'on voit par exemple une population fournir aux autres les poteries, une autre une certaine espèce de coquillages, une troisième le sel et une quatrième un autre type de produits a été remarqué par presque tous les ethnologues sur tous les continents50 ; en faire un inventaire exhaustif serait fastidieux ! Le système peut être simple si les relations s'établissent avec chacune des communautés composant la sphère ou beaucoup plus complexe, si le nombre de groupes engagés dans ce réseau est élevé et si les produits, comme c'est souvent le cas, franchissent une ou plusieurs communautés intermédiaires avant d'atteindre leurs destinataires finaux.

  • 51 Comme cela semble avoir été le cas chez les Esquimaux, où circulaient ainsi les " matières premièr (...)
  • 52 Les Motu de Port Moresby parcouraient des centaines de kilomètre dans leurs canoës Lakotaï ; "Aux (...)
  • 53 Heider (K.G.) (1969) "Visiting..." p. 464 distingue :
    - les déplacements alternatifs et réciproques (...)
  • 54 Hogbin (I an) 1935) "Trading expeditions in Northern New Guinea" in Oceania vol. V no 4 p. 397.
  • 55 Sahlins (trad. 1976) p. 299 et 301 et Harding (1967) (biblio. p. 10, 11, 123 et 238).
  • 56 Harding (1967) p. 195 à 200.
  • 57 Handing (1967) ; sur les relations des Siassi, avec la côte Madang-Rai, voix Lawrence (P.) (trad. (...)
  • 58 Handing (1967) p. 191 à 195.
  • 59 Il va de soi que des sociétés "barbares" ou "civilisées" sont susceptibles de s'insérer dam ces ci (...)

33Ces échanges peuvent se faire de proche en proche51 ou par expéditions lointaines et périodiques (forte dépendance du calendrier agricole si l'agriculture est développée) d'une partie de la population des villages, par exemple les voyages Hiri52 ou Kula du Sud-Est néo-guinéen. Si les producteurs ne partent pas échanger eux-mêmes leurs "marchandises"53 certaines communautés, au sein des sphères régionales, précédemment décrites, peuvent (éventuellement en autres activités) se spécialiser dans la fonction d'intermédiaire et acquérir un quasi-"monopole" du transport des "marchandises" au sein d'une partie ou de la totalité de la sphère régionale d'échanges et dans les marges de celle-ci, contrôlant dans certains cas la diffusion des produits circulants à grandes distances. Citons quelques exemples, mélanésiens d'abord. Sur la côte Nord de la Nouvelle-Guinée, les Murik vivant dans les marécages du Sepik ont joué ce rôle entre l'ouest de ce fleuve où ils allaient chercher les dents de chiens dont ils faisaient des colliers et l'Est qui fournissait des peintures rouges et blanches pour le corps et du rotin teint54. On cite également dans la zone néo-guinéenne55 : les Manus des îles de l'Amirauté, les Bilibili de la Baie d'Astrolabe56, les Siassi du détroit de Vitiaz57, les Tami du Golfe Huon58, les Arawe de Nouvelle Bretagne, les Tubetube, Amphlett et Ware (Teste Island) aux carrefours des Massim, les Mailu des côtes Est ou les Alite et Langalanga des îles Solomon. Tous exercent dans leur aire propre une activité analogue. Les Siassi par exemple échangeaient régulièrement du poisson contre des tubercules avec les villages adjacents de l'île d'Umboi ; ils allaient chercher à 50 miles environ des poteries produites par les peuples du Madang (Yabob et Bilbil) échangées sur les côtes du Rai et dont ils fournissaient les habitants de la région de Vitiaz ; ils contrôlaient la diffusion de l'obsidienne depuis son origine au nord de la Nouvelle-Bretagne et produisaient des défenses recourbées de cochons sauvages, des dents de chiens et des coupes en bois qu'ils échangeaient et qui fonctionnaient dans la zone d'influence Siassi comme biens de prestige et compensation matrimoniale. Ils entraient en concurrence à l'Ouest avec les Bilibili, à l'Est avec les Tami. Alors qu'ils n'occupaient que 3 % des terres disponibles du sous-district de Umboī, ils représentaient environ le quart de sa population !59

  • 60 Canu (1953) p. 157 à 161 et carte p. 126.
  • 61 Canu (1953) p. 154 et 155.

34De même, dans les sociétés indiennes d'Amérique du Nord, aux rapports sociaux sans doute plus développés pour la plupart d'entre elles que ceux des communautés de Nouvelle-Guinée, la spécialisation "commerciale" de certains groupes coïncide avec la spécialisation des productions à une échelle tant régionale que beaucoup plus yaste60 ; citons l'exemple des Hopi d'Arizona qui allaient échanger des coquillages du Pacifique contre du sel du Colorado ; celui des Hokoham du désert d'Arizona qui mettaient indirectement en relation populations côtières (produisant des coquillages), Anasazi (produisant des vanneries) et Mogollen (spécialisés dans la poterie). Le cas des Hopewell nous paraît très intéressant ; établis sur les plateaux du Kentucky à mi-chemin entre les côtes de l'Atlantique et les rives du Mississipi, ils sont devenus vers 1100 après J.C. les spécialistes de la fabrication d'accessoires nécessaires aux rituels de nombreux groupes indiens de l'Est ; pour se procurer les matières premières de ces articles, ils ont, à partir du XIIème siècle, étendu leur champ d'expéditions de l'Océan Atlantique, au Lac Supérieur, et des Montagnes Rocheuses au Golfe du Mexique ; pour se procurer "dents d'ours géants, cornes de chèvres de montagne, silex spéciaux du Dakotas, cuivre brut du Lac Supérieur, cristal de roche de l'Arkansas, mica de la Caroline du Nord et de la Nouvelle Angleterre, dents fossiles de requins de la baie de Chesapeake, Galène du Sud de l'Illinois et du Missouri et coquillages des côtes du golfe du Mexique", ils sont devenus d'"intrépides marchands" ; à partir du début du XVème siècle, leurs activités déclinent (les raisons en sont inconnues), ils abandonnent/perdent leurs savoir-faire rituels et restent seulement transporteurs61.

  • 62 Ce qu’illustrent ces plantations et/ou entretien d'arbres destinés à la "vente" ici pour fabriquer (...)

35Après avoir dépassé le problème des origines du "commerce" et définit ce dernier comme extra-communautaire, nous avons jusqu'ici surtout dressé un inventaire de l'importance des échanges “primitifs" ; qu'il s'agisse des distances parcourues, de la spécialisation des populations tant dans la production que dans la fonction d'intermédiaire, de tels éléments correspondent mal à la représentation vulgaire du "commerce primitif". Ils remettent en cause l'opposition que l'on construit souvent entre production pour l'usage et production pour l'échange, la première considérée comme caractéristique des formes "primitives", la seconde comme propre aux formes "modernes" de société (chacune d'elle étant affectée d'un coefficient positif ou négatif, selon les époques devenant l'enfer ou le paradis (perdu)). Les échanges "primitifs" ne portent pas sur un hypothétique surplus que l'on céderait irrégulièrement à ses plus proches voisins lorsqu'ils auraient eux-mêmes quelques choses à proposer, mais, le "commerce primitif" a pour objet des biens intentionnellement produits pour le "marché''62. La distinction imaginée par certains entre les biens qui deviendraient accessoirement "marchandises" et ceux qui seraient produits comme tels n'a, par conséquent, généralement aucune pertinence historique pour ordonner une évolution des sociétés (seule diffère la quantité des "marchandises"). L'excédent (par rapport à la consommation locale) n'est pas, dans les sociétés "primitives" un fait incertain mais nécessaire pour acquérir d'autres éléments dont la communauté a elle-même besoin.

  • 63 "Travail"/"non-travail", distinction commode ici pour nous, mais qui n'a généralement pas de sens (...)
  • 64 Au sens qu’un dictionnaire français donne à cet adjectif et non celui que le contresens ou l'angli (...)

36Prétendre que les sociétés "primitives" connaissent une production pour l'usage et pour la satisfaction des besoins, n'est souvent qu'une critique maladroite de l'ordre bourgeois ; toute société "travaille"63 pour répondre aux besoins que le jeu des rapports sociaux caractéristiques engendrent ; les besoins des "sauvages" ne sont pas plus "vrais" que les nôtres seraient "faux", pas plus proches de la "nature" que les nôtres seraient "artificiels" ; ils sont tous produits spécifiques d'ordres sociaux particuliers ; seule peut différer l'inadéquation entre besoins et capacité de les satisfaire une des contradictions d'une formation sociale est qu'elle peut simultanément développer certains besoins et produire une organisation incapable d'y répondre pour tous. Sans doute, la plupart des sociétés "primitives" connaissent-elles une adéquation plus forte entre besoin et consommation effective64 ; mais cette supériorité relative n'a pas pour origine, comme nous l'avons vu, une endo-consommation de la production ; il n'y a pas perversion de la "valeur d'usage" par la "valeur d'échange" : les "sauvages" échangent aussi ! Il convient maintenant de comprendre ce qui détermine tant ces échanges que leur importance.

Notes

1 Ainsi les travaux récents du pré-historiens affirment que le feu a. été utilisé par tu Archanthropicus d'Europe et d’Asie il y a 300.000 ou 400.000 ans ! Vers moins 30.000, en Australie, on trouve un exemple de cuisson de chair humaine ; vers moins 15.000, celui du traitement thermique du silex en vue de sa taille (Compte-rendu dans L'Homme (1977) no 4 p. 126 et 127 de Perlès (Catherine) (1977) Préhistoire du feu (Paris/New-York... Masson, 180 p.).

2 Voir par exemple :
- Buytendijk (F.J.J.) (1952) Traité de Psychologie animale (Paris, PUF, XV-362 p.).
- Chauvin (Rémy) (reed 1973). Le comportement social chez les animaux (Paris, PUF, 172 p.) (Cet ouvrage comprend des éléments très intéressants sur la vie collective des animaux).
- Chauvin (Rémy) (1975) ; L'Ethologie, [étude biologique du comportement animal) (Paris, PUF).
- Chauvin (Rémy et Bernadette] (1977) Le monde animal et ses comportements complexes (Paris, Plon, 282 p.) (réunit des informations récentes).
- Tavolga (William N.) (trad. 1973) Introduction à l'étude du comportement animal (Paris, Larousse, VII, 132 p.).

3 Richesses..., trad. T. I, p. 104.

4 Idem, p. 105. Il oublie la répartition des tâches entre sexes et groupes d'âges.

5 Chauvin (1975) p. 120.

6 Tavolga (trad. 1973) p.82, décrit les fourmis amazones (Eciton) d'Amérique tropicale comme d'énormes "colonies comprenant du centaines de milliers d'individus" ; "des colonnes irrégulières partent en expéditions et reviennent en rapportant du butin (insectes, parfois petits rongeurs) pour nourrir la colonie" ; il conclut : "chaque membre de la colonie ut donc comme un restaurant ambulant, distribuant du parcelles de nourriture et en recevant d’autres et faisant constamment échange de nourritures et de sécrétions à effets exicitants".

7 Buytendijk (1952), p. 344 et 345.

8 Chauvin (1975), p. 60 et 61.

9 Chauvin (1975), p. 61 et 63 ; il s'agit évidemment dans ces deux exemples d’expériences et non de comportements "naturels" !

10 Chauvin (1977), p. 227, d'après lu travaux de Meinertzhagen en 1959.

11 Chauvin (1977), p. 227.

12 Chauvin (1977), p. 227 et 228 d’après lu travaux de Teleki (en 1973) et de Kühme (en 1965).

13 Le nombre d'observations est beaucoup plus limité et les expériences faites en laboratoire donnent une piètre idée de la vie "animale", elles définissent lu capacités de sujets extraits de leur milieu, habituel.

14 Ce qui ne signifie pas que lu sociétés animales doivent être analysées comme des sociétés humaines imparfaites (ce sont du formes de développement différentes).

15 Indépendamment de la littérature économique récente sur le "non marchand" (voir Servet (1978) - "Le non marchand, une perspective critique" in Cahier P.C.P. no 7, p.103 à 124 (I.E.E. Université Lyon II), lire Kravis (Irvin 8.) (7957) "The scope of Economic Activity in International Income Comparisons" in Problems in the International Comparison of Economic Accounts. Studies in Income and. Wealth, volume XX (National Bureau of Economic Research. New-York. Princeton University. X - 404 p.) p.349 â 377. Noua remercions Gérard Klotz [Assistant à l’Université Lyon II) qui a attiré notre attention sur cet article.

16 Voir Neale (Walter C.) (trad. 1975) "Réciprocité et redistribution dans le village indien ; suite à quelques célèbres discussions" in Polanyi (K.) et Arensberg (C.) (1957) Trade and Market into the Early Empires (New-York) (trad. franç.. 1975) Les systèmes économiques dans l'histoire et dans la théorie (Paris, Larousse) p. 217 à 231.

17 Meillassoux (Claude) : "Echange (économie)" in Encyclopedia Universalis, p. 897 et 899 (reed in (1977) Terrains et théories (Paris, Anthropos).

18 Clastres (Pierre) "L'arc et le panier" (in L'Homme, t. VI (2) (1966) réed dam ion (1974) La société contre l’Etat (Parti, Ed. de Minuit) p. 99 à 106.

19 Les termes utilisés pour désigner cette relation sont généralement différents de ceux qui caractérisent le " commerce" comme relation extérieure.

20 Maine (H.S.) (trad. 1874) L'Ancien droit... (p. 250 à 254) remarquait déjà qu’il n’existait pas une communauté type mais une multiplicité de formes d'organisations communautaires.

21 Deux communautés ayant des droits partagés sur un espace frontière (par exemple sur la côte de Pal en Nouvelle-Guinée (Laurence trad. 1974, p. 22 et 23) périodiquement se Livreront en commun à un nombre limité d'activités (chasse ou pêche ou ramassage d'herbe, etc...) et par conséquent partageront ce produit.

22 Ce caractère persiste longtemps. Ménélas (Odyssée, traduction de Victor Bénard au livre de poche, p. 63), qui ne sait "s'il en est un qui l'égale en richesse" soupire "Mais qu'il m'en a coûté de maux et d’aventures pour ramener mes vaisseaux pleins, après sept ans ! Aventures en Chypre, en Phénicie, dans l'Egyptos et chez les Nègres ! et dans cette Libye où les agneaux ont des cornes dès leur naissance...

23 Voir les nombreux exemples cités par Davie (M.R.) (1931) : La guerre dans les sociétés primitives, son rôle et son évolution [Paris, Payot, 440 p.) p. 353 à 355. Les étrangers sont souvent répartis dans une géographie sommaire traduisant les oppositions culturelles entre ceux de la forêt, ceux de la montagne, ceux de l'Est, ceux des îles, etc... (voir l'exemple des Sio du détroit de Vitiaz (Nouvelle-Guinée) in Harding (Thomas G.) (1967) Voyagers of the Vitiaz strait [a study New-Guinea Trade System) (London and Seattle University of Washington Press, X, 252 p.) p. 169.

24 Par exemple aux Trobriand [Malinowski) [trad. 1963 p. 247) au Nord de la Nouvelle-Guinée, Ile Wogeo [Hogbin) (1935 p. 377), en Australie (Mc Carthy, 1939, vol. X p.83 à 36), au Brésil chez les Indiens du Haut Xingu Dole 1956-58, p. 130). "Vente" de leurs danses par les Siassi du détroit de Vitiaz (Nouvelle-Guinée) (Harding (1967) p. 142) ; "Vente" de danses et de chants par les Tolai de Nouvelle Bretagne [Epstein (1968) p. 23). Au Haut Moyen-Age européen encore "l'échange n'était pas limité aux objets précieux, ou aux services : on pouvait échangea un objet précieux contre un chant laudatif par exemple. La production poétique était considérée comme un bien équivalent à un bracelet, un anneau ou un glaive. Lu scaldes irlandais, par exemple, visitaient les maisons du Konungr (chefs) et leur proposaient les oeuvres où ils glorifiaient le courage et lu hauts faits du chefs de guerre (...) Les Scandinaves, corme lu Germains, croyaient fermement à la magie du mots". (Gurevic (A.) (1972) "Représentations et attitudes à l’égard de la propriété pendant le Haut Moyen-Age" (in Annales E.S.C. mal-juin, p. 523-547) p.537).

25 Le "droit de propriété de ces biens immatériels" voir Roheim "Geza) (1927) trad. "les formes primitives et l'origine de la propriété" in Borneman E. (trad. 1978). Psychanalyse de l'argent (Paris - PUF) p.167 à 169).

26 Goody (Jack) and Tambiah (S.J.) (1973) Bridewealth and dowry (Cambridge papers in Social anthropology no 7 - Cambridge University Press X-169 p.) p. 12 et 13.

27 Voir l'article de Maurice Godelier : "Modes de production, rapports de parenté et structures démographiques " in La Pensée, décembre 1973, qui étudie les modifications nécessaires des règles matrimoniales.

28 La pratique du réciprocités n'est pas générale et spontanée comme l'illustre un récit de voyage de la goëlette "La Casuarina" à la Terre de Nuyts (Australie) : les Aborigènes aidèrent les Européens & débarquer puis "lu matelots leur offrirent divers présents qu'ils reçurent : avec un air de satisfaction mars sans empressement (...) après avoir reçu ces objets, ils nous les rendaient avec une sorte de plaisir ; et lorsque nous leur remettions de nouveau ces mêmes objets, ils les abandonnaient sur la terre ou sur les roches voisines (...). Ils burent du café, mangèrent du bisquit et du boeuf salé". (Peron et Freycinet (1824) : Voyage de découvertes aux terres australes (...) de 1800 à 1804 (Parts, T.III, p. 260-261 [cité par Leroy (Olivier) (1927) : La raison primitive. Essai de réfutation de la théorie du prélogisme (Paris, Lib. Paul Geuthner, 316 p.) p. 230),

29 Perlés (Catherine) in La Recherche, janvier 1979.

30 Lefranc(Georges) (reed 1975) : Histoire du travail et du travailleurs (Paris, Flammarion) p.26.

31 Lefranc(Georges) (reed 1959) Histoire du commerce (Paris, PUF) p. 5.

32 Lefranc (reed 1959) p. 6. Lefranc (reed 1975) p. 26. Sédillot (René) (1964) : Histoire du marchands et du marchés (Paris - Fayard) p. 17.

33 Lefranc (reed 1959) p. 5 : " certains silex de qualité exceptionnelle ont circulé et l'on commence à percevoir avec assez de netteté dans le style des objets usuels l'existence d'unités régionales " - Leroi-Gourhan (1964 - Le Geste et la Parole, tome 1, Paris, Albin Michel, p. 220.

34 Lefranc (reed 1959), p. 6.

35 Lefranc (reed 1959), p. 6 et Exposition au Grand Patois au mois d'avril 1973 (Paris) - " L'art préhistorique en U.R.S.S. avant les Scythes".

36 Certaines indications données par les coquillages sont fort intéressantes : dès le paléolithique supérieur, en Europe occidentale, les espèces méditerranéennes sont transportées jusqu’à la côte Atlantique et réciproquement. Lantier (Raymond) (1958) - La Vie Préhistorique (Paris, 135 p.) p. 111. De tels échanges seront éclairés par la suite de cet article. De même en Amérique du Nord, des relations étaient établies entre les populations du Sud-Ouest et celles du bord du Pacifique d'une part et celles de l'Océan Atlantique de l'autre. Au Ier siècle avant J.C., des coquillages du Golfe du Mexique et de la côte de Floride ont été transportés jusque dans les Etats du Kentucky et de New-York. (Canu (Jean) (1953) in Lacour-Gayet (J.) - Histoire du commence, T. III (Paris Spid) p. 150, 156 et 157).

37 Dans certains cas également, l'étude du mythes que certaines traditions ont conservés sont précieux. Ainsi les hymnes indiens du Rg Veda font une place considérable à une plante enivrante le "Soma". M.G.R. Wasson a émis l'hypothèse que ce "Soma" est un champignon "l'Amanita muscaria". Dans les textes védiques, " il est dit à maintes reprises que le "Soma" provient du Hautes Montagnes sans doute celles de l'Indou-Kouch ou de l'Himalaya où, entre 2500 et 5500 mètres environ poussent les bouleaux et les conifères" (arbres qui seuls permettent à ce champignon de proliférer.). Les Aryens ont pu connaître ce champignon dans leur séjour ancestral (entre Inde et Sibérie) et après avoir envahi l'Inde, ils se le seraient procuré en l'acquérant sous forme séchée des peuples "sauvages et hostiles" qui occupaient les montagnes au nord. Levi-Strauss (Claude) (1970 reed 1973) - " Les champignons dans la culture - (à propos d'un Livre de M.R.G. Wasson)" in L’Homme n) 1 p. 5 et suivantes. reed in Anthropologie structurale deux (Paris, Plon) p. 263 et suivantes.

38 En fait, la distance en termes dz générations ut courte : de moins 4000 à nos jours, le nombre des géniteurs successifs est compris entre 480 (8 générations par siècle) et 180 (3 générations par siècle) ce qui autorise sans être accusé de racisme quelques comparaisons !

39 Sur la régression et l'essor contradictoires des échanges induits par la situation coloniale, voir l'exemple du Déroit de Vitiaz (Nord-Est de la Nouvelle-Guinée) (effets différents selon la forme de la colonisation et les rapports sociaux anté-coloniaux) in Harding (1967) p. 185 et suiv.. Cet exemple emprunté d des sociétés "sauvages" pourrait utilement être composé à celui des sociétés "sauvages", " barbares" et "civilisées" de l’Ouest Africain ; loin de disparaître complètement sous l'effet des importations de produits européens substituts, les échanges et " routes" "indigènes" de la cola, du bétail, du poisson séché, etc... ont connu un grand essor au cours du XXème siècle grâce à des moyens de communications jusque là inconnus et à de nouvelles conditions politiques ; à partir de 1950 seulement, les administrations coloniales s’intéressèrent à ces formes "commerciales " indigènes (Hopkins (1973) An Economic..., p. 244 à 253.

40 Sur cette intensification des échanges dite "cérémoniels" du type potlatch, kula, etc... voit Valton (George) (1978) "The impact of colonization on aboriginal economies in stateless societies" in Dalton (G.) Ed. Research in Economic Anthropology (JAI Press. Connecticut) vol. 1 (p.131 à 184), p. 162 d 165. Voir l'exemple de la "Moka" après 1930 dans la région du Mont Hagen (Nouvelle-Guinée) par Strathern (Andrew) (1976) "Transactional continuity in Mount Hagen" in Kapferer (Bruce) Ed. Transaction and Meaning (Philadelphia Institute for the Study of Human Issues, 300 p.) p. 279. Strathern cite dans le même sens pour la Papouasie-Nouvelle Guinée outre Young (M.W.) (1971) Fighting with Food : Leadership, Values and Social Control in a Massim Society (Cambridge Univeasity Press, XXII, 282 p.) et Salisbury (1962), celui de Meggitt (M.J.) (1971) "The pattenr of LeadeAship among the Mae-Enga of New Guinea" in Berndt (R.M.) et Lawrence (P.) Eds.Politics in New Guinea (Nedlands Univeasity of Western Australia Press). Chez les Tolai de Nouvelle Bretagne, les anciens affrontements "guerriers" se sont transformés en compétition pour la production (Epstein (1968) p. 7).

41 Hoyt (1926) - Primitive Trade (London), en dresse un inventaire (p. 1 20 à 123) qui déjà important est incomplet. Pour l'Amérique du. Sud, on lira avec intérêt :
- Lévi-Strauss (Cl.) (1943) : "Guerre et commerce chez les Indiens de l'Amérique du Sud " in Renaissance (Revue trimestrielle publiée pan l'Ecole libre du Hautes Etudes) vol. I, fasc. 1 et 2 – New-York janv.-juin 1943, p. 122 à 139.
- Métraux (A.) (1928) - La civilisation matérielle du tribus Tupi-Guarani (Thèse principale, Lettres, Paris, Ed. Librairie Orientaliste P. Geuthner) p. 77, 703, 277 et 278.

42 Mc Carthy (F.O.) (1939)" "Trade" in Aboroginal Australia, and trade" Relation ships with Torres Straits, New-Guinea and Malaya" in Oceania, volumes IX et X (et plus spécialement carte p. 191). Pour l'intérieur de la Nouvelle-Guinée, voir Gitlow (Abraham L.) - Economics of the Mount Hagen Tribes, New-Guinea (New-York 1947 - Augustin Publisher) p. 70 et 71.

43 La perméabilité du continent africain a été également très grande. Les voyageurs européens ont signalé la présence de perles de verre le plus souvent d'un bleu, transparent à reflets bleuâtres, appelées au XVIème siècle "pierres d’aggry, d'aigry ou d'aigri " ; diffusées d'une manière importante au Soudan et dans la région du Golfe de Guinée ; leur estime et rapport d'échange étalent considérables : elles étalent échangées contre leur poids d'or voire contre le double de ce poids. Elles n'étaient ni de fabrication locale, ni d’importation européenne et étalent extrêmement anciennes. On les retrouve également au Sahara, en Egypte, dans l'Inde et même dans des tombes anglo-saxonnes. D'où leur attribution aux Carthaginois, aux Phéniciens ou aux Egyptiens (Labouret (H.) (1953) in Lacour-Gayet - Histoire du commerce (Paris, Spid) tome III, p. 38). Leur large diffusion en Afrique suppose bien évidemment des relations établies au-delà des peuples "marchands" et "civilisés". Le "commerce" entre les côtes méditerranéennes et l’Ouest Africain à travers le Sahara commence vers 1000 avant J.C. ; ces échanges furent développés par les Carthaginois d’abord puis par les Romains, enfin par les Arabes (mais il s'agissait alors d’échanges essentiellement entre "civilisés") ! Hopkins (1973) An Economic, p. 79 et 80).

44 Il convient de distinguer les expéditions sans retour au gré des ventes et des courants, des contacts permanents ; ainsi l'on connaît peu la nature des relations possibles des vikings au-delà de l'Islande et du Groenland avec l'Amérique du Nord, ni celle des voyages depuis les îles de Polynésie jusqu'en Amérique du Sud.

45 Dousset (R.) et Taillemite (1976) - Le Grand Livre du Pacifique (Paris/Lausanne) p. 108 à 114 qui citent :
- Aberklöm (Kjell) (1968) : L’Astronomie et la navigation en Polynésie et en Micronésie (Etnografiskq Museet de Stockholm).
- et Lewis (David) (1968) : We, the navigators (Australian National University).
- voir également, Leroi-Gourhan (A.) (1943) : Evolution et techniques, T. I : L'homme et la matière [Paris - Albin Michel) p. 161.

46 Leroi-Gourhan (1943) op. cité.

47 Lévi-Strauss (1943), op. cité, p. 136.

48 La sphère d'échanges de la région du Détroit de Vitiaz relie aujourd’hui de 150 000 à 200 000 habitants et porte sur une quarantaine de produits [Harding (1967)).

49 Sauf circonstances exceptionnelles, il existe des communautés en frontière de sphère qui appartiennent à plus d'une sphère et permettent la diffusion plus lointaine, de certaines "manchandises" (voir l'exemple du Détroit de Vitiaz in Harding (1967) p. 10).

50 • Sur les spécialisations "tribales" en Amérique du Nord, voir l'inventaire de Cahu (1953) in Lacour-Gayet (J.) Histoire du commerce, t. III, p. 151 à 161 et carte p. 126 ; spécialisation à une échelle locale (comme par exemple sur la côte Ouest de l'Amérique du Nord (voir Niblack (1888) p. 338) en particulier par les complémentarités entre produits côtiers (coquillages, poissons et dérivés (huile par exemple)) contre ceux de l'intérieur (peaux, pierres, etc...) ; mais aussi à l'échelle de l'ensemble de ce sous-continent par la diffusion lointaine de poteries (comme celles des Pueblos), des coquillages, du sel, de métaux, fourrures, pierres, etc..., voire même plus exotique et précieux encore : les perroquets aras [venus du Brésil par l'intermédiaire des Aztèques) dont le plumage ornait les têtes des "guerriers" [Cahu (1953) p. 160).
• Pour les spécialisations dans le bassin de l'Amazone, voir par exemple :
- Métraux (1928) op. cité.
- Dreyfus (Simone) (1970) -"Alliances inter-tribales et systèmes de parenté du Haut Xingu (Brésil Central" in Mélanges Lévi-Strauss (1970) (Echangea et communication (Paris-La Haye, Mouton, 2 volumes) p. 258).
- Oberg (Kalervo) (1953) - Indian Tribes of Northern Mato Grosso Brazil (Smithsonian Institution Institute of social Anthropology. Publication n) 15 - Washington - United States Government printing office) p. 42 et 96.
- Murphy (R.F.) and Quain (B.) (7955) - The Trumai Indians of Central Snazil (Monographs of the American Ethnological Society no 24. New-York, Locust Valley, J.J. Auguatin Publisher) p. 18.
• Labouret (1953) in Lacour-Gayet, op. cité, tome III, p. 26 [carte p. 28 et 29) souligne qu'une sphère comme la kula des Massim n'a rien d'exceptionnel dans les sociétés du Pacifique. (Voir Sahlins (Marshall) (trad. 7 976) Age de pierre... p. 297 et suivantes (voir bibliographie).
En Micronésie, voir celles des Iles Carolines, Marshall et Gilbert. En Polynésie, celles du Marquises et îles de la Société, celles des Fiji, Tonga et Samoa (il semble en particulier que l'art de la poterie était généralement inconnu en Polynésie et que l'île Viti Leva (Fiji) les produisait et exportait également de précieuses plumes rouges de perroquet, du bols de santal et des pierres de haches - nous citons Letourmeau (1897) p. 141).
En Mélanésie, lu informations sont tu plus abondantes sur ces sphères juxtaposées ; celles des îles de l'Amirauté, de la Nouvelle Irlande et de Nouvelle Bretagne (sur lu Total dont les spécialisations se retrouvent sur les " places de marché " voir Epstein (1968) p. 22 et 23) et la côte septentrionale de l'Est néo-guinéen (outre Harding (1967) déjà, cité pour le détroit de Vitiaz, voir Lawrence (Peter) (1964 trad. 1974) Le Culte du CaAgo [Etude du mouvement cargoïste dans le Sud du Madang Méridional) [Nouvelle Guinée (traduit par R. Dousset-Leenhardt Paris-Fayard) p. 19 et 22 à 24)) ; Partie orientale du Golfe de Papouasie : spécialisations liées aux expéditions Hiri du Motu, plus à l’Est celles de Mallu [Malinowski (B.) [trad. 1963) Les Argonautes... p. 57 et 58, cite Malinowski (B.) (1915) "The Mallu" in Tnansactions of the R. Society of South Australia 1915, chap. IV 4 p. 612 à 629) (Worseley (trad. 1977) Elle sonnera la trompette (Paris) cite Tueting (L) 1936) Native Trade in SouthEast New Gulnea (Blshop Museum Occasional Papers II no 15) [Hawaii, Bernice P. Bishop Museum)) ; sur la sphère " kula" du Massim à l’Orient de la Nouvelle-Guinée, on consultera outre Malinowski (trad. 1963) (point de vue du Trobriands), Seligman [1910) The Melanesians of British New Guinea [Cambridge] (voit in la description de Barton) (point de vue du Tube tube), et Belshaw (1955) p. 26 à 31 et carte I (point de vue du Massim du Sud) ; pour les îles, citons encore la sphère du Solomon. Pour l'intérieur de la Nouvelle-Guinée, si lu spécialisations au sein de sphères semblent tout aussi vivantes notre carte et nos informations sont incomplètes ; dans lu Highlands, voir lu spécialisations du Siane in Salisbury (1962) p. 54 et 85, celles des différentes communautés du Mont Hagen in Gitlow (A.L.) (1947) p. 71 et in Strathern (1971) The rope... p. 111 et 112. Selon Heider (1969) "Visiting..." un système régional d'échanges est également décrit par Odermann (Gisela) (1955) "Ver Eingeborenenhandel in der Suedsee" Annali Later anensi, vol. 18, p. 319 à 556.
• Pour l’Afrique, les spécialisations des différentes communautés semblent bien affirmées mais les sphères moins marquées sans doute, en raison de la présence très ancienne et voisine de peuples "civilisés (Grands Etats du Sahel et du Golfe de Guinée par exemple) ; ces spécialisations sont par exemple notées pour les Lele du Zaïre par Douglas (Mary) (1958) " Raffia cloth distribution in the Lele economy" ln Africa (London) vol. 25, p. 109 à 122 ; pour le "Royaume" Kuba (entre lu rivières Kasai et Sankuru) voir Vansina [Jean) (1962) "Trade and Markets among the Kaba" (in Bohannan (P.) et Dalton (G.) (Ed.) Markets in Africa (NUP-USA) p. 190 à 210) p. 191, 194, 2 04, 205 et tableau no 22) ; pour le Tchad pays Zaghawa voir Tubiana [1962) carte p. 215. Il ut évident que lorsque ces populations spécialisées se rencontreront sur des "places de marché" aucun intermédiaire monétaire n'est nécessaire.

51 Comme cela semble avoir été le cas chez les Esquimaux, où circulaient ainsi les " matières premières vitales” (ivoire, peaux de rennes pour les vêtements d'hiver, bois pour les hampes de harpons et les traineaux), des produits de l'artisanat local (lampes et marmites de pierres, cuivre natif) et des " marchandises " d'origine asiatique, indienne ou européenne (pipes, tabac, objets de fer) (Leroi-Gourhan (A.) (1964) - Le geste et la parole, t ; I, p. 220 et 316 (Paris-Albin Michel).

52 Les Motu de Port Moresby parcouraient des centaines de kilomètre dans leurs canoës Lakotaï ; "Aux Papu du Golfe, ils apportent de la poterie, des ornements de coquillages-autrefois des lames de pierre-pour obtenir en contrepartie du sagou et de gros troncs d'arbres creusés en pirogues, qu'ils utilisent alors pour construire leurs propres canoës" (Malinourski (trad. 1963) S'appuyant sur Barton in Seligman 1910).

53 Heider (K.G.) (1969) "Visiting..." p. 464 distingue :
- les déplacements alternatifs et réciproques de deux populations au moins
- les rendez-vous en des lieux intermédiaires (par exemple en Australie)
- et enfin les expéditions d'une seule communauté chez les autres. Dans le cas de la spécialisation de "peuples commerçants", soulignons que ces derniers sont en contact avec un certain nombre de communautés qui ont chacune une sorte d'"hinterland" avec lequel les premiers n'ont pas de contacts directs ; c'est par la communauté qui "commerce" avec les " marchands" que les produits sont diffusés (voir l'exemple du Détroit de Vitiaz in Harding (1967 p. 9). Les Européens ont pu utiliser ces systèmes ordonnés et plus cloisonnés d'échanges pour se procurer les matières premières dont ils avaient besoin ; ainsi, en nouvelle Bretagne à la fin du XIXème siècle, les Européens se procuraient du copra contre des haches en fer, couteaux, fusils et munitions ; les noix de coco suivaient les voies traditionnelles du "commerce" entre les communautés côtières et celles de l'intérieur alors que les produits manufacturés prenaient le chemin inverse (Epstein (1968) p. 34 (Dans des sociétés plus complexes, voix sur les liens entre circulation du sel et les modes d'obtention des esclaves sur les côtes africaines).

54 Hogbin (I an) 1935) "Trading expeditions in Northern New Guinea" in Oceania vol. V no 4 p. 397.

55 Sahlins (trad. 1976) p. 299 et 301 et Harding (1967) (biblio. p. 10, 11, 123 et 238).

56 Harding (1967) p. 195 à 200.

57 Handing (1967) ; sur les relations des Siassi, avec la côte Madang-Rai, voix Lawrence (P.) (trad. 1974), p. 22 et 23.

58 Handing (1967) p. 191 à 195.

59 Il va de soi que des sociétés "barbares" ou "civilisées" sont susceptibles de s'insérer dam ces circuits d'échanges "primitifs" ; les Crêtois, les Phéniciens puis les Grecs et les Juifs jouèrent sans doute ce rôle vis-à-vis de centaines sociétés "sauvages" de la Méditerranée et de l'Europe antique. En Birmanie et Thaïlande, des sociétés "primitives" comme les Moken (nomades de la mer) ou comme les Meo, Tin, Man ou Khak (vivant dam les forêts de montagne) font vivre des "peuples marchands" comme les Malais poux les Moken, les Chinois pour les autres ; les "sauvages" fournissent ainsi centaines matières premières comme l'étain (dont les Moken trouvent des gisements à teneur élevée dam centaines îles) contre du tabac, du riz, divers produits de "luxe", ivoire, parures d’argent, etc... et surtout de l'opium (Bernatzik (H.A.) (trad. 1955) - Les Esprits des feuilles jaunes (Paris-Plon) p. 21, 22, 123 et 124.

60 Canu (1953) p. 157 à 161 et carte p. 126.

61 Canu (1953) p. 154 et 155.

62 Ce qu’illustrent ces plantations et/ou entretien d'arbres destinés à la "vente" ici pour fabriquer du canoës (communautés d’Umboi dans le Détroit de Vitiaz (Harding (1967) p. 148), là pour produite du tissus végétaux (Eastern Highland de Nouvelle-Guinée (Godelier (1973) ; pour lu mêmes raisons, les Baruya cultivent du plantes à sel comme ailleurs on entretient un nombre très important de cochons.

63 "Travail"/"non-travail", distinction commode ici pour nous, mais qui n'a généralement pas de sens pour ces populations. Si l'activité "productive" des hommes et des femmes est aussi vieille que l'humanité - quelque soit sa forme (chasse, pêche, cueillette, élevage, culture, etc...) et pour certains aspects commune avec la vie animale, le "travail" ut une catégorie historique et récente donc transitoire... Souvent lu activités que nous appelerions "travail" sont désignées par le même terme que la danse, dans d'autres cas la prière ou le chant.

64 Au sens qu’un dictionnaire français donne à cet adjectif et non celui que le contresens ou l'anglicisme d’une traduction de Keynes tend à propager dans la "tribu" des économistes !

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search