Version classiqueVersion mobile

Sauvages et ensauvagés

 | 
Pierre Dockes
, 
Jean-Michel Servet

Ordre sauvage et paléomarchand

Introduction : Le "commerce primitif", évidence sans intérêt ou représentation sans objet ?

Texte intégral

« Les hommes qui payaient durement sur les chemine de la mer extérieure, et s’en vont si loin qu’ils changent de ciel, figurent, pour ceux qui restent des sortes de génies-errants. On les nomme avec un respect durant les longues nuits de veille, pendant que fume en éclairant un peu, l’huile de nono. Si bien qu’au retour, - s’il leur échoit de revenir - les Voyageurs obtiennent sans conteste un double profit : l’hommage de nombreux fétii curieux, et tant d’épouses qu’on peut désirer. Le grand départ, l’ en-allée, surtout hasardeuse, la revenue après un longtemps sans mesure, voilà qui hausse le manant ) l’égal du haeré-po, le porte-idoles au rang de l’arioï septième, et l’arioï à toucher le dieu. Certains atua, non des moindres (mais ceci n’ est point à dire au peuple) n'apparaissent rien d’autre que ces voyageurs premiers, hardis voyageurs d'île en île, trouveurs de terre sans nom qu’ils sacraient d'un nom familier, et conducteurs infaillibles vers des paye qu'on ignore. »

Victor Segalen : Les immémoriaux (reed Paris, 1956, Plon) p.89.

  • 1 Cet article tient pour acquis le caractère pertinent d'une approche évolutionniste ; noua ne constr (...)

1Etudier le "commerce" des sociétés "sauvages" ou "primitives", plus exactement des sociétés sans classes1, peut apparaître à certains comme une évidence sans intérêt, à d'autres comme un espace vide, une représentation sans objet.

  • 2 Nous avons développé ce thème dans Servet J.M., 1977 : Les figures du troc du XVIème au XIXème sièc (...)
  • 3 La triple opposition créée pat l'Ecole Historique Allemande entre économie-nature / économie-argent (...)

2Evidence sans intérêt pour les économistes qui se nourrissent des illusions nées dans la constitution de leur discipline2. Au XVIIIème siècle, Smith, Turgot, Beccaria, etc... inventent le "troc", nécessité théorique de la description du fonctionnement d'une société en l'absence de cet instrument du Prince qu'est la monnaie. Un sauvage a rencontré, par hasard, un autre sauvage ; tous deux étaient porteurs de deux biens propres à satisfaire leurs besoins réciproques : l'un avait faim et détenait une peau de fauve dont il ne savait que faire, l'autre avait froid et possédait les restes d'une pêche qui avait été abondante. De ce premier contact, de cette première "transaction" est né non seulement le "commerce" mais, autre forme, autre sens du "commerce" : le langage ; chacun a désigné par un son particulier et d'un commun accord les objets divers de ses besoins. Puis, de la même façon que la monnaie est inventée pour conserver la propriété (Locke) et faciliter les échanges, les verbes le sont afin d'exprimer la multiplicité du vécu humain. Les économistes qui fabriquent et adhèrent à ce qu'on pourrait par excès, nommer la mythologie économique trouveront vraisemblablement recherche futile la confrontation de leurs croyances - pour eux réalités - aux faits contradictoires, mal assurés des formes sociales "sauvages" : il suffirait par la raison de considérer la "nature humaine" et ses "penchants", ses "besoins essentiels" pour découvrir les premières formes de "commerce" ; en d'autres termes, il suffirait de projeter en tous lieux et tous temps les illusions de la forme bourgeoise de l'individualité. Telle est la nature du "troc", définie négativement par une absence3, mieux par un manque, celui de "la monnaie", échange dit archaïque (premier par l'histoire et par la raison) mais qui n'est en fait que l'ombre de nos propres échanges, leur projection rabougrie.

  • 4 Voir Pearson Harry W. (trad. 1975) : "Un siècle de débat sur le primitivisme économique" in Polanyi (...)
  • 5 "Deux lévriers qui courent le même lièvre ont quelquefois l'air d'agir de concert. Chacun d'eux ren (...)
  • 6 Aujourd'hui, la plupart des anthropologues (auto) désignés comme "marxistes" se limitent encore tro (...)

3Si le "troc" peut apparaître comme simble robinsonnade inutile en soi et destinée à comprendre des réalités "économiques" "plus complexes", la juxtaposition des termes "commerce" et "primitif" peut, pour d'autres théoriciens, faire figure de gageure : ne dira-t-on pas qu'il n'y a d'échanges que de sociétés "développées ? La plupart des archéologues, sociologues, historiens, ethnologues, etc... en particulier britanniques et allemands4 de la seconde moitié du XIXème siècle n'ont-ils pas pensé les sociétés "primitives" comme des espaces essentiellement autarciques ? Formes sociales certes (d'où les réciprocités internes et les illusions concomitantes sur le "communisme primitif" qui rompait avec les illusions sur l'absence de socialité des "sauvages") mais refermées sur elles-mêmes, encore proches de l'animalité qui, les économistes du XVIIIème siècle l'avaient appris en opposition avec les fabliaux populaires, se caractérisent par une absence d'échanges5 ; aux sociétés d'échanges, formes "civilisées", on opposera les communautés fermées6 rendant ainsi compte au plan théorique des limites concrètes de l'accumulation primitive capitaliste : limites périphériques car les peuples non européens résistent passivement ou activement à leur colonisation, limites au centre avec la question paysanne.

  • 7 Conception schématique qui, contrairement à ce que l'on affirme souvent à tant, n’était pas, celle (...)
  • 8 La révélation de l'importance du, échangea en Mélanésie (en particulier pat ceux qui furent contrai (...)
  • 9 Vers 1950-1960, par exemple, lu débats en anthropologie économique avalent pout principal objet ce (...)
  • 10 Mauss (Marcel) (1923-24) "Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïqu (...)
  • 11 La description de la "kula" a sans doute été un "fait polémique" pour toutes les disciplines des sc (...)
  • 12 Par échange, nous désignons toute transmission d'un bien matériel contre un autre bien (contreparti (...)
  • 13 Suzanne de Brunhoff, dans un article récent (reed in De Brunhoff (1979) : Les rapports d’argent (Po (...)

4Aujourd'hui, Robinson et "communisme primitif"7 sont accessoires ou oripaux défraîchis. Les apports des anthropologues récents ou plus anciens comme ceux de Franz Boas (1897) et de Bronislaw Malinowski (1922) ont détruit, pour leurs lecteurs, ces vieilles illusions ; les exemples du "potlatch" des Indiens des Côtes du Nord-Ouest américain, et de la "Kula" des îles Massim de l'Est néo-guinéen8 ont joué le rôle de véritable fait polémique9, quel que soit par ailleurs la critique que l'on puisse apporter aux analyses de leurs "découvreurs" et de la synthèse qu'en a fait Marcel Mauss dans son "Essai sur le don"10 (en situant le "don" aux antipodes du "troc"). Toutefois, la diffusion de ce savoir n'a pas été suffisante et la nécessité n'en a pas été assez forte11 pour que chez les économistes, la conviction que, d'une part les sociétés sans classes pouvaient connaître des échanges12 de biens intenses, et que d'autre part, leur "communisme" devait être interprété comme une hiérarchie de droits collectifs et individuels, ait acquis la ténacité d'un préjugé populaire13.

  • 14 Dans les notes qui illustrent cet article, nous avons emprunté de nombreux exemples à des sociétés (...)
  • 15 Nous employons généralement ici les termes de "commerce primitif" et de sphère "marchande primitive (...)

5Nous devons par conséquent, à partir de cette double réalité et des éléments nouveaux qui la composent, construire une série d'hypothèses permettant simultanément d'interpréter les données existantes (documents archéologiques, ethnologiques, linguistiques, etc...) et de fouiller, dans la mesure de nos moyens, les strates moribondes ou encore vivantes au sein des perversions (néo)-coloniales14, du "commerce primitif"15 (l'humanité n'est-elle pas un laboratoire d'expériences en partie indépendantes les unes des autres que l'on peut, par une méthode comparative, analyser et ordonner ?).

6Rompant avec les spéculations traditionnelles, dans un premier temps, nous exposerons l'importance du "commerce primitif (A- les "sauvages" "commercent") ; ensuite, nous chercherons les mobiles de ces échangés (B - Pourquoi échangent-ils ?) ; pour répondre à cette question, nous mettrons en cause l'explication traditionnelle par le besoin (entendu au sens matériel-vulgaire) et proposerons, comme déterminant de ces échanges, les conditions de reproduction des rapports sociaux. La présentation des formes revêtues par ces "transactions" (Ca) éclairera cette thèse ainsi que les propositions faites pour expliquer la définition des rapports d'échange a priori étranges sinon absurdes que l'on observe (Cb) (C - Comment échangent-ils ?).

7Ces deux interrogations (Pourquoi ? Comment ?), deux temps au centre de cet article reprennent en quelque sorte le sous-titre de l'"Essai sur le don" de Marcel Mauss" : "forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques" en lui donnant une signification nouvelle et mettront, d'une certaine manière, en cause, à la fin de ce voyage dans une littérature surtout anthropologique, la signification et l'unité de la “sphère marchande" ; nouveau problème par conséquent (D - L'unité de la "sphère marchande" en question) qui jettera un regard neuf sur l'évidence des catégories ("commerce", "don", etc...) par lesquelles on saisit ces relations "sauvages").

Notes

1 Cet article tient pour acquis le caractère pertinent d'une approche évolutionniste ; noua ne construisons pua ici une ethnologie prétexte (exemple la société contre l'Etat) où les "sauvages" ne servent qu'à dire ce que nous ne sommes pas. Notre évolutionnisme est fondé non sur la seule transformation des modes de subsistance (présentation traditionnelle du passage (en fait des passages) des sociétés de préhension (chasse et cueillette] aux sociétés pastorales ou agricoles) mais, sur le développement du rapports sociaux de production, et la genèse du rapports de classes puis de l'Etat. Certaines tribu indiennes dont ni l'agriculture ni l'élevage ne constituaient l'essentiel des ressources n'ont-elles pas connu dans une écologie particulièrement favorable du hiérarchies infiniment plus, complexes et structurées que certains groupes horticoles de Mélanésie. Aussi désignons-nous ici pan sociétés "sauvages" des sociétés sans classes. Les classes apparaissent sans doute toujours comme ayant eu pour unités des groupes "familiaux" (imaginaires ou réels] différents. Nous n’appelons pu société de classes, une formation où seuls les femmes et les cadets seraient "exploités" par les hommes et lu aines (dans la mesure où tous "travaillent" (plus ou moins)).
Les sociétés "barbare" tant celles à exploitation d'un (de) groupe(s) "familiaux" par d'autre, et où centaine, groupe ne participent plus directement matériellement à la production des conditions d'existence de tous, en d'autres termes où l'on peut opposer du "travailleurs" à du "non travailleurs". Les sociétés "policées" ou plutôt "civilisées" sont ici lu formations avec institutions étatiques. Dans la transition du sociétés "sauvages" aux sociétés "barbares", le monopole par certains groupe "familiaux" de l'exécution de certains rituels conçu corme nécessaires à la reproduction du êtres et du choses, leur spécialisation exclusive dans ce qui apparaît corme du activités aussi, voire plus, indispensables que celles dites aujourd'hui "travail", a sans doute joué un rôle central et a permis le consentement au développement de ces rapports d'"exploitation" dont la naissance nécessitera / permettra l'apparition de l'Etat.
Nous n'abandonnons pu le terme "primitif" (synonyme ici de "sauvage") ; l’expression "art primitif" n’a-t-elle pu acquis aujourd’hui un statut respecté ?

2 Nous avons développé ce thème dans Servet J.M., 1977 : Les figures du troc du XVIème au XIXème siècle (lecture de textes "économiques"), Cahier A.E.H. no 12 (Institut des Etudes Economiques, Université Lyon II, 199 p., et Servet, 1979 : "Le Prince masqué (formation de l'économie politique et occultation du politique : l'exemple de l'argent)" in Procès (Cahiers d'analyse politique et juridique) no 4 (Centre d’Epistémologie Juridique et politique de l'Université Lyon II), p. 153) 184. Dans son Introduction à ses "Recherches sur les échanges rituels en Afrique du Nord" (in Année Sociologique (tome II, 1924-1925) fascicule 1, page 12 SL 20), René Maunier a développé une critique du "troc" qui a malheureusement été éclipsée par l'"Essai sur le Von" de Mancel Mauss.

3 La triple opposition créée pat l'Ecole Historique Allemande entre économie-nature / économie-argent / économie-crédit n'est, elle aussi, qu'une distinction bâtie à partir de l'absence ou de la présence d’une forme monétaire plus ou moins développée.

4 Voir Pearson Harry W. (trad. 1975) : "Un siècle de débat sur le primitivisme économique" in Polanyi et Arensberg : Les systèmes économiques dans l'histoire et dam la théorie (Paris, Larousse, 348 p.), p. 43 et 49. Meillassoux (Claude), 1975 (Femmes, Greniers et Capitaux (Paris, Maspero, 251 p.) p. 16 et 17) et dam ion article "Echange" in Encyclopedia Universalis, cite les exemples de Rodbertus, F. Tönnies, Karl Bücher, Henry Sumner Maine, Lewis Morgan, poli au début du XXème siècle Max Weber. Aujound'hui, on trouve encore des affirmations de même nature, pan. exemple, Douglas et Forde (1956) cités pan Meunier (Roger) (1976) "Formes de circulation" in L'Anthropologie Economique (Paris, Maspero) p. 122. Ce dernier article fournit une base bibliographique intéressante quoiqu'incomplète sur les "échanges primitifs" pour les textes parus de 1950 à 1975.

5 "Deux lévriers qui courent le même lièvre ont quelquefois l'air d'agir de concert. Chacun d'eux renvoit le gibier vers son compagnon ou bien tâche de le saisir au passage quand il le lui renvoit. Ce n’est toutefois V effet d'aucune convention entre ces animaux, mais seulement du concours accidentel de leurs passions vers un même objet : (...). On n'a jamais vu de chien faire, de propos délibéré, l'échange d'un os avec un autre chien". Smith (Adam) (1776, trad. 1859) An Inquiry into the nature and causes of the wealth of Nations (trad Paris, T. I, p. 104).

6 Aujourd'hui, la plupart des anthropologues (auto) désignés comme "marxistes" se limitent encore trop souvent à l’analyse des rapports "internes" aux "communautés primitives" en postulant leur caractère déterminant ; ce dernier ne peut pas justifier une telle limite. La critique d'Engels (An Anti-Dühring, 1877) "L'économie politique en tant que science des conditions et des formes dans lesquelles les diverses sociétés (B) ont produit et échangé (B) et dans lesquelles en conséquence les produits se sont chaque fois répartis - l'économie politique avec cette extension reste pourtant à créer", garde toute sa pertinence !

7 Conception schématique qui, contrairement à ce que l'on affirme souvent à tant, n’était pas, celle de Karl Marx (Godelier Maurice) (1973), Préface à sur les sociétés précapitalistes (Paris, Ed. Sociales), p. 57).

8 La révélation de l'importance du, échangea en Mélanésie (en particulier pat ceux qui furent contraints à des séjours prolongés durant la. guette de 1914 à 1918 !) a joué peut-être un rôle aussi important dans le discours contemporain sur les "sociétés primitives" que la découverte du continent américain sur l'opposition "bon" / "mauvais" "sauvage" dans le passé.

9 Vers 1950-1960, par exemple, lu débats en anthropologie économique avalent pout principal objet ce qui apparaissait corme le plus aberrant aux formalistes car le plus inintégrable à la logique néoclassique : lu phénomènes de circulation de biens ou plus exactement certains d'entre eux seulement comme cette kula ou ce potlatch. Toutefois l'interprétation de ce dernier était surtout faite à partir de celle de Boas et de certains commentaires de Mauss, en d'autre termes avec en arrière-plan lu Idées de "marché", de "crédit", d'" intérêt" et pour modèle le fonctionnement de la spéculation boursière à Wall Street vers la fin du XIXème siècle (Meillassoux [Claude) (1977) "Introduction", Terrains et théories [Paris, Anthropos, p. 19 et 18).

10 Mauss (Marcel) (1923-24) "Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques" in Année Sociologique, 2ème série, reed in recueil de textes de Mauss (1968) Sociologie et Anthropologie (Paris-PUF), p. 143 à 279.

11 La description de la "kula" a sans doute été un "fait polémique" pour toutes les disciplines des sciences humaines, l'économie politique exceptée et cela à l'inverse de ce que pensait son découvreur" qui voulait par cet exemple mettre en cause l'économisme dominant : "J'ignore ce qu'apportera la connaissance de la Kula dans le domaine de l’ethnologie et dans celui, plus large, de la science de la culture, mais j'espère qu'elle servira au moins à dissiper ces illusions grossières et rationalistes sur les peuples primitifs et qu'elle décidera les savants à étudier de plus pals les faits économiques, autant par l'observation que par la spéculation. En effet, grâce à la Kula, nous nous rendons compte que toutes nos thèses sur les notions de valeur, de commence et de propriété chez primitifs ainsi que nos termes courants, mais impropres, de "monnaie" ou de "moyen de paiement" appliqués à tous les objets de prix, sont à. à reprendre à. la lumière des nouvelles données que nous fournit cette institution" (Malinowski (Bronislaw) (1922 trad. 1963). Les Argonautes du Pacifique Occidental (Paris, Gallimard, 606 p.) p. 587 et 588).

12 Par échange, nous désignons toute transmission d'un bien matériel contre un autre bien (contrepartie immédiate ou différée) ; ce terme revêt ici un sens beaucoup plus lange que celui que lui a donné Claude Meillassoux par exemple ; cette opération se distingue du partage. Echange "marchand" et "commence" seront ici synonymes.

13 Suzanne de Brunhoff, dans un article récent (reed in De Brunhoff (1979) : Les rapports d’argent (Pools, PUG Maspero)) pose le problème du troc (plus particulièrement p. 105 et 106). Si je suis en total accord avec l’Issue de son analyse - "la notion de troc est privée de signification" -, les voles qui me conduisent à une critique de la représentation que l’économie politique a donnée aux échanges "primitifs" sont différentes. S. de Brunhoff établit un lien entre "troc" et "autonomie des rapports économiques" ; il y aurait contradiction entre les deux : dans la mesure où le "troc" ne peut fonctionner que dans des sociétés où les "rapports économiques ne sont pas autonomes d'autres rapports sociaux et que dans ces formations, l'"économie" n’apparaît pas en tant que telle, il ne peut pas, conclut-elle, exister d’"économie de troc". (Il semble ici que, comme Marx, S. de Brunhoff ne remet pas tant en cause le "troc" lui-même que l'"économie de troc", refusant le second en admettant la réalité du premier).
Pourquoi (clef de sa critique de l'"économie de troc") écrit-elle qu’il n'est "d’économie que de la marchandise" ? Il n’est, bien entendu, d'"économie politique" que de la marchandise, mais là n'est pas l’objet de son propos. Il s’agit de l’"économie" comme dimension du social. Celle-ci ne. peut : pas être une donnée empirique (ce que croient malheureusement de nombreux anthropologues), elle est une instance fonctionnelle du social ; dans les formations pré/non capitalistes divers rapports sociaux [parenté, religion par exemple) peuvent fonctionner corme rapporta de production (d'où, le problème du lieu de l'économique en d'autres termes celui des rapports permettant l'accès aux produits, aux moyens de production, etc...] à définir pour chaque formation sociale, d'où la pertinence d'une anthropologie réfléchissant sur ces lieux. Toutefois, cette non "autonomie" des rapporta de production d'autres rapports sociaux n'interdit pas que, dam de nombreuses formations sans classes [où, par exemple, les rapporta de parenté "dominent"] la "sphère marchande" joue un rôle fondamental dam la re-production des rapporta sociaux. Ce n'est que quand le "mode de production capitaliste" l'emporte que les rapports de production qui le définissent vont apparaître comme de simples relations "marchandes". Mais le problème du développement de la "forme argent" est [si elle trouve dam le cadre du "mode de production capitaliste" son plein épanouissement) bien antérieur. L’"économie de la vente et de la monnaie" ne fonctionne-telle pas elle-même "au sein de sociétés où elle n'apparaît pas comme "économie" (formations non/pré-capitalistes qui connaissent également des formes monétaires) ?

14 Dans les notes qui illustrent cet article, nous avons emprunté de nombreux exemples à des sociétés sorties de la "sauvagerie". Vous avons choisi ces faits "barbares" ou "civilisés" parce qu'ils nous paraissent archaïsme ou prolongement et développement des faits observés dans les sociétés "sauvages".

15 Nous employons généralement ici les termes de "commerce primitif" et de sphère "marchande primitive" plutôt que celui de "marché primitif", à cause du contresens que cette expression est susceptible d'engendrer chez certains lecteurs : la confusion entre le concept économique, de "marché" comme principe d'une interaction d’"offres" et de "demandes" d’une part et l'institution de la "place de marché" comme lieu d’échanges périodiques d'autre part. Historiquement, ces deux éléments ne coïncident pas, l’un peut fonctionner sans l’autre ; de même qu’ils peuvent être tous les deux absents. Nous justifierons dam la dernière partie de cet article l’emploi d’un terme nouveau : paléomarchand.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search