Version classiqueVersion mobile

Sauvages et ensauvagés

 | 
Pierre Dockes
, 
Jean-Michel Servet

Sauvages et ensauvagés, deux points de vue d'économistes

Pierre Dockes et Jean-Michel Servet

Texte intégral

1La sauvagerie, thème coloré, enrichi par les récits de voyageons et du marchands européens, sut pour une partie de l'économie politique du XVIIIème siècle une critique de l'ordre existant (le "bon sauvage") et une représentation de l'enfance de sociétés en progrès (sauvagerie, mode dz subsistance caractérisé par la cueillette, la pêche et la chasse). Puis, la légence fut récupérée et graduellement disparut, en même temps, que l’histoire, du champ du savoir économique. Elle avait été un exotisme ambivalent constitué de négations savantes : vol ou communauté comme négation de la propriété privée ; paresse ou temps libre comme négation du travail ; médiocrité de chacun ou égalité de tous corme négation du classes; promiscuités ou liberté sexuelle du sauvage nu comme négation du patriarcat, etc... Une sauvagerie perçue corme négation de l'ordre du maîtres et du bien-pensants ou désir de le détruire ? Lu sauvages et ensauvagés ne sont-ils pas aussi l'espoir d'une liberté entretenue et d'une libération à venir ?

2Qui est dit sauvage par son contraire le civilisé ? La sauvagerie est l'extérieur de son espace d'ordre, ordre social en général, avec ses institutions étatiques, ordre idéologique avec son panthéon officiel, ordre des pratiques quotidiennes, ordre du corps (nudité, odeurs, bruits etc...). Chaque société, fut-elle sauvage par son absence d’Etat et de classe, désigne ses propres sauvages : ceux qui ne parlent pas la même langue, ceux qui mangent lu produits interdits, ceux qui transgressent les tabu sexuels, etc..., ceux dont on doute qu'ils soient des hommes. Pour les Romains et leurs acculturés, l’espace d’ordre, c'est la Cité, au-delà ce sont su campagnes " civilisées" c’est-à-dire asservies, intégrées dans le système de la villa ou seulement ordonnées, productrices ; lu lieux sauvages commencent aux franges du rustique, le pénètrent et lui sont nécessaires ; pourtant, le sauvage est d’abord pour l'habitant des villes, pour les maîtres et leurs nombreux dépendants du villae, un homme du bois. Resterait à préciser comment est vécue alors la forêt par ceux qui se pensent et se disent civilisés. N'est-ce pas l’espace terrifiant du des-ordre et par conséquent d’une liberté supposée inimitée, d'une égalité dite absolue ; lieux pervers phantasmes sans politesse, sans civilité, sans politique, sans maîtres, etc... Il faudrait également faire l'histoire de la forêt imaginaire et réelle dans ce temps médiéval où elle restera refuge pour les paysans révoltés, pour les hérétiques et les ermites (souvent les mêmes), lieu d'égalité radicale, de liberté absolue, terreur du maîtres (ne rend-elle pas fous les Rois qui s'y pendent ?) mais aussi lieux de plaisirs nobles, mâles. Animal domestique toujours susceptible de s'ensauvager, le rustre est vu corme un sauvage au moins potentiel pan su maîtres ; l’homme du bois, sans doute le brigand, comme un sauvage pan lu paysans. Au XVIIIème siècle, la civilisation et l’Etat ont repoussé leurs frontières ; le Riche cannibale européen a dévoré ceux, que d'autres civilisations chinoises, indiennes, africaines ou amérindiennes longtemps tolérèrent ; le sauvage a. disparu depuis, longtemps de l'Europe, sauf dans quelques, Cours où les, puissants étalent un luxe exotique ; sa présence est d'abord imaginaire et livresque ; le sauvage est soit d'un autre temps soit d'une autre race et d’un aulne continent. Il n'en pend pas ses caractéristiques qui le constituent corme sauvage ; autant de négations de l'ordre établi, de représentations d'une anti-civilisation. En cela, au coeur même de l'Europe, des êtres sans feu ni lieu ne vont-ils pas aussi hanter la civilisation et y figurer la sauvagerie, cet extrême danger ? N'en sera-t-il pas de même plus tond au XIXème siècle, dans la "Jungle des villes" avec le " ne poussant" lumpen proletariat, voire avec le prolétariat tout entier gros de l'ensemble des marginaux ? Aussi, il ne faut pas s’étonner si ces valeurs dangereuses pour les classes dominantes s'inversent en vertus révolutionnaires ; d'où d'ailleurs la "violence", "crime sauvage", devenue rédemptrice des mouvements révolutionnaires. La rupture avec un ordre dominant suppose, en un sens, un certain ensauvagement compris spatial, la rue contre l'usine, la campagne contre la ville, le "Sud" contre le " Nord" ; comme autrefois et naguère la forêt et le maquis ont été des lieux privilégiés pan les révoltés, lieux d’une utopie sauvage prétendue radicalement égalisatrice.

3Mais au-delà de l'ensauvagement pour détruire l’ordre ancien, les hommes ne retrouvaient-ils pas un nouvel ordre ? Car toute sauvagerie n’est pas absence d’ordre. Vans ses formes les plus simples, les hommes ne dominent-ils pas souvent les femmes, les aînés les cadets, voire certains groupes d’autres plus "faibles" ?

4La sauvagerie sera dans cet ouvrage restituée, non dans sa dimension de strate archéologique d’une discipline-économie politique, mais comme question historique :

  • d’une part avec le paléomarchand par l’analyse des formes et raisons du commerce " primitif" et des conditions théoriques et réelles de son articulation au marché mondial,

  • et d'autre part à propos des luttes des maîtres et de leurs servi dans la spécificité qu'elles prirent à la fin de l’Empire Romain d'Occident, bagaudes de ceux devenus ensauvagés aux yeux des dominants.

5Ces deux études, volontairement très ponctuelles, seront sans doute ultérieurement poursuivies, dans cette collection, par d’autres qui approfondiront la compréhension de la sauvagerie et de l'ensauvagement.

6Les questions énoncées ici ne sont pas un exotisme gratuit ; au-delà de la connaissance d’ordres et de des-ordres différents, nous ne cherchons pas l'alibi d'un ailleurs potentiel ou impossible mais voudrions construire une économie de la servitude volontaire et des-ruptures de consentement, en d'autres termes celle du consensus social et de ses limites.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search