Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Instrument périodique

 | 
Claude Labrosse
, 
Pierre Rétat

Forme et discours d’un journal révolutionnaire

Les Révolutions de Paris en 1789

Pierre Rétat

Texte intégral

  • 1 Voir E.Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. VI, p. 317-364. Nous n’a (...)
  • 2 Comme le fait J.Censer dans Prelude to power : the Parisian radical press, 1789-1791, The John Hop (...)

1Cette étude n’a pas pour dessein de retracer l’histoire complète des Révolutions de Paris qui s’est poursuivie jusqu’en 17941. Elle s’inscrit dans une enquête en cours sur les journaux de 1789. La coupe brève, qui isole arbitrairement quelques mois, permet du moins d’examiner attentivement les conditions dans lesquelles un des journaux les plus connus et les plus représentatifs de l’époque a pris naissance, a organisé sa périodicité, ses rubriques, son discours dans les premiers mois de son existence. Nous ne chercherons donc pas d’abord à en définir l’identité et à en situer la place par référence à une position politique et idéologique2, même si cette référence essentielle est parfois en vue ; nous voudrions plutôt la faire apparaître à travers le langage et la rhétorique du journal, la saisir dans la forme du texte et dans une pratique de l’écriture journalistique. La faveur dont les Révolutions de Paris ont joui immédiatement auprès de l’opinion publique, et qu’attestent les rééditions et tant de témoignages, est sans doute due à la vigueur de leur engagement révolutionnaire, mais aussi à la manière dont leurs auteurs ont conçu la prise de parole, l’acte du journaliste au contact de l’événement, l’inscription de sa présence dans la création du texte. Les « idées politiques » et l’énergie du discours ne sont pas séparables : encore faut-il prendre au sérieux cette proposition évidente, et, en se situant du côté du discours, inverser une tendance jusqu’ici prépondérante.

2Il nous a semblé qu’en traitant, outre les Révolutions de Prudhomme, la famille des titres qui en est issue et qui en est concurrente, les phénomènes identiques ou variants permettraient d’en mieux mesurer l’originalité et d’en préciser les caractères. Notre corpus comprend donc les Révolutions de Paris de Tournon (No XVI-XXV, 24 oct. 1789 - 2 janv. 1790), le Supplément aux Révolutions de Paris devenu très vite Révolutions nationales (22 août - 12 déc. 1789), enfin les Révolutions de Versailles et de Paris (3 octobre - 7 nov. 1789). Tous ces journaux sortent du même tronc, ont imité une formule, une méthode, un ton : preuve manifeste de la vitalité et du succès de l’entreprise primitive, qui leur a d’ailleurs survécu. Nous avons exclu les Révolutions de France et de Brabant, dont la conception est nettement différente. Dans son prospectus, C.Desmoulins explique que, tous les titres étant pris, « au risque d’avoir un procès, (il s’est) déterminé à voler à M. Tournon son titre de révolutions » (p. 2). Cette reconnaissance de dette ne peut aller au-delà.

3Le corpus ainsi limité donne également lieu à un examen attentif du texte imprimé. Il s’impose pour le journal de Prudhomme, dont les bibliothèques conservent de nombreuses collections, de compositions très diverses. Une bibliographie un peu exacte se révèle ici extrêmement épineuse, surtout en ce qui concerne les premiers numéros. Nous avons donc tenté d’en donner une esquisse, en collationnant plusieurs exemplaires, à la Bibliothèque Nationale, à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, et dans quelques autres fonds. Ce travail, qui reste ici partiel, n’en apporte pas moins des renseignements utiles, surtout sur les débuts du journal. Les résultats en sont consignés dans un appendice.

4Les références aux Révolutions de Prudhomme ne mentionneront que le numéro et la page. Pour les autres collections, dont la description prendra place en appendice, nous adoptons les sigles suivants :

5RPT : Révolutions de Paris de Tournon

6RN : Révolutions nationales

7RV : Révolutions de Versailles.

1 - Économie du journal, économie du temps

  • 3 BN Lb39 2049, in-8, 40 p. Le récit n’y est pas divisé en journées. Autres brochures du même genre  (...)

8Le premier numéro des Révolutions paraît le 18 juillet, mais rien ne les destinait à devenir un périodique. Les premières éditions, signées de Prudhomme et de Tournon, ne portent aucune numérotation. Ce n’était qu’un récit journalier des événements, au terme d’une « semaine mémorable », parmi d’autres qui nous sont parvenus sous des titres très proches, par exemple les Révolutions de Paris, ou récit exact de ce qui s’est passé dans la capitale, et particulièrement de la prise de la Bastille, depuis le 11 juillet 1789 jusqu’au 23 du même mois, par M.D...C..., dédié au district du petit Saint-Antoine3. On remarquera la dédicace, analogue à celle de Prudhomme : « Dédié à la nation, et au district des Petits-Augustins »

9Sur la naissance du journal à partir de l’occasionnel, nous possédons le témoignage capital de Tournon. Dans la polémique qui l’oppose à Prudhomme, après sa sécession en octobre, il rappelle comment l’association s’était formée. Cellot jeune, imprimeur, « vient de certifier que le jour de la prise de la Bastille, il avait imprimé le premier et le second récits, formant les détails de ce qui s’étoit passé le dimanche et le lundi ; récits composés par moi ; le sieur Prudhomme n’a fait que les réimprimer mot à mot trois jours après. » Tournon revendique donc la paternité du premier cahier et « l’invention » de l’ouvrage : « car toute l’invention et le plan des Révolutions de Paris se réduisent à faire les détails de chaque journée, et à les unir l’un à l’autre pour en faire un cahier. » Il s’entendit avec Prudhomme le 16 juillet pour compléter les journées déjà imprimées. Mais il avoue que c’est Prudhomme qui eut l’« idée » de rendre l’ouvrage « périodique » (RPT, XVII, 10-14). La réalisation de cette idée produit sa première trace dans la cinquième édition du N.1 : « Tous les lundis on donnera des détails exacts de ce qui sera arrivé d’une semaine à l’autre. »

  • 4 Lb39 7368, in-8, 4 p. L’auteur des Révolutions de Paris citées plus haut (Lb39 2049), de Courtive, (...)

10L’entrepreneur spéculait ainsi, et très heureusement, sur l’alliance d’un titre-programme, d’une chronique continue, et de la projection indéfinie dans le temps du choc révolutionnaire. La cellule initiale est le récit : de ceux que Tournon dit avoir publiés à part, la Bibliothèque Nationale ne conserve que le premier, Récit de ce qui s’est passé à Paris, le 12 juillet, dont le texte est effectivement conforme au début du N.I des Révolutions, dans les premières éditions4. Par la rencontre de l’auteur et du libraire, la cellule engendre le journal. Mais ce n’est pas un hasard si l’« époque » de juillet crée ainsi l’organe de son prolongement dynamique et de sa reproduction. La naissance du journal coïncide avec celle d’une ère nouvelle ; sa vocation est de la mesurer et de la scander.

  • 5 Voir Martin et Walter, Catalogue de l’histoire de la Révolution française, Anonymes, t. IV, vol.2, (...)

11L’agrégation du temps est d’abord hebdomadaire, et le restera jusqu’au bout. Chaque numéro de ce que les rédacteurs appellent « nos révolutions hebdomadaires » (V,46) présente les « détails » du lundi au samedi, puis, à partir du No VII, du samedi au vendredi suivant, avec une remarquable permanence dans la présentation et le volume d’ensemble. L’inter-titre « Détails du... », qui découpe la chronique, et qui est caractéristique de l’occasionnel, trahit encore l’origine du journal5.

12Des rubriques apparaissent en cours de route : Assemblée nationale (à partir du No V, à la demande des lecteurs), Nouvelles de province (à partir du No VI), Paragraphes extraits des papiers anglais (à partir du No IX), Papiers de la Bastille (de présence variable). Des lettres de lecteurs sont insérées, de plus en plus nombreuses à partir d’octobre. Prudhomme, « citoyen patriote », offre d’imprimer à la suite de chaque numéro « les motions et délibérations des districts » (V,14) ; l’idée était sans doute de Tournon, car il y tient beaucoup dans ses propres Révolutions et en fait une rubrique fixe.

13Une modification importante intervient à partir du No XIII (12 octobre). « Le public verra sans doute avec satisfaction, que je prends une nouvelle marche pour mettre plus d’ensemble dans l’ouvrage, plus de diversité dans les matières, et plus d’uniformité dans le style » (Avis de l’éditeur, p. 1). Le journal porte encore en tête « Détails du... au... », mais la division journalière est remplacée par des titres qui désignent les grands moments de l’action, par exemple pour les journées d’octobre, où cette formule est mise en pratique pour la première fois, ou pour des sujets d’actualité qui donnent lieu à des développements structurés. Il se peut que ce changement dans l’économie de la livraison corresponde à la relève définitive de Tournon par Loustallot ; elle précède de peu le départ du premier. Mais elle répond aussi à une nouvelle gestion du temps : la chronique risque de se dissoudre dans le fait divers ; une reprise du sens s’impose, une affirmation théorique des principes de la Révolution, une réflexion plus approfondie au moment où l’Assemblée Nationale vient de voter la loi martiale, élabore les lois sur les municipalités et sur les conditions d’éligibilité. Le journal devient ainsi, plus nettement qu’avant et dans sa formule même, un organe d’opinion politique. Du même coup apparaît une rubrique « Faits remarquables » à partir du N.XVI, destinée à rassembler les événements non classés. Les entreprises adjacentes et concurrentes restent au contraire fidèles au schéma initial du « détail » journalier, même s’il n’exclut pas, comme nous le verrons, une forme de discours qui tend à l’article.

  • 6 C’est un caractère essentiel de beaucoup de journaux fondés au début de la Révolution, qui demande (...)

14La reproduction hebdomadaire crée d’abord une simple cumulation. Les couvertures, préservées dans de rares exemplaires, rappellent à mesure la série des livraisons précédentes, depuis le « No I, qui contient l’événement du 12 juillet, époque à jamais mémorable, jusqu’au 17 » (voir l’illustration). Les unités périodiques supérieures ne se construisent que peu à peu. Par une heureuse providence de l’histoire, le No XIII et dernier du premier trimestre, relatant les journées d’octobre, correspond à une seconde « époque » de la Révolution, qui va de pair dans le texte, nous l’avons vu, avec une réorganisation de la présentation interne et une innovation discursive. L’« événement » de juillet constitue donc l’origine d’un comput historique auquel le journal identifie sa répartition dans le temps. Par là, comme à bien d’autres égards, il s’oppose à la presse institutionnelle déjà établie : né de la Révolution, il croît avec elle et en gère le développement6. Cette mise en place des systèmes chronologiques supérieurs s’est opérée définitivement au début de 1790 : le trimestre devient un volume, avec sa couverture, sa table des matières, les indications au relieur pour placer les gravures, et la mention : « Première année », « Premier », « Deuxième trimestre ». A partir du No 25, le titre de chaque numéro se réfère au nouveau calendrier : « Première année de la liberté française ».

15A partir du No X (20 sept., p. 48), Prudhomme promet, « d’après l’invitation de plusieurs citoyens », une « introduction aux Révolutions qui contient un tableau historique et politique de tout ce qui s’est passé en France depuis la première assemblée des notables, et qui démontre les causes politiques de l’étonnante révolution qui vient de s’opérer ». Elle est, dit-il, sous presse et parviendra gratis aux abonnés. Il s’excuse ensuite souvent des retards de la réalisation, et le texte ne paraîtra qu’au début de 1790. Le second titre ajoute : « ou clef de la Révolution de 1789 ». Elle est conçue comme une « histoire complète » du « despotisme » (p. 2) ; à cette antériorité atroce et immémoriale s’oppose la révolution nécessaire « qui ne pouvait être qu’une sévère vengeance, ou la pacifique opération de la philosophie » (p. 12).

  • 7 Tournon a publié en 1790 sa propre introduction aux Révolutions : voir Tourneux, Bibliographie de (...)

16Le journal est donc l’histoire d’un temps neuf, inaugurée par une coupure absolue. Il doit récupérer, pour expliquer un surgissement, ce qui précède la coupure, et en particulier ce qu’on a appelé plus tard la « pré-Révolution ». Ce processus de retour à l’origine se remarque, sous des formes diverses, dans d’autres cas, dont le plus connu est celui du Moniteur. S’identifiant à un nouvel ordre du temps, le journal révolutionnaire restitue, dans un discours récurrent, les conditions du drame initiateur et de sa propre apparition7.

17Ce travail sur le temps s’est effectué progressivement dans le système du journal. Né de l’accident, il s’en autorise comme d’une origine absolue. La Construction de sa périodicité coïncide avec celle d’un calendrier de la Révolution. Il devient lui-même une des figures symboliques de la « rénovation ».

2 - La chronique : un journalisme du présent et de la représentation

18Le noyau primitif des Révolutions, leur « plan », selon l’expression de Tournon, c’est le « détail » des journées (RPT, XVII, 14). Cette chronique se veut à la fois vivante et sensible aux mouvements de l’opinion publique. La mission « d’écrire les révolutions de la capitale (...) ne se borne point à faire un récit aride de quelques faits dont les circonstances sont souvent dénaturées », elle commande aussi de « saisir les diverses nuances que prend chaque jour l’esprit public, selon les objets qui excitent un intérêt général » (IV, 1).

19Le journal poursuit donc deux objectifs concomitants : écrire l’« histoire » d’une « époque » (VIII,3) en recueillir les « monuments remarquables » et les « matériaux » (RPT, XVIII,9), et enregistrer toutes les impulsions du présent. La nouveauté de la Révolution exige une perception aiguë des moindres signes, le réglage de l’organe sur la finesse de l’émission. « Dans une révolution qui fait passer un peuple de l’esclavage à la liberté, les petits détails sont aussi intéressants pour nous que précieux pour la postérité » (RN,XIX,387). L’apologie de l’histoire journalière répond à la poussée journalière de l’événement et de l’opinion, à l’irruption de l’altérité, au prodige permanent :

20« Tout ce qui s’est passé depuis le premier mai, tient tellement du prodige, qu’il n’est personne qui ne croye vivre dans l’enchantement. Où sera le terme de nos surprises ? C’est ce que nous ignorons » (RN, 2, p. 34).

  • 8 Selon un abonné, dont la lettre est insérée, « ce public ne saurait se passer d’une feuille qui pa (...)

21La formule hebdomadaire paraît aux journalistes des Révolutions présenter à la fois l’avantage de cette sensibilité à l’actualité, et d’une relative distance, d’une vérification des faits et d’une saisie du sens. Ils la vantent par opposition aux « feuilles journalières » qui manquent parfois de circonspection, et déplorent « la fureur du public pour les nouvelles, et la prétention de les lire le premier » (IV, 43)8.

  • 9 De Courtive, dans ses Révolutions de Paris (Lb39 2049) en fait au contraire un emploi abusif et mé (...)

22Lancées par les journées de juillet, les Révolutions en sont d’abord un récit vivant, vibrant, encore chaud du mouvement et de l’énergie de l’action. « Ce matin 13, à neuf heures, on sonne le tocsin pour rassembler la bourgeoisie. Les citoyens de tout rang, de tout âge, pouvant porter les armes, se présentent dans leurs districts » (I,5). Le présent, constamment mêlé au passé, et régissant parfois de longues séquences, vise à simuler et à signifier la transcription instantanée. Le journaliste crée ainsi la fiction de sa présence à l’événement, et de l’adhérence du texte à l’occasion qui le fait naître, au surgissement renouvelé et inattendu de la spontanéité révolutionnaire. Ce mode d’écriture n’est pas systématiquement employé dans le journal9, mais il domine les premiers numéros, et Tournon l’emploie très largement dans son propre journal. La mention du moment de la journée, accompagnée souvent du présentatif, en est un trait constant : « ce matin », « dans ce moment », « vers les cinq heures du soir » (VII, 1 12-15), « aujourd'hui il est très difficile de se procurer du pain » (X,16) ; « Plusieurs maîtres boulangers nous apportent en ce moment une requête » (XI,27) ; « Ce soir, nouvelles alarmes à l’hôtel de ville, on fait afficher... » (RPT, XVI, 10) ; « Ce soir, plusieurs districts ont fait battre la caisse, des citoyens armés entourent la halle aux bleds, et remplissent la rue de Viarmes » (RPT, XVII,7). Dans les derniers numéros de 1789 des Révolutions de Prudhomme, après le départ de Tournon, le procédé tend à disparaître, sauf en de rares occurrences : « Nous apprenons, dans ce moment, ce qui se passe à l’Assemblée nationale » (XXI,24) ; « On m’apporte, dans ce moment, dix nouveaux pamphlets » (XXII,21). Le journaliste est ici en train d’écrire, l’événement se déplace : c’est une décision révoltante de l’Assemblée nationale, ou la publication de pamphlets contre-révolutionnaires.

23Cette valeur présentative du temps verbal est un trait remarquable et original des Révolutions. Le rédacteur, historien du court terme, feint de vivre au jour le jour, et dans l’instant, et, comme nous le verrons, c’est cette immédiateté qui lui permet d’être aussi la conscience de l’événement, l’interprète et l’incitateur de la foule. Mais, très souvent, il n’est que l’historien, dont le temps est le passé ; encore faut-il ici distinguer le passé composé et le passé simple, dont la signification est très différente, et le journaliste préfère généralement le premier, temps de la relation orale et en situation, au second, temps canonique du récit sans énonciateur. Le présent remplit alors, en particulier par rapport à ce dernier, la fonction de présent « historique », comme dans tout récit rétrospectif. Celui des journées d’octobre, par exemple, est traité comme un drame dont l’issue est annoncée dès le début de la livraison (XIII,2) ; un retour en arrière en expose les « préliminaires » ; les titres en soulignent les grandes articulations : « Mouvement du peuple et départ de la garde nationale pour Versailles », « Expédition de Versailles »... Le présent permet de simuler encore une participation, mais il est surtout un indicateur de rapidité.

24La présence du journaliste peut être également locale : il se dit explicitement sur le lieu de l’action ; il va voir, il voit, il s’assure des faits. Le bruit s’est répandu que quinze mille hommes se sont rassemblés à Montmartre, prêts à tous les excès : « Nous nous y sommes transportés sur le champ, et nous n’avons trouvé que de pauvres gens occupés, qui remuoient docilement de la terre pour obtenir du pain (...). Pendant que nous étions sur les hautes buttes de Montmartre, que nous examinions les plates-formes disposées précédemment pour d’horribles complots, qui ne furent point imaginés par des victimes de la misère... » (VI, 16-17). Lorsqu’on détruit les cachots de la maison de Saint-Lazare, « cet asile du despotisme », le journaliste évoque le sort fait aux prisonniers : « Oui, nous avons vu les plafonds qui leur servoient de couche, percés et rongés de pourriture » (X,14). Le 6 octobre, le roi arrive à Paris, au milieu du « transport » des Français : « Les mains, les chapeaux étoient en l’air ; les applaudissemens, les cris, l’enthousiasme, le délire, nous avons tout vu, tout senti profondément » (XIII,23). Il serait abusif de parler, à propos de ces textes, de « reportages » : ils en offrent cependant une première ébauche.

25Le foyer de la vision est, dans la plupart des cas, impersonnel et indéterminé. L’événement se donne comme un spectacle complet, un « tableau » qui vise à restituer la perception des détails, des acteurs, de l’atmosphère. Les Révolutions présentent une extraordinaire série de scènes où les grands moments sont évoqués dans leur énergie, leurs effets de masse, leur allégresse ou leur horreur. Les vainqueurs sortent de la Bastille le 14 juillet : « Cependant on forme la marche, on sort au milieu d’une foule énorme ; les applaudissemens, l’excès de la joie, les insultes, les imprécations lancées contre les perfides prisonniers de guerre, tout étoit confondu ; des cris de vengeance et de plaisir partoient de tous les coeurs ; les vainqueurs glorieux et comblés d’honneurs portant les armes et les dépouilles des vaincus, les drapeaux de la victoire, la milice mêlée parmi les soldats de la patrie, les lauriers qui leur étoient offerts de toutes parts, tout offroit un spectacle terrible et superbe » (I,18-19). C’est l’arrivée du roi à Paris, le 17 (et nous n’en choisissons qu’un court passage) : « Les rangs n’existoient plus, tous étoient égaux ! Mais ce sexe affable et charmant qui du haut des balcons, des croisées, jettoit à pleines mains des cocardes patriotiques ; des touffes de rubans ondoyans dans les airs, soulevés, agités, emportés au loin et retombant enfin, enlevés par les armes des guerriers, qui se disputoient l’honneur d’avoir le front orné des mains de la beauté » (I,32) ! Le merveilleux de la Révolution se dit ici dans l’impulsion du texte, son errance syntaxique, ses contrastes et ses excès. Il exige une fascination, l’art de l’imitation et de l’illusion, qui fait le peintre. Car le journaliste a d’abord été peintre : « Les époques de la Révolution ressemblent à celles des tempêtes ; dans les unes et les autres, il y a des momens de calme, où le philosophe et le pilote peuvent observer. Entraînés, frappés par les tableaux terribles et superbes qui maîtrisent toutes nos sensations, nous n’avons pu jusqu’à présent, que nous livrer à l’impulsion de sentir et de peindre ; maintenant nous pouvons juger » (RPT, XXI, 1-2). La naissance du journal à partir du « récit » engendre, dans la ferveur des premiers mois, une nouvelle pratique du journalisme politique ; l’activité évocatrice du rédacteur, medium subjugué, est une réponse immédiate et quasi hallucinée à l’événement. Le dynamisme révolutionnaire promet la reproduction indéfinie du spectacle et de sa représentation : « Quoique nous n’ayons plus à peindre les horreurs des sanglantes proscriptions, il est encore des sujets intéressans pour notre pinceau ; chaque journée est marquée par différens traits qui ne peuvent être les derniers de cette révolution à jamais mémorable dans les fastes de notre histoire, et par les motifs qui l’ont fait naître, et par les scènes terribles qui ont effrayé les ennemis de la nation » (III, 15).

  • 10 Les Révolutions de Versailles commentent ainsi le décret : « Cette fête est, en quelque sorte, pou (...)
  • 11 Signalons seulement ici des commentaires très significatifs sur le salon de 1789, dans VII,18 et R (...)

26Les « traits » créent le relief qui exige immédiatement sa gravure destinée à fixer l’événement dans la mémoire. L’irruption du « tableau » accompagne la conscience de vivre une totale altérité, elle est donc inséparable de la représentation générale de la Révolution que nous aborderons plus loin. C’est pourquoi elle mobilise toutes les puissances de l’écriture, composition, rythme, concentration des symboles, où se retrouvent les modèles de la représentation picturale du XVIIIème siècle. On peut s’en convaincre par ce tableau imaginaire de l’« inscription civique » décrété par l’Assemblée Nationale sur une motion de Mirabeau le 28 octobre 1789 : « Tous les jeunes citoyens ayant atteint l’âge de 21 ans, sans aucune restriction, sans autre rang que la date de naissance se présentant devant l’autel de la patrie, et jurant entre les mains des officiers publics d’être fidèles à la nation, aux loix, au roi, formeront tous les ans un spectacle patriotique et une fête civique. Ceux que des imprudences, des égaremens auront rendus indignes d’être inscrits pour cette année, plongés dans la douleur, fuiront cette pompe auguste pour cacher la honte salutaire qui les accable ; les vieillards qui ne peuvent plus porter les armes, occupant les premières places, formeront l’enceinte dans laquelle le serment sera prononcé ; les pères regarderont avec orgueil les citoyens qu’ils présentent à l’état. La jeune et timide citoyenne n’entendra pas sans émotion, ni sans fruit, son amant, son époux, prononcer les paroles d’un serment qui l’astreindra à des devoirs qui souvent l’éloigneront d’elle ; mais qui le rendront digne de son amour et de ses soins » (XVII,7-8)10. Tout est prêt ici pour le peintre patriote : l’idéal civique et romain se projette dans un espace clos, distribué, hiérarchisé, que parcourt l’intensité sensible des passions vertueuses. Cette représentation est celle que l’on demande alors à la peinture et au théâtre : elle a pour but d’exprimer les valeurs de la régénération11.

  • 12 Tournon dénigre ces « rares croquis », « sortes de pâtés liégeois dont certain ex-éditeur affubloi (...)

27Les collections des Révolutions de Prudhomme comportent des gravures, inégalement réparties, mais particulièrement nombreuses dans les grandes semaines révolutionnaires (No I et XIII). Elles n’ont cependant été intégrées aux livraisons que progressivement (voir Appendice). Ce surplus visuel, dont l’exécution est d’ailleurs rudimentaire12, reste extérieur à un texte qui compte sur ses propres pouvoirs pour visualiser les scènes capitales. Toutefois la mise en place de l’illustration, qui mériterait une étude propre, manifeste la volonté inscrite déjà dans l’intention du texte, de multiplier pour l’imagination du lecteur les signes de la présence de l’événement.

3 - Un journalisme de la parole et de la voix

28Le rédacteur est fantastiquement présent au coeur de l’action pour la voir et la faire voir, mais aussi pour la relancer, la diriger par la parole : peu de récits sans ce foyer vocal, sans ce sujet chargé d’encourager les combattants de la liberté, les vrais patriotes, de haranguer les aristocrates, les ennemis du peuple, et tous les acteurs du drame, et finalement d’incarner et de dire les valeurs, la vérité, le droit.

  • 13 On consultera, sur l’idéologie des Révolutions et des journaux apparentés, J.Censer, Prelude to po (...)

29Le premier numéro des Révolutions met d’emblée en place le mécanisme d’écriture qui fait passer du récit au discours et à l’apostrophe : « Ce matin13, à neuf heures, on sonne le tocsin pour rassembler la bourgeoisie (...), c’est la voix de la patrie, c’est l’intérêt du sang, qui commande ; ce sont des amis, des frères et soi-même qu’il faut défendre, nos lâches oppresseurs nous y forcent (...). Ne craignez point, nation courageuse, intrépides citoyens, la liberté vous attend » (I,5). Nous ne retenons de ce texte, inaugural d’un ton et d’une rhétorique dont tant d’autres pages donneraient des exemples, que les moments où s’opère le passage d’un régime à l’autre. L’élaboration est évidente : la comparaison avec la version primitive (voir l’appendice) montre comment se complète la trajectoire du récit à la parole, par l’effet d’une dérive spontanée et d’une recherche consciente. La réunion des citoyens, au son du tocsin, est l’objet premier de la relation ; le signal sonore devient « voix de la patrie », dont le discours implicite et impersonnel glisse rapidement au collectif personnel « nous » ; enfin une voix se sépare pour engager à l’action et en promettre la récompense. Qui est l’apostropheur, d’où parle-t-il ? Le journaliste ne laisse apparaître aucune marque propre, sa voix est aussi pure que son regard : elle est celle de la Patrie, de la Liberté, de la Révolution, l’accent compulsif du moment, qui exprime la plus profonde intention du peuple-citoyen. Aussi naît-elle spontanément de la lancée du texte, elle lui est essentielle parce qu’elle dit l’essence de la Révolution, et les exigences de sa réalisation. Elle est donc violemment impérative. Si un représentant de la nation paraît infidèle, « Brisez-le, ah ! brisez-le, brisez-le : voilà le vrai moyen de ne pas redouter l’aristocratie » (VIII,29, à propos de la discussion du veto). « Laissez fuir les émigrans, engagez même tous les mauvais citoyens à partir avec eux, engagez à les suivre ces ennemis de votre liberté, qui ont décidé que l’injuste veto dureroit trois législatures » (XI,25-26).

30L’apostrophe « citoyens » retentit continuement, avec plus d’insistance dans les moments les plus intenses, en juillet, en septembre et au début d’octobre. Elle exprime la revendication radicale de la souveraineté populaire et de la « volonté générale ». Force active de la Révolution, le citoyen incarne en lui les valeurs de liberté, d’égalité et d’autonomie, contre les « aristocrates » de la « cabale », puis contre ceux de la municipalité de Paris, contre la « coalition » des représentants qui, à l’Assemblée nationale, vote le veto, la loi martiale, le décret du « marc d’argent » et les lois municipales. Il est donc celui qu’il faut tenir en éveil, alerter, haranguer sans fin. Le numéro XXI s’ouvre sur un transfert dramatique : « Français.. ! car désormais je ne puis appeler citoyens des hommes destinés à l’esclavage ; Français ! vous n’avez été libres que peu de jours ; troublés par les horreurs de l’anarchie, ces jours ne vous ont peut-être point appris à aimer assez votre liberté, pour la défendre contre vos représentans » (p. 2). Le citoyen dégradé perd son nom, la voix qui retentit le lui rappelle pour le faire sortir de sa léthargie.

  • 14 La position politique de ce journal éphémère est indécise ; fixé sur la « cabale aristocratique » (...)
  • 15 Voir RN, X,104 ; XVIII,369 ; XIX,389 ; XX,7 ; XXII,101, 109 ; XXX,22. Il faut remarquer dans ce jo (...)

31La confrontation des diverses Révolutions manifeste à cet égard des concordances et des divergences significatives. Toutes les collections concurrentes utilisent l’apostrophe, la harangue, et en font un caractère distinctif de leur écriture journalistique. On ne s’étonnera pas de le retrouver dans celle de Tournon, puisqu’il a vraiment inventé la formule et que son entreprise est en continuité parfaite avec celle dont il a été le premier et un des principaux collaborateurs. Les Révolutions de Versailles, « dédiées aux Dames françoises », et qui tentent de se lancer à l’occasion des journées d’octobre, commencent selon le rite : « O généreuses héroïnes ! c’est donc à vous que les François devront cette seconde révolution... ». Cette invocation destinée à justifier la dédicace, se révèle insignifiante, et le journal ne la réitérera pas14. Les Révolutions nationales offrent un terrain d’étude comparative beaucoup plus riche. Copiant exactement le style et la manière de celles de Prudhomme, elles multiplient les effets de parole : mais les destinataires de l’apostrophe sont les « Français », les « concitoyens », les « chers compatriotes », parfois les « citoyens honnêtes » ou les « bons, libres et généreux citoyens » ; le vocatif « O », généralement employé, modifie sensiblement l’intention du texte, adjuration plus que commandement, appel à la modération plus qu’à l’offensive15. La variation lexicale et stylistique est un indice remarquable de la situation politique du journal : dénonçant l’anarchie des districts, la fureur des « motionnaires », les libelles « incendiaires », défenseur et louangeur de la municipalité et de toutes ses initiatives, il prêche inlassablement l’ordre, la paix, l’union, l’obéissance. Le rédacteur peut dire qu’entre les Révolutions de Paris et son journal, « il n’y a nulle ressemblance, nulle analogie » (RN, XXI,39) : mensonge éhonté à l’égard de la forme, mais vérité évidente pour l’orientation idéologique. Une rhétorique commune ne laisse pas de trahir les oppositions. L’apostrophe « citoyens » prend aussi, par comparaison, sa pleine signification. Il faut y voir, dans les Révolutions de Prudhomme et de Tournon, un signal distinctif d’activisme politique et d’appel à la souveraineté démocratique.

32Le journaliste se pose toujours implicitement comme guide : il n’invite pas seulement à l’action, il dit les raisons de l’action, les exigences de la liberté et du droit. « Quoi, vous venez de conquérir votre liberté au prix de tant de maux et déjà l’on vous parle de créer des régimens ? Eh bien, sachez que le droit le plus beau, le droit que la nature et la raison réclament, est celui de se défendre soi-même et de garder ses foyers » (III,9). « Chassez de vous l’ignorance, et je réponds de votre liberté » (III,14). Celui qui parle représente l’autorité de la vérité, des exemples historiques, des grandes figures qui ont posé les principes ; il trace le devoir. L’exemple de Rome justifie la nécessité des grands supplices chez les peuples qui deviennent libres : « Punir les coupables d’une manière effrayante est un acte de sévérité qu’elle (la Révolution) se doit et à elle-même et à toutes les nations qui n’ont pas encore brisé les chaînes du despotisme » (IV,3). Ce devoir est d’autant plus exigeant que la France a une mission historique dont elle est comptable devant le monde, son sursaut reproduit les grands moments fondateurs, en elle se réincarnent les peuples qui ont donné le premier exemple du droit. « Nation généreuse, vous allez procréer des loix, vous allez rendre à l’homme ses droits et sa liberté, vous allez donner un grand exemple à l’Europe étonnée, attentive » (III,6). Le « récit » de la Révolution, de ses « détails », devient une morale en acte, un exemplum renouvelé pour les générations à venir (RN, X,98).

  • 16 Voir VI,7 ; VII, 18-20 ; XI,29.
  • 17 Voir aussi RPT, XXIII,2-3, 14 ; XXIV,4. On ne trouve aucun énoncé de ce genre dans les RN ; l’appe (...)

33La parole et le commandement surgissent donc d’un lieu originel, pour proférer un absolu transhistorique. Le journaliste se trouve, dans ces conditions, investi d’une mission éminente. Il a conscience d’être le porte-parole de la liberté et de la vérité, celui qui alerte, éveille et défend les citoyens. Il fait souvent état de ses « devoirs » d’« écrivain politique16 ». Tournon surtout affirme son rôle de « tribun » du peuple, et exerce le ministère de la parole : « Citoyens, si l’opinion publique divisée est en ce moment le plus grand des maux, écoutez la voix d’un ami, qui jamais ne peut vous être suspecte ». « Nous osons déclarer à nos risques et périls la vérité. Les tribuns du peuple Romain avoient sur le mont sacré reçu le saint caractère de défenseurs des droits et des intérêts du peuple ; nous sommes, nous, sans caractère légal : mais ceux qui renversèrent la Bastille ne portoient point d’uniforme, et jamais le peuple n’eut plus besoin de défenseurs » (RTP, XVI,2,12). Orateur du dehors, le rédacteur des Révolutions inaugure une pratique journalistique qui traverse la Révolution, et qui s’affirme dans les titres : l’Orateur du peuple de Fréron, et les divers Tribun du peuple. « Mais dans quel tems fut-il donc plus nécessaire de se rallier sous l’étendard puissant et respecté de l’opinion publique ? Qui mieux peut servir de point de ralliement, je le demande, si ce n’est tous les écrits patriotiques, et, j’oserais dire, l’écrit d’un citoyen qui eut enfin, l’un des premiers, l’inestimable honneur d’entreprendre et d’exercer la fonction pénible et délicate de tribun français ; tâche effrayante et peut-être plus dangereuse encore » (RPT, XVII6-717).

34Car cette « fonction » demande du courage, la ferme détermination d’affronter la persécution de tous les « aristocrates », anciens et nouveaux. Le journaliste prête donc le serment solennel d’assurer sa mission en dépit de tout, et de mourir pour la patrie, s’il le faut (VIII,3-4, XI, 16). Le tribun devient facilement un martyr. Des déclarations emphatiques accompagnent les cris d’alarme, la révélation des grandes conjurations contre la liberté populaire. Lorsque s’élabore l’organisation municipale de Paris, le journaliste en « dévoile » le « système » : « Nous dirons la vérité, nous la dirons avec le ton qui convient à des hommes libres, et si l’on nous accorde, comme à tous les écrivains qui ont été utiles, les honneurs de la persécution, nous chercherons un asyle dans quelque commune où les droits de l’homme soient respectés », ou même « sous un ciel étranger » (XVIII,3). C’est pourquoi le journal revendique hautement et sans cesse la liberté totale de la presse, proteste contre toutes les ordonnances du comité de police, contre les saisies et les arrestations. « Voudroit-on nous borner à n’écrire que sur des processions, des bénédictions de drapeaux.. » ? La liberté de la presse sert à « surveiller » les hommmes publics ; si elle n’est pas absolue, elle est nulle (XI,8).

  • 18 Il est remarquable que dans les RN, Rousseau n’apparaît que dans un éloge de l’ignorance, qui mène (...)

35A mesure que l’on s’éloigne des moments de crise et d’insurrection, la fonction du langage se diversifie et se modifie. Toujours orienté vers l’action, il devient aussi l’objet d’une réflexion et l’instrument d’une pédagogie du peuple. On sait que les mots sont une arme et un enjeu dans la lutte : « Le mot aristocrate n’a pas moins contribué à la révolution que la cocarde » ; et voici que les « satellites de l’aristocratie » lui opposent le « pouvoir magique » de leur nouvelle invention : « Notre mot de ralliement est contrebalancé aujourd’hui par celui d'incendiaire » (XVIII,3-4). Il s’agit aussi, par la précision du vocabulaire, de poser les principes du droit politique, pour éclairer les citoyens et les rendre juges des décisions de leurs représentants. « Il ne faut pas mettre de confusion dans les mots pour un peuple qui naît à la liberté ; elle entraînerait bientôt celle des choses » (XV,4). « C’est un art que d’être libre » (VI, 11). Le rédacteur fixe donc la notion de « citoyen » (VI, 10-11), de liberté politique (XI,2), du « souverain » et des mandats électoraux (XI, 14-15), de « représentants » (XI,32), de pouvoir « constitutionnel » et de pouvoir « législatif » (XII,9), de « commune » et de « municipalité » (XV,4) etc. La seule autorité alléguée, mais très souvent est celle du Contrat social18.

36La distribution nouvelle des matières, à partir du numéro XIII, accentue la tendance du texte au discours théorique. Les titres intérieurs dressent l’état d’une grande question (loi martiale, marc d’argent, municipalité), la parole du journaliste devient discours continu, en une série d’articles de fond qui se poursuivent parfois d’une livraison à l’autre ; renvoyant à un numéro précédent, il écrit : « Nous invitons les patriotes à relire cet article, à le méditer ; il est un préliminaire indispensable à celui que je traite en ce moment » (XXI,6). Du récit occasionnel, on passe au traité occasionnel, éclaté au gré des circonstances, mais dont les principes et les liaisons s’articulent peu à peu dans la périodicité du journal. Cette nouvelle gestion de la vérité proférée s’établit dans les périodes plus calmes, mais sans qu’il y ait rupture avec la pratique journalière (à laquelle Tournon reste fidèle dans ses propres Révolutions) ni avec l’usage de l’éloquence active.

37Les Révolutions manifestent un grand intérêt pour les formes du langage qui, en dehors de l’écrit, véhiculent le message et les symboles révolutionnaires. Un modèle d’enseigne proposé pour les « légions citoyennes » « rappellerait sans cesse aux soldats l’époque où ils sont devenus citoyens et, aux citoyens qu’ils sont toujours soldats, quand il s’agit de défendre la liberté. On ne saurait trop mettre sous les yeux du peuple des objets qui réveillent son attention sur les obligations qu’il vient de contracter envers lui-même (...). C’est sur-tout au spectacle que l’on peut fortement frapper son coeur et ses yeux », et on signale ici que des citoyens ont réclamé Charles IX au Théâtre Français (VI,25-26). Il faut sans tarder élever au milieu de Paris « un tombeau public à l’honneur de ceux qui sont morts pour la patrie » : « Les solennités qui ont eu lieu dans tous les districts ont sans doute contribué à rendre leur mémoire sacrée pour tous les citoyens, mais l’oubli dévorera bientôt et leurs noms et ces cérémonies ; ils seront comme s’ils n’eussent jamais existé pour ceux qui ne lisent point. Parlons donc sans cesse au peuple de leur gloire par un monument public, et n’oublions pas, dans cette révolution, l’effet puissant du langage des signes ». Cette parole figée qui, victorieuse de l’oubli, retentit sans fin, perpétue l’époque d’une nouvelle naissance. Substituée à une autre parole, elle suppose un transfert de matériaux, de lieux et de sacralité : « Prenons le marbre et le bronze de la statue érigée à l’inique Louis XIII par Richelieu le patron des aristocrates » (IX,26). La Bastille, « temple du despotisme » (VII,1), se métamorphose en « temple » du bonheur retrouvé et du souvenir (II,9).

  • 19 Les Révolutions de Prudhomme multiplient les critiques violentes du Journal de Paris, du Mercure e (...)

38Le journal lui-même est un des lieux forts de cette nouvelle parole signifiante. Il en grave la trace pour les générations à venir, il en fait une « histoire », et lui aussi prétend à une pureté et à une nouveauté absolue sur les ruines de la vieille presse « privilégiée » et « asservie »19. Comme les autres moyens d’expression, il assume la fonction de conservation de l’énergie révolutionnaire : ainsi enregistrée, la voix de l’orateur du peuple devient à son tour un « monument ».

4 - Le drame de la Révolution

39Tout ce qui précède nous conduit à la dernière grande fonction du journal : celle de représenter à elle-même la Révolution comme valeur, comme enjeu, comme rupture et comme drame permanent. L’image de ce qu’est une révolution, de ce qu’elle implique, domine le cours des événements, en régit la relation et le commentaire : puissance qui surplombe l’histoire, essence qui attendait son accès ou son retour à l’existence, et qui en se réalisant crée pour ceux qui la vivent une expérience d’une totale nouveauté. Le journaliste se donne pour mission d’installer et de dévoiler ce devoir-être dans le réel, d’en programmer l’avènement, d’en célébrer la plénitude, d’en rappeler les exigences, et, dans un même et contradictoire mouvement, d’en accuser la fragilité et d’en annoncer la perte imminente. L’aurore de la Révolution touche à son agonie.

40Le numéro, et le « détail » du jour qui ouvre la semaine, commence très souvent par un introït d’allure générale, majestueux et volontiers emphatique. Ce détour rhétorique mène toujours, plus ou moins vite, à l’événement ou à la réflexion sur l’actualité qu’il est chargé d’introduire. Mais en même temps il lance la livraison : moteur du texte qui lui fait prendre, dès le départ, de l’altitude, et qui peut même agir, en cours de numéro, au début d’une autre journée. Ne citons ici, un peu longuement, qu’un texte parmi beaucoup d’autres :

« La France sort enfin d’un long et humiliant esclavage. L’exemple de la capitale a communiqué aux provinces une commotion rapide et terrible (...). L’arbre que la force a courbé vers la terre ne se redresse pas ; immobile sur sa tige, il se rejette en sens contraire, et s’agite long-temps avant de trouver l’aplomb que lui donna la nature. Voilà le peuple ; quand lassé de ses maux il lève la tête avec fureur contre les despotes, il ne lui suffit pas de secouer le joug ; il le leur fait porter et devient despote lui-même.
Mais le despotisme du peuple n’est qu’un essai qu’il fait de ses forces ; les inconvéniens de l’anarchie le frappent bientôt par tous les sens ; il éprouve le besoin d’un gouvernement, et il se presse d’en créer un nouveau, ou de rendre à celui qu’il veut bien conserver une portion d’autorité assez forte, pour qu’il puisse faire renaître l’ordre sans attenter à sa liberté...Voilà où nous en sommes aujourd’hui... » (VI,1-2).

41Ce type d’exorde, qui affectionne le présent gnomique, la comparaison étendue, le langage métaphorique, l’intensité dramatique, est un trait constant des Révolutions. Il subsiste, dans le journal de Prudhomme, après le départ de Tournon, il est encore systématiquement employé par ce dernier dans son propre journal, il est imité par les Révolutions nationales. Cette mise en forme rhétorique, cette distance prise par rapport à la séquence des événements fait passer de la chronique à l’article de fond : c’en est du moins l’ébauche inspirée par les usages de l’éloquence classique, apprise dans les collèges.

42Ces ouvertures présentent le point commun de redessiner sans cesse l’image de ce qu’est la Révolution, image grandiose, violemment contrastée, euphorique ou convulsive. C’est là surtout que se concentre le foyer brûlant de l’adhésion politique, que se révèle la radicalité du choix, la volonté de s’installer au coeur du mouvement et de l’idée. Le glissement s’y opère donc facilement à l’appel et à la harangue.

43Le moment révolutionnaire y devient expérience universelle. « L’excès de maux et le progrès des lumières peuvent seuls opérer une révolution chez un peuple qui a vieilli dans l’avilissement et la servitude ; mais il n’y a qu’une horreur profonde du passé, une réforme absolue dans les moeurs, et surtout de bonnes loix qui puissent la soutenir » (XVI,2, contre la loi martiale). « Pour conquérir sa liberté, un peuple n’a qu’à le vouloir ; une insurrection suffit : mais pour la conserver, il faut qu’il connoisse ses droits... » (RPT, XXIII,2). « Un peuple occupé sans cesse de ses droits, de sa liberté, est un peuple que l’on trompe difficilement, et qu’on n’asservit jamais » (RPT, XXIV,2). Ce « peuple » dont il est question, cette « révolution » sans date, ces « loix », ces « moeurs », nous savons où les situer, et la suite du discours les situe dans les luttes les plus actuelles. Mais le détour n’est pas une simple ruse oratoire, il procure un surplus d’autorité, il place le discours dans la perspective de la raison historique. Un des textes remarquables des Révolutions, le grand article liminaire du No XVII, dessine la figure idéale du « citoyen » entièrement « occupé » par ses devoirs, et dévoué à l’intérêt public. Cette utopie de la vertu inspirée par la lecture de Rousseau a pour but ultime de susciter l’activité démocratique des districts contre les entreprises de la municipalité et le décret du marc d’argent. La lutte pour le pouvoir à l’intérieur de la commune passe donc par la médiation d’un modèle politique et moral. L’avenir de la Révolution est enclos dans les principes et dépend de leur réalisation.

44L’événement a créé la première et essentielle rupture. Une des fonctions du texte d’ouverture est de célébrer la violence du passage, d’évoquer les grands tableaux, d’opposer en longues amplifications le règne de l’esclavage et celui de la liberté. « Ce sera un ouvrage intéressant que l’Histoire de la Révolution qui s’opère actuellement en France. Aucun peuple n’a encore offert un tableau si grand et si varié (...). Ce qui étonne aujourd’hui l’univers, c’est le spectacle nouveau d’un Peuple qui se débarrasse, en un instant, des chaînes qu’il portoit depuis des siècles.. » (RN, XIV,225-226). « Si la révolution s’opère chez nous avec tant de véhémence et de force, c’est qu’il y a long-temps que les sages, les philosophes la désirent ; et qu’avant la prise de la Bastille, elle étoit faite dans tous les bons esprits et presque dans tous les coeurs. Voilà pourquoi cette révolution salutaire imprime à l’Europe cette commotion si puissante et si terrible ou si belle » (RPT, XX, 14).

45Quoiqu’heureuse, la rupture n’en est pas moins effrayante ; elle ouvre une ère d’agitation, d’excès et d’angoisse. Aucune image n’est plus fréquente que celle de l’orage ou de la tempête :

  • 20 Voir aussi RPT, XXI, 1-2 ; XXII,2-4, où l’image du vaisseau échappé aux tempêtes sert à lancer un (...)

« L’orage des révolutions vient-il à gronder dans un Etat, alors le caractère national disparaît et le peuple le plus aimable et le plus doux n’est bientôt que le plus féroce et le plus barbare... » (II,13). « Dans une révolution, chaque jour a ses orages et ses dangers... » (VI,28). »Ces orages terribles qui détruisent dans un instant, des villes entières, qui font périr sur les eaux de superbes flottes, qui arrachent à la terre et les arbres et les moissons, sont toujours précédés d’un tems lourd. Une obscurité profonde porte la frayeur chez tous les êtres vivans, la nature est plongée dans un morne silence, interrompu, de momens en momens, par les gémissemens des animaux familiers, et par les cris des oiseaux sinistres. Telle est l’image de notre position actuelle » (XXII,2)20.

  • 21 Voir par exemple XIX,2-4 et RPT, XXIV,24.

46Angoisse, « transes successives », vision de « catastrophe » (RPT, XVI,2) : l’existence de l’homme révolutionnaire est un combat perpétuel. Le drame a commencé par une bataille gagnée, mais la bataille n’est jamais définitivement gagnée. L’ennemi ne désarme pas, reprend des forces, invente de nouveaux moyens de restaurer le despotisme et l’esclavage, s’installe sournoisement dans les positions des patriotes, les endort et les trompe. Ce péril permanent est le principal ressort du discours, il le fait rebondir de semaine en semaine, en de nouvelles alarmes et de nouvelles dénonciations. Le « complot aristocratique » ou la « conjuration » fixe l’attention après les grands mouvements de juillet et d’octobre, mais ce sont surtout les Révolutions nationales, journal modéré, qui en font leur aliment presque unique. Dans les journaux de Prudhomme et de Tournon, les enjeux se déplacent, à partir d’août. Les aristocrates deviennent les « aristocrates municipaux » ou ceux de la richesse, la cabale devient la « coalition » anti-patriote à l’Assemblée Nationale. A partir de la fin novembre, la « contre-révolution » devient une obsession majeure, avec son cortège de proscriptions et de massacres21.

  • 22 On pourrait citer un très grand nombre d’énoncés de forme ou de signification semblables ; l’organ (...)

47Il faut donc réveiller les citoyens, en leur montrant l’imminence du péril, et la nécessité de réitérer leur choix primordial. Pour que la Révolution résiste aux assauts et s’affirme dans sa pureté, il faut la faire renaître sans fin. L’écriture sera donc celle de la crise, du dilemme, de la confrontation des extrêmes, mettant en jeu le lexique dramatique des contrastes absolus, du tout ou rien. « Sous quelques heures, l’assemblée nationale doit décider du sort de la France ; elle sera esclave ou libre » (VIII,25, à propos du veto). « Et certes nous n’avons pas à choisir, il nous faut devenir le plus heureux des peuples, ou être le plus malheureux de tous » (X,9, sur la « coalition » et la contre-Révolution). Dans la semaine qui précède les journées d’octobre, le journal annonçait prophétiquement : « Il n’y a plus de foyer patriotique, il faut un second accès de révolution, tout s’y prépare » (XII,32). Lorsque l’événement confirme le pronostic, il y reconnaît une reproduction de la « grande époque du 14 juillet », le même moment de grâce et d’énergie : « Une révolution prompte, un mouvement d’activité, un choix fortement prononcé entre la mort et la liberté, ont étouffé la conjuration dans son berceau » (XIII,3)22.

48Le temps est donc vécu comme une suite d’instants où le destin peut se jouer, entre l’esclavage et la liberté, le malheur et le bonheur. Dans cette existence anxieuse, tout est susceptible de se dégrader subitement ou de se restaurer. « Nous avons passé rapidement de l’esclavage à la liberté ; nous marchons plus rapidement encore de la liberté à l’esclavage » (VIII,1). La décision a une portée et l’hésitation des conséquences également infinies :

« Si notre amour de la patrie, notre zèle pour la cause publique, nous ont acquis quelques droits à l’estime et à la confiance de nos concitoyens, nous les conjurons de s’armer dans cette époque, qui ne se reproduiroit peut-être plus, de toute la fermeté nécessaire pour établir leur pouvoir, le pouvoir du peuple, sur des bases si solides, que la liberté règne à jamais sur la France” (XI,1-2). « Citoyens, réfléchissez, songez à ce que vous étiez, pensez à ce que vous pouvez être ! Il faut être libres, il faut être hommes, il faut que la France devienne incessamment le plus beau pays du monde (...) ; aussi bien vous avez trop fait pour pouvoir reculer, vos sous-despotes pensionnés ne vous le pardonneront jamais” (XX,7).

49Cet état de crise n’est pas seulement vécu dans le présent, il est projeté dans un avenir où toutes les démissions trouveront leur sanction, et les contradictions leur résolution violente : « avant dix ans cet article (du marc d’argent) nous ramènera sous le joug du despotisme, ou il causera une révolution, qui aura pour objet les loix agraires » (XVII,9). La Révolution n’est pas faite ; elle ne peut se réaliser que par une série de confirmations de la rupture, processus où sont engagées des générations inégalement prêtes à y travailler. Tournon demande aux citoyens de « choisir », pour « accélérer l’époque de la révolution », des « citoyens naissans à l’ordre social », qui n’aient rien à perdre, et qui ne tiennent en rien à l’ordre ancien : « Savez-vous, citoyens, combien selon l’ordre des choses, doit durer cette équitable et salutaire révolution, qui va rétablir enfin les Français et les habitans de l’Europe entière, dans les droits sacrés de l’homme ? Combien ? dix ans au moins, dix ans » (RPT, XVI,3-4). Abréger la relève normale des générations, c’est libérer la « vigueur » de la jeunesse. Le journal de Prudhomme lance à la fin de novembre un cri d’alarme : il ne faut pas s’endormir à la pensée que l’aristocratie est abattue, tout prouve que la contre-Révolution n’est pas impossible. Elle ferait couler des « flots de sang », ouvrirait « un siècle de convulsions », « jusqu’à ce que la génération présente eût pu oublier tout ce qu’elle a appris depuis trois mois, ou eût fait place à une autre » (XIX,2-4). Expérience bouleversante, qui provoque une mutation des esprits, la révolution ne peut s’abolir que par une autre mutation aussi radicale. Il faut changer l’homme, ou changer d’hommes.

50Les Révolutions nationales dont l’orientation politique est très différente de celle des Révolutions de Paris, comme nous l’avons déjà constaté, présentent de la Révolution une image tout autre, que manifestent le vocabulaire et le système métaphorique du texte. La première impulsion de juillet y est exaltée et célébrée autant qu’ailleurs, le « complot aristocratique », relancé en octobre, reste une obsession permanente, mais rien ne vient modifier les conditions de la confrontation presque immobile du bien et du mal. Selon les Révolutions de Versailles, « c’est le combat du bon et du mauvais principe »(No 4,110). La situation révolutionnaire se définit comme une tendance à l’« ordre », incarné par les « bons citoyens », les représentants de la commune, l’assemblée nationale, et que contrarient seulement les menées des aristocrates, la « sédition » des « motionnaires » du Palais-Royal et des districts, et les brochures incendiaires des faux « amis du peuple ». Le journal ne retentit donc que de plaintes et d’espoirs, il redit inlassablement l’attente de la paix et de la fin des souffrances. « O France ! quand finiront les troubles et les révolutions qui t’agitent sans cesse ! Puissent les sujets de la Patrie ramener chez nous le calme et la tranquillité, qui ne peuvent être que l’effet d’une heureuse constitution » (RN, VIII,47). « Français, nous n’avons plus qu’un moment à souffrir ; les préjugés s’enfuient devant les Drapeaux de la Liberté » (IX,104). Il ne s’agit donc pas de répéter le choix révolutionnaire, qui est acquis, mais d’avancer progressivement dans la voie qu’il ouvre, d’organiser l’exercice de la liberté dans l’obéissance aux lois. Aux métaphores de la crise s’opposent ici celles de la marche et du « pas ». « Nous n’avons peut-être encore fait qu’un pas vers la Liberté, mais nous y marchons guidés par la philosophie » (RN, XI,130). Le peuple ne peut passer de l’esclavage à la liberté que par « degrés », et c’est pourquoi il faut admirer toutes les mesures apaisantes prises par les représentants de la commune (RN, XII,162). « Croyons que la Révolution, quoiqu’elle ne soit pas entièrement opérée, n’aura plus de secousses terribles ; et qu’actuellement chaque jour nous verra faire un pas vers la régénération que nous méditons et qui doit perpétuer à jamais la gloire et le bonheur de nos neveux » (XIII,171).

51Les journées d’octobre sont un dur réveil. « Nous avons vu, le 14 juillet, la terrible et foudroyante irruption du volcan, nous avions cru voir cesser l’explosion ; le voilà qui, de nouveau, vomit par tourbillon, de la lave enflammée qui nous fait redouter d’autres secousses » (RN, XVIII,355). Au début de décembre, le journaliste, comparant les Etats aux corps, explique la longueur des « convulsions » après une « commotion violente » :

« On ne s’étonnerait pas de ce que trois ou quatre mois d’orage élevé sur l’horizon de la France, n’ont pas encore suffi pour rendre le calme à ses habitants, et mettre l’équilibre entre leur courage et leur générosité, leur esprit et leur coeur, leurs besoins et leur pouvoir, entre la soumission aux loix et cette liberté noble qui doit servir de base à une nouvelle constitution » (RN, XXX,2).

52L’avenir de la Révolution dépend d’une composition de forces, et de l’usage modéré que l’on fera de la liberté conquise. L’expérience dément l’attente d’un rapide retour au calme. Loin d’exciter de nouveaux sursauts, les Révolutions nationales les redoutent, et, lorsqu’ils se produisent, consolent leurs lecteurs en invoquant la physique politique. Rien ne définit mieux la tendance de ce journal que cette parole de Fauchet, dans son discours prononcé à Notre-Dame le 27 septembre pour la grande bénédiction des drapeaux, et dont de longs passages sont élogieusement cités : « Plus d’attente de la révolution, elle est faite » (RN, XVI,299).

53Les analyses qui précèdent effleurent seulement la matière extrêmement riche offerte par les Révolutions en 1789. Nous avons voulu surtout appréhender ces journaux dans leur aspect formel, comme instrument d’organisation du temps, de diction de l’événement par le récit, le tableau, la parole et le discours. Les Révolutions de Prudhomme n’ont d’abord été qu’un récit des journées de juillet ; elles entrent donc en quelque sorte accidentellement dans la carrière périodique, et cet accident, du même coup, classe le journal dans une catégorie nouvelle. Né de l’imprévu et de la violence, il est lui-même, par son titre, par le ton qu’il adopte, une figure de la rupture qui l’a instauré, et qu’il prend pour mission de perpétuer. Sa périodicité, dès lors, participe de la nécessité dynamique de la Révolution, elle en suit la loi et son discours en suscite l’élan. D’autres journaux, déjà nombreux, étaient nés de la conjoncture politique et de la réunion des Etats généraux ; mais leurs titres reflétaient une préoccupation d’information régulière et institutionnelle, et restaient conformes à des modèles anciens : Courriers, Lettres, Assemblée Nationale, séance du... Les Révolutions de Tournon et Prudhomme créent le premier organe périodique qui s’identifie vraiment à la totale nouveauté de l’événement, et dont le texte la mime, par la technique du récit et de la transcription de l’actualité. Il s’identifie également à une nouvelle temporalité, pour la structurer, et à un sens pour le proclamer, et en gérer l’imposition au réel. Il est un lieu central et ardent où se prononce la parole révolutionnaire. Tous les obstacles alimentent la harangue du journaliste-orateur, en font rejaillir les élans qui soulèvent le texte en vagues successives. La symbiose avec le dynamisme insurrectionnel des « citoyens », la conscience d’incarner le devoir suprême de la Révolution commandent l’extrémisme de l’idée, la représentation dramatique du choix et du travail infini de la liberté.

  • 23 Voir aussi XIX,44 : les Révolutions sont lues dans une « société littéraire » patriotique et const (...)
  • 24 C’est l’expression qu’emploie J.Censer dans son ouvrage déjà cité. On doit d’ailleurs signaler que (...)

54Le journal parle pour les citoyens, mais en même temps se crée entre eux et lui une interaction collective : il devient réellement ce « point de ralliement » dont parle Tournon, comme le manifestent les lettres d’abonnés insérées en grand nombre dans les derniers numéros de 1789. Le rédacteur fait état, à la fin d’octobre, à propos de la loi martiale, de l’« immense correspondance que le genre de nos travaux nous donne avec le public » (XVI,4). Une « société de patriotes, tous abonnés aux Révolutions de Paris, » félicite le journal pour son courage (XVIII,30-31)23. On voit donc se créer un rapport étroit entre une clientèle politique et le journal qui en exprime et en structure la demande et la revendication. Il serait sans doute excessif de parler, au moins pour 1789, d’une presse des « Cordeliers », sinon par une métonymie abusive24. Les Révolutions de Prudhomme et de Tournon sont plutôt l’organe de la souveraineté des districts et du peuple contre les « représentants » de la municipalité et de l’Assemblée Nationale. Il est d’ailleurs remarquable que le titre et la formule des Révolutions aient fait l’objet d’une tentative de détournement au profit de la municipalité et d’une autre conception de la révolution. Les Révolutions nationales et les Révolutions de Versailles à un bien moindre degré essaient de les exploiter pour combattre l’influence du journal de Prudhomme. Le contrôle et la direction de l’« opinion publique » constituent l’enjeu du combat. Le relatif insuccès de cette entreprise (l’audience des Révolutions nationales semble avoir été faible et elles disparaissent en décembre 1789) n’est sans doute pas accidentel : il prouve que la part la plus active de cette opinion qu’on se disputait était beaucoup plus sensible à l’idéal ardent et conquérant que lui offraient les Révolutions de Paris qu’au désir d’apaisement et de compromis.

Couverture des Révolutions de Paris de Prudhomme, Brown University Library.

Annexes

APPENDICE. Notice bibliographique

I - Révolutions de Paris de Prudhomme

Exemplaire de référence : BM Lyon, A 496.001, No I-XXV, 2 vol.

Ce journal a particulièrement retenu l’attention des bibliographes ; nous renvoyons donc aux bibliographies de Hatin, Tourneux, Martin et Walter. Mais l’étude des exemplaires censurés, et en particulier des premiers numéros, du texte, des couvertures, semble n’avoir jamais été faite. L’enquête que nous avons menée reste partielle ; l’examen des ornements, des filets, de l’impression, des incorrections typographiques, révélerait sans doute bien d’autres exemplaires variants.

- Éditions

Le tableau ci-joint relève, pour les deux premiers numéros, les principaux éléments distinctifs des exemplaires consultés.

Seuls les exemplaires rares du No I conservés à la BN portent les signatures de Prudhomme et de Tournon ; on sait que Tournon se prévaudra de cette première association pour revendiquer l’« invention » du journal lorsqu’il créera ses Révolutions concurrentes. La célèbre épigraphe

« Les grands ne nous paraissent grands
Que parce que nous sommes à genoux.
Levons-nous... »

n’apparaît qu’à partir de la 5ème édition, mais tous les No II (comme les suivants) la portent. Comme nous n’avons pas retrouvé de 4ème édition, nous pouvons conjecturer que les trois premières éditions du No I, au moins, sont antérieures au 26 juillet, date de sortie du No II.

Le Nota final apparaît avec la 5ème édition du No I : « Tous les lundis on donnera des détails exacts de ce qui sera arrivé d’une semaine à l’autre. » C’est l’acte de naissance du périodique ; mais à quel moment situer cette naissance ? Les six premières éditions ne portent aucune numérotation, ni aucune mention d’imprimeur, non plus que la deuxième semaine dans BN 8°Lc2 172 (5), qui peut être une contrefaçon. Tous les autres exemplaires de la deuxième semaine sont numérotés. On en tirera la conjecture que le Nota de la 5ème édition apparaît au moment où sort la seconde livraison, ou très peu avant. La décision de passer de l’occasionnel au journal se prend au terme de plusieurs rééditions de la brochure initiale, qui prouvent un succès considérable. Selon Tournon, ce « cahier » eut en tout dix éditions, « sans compter celles qui n’ont pas été annoncées » et rapporta seul « plus que six autres » (RPT, XVII, 10, 15). Il va de soi que tous les exemplaires qui portent la permission de police du 8 août sont postérieurs à cette date.

Un flottement se manifeste dans le mode de continuité périodique adopté par l’imprimeur. Deux types d’exemplaires du No II comportent des signatures et une pagination continues à la suite du No I, celui de la John Hay Library (Brown University, Rhode Island) ne variant d’ailleurs que par un accident de fabrication. Ce phénomène ne se constate pas au-delà du No II Très vite, par conséquent, s’est imposée la conception qui restera celle du journal : des livraisons de signatures et pagination séparées (en général A4 - F4, 48 p). Tournon, à partir de son No XVI concurrent, reprend le même système, mais les Révolutions nationales et les Révolutions de Versailles adopteront le système inverse. Tous ces journaux gardent en tout cas le format de celui de Prudhomme : la demi-feuille in-8° (cahier de 4 feuillets).

Prudhomme a engagé d’abord plusieurs imprimeurs : Lormel et Baudouin pour le No II ; mais c’est ensuite Laporte qui apparemment est seul chargé de l’impression, jusqu’au No XX. Le No XXI (28 nov. - 5 déc.) et les suivants sortent de l’« imprimerie des Révolutions de Paris », rue Jacob. Cependant, des numéros antérieurs ont été réédités par l’imprimerie de Prudhomme (donc après décembre 1789) : par exemple les No VIIIX et XIII de BN 8°Lc2 171. L’exemplaire BN Réserve 8°Lc2 171 contient un No 4 et BN 8°Lc2 171 un No 11 qui, sans aucune mention d’édition, datent évidemment de 1790 : la présentation est celle que Prudhomme adopte à partir du No 25 (janvier 1790), numérotation en chiffres arabes, cachet de Prudhomme, mention « Première année de la liberté française » ; ils sortent de la rue des Marais où Prudhomme installe ses presses à partir de mars 1790. On doit en conclure que toutes les collections sont composites et formées de numéros réédités à la demande, pour compléter les séries.

- Variantes textuelles

Nous n’avons pu collationner toutes les éditions des premiers numéros. Quelques sondages nous ont révélé, à partir de la 5ème édition du No I, des variantes importantes : le texte définitif se fixe alors, en même temps qu’apparaissent l’épigraphe et le Nota annonçant la périodicité. Le récit de la journée du 14 juillet est plus long et plus circonstancié. Ne citons ici, comme significatif, que la fin du récit de la journée du 12 :

Éd. 1-3

5ème éd. et suiv.

« Ils trompent la bonté du roi : c’est à nous de montrer que nous sommes vingt-quatre millions, et qu’ils ne sont pas vingt mille.
La cour est encore à Versailles, c’est faussement que l’on a répandu le bruit de son départ pour Compiègne. Il faut espérer que l’assemblée nationale viendra s’établir à Paris, du moins elle y sera en sûreté. » (p. 4)

« Ils trompent la bonté du roi : c’est à nous de montrer que la victoire est due à l’intègre justice ; non, ce n’est point aux rampantes intrigues des cours que peut appartenir le triomphe, le ciel en seroit irrité ! De vils courtisans, souillés de vices et d’opprobres, pourroient-ils donc être vainqueurs contre des légions de citoyens, éclairés par le flambeau de la saine philosophie, armée des droits sacrés des peuples, de la raison et de l’humanité ? Ne craignez point, nation courageuse, intrépides citoyens, la liberté vous attend. (p. 5)

Le texte des trois premières éditions est conforme à celui du Récit de ce qui s’est passé à Paris le 12 juillet, publié d’abord séparément par Tournon (BN Lb39 7368). A la simple constatation d’un rapport de force, à une nouvelle sans fondement, s’opposent dans le texte définitf la clausule amplifiante, l’antithèse où se heurtent les valeurs morales, l’appel à la « nation » et aux « citoyens ».

Les éditions du No II comportent également de nombreuses variantes, souvent minimes. Une étude exhaustive ne présenterait qu’un intérêt limité. Elle prouverait encore combien l’histoire du texte est complexe, et permettrait peut-être d’établir l’ordre des éditions.

- Titres

Le titre lui-même varie d’une édition à l’autre. Si l’on s’en tient au No I, on relèvera les formes suivantes : Révolutions de Paris, Dédié à la Nation et au district des Petits-Augustins (éd. 1 à 3) ; Dédié à la Nation (5ème éd. et 6ème éd. à 30 p.) ; Dédiées à la Nation (6ème éd. à 32 p. et 8ème éd.) ; Dédiées à la Nation et au district des Petits-Augustins (9ème éd.).

- Couvertures

La plupart des exemplaires ne les ont pas conservées. Une attention particulière doit donc être apportée à celles qui subsistent.

BN 8°Lc2 171 (1) : couverture violacée du No III. (Comme elle est de part et d’autre de deux exemplaires, on ne peut savoir lequel elle couvrait.)

BN 8°Lc2 172 (2) : couverture violacée du No I (il s’agit d’une édition tardive).

John Hay library (Brown University), DC 140 R55 : cette collection remarquable conserve les couvertures roses des No IV à IX et la couverture violette du No X (voir plus haut la reproduction photographique de celle du No IV). La première de couverture rappelle la série des numéros précédemment publiés. Plusieurs types de vignettes sont utilisés. Le verso contient le Nota annonçant la publication tous les lundis, et les conditions et lieux de souscription : 71, 10s pour trois mois à Paris et Versailles, 91 pour la province, franc de port ; les premiers numéros peuvent être acquis séparément pour 12s. On souscrit à Versailles chez Blaisot et Wafflard. La dernière de couverture contient des publicités d’ouvrages.

- Gravures

La plupart des collections comportent un assez grand nombre de gravures, inégalement réparties, et très nombreuses dans les No I et XIII, qui relatent les journées de juillet et d’octobre. Ce supplément visuel, de faible qualité, s’est mis en place à partir de la mi-septembre. Le verso de la première de couverture du No V promet seulement un plan de la Bastille pour le numéro suivant. Celui du No IX contient pour la première fois l’annonce suivante : « Les abonnés auront, à nombre de leurs numéros, une gravure analogue aux circonstances. » Le titre du journal intègre, à partir du No XI, la mention : « avec gravures analogues aux circonstances ». Les exemplaires séparés des premiers numéros, dans BN 8°Lc2 172, ne contiennent à peu près aucune gravure, et le No X de la collection de la John Hay library s’ouvre sur une « vue de la place de grève le jour de la prise de la Bastille » qui aurait dû prendre place dans le No I. Ces indices conduisent à penser que Prudhomme a fourni progressivement à ses abonnés, à partir du No X, les gravures destinées à illustrer les livraisons précédentes, mais nous ignorons dans quelles conditions et dans quels délais.

- Auteurs

Nous avons dit, au début de notre étude, la part qu’avait prise Tournon au premier numéro, d’après son témoignage, qu’on ne peut mettre en doute. A partir du No II, le seul nom de Prudhomme apparaît sur la couverture, puis à la fin de la livraison. On est donc réduit à la plus grande incertitude sur les rédacteurs, et sur l’étendue de leur collaboration. Attribuer les Révolutions de Paris, depuis le début, à Loustallot, comme l’a fait M. Pellet (Élisée Loustallot et les Révolutions de Paris, 1872), est une absurdité. L’âpre polémique qui oppose Tournon à son ancien associé, dans les premiers numéros de ses propres Révolutions, dispense quelques enseignements dont nous nous bornerons à faire état. Il cite des lettres de Prudhomme qui attestent sa participation aux No VI et IX, et jusqu’au 12 septembre ; le 27 octobre, Prudhomme lui règle le solde du compte général (RPT, XVII, 10-11). Lorsqu’il lance son entreprise concurrente, à la fin d’octobre, il désavoue les dernières livraisons parues (RPT, XVI, 47) et déclare que lors de la proclamation de la loi martiale il était « sous les entraves de l’aristocratie librairique » (RPT, XVI, 13). Il semble être presque totalement évincé au début d’octobre, puisqu’il assure avoir « encore » fourni les nouvelles de province du No XIII (RPT, XVII, 14) et n’avoir plus été « maître de la matière » bien avant ce numéro (RPT, XVII, 35). Il ne dit pas au profit de qui, mais évoque seulement les « collaborateurs » que Prudhomme lui a donnés « insidieusement » (XVII, 14) : un abbé, pour quelques pages des No II et III (XVII, 13), un « petit abbé inconnu » (peut-être le même), « un soi-disant avocat, plus inconnu encore », et le « premier commis de magasin » (XVII, 35). Dans l’avocat, il faut reconnaître évidemment Loustallot, et c’est bien lui qui semble imposer la nouvelle présentation et le ton nouveau qui caractérisent les Révolutions de Prudhomme à partir d’octobre.

En réalité, il importe avant tout de s’interroger sur la signification de l’anonymat rédactionnel. La signature de Prudhomme atteste seulement sa propriété et sa responsabilité de libraire-éditeur. Dans le texte du journal, le regard, la voix, le discours n’ont pas d’origine marquée, et nous avons dit à quelle intention répondait cette absence. Ainsi, en dépit des conflits de personnes qui agitaient le journal, il restait le lieu inchangé du spectacle et de la tribune révolutionnaires.

- Contrefaçons

Prudhomme se plaint à plusieurs reprises des imitations et contrefaçons. Au début du No VIII, un N.B. signale la publication du No VII et VIII sous le titre de Supplément aux Révolutions et de Nouvelles Révolutions : « Nous espérons que la continuation des bontés du public nous vengera de cette supercherie. » Il en est encore question au No X : « Nous aurions bien aussi, pour notre compte, une réclamation à faire sur certain journal dont le plan ressemble si fort à celui du nôtre, qu’on s’y méprendroit ; mais on en a changé le titre. Au reste, s’il nous fallait annoncer toutes les copies, contrefaçons, imitations, translations, dilapidations dont on nous honore, nous ne finirions point » (p. 30-31). Il s’agit ici du journal que nous décrirons plus loin.

Prudhomme demande un réglement de la contrebande de librairie à propos d’une impression des quatre premiers numéros des Révolutions auxquels on a joint « quelques pauvres recherches de la Bastille » (VIII, 27). Cette contrefaçon fait partie de la collection BN 8°Lc2 172 : le contenu de ces numéros est suivi du Langage des murs, ou les cachots de la Bastille dévoilant leurs secrets, signé Mauclerc (p.  130-137). BN 8°Lc2 172(5) contient une autre contrefaçon du No 4 (en chiffre arabe), 42 p., suivie également du Langage des murs (p. 36-42).

Certaines éditions décrites dans le tableau ci-dessus peuvent être des contrefaçons.

II - Révolutions de Paris de Tournon

Exemplaire de référence : BHVP 604.822-604.824

Le titre complet, à des variantes près, et l’épigraphe sont les mêmes que ceux des Révolutions de Prudhomme. Les principales caractéristiques du journal sont semblables : périodicité hebdomadaire, format, signatures et pagination séparées des cahiers (48 p, sauf exceptions). Le No XVII révèle un accident de fabrication : A4 - B4, Ba4, C4 - F4, paginé 1-24, 17-48.

La collection commence au No XVI, qui paraît parallèlement au même numéro de la collection de Prudhomme. Ce numéro porte seulement la signature de Tournon à la fin d’une lettre, p. 48 ; à partir du No XVII, la signature est en-dessous du titre : « Par M. Tournon, auteur de l’ouvrage du même nom qui se distribuoit ci-devant chez le sieur Prudhomme. »

Les Révolutions se trouvent donc scindées dès lors en deux entreprises concurrentes, celle du « propriétaire » Prudhomme, et celle de l’« inventeur » et « auteur », Tournon ; l’arrêté de police du 4 novembre, reproduit en tête du No XX et des suivants entérine cette concurrence et confère à l’un et l’autre le privilège exclusif. On peut suivre, dans les deux journaux, les épisodes d’une polémique acerbe.

Libraire : Froullé (XVI,48). Imprimeur : L.M. Cellot (son nom est mentionné du No XVII au No XIX, et disparaît ensuite). Nous n’avons pas trouvé de couvertures, ni d’indications sur le prix de souscription.

Tournon revient à la disposition antérieure initiale des Révolutions, avant le No XIII. La livraison commence par : « Du lundi... », puis « Du dimanche... » (à partir du No XVIII) ; elle est ensuite divisée par la mention des jours de la semaine et la date.

Le No XVII s’ouvre sur un médaillon du marquis de La Fayette avec une note historique sur « ce jeune sage ». Tournon annonce que des portraits orneront désormais le journal, et que ceux qui ont acheté le No XVI peuvent recevoir chez Froullé le portrait de Bailly. Il a donc décidé, à partir de sa seconde livraison, de faire concurrence aux gravures de Prudhomme, qu’il dénigre. La bibliographie de Tourneux contient la liste de ces portraits.

Tournon annonce dans le même numéro de « nouvelles divisions » qui donneront « plus de variété » à son ouvrage. Ces rubriques ajoutées à celles de Prudhomme sont : Districts, Littérature (ou Annonces littéraires), Crimes (ou Criminels) de lèse-nation, Gravures.

La chronologie de la collection est la même que celle des Révolutions de Prudhomme, avec seulement à partir du No XVIII un décalage d’un jour au début de la semaine, Tournon partant du dimanche et non du samedi.

III - Révolutions nationales

Nous désignons ce journal par le titre qu’il a le plus longtemps porté.

Exemplaire de référence : BN80Lc181 (No VII-XIX), BN 80Lc2 182, t. I (No XX-XXV), t. II (No XXX-XXXI).

Changement de titre :

Supplément aux Révolutions de Paris ; Dédiées à la Nation, Par les auteurs des premiers numéros (No VII-VIII).

Nouvelles Révolutions de Paris, Dédiées à la Nation avec les Évenemens des Provinces, ceux des pays étrangers, des Anecdotes sur la Bastille, et le résultat des séances de l’Assemblée Nationale, par l’un des Auteurs des premiers numéros (No IX).

Révolutions nationales, contenant le détail exact des Évenemens journaliers de la Capitale ; récit de ce qui se passe de remarquable dans les Provinces ; rapport des Mouvements politiques qui peuvent intéresser le Royaume ; exposé précis de ce qui appartient à l’Histoire de nos jours et travaux de l’Assemblée Nationale (No X-XIX), XX-XXXI.

La numérotation apparaît au bas de la première page à partir du No XX.

Épigraphe : « Liberté, liberté, ton trône est en ces lieux, Volt. » A partir du No XXX : « L’homme est né libre ; et partout il est dans les fers. J.J. Rousseau »

Périodicité : No VII, hebdomadaire ; No VIII-XXV, bi-hebdomadaire (mercredi et samedi) ; No XXX-XXXI, hebdomadaire.

Librairie : Poinçot. Imprimeur : veuve Hérissant.

Format : chaque livraison comporte 4 cahiers de 4f., 32 p (1 demi-feuille in-8°). Du No VII au No XIX, les signatures et la pagination sont continues (A4 - Fff4, 415 p), ainsi que du No XX au No XXV (A4 - Aa4, 190 p). Les No XXX-XXXI ouvrent une nouvelle pagination et ont chacun 64 p (A4 - Q4, 128 p).

L’exemplaire de la BN contient une couverture du No VII avec le titre Nouvelles Révolutions de Paris : la couverture portait-elle déjà ce titre (qui apparaît à la première page du No VIII), ou a-t-elle été fabriquée après coup ? Au verso de la première de couverture, un Avis annonce la publication bihebdomadaire et une introduction générale : « Pour completter l’histoire de la mémorable Révolution qui nous a rétablis dans nos droits d’Hommes et de Citoyens, nous proposons de remonter à l’époque des troubles de 1788 ; et de donner tous les mois un cahier historique pour servir d’introduction à l’Ouvrage que nous faisons paraître aujourd’hui. »

BN Lc2 182, t. I, contient deux prospectus de 3 p, identiques, qui suivent la page de titre des numéros XX et XXV, où l’on prétend présenter pour la première fois l’« universalité des faits » qui intéressent l’« Histoire de nos jours ». « Nous remonterons au commencement de l’année présente, et les numéros précédens paraîtront dans le courant d’Octobre prochain. Nous mettrons à la tête du premier numéro un Discours qui rappellera les faits des années 1787 et 1788, qui ont préparé les événemens dont nous sommes témoins. » La souscription, chez Poinçot, est de 7 1 10s pour 3 mois (Paris et Versailles), 9 1 (province) ; pour un mois, 3 1 (Paris et Versailles), 3 1 10s (province).

Les No XXVI-XXIX manquent dans l’exemplaire de la BN. Ont-ils réellement paru ? Le journal fait état de difficultés au No XXV (p.  165) : « On avertit MM. les souscripteurs que ce journal, retardé par un événement imprévisible, va reprendre son cours. »

La disposition intérieure imite celle du journal de Prudhomme à son début : la mention initiale « Du Samedi... au Mercredi” est suivie de « Détails du.... » pour chaque jour. Outre cette chronique journalière, les rubriques sont également celles de Prudhomme : Assemblée Nationale, Détails de la Bastille, Nouvelles de Province, Extraits des papiers de Londres (ou anglois). D’autres rubriques apparaissent irrégulièrement : Nouvelles des pays étrangers, Ouvrage nouveau (à partir du No XIV), Révolutions de Brabant et un extrait du Courier de Provence (à partir du No XXX). Exceptionnellement une pièce en vers (No XXX, p. 59-60 ; No XXIV, p.  160).

Une permission de police du 5 septembre, qui apparaît au No IX, disparaît à partir du No XVII.

IV - Révolutions de Versailles et de Paris ; Dédiées aux Dames Françoises

BN 8°Lc2 2281

5 numéros, de publication irrégulière, mais à peu près hebdomadaire, et dont la longueur varie de 30 à 42 p. Signature et pagination continues (A4 -Y4 ; Z2, 175 p).

Le texte est continu, sans intertitres. Une rubrique Assemblée Nationale apparaît à partir du No 3.

CHRONOLOGIE

1-

3-7 oct.

2-

8-14

3-

14-22

4-

19-29

5

29 oct. - 7 nov.

Notes

1 Voir E.Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, t. VI, p. 317-364. Nous n’avons pu consulter le D.E.S dactylographié de G.Villacèque, Les Révolutions de Paris, Toulouse, 1961, signalé par J.Godechot dans l’Histoire générale de la presse française, t. I, 1969, p. 453.

2 Comme le fait J.Censer dans Prelude to power : the Parisian radical press, 1789-1791, The John Hopkins University Press, Baltimore and London, 1976.

3 BN Lb39 2049, in-8, 40 p. Le récit n’y est pas divisé en journées. Autres brochures du même genre : La semaine mémorable, ou Récit exact de ce qui s’est passé à Paris depuis le 12 jusqu'au 17 juillet, in-8, 18 p, Lb39 7414 ; Paris sauvé, ou Récit détaillé des événemens qui ont eu lieu à Paris, depuis le dimanche 12 juillet 1789, une heure après-midi jusqu’au vendredi suivant au soir, in-8, 34 p., Lb39 2003.

4 Lb39 7368, in-8, 4 p. L’auteur des Révolutions de Paris citées plus haut (Lb39 2049), de Courtive, semble avoir lui aussi tenté le passage au périodique. Une Suite des Révolutions de Paris, ou Récit exact de ce qui s’est passé dans la capitale et dans quelques provinces depuis le 24 juillet jusqu’au 9 août 1789, Lb39 2161, in-8, 33 p, chez Gattey (imprimeur L.M. Cellot), annonce à la fin : « La suite tous les 15 jours ». Cet essai, avorté, peut avoir été suggéré par le succès de Prudhomme.

5 Voir Martin et Walter, Catalogue de l’histoire de la Révolution française, Anonymes, t. IV, vol.2, 1955.

6 C’est un caractère essentiel de beaucoup de journaux fondés au début de la Révolution, qui demanderait une étude d’ensemble.

7 Tournon a publié en 1790 sa propre introduction aux Révolutions : voir Tourneux, Bibliographie de l’histoire de Paris pendant ta Révolution française, No 10.256, t. II, p. 522. Les Révolutions nationales promettent à leurs lecteurs des « cahiers historiques » qui remonteront à 1788 ; on consultera sur ce point la notice descriptive de ce journal, en appendice.

8 Selon un abonné, dont la lettre est insérée, « ce public ne saurait se passer d’une feuille qui paroisse tous les jours » ; il vante la Chronique de Paris par opposition au Journal de Paris (XII,43).

9 De Courtive, dans ses Révolutions de Paris (Lb39 2049) en fait au contraire un emploi abusif et mécanique. Le récit, sec, et coupé de menus alinéas, juxtapose les faits, et ignore les effets dramatiques qui caractérisent le texte de Tournon.

10 Les Révolutions de Versailles commentent ainsi le décret : « Cette fête est, en quelque sorte, pour l’adolescence, un jour de première communion civique, et si l’on donne à cette institution le degré de solennité dont elle est susceptible rien n’est plus propre à contribuer aux progrès de l’esprit public » (N.5, p. 158). Le tableau dispose dans l’écriture le scénario de cette solennité rêvée.

11 Signalons seulement ici des commentaires très significatifs sur le salon de 1789, dans VII,18 et RN, XIII,204.

12 Tournon dénigre ces « rares croquis », « sortes de pâtés liégeois dont certain ex-éditeur affubloit ci-devant notre ouvrage » (RPT, XVII,2).

13 On consultera, sur l’idéologie des Révolutions et des journaux apparentés, J.Censer, Prelude to power, chap. 3, « The ideology of popular sovereignty ».

14 La position politique de ce journal éphémère est indécise ; fixé sur la « cabale aristocratique » et ses complots, aliment abondant mais dont le goût s’use vite, il est très modérément critique de la municipalité et justifie la loi martiale.

15 Voir RN, X,104 ; XVIII,369 ; XIX,389 ; XX,7 ; XXII,101, 109 ; XXX,22. Il faut remarquer dans ce journal la rareté concomitante du présent verbal, sauf en fonction de présent historique, par exemple dans le récit des journées d’octobre (XVIII,363-364).

16 Voir VI,7 ; VII, 18-20 ; XI,29.

17 Voir aussi RPT, XXIII,2-3, 14 ; XXIV,4. On ne trouve aucun énoncé de ce genre dans les RN ; l’appel suivant aux « écrivains » révèle un souci tout opposé : « O vous, dont les Ecrits peuvent si bien diriger l’opinion publique, voilà votre tâche ! Vous n’avez plus qu’à entretenir le feu sacré du patriotisme, qu’à faire respecter les loix et ramener la simplicité des moeurs. Et vous, qui abusez de la liberté de faire circuler la pensée pour tromper le Peuple au lieu de l’éclairer, pour échauffer ses passions au lieu de les modérer, brisez votre plume » (XVI,290).

18 Il est remarquable que dans les RN, Rousseau n’apparaît que dans un éloge de l’ignorance, qui mène à la paix et au bonheur, loin des « convulsions » de la liberté : « O sublime Jean-Jacques ! Tu avais bien raison de louer l’ignorance » (XXI,43) !

19 Les Révolutions de Prudhomme multiplient les critiques violentes du Journal de Paris, du Mercure et de tous les journaux politiques en place avant la Révolution. Elles appellent au boycott du Mercure (XV, 17, 20) ; voir IX,3, 34 ; XI, 10, 17 ; XV,43.

20 Voir aussi RPT, XXI, 1-2 ; XXII,2-4, où l’image du vaisseau échappé aux tempêtes sert à lancer un appel à l’union contre l’anarchie ; RN, XXX,2-3, l’amplification de l’image des « convulsions » et de l’« orage » aboutit au souhait de retour au calme et de soumission aux lois ; RN, XVIII, 355 développe l’image du volcan.

21 Voir par exemple XIX,2-4 et RPT, XXIV,24.

22 On pourrait citer un très grand nombre d’énoncés de forme ou de signification semblables ; l’organisation des municipalités est « la véritable crise de la Révolution » ; et « le travail actuel va décider du bonheur ou du malheur des Français » (XVII,3). On doit punir ceux qui ont décrété Marat de prise de corps, « ou la révolution n’est pas encore commencée » (XIV,33). Si la révolution n’est pas totale, elle n’est pas : cette condition extrême entraîne une relance vertigineuse du jeu.

23 Voir aussi XIX,44 : les Révolutions sont lues dans une « société littéraire » patriotique et constituent « un des principaux piliers du cabinet. »

24 C’est l’expression qu’emploie J.Censer dans son ouvrage déjà cité. On doit d’ailleurs signaler que le district des Cordeliers, par ses positions en pointe, en particulier après le vote de la loi martiale, provoque dans nos journaux des réactions significatives : les Révolutions de Prudhomme en prennent la défense, alors que les Révolutions nationales n’expriment qu’irritation et ironie. Voir XIX,24 ; XX, 11 ; RPT, XIX,22-23 ; XXIII,23 ; XXIV.40 ; RN, XXII 74 ; XXIII,115.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1359/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1359/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1359/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Légende Couverture des Révolutions de Paris de Prudhomme, Brown University Library.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1359/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1359/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre CHRONOLOGIE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1359/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre CHRONOLOGIE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1359/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540