Version classiqueVersion mobile

Espace social et espace politique

 | 
Jean-Luc Pinol

Conclusion

Texte intégral

1Dans « Des hommes et des villes », Paul Henry Chombart de Lauwe propose d’utiliser le seuil du million d’habitants pour redécouper l’agglomération parisienne en unités secondaires, formant un tout homogène, et permettant l’étude des relations en les divers espaces ainsi délimités.

2A la fin de la Troisième République, l’agglomération lyonnaise n’atteint pas ce seuil, et de loin. Elle n’en demeure pas moins une vaste agglomération, au rôle régional complexe, au même titre que Lille ou Marseille.

3En son sein, existe un faisceau de réseaux relationnels, où s’entremêlent groupes de voisinage, quartiers, communes, lieux-dits. Leur connotation sociale, leur tonalité politique n’échappent pas aux contemporains. Le bâti n’occupe pas encore tout l’espace de l’agglomération ; terrains vagues et jardins, aubaine de l’urbanisation d’après-guerre, confortent l’homogénéité de vie de certaines unités secondaires. Le cas de Vaulx-en-Velin est exemplaire : cette commune, nettement détachée du reste de l’agglomération, se révèle être un espace de transition entre la grande ville et la campagne. L’importance des terrains agricoles et des agriculteurs en témoigne. Mais ces terrains ne sont pas totalement absents de quartiers neufs de l’Est lyonnais, même si, là, le poids relatif des agriculteurs est dérisoire.

4Lyon et son agglomération ? Une grande ville d’avant la croissance de l’après-guerre. Une grande ville où la rénovation urbaine n’a pas encore détruit les strates les plus anciennes du bâti et où commencent à se mettre en place les grands ensembles de la seconde moitié du XXe siècle.

  • 1 Georges Dupeux, Colloque des Historiens Economistes, janvier 1977, « L’urbanisation de la France a (...)

5Toute époque est de transition, mais nous sommes là à la butée extrême d’un très long XIXe siècle, que le drame du premier conflit mondial n’a pas totalement déchiré. Ce siècle a été celui de la croissance urbaine. Cette dernière fut d’une relative lenteur en France, phénomène en partie masqué par l’« hypercroissance parisienne », déterminante en « termes de taux » et en « termes de masse »1. Cette caractéristique n’est pas sans influer sur les conditions de l’assimilation des migrants. Mais, ce long XIXe siècle fut aussi celui de l’importance, et surtout de la stabilité, de la population active masculine employée dans l’agriculture. En 1931, on dénombre 4,5 millions d’hommes travaillant la terre, à peine moins qu'en 1856 (ils étaient alors 5,1 millions). Après la seconde guerre mondiale, la chute est rapide, liée à l’évolution de la productivité agricole, en augmentation plus rapide que celle des autres secteurs. En 1962, on ne compte plus que 2,6 millions d’agriculteurs.

6Il peut paraître paradoxal de conclure une étude urbaine par des chiffres de population agricole, mais, disjoindre les études des divers secteurs, sans tenter de dégager une évolution globale, serait tout aussi dangereux. Et, de plus, la ville entretient des relations permanentes avec son « bassin démographique », où agriculteurs et ruraux sont nombreux. Les années trente enregistrent le passage, encore timide, d’une population à majorité rurale à une population à majorité urbaine. De cette mutation tardive, de la résistance de longue durée du monde rural et de ses caractéristiques, il n’est pas concevable que le monde urbain, trop souvent compris comme la négation du précédent, ne conserve les traces. La genèse de la population lyonnaise le démontre.

7Par-delà les réserves émises à propos des sources, il est certain que les lyonnais d’origine rurale sont les plus nombreux. Constatation qui peut paraître banale, mais qui est fondamentale, car les flux de population sont aussi flux de comportements, et le milieu d’origine induit attitudes et réactions ultérieures. Certes, on arguera que la ruralité décroît parmi les générations les plus jeunes, et nous l’avons souligné. Mais deux remarques s’imposent. Tout d’abord, les nouveaux urbains ne sont souvent que les fils de migrants ruraux de la génération précédente. En effet, l’augmentation des urbains dans la population résulte surtout de l’augmentation des natifs de l’agglomération, alors que le flux des immigrés urbains reste stable. De plus, ces jeunes immigrés urbains n’ont pas les mêmes aptitudes à l’intégration urbaine que les migrants anciens.

8Cette évolution globale explique la formation de l’espace socio-politique. Ce dernier n’est pas le simple reflet de l’évolution globale de l’histoire régionale, mais il découle fortement de l’histoire du bassin démographique de Lyon, de la succession, de l’enchevêtrement des histoires agricoles, industrielles et commerciales.

9Bien sûr, il est délicat, voire impossible, dans l’état actuel de notre recherche, de faire le départ entre les variables induites par le milieu d’origine, et celles qui sont produites par le milieu vécu présent. Ces limites, il faudra les faire reculer et, à l’ordinateur, joindre le magnétophone. Notre recherche se situe au point de jonction de ces deux outils du XXe siècle. Seul le premier a été, pour l’instant, utilisé systématiquement. Au magnétophone, à l’histoire orale d’apporter nuances, connaissances et peut-être interprétations nouvelles. L’ordre de la démarche n’implique en rien une primauté, et d’ailleurs, ces instruments, souvent présentés comme relevant d’approches antinomiques, doivent, au contraire, être complémentaires.

10Nous connaissons maintenant, de façon précise, les trois espaces lyonnais, et l’étude de l’événement peut, désormais, être réintégrée. L’événement peut devenir ce faisceau complexe, où se cristallisent les divers niveaux de contradictions des structures. Dégageons, une dernière fois, les caractéristiques des trois Lyon.

  • 2 Ces pourcentages sont calculés d’après les types dégagés précédemment. Pour la ville dominante (ty (...)

11Trois villes, dont l’espace social et l’espace vécu sont fortement ségrégés. La ville dominante, où résident 27 % de l’électorat, la ville moyenne avec 55 % d’entre eux, la ville des travailleurs manuels, essentiellement périphérique, où habitent 18 % des électeurs2.

12Ces pourcentages ne sont qu’une indication. Ils disent cependant l’importance numérique des électeurs qui résident dans le Lyon moyen, aux clivages feutrés, dans la partie la plus ancienne de la ville, la plus centrale, celle aussi où la densité est la plus forte.

13La ville dominante conjugue hiérarchie sociale, hiérarchie urbaine, orientation à droite. Tout entière dans Lyon, elle n’est pas que lyonnaise par les origines de sa population. Par sa situation même, cette ville est espace de passage, la sociabilité est fondée sur l’espace privé et le foyer. Pour ses habitants, l’espace vécu est nettement balisé et ils ignorent très souvent le reste de Lyon. Pour eux, ce n’est pas Lyon, et parmi ceux qui se rendent à Villeurbanne après 1934, pour voir ces étranges gratte-ciel, symbole de l’irruption de l’architecture soviétique dans l’espace urbain, nombreux sont ceux qui s’y aventurent pour la première fois.

14La perception de la ville par les habitants du Lyon moyen est plus étendue ; ils côtoient la ville dominante et certains y travaillent. Mais cette perception plus vaste, cette dilatation de l’espace vécu conforte leur image de la ville : un lieu où les clivages sont faibles, et, surtout ressentis comme franchissables. Natifs de l’agglomération et migrants anciens sont enserrés dans une multitude de réseaux intégrateurs, spontanés ou volontaires. Cette situation renforce la connotation villageoise de certains quartiers, véritables conservatoires de lyonnaiseries, telle la Croix-Rousse.

  • 3 Citations de Léon Blum, d’après le Colloque « Léon Blum, chef de gouvernement », op. cit., pp. 275 (...)

15La ville nouvelle, périphérique, n’échappe pas à l’émiettement de l’espace vécu. L’homogénéité sociale prime les autres types de relations. La rue, le café servent parfois de refuge à la sociabilité. Les migrants récents, mal intégrés à la société urbaine, parfois totalement exclus, ressentent âprement les clivages sociaux. Ici, peu d’espoir en la mobilité sociale individuelle, alors germe l’aspiration millénariste, l’aspiration à une éventuelle mobilité collective. C’est pour ce monde du travailleur qui, en 1936, « ne campait qu’aux portes de la cité », que le gouvernement de Léon Blum veut construire un « ordre social moins contradictoire à l’homme »3.

  • 4 Voir l’article de Luc Boltanski, Taxinomies sociales et luttes de classes, la mobilisation de la « (...)

16Cette division de la ville en trois4, cette ville en miettes rend-elle compte de toutes les grandes villes françaises du moment ? A notre connaissance, aucune étude ne permet de l’affirmer ou de l’infirmer. Sur certains points, les recherches faites sur le monde ouvrier marseillais tendraient à conforter notre interprétation, mais elles parlent d’un autre temps, celui de la France d’après-guerre. Alors, Lyon exemplaire ou unique ?

***

Notes

1 Georges Dupeux, Colloque des Historiens Economistes, janvier 1977, « L’urbanisation de la France au XIXe siècle », rapport dactylographié, 9 pages plus annexes.

2 Ces pourcentages sont calculés d’après les types dégagés précédemment. Pour la ville dominante (types 1 et 2) et la ville des exclus (types 8 et 9) les regroupements ne posent pas de problèmes. Il n’en va pas de même pour la ville moyenne.

3 Citations de Léon Blum, d’après le Colloque « Léon Blum, chef de gouvernement », op. cit., pp. 275-276.

4 Voir l’article de Luc Boltanski, Taxinomies sociales et luttes de classes, la mobilisation de la « classe moyenne » et l’invention des « cadres ». Actes de la recherche en sciences sociales numéro 29 - 1979. S’interrogeant sur la mise en place « d’un schème ternaire transposable aussi bien à l’espace politique qu’à l’espace social », l’auteur souligne le rôle du catholicisme social et du fascisme dans « la construction du modèle ternaire de l’espace social » : Il remarque cependant : « Cette idéologie trouve alors un fondement relatif dans la réalité sociale ».

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search