Version classiqueVersion mobile

Espace social et espace politique

 | 
Jean-Luc Pinol

Chapitre IV. L’espace socio politique de l’agglomération lyonnaise a l’époque du front populaire

Texte intégral

A - Les élections de 1936

1 - La conjoncture politique nationale

a) Du cartel à l’Union Nationale

1Une majorité de Cartel remporte la victoire aux élections législatives de mai 1932. Les radicaux, derrière Edouard Herriot, tentent d’élargir leur majorité vers la Droite ; les socialistes ne participent pas au gouvernement.

  • 1 Antoine Prost, les manifestations du 12 février 1934 en province, in numéro spécial du Mouvement S (...)
  • 2 Georges Dupeux, Le Front Populaire et les élections de 1936, 1959 (citation p. 58).

2Surviennent le scandale Stavisky, la mutation du Préfet Chiappe et les graves manifestations du 6 et du 12 février 19341. Malgré la confiance accordée par la Chambre des Députés, le ministère Daladier démissionne, inaugurant ainsi « dans l’histoire parlementaire, une époque nouvelle ». Le ministère Doumergue, dit d’Union Nationale, est constitué. « Le Président du Conseil est entouré de deux ministres d’Etat, Tardieu et Herriot, pour symboliser la réconciliation des radicaux et de la Droite. L’opération politique qui a suivi le 6 février a donc abouti à briser la solidarité des radicaux et des socialistes qui leur avait permis de remporter la victoire aux élections de 1932 »2.

  • 3 Ibid., p. 59.
  • 4 Ibid., p. 63.

3Ce « renversement complet de la conjoncture parlementaire a ramené au pouvoir les partis de Droite qui en avaient été écartés par les élections de 1932 »3. Ce n’est qu’à la veille des élections législatives d’avril-mai 1936 que cette alliance entre les radicaux et la Droite se rompt. Parmi les radicaux, quatre-vingt-huit députés, plus des deux tiers, approuvent un ordre du jour hostile au gouvernement Laval. Edouard Herriot et trois autres ministres radicaux démissionnent le 22 janvier 1936. A leur suite, l’ensemble du ministère renonce à ses fonctions. La politique d’Union Nationale est terminée4.

b) La formation du Front Populaire

  • 5 Ibid., p. 81.

4L’opposition violente entre socialistes et communistes ne disparaît pas totalement après le 6 février 1934. Diverses péripéties aboutissent, cependant, à la signature du pacte d’unité d’action, le 27 juillet 1934. Les élections cantonales de 1934 et le bon déroulement des désistements réciproques incitent les communistes à élargir l’alliance électorale. « Entre les fascistes et nous, prolétaires révolutionnaires, précise Maurice Thorez, la course de vitesse a commencé pour la conquête des classes moyennes »5.

  • 6 E. Pfeiffer démissionne alors du comité exécutif du parti radical. Il écrit : « Le Bureau... ne vo (...)

5Quelle organisation, mieux que le parti radical, « le plus grand des partis de France », pourrait rallier les classes moyennes au Front Populaire ? Au sein des radicaux, les oppositions sont vives entre « jeunes radicaux », partisans de Daladier, et les partisans d’Edouard Herriot. Le 14 juillet 1935, les radicaux participent à la manifestation. En tête marchent Daladier, Blum et Thorez6. Le 19 janvier 1936, Daladier est porté à la présidence du parti ; le 22, Herriot démissionne. Le parti radical renonce à la politique ambivalente pratiquée jusque-là. Entre le gouvernement et l’opposition, il opte pour la seconde. Trois mois plus tard, se déroule le premier tour des élections législatives de 1936.

2 - L’évolution des orientations politiques de 1932 à 1936 : l’agglomération lyonnaise7

  • 7 Pour une étude détaillée de la situation, de la campagne électorale, voir Joël Rosier, Les électio (...)
  • 8 Les modérés regroupent l’U.R.D. et les candidats nettement hostiles au Front Populaire, en particu (...)
  • 9 V.O. Key, Southern politics in State and Nation, New-York, 1950. Cité par G. Dupeux, op. cit., pp. (...)

6Afin de comparer les résultats obtenus par les quatre grandes tendances, modérée, radicale, socialiste et communiste, nous avons utilisé la méthode employée par Georges Dupeux et empruntée à un politologue américain89. En abcisse figure le pourcentage obtenu par le parti ou la tendance par rapport aux inscrits de 1932 ; en ordonnée celui obtenu en 1936. Le Graphique 22 souligne, avec une grande netteté, la diversité des évolutions.

  • 10 Comme le montrent les graphiques numéros I, II, III et IV dressés par G. Dupeux, op. cit., le fait (...)

7Dans l’agglomération lyonnaise, deux tendances progressent : les modérés passent de 22 % des inscrits à 26 %, le parti communiste saute de 7 % à 18 %. Les socialistes demeurent stables : 16 % en 1932 contre 15 % en 1936. Les radicaux s’effondrent de 32 % à 19 %. Cette évolution générale, calculée d’après les résultats du premier tour de scrutin, est sensiblement la même que celle de l’ensemble du département10.

  • 11 D’après les chiffres fournis par G. Dupeux, op. cit., p. 126, l’évolution est la suivante :

8Par rapport à l’ensemble français, ces résultats accentuent la percée communiste et le recul radical ; en revanche, la Droite, moins bien implantée à Lyon que dans le reste de la France, enregistre un gain qui n’a pas d’équivalent au plan national, bénéficiant, ici, du recul radical11. L’électorat urbain d’une part, la spécificité lyonnaise d’autre part, expliquent ces distorsions.

  • 12 Il s’agit d’un des deux cas d’indiscipline socialiste signalés par G. Dupeux, op. cit., p. 133. L’ (...)
  • 13 On enregistre un léger recul modéré dans le cinquième arrondissement et dans la quatrième circonsc (...)

9Mais la ville elle-même enregistre des évolutions très diverses : la progression modérée est surtout forte à la Croix-Rousse, où le radicalisme se divise entre partisans et adversaires du Front Populaire. Au second tour, c’est un républicain-indépendant qui est élu, le pharmacien Elmiger. Le candidat sortant, radical-socialiste, Bruyas, maître guimpier, n’a pas bénéficié du désistement socialiste1213.

  • 14 A propos du rôle de l’ancrage électoral ancien dans la progression communiste, voir le cas « limit (...)
  • 15 Après la guerre, la municipalité a été gérée par le P.C.F. Le maire fut, jusqu’en 1922, le docteur (...)
  • 16 Il ne réalise pas le plein des voix du Front Populaire du premier tour. Elles représentent 7.949 v (...)
  • 17 La corrélation des pertes radicales et des gains communistes est positive dans le cadre des circon (...)

10La progression communiste est de toute autre ampleur. Générale, elle est plus vigoureuse lorsque l’ancrage électoral communiste est ancien14. Villeurbanne et le nouveau Lyon enregistrent des percées spectaculaires. La progression est légèrement plus faible dans le canton de Villeurbanne (14,2 % à 38,5 %) qu’à Villeurbanne même (14,8 % à 42,6 %) où les communistes ont enlevé, en 1935, la mairie au député maire socialiste, le médecin Lazare Goujon15. En 1936, le médecin Georges Lévy emporte, pour le parti communiste, le siège de député dès le premier tour. Dans la neuvième circonscription (seconde moitié du septième arrondissement), la progression est plus faible (de 11 % à 31 %). Félix Brun n’est élu qu’au second tour, grâce aux désistements des candidats radical et socialiste1617.

  • 18 La S.F.I.O. conserve un siège à l’Est de Lyon, dans la quatrième circonscription (moitié du troisi (...)

11La stabilité d’ensemble de la S.F.I.O. ne doit pas masquer une polarisation accrue de cette tendance. En 1932, les socialistes tenaient Vaise, où Jaurès prononça son dernier discours, et Villeurbanne. En 1936, leurs forces s’effondrent à l’Est et se concentrent à l’Ouest18. Les grands perdants, en voix, de la consultation, sont les radicaux. Dans la première circonscription, Edouard Herriot perd plus de deux mille voix entre 1932 et 1936, passant de 44,5 % des inscrits à 26,5 %. Les radicaux paient leur appui à la politique de déflation, mais leur alliance électorale leur permet de ne pas perdre trop de sièges. Herriot est élu au second tour, avec l’appui des voix socialistes et communistes. Il conserve 5.836 voix des 6.003 qui se sont prononcées pour le Front Populaire au premier tour.

Graphique 22. Evolution des orientations politiques entre 1932 et 1936

Graphique 22. Evolution des orientations politiques entre 1932 et 1936

1, 2, 31, 4, 5, 6, 7 : numéros des arrondissements
32 ………… : partie du troisième arrondissement située à l’Est de la voie ferrée
8 …………. : partie du septième arrondissement située au Sud et à l’Est de la voie ferrée
V ………… : Villeurbanne
CV ………. : Canton de Villeurbanne
C………….. : Caluire

  • 19 Philippe Braud, Le comportement électoral en France, 1973, 237 pages.

12Les élections de 1936 se déroulent dans un climat de forte tension. Les électeurs assistent à un débat politique important. En ce sens, leur comportement de 1936 témoigne, au-delà des aléas conjoncturels, d’orientations politiques profondes. Il y a, dans le comportement électoral, une part d’irrationnel19 et il faut se garder de tout vouloir expliquer. Il n’en demeure pas moins que le vote est produit par le vécu quotidien de l’électeur, condensé de son origine sociale, culturelle, de son engagement ou non dans la vie politique.

13Les candidats du Front Populaire l’emportent. Ce succès électoral est pourtant bien éloigné d’un raz-de-marée. Nationalement, les partis qui composent le Front Populaire en 1936, voient leurs gains augmenter de 1,5 % (44,5 % des inscrits en 1932, 46 % en 1936). Dans l’agglomération lyonnaise, la victoire électorale, acquise grâce aux désistements, ne doit pas masquer un léger recul (55 % des inscrits en 1932, 52 % en 1936). Certes, l’équilibre interne des partis s’est modifié, mais les comportements électoraux en 1936 ne reflètent pas que des tendances conjoncturelles, ils témoignent d’affinités idéologiques plus profondes.

3 - Typologie des attitudes politiques

14Les résultats retenus sont ceux du premier tour des élections législatives de 1936. Les voix sont regroupées en cinq grandes attitudes. Les abstentions (ABS), les voix hostiles au Front Populaire, la droite (DRO), les suffrages favorables au Front Populaire, radicaux (RAD), socialistes (SOC) et communistes (COM). Le coefficient de variation de chaque variable souligne les différences de discriminance.

Ecart-type

Moyenne

Coefficient de variation

Abstentions

3,28

20,75 %

0,16

Radicaux

6,04

19,20 %

0,31

Droite

12,45

26,14 %.

0,48

Socialistes

8,94

15,35 %

0,58

Communistes

13,07

18,56 %

0,70

15Le vote radical est donc moins polarisé que le vote socialiste ou le vote communiste. Par ailleurs, les abstentions ne permettent guère d’opposer de façon tranchée telle ou telle zone de l’espace urbain même si, globalement, la typologie souligne une liaison, faible, entre les orientations modérée ou radicale et l’abstentionnisme. La typologie dégage sept types d’organisation des cinq variables, elle explique 86 % de la variance totale. Les résultats sont présentés de la même façon que pour la typologie socio-professionnelle.

16Le Graphique 23 représente le point moyen de chaque type en soulignant la sur-représentation (zone noire supérieure à l’indice 100) ou la sous-représentation (zone inférieure à l’indice 100) de chacune des variables. La carte 29 permet d’étudier la répartition dans l’espace de chacun des types.

17Quatre types sont particulièrement contrastés et fondés sur la prépondérance d’une seule variable : le type 1 caractérisé par la très nette sur-représentation communiste (plus de deux fois la moyenne de l’agglomération), le type 2 où prédomine le vote socialiste, les types 6 et 7 où s’affirment les suffrages de droite. Les types 3 et 5 conjuguent la prééminence de deux variables : socialistes et droite ou radicaux et droite. Enfin, le type 4 est très proche de la moyenne de l’agglomération et regroupe à lui seul le tiers des bureaux de vote. Dans ce dernier type, les variables sous-représentées (DRO et COM) le sont très faiblement.

18Les divers types occupent des zones très définies de l’espace urbain et il est très remarquable que, globalement, les bureaux d’une même zone appartiennent tous à un même type.

19Les types 6 et 7 occupent le centre de la presqu’île, les quais du sixième arrondissement et le quartier des Brotteaux ainsi que deux communes de banlieue : Caluire et Sainte-Foy. Une partie du plateau de la Croix-Rousse (quatrième arrondissement) relève également du type 6 en raison de la candidature d’un radical indépendant, hostile au Front Populaire.

Graphique 23. Typologie des orientations politiques en 1936

Graphique 23. Typologie des orientations politiques en 1936

CARTE 29. Typologie des orientations politiques en 1936

CARTE 29. Typologie des orientations politiques en 1936

20Tous les bureaux du premier arrondissement appartiennent au type 5 où s’affirme la légère sur-représentation de la droite et des radicaux.

21Le type 4, très proche de la moyenne de l’agglomération, « le Lyon moyen», se développe dans les bureaux lyonnais les plus anciennement bâtis. Là, les options politiques les plus tranchées ne prédominent pas. Ce feutrage des contradictions est essentiel pour comprendre la vie politique lyonnaise. A l’Ouest de la Saône s’affirme la prépondérance socialiste, exclusive (Vaise) ou associée à celle de la droite à proximité de Sainte-Foy (510).

22L’orientation communiste ne s’affirme qu’au Sud et à l’Est de l’agglomération. A Villeurbanne, tous les bureaux appartiennent au type 1, mais le bureau des gratte-ciel (001) est un des plus éloignés du point moyen du type : ce dernier se caractérise par 10,8 % de suffrages socialistes et 39,5 % de suffrages communistes, or les socialistes obtiennent 16 % des voix dans le premier bureau et les communistes 32 %.

23Alors qu’il existe un Lyon de droite, un Lyon socialiste et un Lyon communiste, la ville d’Edouard Herriot ne possède pas de quartiers radicaux. La force du radicalisme s’explique-t-elle par son ubiquité spatiale... et sociale ?

B - Recherche des correspondances entre orientation politique, appartenance sociale, origine géographique, situation familiale et génération

1 - L’analyse factorielle des correspondances

  • 20 Antoine Prost, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, 1974. Chapitre VI, (...)
  • 21 Lorsque nous avons soutenu notre 3e cycle, en avril 1978, les analyses présentées ne portaient que (...)

24« L’analyse factorielle des correspondances est une méthode mathématique de traitement des données. Du point de vue de l’utilisateur, historien ou linguiste, non du mathématicien, elle présente trois caractères principaux. Elle permet d’abord le traitement de données numériques nombreuses, pour peu qu’elles se présentent sous forme de tableau à double entrée, carré ou rectangulaire. En second lieu, bien qu’elle procède à une série complexe de transformations mathématiques, cette méthode respecte au long du processus la complexité même des données initiales ; elle préserve l’information maximale. Enfin, elle aboutit à des représentations graphiques interprétables, qui autorisent une sorte d’expérimentation visuelle »20. De l’application de la méthode, nous sommes redevables au Centre de Calcul de l’Université d’Orléans et à Antoine Prost. Nous empruntons à ce dernier la présentation de l’analyse factorielle en langage « d’honnête homme »21.

  • 22 Antoine Prost, Vocabulaire... op. cit., p. 83.

25« L’analyse mathématique n’interprète pas : elle dit les correspondances et les similitudes - ou les distances - de fait, elle révèle les dépendances occultes. A l’historien de les interpréter ». Mais en quoi consiste une analyse factorielle ? « Nous sommes partis d’un tableau de données à double entrée... Ces données nous ont permis de construire un nuage de points. Nous en avons défini les deux axes d’inertie, ou axes factoriels. Nos données initiales ont alors été transcrites en coordonnées par rapport à ces axes factoriels. Nos deux axes factoriels ne sont pas corrélés. Mais la position des points les uns par rapport aux autres dans le nuage - c’est-à-dire aussi par rapport aux axes factoriels qui résument le mieux ce nuage - a été fidèlement conservée. On peut réfléchir sur ces positions, sur les proximités, les distances et la configuration, pour leur trouver une signification »22. Pour interpréter les résultats, plusieurs règles sont à retenir :

  • 23 Antoine Prost, Vocabulaire... op. cit., p. 90-91.

« 1 - Les facteurs n’ont pas de signification propre au terme du calcul : c’est l’interprétation qui leur prête un sens, toujours discutable...
« 2 - Les différents facteurs successivement extraits rendent compte de l’information de façon dégressive...
« 3 - La présentation de l’analyse factorielle sous forme de diagrammes, dans un espace à deux dimensions, avec deux axes (F 1 et F2 par exemple), rappelle aussitôt aux historiens et aux économistes, le classique nuage de corrélation. Pour les lire correctement, il faut absolument se défaire de ce schéma perceptif : par construction nos facteurs ont une corrélation nulle... »23.

2 - Les élections de 1936

26La première analyse porte sur l’ensemble des bureaux de vote et des communes de l’agglomération lyonnaise. Chaque individu (bureau ou commune) est défini par la composition socio-professionnelle (12 variables), la structure d’âges (5 variables), la situation familiale (6 variables), l’origine géographique (4 variables) et les orientations politiques (5 variables). Il y a donc 32 variables par individu et 104 individus.

  • 24 Voir en annexe la table de transcodage des catégories socio-professionnelles.

27Les 39 catégories socio-professionnelles ont été regroupées en 12 catégories afin que l’analyse ne soit pas faussée par des chiffres trop faibles24. Pour les classes d’âge, nous avons retenu des cohortes de dix ans. Les variables géographiques sont natifs de l’agglomération (NTA), migrants urbains (MGU), migrants ruraux (MGR) et nés hors France métropolitaine (NHF), les variables qui caractérisent la situation familiale sont celles qui ont été utilisées au chapitre deux.

28Plusieurs analyses factorielles ont été réalisées. Nous ne présentons ici que celles ou les variables politiques n'interviennent pas dans la détermination des axes, elles sont projetées sur les axes définis par les autres types de variables.

  • 25 Comment estimer la proportion d’information expliquée par un facteur ? « Tout dépend du nombre tot (...)
  • 26 Antoine Prost précise : (Vocabulaire... op. cit., p. 87) « Il convient de le (nuage de points) lir (...)

29Le Graphique 24 présente l’organisation des individus et des variables sur l’axe 1 et l’axe 2. L’axe 1 explique 28,9 % de la variance, l’axe 2, 13,5 %25. Chaque axe doit être lu indépendamment de l’autre26. Les variables qui contribuent le plus à la détermination de l’axe 1 sont trois variables sociales : ouvriers (OUV), manoeuvres (MAN) et cadres supérieurs (CAS). Sur cet axe les variables sociales sont celles qui enregistrent l’amplitude la plus forte. Entre MAN (coordonnée + 0,51) et CAS (coordonnée - 0,81) l’amplitude est de 1,32 ; entre les natifs de l’agglomération (NTA) et les nés hors France (NHF), elle est de 0,38. Entre A + 6 (60 ans et plus) et A34 (30-40 ans) d’une part et CSE (célibataire sans enfant) et M3E (marié, 3 enfants ou plus) d’autre part, l’amplitude n’est que de 0,25. La structure sociale est bien la caractéristique première de l'espace urbain. Elle fonde la hiérarchie urbaine qui se dessine très nettement sur l’axe 1. Quatre variables se trouvent rejetées au bas de la hiérarchie (valeurs très positives sur F1) MAN, OUV, SPB et OAR. Puis viennent des catégories bien intégrées à la hiérarchie urbaine : ART (artisans), PCO (petits commerçants), RET (retraités), DIV (divers), EMP (employés) et TCM (techniciens, cadres moyens). Elles permettent de différencier la petite bourgeoisie entre l’atelier et la boutique d’une part, qui occupent la position la moins enviable et les cols blancs, beaucoup plus favorisés. Comment s’explique la place des employés ? Par des raisons conjoncturelles liées à la crise des années trente ? Nous ne le croyons pas : nous avons déjà souligné que les sources utilisées ne donnent pas une image strictement datée, et, de plus, chaque catégorie est caractérisée par son implantation résidentielle. Plus que la conjoncture compte ici le rôle de capitale régionale qu’occupe Lyon. Au sommet de la hiérarchie urbaine se trouvent les négociants et industriels (NID) et les cadres supérieurs (CAS).

Graphique 24. Analyse factorielle : les élections de 1936

Graphique 24. Analyse factorielle : les élections de 1936

Graphique 24. Analyse factorielle : les élections de 1936

Graphique 24. Analyse factorielle : les élections de 1936

Légende commune aux Graphiques 24 - 25 - 26 et 27

Orientation politique en 1936

Origine géographique

ABS : Abstentions

NHF : Nés hors France

DRO : Suffrages de droite

MGR : Migrants ruraux

RAD : Suffrages radicaux

MGU : Migrants urbains

SOC : Suffrages socialistes

NTA : Natifs de l’agglomération

COM : Suffrages communistes

Catégories socio-professionnelles

Orientation politique en 1932

ART : Artisans

(Graphiques 25 et 26 seulement)

CAS : Cadres supérieurs

A32 : Abstentions

DIV : Divers

D32 : Suffrages de droite

EMP : Employés

R32 : Suffrages radicaux

MAN : Manoeuvres

S32 : Suffrages socialistes

NID : Négociants, industriels

C32 : Suffrages communistes

OAR : Ouvriers ou artisans

OUV : Ouvriers

Situation familiale

PCO : Petits commerçants

CSE : Célibataires sans enfant

RET : Retraités

CAE : Célibataires avec enfants (en fait veufs ou divorcés)

SPB : Services publics ou assimilés

MSE : Mariés sans enfants

TCM : Techniciens, cadres moyens

M1E : Mariés avec 1 enfant

M2E : Mariés avec 2 enfants

M3E : Mariés avec 3 enfants ou plus

30Comment s’organisent les autres types de variables en fonction de la hiérarchie sociale ? Les natifs de l’agglomération (NTA) et les migrants urbains (MGU) occupent une place avantageuse de même que les électeurs de plus de 50 ans (A56 et surtout A + 6). En ce qui concerne la situation familiale, les ménages ayant des enfants (M1E, M2E et M3E) se trouvent tous à proximité des catégories mal intégrées à la hiérarchie et en particulier à proximité des chefs de ménages les plus jeunes (A34 et A45).

31L’orientation politique suit fidèlement la hiérarchie sociale et les deux variables les mieux expliquées sont, bien sûr, les options les plus tranchées, orientation à droite (DRO) et vote communiste (COM). Le vote radical est, parmi les partisans du Front Populaire, le plus proche du vote à droite. Les abstentions se situent plutôt du côté de l’intégration à la hiérarchie urbaine (la distance entre ABS et COM est de 0,59, elle n’est que de 0,37 entre ABS et DRO et de 0,10 entre ABS et RAD).

32Toutes ces constatations confirment le plus souvent des résultats connus ou soupçonnés. Elles permettent surtout de comprendre comment la hiérarchie sociale intervient dans la détermination des espaces urbains. Particulièrement net est le classement des divers bureaux de vote sur l’axe 1. Les bureaux villeurbannais s’égrènent depuis 014, bureau le moins bien intégré, jusqu’à celui des gratte-ciel (001) qui occupe une position moyenne dans la hiérarchie urbaine. Ce bureau est à l’écart du tissu urbain qui l’entoure, ce qui n’est pas le cas de l’autre grande opération d’urbanisme de l’entre-deux-guerres, le quartier des Etats-Unis (806). Ce dernier se situe, sur l’axe 1, au même niveau que 805, 808, 810. La répartition des bureaux de la presqu’île est particulièrement éloquente : tous les bureaux du plateau croix-roussien (sauf 408, celui où résidait Edouard Herriot, et surtout 402) ont des coordonnées positives ou nulles, tous les bureaux des pentes de la Croix-Rousse ont des coordonnées négatives (sauf 105), c’est-à-dire qu’ils sont mieux intégrés à la hiérarchie urbaine que ceux du Plateau. Enfin les bureaux du deuxième arrondissement s’organisent autour du pôle dominant, en particulier 201, 204, 203. Deux exceptions significatives : les bureaux 209 et 210 qui sont situés derrière les voûtes de Perrache. La répartition des bureaux d’un même arrondissement sur l’axe 1 permet d’apprécier leur homogénéité en mesurant l’amplitude qui sépare les bureaux extrêmes.

1er arrondissement

0,31

2e arrondissement

0,62

3e arrondissement (avec 305)

0,54

3e arrondissement (sans 305)

0,34

4e arrondissement

0,15

5e arrondissement

0,33

6e arrondissement

0,51

7e arrondissement (1ère moitié)

0,21

7e arrondissement (2e moitié)

0,32

Villeurbanne

0,36

33Le plateau de la Croix-Rousse (quatrième arrondissement) est particulièrement homogène alors que les arrondissements de la rive gauche qui possèdent des bureaux sur les quais du Rhône et à l’Est de la voie ferrée Lyon-Genève le sont beaucoup moins (cas du troisième arrondissement et du bureau 305).

  • 27 Il peut paraître surprenant que les gratte-ciel (001) se trouvent au coeur de cette zone que nous (...)
  • 28 Antoine Prost. Les anciens combattants et la société française 1914-1939, (1977). Volume 2. Sociol (...)

34L’axe 2 est déterminé par deux variables sociales imparfaitement expliquées par l’axe 1. La variable DIV associe professions agricoles et personnel de service, la variable SPB (services publics et assimilés), dont le poids est plus fort dans la détermination de l’axe, regroupe essentiellement cheminots, traminots et postiers. Les variables bien expliquées sur l’axe 2 sont M3E (nous avons déjà souligné la liaison entre familles nombreuses et professions à statut), ART, OAR, et de façon moindre, CAS. Les bureaux dont le second facteur rend le mieux compte sont, pour les valeurs positives 505, 210, 904 et, pour les valeurs négatives 306, 404, 405, 406 et 00627. L’interprétation de ce second facteur est délicate. Il oppose les zones de forte tradition urbaine à des zones périphériques. Cet axe renvoie également au caractère lyonnais ou non des individus et des variables étudiées. Le caractère périphérique, au sens strict, de Sainte-Foy (904) ou du quartier du Point du jour (505) n’est guère contestable et l’importance des terrains agricoles explique le poids de la catégorie DIV. Le caractère périphérique de 210, et des autres bureaux ferroviaires bien expliqués, renvoie à un phénomène plus complexe. Pour les cheminots (47 % de la catégorie SPB), plus que la ville compte le réseau. Etudiant les associations de cheminots anciens combattants, Antoine Prost constate : « dans ce milieu professionnel très solidaire,... le sentiment d’appartenance à la corporation est plus fort que l’enracinement local »28. En va-t-il de même pour les traminots et les postiers ? Notons enfin que du sein des groupes dominants les cadres supérieurs sont plus urbains que lyonnais au contraire des négociants et industriels. Si cette interprétation est valide, on admettra que dans ces bureaux puisse se développer une sociabilité qui ne doit rien à la tradition lyonnaise. Au contraire, à l’autre extrémité de l’axe 2, se regroupent des bureaux relativement bien intégrés à la hiérarchie urbaine - ils sont au centre de l’axe 1 - ou résident artisans (ART), ouvriers ou artisans (OAR) et petits commerçants. Face au monde des professions à statut, la boutique et l’atelier. Tradition lyonnaise : ces bureaux correspondent à ceux de l’ancienne Fabrique (404, 405, 406) et de la nouvelle, aux Charpennes (006).

  • 29 Sur l’axe 2, les contributions relatives des variables politiques sont DRO = 0,00 ; RAD = 0,05 ; S (...)
  • 30 Dans l’abstentionnisme électoral en France, (1968), Alain Lancelot essaie (p. 195 et sq.), de préc (...)

35Ce second facteur rend assez bien compte de trois attitudes politiques : le vote radical, le vote socialiste et surtout l’abstention29. Il explique bien deux variables géographiques, les natifs de l’agglomération (NTA) et les migrants ruraux (MGR). L’abstention semble liée à la tradition urbaine30 mais elle découle, peut-être, aussi, de l’attitude de la boutique et de l’atelier, de même que le vote radical. Au contraire, le vote socialiste est lié à la présence de migrants ruraux, très nombreux dans les services publics et assimilés (SPB).

36De cette première analyse factorielle, retenons deux facteurs essentiels à la compréhension de l’espace social et de l’espace politique urbain : les clivages sociaux et leur traduction dans l’espace d’une part, l’opposition entre zones à forte tradition urbaine et locale et zones périphériques d’autre part. Ces deux facteurs expliquent également la seconde analyse factorielle.

3 - Les élections de 1932 et de 1936

  • 31 Deux communes de banlieue Pierre-Bénite (903) et La Mulatière (901) n’ont pas été retenues : les r (...)

37La seconde analyse ne porte que sur les bureaux de vote dont le découpage est resté identique entre 1932 et 1936. Sont éliminés la commune de Villeurbanne, les bureaux du troisième arrondissement et du septième arrondissement situés à l’Est de la voie ferrée Lyon-Genève, c’est-à-dire les zones qui ont connu des transformations importantes pendant les années trente31. Pour définir les individus nous avons utilisé les mêmes variables que pour l’analyse précédente, augmentées des résultats du premier tour des élections de 1932. L’analyse porte sur soixante-treize individus définis par trente-sept variables. De même que pour l’analysé précédente, les orientations politiques n’interviennent pas dans la détermination des axes, elles sont projetées en points supplémentaires.

Graphique 25. Analyse factorielle : les élections de 1932 et de 1936 (Axe 1 et Axe 2)

Graphique 25. Analyse factorielle : les élections de 1932 et de 1936 (Axe 1 et Axe 2)

Graphique 25. Analyse factorielle : les élections de 1932 et de 1936 (Axe 1 et Axe 2)

Graphique 25. Analyse factorielle : les élections de 1932 et de 1936 (Axe 1 et Axe 2)

38Le Graphique 25 présente l’organisation des variables sur l’axe 1 et sur l’axe 2. Le premier axe explique 29,3 % de la variance, le second 14,9 %. L’axe 1 s’interprète de la même manière que précédemment. Il représente la place occupée dans la hiérarchie sociale urbaine. Comme l’analyse ne porte que sur les espaces les plus anciennement bâtis, certaines catégories qui se trouvaient bien intégrées par rapport à l’ensemble de l’agglomération voient leur position se dégrader.

39Un exemple : sur l’axe 1 de la première analyse, l’abcisse de la catégorie employés (EMP), était - 0,24, maintenant elle n’est plus que de - 0,14. De même pour les artisans (ART), elle passe de 0,00 à 0,02. Les catégories qui occupent une position moyenne par rapport à l’ensemble de l’agglomération ont une position relativement moins enviable par rapport à la zone centrale, lieu privilégié des catégories dominantes. Le choix de l’espace qui sert de base au calcul des valeurs moyennes influence les résultats obtenus. Particulièrement net est le cas des bureaux du premier arrondissement. Tous les bureaux se sont déplacés vers la droite de l’axe 1 de 0,08 point en moyenne. Ils se trouvent maintenant également répartis entre les valeurs positives et les valeurs négatives. Les bureaux les mieux intégrés à la hiérarchie urbaine se trouvent au bas des pentes de la Croix-Rousse (107, 108, 109). Quelle évolution ont connu les attitudes politiques entre 1932 et 1936 ? Globalement les changements sont assez faibles : aucun changement pour les abstentions et le vote radical, un mouvement vers le point 0 pour les autres orientations. Le reflux radical ne résulte pas de la désaffection de tel ou tel quartier, de tel ou tel arrondissement, il se fait sur place. La droite et le Parti communiste élargissent leur assise spatiale, ce qui explique les mouvements observés. En 1936, ces deux orientations sont moins discriminantes qu’en 1932. La droite a reçu le renfort de radicaux indépendants hostiles au Front populaire et le Parti communiste a découvert les couleurs de France. La SFIO recule très nettement en banlieue Est et Sud mais se renforce à Vaise.

40L’axe 2 renvoie toujours à l’opposition périphérie/tradition urbaine et lyonnaise. De nombreuses variables sont mieux expliquées que sur la première analyse. Le caractère lyonnais rend bien compte des natifs de l’agglomération (NTA), des employés (EMP), des couples sans enfant (MSE), des abstentions (ABS et A32) et du vote radical (RAD et R32). Le malthusianisme urbain s’oppose aux familles plus nombreuses dont les chefs de ménage sont plutôt des migrants.

41La tradition radicale de Lyon ne saurait poser problème. Au milieu de l’axe 1, tant en 1932 qu’en 1936, le radicalisme correspond bien à une place moyenne dans la hiérarchie sociale, à cette « couche sociale nouvelle » chère à Gambetta. Sur l’axe 2, le vote radical se trouve au coeur de la tradition lyonnaise avec 1 atelier, la boutique et les petits cols blancs. Dans les zones périphériques au contraire, la grande usine prime, la trame commerciale est plus lâche et les sièges sociaux absents.

  • 32 L’axe 3 de la première analyse factorielle explique 9 % de la variance. Il peut s’interpréter de l (...)

42Le Graphique 26 présente l’axe 1 et l’axe 3. Seuls sont figurés les variables et les bureaux bien expliqués sur l’axe 3. Cet axe explique 11 % de la variance32. SPB et DIV où comptent surtout les agriculteurs et les personnels de service (79 % de la catégorie) occupent les positions extrêmes. Cet axe renvoie à trois oppositions, assez délicates à démêler. Il oppose les manuels aux non-manuels (OUV, MAN et EMP), les secteurs primaire et secondaire au secteur tertiaire (ART, OUV, DIV et TCM, EMP), les catégories où l’emploi est stable aux catégories où la sécurité est moindre (SPB et OUV, MAN, DIV). Négociants, industriels (NID) et cadres supérieurs (CAS) ne sont que partiellement expliqués par cet axe car les précédents sont, pour ces variables, essentiels. En ce qui concerne les variables géographiques, il est significatif que NHF obtienne l’ordonnée la plus faible (NHF = - 0,20 ; NTA = - 0,5 ; MGU et MGR = + 0,5).

  • 33 Les contributions relatives des variables politiques sont les suivantes : DRO = 0,02 ; RAD = 0,01  (...)
  • 34 Antoine Prost, La C.G.T. à l’époque du Front Populaire 1934-1939 - Essai de description numérique,(...)

43Ces oppositions expliquent assez bien deux types d’orientations politiques, le vote socialiste et le vote communiste33. On retrouve là, mutatis mutandis, des oppositions repérées, à la même époque, au sein des organisations syndicales. Avant la réalisation de l’unité syndicale, la C.G.T.U. et la C.G.T. ne recrutent pas exactement dans les mêmes groupes professionnels, et même après la réunification, la tonalité ex-unitaire ou ex-confédérée des fédérations ne disparaît pas totalement. La C.G.T.U. « mise essentiellement sur les ouvriers du secteur « secondaire » alors que, précisément, les conditions sociologiques sont, dans ce secteur, peu favorables à la constitution d’organisations stables « La C.G.T. « recrute surtout parmi les travailleurs du secteur « tertiaire »... la clientèle de la C.G.T. est plus stable..., elle bénéficie d’une plus grande sécurité »34.

44Notons que la position du vote communiste entre 1932 et 1936 n’évolue pas. COM et C32 ont exactement la même ordonnée que NHF. Entre 1932 et 1936, le vote socialiste se déplace légèrement vers SPB et s’éloigne d’autant de OUV et MAN.

Graphique 26. Analyse factorielle : les élections de 1932 et de 1936 (Axe 1 et Axe 3)

Graphique 26. Analyse factorielle : les élections de 1932 et de 1936 (Axe 1 et Axe 3)

45Cette interprétation est intéressante mais d’autres recherches doivent en confirmer la pertinence. L’utiliser de manière schématique et oublier qu’elle n’est suggérée que par le troisième facteur provoquerait des erreurs.

  • 35 Pour une réflexion sur la validité de cette notion pour les historiens, se reporter à Maurice Agul (...)

46Dans La Plaisante Sagesse Lyonnaise, Catherin Bugnard rapporte la réflexion suivante : « Tout le monde peuvent pas être de Lyon. Il en faut ben d’un peu partout. » C’est à cette maxime que renvoie, en partie, l’interprétation du second facteur, l’absence ou la présence de traditions lyonnaises. Il nous faut en tenir compte pour définir les sociabilités urbaines mais sans négliger l’élément essentiel de la structuration des espaces urbains : la hiérarchie sociale. Maurice Agulhon définit deux approches de la sociabilité. L’approche spatiale et l’approche temporelle. C’est de la première que nous voudrions essayer de rendre compte maintenant, en nous efforçant de passer « de la sociabilité intuitivement perçue ou qualitativement décrite, à une mesure de faits sociologiques précis »35.

C - L’espace socio-politique lyonnais : approche des sociabilités urbaines

47La typologie générale porte sur les cinq variables politiques (résultats électoraux de 1936), les douze variables sociales, les quatre variables géographiques et les cinq variables d’âge. Elle porte sur l’ensemble des bureaux et communes. La variance totale est de 910. Le premier groupe de variables y participe pour 50 %, le second pour 31 %, le troisième pour 11 % et le dernier pour 8 %. Donc, une très nette progression de l’âge au politique, élément essentiel de la typologie. Le Graphique 27 et la Carte 30 présentent les caractéristiques des neuf types dégagés et leur répartition dans l’espace. La variance expliquée est de 67 %.

48Les types 1 et 2 correspondent au Lyon dominant. Le type 1 regroupe neuf bureaux ou communes et 8 % de l’électorat ; le type 2, douze bureaux et 14 % de l’électorat. Orientés à droite, ces deux types rassemblent l’électorat le plus aisé, le plus âgé (dans le type 1, la légère sur-représentation de A23 renvoie à la présence d’étudiants) et le plus urbain. Il est significatif que dans le type 1, la sur-représentation de MGU soit plus forte que celle de NTA. La localisation ne surprend pas : au coeur de la presqu’île s’ajoutent les quais du Rhône, les Brotteaux, la partie la plus récemment bâtie et la plus cossue du plateau de la Croix-Rousse (402), Caluire et Sainte-Foy.

Graphique 27. Typologie générale

Graphique 27. Typologie générale

CARTE 30. Typologie générale

CARTE 30. Typologie générale

49Avec le type 3, nous abordons des bureaux et des communes où la typologie politique n’est pas fondée sur la sur-représentation d’une seule variable. Le type ne regroupe que cinq bureaux et 5 % de l’électorat. La sur-représentation des catégories dominantes est associée à celle de couches moyennes. Au vote à droite se conjugue l’orientation socialiste. C’est surtout le Sud du cinquième arrondissement qui relève de ce type.

50Les types 4 et 5 regroupent respectivement vingt-sept bureaux et 25 % de l’électorat, dix-sept bureaux et 16 % de l’électorat. Ces deux types sont très proches de la moyenne de l’agglomération. Toutes les variables ne sont que très faiblement sous-représentées ou sur-représentées. Nous sommes là dans les milieux de l’osmose, aux clivages feutrés. Le Nord de la presqu’île et la plus grande partie de la rive gauche de Lyon relève de ces types peu contrastés. Un seul bureau villeurbannais appartient au type 5, 001, le bureau des gratte-ciel dont nous avons souvent souligné l’originalité.

51Les types 6 et 7 enregistrent une sur-représentation des Services publics et assimilés. Les travailleurs manuels sont bien représentés. Le type 6 (sept bureaux, 8 % de l’électorat) ne correspond pas à une zone précise de l’agglomération au contraire du type 7 (sept bureaux, 6 % de l’électorat) qui n’existe qu’à Vaise. La sur-représentation socialiste caractérise cet espace où se sont installés de nombreux migrants ruraux.

52Les deux derniers types offrent l’image inversée des types 1 et 2. Le type 8 regroupe douze bureaux ou communes et 11 % de l’électorat, le type 9, 8 bureaux ou communes et 7 % de l’électorat. A la prépondérance du vote à droite des types 1 et 2 correspond celle de l’orientation communiste. Les travailleurs manuels sont très nettement sur-représentés au contraire des catégories moyennes et surtout dominantes. Le monde de l’Est et du Sud de l’agglomération tend à être un isolat social. Homogénéité sociale, population plus jeune que dans le reste de l’agglomération, prépondérance des migrants et surtout des électeurs nés hors de la France métropolitaine, telles sont les caractéristiques de ce monde des exclus où réside presqu’un électeur sur cinq.

  • 36 La thèse de Marcel Massard, op. cit., montre bien que l’isolat social n’implique pas nécessairemen (...)
  • 37 G. Dupeux, L’étude de la mobilité sociale. Quelques problèmes de méthode, in Conjoncture économiqu (...)

53Cette typologie permet de préciser les relations qu’entretiennent les comportements politiques et la structure sociale. Elle montre également comment peuvent s’organiser les sociabilités urbaines. Les orientations politiques les plus tranchées - vote à droite et vote communiste - vont de pair avec la tendance à l’isolat social, au moins dans la grande ville36. La ségrégation sociale renforce l’émergence d’affinités idéologiques très discriminantes. Faut-il alors conclure que l’isolat induit la conscience de classe, alors que l’osmose atténue les oppositions idéologiques et politiques car elle laisse ouverte l’issue de la mobilité sociale ? Le phénomène ne serait pas sans logique. « Les effets de la mobilité sur la perception de la société par les individus, sur leur vision des rapports sociaux et sur leurs attitudes politiques, semblent réels. La mobilité ascendante, par exemple, engendrerait le plus souvent le conservatisme politique »37. L’espoir de la mobilité ascendante est renforcé par la coexistence de groupes sociaux divers dans le même espace ; cette coexistence existe même parfois à l’intérieur de la famille de l’électeur, lorsque sa femme tient échoppe ou café. De cet espoir naîtrait l’adoption du conservatisme local, c’est-à-dire dans les vieux quartiers lyonnais, du radicalisme. Le choix politique précéderait alors la mobilité qui l’impliquerait. Le mental, le politique ne retarderaient plus sur le social, ils le devanceraient...

  • 38 M. Agulhon, op. cit., p. 10. Bien entendu, notre connaissance de l’économie est faible, mais un de (...)

54Homogénéité et osmose déterminent deux modes différents de sociabilité. Autour de ces deux pôles, et en nous référant à la distribution des bureaux dans l’espace socio-politique, nous pouvons esquisser une explication de la sociabilité, « par le résultat de rapports sociaux, économiques et historiques objectifs»38.

  • 39 Rappelons à nouveau la remarque de G. Navel, op. cit., pp. 64-65 : « Les riches n’étaient qu’un my (...)
  • 40 H. Coing, op. cit., pp. 64-65, signale la relation étroite qui existe entre l’animation de la rue (...)

55Le Lyon des affaires, monde de l’espace privé, volontiers hermétique aux étrangers, ne possède pas les conditions nécessaires à l’émergence d’une vie publique de relations intenses. Même les cafés rebutent les étrangers à cet espace socio-politique39. Ailleurs se développe la vie de quartier, ce raccourci de l’interférence des diverses filières de relations. Communauté de l’espace vécu et médiocrité des logements participent de cette animation40. Mais les fondements en sont différents à la Croix-Rousse, à Vaise, aux abords de la route de Vienne (802) et à Gerland, à l’Est de Villeurbanne.

  • 41 Voir le paragraphe sur les migrants ardéchois et l’association des natifs du canton d’Annonay, p.  (...)

56Dans les quartiers les plus anciens, la structure sociale est complexe : tous les groupes sociaux sont assez bien représentés et de nombreux éléments médiateurs contribuent à atténuer les oppositions. En particulier, le regroupement, de fait, des originaires (existence d’associations informelles ou institutionnalisées) donne naissance à des réseaux de solidarité qui peuvent transgresser les clivages sociaux41.

  • 42 C’est, bien entendu, dans le premier type de quartiers que se trouvent les descendants de « ce Pau (...)
  • 43 Voir, dans Le Monde du 30 août 1977, Danielle Rouard, « Les jeunes et la crise - Accomodements à l (...)

57Au contraire de cette vie fondée sur l’osmose et le feutrage des contradictions, dans les quartiers ouvriers de la périphérie se constitue un univers où les affinités sociales, voire idéologiques, sont prépondérantes. Le premier type de relations perpétue le monde des migrations anciennes, fondées sur la filière professionnelle et la communauté de l’espace vécu passé. Au contraire, dans les quartiers plus récents la communauté de l’espace vécu passé compte moins que la communauté de l’espace vécu présent. Les clivages sociaux, dont les formes sont ici plus tranchées, l’emportent sur tous les autres facteurs de la sociabilité4243.

***

Notes

1 Antoine Prost, les manifestations du 12 février 1934 en province, in numéro spécial du Mouvement Social-Front Populaire, numéro 54, janvier-mars 1966, pp. 6-27.

2 Georges Dupeux, Le Front Populaire et les élections de 1936, 1959 (citation p. 58).

3 Ibid., p. 59.

4 Ibid., p. 63.

5 Ibid., p. 81.

6 E. Pfeiffer démissionne alors du comité exécutif du parti radical. Il écrit : « Le Bureau... ne voulait pas la condamnation doctrinale du communisme... parce que les candidats radicaux escomptent, aux prochaines élections, les désistements bolchevistes... le sort en est jeté : une importante fraction du parti radical désire se souder au front commun ; elle n’a qu’un but : abattre M. Herriot ». Cité par G. Dupeux, op. cit., p. 93.

7 Pour une étude détaillée de la situation, de la campagne électorale, voir Joël Rosier, Les élections législatives à Lyon et dans le département du Rhône en 1936, Mémoire de maîtrise, Lyon II, 1976-1977, deux volumes dactylographiés.

8 Les modérés regroupent l’U.R.D. et les candidats nettement hostiles au Front Populaire, en particulier les radicaux indépendants (cas du quatrième arrondissement). Les socialistes regroupent la S.F.I.O. et les quelques voix des groupes minoritaires (les bolchevistes-léninistes à Villeurbanne). L’ensemble des scrutins est très simple, tant en 1932 qu’en 1936, mettant en présence un candidat pour chaque grande tendance.
En 1936, cependant, le quatrième arrondissement a sept candidats : deux radicaux-indépendants et un républicain-indépendant, ainsi qu’un U.R.D., s’opposent au radical-socialiste, au socialiste et au communiste. Les voix des quatre premiers candidats ont été regroupées. Nous suivons en cela les choix effectués par G. Dupeux au plan national, op. cit., pp. 124-125.

9 V.O. Key, Southern politics in State and Nation, New-York, 1950. Cité par G. Dupeux, op. cit., pp. 126-127.
Les graphiques réalisés par G. Dupeux sont publiés hors texte. Ils sont établis dans le cadre départemental. Nous avons retenu ici le cadre de la circonscription, le canton de Villeurbanne (Saint-Fons, Vénissieux, Bron et Vaulx-en-Velin) a été isolé de la commune de Villeurbanne. Pour Caluire, les résultats de la commune sont seuls considérés. Caluire fait partie de la dixième circonscription du Rhône, avec les cantons de Neuville, l’Arbresle...

10 Comme le montrent les graphiques numéros I, II, III et IV dressés par G. Dupeux, op. cit., le fait ne doit pas surprendre : les électeurs de l’agglomération représentent presque les deux tiers de l’ensemble du département.

11 D’après les chiffres fournis par G. Dupeux, op. cit., p. 126, l’évolution est la suivante :

1932

1936

P.C.F

6,8 %

12,5 %

S.F.I.O

17,6 %

16,9 %

Radicaux

20,1 %

16,6 %

Droite

37,4 %

35,9 %

12 Il s’agit d’un des deux cas d’indiscipline socialiste signalés par G. Dupeux, op. cit., p. 133. L’autre cas (circonscription de Dole) a également coûté un siège au Front Populaire.

13 On enregistre un léger recul modéré dans le cinquième arrondissement et dans la quatrième circonscription (partie du troisième arrondissement, située à l’Est de la voie ferrée). Dans ce dernier cas, un indépendant s’est maintenu contre le candidat U.R.D. au second tour.

14 A propos du rôle de l’ancrage électoral ancien dans la progression communiste, voir le cas « limite », Bernard Chambaz, L’implantation du parti communiste français à Ivry, in Jacques Girault (sous la direction de), Sur l’implantation du Parti communiste français dans l’entre-deux-guerres, 1977, pp. 147-177.

15 Après la guerre, la municipalité a été gérée par le P.C.F. Le maire fut, jusqu’en 1922, le docteur Grandclément. Voir à ce propos, J.L. Pinol, Origines et débuts du comunisme à Lyon, 1918-1923, Maîtrise 1972, dactylographiée, pp. 286-288. Voir également la liste des maires de Villeurbanne, dressée par Charles Hernu, op. cit., pp. 109-110.

16 Il ne réalise pas le plein des voix du Front Populaire du premier tour. Elles représentent 7.949 voix au premier tour et il n’en recueille que 5.223 au second. Le candidat U.R.D. voit, au contraire, son score passer de 1.330 à 4.072. Le nombre des votants demeurant sensiblement identique : 9.302 au second tour contre 9.277 au premier.

17 La corrélation des pertes radicales et des gains communistes est positive dans le cadre des circonscriptions (+ 0,43). Ce coefficient n’est pas totalement significatif. Il résulte de deux mouvements contradictoires : dans certains arrondissements, gains communistes et pertes radicales sont proportionnels (T. = - 0,75 pour les neuf bureaux du premier). Ailleurs, ils sont inversement proportionnels. A Villeurbanne (il n’est pas possible de calculer le coefficient de corrélation car le découpage des bureaux a complètement changé entre 1932 et 1936) le gain communiste est de 27,8 % et la perte radicale de - 3,4 %. Les transferts de voix, à l’intérieur du regroupement du Front Populaire, n’obéissent pas à des mouvements simples.

18 La S.F.I.O. conserve un siège à l’Est de Lyon, dans la quatrième circonscription (moitié du troisième arrondissement située à l’Est de la voie ferrée). Voici le témoignage du vainqueur, André Philip, tel qu’il l’a raconté lors du Colloque « Léon Blum, Chef de Gouvernement, 1936-1937 », Paris 1967. Le témoignage est reproduit pp. 287-288.
« Je me permets ici de donner un témoignage personnel. C’est à ce moment que je suis entré officiellement dans la vie politique ; j’ai été élu député de Lyon, me présentant contre un radical sortant qui avait voté les décrets-lois Laval, mais qui était en même temps président de France-U.R.S.S. C’était une caractéristique du radicalisme lyonnais, à la fois très conservateur à l’intérieur et très russophile dans la politique extérieure. Le Parti communiste a fait uniquement une propagande pour une meilleure distribution des revenus alors que, pour ma part, j’avais fait toute ma campagne électorale sur la planification, la nationalisation du crédit, l’organisation des marchés, et en prenant même ouvertement position, à ce moment-là, pour la dévaluation. Je réponds aussi à une observation qui a été faite indiquant que la poussée sociale n’avait eu lieu qu’après les élections qui, elles, auraient été assez calmes. Je dois dire que cela n’a pas correspondu à mon expérience, car j’ai eu une bataille assez rude dans ma circonscription. Le radical étant arrivé en tête, le communiste s’était désisté pour lui ; déjà indiscipliné, je me suis maintenu et je suis passé avec les voix des militants communistes, se révoltant contre leur parti et allant voter pour moi à bulletin ouvert, ce qui indique qu’une propagande axée sur les transformations de structure était capable d’atteindre directement les masses, par-delà le modérantisme social qui était alors la position officielle du Parti communiste ».

19 Philippe Braud, Le comportement électoral en France, 1973, 237 pages.

20 Antoine Prost, Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, 1974. Chapitre VI, l’analyse factorielle des correspondances p. 77 à 91.

21 Lorsque nous avons soutenu notre 3e cycle, en avril 1978, les analyses présentées ne portaient que sur un nombre restreint de variables. L’interprétation globale n’est cependant pas remise en cause.

22 Antoine Prost, Vocabulaire... op. cit., p. 83.

23 Antoine Prost, Vocabulaire... op. cit., p. 90-91.

24 Voir en annexe la table de transcodage des catégories socio-professionnelles.

25 Comment estimer la proportion d’information expliquée par un facteur ? « Tout dépend du nombre total de facteurs. Or, le nombre de facteurs d’une matrice de données est égal à la plus petite dimension de cette matrice. Tout à l’heure avec une matrice de huit lignes et sept colonnes, nous pouvions extraire sept facteurs. S’il n’y avait aucune correspondance entre les données, toutes les valeurs propres seraient égales, et la contribution relative de chaque facteur serait de un septième soit environ 14,3 %. Si la contribution relative du premier facteur est en fait de 20 %, on voit qu’il n’a pas grande signification. Mais une contribution relative de 20 % est considérable quand il y a beaucoup de facteurs. Si par exemple il y a cinquante facteurs, la contribution de chacun d’eux dans l’hypothèse nulle (absence de structure) serait de 2 % : 20 % c’est dix fois plus » (A. Prost, op. cit., p. 85-86).
Ici, l’analyse porte sur cent quatre individus et vingt-sept variables actives mais cinq d’entre elles sont combinaisons linéaires des vingt-deux autres. Il y a donc vingt-deux facteurs, soit dans l’hypothèse nulle 4,5 %. 28,9 % c’est six fois plus.

26 Antoine Prost précise : (Vocabulaire... op. cit., p. 87) « Il convient de le (nuage de points) lire d’abord dans un sens (c’est-à-dire suivant un facteur) puis dans l’autre ».

27 Il peut paraître surprenant que les gratte-ciel (001) se trouvent au coeur de cette zone que nous qualifions de traditionnelle. Mais ce qui est en jeu ici, c’est à la fois l’urbanité et le caractère lyonnais. Parmi les bureaux villeurbannais, 001 est le seul qui enregistre, à la fois, une nette sur-représentation des natifs de l’agglomération et des migrants urbains. Enfin son degré d’explication est moins fort que celui de 006. La contribution relative, sur l’axe 2, est pour 006 de 0,32 ; pour 001, elle n’est que de 0,21.

28 Antoine Prost. Les anciens combattants et la société française 1914-1939, (1977). Volume 2. Sociologie p. 50.

29 Sur l’axe 2, les contributions relatives des variables politiques sont DRO = 0,00 ; RAD = 0,05 ; SOC= 0,06 ; COM = 0,00 ; ABS = 0,12.

30 Dans l’abstentionnisme électoral en France, (1968), Alain Lancelot essaie (p. 195 et sq.), de préciser les comportements urbains et ruraux. Aucune conclusion nette ne se dégage. L’auteur remarque cependant, en se fondant sur une enquête réalisée en 1950-1960, que « les résultats sont nettement défavorables aux grandes agglomérations : l’abstentionnisme croît grossièrement avec la population ».

31 Deux communes de banlieue Pierre-Bénite (903) et La Mulatière (901) n’ont pas été retenues : les résultats électoraux de 1932 n’ont pas été retrouvés.

32 L’axe 3 de la première analyse factorielle explique 9 % de la variance. Il peut s’interpréter de la même manière que celui de la seconde. Les contributions relatives des variables politiques sont plus faibles, d’où notre choix.

33 Les contributions relatives des variables politiques sont les suivantes : DRO = 0,02 ; RAD = 0,01 ; SOC = 0,10 ; COM = 0,09 ; ABS = 0,00 ; D32 = 0,01 ; R32 = 0,01 ; S32 = 0,04 ; C32 = 0,09 ; A32 = 0,02.

34 Antoine Prost, La C.G.T. à l’époque du Front Populaire 1934-1939 - Essai de description numérique, (1964), plus particulièrement : Psychologie sociale des deux types de syndicats, p. 60-65.

35 Pour une réflexion sur la validité de cette notion pour les historiens, se reporter à Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848, étude d’une mutation de la sociabilité, 1977, et plus précisément à l’avant-propos : « La sociabilité, la sociologie et l’histoire », pp. 9-14 (citation p. 10).

36 La thèse de Marcel Massard, op. cit., montre bien que l’isolat social n’implique pas nécessairement radicalisation politique. Parmi les arcanes de l’émergence de la conscience de classe, les groupes sociaux vont toujours par paire, le paternalisme social et le contrôle social l’emportent souvent dans les cités minières et métallurgiques, (voir Lion Murard et Patrick Zilbermann, Le Petit Travailleur infatigable, Recherches numéro 25, novembre 1976), sur les résistances ouvrières, même si elles ne sont jamais totalement absentes. En revanche, la grande ville permet aux classes populaires - par une sorte de nomadisme que reflètent les nombreux changements de domiciles - d’échapper, en partie, à ce contrôle social. Mobilité et autonomie idéologique sont souvent liées pour le monde ouvrier. (Voir Y. Lequin, Mobilité géographique et organisation ouvrière, 1840-1880, in Mouvement Social, (numéro 99, pp. 5 3-62). Ce qui n’est pas le cas des fonctionnaires où la mobilité va de pair avec la fixation sociologique et idéologique (D. Bertaux, op. cit., pp. 234-238).

37 G. Dupeux, L’étude de la mobilité sociale. Quelques problèmes de méthode, in Conjoncture économique - Structure sociale. Hommage à Ernest Labrousse, 1974, pp. 79-90 (citation p. 79).

38 M. Agulhon, op. cit., p. 10. Bien entendu, notre connaissance de l’économie est faible, mais un des aspects essentiels de l’intervention de cette instance dans la sociabilité a été abordé : les rapports entre espace de travail et espace habité.

39 Rappelons à nouveau la remarque de G. Navel, op. cit., pp. 64-65 : « Les riches n’étaient qu’un mythe. J’en avais peut-être vu en passant dans les cafés du centre, où personne de chez nous n’entrait ».

40 H. Coing, op. cit., pp. 64-65, signale la relation étroite qui existe entre l’animation de la rue et des cafés et l’inconfort des logements. Les cafés « rassemblent... la population du quartier qui éprouve le besoin de sortir de logements trop étroits ».

41 Voir le paragraphe sur les migrants ardéchois et l’association des natifs du canton d’Annonay, p. 145 et sq.

42 C’est, bien entendu, dans le premier type de quartiers que se trouvent les descendants de « ce Paul Martin, personnage imaginaire de Linossier et Cajani, devenu commis de la Fabrique » et qui, « fils d’ouvrier en soierie, ouvrier lui-même jusqu a l’âge de 18 ans, un jour avait quitté la banquette pour le comptoir ». Y. Lequin, op. cit., t. 1, p. 204.

43 Voir, dans Le Monde du 30 août 1977, Danielle Rouard, « Les jeunes et la crise - Accomodements à la lyonnaise ». A la Duchère, grands ensembles du Nord de Lyon, les blocs ont remplacé les quartiers, les allées ont remplace la rue.

Table des illustrations

Titre Graphique 22. Evolution des orientations politiques entre 1932 et 1936
Légende 1, 2, 31, 4, 5, 6, 7 : numéros des arrondissements32 ………… : partie du troisième arrondissement située à l’Est de la voie ferrée8 …………. : partie du septième arrondissement située au Sud et à l’Est de la voie ferréeV ………… : VilleurbanneCV ………. : Canton de VilleurbanneC………….. : Caluire
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13535/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 23. Typologie des orientations politiques en 1936
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13535/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre CARTE 29. Typologie des orientations politiques en 1936
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13535/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Graphique 24. Analyse factorielle : les élections de 1936
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13535/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Graphique 24. Analyse factorielle : les élections de 1936
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13535/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Graphique 25. Analyse factorielle : les élections de 1932 et de 1936 (Axe 1 et Axe 2)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13535/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Graphique 25. Analyse factorielle : les élections de 1932 et de 1936 (Axe 1 et Axe 2)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13535/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 26. Analyse factorielle : les élections de 1932 et de 1936 (Axe 1 et Axe 3)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13535/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Graphique 27. Typologie générale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13535/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre CARTE 30. Typologie générale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13535/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search