Version classiqueVersion mobile

Espace social et espace politique

 | 
Jean-Luc Pinol

Chapitre II. La population de l’agglomération lyonnaise dans les années trente

Texte intégral

1Lyon, l’agglomération lyonnaise, Myrelingues la Brumeuse, la ville des fleuves, autant de notions globales qui masquent le Grand Trou, le Point du Jour, Gerland, Cusset, Montchat... Des échanges entre l’entité et les parties constitutives, il faut préciser le contenu. C’est poser, pour un cas précis, le problème des relations entre le tout et les parties ; problème qui se retrouve également entre société globale et groupes sociaux particuliers. Comment trancher ? Faut-il trancher ?

  • 1 Edgar Morin, La Méthode, I : La nature de la nature, 1977, p. 124.

2« Réductionniste ou holistique (globaliste) l’explication, dans l’un et l’autre cas, cherche à simplifier le problème de l’unité complexe. L’une réduit l’explication du tout aux propriétés des parties conçues en isolation. L’autre réduit les propriétés des parties aux propriétés du tout, conçu également en isolation. Ces deux explications qui se rejettent l’une l’autre relèvent du même paradigme. Il importe donc d’éclairer les relations entre parties et tout »1.

3Sans renoncer à « l’explication récursive », nous choisissons ici de commencer par la description du tout, la population lyonnaise, référence permettant d’apprécier les spécificités de la population de tel ou tel bureau, de telle ou telle commune. Mais pour ce faire, il faut veiller à ne pas mélanger les strates de cette population, c’est-à-dire, les diverses générations, avec leurs caractéristiques particulières.

4La ville est sédimentation de générations. La population rassemble hommes et femmes d’âges différents. Les étudier sans tenir compte de leur histoire, individuelle et collective, c’est renoncer à comprendre la logique de la sédimentation. Il nous faut être archéologue social, et veiller à ne pas bouleverser l’ordre des strates, au risque de s’interdire toute esquisse d’explication.

  • 2 L’expression « bassin démographique » est due à Georges Dupeux, L’urbanisation de la France au XIX (...)

5Les strates dégagées, nous pourrons alors étudier les aires de recrutement de l’agglomération lyonnaise et, peut-être, dégager les rythmes d’extension et de contraction du « bassin démographique » lyonnais2.

A - Une population marquée par la guerre3

1 - La structure d’âge du corps électoral, en 1936

  • 4 D’où l’intérêt de la connaissance des anciens combattants pour saisir la signification des attitud (...)

6Dire que l’électorat, lors de la dernière consultation de la IIIe République, porte la marque du premier conflit mondial relève de l’évidence, mais dans son abstraction même, la pyramide des âges souligne l’importance du traumatisme4.

Graphique 3. Pyramide des âges du corps électoral de l’agglomération lyonnaise en 1936

Graphique 3. Pyramide des âges du corps électoral de l’agglomération lyonnaise en 1936
  • 5 François Bedarida, Des réalités de la guerre aux mirages de la prospérité, in Histoire du peuple f (...)
  • 6 F. Bedarida, op. cit., p. 281.

7Evidente est la saignée du premier conflit mondial. Les hommes âgés de 40 à 60 ans ont eu entre 20 et 40 ans pendant la guerre de 1914-1918. On sait la répartition par âge des combattants, « de 20 à 35 ans, les Français sont affectés aux unités combattantes ; de 35 à 47 ans, ils se partagent entre combattants et service de l’arrière ; au-delà de 48 ans, ils sont versés parmi les territoriaux »5, et « l’hécatombe a frappé unilatéralement. Un seul groupe a été atteint : celui des jeunes hommes de 20 à 40 ans »6. Surmortalité et manque à naître (21-25 ans) se lisent sur la pyramide des âges.

8Le corps électoral lyonnais diffère peu du corps électoral français mais les régions plus rurales accusent davantage le creux des 40-60 ans, comme en témoigne le Tableau suivant. Surtout, l’électorat urbain enregistre une nette sous-représentation des plus de 60 ans.

  • 7 D’après Alain Corbin, Prélude au Front Populaire, étude de l’opinion publique dans le département (...)
  • 8 Marcel Massard, op. cit., et Marcel Massard, Syndicalisme et milieu social (1900-1940), Mouvement (...)

TABLEAU 4 - L’âge du corps électoral en 1936 : nuances régionales78

Age

Electorat français

Electorat de la Haute-Vienne

Electorat de l’agglomération lyonnaise

21-30

23

22

22

31-40

23

22

26

41-50

17

15

20

51-60

16

16

17

4-61

19

23

15

98 %

98 %

100 %

2 - L’âge des épouses

  • 9 Voir tableau 11, p. 65.

9Le fichier général permet l’étude de 7.981 couples. En regard de la pyramide des âges des épouses, figure celle des électeurs mariés, plus effilée à la base que celle de l’ensemble de l’électorat. En effet, avant 26 ans, seul un électeur sur quatre est marié9.

Graphique 4. Pyramide des âges des hommes mariés et des femmes mariées

Graphique 4. Pyramide des âges des hommes mariés et des femmes mariées
  • 10 Les épouses âgées de 21 à 25 ans sont 229. Nous leur avons ajouté les neuf épouses de moins de 21  (...)

10La pyramide souligne la plus grande régularité des classes d’âge féminines. De manière générale, les épouses sont plus jeunes que leurs époux10. Le déséquilibre global est, logiquement, plus marqué après 40 ans.

  • 11 Voir à ce propos, Guy Pourcher, « Un essai d’analyse par cohorte de la mobilité géographique et pr (...)

11L’étude de la structure d’âge n’apporte guère de faits nouveaux. Elle confirme, cependant, l’importance humaine du premier conflit mondial et suggère, les douloureuses réalités vécues par les combattants, leurs épouses, leurs familles, leurs proches. Pour notre démarche, cette étude souligne la nécessaire prise en compte, avant toute tentative d’interprétation, d’un phénomène capital, l’inégalité des effectifs de chaque génération. Ignorer cet élément, mêler hommes et femmes de générations diverses, c’est laisser libre cours à toutes les approximations, à toutes les erreurs. Il faut, dans la mesure des possibilités, raisonner par cohorte, ou renoncer à conclure de façon précise, surtout lorsque l’objet de l’étude est la genèse d’une population11.

B - La formation d’une population

1 - La part croissante des migrants urbains et des natifs de l’agglomération

  • 12 G. Garrier, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais 1800-1970 (197 3, 2 tomes), pose la question : «  (...)
  • 13 Pierre Barrai, Le département de l’Isère sous la Troisième République (1962) confirme, p. 44, que (...)

12Pour les hommes et les femmes nés avant le premier conflit mondial, le lieu de naissance est fiable ; les difficultés dues à l’accouchement en maternité sont minimes : le phénomène n’est pas encore répandu1213.

  • 14 Gf. Chapitre I, p. 15, la critique faite concernant l’origine géographique. Seuls les cas où toute (...)
  • 15 Electeurs ………. 14.945 origines
    Electeurs mariés ……….. 7.697 origines
    Epouses ……… 6.580 origines.
  • 16 Charles Bettelheim, Suzanne Frère, Une ville française moyenne : Auxerre en 1950, étude de structu (...)
  • 17 Les natifs de Lyon représentent 25,3 % des électeurs mariés nés avant 1875, 41,9 % de ceux nés ent (...)

13Le Graphique 5 représente les lieux de naissance des électeurs, des électeurs mariés, et de leurs épouses, en fonction de chaque classe d’âge. Les pourcentages ont été calculés par rapport aux seuls lieux de naissance métropolitains14. La région « Rhône-Alpes élargie » comprend, outre les départements Rhône-Alpes actuels, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Loire. Les trois groupes, d’ampleur différente15, offrent tous le même profil, à quelques nuances près. La part modeste des natifs de l’agglomération (37,8 % des électeurs nés en France métropolitaine)16 est en constante augmentation, passant de 28 % pour les électeurs nés avant 1875, à 63 % pour ceux nés après 191017. Les migrants connaissent, au contraire, un net déclin. De 72 % pour les électeurs de plus de 61 ans, le pourcentage chute à 37 % pour les moins de 25 ans. Parmi eux, la part des migrants de la région Rhône-Alpes élargie reste globalement stable, passant de 74 % à 70 %. L’évolution du caractère rural ou urbain des migrants est beaucoup plus significative : parmi les migrants de la région Rhône-Alpes élargie, les urbains représentent 25 % des plus de 61 ans, mais 37 % des moins de 30 ans ; pour ceux du reste de la France, le caractère urbain est plus marqué, puisque le pourcentage saute, pouf les mêmes catégories, de 40 % à 61 %. Cette augmentation relative des urbains vient renforcer l’importance croissante des natifs de l’agglomération. Les deux tendances concourent à rendre les générations les plus jeunes moins étrangères au phénomène urbain, ce qui n’induit nullement que les immigrés nés dans des communes de plus de 2.000 habitants agglomérés s’adaptent plus facilement à la vie d’une grande agglomération que les migrants de milieu rural.

2 - L’espace migratoire : la France lyonnaise

a) Espace de peuplement, espace d’émigration

  • 18 L’indice d’attraction a été calculé de la façon suivante :
    (...)

14Les histogrammes A et B du graphique 6 mesurent la contribution relative apportée par les différents départements à la formation de la population électorale en 1936 et l’attraction exercée par l’agglomération sur chacun de ces départements18.

  • 19 G. Pourcher, op. cit. graphiques V3 et V4, p. 87 et p. 90, proportion des migrants... anciens nés (...)
  • 20 M.T. et A. Lancelot, op. cit., p. 82.

15Ces deux histogrammes, nettement moins déséquilibrés que ceux, similaires, construits pour Paris19, indiquent que l’attraction est pratiquement proportionnelle à la contribution des départements de la mouvance lyonnaise ; seuls l’Ain, la Savoie et les Hautes-Alpes s’éloignent de ce schéma général. Parmi les autres départements se trouvent, bien entendu, le Nord et la Seine. Ces deux départements, par l’importance de leur population et de leur population électorale, sont véritablement à part dans l’ensemble français : en 1936, le Nord et la Seine regroupent respectivement 4,8 % et 10,5 % de l’électorat français ; le Rhône n’en rassemble que 2,1 %20. De manière générale, la zone d’attraction lyonnaise recoupe l’espace de peuplement de la métropole rhodanienne.

Graphique 5. Origines géographiques des électeurs, des électeurs mariés et de leurs épouses

Graphique 5. Origines géographiques des électeurs, des électeurs mariés et de leurs épouses

5 : natifs de l’agglomération lyonnaise
4 : natifs de la région Rhône-Alpes élargie (urbains)
3 : natifs de la région Rhône-Alpes élargie (ruraux)
2 : originaires du reste de la France (urbains)
1 : originaires du reste de la France (ruraux)

Graphique 5. Origines géographiques des électeurs, des électeurs mariés et de leurs épouses (suite)

Graphique 5. Origines géographiques des électeurs, des électeurs mariés et de leurs épouses (suite)

Graphique 6. Origines départementales des migrants et des migrantes ; attraction lyonnaise

Graphique 6. Origines départementales des migrants et des migrantes ; attraction lyonnaise

PART DES MIGRANTES

Graphique 6 (suite). Origines départementales des migrants et des migrantes ; attraction lyonnaise

Graphique 6 (suite). Origines départementales des migrants et des migrantes ; attraction lyonnaise
  • 21 G. Garrier, op. cit., p. 484, remarque que, dans le Rhône, « jusque vers 1880-1890, c’est un exode (...)
  • 22 Y. Lequin, op. cit., t. 1, p. 211 et p. 240. Soulignons la concordance des résultats fournis par l (...)

16Les histogrammes A et C soulignent la similitude de l’espace masculin et de l’espace féminin, à l’échelle départementale. Les contributions sont presque identiques et, si les femmes sont plus ancrées dans la région Rhône-Alpes élargie (74,5 % des migrantes contre 69,5 % des migrants), ce phénomène résulte, pour moitié, de la part plus importante des originaires du Rhône (14,6 % contre 11,9 %), conséquence de leur mobilité plus précoce21. Cette appartenance plus forte à la France lyonnaise n’est pas nouvelle, l’étude des actes de mariage, en 1851 et 1911, le soulignait déjà22. C’est précisément le mariage qui explique la superposition des deux espaces.

  • 23 A. Girard, Le choix du conjoint (1964). Dans l’enquête utilisée, réalisée en 1959, 63,3 % des conj (...)

17Si l’endogamie géographique est légèrement plus faible que pour l’ensemble français23, elle est cependant très importante, comme le montre le Tableau suivant.

  • 24 Pour l’élaboration de ce tableau, nous n’avons tenu compte que des naissances métropolitaines; par (...)

TABLEAU 5 - Origine géographique comparée des conjoints24

TABLEAU 5 - Origine géographique comparée des conjoints24

18Après avoir dégagé la spécificité de l’espace lyonnais - la région Rhône-Alpes élargie-, il convient d’étudier de façon plus fine cette aire de recrutement privilégiée.

b) Le champ migratoire lyonnais : grande et petite échelle

19La carte 3 représente les origines communales des migrants de la région Rhône-Alpes élargie. Les lignes de force de l’aire immédiate de recrutement lyonnais se dégagent nettement.

20Deux zones linéaires fournissent à Lyon une grande quantité de migrants. De Chalon-sur-Saône à Montélimar, et surtout de Tournus à Valence, les villes et les communes du sillon Saône-Rhône apparaissent comme un foyer essentiel de migrants. A Givors, cette zone fusionne avec la zone urbaine de la mouvance stéphanoise. De là viennent de forts contingents. La ville de Saint-Etienne, à elle seule, envoie 195 électeurs, à peine moins que la Haute-Loire tout entière (225). Et les originaires du Chambon-Feugerolles, de Firminy, de Rive-de-Gier sont nombreux.

21Aux zones linéaires s’opposent les zones plus massives des Terres Froides, du plateau de Chambaran, de l’île Crémieu à l’Est, des monts du Lyonnais et du Beaujolais à l’Ouest. A l’Est, l’aire de recrutement s’arrête, de façon très nette, en atteignant la Grande Chartreuse et le Vercors. Passé le seuil de Voreppe, l’afflux migratoire, Grenoble exceptée, n’a plus la même importance. Le Grésivaudan n’envoie que quelques électeurs. Les hautes vallées ne sont qu’à peine esquissées.

  • 25 Maurice Zimmermann, Lyon et la région lyonnaise, 1913, 155 p., citation pp. 125-126, cité par Abel (...)
  • 26 A. Chatelain, art, cit., p. 113.
  • 27 Ibid., p. 115.
  • 28 Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848. Etude d’une mutation de la sociab (...)

22Reprenant les remarques de Maurice Zimmermann en 1913, « Le premier caractère qui individualise Lyon, ce sont ses affinités montagnardes... Elles se trahissent dans la composition de la population... et non moins dans ses caractéristiques morales, esprit pratique et laborieux, ténacité, économie, défiance jointe à une certaine rudesse et à l’indifférence au luxe extérieur »25, Abel Chatelain conclut ainsi son étude sur l’apport d’origine montagnarde à Lyon : « faut-il voir aujourd’hui une influence de la montagne ou de la plaine jusque dans la manière quotidienne de vivre : les lyonnais, comme des montagnards d’origine, se levant très tôt le matin, alors qu’à Paris ce sont surtout d’anciens migrants venus des plaines et ayant l’habitude de se lever plus tard ? »26. Ces conclusions nous semblent sujettes à caution : d’une part, la plaine n’a pas fourni qu’« une petite minorité » à Lyon27, et surtout, suivant en cela Maurice Agulhon, toute explication de la sociabilité par « une mystérieuse hérédité de race, ou par une affinité climatique à peine moins troublante »28 ne nous persuade guère.

CARTE 3. Origine des migrants (toutes générations confondues)

CARTE 3. Origine des migrants (toutes générations confondues)

CARTE 3 bis. Région Rhône-Alpes élargie : carte de situation

CARTE 3 bis. Région Rhône-Alpes élargie : carte de situation

CARTE 4. Origine des migrantes (toutes générations confondues)

CARTE 4. Origine des migrantes (toutes générations confondues)
  • 29 René Lebeau, La vie rurale dans les montagnes du Jura méridional, 1955, 598 p. Cartes pp. 237, 238 (...)

23Alors, les lyonnais montagnards ? Savoie et Haute-Savoie ne fournissent que de bien faibles contingents, et la zone de recrutement lyonnais dans l’Isère ne se confond pas avec la haute montagne. En tout état de cause, la carte 3 et la carte 4 soulignent l’apport non négligeable de la population des plaines et des plateaux. Depuis la région de Romans au Sud, cette aire se continue au Nord du Rhône, entre Jura et Val-de-Saône, par la Dombes et la Bresse. Au Nord de Louhans, le contingent des migrants s’amenuise, sans disparaître totalement. La limite Est de la zone n’en apparaît que plus précise : au-delà du bel alignement hypsométrique courant de Neuville-sur-Ain à Lons-le-Saunier, une fois passés les premiers contreforts du Revermont et du vignoble, l’aire d’attraction se dissout. La voie ferrée est installée sur la frontière socio-économique, au contact de la plaine et des zones plus élevées. A-t-elle accéléré les migrations ou simplement pérennisé la tradition d’un espace migratoire ? Se prononcer n’est pas possible, d’autant plus que le mouvement migratoire n’a pas le même sens selon que l’observateur regarde depuis le point d’arrivée - ici l’agglomération lyonnaise - ou depuis le point de départ - ici le Jura méridional. Les cartes dressées par René Lebeau confirment ces remarques. Deux zones sont à distinguer. La première, Revermont, cluse d’Ambérieu-Culoz, Pays de Belley, est celle qui fournit le plus grand nombre de migrants à Lyon ; la seconde, monts du Revermont et monts de l’Ain, n’envoie qu’une très faible part de ses enfants vers la métropole rhodanienne. Or, la première zone est celle qui conserve les plus fortes densités et où l’émigration totale est la plus faible : la côte du Revermont et le rebord Sud-occidental ont, en 1851, 1891 et 1921 une densité supérieure à 50 habitants au kilomètre carré. Au contraire, dès 1891, la densité des monts du Revermont et des monts de l’Ain est inférieure à ce seuil. Entre 1850 et 1946, la première région n’enregistre qu’une faible diminution de sa population alors que la seconde perd plus de la moitié de ses habitants29.

24A l’Ouest du sillon Saône-Rhône, la zone de recrutement n’est pas d’un seul tenant. Vivarais, Lyonnais, Beaujolais, Mâçonnais, Charolais laissent partir une part variable de leurs habitants ; de même pour les régions industrielles de Montceau-les-Mines et du Creusot. Sur le rebord oriental des monts du Forez, un bel alignement se dégage de Montbrison à la Pacaudière, mais, au contraire du Jura, la montagne fournit plus de migrants que la dépression.

  • 30 R. Lebeau, op. cit., carte 61, p. 454.
  • 31 Y. Lequin, op. cit., t. 1, pp. 211, 212 et 240, et surtout cartes 31 et 32 : origines des ouvriers (...)
  • 32 Le catalogue de l’Exposition : La Dombes 1900-1975, Villars-les-Dombes syndicat à vocation multipl (...)

25Cette carte résulte des migrations successives de plusieurs générations, donc d’une véritable sédimentation des espaces migratoires. L’exemple de l’Ain est particulièrement probant. Aux migrations anciennes du Jura méridional, marqué par l’industrialisation (textile, mais aussi industrie lapidaire, de la tabletterie...)30 se surajoutent les migrants plus récents de la Dombes. Il y a, donc, chevauchement entre l’espace traditionnel du bassin soyeux et un espace, plus classique, où l’importance des flux migratoires est proportionnelle à la distance séparant lieu d’émigration et lieu d’immigration3132.

  • 33 J.J. Vernier, Dictionnaire topographique du département de la Savoie, Chambéry 1897, 832 p., rense (...)

26La carte 4 montre que la similitude repérée, dans le cadre départemental, entre espace masculin et espace féminin, se retrouve dans le cadre des régions naturelles. L’échantillon féminin est beaucoup plus étroit : 3.069 migrantes, contre 6.681 migrants. Cette faiblesse de l’échantillon n’enlève rien à une constatation fondamentale : les migrantes viennent souvent par grappes. Un exemple : notre sondage révèle que 140 épouses viennent de Savoie, dont 116 des communes rurales. Parmi elles, 17 viennent du canton de Yenne, en bordure du Rhône. Aucune n’est née dans le chef-lieu de canton, mais la petite commune de Verthemex, à près de 900 m. d’altitude, peuplée de 310 habitants en 1896, a envoyé à Lyon 9 de ses filles. Et il s’agit d’un sondage33.

  • 34 A. Chatelain, Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914, 2 tomes, 1977, p. 64.

27Pour comprendre le processus de production des liens sociaux urbains, pour saisir le mode de vie, les attitudes, les comportements des migrants, la connaissance des filières migratoires s’avère essentielle. Surtout pour les migrants de type ancien, où le réseau migratoire est très structuré. Cette très forte homogénéité du groupe peut parfois nuire à son intégration ultérieure dans l’espace urbain. Un cas limite est représenté par les peigneurs de chanvre du Bugey qui utilisent un dialecte compris d’eux seuls, le « bélo » dès qu’ils quittent leur région d’origine34. Certes, il s’agit d’un cas limite, antérieur à la période étudiée, mais il souligne l’importance des filières et de leur organisation. Quoi qu’il en soit, pour approfondir cette étude des réseaux de solidarité, il est nécessaire de changer de base spatiale, non plus le département, mais la commune ou le canton d’une part, non plus le bureau de vote, mais la rue, l’impasse, l’immeuble d’autre part. De surcroît, cette étude, qui n’est pas faite ici, doit associer à l’ordinateur, les ressources de l’histoire orale et tenir compte de l’apport irremplaçable de la mémoire individuelle et collective.

28Retrouvons maintenant l’analyse par cohorte, dans le cadre départemental, pour étudier extension et contraction de l’espace de peuplement. Cet espace est structuré par deux directions dominantes : la direction Est-Ouest est prépondérante pour les migrants les plus âgés, la direction méridienne pour les plus jeunes. Mais le phénomène ne se réduit pas à une évolution linéaire, au passage régulier d’une direction à l’autre.

  • 35 Nous avons réalisé le même type de cartes pour toutes les générations. Elles figurent dans l’exemp (...)
  • 36 M. Garden, Lyon et les lyonnais au XVIIIe siècle, 1970, 772 p. Carte 3, p. 646 : Origine des Homme (...)
  • 37 Voici, selon le recensement de 1896, le nombre de communes de plus de 2.000 habitants agglomérés d (...)

29Observons les cartes 5-6-7 et 8 - 9 - 10. Elles représentent les origines départementales des migrants nés entre 1896 et 1900 et des migrantes nées en 1901 et 190535. Les chiffres absolus renvoient à l’origine urbaine ou rurale des migrants, les pourcentages tiennent comptent de l’ensemble de l’apport départemental et sont calculés par rapport à l’ensemble des migrants métropolitains. Les cartes des deux générations choisies témoignent des permanences du bassin démographique lyonnais et de son évolution. L’espace délimité est étroit - l’Ouest n’existe pas ou compte très peu - et rappelle l’espace des migrants à la veille de la révolution de 1789. Par delà les transformations du découpage administratif, l’espace décrit par Maurice Garden perdure36. L’aire de recrutement, de forme ellipsoïdale, part des deux Savoies, atteint son extension Nord-Sud maximale au niveau du sillon Saône-Rhône puis se rétrécit jusqu’aux départements limousins. Cette importance des départements limousins est déjà, à cette date, un phénomène fossile. Elle traduit l’arrivée à Lyon, au tournant du siècle, d’enfants mineurs venus avec leurs parents, natifs de cette région grande pourvoyeuse d’ouvriers du bâtiment. Une fois admise cette interprétation, la zone de recrutement lyonnais apparaît bien comme un espace « où la densité des départs correspond moins à la tradition migratoire qu’à la médiocrité des distances »37

30L’espace féminin se comprend parfaitement en raison de l’endogamie géographique déjà signalée et de la différence d’âge entre les conjoints. Pour les deux générations nées au tournant du siècle, la similitude des deux espaces est particulièrement nette.

31Il ne faut toutefois pas exagérer les mutations de l’espace lyonnais. Par delà des évolutions de détail, l’aire de recrutement privilégiée, la France du Sud-Est, n’a guère varié et même si, à l’intérieur de la région Rhône-Alpes élargie, la géographie des migrants s’est modifiée, recul relatif de l’Ardèche, perte de la primauté de l’Isère au bénéfice de la Loire et du Rhône... le fait important n’est pas là. Il est dans le recul général des migrants. Dans la population de l’agglomération, les migrants ne tiennent plus leur place d’antan, et le phénomène n’est pas sans conséquence dans l’organisation de la vie quotidienne des lyonnais.

CARTES 5 – 6. Les migrants nés entre 1896 et 1900

CARTES 5 – 6. Les migrants nés entre 1896 et 1900

CARTES 7 – 8. Les migrantes nées entre 1901 et 1905

CARTES 7 – 8. Les migrantes nées entre 1901 et 1905

CARTE 9. Les migrants nés entre 1896 et 1900 (en pourcentage)

CARTE 9. Les migrants nés entre 1896 et 1900 (en pourcentage)

CARTE 10. Les migrantes nées entre 1901 et 1905 (en pourcentage)

CARTE 10. Les migrantes nées entre 1901 et 1905 (en pourcentage)

32Après avoir étudié l’espace migratoire et sa stabilité d’ensemble, il convient de s’interroger sur les mobiles des migrants. L’examen, dans le cadre cantonal, des migrants de l’Isère et du Rhône par génération, souligne l’hétérogénéité du phénomène et la vanité de toute tentative simplificatrice. D’un phénomène complexe, les migrations, on ne peut rendre compte de façon simple.

3 - Les mobiles de la migration : l’exemple de l’Isère et du Rhône

  • 38 Colloque sur les migrations intérieures, op. cit.
    J. CI. Labat, La mesure des Migrations, pp. 31 à (...)
  • 39 Y. Lequin, op. cit., souligne l’intérêt des registres matricules. Voir les cartes retraçant des it (...)
  • 40 Cf. Chapitre I, note 32, p. 162, et Pierre Merlin, ibid.
    Entre 1954 et 1962, parmi les hommes qui on (...)

33Le problème est particulièrement délicat. Aux lacunes documentaires et statistiques, que connaît la France38, s’ajoutent deux types de difficultés : 1e lieu de l’observation - point de départ ou point d’arrivée - et la date de la migration. Le phénomène migratoire est loin d’être simple ; il n’est pas à sens unique : campagne-ville, et il se décompose en plusieurs étapes39. Le processus est ici étudié à partir du point d’arrivée - parfois simple étape transitoire - et la date de la migration est inconnue40. La prudence doit donc être la règle.

  • 41 Nous avons suivi, pour l’essentiel, les regroupements de Pierre Barrai, op. cit., p. 490, p. 512, (...)

34Les migrants de l’Isère sont regroupés par régions socio-économiques. Les régions correspondent à des ensembles cantonaux41 ou aux villes de Vienne et Grenoble. Le Graphique 7 souligne la part prépondérante des Terres Froides et de l’Ile Crémieu, part très variable selon les générations. En regard, l’apport montagnard apparaît bien faible.

  • 42 « Les Dauphinois, disait Edouard Herriot, se sont rapprochés de notre ville si passionnément, mais (...)
  • 43 Ibid., carte p. 41. La rive gauche du Grésivaudan ne perd que 20 à 30 % de sa population, alors que (...)
  • 44 Ibid., cartes p. 43.

35Pour l’ensemble des régions situées à l’Ouest du seuil de Voreppe, l’attraction de la métropole rhodanienne diminue progressivement. Et pourtant, là est, ou a été, la « sphère lyonnaise ». La Fabrique, les journaux lyonnais ont imprimé leur marque42. Cette région n’est pas celle où le dépeuplement rural a été le plus important entre 1851 et 1936. Les pertes sont de 20 à 30 %, alors qu’elles s’élèvent à 40 % pour l’ensemble du département. Au contraire, à l’Est du seuil de Voreppe, elles sont partout supérieures à 30 %43. La zone d’attraction lyonnaise et la zone du dépeuplement rural maximal ne se recoupent pas. Dans la zone d’attraction lyonnaise, les comportements démographiques ont connu de profondes transformations. Avant 1862, le taux de natalité était supérieur à la moyenne départementale, il ne l’est plus à la veille du premier conflit mondial44. La population urbaine ne représente qu’une part minime des migrants : 8 % pour les Terres Froides du Nord-Est. Elle provient essentiellement de Bourgoin-Jallieu (16 migrants urbains sur les 22 provenant de cette région).

Graphique 7. Origine des migrants de l’Isère par régions naturelles

Graphique 7. Origine des migrants de l’Isère par régions naturelles
  • 45 Philippe Pinchemel, Structures sociales et dépopulation dans les campagnes picardes de 1836 à 1936 (...)

36La complexité des phénomènes migratoires est soulignée par Philippe Pinchemel dans son étude sur la Picardie : « La notion de dépopulation rurale apparaît très complexe, recouvrant plusieurs types de dépopulation qui, dans la réalité, s’associent et se combinent... Nous avons pu opposer la première et la troisième périodes (avant 1872 et après 1911), phases de dépopulation active (du secteur industriel pour la première, du secteur agricole pour la troisième), à la seconde période, caractérisée surtout par une dépopulation « non active »45 ».

  • 46 Y. Lequin, op. cit., p. 228.
  • 47 P. Barrai, op. cit., croquis et citation p. 105.

37Il ne faut pas envisager les dates comme des dates-couperets, d’autant qu’elles résultent des aléas chronologiques de l’histoire des recensements. Les diverses phases interfèrent le plus souvent, mais on observe bien le mouvement général. Au milieu du XIXe siècle, les communes du canton de Pont-de-Beauvoisin fournissent de nombreux migrants. C’est la phase de la dépopulation active du secteur industriel rural, ici le bassin soyeux. Au contraire, au cours de la troisième phase, celle que Philippe Pinchemel caractérise comme phase de dépopulation active agricole, ces communes sont rayées de la carte des naissances des nouveaux mariés lyonnais. Le flux s’est tari46. Il semble néanmoins que la troisième phase soit plus précoce que dans les cantons picards. En effet, c’est dès les années 1860 que les effectifs des domestiques et salariés agricoles déclinent régulièrement, et ce, jusqu’en 1890. Cette main-d’œuvre, rare en montagne, se concentre « en Bas-Dauphiné : surtout dans les plaines de Lyon, l’Ile Crémieu, le Chambaran, la Basse-Isère et les Terres Froides occidentales. Il s’agissait de régions sans industrie, tout au moins sans industrie masculine »47.

  • 48 Un autre boucher est originaire de l’Isère, mais il est né dans une commune urbaine.

38Il faut bien se garder d’assimiler dépopulation rurale et dépopulation agricole. Les activités professionnelles des migrants ruraux de l’Isère le confirment. Alors que les manoeuvres et le personnel de service sont légèrement sous-représentés, teinturiers et surtout petits commerçants dépassent la moyenne. 109 petits commerçants natifs de l’Isère sont installés à Lyon (101 sont originaires de communes rurales). Ils représentent plus de 10 % des petits commerçants lyonnais, alors que les natifs de l’Isère ne regroupent que 7 % de l’électorat. Nous trouvons parmi eux : 14 boulangers (12 % de la catégorie) et 17 bouchers (plus de 12 % de la catégorie)48.

39Face aux régions du Bas-Dauphiné au flux migratoire contrasté, les autres régions se caractérisent avant tout par leur faiblesse et aucun rythme ne peut être dégagé.

40Grenoble et Vienne fournissent à la métropole un lot régulier de migrants. Gageons que la même régularité caractérise les électeurs lyonnais qui s’installent à Grenoble et à Vienne.

41La migration des originaires de l’Isère résulte de l’addition de plusieurs flux, aux rythmes et aux causes diverses. Toute généralisation serait abusive. En est-il de même pour les migrants nés dans le département du Rhône ?

  • 49 G. Garrier, op. cit., t. 1, p. 464.

42Afin d’étudier la décharge des campagnes, Gilbert Garrier regroupe les cantons du Rhône en six régions naturelles et économiques49. A ce découpage, nous avons ajouté le canton de Givors. Le Graphique 8 présente les résultats.

  • 50 G. Garrier, op. cit., t. 1, p. 464.
  • 51 Ibid., p. 485.
    A partir des cartes d’alimentation délivrées de 1941 à 1945, l’auteur (op. cit., p. 6 (...)

43La diminution de la population rurale est faible : « La partie rurale du département n’a (donc) perdu en quarante ans qu’un habitant sur 10... la densité rurale dépasse toujours 100 habitants au km2 » en 191150. Surtout, la faible émigration locale n’atteint guère la cité. On peut estimer que Lyon n’a pas attiré le quart du total des migrants du Rhône entre 1850 et 1914 »51. Retrouve-t-on le rythme des départs dans les installations lyonnaises, minoritaires, des migrants ?

  • 52 Les migrants par génération :

44Les graphiques mettent en évidence plusieurs faits. Près de la moitié (48,3 %) de l’apport départemental provient du plateau lyonnais et surtout de la grande banlieue. Par ailleurs, le mouvement général souligne l’opposition et la complémentarité des générations des deux principaux départements pourvoyeurs : le Rhône et l’Isère52.

45Pour le plateau et la grande banlieue, les hommes qui ont atteint l’âge adulte à la veille ou pendant la guerre constituent le contingent le plus important. Le conflit transforme le comportement des rescapés du front et fixe ceux qui, trop jeunes pour participer aux combats, sont venus travailler à Lyon pendant le conflit, l’intense activité de la cité exigeant des bras. Le profil du canton de Givors conforte cette interprétation.

  • 53 G. Garrier, op. cit., p. 483.

46Les profils du Haut-Beaujolais, et, de façon moindre, du Bas-Beaujolais, confirment que « les mouvements migratoires s’alignent sur la conjoncture viticole générale »53. En raison du surcroît de travail exigé par le traitement des vignes phylloxérées, l’exode coïncide davantage avec le temps de la mévente qu’avec celui de l’invasion de l’insecte. Les hommes nés avant 1875 sont donc, logiquement, touchés et une partie d’entre eux, déjà mariée, a dû se déplacer en famille, en amenant les jeunes enfants. Ces derniers renforcent donc le flot apparent le plus important, celui des hommes de 30 à 40 ans.

Graphique 8. Origines des migrants du Rhône par régions naturelles

Graphique 8. Origines des migrants du Rhône par régions naturelles
  • 54 Ibid., p. 483.

47Les cantons de la montagne offrent un profil étrangement similaire à celui du Haut-Beaujolais, et là, pas de vignes ! Mais, les hommes du canton de Monsols ont afflué dans les cantons viticoles plus méridionaux, pendant la phase de prospérité de 1860 à 1876. De surcroît, la montagne même ressent, à partir des années 1880, l’arrêt progressif des métiers à tisser, ainsi que les cantons de Tarrare et Thizy, pourvoyeurs réguliers de Lyon54.

  • 55 Le sondage effectué par G. Garrier (op. cit., p. 486 et note 88, p. 486) dans les listes nominativ (...)

48Quelles sont les activités des migrants du Rhône installés à Lyon ? Les écarts observés par rapport à la moyenne sont faibles. De même que pour l’Isère, dépopulation rurale et dépopulation agricole ne se recoupent pas. Néanmoins, 1,5 % des électeurs originaires du Rhône se sont inscrits sur les listes électorales comme professionnels de l’agriculture, alors que 1,2 % de l’électorat total a signalé une activité analogue. Sur les 17 électeurs migrants du Rhône concernés, 7 ont plus de 60 ans, 9 plus de 56 ans. Résultat de la mévente viticole des années 1900 ? Le caractère conservateur de la liste électorale se révèle, ici, significatif. Parmi les autres activités, le lot traditionnel des ruraux vient gonfler les activités tertiaires, et, en particulier, les activités de service55.

49L’utilisation des documents statistiques, la présentation cartographique, ne permettent pas d’aboutir à des conclusions certaines et définitives. Les migrations sont des phénomènes complexes, difficiles à saisir, où se mêlent l’individuel et le collectif. Abusive serait toute généralisation, surtout dans l’appréciation des motivations des migrants. Et seule la source orale permettra - peut-être - de pallier notre méconnaissance des arcanes des filières migratoires.

50Toutefois, il convient de souligner l’importance de la sédimentation des aires de recrutement. Aux aires anciennes, liées aux traditions professionnelles, se superposent des zones plus indifférenciées. L’intensité du phénomène est fonction de la distance qui sépare point de départ et zone d’accueil. Pour comprendre la production des liens sociaux dans la ville, il faut tenir compte de cette sédimentation.

51Migrants anciens et nouveaux cohabitent-ils ? S’installent-ils dans les mêmes zones ? Mais, avant tout, quelles sont leurs activités professionnelles, quel est le degré de leur intégration à la société urbaine ?

C - Les catégories socio-professionnelles d’une société urbaine : des mondes séparés

1 - Prépondérance numérique des classes moyennes et des travailleurs manuels

  • 56 La classification en quatre catégories a été volontairement restreinte. Exceptée la catégorie A : (...)

52Le Tableau 1, hors texte, présente l’information contenue dans le fichier général. La première classification isole 39 catégories socio-professionnelles. Il n’était pas possible de la conserver pour tous les traitements. Nous utilisons ici une classification en quatre catégories56.

  • 57 Comités des quartiers Croix-Luizet - Les Buers, Naissance et Métamorphose d’une banlieue ouvrière,(...)
  • 58 Notons que, pour les électeurs retrouvés dans les listes nominatives, il a été possible de compare (...)

53La catégorie A : « Agriculteurs et assimilés » regroupe 191 individus. Certains sont de véritables agriculteurs ou jardiniers, en particulier dans les communes suburbaines et les bureaux périphériques57 ; pour d’autres, l’hypothèse suivante est fort plausible : la liste électorale étant permanente, le nouveau migrant déclare son activité au moment de son arrivée dans la ville - avant d’avoir trouvé un emploi - et cette dénomination est ensuite recopiée, année après année, par le personnel responsable de la tenue des listes58. Quoi qu’il en soit, et en toute logique, la catégorie A est marginale : 1,2 % des électeurs sondés.

54La catégorie B : « Cadres supérieurs, industriels et assimilés », appelée, de façon plus concise, « classes dirigeantes », compte 904 électeurs, soit 5,8 %.

55La catégorie C : « Employés, cadres moyens et assimilés », ou « classes moyennes », composée de 7.019 électeurs (45,3 %), est moins homogène que la précédente. Les non-actifs représentent 10 % de la catégorie.

56La catégorie D : « Travailleurs manuels », avec 7.388 électeurs, est la plus nombreuse (47,7 % du total). Aux ouvriers, manoeuvres et artisans s’ajoutent ouvriers ou artisans, personnel de service, marins et pêcheurs (pratiquement inexistants), etc...

57Lyon et son agglomération présentent une structure complexe. Si un Français sur deux travaille manuellement, les employés des services, banques, commerces, comptent tout autant. Ville du travail et centre de direction régionale, telle apparaît la métropole rhodanienne.

58La ville est souvent présentée comme une image de la société inscrite sur le sol. Comment les grandes catégories sociales s’inscrivent-elles dans l’espace des bureaux de vote ? Nous n’abordons pas ici l’étude des parties, mais il est nécessaire d’apprécier le mode d’organisation des grandes catégories. Tendent-elles à se concentrer ou, au contraire, sont-elles ubiquistes ?

2 - Répartition par bureaux des trois catégories principales

  • 59 Le coefficient de variation a été calculé en rapportant l’écart-type des pourcentages d’une catégo (...)
  • 60 Pierre Léon, Géographie de la fortune et structures sociales à Lyon au XIXe siècle (1815-1914), 19 (...)

59Le coefficient de variation des catégories B, C, D, souligne les différences de concentration : de 0,24 pour C et de 0,30 pour D, il saute à 0,89 pour B. Les cadres supérieurs, industriels et assimilés sont, de loin, les plus concentrés dans l’espace urbain5960. Afin d’appréhender cette réalité de manière plus concrète, nous avons classé les bureaux de façon croissante, selon le pourcentage de chaque catégorie, et nous avons calculé la part respective des individus de chaque catégorie qui y vivaient.

60Les trois Tableaux suivants présentent les résultats et ont servi à l’élaboration du Graphique 9.

TABLEAU 6 - Répartition du regroupement B des C.S.P. : les classes dirigeantes

Nombre de bureaux

Bornes extrêmes

Nombre d’individus

 %

 % cumulés

12

0 à 1,1

8

0,9

0,9

10

1,3 à 2,1

28

3,1

4

10

2,1 à 2,9

50

5,5

9,5

11

3,1 à 4,0

54

6

15,5

11

4,1 à 4,7

72

8

23,5

10

4,8 à 5,3

72

8

31,5

10

5,6 à 6,3

86

9,5

41

10

6,4 à 8,5

101

11,2

52,2

10

8,9 à 14,4

182

20,1

72,3

10

14,7 à 25,7

251

27,8

100

104

0 à 25,7

904

TABLEAU 7 - Répartition du regroupement C des C.S.P. : les classes moyennes

Nombre de bureaux

Bornes extrêmes

Nombre d’individus

 %

 % cumulés

12

22,8 à 30,6

518

7,4

7,4

10

31,1 à 35,2

538

7,7

15,1

10

36,0 à 39,0

580

8,3

23,4

11

39,2 à 43,7

665

9,5

32,9

11

43,9 à 48,2

817

11,6

44,5

10

48,4 à 50,0

686

9,8

54,3

10

50,3 à 52,9

715

10,2

64,5

10

53,1 à 55,4

846

12,1

76,6

10

55,7 à 59,0

786

11,2

87,8

10

60,4 à 70,0

868

12,4

100

104

22,8 à 70,0

7.019

TABLEAU 8 - Répartition du regroupement D des C.S.P. : les travailleurs manuels

Nombre de bureaux

Bornes extrêmes

Nombre d’individus

 %

 % cumulés

12

13,9 à 27,6

375

5,1

5,1

10

29,3 à 36,4

500

6,8

11,9

10

36,5 à 39,8

502

6,8

18,7

11

40,1 à 44,1

779

10,5

29,2

11

44,4 à 48,0

682

9,2

38,4

10

48,1 à 52,3

764

10,3

48,7

10

53,4 à 56,6

796

10,8

59,5

10

57,5 à 60,8

1.037

14,0

73,5

10

60,9 à 65,7

802

10,9

84,4

10

66,4 à 76,4

1.151

15,6

100

104

13,9 à 76,4

7.388

Graphique 9. Concentration des groupes sociaux dans l’espace urbain

Graphique 9. Concentration des groupes sociaux dans l’espace urbain
  • 61 Cette concentration n’implique pas l’absence d’une concentration à plus grande échelle, dans le ca (...)

61Une répartition peu contrastée se rapprocherait de la diagonale du graphique. Le regroupement C en est le plus proche, alors que le regroupement B en est le plus éloigné, comme le suggéraient les coefficients de variation. Pour la catégorie B, les trente derniers bureaux, ceux où le pourcentage est le plus élevé, regroupent plus de la moitié des individus. Les dix derniers enregistrent des pourcentages allant de 14,7 % à 25,7 % (la moyenne est de 5,8 %) ; près de 28 % des électeurs de la catégorie y vivent. Cette catégorie, très soudée, est perçue comme telle par les contemporains61.

  • 62 Jean Dufourt, Calixte, pp. 12-13. Les mots soulignés l’ont été par nous.
    Les bureaux 203, 204 et 20 (...)

62Après avoir fait visiter le quartier d’Ainay, habité par « la meilleure société», Calixte entraîne Philippe vers le quartier des Brotteaux. « -Qui donc habite ces avenues et ces quais magnifiques sinon cette bonne société que vous me disiez faussement habiter le méchant faubourg d’Ainay ? Serait-ce la mauvaise ? interroge le nouveau lyonnais. - Non, sans doute... mais je ne vous cacherai pas qu’elle y est plus mêlée qu’à Ainay, que ses mœurs sont moins pures et qu’elle a une tendance fâcheuse à s’écarter des traditions »62.

63La ségrégation sociale existe et ne peut qu’être sous-estimée par l’utilisation du découpage électoral. Mais elle n’est pas le seul critère de différenciation de la société lyonnaise. L’âge et le milieu d’origine participent à des clivages multiples qui confortent la complexité de la société urbaine.

3 - Des mondes séparés

a) Age et activités socioprofessionnelles

  • 63 Cet indice est utilisé par Jean Heffer, dans son ouvrage sur New-York (Notes et Etudes documentair (...)

64Le tableau 1, hors texte, demeure la base statistique. Afin de mesurer l’écart de distribution entre la répartition par âge de l’ensemble du fichier et la répartition par âge d’une catégorie socio-professionnelle particulière, nous avons utilisé l’indice suivant63 :

Pci = population d’une C.S.P. et d’âge i
P c = population totale de la C.S.P. considérée
P t i = population totale d’âge i
P t = population totale

65L’utilisation systématique de cet indice permet de construire le Graphique 10. Le trait horizontal correspond à l’indice 100.

  • 64 Cette relation entre âge et C.S.P. n’a pas pas disparu. Voir R. Boudon, L’inégalité des chances, l (...)

66« Classes dirigeantes », « classes moyennes » et « travailleurs manuels » sont des agrégats et des phénomènes de compensation interviennent. Cela est évident pour les « classes moyennes » où se mêlent deux catégories aussi distinctes que les petits commerçants et les employés P.L.M. Mais il n’en demeure pas moins que les cadres supérieurs et assimilés, sur-représentés après 40 ans, contrastent nettement avec le profil des travailleurs manuels, révélateur d’une population plus jeune que la moyenne64.

67L’analyse par C.S.P. révèle d’étonnantes similitudes (industriels, négociants, cadres supérieurs, ingénieurs), avec des nuances dues à l’arrêt, plus ou moins précoce, de l’activité.

  • 65 Y. Lequin, op. cit., t. 1, p. 267, remarque : « En fait, l’administration ou l’entreprise para-pub (...)

68Les professions caractérisées par l’existence d’un statut, de la sécurité de l’emploi, de la retraite et de mutations à l’ancienneté, se dégagent nettement : P.T.T., P.L.M., armée, police et, de façon moins nette, O.T.L. (tramways lyonnais)65.

  • 66 Jean Dufourt, op. cit., p. 216.
  • 67 P. Barrai, op. cit., p. 196, constate que les techniciens passent de 0,1 % en 1896, à 0,4 % de la (...)

69Pour les employés de soierie et les techniciens, l’indice chute après 35 ans. Signe d’une mobilité sociale ascendante pour les premiers ? Le héros de Calixte est-il exceptionnel ou conforme à la norme ? Marié à 28 ans, l’employé de chez Tristan-Miron devient, dès trente ans, et grâce à son mariage « avec l’une des plus charmantes et des plus riches héritières de la vieille bourgeoisie lyonnaise », un négociant en tulles et dentelles66. Pour les techniciens, la sous-représentation après 35 ans souligne l’aspect récent de l’augmentation de cette catégorie67.

70Pour les travailleurs manuels, sur-représentés avant 40 ans, l’opposition semble particulièrement nette entre artisans et ouvriers. La sous-représentation des premiers traduit-elle le temps nécessaire à l’acquisition de l’outil de travail ou la régression d’une catégorie ?

71L’analyse ne peut rendre compte de tous les aléas des diverses courbes, - très caractéristique est cependant celle des manoeuvres où les travailleurs âgés et les jeunes prédominent-, mais l’ensemble souligne bien la liaison étroite qui existe entre âge et catégorie socio-professionnelle. Il en va de même pour les zones socio-géographiques du recrutement.

Graphique 10. Ages et catégories socio-professionnelles

Graphique 10. Ages et catégories socio-professionnelles

b) Recrutement socio-géographique et populations pré-construites

  • 68 A Lyon, les italiens représentent en 1931, 64 % des naturalisés, 70 % en 1936. J. Ch. Bonnet, art. (...)

72Six types d’origines géographiques, liés à un environnement économico-social spécifique, ont été retenus. Deux sont homogènes : les migrants d’origine rurale, les natifs de Lyon. Viennent ensuite les natifs de l’aggomération, séparés en natifs de type urbain (essentiellement Villeurbanne), et natifs de type rural (Vaulx-en-Velin...). Les deux dernières catégories regroupent les migrants d’origine urbaine, mêlant natifs des chefs-lieux de cantons et originaires de la capitale, et les migrants nés hors de France métropolitaine, regroupant les originaires de l’Algérie et les naturalisés68.

  • 69 Pour la construction des matrices pondérées voir Jacques Bertin La graphique et le traitement grap (...)

73Les deux premières catégories (migrants ruraux et lyonnais) regroupent 70 % des électeurs. Prépondérantes quantitativement, elles structurent l’ensemble du Graphique 11. La construction de la matrice pondérée est fondée sur la part croissante des migrants ruraux dans chaque C.S.P. Les parties noircies figurent la partie de chaque C.S.P. supérieure à la moyenne de l’origine étudiée. La surface totale attribuée à chaque catégorie est proportionnelle à l’effectif de la catégorie69.

  • 70 D’après Boissieu (de), Une pépinière d’émigration vers les villes... Société d’Economie Politique (...)
  • 71 Daniel Bertaux, Destins personnels et structure de classe, 1977, pp. 234-238.
  • 72 Philippe Pinchemel, op. cit., p. 104 : « Aux communautés rurales où les cultivateurs, les paysans, (...)
  • 73 Les migrants du Rhône font exception. Voir p. 45.

74Le recrutement rural caractérise armée et police, petits commerçants, employés du P.L.M., des P.T.T., de l’O.T.L., le clergé et les professions de service. Le phénomène est fondamental. Il n’a pas échappé aux contemporains, témoins critiques de migrations provoquées par la volonté d’« émarger au budget »70. Les catégories à très nette prépondérance rurale sont fortement organisées. De cette organisation découle leur sécurité, de cet encadrement résulte leur mode d’intégration à la société urbaine. Organisation et intégration allient, le plus souvent, mobilité géographique, fixation sociologique et fixation idéologique, qui ne doivent pas être entendues comme absolu, mais comme tendance71. Une fois le mouvement migratoire engagé, les petits commerçants suivent le flux, et, le village, de société complexe, devient ce monde voué uniquement aux activités primaires72. Avec les manoeuvres, également sur-représentés parmi les migrants ruraux, se dessinent d’autres aires de recrutement préférentiel : l’agglomération et les pays étrangers. Les agriculteurs atteignent juste la moyenne chez les migrants ruraux73.

Graphique 11. Origine socio-géographique et C.S.P.

Graphique 11. Origine socio-géographique et C.S.P.

A migrants ruraux
B nés à l’étranger
C migrants urbains
D agglomération rurale en 1896
E agglomération urbaine en 1896
F Lyon stricto-sensu
1 armée police
2 employés P.L.M.
2 bis employés O.T.L.
3 clergé
4 personnel de service
5 petits commerçants
6 employés P.T.T.
7 manœuvres
8 non-actifs
9 instituteurs
10 agriculteurs
11 ouvriers (et contremaîtres)
12 ouvriers ou artisans
13 employés
14 artisans
15 cadres moyens
16 classes dirigeantes
17 techniciens
18 étudiants
19 employés de soierie

  • 74 A. Kleinclauz, Histoire de Lyon, tome III, 1814 à 1940, (1952) nous dit (p. 300) que l’école La Ma (...)
  • 75 Les électeurs du Bas-Rhin représentent 0,34 % de l’électorat ; ceux de la Marne 0,15 %.
  • 76 Le terme filière est utilisé par Jean Dufourt, op. cit., p. 22. Philippe, jeune parisien, frais ém (...)

75Avec les ouvriers débutent les catégories de la sous-représentation rurale (36 % de la catégorie contre 39 %). La sur-représentation lyonnaise est très marquée pour les catégories moyennes et la hiérarchie urbaine : employés, artisans, employés de soierie, techniciens. Le phénomène, fort compréhensible pour les employés de soierie, s’explique tout autant pour les techniciens où les dessinateurs sont prépondérants. Le rôle de l’école La Martinière est, ici, déterminant74. Au contraire, pour les cadres moyens, et surtout pour les classes dirigeantes, sur-représentation urbaine et lyonnaise sont équivalentes, bien que les lyonnais soient, en chiffres absolus, les plus nombreux. Il y a comme une sorte de partage des tâches : encadrement et services sont réservés, avant tout, aux lyonnais, mais sans entraîner jamais l’hégémonie de cette catégorie, au contraire, direction et décision, et professions assimilées, sont partagées entre lyonnais et nationaux. A preuve, les natifs de la Seine qui ne représentent que 1,5 % de l’électorat regroupent 2 % des classes dirigeantes et 3,1 % des cadres moyens (comptables et représentants). Autre exemple, les migrants urbains du Bas-Rhin : 13 % d’entre eux appartiennent aux classes dirigeantes, et parmi les migrants urbains de la Marne, ils sont 24 %75. Certes, en chiffres absolus le phénomène est ténu, mais non négligeable. De manière générale, ces migrants viennent de loin et ne relèvent pas de filières migratoires : c’est la filière sociale qui est ici primordiale76.

  • 77 Monique Vincienne, Du village à la ville, 1972, tableau 77. Voici les chiffres sur lesquels nous n (...)
  • 78 Y. Lequin, op. cit., t. 1, cartes 72 à 82.

76La maîtrise de l’espace est un élément de la mobilité sociale. Monique Vincienne a étudié la structure sociale de Saint-Jean-de-Maurienne en fonction de la distance parcourue par les migrants pour s’installer dans la sous-préfecture savoyarde. Trois zones se différencient : le département de Saint-Jean, les départements limitrophes, les autres départements. Pour les agriculteurs immigrés et les immigrés originaires de communes urbaines, les résultats obtenus sont probants : la probabilité de devenir cadres supérieurs ou cadres moyens augmente avec la distance de migration ; au contraire, pour les migrants devenant artisans ou commerçants, elle décline77. Même au sein du monde ouvrier le phénomène est net, les étapes migratoires des ouvriers hautement qualifiés, sûrs de leur métier et de leurs connaissances techniques, sont plus longues que celles des manutentionnaires, où la concurrence est plus vive sur le marché du travail78.

  • 79 Le pourcentage est ici calculé par rapport à l’ensemble des couples. Dans le tableau cinq, le pour (...)

77Donc, entre migrants urbains et lyonnais, partage des tâches. De ce dernier, est-ce que l’intégration à Lyon peut également rendre compte ? Etudions les lyonnais mariés à une lyonnaise. Quelle est la distribution socio-professionnelle des membres de ces 948 couples lyonnais homogènes (11,9 % des 7.981 couples recensés)79 ?

78Le Graphique 12 présente le résultat. Le classement des C.S.P. est étonnament semblable à celui résultant du Graphique 11. Les ouvriers sont, dans les deux cas, la catégorie charnière. Une seule différence notable : celle des instituteurs. Exceptée cette catégorie, le mariage d’un lyonnais avec une lyonnaise n’entraîne pas, pour l’époux, une probabilité plus forte d’appartenir à telle ou telle C.S.P. Plus que le mariage compte la sphère socio-économique où l’homme vit son apprentissage de la vie sociale.

79Le Tableau suivant indiquerait même une sur-représentation moins prononcée que celle qui affecte l’ensemble des natifs de Lyon.

  • 80 L’indice de sur-représentation est calculé comme indiqué p. 50.

TABLEAU 9 - Sur-représentation géographique80

Urbains

Lyonnais

Lyonnais époux d’une lyonnaise

Employés de soierie....

67

265

248

Techniciens

108

189

134

Employés

95

153

122

Cadres moyens

134

148

131

Classes dirigeantes

147

145

141

Artisans

85

145

136

Ouvriers ou artisans....

92

135

120

Ouvriers

99

126

108

Instituteurs

140

66

126

80Le mariage endogame des natifs de Lyon ne fonctionne pas comme ascenseur social, ce qui n’induit nullement qu’il ne puisse jouer ce rôle pour les non-natifs qui épousent une lyonnaise.

Graphique 12. Couples lyonnais homogènes et C.S.P. de l’époux

Graphique 12. Couples lyonnais homogènes et C.S.P. de l’époux

18 armée police
17 employés P.L.M.
16 personnel de service
15 manœuvres
14 agriculteurs
13 employés P.T.T.
12 employés O.T.L.
11 petits commerçants
10 non-actifs
9 ouvriers (et contremaîtres)
8 ouvriers ou artisans
7 employés
6 instituteurs
5 cadres moyens
4 techniciens
3 artisans
2 classes dirigeantes
1 employés de soierie

81Age, milieu d’origine, catégorie socio-professionnelle fonctionnent en interrelations. Le déterminisme n’est jamais total, mais jamais totalement absent. Du hasard et de la nécessité, aucun des deux n’efface totalement l’autre ; ils interviennent toujours intimement mêlés, n’existant qu’en combinatoire complexe. Si la production des clivages sociaux relève de mécanismes abscons, leur réalité, au contraire, est évidente. Induisent-ils les comportements quotidiens et familiaux ? Peut-on parler de familles de classe ?

c) Appartenance sociale et vie familiale - Les dimensions de la famille

  • 81 Voir Peter Laslett, La famille et le ménage : approches historiques, Annales E.S.C., 1972, numéros (...)

82S’il est un domaine où nous avons pleinement conscience d’avoir laissé échapper une partie de l’information, c’est bien celui des dimensions de la cellule familiale. N’ayant pas prévu de coder les collatéraux et les locataires, des raisons pratiques ont entraîné l’abandon du codage des domestiques logés, initialement prévu. A la lecture régulière des listes nominatives, l’erreur était patente, mais tout retour en arrière était impossible. En raison des limites précisées, nous ne tiendrons compte que des solitaires et des ménages simples, « sans craindre de tirer des idées générales de données quelquefois imparfaites »81. Ajoutons que, si les résultats présentés ont quelque valeur sociale, ils n’en ont guère au plan démographique ; ne connaissant que le nombre des enfants présents en 1936, nous nous heurtons à deux difficultés : le départ des aînés, l’inachèvement de la famille.

83Le Tableau 10, ci-après, est particulièrement éloquent pour les célibataires et pour les hommes mariés, pères de trois enfants. Le célibat augmente régulièrement de l’employeur au chômeur ; il ne faut cependant pas négliger l’âge moyen correspondant à chaque statut.

84Il apparaît nettement que les familles les moins étroites correspondent au statut assurant une sécurité importante des revenus. La sécurité de l’emploi est particulièrement importante pour les employés de l’Etat, des collectivités locales et des services publics ou assimilés. Notons que cette sécurité, le plus souvent unie à l’existence d’une retraite, peut provoquer des comportements contradictoires. Les enfants, sécurité-vieillesse des parents démunis, ne jouent plus ce rôle, fondamental, une fois la retraite instituée. De cette première approche, retenons l’importance de la sécurité de l’emploi, et donc de la régularité des revenus.

  • 82 Nous n’avons pas conservé les chiffres des apprentis (trois cas) ni ceux des aides-familiaux (dix- (...)
  • 83 Paul Chabot, op. cit., ch. VIII : Le mariage, p. 119 à p. 135, narre comment Jean, âgé de 40 ans, (...)

TABLEAU 10 - Statut social, dimension de la famille8283 (en pourcentage)

TABLEAU 10 - Statut social, dimension de la famille8283 (en pourcentage)

1. : Employeurs
2. : Etat et collectivités locales
3. : Services publics ou assimilés
4. : Indépendants sans salariés
5. : Salariés du privé
6. : Disponibles, à la recherche d’un emploi

  • 84 Nous utilisons ici le code en vingt regroupements socio-professionnels. Voir Annexe. Nous n’avons (...)

85Les relations entre les dimensions de la famille et les C.S.P. peuvent être étudiées de manière plus précise84.

  • 85 Jean Borreil, Phénoménologie des travailleurs de l’Etat ou le Massacre des Innocents, Révoltes Log (...)

86Le Graphique 13 est pratiquement diagonalisé en tenant compte de la part croissante des célibataires. Au sommet du Graphique se trouvent les catégories où les enfants sont les plus nombreux : employés de chemin de fer, agents de la force publique, employés des services publics et assimilés. Le célibat y est rare, la famille compte un ou deux enfants. Les indemnités pour charge de famille suffisent-elles à expliquer le phénomène ? Ou faut-il voir, dans l’incitation au mariage et à la natalité, le résultat d’une politique de contrôle du fonctionnaire85 ?

  • 86 Listes nominatives, cinquième arrondissement (sixième canton), p. 414 et p. 585 : septième arrondi (...)

87Le profil des classes dirigeantes conforte l’étude par statut, à partir d’un échantillon plus large (660 cas), même s’il ne regroupe pas que les électeurs de statut « employeur ». En raison de l’âge de cette catégorie, le nombre des veufs est important, mais ce qui la caractérise avant tout, c’est le poids important des familles de trois enfants et plus : alors que 8 % des électeurs ont une famille de ce type, le pourcentage dépasse 14 % pour les électeurs des classes dirigeantes. La lecture des listes électorales nous a permis de repérer des exemples précis, bien qu’exceptionnels, de familles nombreuses : un pharmacien est père de onze filles, un médecin de sept enfants. Le chef de gare de Vaise n’a pas moins de dix enfants et cet ouvrier mécanicien d’Oullins, employé aux ateliers P.L.M., est également père de dix enfants. L’interférence entre C.S.P. et statut social est ici très nette86.

  • 87 Paul Chabot, op. cit., p. 191.

88Les ouvriers, au comportement assez proche de la moyenne, se situent à l’endroit où le taux de « célibat » atteint la sur-représentation. Pour les techniciens, les employés de soierie, la structure d’âge explique cette prépondérance. Pour les employés, le personnel de service, les agriculteurs, les manoeuvres, ce caractère est beaucoup plus révélateur de la structure de ces catégories. Pour le personnel de service, on sait l’importance du célibat et la difficulté pour les époux de conserver leur(s) enfant(s) avec eux. Dans l’ouvrage de J. Chabot, Jean et Yvonne, domestiques en 1900, l’ancien cocher et son épouse ont dû mettre leur fils en nourrice dès son plus jeune âge87. Trente ans plus tard, les familles sans enfant, du moins au domicile conjugal, l’emportent toujours. Pour les manoeuvres, célibataires et pères de familles nombreuses sont également sur-représentés.

Graphique 13. Dimension de la famille et C.S.P.

Graphique 13. Dimension de la famille et C.S.P.

C : célibataires (+ veufs et divorcés)
M : mariés sans enfant
M + 1 : mariés + 1 enfant
M + 2 : mariés + 2 enfants
M + 3 : mariés + 3 enfants ou plus
1 : employés P.L.M.
2 : armée, police
3 : employés O.T.L.
4 : petits commerçants
5 : employés P.T.T.
6 : cadres moyens
7 : artisans
8 : classes dirigeantes
9 : ouvriers (et contremaîtres)
10 : instituteurs
11 : personnel de service
12 : employés divers
13 : agriculteurs
14 : manœuvres
15 : ouvriers ou artisans
16 : non-actifs divers
17 : techniciens
18 : employés de soierie

89La situation familiale n’est pas indifférente aux groupes sociaux, elle n’en est pas non plus le simple reflet. Les normes générales de la période, tendance au rétrécissement des familles, atteignent globalement toutes les catégories sociales et, ce sont simplement sur les marges des séries qu’apparaissent les différences. Il en va de même pour le choix du conjoint.

- Le choix du conjoint

. L’âge du choix

90Les Tableaux hors texte 3 et 4 ne portent que sur les électeurs retrouvés dans les listes nominatives. Trois variables sont utilisables : marié/non marié, âge, C.S.P. L’âge au mariage dépend de l’origine sociale, à preuve le Tableau 11.

  • 88 Pierre Guillaume, La population de Bordeaux au XIXe siècle, 1972, graphiques numéros LXXVI et LXXV (...)

91Le mariage tardif des industriels, des négociants, des ingénieurs, est particulièrement net. Le fait est souvent attesté : Pierre Guillaume enregistre le même phénomène à Bordeaux, au début du XXe siècle88. L’apprentissage (études, stages divers), est ici plus long que pour les autres catégories. Le mariage intervient à la fin de l’apprentissage.

  • 89 Jean Dufourt, op. cit., pp. 235-240.

92Chez les employés, les jeunes hommes se marient plus tôt, mais le phénomène se prolonge sur deux ou trois générations. Au contraire, dans les catégories supérieures le retard au mariage est vite rattrapé. Particulièrement tardif est le mariage des employés de soierie. Une fois encore, le cas de Philippe, dans Calixte, est assez exemplaire. Il ne se marie qu’à 28 ans, mais ici mariage et promotion sociale sont étroitement liés. Dès 30 ans, l’apport de la fortune de sa femme lui permet de diriger une maison de tulles et dentelles89.

93Pour les petits commerçants, l’importance de la femme est telle, dans la tenue du commerce, que le mariage précoce s’impose ; de même pour les artisans. Chez les travailleurs manuels, ces derniers sont parmi les premiers à se marier. Au contraire, le mariage est plus tardif chez les manoeuvres, les ouvriers, le personnel de service. En raison du taux de célibat, l’acmé des séries est le plus souvent inférieure à ce qu’elle est pour d’autres catégories.

  • 90 Daniel Bertaux, op. cit., voir le chapitre : « Production anthroponomique et familles de classe », (...)

94L’âge au mariage est bien un des éléments constitutif « des familles de classe », même si les déterminismes sociaux n’épuisent pas la réalité90.

TABLEAU 11 - Pourcentages des mariés ou remariés pour quelques catégories socio-professionnelles (en pourcentages par rapport à chaque classe d’âge)

TABLEAU 11 - Pourcentages des mariés ou remariés pour quelques catégories socio-professionnelles (en pourcentages par rapport à chaque classe d’âge)
. L’âge comparé des époux : un signe de la place dans la hiérarchie sociale ?

95Nous avons classé les couples selon la différence d’âge des conjoints et la C.S.P. de l’époux. Le Graphique 14 résume l’information.

  • 91 Des éléments de comparaison sont fournis dans Edward Shorter, Naissance de la famille moderne, 197 (...)
  • 92 Claude Alzon, La femme potiche et la femme honniche, 1972. Voir le chapitre : La condition de la f (...)

96De manière générale, dans la moitié des couples, la femme est plus jeune que son mari ; dans neuf couples sur dix, elle a le même âge ou est plus jeune91. La répartition socio-professionnelle est peu contrastée et les différences n’interviennent que sur les marges des séries : seuls 4,5 % des couples d’artisans sont « déplacés » vers la gauche de la matrice pondérée, c’est-à-dire dans les catégories où l’époux est plus jeune que son épouse. Dans un seul cas, le transfert atteint le quart des couples : pour ceux dont le chef de famille est un industriel, les épouses sont beaucoup plus jeunes que leur époux. Faut-il voir, dans ce cas extrême, le spectacle ostentatoire d’un pouvoir qui a besoin de « femmes-potiches »92 ? Pour les retraités, le poids des remariages explique, bien entendu, la sur-représentation des couples où la femme est beaucoup plus jeune.

97Bien que marginaux, les transferts se font en sens opposés : épouses moins jeunes que la normale chez les travailleurs manuels, épouses plus jeunes pour les non-manuels, et, de façon très nette, pour les classes dirigeantes. Cependant, réduire l’état matrimonial aux seuls déterminismes sociaux serait abusif, tout autant que de les ignorer.

. Activités socio-professionnelles du mari et de l’épouse
  • 93 B.R. Mitchell, European Historical Statistics, 1750-1970, chiffres p. 36 et p. 155.

98Peu nombreuses sont les femmes mariées qui déclarent exercer une profession : seuls 20 % des femmes mariées de l’agglomération lyonnaise ont déclaré exercer une profession lors du recensement de 1936. Lors de ce recensement, le taux national d’activité féminine, incluant le cas litigieux des épouses d’agriculteurs, s’élevait à 34,2 %93.

  • 94 Ch. Bettelheim, S. Frère, op. cit., p. 171. Les auteurs ajoutent : « Il aurait été préférable de c (...)

99Les femmes mariées ont un taux d’activité inférieur à celui de l’ensemble des femmes et il décline régulièrement avec le nombre d’enfants94 les chiffres présentés, s’ils n’ont pas valeur absolue (ils nous paraissent par trop bas), conservent leur valeur relative.

TABLEAU 12 - Taux d’activité des femmes mariées et nombre d’enfants

Femmes mariées sans enfant

26 %

Femmes mariées avec 1 enfant

19,4 %

Femmes mariées avec 2 enfants

16,3 %

Femmes mariées avec 3 enfants

12,6 %

Femmes mariées avec 4 enfants

11,4 %

Femmes mariées avec 5 enfants et plus..

4 %

  • 95 D. Bertaux, op. cit., p. 100.

100Mais l’activité des femmes dépend également de l’activité de leur époux et du rôle qui leur est assigné dans le ménage. Le Tableau 13, ci-après, montre « que ce qui détermine les femmes à travailler contre salaire, ce n’est pas seulement la nécessité d’un salaire supplémentaire, mais aussi et surtout, la possibilité matérielle de mener en parallèle deux journées de travail : l’une dans la production économique, et l’autre dans la production anthroponomique95.

  • 96 Le fichier compte soixante instituteurs mariés et quarante-sept épouses ont déclaré être institutr (...)
  • 97 Alfred Sauvy, op. cit., t. 2, p. 523. En 1929, les indemnités des charges de famille pour les fonc (...)

101Cependant, réduire l’activité professionnelle de la femme aux seuls intérêts matériels serait renoncer à une partie de la réalité. Ces intérêts existent, le cas des instituteurs le démontre : le taux d’activité de leurs épouses, très souvent institutrices96, augmente lorsque le ménage a un ou deux enfants à charge. Il est plus bas lorsque la famille ne compte aucun enfant ou... trois. Si le couple peut se contenter du salaire du mari tant qu’il n’y a pas de descendants au ménage, leur arrivée nécessite l’appoint du salaire féminin. Au contraire, le bond des indemnités à partir de trois enfants permet à la mère d’interrompre son activité salariée97.

  • 98 Claude Alzon, op. cit., p. 83.

102Mais les intérêts matériels ne sont pas tout. Permettre à sa femme de rester au foyer, c’est aussi avoir une « réclame vivante, le signe distinctif de son appartenance à une classe supérieure »98, ou, du moins, à une catégorie qui se vit comme telle. Faut-il ajouter que cette situation renforce également le pouvoir de l’époux ?

Graphique 14. Différence d’âge entre les conjoints et C.S.P. de l’époux

Graphique 14. Différence d’âge entre les conjoints et C.S.P. de l’époux

Colonnes :
1+2 : épouse plus âgée de plus de 7 ans
3. : épouse plus âgée de 2 à 7 ans
4 : différence d’âge inférieure à 2 ans
5 : époux plus âgé de 2 à 7 ans
6+7 : époux plus âgé de plus de 7 ans
Lignes :
1 : retraités
2 : industriels
3 : négociants et gros commerçants
4 : ingénieurs
5 : employés
6 : cadres moyens
7 : employés de bureau
8 : employés de commerce
9 : employés P.L.M.
10 : employés P.T.T.
11 : personnel de service
12 : armée, police
13 : employés O.T.L.
14 : techniciens
15 : petits commerçants
16 : ouvriers ou artisans
17 : ouvriers
18 : manœuvres
19 : artisans

TABLEAU 13 - Pourcentage des femmes inactives en fonction de la C.S.P. de l’époux et du nombre d’enfants à charge

TABLEAU 13 - Pourcentage des femmes inactives en fonction de la C.S.P. de l’époux et du nombre d’enfants à charge

M : couple sans enfant
M + 1 : couple avec un enfant
M + 2 : couple avec deux enfants
M + 3 : couple avec trois enfants

103Donc, à nouveau, des comportements différentiels, mais non réductibles à la seule appartenance de classe, du moins à une compréhension étroitement économique de cette dernière.

***

104De la guerre, la population lyonnaise, comme l’ensemble de la population française, ressent toujours les blessures. Les hommes de 40 à 60 ans, en 1936, ont payé le plus lourd tribut. Le phénomène, dramatique dans ses implications individuelles et familiales, souligne la nécessité de considérer chaque génération comme une strate ; la complexité de la société globale résulte de la sédimentation des générations, donc de leur vécu, de leur mémoire collective, de leur histoire. Afin de démêler l’écheveau, il faut se faire archéologue social.

105Chaque génération rassemble migrants ruraux, migrants urbains, et natifs de l’agglomération. Aux générations les plus âgées, formées de ruraux, succèdent des générations où la part des natifs de la ville est en augmentation croissante. Entre les migrants ruraux et les enfants de Lyon, des liens de filiation existent mais nos documents ne rendent pas compte du phénomène. Il ne peut toutefois être ignoré lorsque l’on veut comprendre l’organisation de la vie quotidienne. Le fils du maçon de Peyrat-le-Château, même s’il est né dans la métropole rhodanienne, demeure, par ses connaissances, son environnement, un enfant de la montagne du département de la Haute-Vienne.

106Les mutations dans la genèse de la population n’entraînent pas de transformation aussi nette dans la dispositon du champ migratoire lyonnais, toujours fortement ancré dans la France du Sud-Est. Et, si l’effacement progressif des départements limousins accentue d’autant le caractère méridien de l’aire de recrutement, le phénomène important est ailleurs : dans le déclin général des migrants natifs des communes rurales. Tout reflète le passage de migrations professionnelles, profondément enracinées dans le coeur du XIXe siècle, à des flux où le rôle de la distance devient prépondérant, même si des survivances des anciens modes de déplacement perdurent.

107Chaque génération témoigne d’ensembles socio-économiques divers. Ces origines variées ne sont pas sans rapport avec l’activité exercée par le migrant dans la ville. En quelque sorte, l’appartenance à telle ou telle activité urbaine est préconstruite, sans que ce caractère n’atteigne jamais à un déterminisme absolu. Administration et services comptent de très nombreux ruraux. Au contraire, migrants urbains et natifs de Lyon s’imposent dans les emplois liés à la sphère commerciale et à l’encadrement technique. Cette spécialisation du recrutement se retrouve chez les travailleurs manuels où les manoeuvres, ruraux, s’opposent aux ouvriers et aux artisans, plus urbains.

108Réunion d’hommes et de femmes d’origines diverses, Lyon est ville de travail. Les services d’une métropole régionale exigent un personnel important. Commerce, banque, transport, comptent tout autant que les activités directement productrices. Direction, production, distribution, telles sont les fonctions de la villes leurs espaces sont spécialisés. Il en va de même pour les groupes sociaux, très inégalement répartis dans l’espace urbain. De cette ségrégation, l’étude à grande échelle est nécessaire. En effet, l’espace urbain est plus discriminant que l’appartenance de classe.

109La formation des familles est induite par l’origine sociale. De cette endogamie sociale, nous ne pouvons rendre compte, les documents ne le permettent pas. Au contraire, les listes nominatives du recensement permettent d’essayer de cerner les comportements des familles de classe. Si ces dernières existent, les comportements, eux, ne sont pas réductibles à l’appartenance de classe, pas plus qu’ils ne le sont à d’hypothétiques jeux de l’amour et du hasard. C’est plutôt à un ensemble de facteurs, à une boucle tétralogique qu’il faut se référer pour comprendre la complexité des phénomènes, boucle où interfèrent origine sociale, sentiments, hasard et interactions réciproques. La complexité d’un vécu est irréductible à la seule passion, au seul hasard, au seul sociologisme.

***

Notes

1 Edgar Morin, La Méthode, I : La nature de la nature, 1977, p. 124.

2 L’expression « bassin démographique » est due à Georges Dupeux, L’urbanisation de la France au XIXe siècle, rapport présenté en janvier 1977 au Colloque des historiens économistes, dactylographié.

3 Le terme population doit être entendu dans un sens restrictif. Les étrangers et les enfants ne sont pas étudiés. Les femmes ne le sont que si elles sont mariées à un électeur.

4 D’où l’intérêt de la connaissance des anciens combattants pour saisir la signification des attitudes, des comportements, des formes de sociabilité, pendant l’entre-deux-guerres. Voir à ce propos, Antoine Prost, Les anciens combattants 1914-1940, 1977.

5 François Bedarida, Des réalités de la guerre aux mirages de la prospérité, in Histoire du peuple français, Paris 1967, tome V, sous la direction de L.H. Parias. La citation se trouve pp. 256-257.

6 F. Bedarida, op. cit., p. 281.

7 D’après Alain Corbin, Prélude au Front Populaire, étude de l’opinion publique dans le département de la Haute-Vienne, 3e cycle, Poitiers 1968, dactylographié.

8 Marcel Massard, op. cit., et Marcel Massard, Syndicalisme et milieu social (1900-1940), Mouvement Social numéro 99, 1977, pp. 23 à 34. L’auteur souligne la spécificité du Creusot pour les décès dus au premier conflit mondial : « Les générations masculines de vingt à quarante-cinq ans ne connurent que quatorze pour cent de pertes, contre vingt-cinq pour cent en moyenne pour la France entière ». Art. cit., p. 27. C’est, bien entendu, la mobilisation sur place des ouvriers qui explique le phénomène.

9 Voir tableau 11, p. 65.

10 Les épouses âgées de 21 à 25 ans sont 229. Nous leur avons ajouté les neuf épouses de moins de 21 ans. Pour la différence d’âge entre les époux, voir p. 66.

11 Voir à ce propos, Guy Pourcher, « Un essai d’analyse par cohorte de la mobilité géographique et professionnelle », Acta Sociologica numéro 9, 1966, pp. 137 à 151.

12 G. Garrier, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais 1800-1970 (197 3, 2 tomes), pose la question : « Quand commencèrent les accouchements en maternité ? Un élément de réponse peut déjà être apporté par les dates de l’ouverture de ces services dans les hôpitaux : elle est généralement postérieure à 1920 et même à 1945 dans certains chefs-lieux de canton » (p. 622).

13 Pierre Barrai, Le département de l’Isère sous la Troisième République (1962) confirme, p. 44, que la généralisation des accouchements en maternité est postérieure au premier conflit mondial.
D’autre part, G. Thuillier, Pour une histoire du quotidien au XIXe siècle en Nivernais, 1977, 490 p., note, dans le chapitre sur l’accouchement (p. 80) : « l’accouchement à domicile reste la règle (80 % en 1924) ».

14 Gf. Chapitre I, p. 15, la critique faite concernant l’origine géographique. Seuls les cas où toutes les variables géographiques sont connues ont été retenus. Le graphique souligne la très forte corrélation existant entre les origines des hommes et celles des hommes mariés. Nous nous intéresserons essentiellement aux origines des hommes, car l’échantillon est beaucoup plus large. Tous les documents présentés dans ce chapitre ont été réalisés pour l’ensemble et le sous-ensemble. Un seul document présente quelques différences : celui des origines départementales des hommes mariés de moins de 25 ans. L’étroitesse de l’échantillon l’explique (168 cas seulement).

15 Electeurs ………. 14.945 origines
Electeurs mariés ……….. 7.697 origines
Epouses ……… 6.580 origines.

16 Charles Bettelheim, Suzanne Frère, Une ville française moyenne : Auxerre en 1950, étude de structure sociale et urbaine (1950). A Auxerre, un habitant sur quatre est natif de la ville (p. 259). Dans la grande ville, l’ancrage serait donc plus prononcé. A Lyon, stricto sensu, les natifs représentent 41,5 % de l’électorat.

17 Les natifs de Lyon représentent 25,3 % des électeurs mariés nés avant 1875, 41,9 % de ceux nés entre 1905 et 1910.

18 L’indice d’attraction a été calculé de la façon suivante :
Image
E l i : électeurs natifs du département i inscrits sur les listes électorales de l’agglomération lyonnaise en 1936.
E i : électeurs inscrits dans le département i en 1936.
Pour le Rhône, le nombre des migrants a été rapporté au nombre des électeurs du Rhône, diminué de celui des électeurs de l’agglomération. Les chiffres nécessaires proviennent de notre sondage et de Marie-Thérèse et Alain Lancelot, Atlas des circonscriptions électorales de la France depuis 1875, (1970), p. 82.

19 G. Pourcher, op. cit. graphiques V3 et V4, p. 87 et p. 90, proportion des migrants... anciens nés dans chaque région et taux d’émigration global par région, des migrants... anciens.

20 M.T. et A. Lancelot, op. cit., p. 82.

21 G. Garrier, op. cit., p. 484, remarque que, dans le Rhône, « jusque vers 1880-1890, c’est un exode féminin qui domine... Quant aux garçons, ils ne se trouvent plus personne à épouser et quittent le village à leur tour. Après 1880, c’est au contraire un exode masculin qui l’emporté ».
Dans La Population de Bordeaux au XIXe siècle, 1972, P. Guillaume remarque (p. 56) : « l’origine géographique des femmes... apparaît... comme beaucoup plus circonscrite que celle des hommes ».

22 Y. Lequin, op. cit., t. 1, p. 211 et p. 240. Soulignons la concordance des résultats fournis par les actes de mariages (d’après le tableau publié par Y. Lequin, t. 1, p. 240) et par l’utilisation conjointe des listes électorales et des listes nominatives.
Origine des hommes et des femmes mariés
Image
Cette forte corrélation implique également qu’à l’échelle départementale, l’aire de recrutement des ouvriers et celle de l’ensemble de la population (nos chiffres) se recoupent.

23 A. Girard, Le choix du conjoint (1964). Dans l’enquête utilisée, réalisée en 1959, 63,3 % des conjoints sont nés dans le même département : tableau p. 189.

24 Pour l’élaboration de ce tableau, nous n’avons tenu compte que des naissances métropolitaines; par ailleurs, la commune de Caluire n’a pas été retenue en raison des modalités de la tenue des listes nominatives. Cf. p. 15.
Le poids important de la catégorie B résulte de l’effectif des couples lyonnais homogènes : 948 couples.

25 Maurice Zimmermann, Lyon et la région lyonnaise, 1913, 155 p., citation pp. 125-126, cité par Abel Chatelain, La formation de la population lyonnaise : l’apport d’origine montagnarde (XVIIIe-XXe siècles), Revue de Géographie de Lyon, 1954, pp. 95 à 115, citation p. 95.

26 A. Chatelain, art, cit., p. 113.

27 Ibid., p. 115.

28 Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848. Etude d’une mutation de la sociabilité, (1977). Citation p. 10.

29 René Lebeau, La vie rurale dans les montagnes du Jura méridional, 1955, 598 p. Cartes pp. 237, 238, 239, 241, 247. Cartes des densités de population en 1806, 1851, 1891, 1921, et carte de la diminution des densités de peuplement de 1850 à 1946.

30 R. Lebeau, op. cit., carte 61, p. 454.

31 Y. Lequin, op. cit., t. 1, pp. 211, 212 et 240, et surtout cartes 31 et 32 : origines des ouvriers migrants mariés à Lyon par canton, en 1851 et 1911.

32 Le catalogue de l’Exposition : La Dombes 1900-1975, Villars-les-Dombes syndicat à vocation multiple du centre de la Dombes, juillet 1977, cite, p. 26, une ferme qui occupe encore quatorze personnes en 1896 : parmi elles, trois domestiques et deux ouvriers agricoles. En 1936, la même ferme ne compte plus que quatre personnes, dont un seul domestique.

33 J.J. Vernier, Dictionnaire topographique du département de la Savoie, Chambéry 1897, 832 p., renseignements p. 166. Verthemex est situé à onze kilomètres de Yenne, à trente et un kilomètres de Chambéry.

34 A. Chatelain, Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914, 2 tomes, 1977, p. 64.

35 Nous avons réalisé le même type de cartes pour toutes les générations. Elles figurent dans l’exemplaire dactylographié.

36 M. Garden, Lyon et les lyonnais au XVIIIe siècle, 1970, 772 p. Carte 3, p. 646 : Origine des Hommes, 1786-1788. Notons que les femmes (carte 4, p. 647) sont déjà davantage ancrées dans ce que nous avons appelé la région Rhône-Alpes élargie.

37 Voici, selon le recensement de 1896, le nombre de communes de plus de 2.000 habitants agglomérés dans les départements de la région Rhône-Alpes élargie

01 : 7

43 : 7

07 : 8

69 : 13

en dehors de l’agglomération

26 : 10

71 : 16

38 : 11

73 : 4

39 : 9

74 : 4

42 : 23


Y. Lequin estime (op. cit., t. 1, p. 230) que dans la Loire « le partage ville-campagne n’a pas de sens »., comme le confirme le dégradé des départements limitrophes de celui du Rhône.

38 Colloque sur les migrations intérieures, op. cit.
J. CI. Labat, La mesure des Migrations, pp. 31 à 41, souligne l’absence de fichier population en France ; ce type de fichier existe en Belgique, en Suisse, aux Pays-Bas, au Danemark, en Suède et en République Fédérale Allemande.

39 Y. Lequin, op. cit., souligne l’intérêt des registres matricules. Voir les cartes retraçant des itinéraires professionnels dans le tome 1 (cartes 72 à 82).
D’après un croquis du Centre de Sociologie Urbaine de Lyon-Saint-Etienne, reproduit dans Pierre Merlin, L’Exode rural, 1971, p. 61, il apparaît que seuls 20 % des migrants d’origine rurale se dirigent directement vers une grande ville en expansion, type Lyon. En était-il de même avant la seconde guerre mondiale ? Les registres d’additions et de retranchements aux listes électorales permettront, pensons-nous, de répondre.

40 Cf. Chapitre I, note 32, p. 162, et Pierre Merlin, ibid.
Entre 1954 et 1962, parmi les hommes qui ont quitté des communes rurales pour s’installer dans des communes urbaines, 23,3 % avaient entre 0 et 10 ans, 31,2 % entre 20 et 34 ans. Tableau VIII-4, p. 178. Le phénomène migratoire caractérise les jeunes adultes et leurs enfants.
Notons cependant la remarque de G. Garrier, op. cit., p. 484 : « Il est assez rare que (dans le Rhône) l’émigration soit le fait de couples avec enfants ».

41 Nous avons suivi, pour l’essentiel, les regroupements de Pierre Barrai, op. cit., p. 490, p. 512, p. 518 et p. 521.

42 « Les Dauphinois, disait Edouard Herriot, se sont rapprochés de notre ville si passionnément, mais si sûrement... ils l’ont même pénétrée au point d’être devenus l’un des éléments essentiels et de son caractère et de son génie ». Cité par P. Barrai, ibid., p. 69.
Le même auteur rappelle les débats sur le rattachement administratif du Bas-Dauphiné à Lyon, en 1885 et 1918. De vifs débats opposent à ce propos le maire de Vienne, fervent partisan du rattachement, au représentant de Saint-Jean-de-Bournay au Conseil Général, farouchement hostile. Op. cit., p. 70.

43 Ibid., carte p. 41. La rive gauche du Grésivaudan ne perd que 20 à 30 % de sa population, alors que parfois le pourcentage est supérieur à 50 et même à 60 %.

44 Ibid., cartes p. 43.

45 Philippe Pinchemel, Structures sociales et dépopulation dans les campagnes picardes de 1836 à 1936, (1957), citation p. 204.

46 Y. Lequin, op. cit., p. 228.

47 P. Barrai, op. cit., croquis et citation p. 105.

48 Un autre boucher est originaire de l’Isère, mais il est né dans une commune urbaine.

49 G. Garrier, op. cit., t. 1, p. 464.

50 G. Garrier, op. cit., t. 1, p. 464.

51 Ibid., p. 485.
A partir des cartes d’alimentation délivrées de 1941 à 1945, l’auteur (op. cit., p. 634) montre qu’environ 10 % des natifs des Monts du Lyonnais, 6 % de ceux du Beaujolais et 14 % de ceux du plateau lyonnais vivent à Lyon. Les migrants installés à Lyon représentent, selon les régions, 10 à 20 % des migrants : plus de la moitié d’entre eux s’installe dans les communes limitrophes de leur lieu de naissance ou dans le reste du département.

52 Les migrants par génération :

Migrants métropolitains

Migrants de l’Isère

Migrants du Rhône

+ 61

18

21,5

17,5

51-60

20,2

23,4

17,2

41-50

21,6

22,2

20,6

31-40

25,4

18,8

28,7

21-30

14,8

14,1

16

100 %

100 %

100 %

53 G. Garrier, op. cit., p. 483.

54 Ibid., p. 483.

55 Le sondage effectué par G. Garrier (op. cit., p. 486 et note 88, p. 486) dans les listes nominatives lyonnaises de 1911, lui permet de conclure : « Une véritable clientèle, au sens romain du terme, continue à entourer le notable » vivant à Lyon, mais propriétaire foncier dans le Beaujolais. En ce qui concerne les artisans, signalons une légère sur-représentation, insuffisante pour être significative, dans les métiers de la serrurerie.

56 La classification en quatre catégories a été volontairement restreinte. Exceptée la catégorie A : « Agriculteurs et assimilés », dont l’objet est d’extraire les électeurs, par définition, mal intégrés au monde urbain, nous nous sommes inspirés, pour les trois autres, de la classification de S. Themstrom, op. cit., appendix B, pp. 290-292.
Le regroupement B des C.S.P. comprend les catégories primaires suivantes : industriels, gros commerçants, professions libérales, professeurs, ingénieurs, cadres supérieurs.
le regroupement C est composé des petits commerçants, instituteurs, services médicaux, techniciens, cadres moyens, employés, employés de bureau, employés de commerce, employés P.T.T., employés O.T.L., employés de soierie, armée et police, clergé, artistes, étudiants, retraités et autres non-actifs.
Le regroupement D comprend artisans, patrons pêcheurs, marins, contremaîtres, ouvriers ou artisans, ouvriers, manoeuvres, personnel de service.

57 Comités des quartiers Croix-Luizet - Les Buers, Naissance et Métamorphose d’une banlieue ouvrière, 1976, 137 p. En 1920, ces deux quartiers comptent encore vingt-sept fermes (carte insérée entre la p. 18 et la p. 19). Il en reste deux en 1950 (carte entre la p. 28 et la p. 29).

58 Notons que, pour les électeurs retrouvés dans les listes nominatives, il a été possible de comparer la profession ou le métier déclaré lors de l’inscription sur les listes électorales et celui ou celle déclaré à l’agent recenseur. Dans l’immense majorité des cas, la déclaration est la même, ce qui rassure grandement le chercheur, ou très voisine. Un cas classique : mécanicien et mécanicien-ajusteur. Parfois cependant, des différences, certainement révélatrices, apparaissent. Tel cet accordeur de pianos devenu manoeuvre pour l’agent recenseur (effet de la crise ?). Il s’agit de cas exceptionnels et nous nous sommes tenus à la règle suivante : l’avantage va toujours à la source majeure.
Deux cas précis confirment l’hypothèse émise à propos des électeurs inscrits comme agriculteurs : l’électeur 1540, du cinquième arrondissement, dixième bureau, est recensé, en 1936, comme chauffeur ; l’électeur 508 du septième arrondissement, huitième bureau, est recensé comme employé P.L.M..
Nous sommes toujours restés fidèles à la source majeure.

59 Le coefficient de variation a été calculé en rapportant l’écart-type des pourcentages d’une catégorie par bureau à la moyenne de cette catégorie dans le fichier.

60 Pierre Léon, Géographie de la fortune et structures sociales à Lyon au XIXe siècle (1815-1914), 1974. L’auteur souligne : « chaque catégorie réside, et acquiert des immeubles dans une zone de prédilection », p. 213. Voir l’ensemble du chapitre : Spéculations foncières et espace urbain, pp. 213-230.

61 Cette concentration n’implique pas l’absence d’une concentration à plus grande échelle, dans le cadre de la rue par exemple. A propos de la taille des unités géographiques et de leur influence sur l’analyse, O. Zunz (annales, art. cit. p. 115) remarque ; « Les indices utilisés pour mesurer la ségrégation à Philadelphie, Boston ou Omaha » révèlent que les immigrants des divers groupes habitaient dans chaque ward (l’équivalent de nos bureaux de vote) et il est tentant de conclure trop vite à l’intégration. Le problème n’est pas simple car il n’est pas évident que des unités géographiques plus petites, comme le bloc, ne présentent pas des inconvénients similaires. O.D. Duncan et B. Duncan notaient que « si tous les non-Blancs habitaient dans les allées et tous les Blancs sur la rue même, un indice au niveau du bloc ne révèlerait pas le haut degré de ségrégation ». Pour Lyon, un phénomène est important : les immeubles de façade qui, sur les quais ou les grandes artères, masquent souvent des immeubles situés à l’arrière et plus vétustes.
Pour le sixième arrondissement, cf. Chapitre III, p. 77.

62 Jean Dufourt, Calixte, pp. 12-13. Les mots soulignés l’ont été par nous.
Les bureaux 203, 204 et 205, recoupant en partie le quartier d’Ainay enregistrent les pourcentages suivants pour le regroupement B : 22,8 %, 21 %, 16 %, les quais du sixième arrondissement, 606 et 607 ; 9 % et 14 %. L’œil de Calixte voit juste.

63 Cet indice est utilisé par Jean Heffer, dans son ouvrage sur New-York (Notes et Etudes documentaires numéro 3872-3873-3874, mars 1972, Documentation française) pour mesurer la concentration des originaires (p. 60-61).

64 Cette relation entre âge et C.S.P. n’a pas pas disparu. Voir R. Boudon, L’inégalité des chances, la mobilité sociale dans les sociétés industrielles, 1973. Le tableau 3.2 p. 82 montre qu’alors qu’en 1964, 2,8 % des hommes actifs sont des cadres supérieurs, le pourcentage saute à 4,9 % pour les hommes âgés de 45 à 54 ans en 1962. Au contraire, pour les ouvriers, le pourcentage passe de 44,8 % à 39,4 %.
Voir surtout Michel Lévy, Les âges dans les professions, Population et Société, numéro 112, avril 1978.

65 Y. Lequin, op. cit., t. 1, p. 267, remarque : « En fait, l’administration ou l’entreprise para-publique, la grande société de chemin de fer - la « Compagnie » - est gage d’une sécurité qu’offrait autrefois la domesticité ».
Un bon exemple de la sécurité par la domesticité est donné par Paul Chabot, Jean et Yvonne, domestiques en 1900, (1977) p. 91 et sq. L’auteur raconte comment le marquis d’Harcourt pourvoit aux besoins de son vieux domestique Célestin. En effet, « une certaine tradition noble, inséparable du devoir de générosité et d’assistance, voulait que l’on n’abandonnât jamais quelqu’un qui vous avait servi fidèlement pendant si longtemps ».

66 Jean Dufourt, op. cit., p. 216.

67 P. Barrai, op. cit., p. 196, constate que les techniciens passent de 0,1 % en 1896, à 0,4 % de la population, en 1936.

68 A Lyon, les italiens représentent en 1931, 64 % des naturalisés, 70 % en 1936. J. Ch. Bonnet, art. cit., p. 65.

69 Pour la construction des matrices pondérées voir Jacques Bertin La graphique et le traitement graphique de l’information, 1977, p. 60 à 69.

70 D’après Boissieu (de), Une pépinière d’émigration vers les villes... Société d’Economie Politique de Lyon, C.R. Travaux 1903-1904. L’auteur déplore le départ des natifs du Bugey et de la Bresse. Cité par Y. Lequin, op. cit., t. 1, pp. 267-268.

71 Daniel Bertaux, Destins personnels et structure de classe, 1977, pp. 234-238.

72 Philippe Pinchemel, op. cit., p. 104 : « Aux communautés rurales où les cultivateurs, les paysans, vivaient à côté d’artisans, d’ouvriers d’usine, de commerçants très nombreux, composant une structure sociale variée, se sont substitués des villages presque uniquement peuplés de cultivateurs et d’ouvriers agricoles ; l’évolution s’est faite dans le sens d’une simplification de la structure sociale, d’une « ruralisation » pourrait-on dire, dans la mesure où l’ouvrier, le commerçant, le fonctionnaire sont maintenant considérés comme des gens de la ville « c’est le retour du village à la vie des champs et au travail de la terre ».

73 Les migrants du Rhône font exception. Voir p. 45.

74 A. Kleinclauz, Histoire de Lyon, tome III, 1814 à 1940, (1952) nous dit (p. 300) que l’école La Martinière « fournissait des dessinateurs industriels appréciés ». Voir à ce propos, Pierre Cayez, L’Industrialisation lyonnaise au XIXe siècle, thèse d’Etat soutenue à l’Université de Lyon II en 1977, dactylographiée, 3 volumes, et plus précisément ; tome 1, pp. 356-359, « La création de La Martinière ».

75 Les électeurs du Bas-Rhin représentent 0,34 % de l’électorat ; ceux de la Marne 0,15 %.

76 Le terme filière est utilisé par Jean Dufourt, op. cit., p. 22. Philippe, jeune parisien, frais émoulu d’une école commerciale, s’entend dire qu’avant de devenir négociant, il faut « passer par la filière ».

77 Monique Vincienne, Du village à la ville, 1972, tableau 77. Voici les chiffres sur lesquels nous nous appuyons (l’enquête utilise les recensements de 1954-1962 et le fichier électoral) :

Image

78 Y. Lequin, op. cit., t. 1, cartes 72 à 82.

79 Le pourcentage est ici calculé par rapport à l’ensemble des couples. Dans le tableau cinq, le pourcentage était calculé par rapport aux seuls couples dont les deux conjoints étaient nés en France, et dont le lieu de naissance était parfaitement identifié. Le pourcentage des couples homogènes de natifs de l’agglomération s’élève à 15,8 %. Par-delà les aléas du sondage, il demeure que la population est plus ancrée à Lyon qu’à Auxerre, où 8 % des couples seulement unissent, en 1950, des natifs de la ville. C. Bettelheim et S. Frère, op. cit., p. 95.

80 L’indice de sur-représentation est calculé comme indiqué p. 50.

81 Voir Peter Laslett, La famille et le ménage : approches historiques, Annales E.S.C., 1972, numéros 4-5, Famille et Société, pp. 847-872.

82 Nous n’avons pas conservé les chiffres des apprentis (trois cas) ni ceux des aides-familiaux (dix-neuf cas dont seize célibataires), ni ceux des « sans objet », catégorie hétérogène et composée le plus souvent d’électeurs au statut inconnu.

83 Paul Chabot, op. cit., ch. VIII : Le mariage, p. 119 à p. 135, narre comment Jean, âgé de 40 ans, songe, après la perte de sa place de premier cocher chez le Marquis d’Harcourt, à se marier. La naissance d’un enfant lui assurerait ses vieux jours. Sur le même thème, Daniel Bertaux, op. cit., note : « Le paysan indien a en moyenne six enfants... pour qu’un paysan et sa femme puissent avoir une chance raisonnable d’être pris en charge par un de leurs enfants lorsqu’ils seront devenus trop vieux pour travailler, il faut, compte tenu de la mortalité infantile, de l’émigration, du rapport des sexes, des coutumes, etc... qu’ils en mettent au monde... précisément six ». Chapitre 6, note 5, p. 313.

84 Nous utilisons ici le code en vingt regroupements socio-professionnels. Voir Annexe. Nous n’avons pas tenu compte de la valeur 12, clergé, où ne se trouvent que des célibataires, et de la valeur 18, étudiants, où les célibataires sont 69 sur 71. Les pourcentages ont été calculés sur une base qui élimine ces deux catégories ; par ailleurs, et contrairement au tri croisé avec les statuts, il n’a pas été possible de distinguer les célibataires des hommes vivant sans épouse, mais avec des enfants. Célibataires signifie donc : célibataires, veufs, divorcés, séparés. Le taux est très voisin de celui observé à Auxerre par C. Bettelheim et S. Frère, op. cit., p. 93. Célibataires, veufs et divorcés représentent 22 % des hommes adultes.

85 Jean Borreil, Phénoménologie des travailleurs de l’Etat ou le Massacre des Innocents, Révoltes Logiques numéro 5, 1977, pp. 7-28. Après avoir étudié l’application mise par le ministère à éliminer « les habitudes de pérégrinations » de certains instituteurs (p. 15), l’auteur cite un Secrétaire Général du Ministère des Travaux Publics : « On représente le droit à la retraite comme un obstacle au renvoi des employés... cela est vrai ; mais à côté de son inconvénient, il y a de grands avantages et l’on ne saurait méconnaître que, surtout dans les postes inférieurs, il ne soutienne l’homme dans son travail, dans son amour de la famille et ne l’aide à accomplir des devoirs souvent d’autant plus difficiles qu’ils sont plus obscurs ». Et l’auteur commente (p. 16) : « Ce n’est plus la seule normalisation du bureau qui est visée par la retraite, c’est aussi la normalisation domestique, ou plutôt, c’est le domestique qui impose la soumission au bureau ».

86 Listes nominatives, cinquième arrondissement (sixième canton), p. 414 et p. 585 : septième arrondissement (neuvième canton) p. 743 ; Oullins p. 460.

87 Paul Chabot, op. cit., p. 191.

88 Pierre Guillaume, La population de Bordeaux au XIXe siècle, 1972, graphiques numéros LXXVI et LXXVII, pp. 272 et 273.

89 Jean Dufourt, op. cit., pp. 235-240.

90 Daniel Bertaux, op. cit., voir le chapitre : « Production anthroponomique et familles de classe », pp. 61-113.

91 Des éléments de comparaison sont fournis dans Edward Shorter, Naissance de la famille moderne, 1977. Dans l’annexe III, p. 351, l’auteur présente les chiffres suivants pour la différence d’âge entre conjoints français, tous mariages confondus, en 1929 : % des épouses ayant plus de 5 ans de plus que leur conjoint : 10 %
 % des époux ayant plus de 5 ans de plus que leur conjointe : 50 %
Donc, dans 90 % des ménages, ou la femme est plus jeune, ou la différence d’âge à son bénéfice n’est pas supérieure à 5 ans.
D’après nos calculs :
 % des épouses ayant plus de 2 ans de plus que leur conjoint : 11,8 %
 % des époux ayant plus de 2 ans de plus que leur conjointe : 51,7 %
A Lyon, en 1936, dans 88 % des cas, la femme est plus jeune, ou la différence d’âge à son bénéfice n’excède pas deux ans. Compte tenu des différences de présentation, ces deux séries sont fortement concordantes.

92 Claude Alzon, La femme potiche et la femme honniche, 1972. Voir le chapitre : La condition de la femme dans la bourgeoisie contemporaine, pp. 15-21.

93 B.R. Mitchell, European Historical Statistics, 1750-1970, chiffres p. 36 et p. 155.

94 Ch. Bettelheim, S. Frère, op. cit., p. 171. Les auteurs ajoutent : « Il aurait été préférable de calculer ces mêmes proportions d’après le nombre d’enfants à charge, et non d’après le nombre total d’enfants, pour aboutir à des conclusions d’une portée plus grande ». Les limites de nos sources nous ont obligés à agir de la sorte.

95 D. Bertaux, op. cit., p. 100.

96 Le fichier compte soixante instituteurs mariés et quarante-sept épouses ont déclaré être institutrices. Parmi elles, quatorze ont épousé un collègue.

97 Alfred Sauvy, op. cit., t. 2, p. 523. En 1929, les indemnités des charges de famille pour les fonctionnaires s’élèvent, pour un enfant à 605 F., à 1.411 pour deux enfants, à 2.621 pour trois. En 1935, l’écart est encore plus grand ; les indemnités atteignent respectivement 660 F., 1.620 F„ 3.600 F. Le gouvernement de Front Populaire conserve ces différences.

98 Claude Alzon, op. cit., p. 83.

Table des illustrations

Titre Graphique 3. Pyramide des âges du corps électoral de l’agglomération lyonnaise en 1936
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Graphique 4. Pyramide des âges des hommes mariés et des femmes mariées
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Graphique 5. Origines géographiques des électeurs, des électeurs mariés et de leurs épouses
Légende 5 : natifs de l’agglomération lyonnaise4 : natifs de la région Rhône-Alpes élargie (urbains)3 : natifs de la région Rhône-Alpes élargie (ruraux)2 : originaires du reste de la France (urbains)1 : originaires du reste de la France (ruraux)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Graphique 5. Origines géographiques des électeurs, des électeurs mariés et de leurs épouses (suite)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Graphique 6. Origines départementales des migrants et des migrantes ; attraction lyonnaise
Légende PART DES MIGRANTES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Graphique 6 (suite). Origines départementales des migrants et des migrantes ; attraction lyonnaise
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre TABLEAU 5 - Origine géographique comparée des conjoints24
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre CARTE 3. Origine des migrants (toutes générations confondues)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre CARTE 3 bis. Région Rhône-Alpes élargie : carte de situation
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre CARTE 4. Origine des migrantes (toutes générations confondues)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre CARTES 5 – 6. Les migrants nés entre 1896 et 1900
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre CARTES 7 – 8. Les migrantes nées entre 1901 et 1905
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre CARTE 9. Les migrants nés entre 1896 et 1900 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre CARTE 10. Les migrantes nées entre 1901 et 1905 (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Graphique 7. Origine des migrants de l’Isère par régions naturelles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Graphique 8. Origines des migrants du Rhône par régions naturelles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Graphique 9. Concentration des groupes sociaux dans l’espace urbain
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Pci = population d’une C.S.P. et d’âge iP c = population totale de la C.S.P. considéréeP t i = population totale d’âge iP t = population totale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 10. Ages et catégories socio-professionnelles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Graphique 11. Origine socio-géographique et C.S.P.
Légende A migrants rurauxB nés à l’étrangerC migrants urbainsD agglomération rurale en 1896E agglomération urbaine en 1896F Lyon stricto-sensu1 armée police2 employés P.L.M.2 bis employés O.T.L.3 clergé4 personnel de service5 petits commerçants6 employés P.T.T.7 manœuvres8 non-actifs9 instituteurs10 agriculteurs11 ouvriers (et contremaîtres)12 ouvriers ou artisans13 employés14 artisans15 cadres moyens16 classes dirigeantes17 techniciens18 étudiants19 employés de soierie
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Graphique 12. Couples lyonnais homogènes et C.S.P. de l’époux
Légende 18 armée police17 employés P.L.M.16 personnel de service15 manœuvres14 agriculteurs13 employés P.T.T.12 employés O.T.L.11 petits commerçants10 non-actifs9 ouvriers (et contremaîtres)8 ouvriers ou artisans7 employés6 instituteurs5 cadres moyens4 techniciens3 artisans2 classes dirigeantes1 employés de soierie
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre TABLEAU 10 - Statut social, dimension de la famille8283 (en pourcentage)
Légende 1. : Employeurs2. : Etat et collectivités locales3. : Services publics ou assimilés4. : Indépendants sans salariés5. : Salariés du privé6. : Disponibles, à la recherche d’un emploi
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique 13. Dimension de la famille et C.S.P.
Légende C : célibataires (+ veufs et divorcés)M : mariés sans enfantM + 1 : mariés + 1 enfantM + 2 : mariés + 2 enfantsM + 3 : mariés + 3 enfants ou plus1 : employés P.L.M.2 : armée, police3 : employés O.T.L.4 : petits commerçants5 : employés P.T.T.6 : cadres moyens7 : artisans8 : classes dirigeantes9 : ouvriers (et contremaîtres)10 : instituteurs11 : personnel de service12 : employés divers13 : agriculteurs14 : manœuvres15 : ouvriers ou artisans16 : non-actifs divers17 : techniciens18 : employés de soierie
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre TABLEAU 11 - Pourcentages des mariés ou remariés pour quelques catégories socio-professionnelles (en pourcentages par rapport à chaque classe d’âge)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Graphique 14. Différence d’âge entre les conjoints et C.S.P. de l’époux
Légende Colonnes :1+2 : épouse plus âgée de plus de 7 ans3. : épouse plus âgée de 2 à 7 ans4 : différence d’âge inférieure à 2 ans5 : époux plus âgé de 2 à 7 ans6+7 : époux plus âgé de plus de 7 ansLignes :1 : retraités2 : industriels3 : négociants et gros commerçants4 : ingénieurs5 : employés6 : cadres moyens7 : employés de bureau8 : employés de commerce9 : employés P.L.M.10 : employés P.T.T.11 : personnel de service12 : armée, police13 : employés O.T.L.14 : techniciens15 : petits commerçants16 : ouvriers ou artisans17 : ouvriers18 : manœuvres19 : artisans
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre TABLEAU 13 - Pourcentage des femmes inactives en fonction de la C.S.P. de l’époux et du nombre d’enfants à charge
Légende M : couple sans enfantM + 1 : couple avec un enfantM + 2 : couple avec deux enfantsM + 3 : couple avec trois enfants
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13529/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search