Version classiqueVersion mobile

Espace social et espace politique

 | 
Jean-Luc Pinol

Chapitre I. Les sources et l’enquete : les difficultes d’approche de la societe lyonnaise

Texte intégral

1Au recensement de 1931, la population urbaine, définie par le seuil des 2.000 habitants agglomérés, l’emporte sur la population rurale. A cette date, la connaissance de la société lyonnaise est particulièrement délicate en raison de l’incertitude des sources. Lorsque l’I.N.S.E.E. publie les résultats du recensement de 1946, 100.000 lyonnais ont disparu par rapport aux recensements de l’entre-deux-guerres. C’est dire les difficultés d’approche de la société lyonnaise.

A - La critique des listes nominatives du recensement : l’apport de J. Bienfait1

  • 1 Deux articles sont essentiels : J. Bienfait, « La population de Lyon à travers un quart de siècle (...)
  • 2 J. Bienfait, art. cit., pp. 97 et 98.

2Pour réussir à créer les quelques 100.000 lyonnais supplémentaires, le personnel municipal a utilisé une technique simple : la création de familles de cinq personnes, les trois enfants mineurs étant séparés par un intervalle intergénésique fixe, deux ans le plus souvent. « Dans ces conditions, il paraft facile de trier le bon grain de l’ivraie, quand la critique s’exerce sur les recensements de 1936 et 1931 - méthode uniformément appliquée et « ficelles » assez grosses - au contraire, et plus particulièrement en 1911, ..., les procédés... mis en oeuvre furent plus divers et surtout mieux élaborés »2.

  • 3 Ibid., p. 103.
  • 4 Ibid., carte 4, p.122.

3Laissons les aspects humoristiques de ces falsifications (Abel Guy habite le même immeuble que Gance Nestor)3 et intéressons-nous plutôt à leurs différences géographiques : la périphérie lyonnaise est peu atteinte par le phénomène, la presqu’île l’est davantage. Là, le pourcentage des habitants fictifs est supérieur à 35 %, alors que la moyenne de la ville ne dépasse pas 28 %4.

  • 5 Ibid., tableau 12, p. 120.

4Au terme de cette étude, l’auteur propose, pour la ville de Lyon, les chiffres de population suivants5 :

Limite supérieure

Limite inférieure

1931

459.000

443.000

1936

458.000

446.000

  • 6 La population officiellement recensée a diminué de 7.300 personnes. Ibid., pp. 124 et 126.

5La baisse maximale serait de 13.000 personnes entre 1931 et 1936 ; elle est vraisemblablement plus faible6.

6Pour vérifier ses hypothèses sur les familles fictives de 1936, J. Bienfait utilise les listes électorales. A partir des listes nominatives, et grâce à des listes globalement fiables, il met en évidence les falsifications. Nous avons suivi la démarche inverse.

B - Les listes électorales : l’ambivalence d’un document

1 - Les limites

  • 7 Nous entendons par agglomération lyonnaise les communes suivantes : Villeurbanne - Caluire - Vaulx (...)
  • 8 Manuel de révision de la liste électorale à l’usage des préfets, sous-préfets, maires, des juges de (...)
  • 9 Aujourd’hui, les listes électorales sont closes le 31 décembre.
  • 10 La mise à jour des listes électorales est faite en deux temps. Un premier tableau est élaboré en j (...)

7Les registres des listes électorales de Lyon et de l’agglomération lyonnaise7 sont conservés aux Archives départementales du Rhône. La série est complète de la fin du XIXe siècle à 1958. La liste électorale est permanente, des remises à jour ont lieu tous les ans : elle est close le 31 mars89. La mise à jour se fait en deux ou trois fois10.

  • 11 Les naturalisés peuvent bien sûr être inscrits sur les listes électorales. Cf. J. Charles Bonnet, (...)
  • 12 J. Bienfait, art. cit., p. 87.
  • 13 G. Dupeux, Le Front Populaire et les élections de 1936, Colin, 1956, écrit : « Nous ne sommes pas (...)

8Les limites des listes électorales sont évidentes : anti-jeunes, misogynes, xénophobes, elles reflètent cependant la réalité d’une société où l’âge, le sexe, et la nationalité demeurent des critères de ségrégation11. Ces listes, de surcroît, ne concernent pas tous les Français adultes et de sexe masculin : «certainstains sont rayés des listes par décision de justice (condamnés, faillis), d’autres tardent à transférer leur droit électoral après changement de résidence... et si la révision annuelle élimine les électeurs décédés, elle n’enregistre pas nécessairement les départs »1213.

9Il ne faut donc pas attendre des listes électorales un tableau social précis et strictement daté. Mais la source a les qualités de ses défauts. Précisons à l’aide d’une métaphore photographique : un instantané, pris à grande vitesse, permet une vision nette du sujet mais son environnement est flou ; si la vitesse diminue, la profondeur de champ augmente, le sujet est moins net, l’environnement l’est davantage. En France, les listes électorales ne relèvent pas de l’instantané - ce qui est le cas aux Etats-Unis où les citoyens se font réinscrire pour chaque consultation - mais de la photo à fort temps de pause.

  • 14 G. Pourcher, « Le peuplement de Paris », Cahier I.N.E.D. numéro 43, 1964, graphique III, 3, p.66.

10Le retard d’inscription sur les listes électorales est connu : une enquête réalisée après la seconde guerre mondiale par G. Pourcher démontre que, pour 1.000 migrants arrivés à Paris la même année, un délai de cinq ans est nécessaire pour que 53 % d’entre eux soient inscrits sur les listes, de douze ans pour qu’ils le soient tous14.

  • 15 Il n'est pas évident que ce temps de latence soit aussi long à Lyon. Remarquons que « 67 % des nat (...)

11Mais l’inscription n'est-elle pas précisément le signe de l’enracinement dans la ville15 ? En 1926 paraît à Lyon un roman de Jean Dufourt, Calixte ou l’introduction à la vie lyonnaise. Un jeune parisien, Philippe, s’installe à Lyon et, après bien des difficultés, réussit à s’intégrer dans le milieu fermé de la bourgeoisie d’Ainay. Il épouse une lyonnaise, achète un appartement, quai de Tilsitt, et... s’inscrit sur les listes électorales, soit plus de deux ans après son arrivée à Lyon, au moment où, de son propre aveu, il devient « civis lugdunensis ». Deux ans d’apprentissage de la vie lyonnaise et 239 pages de roman pour enfin, à l’avant-dernière ligne, devenir citoyen lyonnais. Retard d’inscription et étapes de l’enracinement vont du même pas.

  • 16 Marcel Massard, Attitudes politiques et sociales dans la région du Creusot au début du XXe siècle.(...)
  • 17 J. Meynaud et A. Lancelot, La participation des français à la vie politique, 2e édition, 1965. Les (...)

12Un dernier problème subsiste : de quelle manière reflètent-elles l’électorat potentiel ? Ce problème ne peut être étudié à Lyon, les falsifications des listes nominatives l’empêchent. Ce type de mesure a été fait pour Le Creusot en 1936. Pour les communes limitrophes du Creusot, l’électorat potentiel est égal ou inférieur à l’électorat réellement inscrit ; pour Le Creusot même, le second représente 81 % du premier16. Pour la période postérieure à 1945, et pour l’ensemble de la France, l’électorat inscrit représente 86 % à 91 % de l’électorat potentiel17.

  • 18 Intervention de J.P. Poussou au Colloque sur les migrations intérieures. Op. Cit. p. 165.

13Donc, une source qui n’est pas sans défaut, mais « le problème n’est pas... de rechercher la source parfaite, mais d’utiliser au mieux des sources imparfaites18.

2 - Les atouts

14A partir de 1929, les listes électorales de l’agglomération lyonnaise sont tenues par bureaux de vote. Ces bureaux sont stables dans le centre de Lyon, mais un nouveau découpage est effectué en 1936. Il concerne la rive gauche du Rhône, affectant la partie de Lyon située à l’Est de la voie ferrée Lyon-Genève ; à Villeurbanne, l’espace électoral est recomposé autour du nouveau centre, les gratte-ciel.

  • 19 Bulletin municipal de la ville de Lyon, 22 mars 1936.
    Bulletin municipal de Villeurbanne, avril 1936
  • 20 Le découpage de l’espace urbain nous est donc, ici, imposé. L’ensemble du bureau est l’unité stati (...)

15En 1936, 95 bureaux existent à Lyon et Villeurbanne, 9 autres se partagent les communes suburbaines. La finesse du découpage, très sensible sur la carte 1, nous a fortement incité à entreprendre cette étude. Les limites des bureaux sont publiées dans les bulletins municipaux de Lyon et de Villeurbanne19. Les deux municipalités n’utilisent pas exactement les mêmes critères : à Lyon, les numéros pairs et impairs des grands axes de circulation appartiennent à des bureaux différents ; à Villeurbanne, le même bureau englobe les deux côtés de la rue20. Axes routiers et réseau ferré servent de point d’appui au découpage.

  • 21 Le repérage des bureaux est très simple : le premier chiffre renvoie au numéro de l’arrondissement (...)

16Pour le traitement de l’information, le découpage des arrondissements a été conservé, seul le septième arrondissementa été séparé en deux parties21.

17Les listes électorales permettent, en raison des modalités de leur tenue, à partir des années trente, une approche fine de l’espace social. Les résultats des élections législatives de 1936 sont connus, bureau par bureau. L’étude de l’espace socio-politique présente donc peu de difficultés.

C - L’enquête : une étude conjointe des listes électorales et des listes nominatives

  • 22 I.N.S.E.E., Manuel des enquêteurs par sondage, s.d., 85 p., et « De l'application de la méthode de (...)
  • 23 Nous avons utilisé des fiches préperforées I.B.M. Très pratiques, elles posent certains problèmes (...)

18Les électeurs de chaque bureau sont classés par ordre alphabétique. A la fin de la liste figurent les électeurs qui effectuent leur service militaire. Chaque page regroupe 10 électeurs. Un électeur sur dix a été retenu22. Nous avons ainsi constitué un fichier de 15.500 fiches individuelles23. Chaque bureau a, en moyenne, 149 électeurs sondés. Le sondage au dixième permet de conserver une base statistique supérieure à 100 individus sondés pour la plupart des bureaux, comme le montre la carte 2. Outre les renseignements concernant l’âge, la profession et le lieu de naissance, les listes électorales donnent l’adresse de l’électeur.

CARTE 1. Le découpage électoral de l’agglomération lyonnaise en 1936

CARTE 1. Le découpage électoral de l’agglomération lyonnaise en 1936

CARTE 2. Nombre d’électeurs sondés par bureaux de vote ou communes

CARTE 2. Nombre d’électeurs sondés par bureaux de vote ou communes

19Les listes nominatives sont classées par cantons, rues et numéros, le plus souvent séparés en pairs et impairs. L’adresse permet de retrouver, dans la plupart des cas, l’électeur et de préciser certains renseignements concernant la situation familiale ou l’activité professionnelle. L’utilisation conjointe de ces deux sources concourt à une connaissance assez complète de chaque individu. Les variables sont présentées dans le Tableau 1 ci-après.

20Les trois premières variables servent au repérage de l’électeur. Les trois variables suivantes (4-5-6) permettent l’étude des origines géographiques à différentes échelles. Le code retenu est le code géographique I.N.S.E.E.

  • 24 Pour les électeurs nés hors de France métropolitaine ou dont la commune n’est pas connue, la colon (...)
  • 25 Une étude plus exacte aurait nécessité la recherche de la taille de la commune au moment de la nai (...)

21La variable 7 : type de commune où est né l’électeur, est très importante. Nous considérons comme communes rurales les communes qui, lors du recensement de 1896, avaient moins de 2.000 habitants agglomérés, comme urbaines celles qui en avaient davantage24. Le recensement de 1896 est médian par rapport aux dates de naissance des électeurs (avant 1875/1915)25.

  • 26 Peu nombreux sont les ouvriers qui se définissent comme tels (moins d’une cinquantaine). Le métier (...)
  • 27 Pour une réflexion critique sur les nomenclatures socio-professionnelles, voir Alain Desrosieres, (...)

22Si la variable suivante (8 : année de naissance) ne présente aucune difficulté, il n’en va pas de même pour celle ayant trait à la catégorie socio-professionnelle (C.S.P. : variable 9). Le déclarant est souvent plus sensible au métier qu’au statut social ; la liste nominative doit, en principe, permettre de trancher en précisant le caractère indépendant ou non du métier. Le code I.N.S.E.E. nous a servi de guide, mais il a été nécessaire d’ajouter quelques catégories : « ouvriers ou artisans » lorsque le statut exact était inconnu, « employé de soierie » pour tenir compte d’une spécificité lyonnaise. Métier et statut ont également été codés grâce aux codes I.N.S.E.E. correspondants2627.

23La variable 11 : situation familiale, peut prendre trois valeurs :

240 : électeur non retrouvé dans les listes nominatives

251 : a une épouse qui demeure avec lui

262 : n’a pas d’épouse qui demeure avec lui.

TABLEAU 1 - La fiche individuelle et les variables

No de la colonne sur la fiche préperforée

Variable no

Source majeure

Source mineure

Recensement de 1896

2

1 arrondissement

x

4

6

2 no du bureau

x

8

10

12

14

3 no de l’électeur

x

16
18

4 département de naissance

x

20

22

5 canton

x

24

26

28

6 commune

x

30

7 type de commune

x

32

34

8 année de naissance

x

36
38

9 catégorie socio-professionnelle (C.S.P.)

x

x

40

42

44

46

10 métier

x

48

11 situation familiale

x

50

52

12 département

x

54

56

13 canton

x

58

60

62

14 commune

x

64

15 type de commune

x

66

68

16 année de naissance

x

70

72

17 C.S.P.

x

74

18 nombre d’enfants

x

76

19 statut de l’électeur

x

78

20 branche industrielle

x

80

21 entreprise dans la branche

x

  • 28 Sur les 7.981 couples que nous avons reconstitués, le terme concubinage n'est employé que très rar (...)

27La valeur 2 concerne des célibataires ou des veufs (ou divorcés) vivant avec leurs enfants. La valeur 1 regroupe tous les couples, légaux ou non28.

28Les variables 12-13-14-15-16 reprennent, pour l’épouse, des variables déjà décrites pour l’électeur. L’origine géographique des épouses pose davantage de problèmes. Il arrive que la commune de naissance soit omise, seul le département est signalé (Caluire), les colonnes correspondant aux variables 13-14-15 sont alors inutilisées ; plus souvent, l’indication du département ne suit pas celle de la commune, ce qui est toujours le cas dans les listes électorales, et les innombrables St-Jean, St-Paul... ne permettent pas toujours, malgré l’utilisation de l’annuaire des communes, de situer le lieu avec précision. En ce cas, aucun renseignement n’est codé. Ni l’année de naissance, ni le nombre d’enfants vivant en 1936 sous le toit familial, ni la catégorie socio-professionnelle de l’épouse, n’entrafnent de telles difficultés.

29Branche industrielle et entreprise n’ont pu être utilisées systématiquement, car le sérieux de l’agent municipal qui recopie les bulletins individuels est déterminant, et, très souvent,... ces indications sont absentes.

D - Réflexion sur la validité globale des sources

30Quel est le bilan de l’enquête ? Les dix premières variables, toujours disponibles, conservent, à l’intérieur même de chaque bureau, une validité et une fiabilité suffisantes. Les onze suivantes n’ont pas la même qualité, en raison de l’importance des non-réponses. Le nombre de ces dernières dépend des valeurs 2 (célibataires) et 0 (non retrouvés) de la variable 11. Avant de s’interroger sur la signification de la valeur 0, il convient d’apprécier la qualité de la source majeure.

1 - Les listes électorales déforment peu l’image de la société

31Comment apprécier une déformation éventuelle ? En mesurant la corrélation entre une série de l’agglomération lyonnaise et une série nationale. La seule série pour laquelle le calcul du coefficient de corrélation ait un sens est la série des âges.

  • 29 Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, tome 2, 1931-1939. 1967.
    Le (...)

32Comparons la structure d’âge de l’électorat lyonnais et celle des hommes adultes vivant en France en 193629.

TABLEAU 2 - Structure d’âge des adultes masculins en France et des électeurs de l’agglomération lyonnaise

Age

Population masculine totale de la France en milliers

Age

Electeurs lyonnais Sondage au dixième

20-24

1481

21-25

1535

25-29

1671

26-30

1888

30-34

1710

31-35

2023

35-39

1551

36-40

1931

40-44

1178

41-45

1534

45-49

1139

46-50

1512

50-54

1084

51-55

1463

55-59

1052

56-60

1237

4-60

2642

+ 61

2379

  • 30 La table du r de Bravais Pearson, pour neuf couples et un risque d’erreur de 0,02, indique un coef (...)

33Le coefficient de corrélation est de + 0,93. Ce qui, pour une série de 9 couples dénote une très forte corrélation30.

34L’adjonction de la source mineure à la source majeure entraïne-t-elle une diminution de la qualité des informations collationnées ?

2 - Un problème : la nature des électeurs ne figurant pas sur les listes nominatives

  • 31 J. Bienfait, art. cit., p. 118, souligne l’étrangeté de l’absence de certains isolés : « simple ou (...)

35Les non-retrouvés ne résultent pas de la mauvaise tenue de listes nominatives. Leur absence volontaire dans ces dernières irait à l’encontre du but recherché par les agents municipaux : gonfler le chiffre de la population lyonnaise31.

36De surcroît, Lyon n’est pas la seule commune de l’agglomération à connaître l’existence de ces fantômes dans les listes nominatives. Pour l’ensemble du fichier, 34,5 % des électeurs n’ont pas été retrouvés. Le phénomène n’a pas une répartition uniforme. Il n’est que de 31,2 % dans le sixième arrondissement, mais il atteint 36,6 % dans les communes suburbaines ; de 17 % dans le bureau 504, il bondit à 48 % dans la commune 909 (Saint-Fons) !

37Mais, plus qu’une lacune ou une anomalie, ce phénomène souligne une des caractéristiques fondamentales de la ville, la turbulence des groupes qui la composent, turbulence liée à la mobilité inter-communale ou intra-urbaine.

38L’étude par classes d’âge et par catégories socio-professionnelles des électeurs non-retrouvés le confirme :

Graphique 1. Les non-retrouvés par rapport à chaque classe d’âge

Graphique 1. Les non-retrouvés par rapport à chaque classe d’âge
  • 32 Colloque sur les migrations intérieures, op. cit., graphique p. 40 : taux de migrations inter-régi (...)

39Alors que la moyenne est de 34,5 %, les moins de 35 ans enregistrent des scores très supérieurs (54 % pour les moins de 25 ans !). Le mouvement s’inverse après 35 ans et la moyenne n’est jamais atteinte. Le phénomène est bien lié à la jeunesse de l’électeur et ce, pour les âges où la mobilité géographique est maximale32.

Graphique 2. Les non-retrouvés par rapport à chaque catégorie socio-professionnelle

Graphique 2. Les non-retrouvés par rapport à chaque catégorie socio-professionnelle

1 étudiants
2 ouvriers ou artisans
3 non actifs
4 agriculteurs
5 personnel de service
6 techniciens
7 manoeuvres
8 instituteurs
9 employés
10 petits commerçants
11 employés de soierie
12 employés P.T.T.
13 armée, police
14 employés de bureau
15 industriels
16 cadres moyens
17 cadres supérieurs
18 employés de commerce
19 employés P.L.M.
20 ingénieurs
21 gros commerçants
22 employés O.T.L.
23 professions libérales
24 ouvriers
25 retraités
26 artisans

40La forte proportion de non-retrouvés dans la catégorie ouvriers ou artisans (66 %), tient à la construction même du fichier. Lorsque la liste électorale indique seulement une profession (serrurier), et en l’absence de précision concernant le statut, l’électeur va grossir la catégorie ouvriers ou artisans. Par contrecoup, le nombre de non-retrouvés chez les ouvriers et les artisans est beaucoup plus faible, avec toutefois des taux très différents (4,9 % des artisans, 22,8 % des ouvriers). Notons que si nous mêlons ouvriers, artisans et ouvriers ou artisans, le pourcentage des non-retrouvés est égal à la moyenne du fichier.

41Quelle est la logique de la mobilité inter-communale ou intra-urbaine ? Essentiellement, la place dans la hiérarchie sociale et la sécurité de l’emploi, sans oublier la liaison C.S.P./âge (opposition étudiants/retraités). Distribution par âge et répartition socio-professionnelle, mobilité, fonctionnent en interrelations.

42La composition par classes d’âge des non-retrouvés chez les manoeuvres d’une part, chez les ingénieurs et professions libérales d’autre part, conforte cette analyse.

TABLEAU 3 - Les manoeuvres et les ingénieurs + professions libérales : les nonretrouvés par classes d’âge

TABLEAU 3 - Les manoeuvres et les ingénieurs + professions libérales : les nonretrouvés par classes d’âge
  • 33 Stephan Thernstrom, The other Bostonians, Poverty and Progress in the American Metropolis, 1880-19 (...)

43La comparaison des deux séries de pourcentages est particulièrement probante. Nous observons ici un type de mobilité qui a disparu aux Etats-Unis après la crise de 1929. La mobilité des cadres a succédé à la mobilité des défavorisés. Telle est du moins l’interprétation donnée par S. Thernstrom pour la ville de Boston33.

  • 34 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise, 1848-1914, 1977, 2 tomes. L’auteur constate (tome  (...)

44L’agglomération lyonnaise reste fidèle à une mobilité plus traditionnelle, où déplacement spatial, changement fréquent de domicile, et donc carrière urbanistique complexe, demeurent le lot des plus défavorisés34.

45Au terme de cette réflexion sur la nature des électeurs non retrouvés, il convient de tirer une première conclusion : les lacunes apparentes des sources soulignent la pertinence de l’univers social qu’elles permettent de décrire.

46Mais l’argument premier pour établir la validité des sources est la cohérence étonnante des divers résultats obtenus. De cela, le lecteur ne sera persuadé, peut-être, qu’à la fin de l’ouvrage.

***

Notes

1 Deux articles sont essentiels : J. Bienfait, « La population de Lyon à travers un quart de siècle de recensements douteux, (1911-1936) »,
1 - Les données du problème.
2 - Examen critique des listes nominatives.
Revue de Géographie de Lyon, 1968, 1-2. Article 1 : p. 63 à p. 94 ; article 2 : p. 95 à p.132.

2 J. Bienfait, art. cit., pp. 97 et 98.

3 Ibid., p. 103.

4 Ibid., carte 4, p.122.

5 Ibid., tableau 12, p. 120.

6 La population officiellement recensée a diminué de 7.300 personnes. Ibid., pp. 124 et 126.

7 Nous entendons par agglomération lyonnaise les communes suivantes : Villeurbanne - Caluire - Vaulx-en-Velin - Bron - Vénissieux - Saint-Fons - Pierre-Bénite - La Mulatière - Oullins - Sainte-Foy.

8 Manuel de révision de la liste électorale à l’usage des préfets, sous-préfets, maires, des juges de paix, des commissions de révision de la liste électorale et des électeurs, par A. de Taillandier, 6e édition revue par Roger Vidal, Publications administratives, Paris 1955, 376 pages.

9 Aujourd’hui, les listes électorales sont closes le 31 décembre.

10 La mise à jour des listes électorales est faite en deux temps. Un premier tableau est élaboré en janvier, un second l’est en février. Ce dernier prend en compte les réclamations. Radiations et additions sont faites, à Lyon, dans le cadre des bureaux de vote. La série des tableaux est conservée aux Archives départementales. Pour les radiés, les renseignements suivants sont donnés :
Bureau de vote
Nom
Date de naissance
Lieu de naissance
Raison de la radiation
Adresse
Pour les nouveaux inscrits, les renseignements sont plus nombreux :
Bureau de vote
Nom Date de naissance
Lieu de naissance
Ancienne adresse
Adresse à Lyon
Raison de l'addition
Voici, à titre d’exemple, les résultats obtenus pour le premier arrondissement après la mise à jour de janvier-mars 1937 :

Cause de la radiation

Décès

Mobilité intra-agglomération

Mobilité inter-communale

Divers

Total : 748

234

286

163

65

Cause de l’addition

Arrivée à l’âge adulte

Mobilité intra-agglomération

Mobilité inter-communale

Divers

Total : 1.143

174

590

360

19


En 1936, le premier arrondissement comptait 13.930 inscrits. 3,2 % des électeurs ont quitté l’arrondissement. En un an, la mobilité géographique a entraîné la radiation ou l’addition de 1.399 électeurs. Le flux familial correspondant n’est pas négligeable.

11 Les naturalisés peuvent bien sûr être inscrits sur les listes électorales. Cf. J. Charles Bonnet, « Naturalisations et révisions de naturalisations de 1927 à 1944 : l’exemple du Rhône », Mouvement Social numéro 98, janvier-mars 1977, pp. 43 à 75.

12 J. Bienfait, art. cit., p. 87.

13 G. Dupeux, Le Front Populaire et les élections de 1936, Colin, 1956, écrit : « Nous ne sommes pas éloigné de croire que la proportion relativement élevée d’abstentions dans les villes comme Marseille et Lyon s’explique en partie par le fait que ces listes n'avaient pas été soigneusement mises à jour ». Op. cit., p. 146.

14 G. Pourcher, « Le peuplement de Paris », Cahier I.N.E.D. numéro 43, 1964, graphique III, 3, p.66.

15 Il n'est pas évident que ce temps de latence soit aussi long à Lyon. Remarquons que « 67 % des naturalisés lyonnais de 1936 s’étaient fait inscrire (sur les listes électorales) dès 1937 ». J. Charles Bonnet, art. cit. p. 50. Lors du 4e Colloque National de Démographie du C.N.R.S. (1975) Migrations inferieures - Méthodes d’observation et d’analyse, AAI. Faidutti faisait remarquer : « le refus de modifier son domicile électoral lors d’une migration correspond souvent au sentiment d’une migration non définitive ». Op. cit., p. 168.

16 Marcel Massard, Attitudes politiques et sociales dans la région du Creusot au début du XXe siècle. Thèse de 3e cycle. Dactylographié, s. d. Les chiffres cités se trouvent p. 269.

17 J. Meynaud et A. Lancelot, La participation des français à la vie politique, 2e édition, 1965. Les pourcentages sont calculés à l’aide des chiffres donnés p. 15 et du tableau de la p. 16 ; ils correspondent respectivement à l’année 1951 et à l’année 1956.

18 Intervention de J.P. Poussou au Colloque sur les migrations intérieures. Op. Cit. p. 165.

19 Bulletin municipal de la ville de Lyon, 22 mars 1936.
Bulletin municipal de Villeurbanne, avril 1936.

20 Le découpage de l’espace urbain nous est donc, ici, imposé. L’ensemble du bureau est l’unité statistique. Au contraire, O. Zunz, Détroit en 1880 : Espace et ségrégation (Annales E.S.C., 1977, numéro 1, p. 106 à p. 136) tire au sort des blocs d’immeubles.

21 Le repérage des bureaux est très simple : le premier chiffre renvoie au numéro de l’arrondissement, les deux suivants au numéro du bureau dans l’arrondissement. Exemple : 611 = onzième bureau du sixième arrondissement. Trois exceptions :
0.. : Villeurbanne
8.. : Deuxième moitié du 7e arrondissement
9.. : Communes suburbaines 901 : La Mulatière
902 : Oullins
903 : Pierre-Bénite
904 : Sainte-Foy
905 : Caluire 906 : Bron
909 : Saint-Fons
910 : Vaulx-en-Velin
911 : Vénissieux

22 I.N.S.E.E., Manuel des enquêteurs par sondage, s.d., 85 p., et « De l'application de la méthode des sondages à l'histoire sociale », par Jacques Dupaquier, in L'histoire sociale, sources et méthodes, Colloque de l’E.N.S. de Saint-Cloud, mai 1965, pp. 183 à 193.

23 Nous avons utilisé des fiches préperforées I.B.M. Très pratiques, elles posent certains problèmes de lecture ; cela explique que selon les variables, le total des fiches lues varie de 15.501 à 15.503. Voir carte 2 : Nombre d’électeurs sondés par bureau. Des différences existent entre le nombre des électeurs inscrits sur les listes et le chiffre des électeurs donné lors des élections. Le premier est toujours légèrement supérieur au second.

24 Pour les électeurs nés hors de France métropolitaine ou dont la commune n’est pas connue, la colonne 30 est vide.

25 Une étude plus exacte aurait nécessité la recherche de la taille de la commune au moment de la naissance. Seul le seuil sociologique nous intéressait. Nous avons donc opté pour cette solution, plus simple.
G. Dupeux a récemment rejeté ce seuil des 2.000 habitants, retenant celui des 3.000 comme plus significatif. (Colloque des historiens économistes, Paris, janvier 1977). Paul Bairoch, lors d’un séminaire tenu à l’Université de Genève en 1976-1977, sur l’urbanisation en Europe occidentale au XIXe siècle, a proposé de retenir le seuil de 5.000 habitants.

26 Peu nombreux sont les ouvriers qui se définissent comme tels (moins d’une cinquantaine). Le métier demeure plus important. Réalité vécue, retard d’une conscience et inertie de la liste électorale interfèrent.
Pour une liste complète des C.S.P., voir Annexe.
Pour une discussion du code I.N.S.E.E. et des problèmes de classification socio-professionnelle, voir : Problèmes de codification socio-professionnelle, par Jacques Dupaquier, op. cit., pp. 157 à 167, et discussions pp. 168 à 181.
Si les catégories de base sont celles de l’I.N.S.E.E., les regroupements que nous avons retenus sont différents. Cf. infra.

27 Pour une réflexion critique sur les nomenclatures socio-professionnelles, voir Alain Desrosieres, « Eléments pour l’histoire des nomenclatures socio-professionnelles », in Pour une histoire de la statistique, I.N.S.E.E., 1977, pp. 155 à 231.

28 Sur les 7.981 couples que nous avons reconstitués, le terme concubinage n'est employé que très rarement par les agents recenseurs. Les résultats n'ont aucune valeur démographique, les remariages n’étant pas signalés. Tous nos résultats concernent les couples « de fait », légalisés ou non.

29 Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, tome 2, 1931-1939. 1967.
Le tableau utilisé pour la première série se trouve p. 484.

30 La table du r de Bravais Pearson, pour neuf couples et un risque d’erreur de 0,02, indique un coefficient minimal de 0,75.

31 J. Bienfait, art. cit., p. 118, souligne l’étrangeté de l’absence de certains isolés : « simple oubli de l’agent recenseur ? ou légère « rectification », une famille fictive de cinq personnes prenant la place d’un isolé ? Il est sûr qu’un tel procédé est très difficile à déceler, et impossible à prouver ».

32 Colloque sur les migrations intérieures, op. cit., graphique p. 40 : taux de migrations inter-régionales par sexe et par âge.

33 Stephan Thernstrom, The other Bostonians, Poverty and Progress in the American Metropolis, 1880-1970, 1973, 345 pages.
Pour un compte-rendu critique, voir O. Zunz, Annales E.S.C., 1977, numéro 1, pp. 169 à 172.

34 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise, 1848-1914, 1977, 2 tomes. L’auteur constate (tome 1, p. 267) que « de toutes les catégories ouvrières, le manoeuvre est parmi les plus fûtes : vingt-huit seulement des quatre-vingts conscrits de 1889 ont quitté l'agglomération, donc moins de un sur trois ». Le fait n’est qu’apparemment contradictoire avec nos constatations. Nous tenons compte aussi du changement de domicile à l’intérieur de l’agglomération. Nous avons reconstitué l’itinéraire des manoeuvres du premier arrondissement, qui sont partis effectuer leur service militaire en 1896. Parmi les quatorze individus concernés, quatre ne sont plus inscrits sur les listes électorales de l’agglomération en 1898, parmi les dix qui le sont toujours, ils ne sont que quatre à avoir conservé la même adresse, tous les autres se sont installés dans d’autres rues ou quartiers de la ville.

Table des illustrations

Titre CARTE 1. Le découpage électoral de l’agglomération lyonnaise en 1936
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre CARTE 2. Nombre d’électeurs sondés par bureaux de vote ou communes
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Graphique 1. Les non-retrouvés par rapport à chaque classe d’âge
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13526/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Graphique 2. Les non-retrouvés par rapport à chaque catégorie socio-professionnelle
Légende 1 étudiants2 ouvriers ou artisans3 non actifs4 agriculteurs5 personnel de service6 techniciens7 manoeuvres8 instituteurs9 employés10 petits commerçants11 employés de soierie12 employés P.T.T.13 armée, police14 employés de bureau15 industriels16 cadres moyens17 cadres supérieurs18 employés de commerce19 employés P.L.M.20 ingénieurs21 gros commerçants22 employés O.T.L.23 professions libérales24 ouvriers25 retraités26 artisans
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13526/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre TABLEAU 3 - Les manoeuvres et les ingénieurs + professions libérales : les nonretrouvés par classes d’âge
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13526/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search