Version classiqueVersion mobile

Espace social et espace politique

 | 
Jean-Luc Pinol

Introduction

Texte intégral

1« L’espace social et l’espace politique d’une grande ville : Lyon à l’époque du Front Populaire ». Le titre ne doit pas abuser et être compris dans l’ordre strict de son énoncé. Du Front Populaire, il n’est que peu question. Le lecteur ne trouvera pas, ici, un récit des événements qui se sont déroulés dans l’agglomération lyonnaise de février 1934 à novembre 1938. Rien sur les difficultés de la constitution, rien sur la réunification syndicale, rien sur la campagne électorale et l’atmosphère du moment, rien sur les grèves, les occupations d’usines, l’implantation militante des organisations et groupes, politiques, syndicaux ou professionnels. Ces phénomènes ne sont pas dédaignés ou ignorés au nom d’un rejet hautain de l’histoire événementielle. Ce récit reste, pour l’essentiel, à faire, et il doit être fait. Mais, dans la démarche qui est nôtre, il ne doit intervenir que dans un deuxième temps, une fois connus les lieux où ils se déroulent, une fois démêlées les relations que le politique, le social et l’urbain entretiennent.

2Alors pourquoi le Front Populaire ? En raison de la coïncidence de la mise à jour des sources utilisées et d’une consultation électorale qui est restée gravée dans la mémoire collective. L’objectif est de retrouver, à l’occasion des dernières élections législatives de la IIIe République, les traditions sociales et politiques du monde lyonnais.

3Une grande ville ? Les définitions sont multiples, diverses, parfois contradictoires. Par-delà tout autre type d’approche, et en essayant de ne pas tomber dans le travers de toute interprétation moniste, le réductionnisme, une Ville est répartition mouvante d’hommes et de femmes dans un espace bâti continu. Les clivages sont nombreux et interviennent dans des champs variés, groupes sociaux, générations, groupes ethniques ou groupes de migrants originaires d’une même région...

4Nous partons d’un postulat : focaliser l’étude sur un groupe spécifique serait renoncer à la compréhension de l’ensemble, ici de la ville, véritable unité complexe organisée. L’objet de ce travail consiste à analyser le processus de formation des espaces socio-politiques d’une unité urbaine importante, et pour cela, il faut cerner les corrélations entre quatre grands types de variables. Les trois premiers se réfèrent aux individus qui composent la population, le dernier à l’espace occupé par ces individus.

5Pour les individus, trois priorités : définir leur milieu d’origine, connaître leur âge, dégager leur activité socio-professionnelle. La connaissance du milieu d’origine est essentielle. Seuls six Français adultes sur dix sont natifs de l’agglomération et la mobilité se révèle, de prime abord, comme un élément fondamental. La mobilité relève de quatre niveaux d’analyse : la mobilité spatiale, la mobilité professionnelle, la mobilité sociale et la mobilité « culturelle » ; cette dernière implique la nécessité d’étudier l’individu comme vecteur de comportements, d’habitudes, de valeurs. Comment se conserve cette culture lors de la mobilité spatiale ? Interrogation essentielle à laquelle nous nous efforcerons de répondre malgré les limites documentaires. Connaître l’âge des individus est moins délicat, mais tout aussi capital, car l’âge, la génération, signifie histoire spécifique, expérience, acquisition de valeurs...

6La catégorie socio-professionnelle, enfin, permet de situer l’individu dans le contexte général de la société urbaine. Cette dernière n’est pas sans relation avec le dernier type de variable : l’espace résidentiel des lyonnais. Intuitivement, le passant actuel de Lyon le perçoit comme particulièrement complexe, et les déchirures actuelles, qui mettent à nu, très souvent, l’intérieur des lyonnais d’antan, ne peut qu’inciter à l’interrogation. Mais cette perception épidermique de la ville déchirée, si elle motive, ne peut suffire. Il faut pouvoir mesurer, compter, comparer les hommes qui habitent des endroits intuitivement perçus comme ségrégés. Mais comment passer de la genèse d’une interrogation à la formulation d’une réponse ? Des sources massives permettent-elles de présenter des résultats tangibles ?

7Pour apprécier les divers clivages, pour retrouver, derrière l’aridité du chiffre, le squelette des conditions de la vie quotidienne des lyonnais, il a fallu compter, et utiliser cet outil incomparable qu’est l’ordinateur. Mais qui compter dans cette agglomération dont nous ne savons pas, en plein XXe siècle, si elle regroupe 600.000 ou 800.000 habitants ? Quelle source utiliser comme pivot pour une approche globale ? Les listes électorales permettent une approche massive du milieu d’origine, de l’âge et de l’insertion sociale des électeurs. Surtout, leur tenue, par bureau de vote, répond à notre souci d’étudier la diversité de l’espace urbain. Enfin, en se fondant sur cette source-pivot, il est possible de faire le départ, parmi la masse de renseignements contenus dans les listes nominatives du recensement, entre les informations douteuses et les données fiables.

8Listes électorales, listes nominatives, telles sont nos sources. Peu ou pas de sources qualitatives, une approche uniquement quantifiée de la société lyonnaise, c’est dire l’aspect décharné de nos résultats mais ils doivent être pris pour ce qu’ils sont : les prémices d’une recherche plus ample.

9De même pour l’espace politique, décrit à partir des comportements électoraux de 1936, sans que rien ne vienne peindre la faconde, la bonhommie, la verve ou l’habileté des candidats députés et de leur entourage, les réactions d’adhésion ou d’hostilité des électeurs.

10Le premier volet de la recherche entreprise, le seul pour l’instant défriché, est le plus austère, peut-être aussi le plus important, car il relève, comme le dit Pierre Goubert, de « la sécurité que donnent ces collections presque infinies de chiffres, si aisément manipulés, vérifiés, mis en machine... et cette impression qu’on ira plus loin, encore plus loin avec du travail, de l’ingéniosité, des méthodes plus modernes ». Mais cette sécurité ne doit pas provoquer d’assurance sans faille. La mise en cause critique à l’égard des résultats doit être permanente ; à l’égard des résultats « objectifs » et à l’égard de l’interprétation qui leur donne leur logique. Les techniques sophistiquées ne produisent pas d’hypothèses, l’ordinateur n’interprète pas, il dit simplement les liaisons, de fait. Des interprétations, nous sommes seuls responsables, de la technique informatique qui nous a permis de les affiner, nous sommes entièrement redevables au Service Informatique de l’Université Lyon II, et surtout à Messieurs Soum et Valère. Qu’ils en soient ici remerciés.

11Nos remerciements vont également à Antoine Prost et au Centre de Calcul de l’Université d’Orléans qui ont permis la réalisation des analyses factorielles présentées dans la quatrième partie.

12Les sources utilisées permettent de répondre aux questions que nous posions concernant les corrélations éventuelles entre les quatre types de variables, âge, catégorie socio-professionnelle, origine géographique et comportements électoraux. Mais avant de présenter les divers modes d’organisation de l’espace social et de l’espace politique, deux démarches préliminaires s’imposent. Après avoir procédé à une critique serrée des sources et présenté les modalités de l'enquête menée, il convient de préciser les caractéristiques « moyennes » de la population lyonnaise afin d’apprécier les spécificités de telle ou telle zone résidentielle. De plus, il faut brosser un tableau général du bâti de l’agglomération. Cette approche quantitative souligne la complexité de la société lyonnaise, de toute société urbaine, mais elle ne reflète qu'imparfaitement et très partiellement la vie quotidienne des hommes concrets. Là se trouve la limite essentielle de ce type de démarche.

13Donc un travail à la fois modeste et ambitieux. Modeste, parce que l’aspect limité des résultats, la grossièreté des conclusions, sont totalement perçus et acceptés. Ambitieux, parce qu’il dégage des schémas interprétatifs généraux, parce qu’il se veut le fondement d’une recherche plus ample sur la société, la vie collective, la vie associative d’une grande ville de l’entre-deux-guerres, parce qu’il s’efforce de dégager une analyse globale de la société urbaine, parce qu’il tente de déceler les liens ténus ou puissants qui unissent l’urbain, le social et le politique.

***

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search