Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Instrument périodique

 | 
Claude Labrosse
, 
Pierre Rétat

Avant-propos

Texte intégral

1La dernière publication du Centre d’étude du XVIIIème siècle de l’université Lyon II (Unité Associée au CNRS 04 1038) remonte à 1982 : Le journalisme d’Ancien Régime présentait alors les principales questions que soulève l’étude de la presse ancienne, et les propositions de recherche que formulaient les spécialistes français et étrangers réunis à Lyon à l’occasion de la table ronde internationale de juin 1981.

2Depuis lors, l’équipe lyonnaise a participé à l’enquête collective, dirigée par J. Sgard, sur La presse provinciale au XVIIIème siècle (Grenoble, 1983). Elle a surtout poursuivi, dans la perspective qu’elle s’est fixée depuis plusieurs années (Études sur la presse au XVIIIème siècle ; Presse et histoire au XVIIIème siècle : l’année 1734 ; L’attentat de Damiens. Discours sur l’événement au XVIIIème siècle), ses travaux sur les formes, les fonctions, les discours de l’instrument périodique.

3Dans le cadre d’une thèse de doctorat d’État sur la réception de La Nouvelle Héloïse au XVIIIème siècle, Claude Labrosse a cherché à décrire les conditions et les moyens qui rendent la lecture romanesque possible. Il a été amené à analyser la presse littéraire comme moniteur de la lecture. On découvre dans les périodiques de 1761 une image du roman assez conventionnelle qui sert de critère et de stéréotype de lecture. Mais le jeu de cette image récurrente s’effectue au sein d’un dispositif général, l’appareil du périodique lui-même, qui associe divers genres d’opérations (la scansion du temps, le classement, la fragmentation, la traduction, le transport...) grâce auxquelles les productions de la culture contribuent à former du sens. Si un texte ne peut être lu sans qu’il soit fait appel à d’autres textes (intertexte), la lecture ne peut s’accomplir sans que soient mis en œuvre des opérations fondamentales et des instruments qui constituent le contexte en un espace de communication performant. C’est pourquoi cette étude essaie d’abord de reconnaître ces modes de performances.

4L’étude sur les Révolutions de Paris, présentée par Pierre Rétat, est une première contribution à celle de la presse de 1789, entreprise par l’équipe lyonnaise depuis deux ans. Les journaux du début de la Révolution ont surtout servi à la documentation des historiens depuis le XIXème siècle. Des ouvrages récents, dûs à des chercheurs américains, en analysent quelques-uns comme organes de mouvements d’opinion, de « gauche » ou de « droite ». Notre équipe s’est donné pour but non seulement de constituer un fonds documentaire aussi complet que possible pour l’année 1789, mais surtout d’embrasser l’ensemble des textes en posant des questions qui visent le phénomène périodique en tant que tel : formes matérielles, engendrement de nouveaux modes de production journalistique par les événements révolutionnaires, traitement et organisation du temps, types de textes et de discours. Face à une extrême profusion, des enquêtes précises s’imposent avant que puissent s’ouvrir des perspectives globales. Les Révolutions de Paris, nées avec l’insurrection du 14 juillet, ont paru offrir le champ privilégié d’une première épreuve de nos méthodes et du dessein que nous poursuivons. D’autres travaux viendront s’y ajouter dans un proche avenir.

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540