Version classiqueVersion mobile

Observation du changement social et culturel

 | 
Maurice Garden

Le changement fait signe

Montceau-les-Mines

Philippe Lucas

Texte intégral

  • 1 Cf. LUCAS (Ph.), "Le mystère du Changement", Psychologie clinique/1 Université Lyon-II, mars 1977, (...)

1Il y a un mystère du changement1. Tout à la fois porteur de "nos" nostalgies et de "notre" salut, le changement ne vient pas seul. Nostalgies de temps moins incertains, voire d'un âge d'or immobile, assorties de complaintes sur la dégradation des valeurs. Miracle à venir ou, sur le mode mineur, sursaut (adaptation ?) à instruire. Le changement est aussi un fantasme social.

  • 2 Cf. LUCAS (Ph.), "La drogue ou la clinique élargie", Cahiers de Re-cherche/2. Université Lyon-II, j (...)
  • 3 MURARD (L.) et ZYLBERMAN (P.), Le petit travailleur infatigable, Recherches. Paris 1976.
  • 4 LUCAS (Ph.) "Le travail gymnaste : rites mineurs du pays minier", Cahiers internationaux de Sociolo (...)

2Montceau-les-Mines n'y échappe pas. Avec la mort de la mine, la ville minière semble, d'un coup, inéluctablement, se défaire. Fin de la ville-village (avec le développement de la ZUP par exemple) ; dégénérescence de la ville de santé, aux prises avec les démons de ces faubourgs que les Chagot, fondateurs, avaient cru pouvoir écarter de leur communauté de travail : ainsi le problème de la toxicomanie récemment apparu2 ; extinction de la "race des mineurs" et du mythe du petit travailleur infatigable3 qui ne survit plus guère, semble-t-il, que dans les gymnases4 et autres sanctuaires. Hier, avant-garde du développement capitaliste, Montceau-les-Mines prend rang aujourd'hui parmi les laissés-pour-compte. Avec, cependant, les signes d'un regain (de vie) : édification d'une Communauté urbaine (Le Creusot-Montceau), éloge de la (re)conversion, prolifération des "sociétés".

  • 5 Réalisé avec la collaboration de Cl. NGUYEN MINH et Ch. SEYMAT.

3La dégénérescence de la ville-minière ne date pas d'aujourd'hui ; pas plus que sa construction, elle n'est paisible ; ni réductible à un simple processus d'auto-dégradation, ou d'érosion naturelle. Au terme d'un "état des lieux"5 qui présente encore certaines lacunes, et de quelques études antérieures ou concomitantes, qui ont valeur de pré-enquête, nous voulons suggérer ici les mouvements contradictoires dont Montceau est l'objet ; souligner cependant la pluri-accentuation dont "le" changement est lourd, jusqu'en ses dénégations ; présenter enfin notre manière d'observer au travers d'enquêtes et de la réflexion que nous nous proposons de conduire.

1 - CHANGEMENT(S) DE SIGNE(S)

4Une première saisie de la réalité montcellienne - celle qu'autorise un état des lieux - ne laisse pas de doute : Montceau est l'objet d'un mouvement de rétraction qui contraste avec l'aventure industrielle à laquelle la ville minière a été longtemps associée. Rétraction : la mine se meurt, et sa mort peut se lire sur différents registres (les registres économiques et démographiques, mais aussi celui de la vie dite privée - familiale notamment). Ce mouvement de rétraction se conjugue à un autre qui, apparemment du moins, semble le contredire : un mouvement de dissipation, quelques prodigalités qui peuvent également faire l'objet de plusieurs lectures.

  • 6 VII° Plan de développement économique et social (1976-1980), Paris, La Documentation française, 197 (...)

5Rétraction. La mine se rétracte. Des puits voisins ont fermé (ainsi La Machine, Decize, il y a quelques années) ; de lourdes menaces pèsent sur le devenir immédiat de ceux qui sont encore en activité dans l'agglomération montcellienne (Darcy, Rozelay). Menaces effectives, qui sont celles qui pèsent sur l'ensemble de l'exploitation nationale du charbon : si le VIIe plan (1976-1980) lui accorde un sursis dicté par la "crise de l'énergie", le verdict demeure qu'énonçait le plan précédent : "La production du charbon régressera moins vite qu'il n'était prévu"6. On consultera les programmes annuels d'investissements proposés par la Commission de l'Energie :

Tableaux 1 et 2 : Programmes annuels (en MF, au 1er janvier 1976) dans le secteur charbon
Sources : Commissariat du Plan. Rapport de la Commission Energie. Préparation du VIIe Plan. Paris, La Documentation française, 1976, p. 52.

  • 7 L'effectif moyen fond devrait progressivement décroître (par fusion naturelle, mutations, etc...) e (...)
  • 8 Cf. Annexe 1, graphique 1.

6S'agissant des Houillères de Blanzy, qui gèrent les deux derniers puits en activité à Montceau, les choses ne sont pas moins claires : les prévisions relatives aux effectifs employés par la mine ne laissent aucun doute7, non plus que l'âge moyen des personnels actuellement en activité : il était, au 31 décembre 1977, de 40,74 ans pour les travailleurs de fond et de 43, 50 ans pour les travailleurs de jour8. Le nombre des actifs dans la branche "Combustibles minéraux" était, en 1962 de 5.974 (pour 16.713 actifs, soit 36 %) ; il est, en 1975, de 3.096 (pour 17.910 actifs, soit 17 %).

7Ce mouvement de rétraction n'intéresse pas seulement la mine et l'exploitation du charbon.

8Une première lecture des données démographiques fait apparaître, pour l'agglomération montcellienne, une baisse appréciable du nombre des actifs masculins (compensée par l'évolution de la population active féminine) ; il fait apparaître également une stagnation de la population tout entière (Cf. tableaux 3 et 4, annexe 2) ; comparée à la répartition nationale, la répartition de la population montcellienne selon l'âge (cf. tableau 5, annexe 2) laisse entrevoir un vieillissement sensiblement plus accusé (cf. également annexe 1, graphique 2).

  • 9 19 octobre 1978.
  • 10 La mine, en effet, tue encore... Cf. l'accident de juillet 1978, suite à l'effondrement d'un soutèn (...)
  • 11 Mensuel proche du parti socialiste. A cessé de paraître après les dernières législatives.

9Un tel mouvement ne peut passer inaperçu. Encore qu'il soit, nous le verrons, contradictoirement vécu. La dernière grève des mineurs9, mobilisés contre les menaces de fermeture, a été largement suivie ; plus secrètement, les propos les moins passionnés véhiculent des nostalgies d'autant plus sensibles que le métier de mineur10 et, plus largement, l'histoire montcellienne ne sont pas de ceux que l'on peut qualifier de paisibles. Parmi beaucoup d'autres témoignages, on retiendra, par exemple, l'hommage rendu dans l'Avenir du Morvan11 par une équipe de journalistes, à la grande famille minière.

DOSSIER FAMILLE
Petite chronique de la vie familiale
"La scène : l'immense salle à manger d'un restaurant campagnard, quelque part entre Montceau et Charolles. Il est midi : toutes les tables sont vides, sauf la nôtre, quatre discrets couverts dans un coin. Vides, les tables, mais superbement dressées dans l'attente "Un baptême et deux noces d'or" nous confie la patronne qui sent monter l'effervescence. Plus tard, viendra la série des premières communions et les grands banquets de printemps. Il est prudent de retenir sa place six mois à l'avance. A croire que la grande bouffe serait en somme l'unique lien rassemblant les membres d'une même famille. Plus compliqué que cela et plus profond aussi. Tenter une étude de sociologie familiale sur ce tissu prodigieusement riche qu'est le Bassin Minier relève de l'imposture, quand on n'est pas sociologue. Ainsi, serait-ce plutôt à une sorte de voyage à l'intérieur d'une grande famille que j'aimerais convier le lecteur.
Une famille comme il en existe tant d'autres en milieu ouvrier : le père, mineur retraité, la mère et leurs cinq filles, aujourd'hui toutes mariées. Depuis deux lustres, à chaque fête, on ajoute des chaises. On commence à se perdre un peu dans le décompte des petits enfants ou des cousins germains étagés entre dix ans et six mois. La maison du grand-père mineur est toujours ouverte sur d'incessants et tumultueux passages de gosses. Quant aux cinq sœurs, farouches gardiennes de l'identité secrète du clan, elles sont aussi liées que les doigts de la main. Mémoire du temps lointain où dans le haut de Perrecy les Forges le père partageait avec ses parents et ses sept autres frères et sœurs l'unique pièce à vivre de la montée du Crié.
Curieux, tout de même, cet enracinement familial inconnu du morne habitant des grandes cités. C'est ainsi qu'il y a un peu partout, dans le Bassin Minier comme dans tant de contrées ouvrières ce besoin de faire bloc, ce refus de quitter le pays et les siens. En fait, la tradition joue autant que la somme de conditions favorables : déplacements faciles et rapides, manière de vivre moins anonyme, goût du partage entre personnes qui se connaissent bien, sentiment de sécurité. Le rituel de la grande bouffe dominicale, le chapelet des fêtes religieuses (on se sert de l'église sans pour autant avoir de la religion) sont les deux pôles autour desquels se raffermissent les liens. La célèbre imprécation gidienne contre les familles trouverait-elle ici son écho ? Je serais plutôt tenté de dire qu'on fait au sein des grandes familles l'apprentissage d'une certaine solidarité. Difficile en effet de pousser bien loin l'égoïsme ou le repli sur soi-même alors que les menus événements de la vie de famille sont faits de partage et de concessions, d'attentions et d'entr'aide. Le reste, c'est affaire de culture ou de personnalité. Certes, les trois ou quatre préceptes étriqués de la morale bourgeoise se coulent facilement à l'intérieur du milieu familial, mais la révolte est toujours là, germinale ou bien ouverte. Les ruptures aussi parfois...
Et puis il y a, dans cette région farouchement hostile aux esprits supérieurs, un sentiment de rude et saine simplicité.
Le sens de la famille, en milieu ouvrier, c'est souvent l'évocation des mêmes peines, des mêmes luttes, des mêmes joies, la boîte aux économies autour de laquelle se jouent les drames. On est complice, solidaire ; on vit la même vie, le même métier. Autour des immenses tablées des rautaurants de campagne, les sujets de conversation varient peu : le jardin, le sport, le travail, les enfants et les souvenirs à l'heure du dessert, la mémoire toute transcendée de brume qui raconte les origines d'une drôle de vie.
On ne refait pas le monde entre deux verres. On ne s'inquiète peut-être pas trop du monde. Serait-ce à tout prendre cet égoïsme là dont sont coupables les familles ?
C'est en tout cas l'une des questions que pose le dossier qui s'ouvre."
JL. JR.
L'Avenir du Morvan, mensuel de l'Autunois, du Creusot et du Bassin Minier (77), novembre 1977, p. 10.

10Pourtant, si évident soit-il, ce mouvement de rétraction n'est pas univoque, qui se conjugue avec un mouvement de "dissipation", quelques prodigalités sur lesquels il faut nous arrêter et qui semblent témoigner d'un regain de vie.

  • 12 L'Avenir du Morvan (77), p. 12 sq.
  • 13 Quartier de l'agglomération montcellienne témoin de l'immigration polonaise.
  • 14 On soulignera la part croissante (supérieure à la moyenne nationale) de la population active fémini (...)
  • 15 Esprit (4), avril 1978.

11Le dossier de la famille montcellienne ouvert par l'Avenir du Morvan, se clôt sur une critique des thèses natalistes et un débat, qui est aussi un plaidoyer à plusieurs voix (féminines), pour l'émancipation de la femme et vise des structures familiales rétrogrades12. Aux Gautherets13, sous l'impulsion de militantes, des groupes de femmes se réunissent régulièrement qui, pour n'être point féministes, n'en sont pas moins amenés à instruire, en certains de ses aspects, le "dossier" de la famille14 ; certaines activités du Groupe de Recherche pour la Santé15 s'inscrivent également dans cette perspective.

12S'agissant de la mine elle-même, sa fin prochaine est concomitante d'un regain de vie. Et de bien des façons. Recours à la sous-traitance, au bénéfice d'entreprises privées (pour l'exploitation en "découverte", mais aussi au fond), dissipation du patrimoine minier dont on ne soupçonnait pas, semble-t-il, la richesse (tableaux 7 et 8, annexe 3).

  • 16 Cf. PHUONG TRAM (B.T.) et SIMONET (J. P.), Habitat en pays minier. Devenir des cités minières de l' (...)
  • 17 LUCAS (Ph.), "L'interrègne, l'agonie de la mine à Montceau". CERAS, Lyon II, 1978, ronéo.

13Le mouvement est déjà engagé, s'agissant du logement et la direction des Houillères a opté pour une politique de vente à l'occupant, politique dont elle escompte, par ailleurs, qu'elle obligera les municipalités à acquérir les voies et espaces publics que la mine détient aujourd'hui en propriété16. Nous l'avons souligné dans un bref essai17, la mine meurt comme elle est née sous le signe et le couvert du libéralisme, ou, du moins, d'un libéralisme retrouvé et rénové. C'est en ce sens que l'on peut lire, par exemple, le contrat de programme signé par les Charbonnages de France et l'Etat, qui marque le "retour" à la liberté de gestion (et d'entreprise).

14On pourrait mettre également au compte des "prodigalités" qui accompagnent, voire précèdent la mort de la mine, l'exploitation récente et fiévreuse des "découvertes" (mises en service avec la crise de l'énergie), l'utilisation massive (et hâtée) de matériels d'extraction relativement sophistiqués qui (apparemment) démentent la fin prochaine de la mine.

  • 18 Un premier pointage effectué par Cl. NGUYEN MINH fait apparaître que le nombre des déclarations d'a (...)

15Prodigalité remarquable enfin, manifestée par la vie associative : les "sanctuaires", comme nous les avons appelés, prolifèrent et sont l'objet d'une célébration qui, pour être appréciable également au plan national, est ici particulièrement sensible18 : elle fait contrepoint avec la mort du pays minier ; elle en est la dénégation. La mine elle-même fait figure de sanctuaire : elle entre dans l'immémorial, précédée par les glorieux martyrs morts en ses entrailles. La mémoire minière acquiert, avec l'Ecomusée de la Communauté urbaine le Creusot-Montceau, dont la création est contemporaine de la mort de la mine, le statut d'un service où chacun peut trouver des garanties sur un passé (son passé) qui se dérobe...

"Vivent les sociétés.'"
"Existe-t-il un pays où les sociétés sont aussi vivantes et nombreuses que dans le Bassin minier ? On peut en douter... Et bien malin celui qui réussirait à compter la foule de sociétaires et d'animateurs qui, chaque semaine, se dirigent, du même pas assuré, vers une salle, un terrain de sport, un gymnase ou bien même un café, pour discuter, travailler, s'entraîner, etc... Bref, pour faire vivre "sa" société.
De la musique à la gymnastique, du football à l'aquariophilie, de la timbrologie à la peinture, toute la gamme des activités est représentée sur la palette des sociétés locales.
Peut-être plus que tout autre, le montcellien s'est toujours retrouvé dans un groupement quelconque. C'est tellement vrai qu'à une époque, pour des raisons politiques, les associations avaient été interdites...
De ce passé socialement difficile, les habitants du Bassin minier ont gardé l'habitude de se retrouver dans une association.
(...)
Imaginons la somme d'efforts que demandent ces sociétés. Combien de patientes réunions demande la préparation d'un concours, d'une assemblée générale, d'une réception, d'un déplacement.
A l'époque où le mot "bénévolat" n'apparaît dans les conversations (que) pour s'entendre accuser de disparaître, il prend toute sa force dans le Bassin minier, grâce à une poignée d'hommes et de femmes courageux.
Cependant, il convient de ne pas minimiser les difficultés que rencontrent, pour leur encadrement, la plupart des sociétés. Pour l'avenir, c'est même un peu angoissant. Mais, pour l'instant, grâce à des hommes de bonne volonté, les sociétés vivent, et même vivent bien."
Le Dauphiné Libéré. Supplément au no 9928 du 7 novembre 1976, p. 5.

2 - LE SIGNE DU CHANGEMENT

  • 19 Travaux effectués dans le cadre des activités pédagogiques du département de sociologie de notre Un (...)

16Equivocité donc, qui nous contraint à le reconnaître : il est difficile de parler du changement. Le changement le plus évident, qui se lit avec la mort de la mine, n'a pas la simplicité que d'abord (en première apparence) il présente. Et pourtant, le changement est, à Montceau (comme ailleurs) une valeur socialement attestée. On lira, par exemple, la déclaration de foi des candidats aux dernières élections (municipales et législatives). De même, autre exemple, les perspectives ouvertes par la création de la Communauté urbaine ; tout à la fois produit, moment et facteur d'une "reterritorialisation" de l'agglomération montcellienne, celle-ci apparaît, dans de nombreux discours, comme la dimension de l'avenir : c'est sur une célébration de la Communauté que s'achève le catalogue de l'exposition permanente - évolutive de l'Ecomusée ; c'est sur une semblable évocation - une manière de "cargaison magique" - que s'achevaient les entretiens déjà anciens (1973) recueillis auprès de militants syndicaux19.

  • 20 BAKHTINE (M.), Le Marxisme et la Philosophie du Langage. Paris, éd. de Minuit, 1977, p. 35 sq.

17Au vrai, une telle unanimité ne doit pas nous abuser. Attesté, le changement l'est contradictoirement. Si une commune célébration tend à conférer au changement, entendu comme signe idéologique, un caractère intangible, elle chasse dans ce signe des "indices de valeur sociaux", pour reprendre l'expression du linguiste M. Bakhtine20, non seulement concurrents mais contradictoires. Signe pluri-accentuel ; s'y entrecroisent et affrontent des indices de valeur dont sont porteurs des agents sociaux non seulement différents, mais antagonistes. Un tel affrontement a également son siège en chacun de ces agents, voire des individus constituant ces agents.

  • 21 Les créations d'entreprises sont rares depuis 1969 et n'apportent que peu d'emplois nouveaux. Cf. a (...)
  • 22 Cf. annexe 5.
  • 23 Cf. les entretiens recueillis actuellement par Cl. NGUYEN MINH auprès de travailleurs convertis, da (...)

18De cet affrontement, la crise qu'a connue l'an dernier la Communauté urbaine est une intéressante manifestation. De même, ce qu'on appelle "reconversion", fort limitée au demeurant21 : elle s'exprime moins dans une politique que dans de fragiles compromis - par exemple, le statut du converti22 élaboré à l'occasion de la fermeture de La Machine ou de Decize - et revêt des significations contradictoires, non seulement pour les différents "partenaires sociaux", mais aussi pour ceux-là mêmes qui en sont l'objet ; elle est, en effet, pour ces derniers, tout à la fois et contradictoirement contrainte, combattue (il y a encore du charbon, il faut valoriser les sources d'énergie nationale) et revendiquée (il faut implanter d'autres industries, maintenir les acquis de la lutte passée, etc... Ce qui est sensible au niveau des forces sociales en présence l'est plus encore chez les individus éminemment partagés entre une aspiration au changement (exprimée dans l'adhésion à telle ou telle organisation pratique ou, plus prosaïquement, projetée dans l'avenir des enfants, reportée sur eux en termes d'ascension sociale, par exemple) et la peur d'un changement qui les affecterait en affectant un équilibre fragile, incertain équilibre d'incertitudes, et dont certains ont fait une expérience si malheureuse qu'elle se solde enfin, après conversion, par un retour à la mine23.

  • 24 Cf. les tracts syndicaux distribués en mai 1978. Cf. LUCAS (Ph.), "L'interrègne", loc, cit.

19Allons plus loin : le changement est inséparable de ses dénégations. Il ne vient pas seul, en effet, et s'agissant du changement le plus évident, la fin de la mine, s'avance masqué et avance parce que masqué, (dé)nié. On sera tenté d'opposer, pour les dénoncer, l'hypocrite célébration du travail minier et, en particulier, les discours actuels enchérissant sur la vocation minière de Montceau, à la réalité des choses inscrite dans le programme et les prévisions (cf. plus haut). Au vrai, ce sont les dénégations ("Montceau-les-Mines continuera de mériter son nom", déclare le 27 janvier 1978, le Président de la République) et notamment le "retour" au libéralisme d'antan, qui rendent acceptable l'inacceptable. Elles l'autorisent en transformant (et voilà un changement qui n'est pas négligeable) la mort de la mine en la fin (très digne, sans violence) d'une vie bien remplie ; mieux en rappelant la mine à la générosité de la vie libérale, acculant ainsi les travailleurs de la mine à une stratégie de corps-à-corps dans la continuité de celle qui était la leur au temps où ils constituaient l'une des avant-garde de la classe ouvrière24

20Bref, si le changement existe et existe comme signe idéologique, son caractère monoaccentuel ne doit pas nous aveugler, qui cache des indices de valeur contradictoires. Mieux, le changement fait machine avec sa (dé)négation, elle-même pluriaccentuelle, qui, en effet, constitue une condition de l'acceptation d'un changement contraint, une condition de sa production.

3 - PERSPECTIVES

21On pourrait multiplier les propositions paradoxales de cet ordre. Nous en avons assez dit cependant pour suggérer la perspective des études que nous entendons conduire à Montceau. Nous entendons ainsi mettre à l'épreuve ce qui est l'un des présupposés de l'action thématique programmée, suivant lequel le changement existe, du moins quelque chose existe qu'on peut ainsi désigner dans une singularité.

  • 25 Suivant le concept utilisé par Maurice GODELIER.

22Nous faisons l'hypothèse que le changement existe, mais comme signe idéologique, contradictoirement attesté où s'affrontent des indices de valeur. Par là, nous esquissons une théorie du changement qui fait place aux représentations de celui-ci. A des représentations "positives" (célébration du changement) et "négatives" (dénégation du changement) conçues non comme simples reflets de changements dits objectifs, mais comme "réalités idéelles"25 qui informent et déforment la réalité dite objective, la réfractent et diffractent. C'est le sens des quatre enquêtes dont nous avons retenu le principe. Après une enquête-matrice sur la mort de la mine, trois enquêtes lui succèderont d'une durée moyenne de dix mois :

  • enquête sur l'insécurité de l'existence, en rapport avec le modèle de la ville de santé sur lequel s'est édifié Montceau et qui est aujourd'hui encore célébré, dans la gymnastique par exemple ;

  • enquête sur la mort ( ?) de la famille minière, en rapport avec le modèle de la ville-village célébré aujourd'hui encore ;

  • enquête sur ce que nous nous proposons d'appeler "culture du travail", en rapport avec l'infatigable ( ?) et immémoriale image de la ville minière.

  • 26 Dans les Actes de la Recherche en Sciences sociales notamment.
  • 27 Cf. les travaux de J. P. FAYE et du collectif "Change".
  • 28 Cf. les thèses de MARX sur FEUERBACH.
  • 29 GODELIER (M.), "Infrastructure et histoire", Dialectiques (21), 1977, p. 41 sq.
  • 30 Pour une critique de la théorie des facteurs, cf. KOSIC (K.), La dialectique du concret. Paris, Mas (...)

23Cela dit, il ne faudrait pas tomber dans l'erreur qui consisterait à conclure de la célébration (ou de la dénégation) du changement, à son effectivité (ou à son absence). L. Boltanski et P. Bourdieu26, parmi d'autres, ont suggéré combien la célébration du changement, du moins d'un certain changement, était la condition du maintien de l'ordre existant. Changer pour conserver. Que l'histoire ne se fasse qu'en se narrant, comme le postule J.P. Faye27, ne signifie pas qu'elle se fasse par la seule "magie" de la narration ou du narrateur. A moins d'en rester à la contemplation des idéalités (le changement ou sa dénégation : la "continuité"), il faut encore expliquer leur existence28. Suggérer leur pluri-accentuation, ce n'est qu'entreprendre l'explication ; il faut encore expliquer que telle(s) idée(s) (du changement) domine(nt) d'autres et s'impose(nt) à elles. Bien plus, comme le dit M. Godelier, supposer l'existence d'idées dominantes, ce n'est pas nécessairement, ni seulement poser qu'existent simultanément des idées dominées. C'est peut-être aussi supposer que les idées dominantes sont partagées29 par d'autres que ceux qu'elles servent ou qui s'en servent. Toutes hypothèses qui requièrent une analyse structurelle de la réalité matérielle (opposée ici à la réalité idéelle) et devraient nous conduire à nous interroger sur un autre présupposé de l'A.T.P. "Changement social et culturel" : le présupposé suivant lequel le changement est (serait) localement, en des points d'observation choisis, observable au travers d'une grille d'analyse qui relève, autant qu'on puisse le dire, d'une théorie empirique des facteurs30. Outre le problème posé par les limites intrinsèques d'une telle théorie (en ce qu'elle mobilise et autonomise des facteurs réputés égaux qui ne le sont pas nécessairement), on laisse de côté la question fondamentale de savoir quelle est la réalité de l'objet même dont on tente ainsi de pratiquer la lecture, objet qui est aussi le point de vue d'où l'on se place pour saisir le changement social et culturel.

  • 31 En dépit de la volonté manifestée par l'implantation d'équipements prestigieux (cf. le Palais des C (...)

24Prenant en compte le point aveugle d'une théorie des facteurs, appelée par les besoins de la comparaison d'un point d'observation aux autrès, nous nous proposons de saisir le point d'observation Montceau-les-Mines, pour ce qu'il est... avant d'être point d'observation. Et cela, en nous interrogeant sur la genèse et le développement de cet espace appelé Montceau-les-Mines dans le cadre d'une théorie (et d'une dynamique) des structures. Dans cette perspective, nous nous proposons d'étudier la production et la reproduction de ce "local", l'espace montcellien, façonné - si l'on peut dire - par l'exploitation minière, son développement, la logique qui y préside (jusque dans la survie de la mine, le sursis que lui accorde la crise de l'énergie) et ses réquisits (recrutement et contrôle de la main-d'œuvre minière jusqu'à l'extinction de la "race des mineurs") : urbanisation concentrique, multipolaire, correspondant à des couches successives d'immigrés de nationalités diverses agrégés autour des puits à partir desquels, selon un mouvement symétrique, la vie semble aujourd'hui se retirer laissant apparaître les stigmates du développement antérieur, que la politique urbaine actuelle31 semble plus accuser que réduire : zones d'effondrement, isolement des différents quartiers, traversée de la ville en forme de baïonnette, etc...

  • 32 Cf. les travaux de LIPIETZ notamment, dont les hypothèses sont reprises par Cl. NGUYEN MINH dans Le (...)

25Une telle étude, on le conçoit, requiert des hypothèses qui dépassent le seul cadre montcellien et rendent compte d'un procès de structuration de l'espace qui, pour avoir son lieu à Montceau, n'y a évidemment pas (et sans doute de moins en moins) toutes ses raisons32.

  • 33 Nous avons esquissé une critique de ces approches dans LUCAS (Ph.) et VATIN (J.C.), L'Algérie des A (...)

26On le voit, notre recherche est conçue comme une mise à l'épreuve de deux présupposés généralement admis par les théories à vocation pluridisciplinaire du changement : le présupposé selon lequel le changement existe et que la problématique anthropologique de la tradition et de la modernité, même en ses formulations dynamistes, n'est que très partiellement parvenu à éprouver33 ; le présupposé selon lequel le changement est observable en des aires privilégiées et circonscrites. Ces "mises à l'épreuve" ne nous paraissent pas vaines, dans la mesure notamment où nous croyons que l'intérêt d'une recherche pluridisciplinaire comme la nôtre réside moins dans la comparaison de "résultats" que dans celle d'"approches" ; moins dans la confrontation des données que dans celle des pratiques de recherche. Un troisième présupposé également à vérifier.

Graphique 1 - Répartition par âge des ouvriers (fond) des houillères de Blanzy au 31 décembre 1977

Graphique 1 - Répartition par âge des ouvriers (fond) des houillères de Blanzy au 31 décembre 1977

Sources : Rapport annuel H.B.C.M. (Groupe Blanzy)

GRAPHIQUE 2. PYRAMIDE DES AGES AU 1/1/76) POPULATION MASCULINE DE L'AGGLOMÉRATION MONTCÉLIENNE (BLANZY, MONTCEAU-LES-MINES, ST VALLIER, SANVIGNES)

GRAPHIQUE 2. PYRAMIDE DES AGES AU 1/1/76) POPULATION MASCULINE DE L'AGGLOMÉRATION MONTCÉLIENNE (BLANZY, MONTCEAU-LES-MINES, ST VALLIER, SANVIGNES)

Sources : Recensement de population de 1975

Annexes

ANNEXE 2

TABLEAU 3 : Evolution de la population dans l’agglomération montcellienne

1962

1968

1975

BIANZY

4 562

4 470

4 977

MONTCEAU

29 392

27 443

28 182

SAINT-VALLIER

10 093

10 365

10 233

SANVIGNES

6 708

6 792

6 279

TOTAL

50 755

49 070

49 671

TABLEAU 4 : Population montcellienne selon l’âge en 1975 (pour cent habitants)

TABLEAU 4 : Population montcellienne selon l’âge en 1975 (pour cent habitants)

TABLEAU 5 : Evolution de la population active par sexe dans l’agglomération montcellienne

TABLEAU 5 : Evolution de la population active par sexe dans l’agglomération montcellienne

TABLEAU 6 : Part de la population active dans la population montcelliènne selon le sexe en 1975 (pour cent habitants)

TABLEAU 6 : Part de la population active dans la population montcelliènne selon le sexe en 1975 (pour cent habitants)

TABLEAU 7 : Part de la population active féminine dans la population montcelliènne féminine selon l’âge en 1975 (pour cent personnes)

TABLEAU 7 : Part de la population active féminine dans la population montcelliènne féminine selon l’âge en 1975 (pour cent personnes)

Source : I.N.S.E.E.

ANNEXE 3

TABLEAU 8 : PATRIMOINE DES HOUILLERES DE BLANZY. 1- PARC DE LOGEMENTS

au 1/7/1977

au 1/1/1978

Nombre de logements

4 954

4 871

en cités

3 622

3 679

dont

hors cités

1 332

1 192

Source : Houillères du Bassin de Blanzy

Tableau 9 : (Blanzy - Montceau-les-Mines - Saint-Vallier). 2 - EQUIPEMENTS COLLECTIFS

au 1/7/1977

au 1/1/1978

Bâtiments culturels

9

7

Casernes

1

1

Equipements sportifs : salles

2

3

terrains

4

4

Equipts sociaux non sanitaires

10

1 1

Boutiques, magasins, officines

22

22

Equipements sanitaires

2

2

Exploitations agricoles

13

13

Voiries

32 350

31 995

Places publiques

15 250

12 750

Source : Houillères du Bassin de Blanzy.

ANNEXE 4

ACTIVITES

Entreprises de 2 000 à 5 000 salariés

Houillères du Bassin de Blanzy

Houille, boulets, électricité

Entreprises de 1 000 à 2 000 salariés

Michelin

Pneumatiques

Entreprises de 500 à 1 000 salariés

Layette tricotées

Clayeux

Vêtements de bébé

Gerbe

Bonnetterie le chaussurante

Potain Poclain Matériel

Machines

Entreprises de 100 à 500 salariés

Blanchard (Ets Louis)

Bonnetterie

Etamoc (Ets montcel. de construct.)

Mécano-soude chassis, etc...

Jeumont Schneider

Mat. téléph. et de signalisat.

Loison frères

Chaussure Textile

Munzing S.A.

Robinetterie

Pauporte Ets

Bonnetterie

Perrin (Sté d'exploit. des Ets)

Articles chaussants

Roboe-coupe

Machines à couper

Entreprises de 50 à 100 salariés

Aillot

Construction mécanique

Bachman

Industries plastiques

Badet

Chauffage

Buracco

Robinetterie

Çothenet

Chaudronnerie Mécaniq. génér.

Martin Ets

Confection

Ortic

---- Pas ----

Pige-Pioger

Panneaux publicitaire

Plastibloc

Chaussures

Sanotin

Construct. métalliques

Text products

Lingerie

Entreprises de 10 à 50 salariés

Béton contrôle (B.C.M.C.)

Béton

Bignon et fils

Tissage confection

Bouillot

Chauffage

Bouvet

Mécanique générale

Carnot

Bonnetterie chaussante

Clément

Mécanique

Damien

Postes de soudure

Delavennat

Matières plastiques

Gauthier Simone

Bonnetterie

Lefranc

Mécanique générale

Marinot

Confection

Michel Ets

Agglomérés

Minard Ets

Réparat.vente mat. électriq.

Monnet Ets

Bonnetterie

Petit Maurice

Bonnetterie

Prost Ets H.

Construction mécanique

Routhier

Sobofer

Récupération

Source : Fichier analytique et professionnel de l'industrie de la Saône et-Loire. L'Essor (71) 2° trim. 1978.

DATE DE CREATION

REGIME JURIDIQUE

CAPITAL

CHIFFRE D'AFFAIRES

NOMBRE DE SALARIES

1946

Entreprise National.publique

3120

1969

Sté en commandite par actions

700 000 000

1580

1953

S.A.

2 400 000

55 373 000

530

1902

S.A.

4 800 000

683 dont 580 femmes

1967

S.A.

6 045 000

210 000 000

606

1929

S.A.

1 325 000

210 dont 140 femmes

1961

S.A.

720 000

100

S.A.

104 050 000

400 dont 300 femmes

S.A.

750 000

150 dont 142 femmes

1902

S.A.

4 760 000

325

1961

S.A.

800 000

189

1924

S.A.

250 000

113 dont 93 femmes

S.A.

1 573 200

100 000 000

250 dont 160 femmes

1870

S.A.

324 000

60

1958

S.A.

1 012 000

80 dont 50 femmes

1954

S.A.

180 000

54 dont 3 femmes

1887

S.A.

240 000

17 000 000

75

1970

S.A.

200 000

12 000 000

98

1967

aff.person. d’informat

1 400 000

8 000 000

82 dont 74 femmes

1956

S.A.

48 dont 24 femmes

S.A.

200 000

55 dont 39 femmes

1888

S.A.

650 000

53 dont 3 femmes

56 dont 54 femmes

1968

S.A.

600 000

20

1966

S.A.

162 500

45

1923

S.A.

225 000

3 500 000

26

1925

aff.person,

1 100 000

10

aff.person,

12 dont 11 femmes

1907

110 000

S.A.

100 000

40

1976

S.A.

600 000

45

1974

S.A.

40 dont 10 femmes

1972

aff.person,

28 femmes

1973

aff.person.

10

1927

S.A.R.L.

60 000

35 dont 32 femmes

1977

S.A.

500 000

1 600 000

28

S.A.R.L.

20 000

12 dont 1 femme

S.A.R.L.

200 000

35 dont 28 femmes

aff.person.

110 000

30 dont 26 femmes

1881

S.A.R.L.

800 000

22

1949

S.A.

100 000

1966

S.A.

ANNEXE 5

H.B.C.M. HOUILLERES DE BLANZY INVENTAIRE DES AIDES A LA CONVERSION POUR LE PERSONNEL DE L'EXPLOITATION DE DECIZE CONVERTI APRES LE 30 JUIN 1971

Mise à jour au 1er avril 1974

DEFINITION DU CONVERTI

Est considéré comme converti tout agent qui, à la suite d'une décision de départ volontaire, a fait l'objet, de la part de la Houillère, d'une lettre de licenciement accordant le statut de converti.

Ce statut de converti ouvre droit à différentes aides dans les conditions ci-après indiquées.

I - PRIME DE CONVERSION

1.1 - Ayants-droit

Ont droit à la prime de conversion les agents convertis qui, à leur départ de la mine, totalisent au minimum 10 annuités CAN et se trouvent à plus de 3 ans de l'âge de la retraite.

Par exception, les agents qui, avant d'atteindre cette limite des 3 ans de l'âge de la retraite, ont signé un engagement de conversion au plus tard à la fin de l'Exploitation de Decize, conservent en toutes hypothèses le droit à la prime de conversion pour un départ survenant au plus tard à la fermeture de la mine de la Machine.

1.2 - Montant de la prime

Il est de 1/2 mois de salaire par année validée à la CAN, avec majoration de 1/10ème de mois par année effectuée dans les travaux du fond ; la prime de conversion est toutefois plafonnée à un maximum de 12 mois de salaire.

Le salaire pris en compte dans le calcul de la prime de conversion est la moyenne mensuelle actualisée des salaires nets, directs et indirects (c'est-à-dire primes et avantages en nature compris), des 12 derniers mois de travail à la Houillère.

Cette prime, fiscalement assimilée à une indemnité de licenciement, est nette d'impôt sur le revenu.

N.B. : Un agent qui se convertit sans avoir droit à la prime de conversion bénéficie de l'indemnité légale de licenciement.

II - INDEMNITES DE LOGEMENT ET DE CHAUFFAGE

2.1 - Durée minimale de service

Pour avoir droit à ces indemnités, il faut totaliser, à la date du départ, au minimum 10 annuités CAN.

2.2 - Point de départ du droit à ces indemnités

Depuis le 1er juillet 1973, c'est le 1er jour du mois suivant la date du départ en conversion.

2.3 - Montant des indemnités de logement et de chauffage

Le montant des prestations est fixé par référence à celui des indemnités compensatrices de logement et de chauffage servies aux retraités.

Il est déterminé en fonction de deux éléments :

- nombre d'annuités CAN, à la date du départ en conversion,

- situation de famille du bénéficiaire.

2.3.1 - Incidence de l'ancienneté CAN

a) Indemnité de logement

- Pour 30 annuités CAN et plus, même indemnité que pour les retraités,

- Pour moins de 30 annuités CAN, indemnité égale à autant de trentièmes de l'indemnité normale que l'intéressé compte d'années de services.

b) Indemnité de chauffage

- Pour 30 annuités CAN et plus, même indemnité que pour les retraités,

- Pour moins de 30 annuités CAN, 2 cas :

1) Si 10 à 14 annuités CAN, indemnité égale, pour chaque année de service de l'intéressé, à l/15ème de l'indemnité due aux retraités ayant quitté la mine avec moins de 30 ans de services,

2) Si 15 à 29 annuités CAN, indemnité égale à celle due aux retraités partis avec moins de 30 ans de services, ce montant étant majoré, pour chaque année de service accomplie entre la 15ème et la 29ème année, de l/15ème de la différence entre ledit montant et l'indemnité complète pour 30 années de service.

N. B. - Pour résumer, si n est l'ancienneté CAN lors du départ en conversion, l'indemnité de chauffage est légèrement supérieure à n/30ème de l'indemnité complète pour retraités.

2.3.2 - Incidence de la situation de famille

Mêmes règles que pour les retraités ; en ce qui concerne l'indemnité de logement, elle est fonction du nombre d'enfants à charge.

N. B. - Cas de la veuve d'un agent converti Sitôt après le décès de l'ancien agent converti ; sa veuve bénéficie d'une indemnité de logement égale à celle de l'agent décédé et d'une indemnité de chauffage réduite d'un tiers ; elle bénéficie par ailleurs de la demi-retraite proportionnelle.

III - GARANTIE DE SALAIRE NET MENSUEL MINIMUM

Cette garantie est accordée par les services de la main-d'œuvre pendant les 12 premiers mois après la conversion dans un emploi salarié.

On prend en considération le nouveau salaire mensuel net ramené à la durée hebdomadaire du travail dans la Houillère lorsque la durée hebdomadaire du nouveau travail est supérieure.

On compare ce salaire, corrigé s'il y a lieu pour augmentation de durée du travail, à l'ancien salaire mensuel net minier, lui-même retenu dans les proportions indiquées par le barème dégressif suivant :

- 100 % pour la tranche de salaire jusqu'à 1.200 F/mois,

- 90 % pour la tranche de salaire comprise entre 1.200 et 2.000 F/mois,

- 75 % pour la tranche de salaire comprise entre 2.000 et 3.000 F/mois,

- 0 % pour la tranche de salaire supérieure à 3.000 F/mois.

Le complément de salaire versé par les services de la main-d'œuvre est de 60 % de la différence entre l'ancien et le nouveau salaire corrigé dans les conditions ci-dessus indiquées.

IV - INDEMNITE COMPLEMENTAIRE DE CHOMAGE

Les agents convertis, venant à perdre leur premier emploi de conversion par suite d'une compression d'effectifs, dans les dix années suivant leur départ de la Houillère, et régulièrement inscrits comme demandeurs d'emploi, bénéficient d'une indemnité complémentaire, versée par la Houillère en sus de l'allocation d'aide publique (Fonds de chômage) et de l'allocation spéciale des A.S.S.E.D.I.C.

Cette garantie de ressources s'étend sur une durée maximum d'un an.

V - MAINTIEN AU REGIME MINIER DE SECURITE SOCIALE

Les agents convertis, totalisant à leur départ de la mine au moins 10 annuités CAN, pourront, s'ils le demandent, continuer à être (affiliés au régime minier de Sécurité Sociale suivant les modalités d'application du décret en Conseil d'Etat prévu à l'article 11 du rectificatif de la loi de Finances 1973.

Cette possibilité de maintien au régime minier leur sera accordée :

- soit pour les risques maladies et décès (allocations) et les charges de maternité,

- soit pour les risques invalidité, vieillesse, décès (pensions de survivants),

- soit pour l'ensemble des risques énumérés ci-dessus.

N. B. : La loi accordant ces possibilités a été publiée au Journal Officiel du 23/12/1973, mais le décret fixant les modalités d'application n'est pas encore sorti au 1/04/1974.

Si leur entreprise relève du régime général de Sécurité Sociale, les agents convertis depuis le 1er juillet 1971 ont toutefois, dès à présent, la garantie de pouvoir, après parution du décret d'application, bénéficier des prestations de la Caisse de Secours Minière et continuer à cotiser à la CAN pour majorer ou compléter leur retraite minière.

VI - AIDES A LA FORMATION

Durant les stages de formation, préalables à la conversion, programmés avec l'accord de la Houillère, les intéressés restent inscrits à l'effectif minier ; ils conservent leur plein salaire antérieur ; si le lieu de stage est éloigné du domicile, ils sont défrayés des frais de nourriture, d'hébergement et de voyage.

La durée de ces stages est décomptée en ancienneté fond pour les agents provenant du fond.

Les agents qui ont obtenu avant conversion un diplôme F. P.A. de fin de stage bénéficient d'une prime de fin de stage, payable après départ en conversion, d'un montant de :

- 77 F par semaine de stage du 1er degré,

- avec minimum de 1.000 F et maximum de 2.000 F

(l'engagement de conversion, au plus tard à la fin de la mine de La Machine exigé avant entrée en stage F.P.A. devient définitif pour les agents obtenant le diplôme de fin de stage).

En cas de C.A. P. par unités capitalisables obtenu avant départ en conversion, la prime, payable après le départ en conversion, est de 1.000 F.

VII - ALLOCATION ANTICIPEE DE RETRAITE POUR TRAVAIL AU FOND

En cas d'ancienneté dans les travaux du fond supérieure ou égale à 4 ans, les agents remplissant les conditions exigées pour l'ouverture à 55 ans du droit à une retraite proportionnelle (au moins 15 annuités CAN dont au moins 10 acquises à la date du départ), bénéficient, avant cet âge de 55 ans d'une allocation anticipée de retraite pour travail au fond ; le montant de cette allocation est égal à celui de la retraite proportionnelle calculée au prorata des annuités CAN acquises à la date du départ de la mine.

Cette allocation est versée par la Houillère jusqu'à 55 ans et dès l'âge de :

- 54 ans pour 4 à 7 ans de fond,

- 53 ans pour 8 à 11 ans de fond,

- 52 ans pour 12 à 15 ans de fond,

- 51 ans pour 16 à 19 ans de fond,

- 50 ans pour 20 ans de fond et plus.

VIII - AUTRES AIDES A LA CONVERSION

8.1 - Logement

a) Si l'agent converti était précédemment logé par la Houillère, il conserve le droit de rester dans le logement minier en devenant locataire avec un taux de loyer modique calculé à la "surface corrigée".

b) Si l'agent converti était bénéficiaire d'un prêt d'accession à la propriété :

  • la subvention lui reste acquise,

  • pour le solde, les échéances de remboursement et le taux d'intérêt du prêt ne sont pas modifiés.

c) Si l'agent converti est obligé de déménager de plus de 20 km par suite de la localisation de son nouvel emploi, les services de la main-d'œuvre peuvent lui accorder, après examen de son dossier :

  • le paiement des frais de déplacement (tarif S.N.C.F.) pour lui et les personnes à sa charge,

  • le paiement d'une indemnité pour frais de transfert du mobilier,

  • le versement d'une indemnité de réinstallation, d'un montant variable suivant la situation de famille de l'intéressé et suivant qu'il est logé ou non logé par son nouvel employeur.

Pour obtenir ces indemnités dénommées "indemnités de transfert et de réinstallation", l'intéressé doit en faire la demande, dans le délai maximum de 12 mois après conversion, à la Direction Départementale du Travail et de la Main-d'OEuvre dont dépend le nouveau lieu de travail.

8.2 -Bourses des Mines

Si l'agent converti était bénéficiaire d'une bourse des mines pour les études d'un ou plusieurs enfants, il continue à en bénéficier dans les mêmes conditions que s'il était resté à la mine.

8.3 - Silicoses

Si l'état d'un agent ayant bénéficié de la prime de conversion, reconnu silicosé avant son départ, s'aggrave après sa conversion, et si sa pension de silicose atteint ou dépasse ultérieurement le taux de 30 %, il a immédiatement droit à la retraite proportionnelle CAN à la seule condition qu'il totalise au minimum 15 annuités de cotisation à la CAN.

Vu, le Chef du Service du Personnel,
J. PATUREL

Le Chef du Service Reconversion,
P. COLLOD

P.S. - Cette notice de renseignements est valable seulement pour les agents de l'Exploitation de Decize convertis après le 30 juin 1971.

Notes

1 Cf. LUCAS (Ph.), "Le mystère du Changement", Psychologie clinique/1 Université Lyon-II, mars 1977, p. 10 sq.

2 Cf. LUCAS (Ph.), "La drogue ou la clinique élargie", Cahiers de Re-cherche/2. Université Lyon-II, janvier 1978, p. 153 sq. Cf. également "Les mauvais sujets", à paraître dans les Cahiers de Recherche/. 3, décembre 1978.

3 MURARD (L.) et ZYLBERMAN (P.), Le petit travailleur infatigable, Recherches. Paris 1976.

4 LUCAS (Ph.) "Le travail gymnaste : rites mineurs du pays minier", Cahiers internationaux de Sociologie (LXIV). 1978, p. 83. Cf. également NGUYEN MINH (Cl.) "Les sociétés de gymnastique à Montceau-les-Mines", à paraître dans les Cahiers de Recherche/3, décembre 1978.

5 Réalisé avec la collaboration de Cl. NGUYEN MINH et Ch. SEYMAT.

6 VII° Plan de développement économique et social (1976-1980), Paris, La Documentation française, 1976, p. 21.

7 L'effectif moyen fond devrait progressivement décroître (par fusion naturelle, mutations, etc...) et ne compter plus que 200 personnes en 1975. L'effectif est actuellement de 1.458 personnes.

8 Cf. Annexe 1, graphique 1.

9 19 octobre 1978.

10 La mine, en effet, tue encore... Cf. l'accident de juillet 1978, suite à l'effondrement d'un soutènement à Rozelay.

11 Mensuel proche du parti socialiste. A cessé de paraître après les dernières législatives.

12 L'Avenir du Morvan (77), p. 12 sq.

13 Quartier de l'agglomération montcellienne témoin de l'immigration polonaise.

14 On soulignera la part croissante (supérieure à la moyenne nationale) de la population active féminine âgée de moins de 25 ans dans la population active globale de l'agglomération (cf. Annexe, tableaux 5, 6 et 7).

15 Esprit (4), avril 1978.

16 Cf. PHUONG TRAM (B.T.) et SIMONET (J. P.), Habitat en pays minier. Devenir des cités minières de l'agglomération montcellienne. Mémoire, Ecole nationale des Travaux publics. Lyon, juin 1978, ronéo.

17 LUCAS (Ph.), "L'interrègne, l'agonie de la mine à Montceau". CERAS, Lyon II, 1978, ronéo.

18 Un premier pointage effectué par Cl. NGUYEN MINH fait apparaître que le nombre des déclarations d'associations (loi de 1901) pendant la période 1968-1977 a plus que doublé par rapport aux dix années antérieures.

19 Travaux effectués dans le cadre des activités pédagogiques du département de sociologie de notre Université.

20 BAKHTINE (M.), Le Marxisme et la Philosophie du Langage. Paris, éd. de Minuit, 1977, p. 35 sq.

21 Les créations d'entreprises sont rares depuis 1969 et n'apportent que peu d'emplois nouveaux. Cf. annexe 4.

22 Cf. annexe 5.

23 Cf. les entretiens recueillis actuellement par Cl. NGUYEN MINH auprès de travailleurs convertis, dans le cadre de l'enquête "mort de la mine".

24 Cf. les tracts syndicaux distribués en mai 1978. Cf. LUCAS (Ph.), "L'interrègne", loc, cit.

25 Suivant le concept utilisé par Maurice GODELIER.

26 Dans les Actes de la Recherche en Sciences sociales notamment.

27 Cf. les travaux de J. P. FAYE et du collectif "Change".

28 Cf. les thèses de MARX sur FEUERBACH.

29 GODELIER (M.), "Infrastructure et histoire", Dialectiques (21), 1977, p. 41 sq.

30 Pour une critique de la théorie des facteurs, cf. KOSIC (K.), La dialectique du concret. Paris, Maspéro, 1970, p. 75 sq.

31 En dépit de la volonté manifestée par l'implantation d'équipements prestigieux (cf. le Palais des Congrès, dit Centre d'animation et de rencontre). Cf. par exemple, l'analyse du P.O.S. réalisée par Ch. SEYMAT.

32 Cf. les travaux de LIPIETZ notamment, dont les hypothèses sont reprises par Cl. NGUYEN MINH dans Le pouvoir dans l'urbanisation de Montceau-les-Mines, 1978, ronéo.

33 Nous avons esquissé une critique de ces approches dans LUCAS (Ph.) et VATIN (J.C.), L'Algérie des Anthropologues. Paris, Maspéro, 1975. Cf. également LUCAS (Ph.), Le "transformisme" algérien, Paris, Anthropos, 1978.

Table des illustrations

Légende Tableaux 1 et 2 : Programmes annuels (en MF, au 1er janvier 1976) dans le secteur charbonSources : Commissariat du Plan. Rapport de la Commission Energie. Préparation du VIIe Plan. Paris, La Documentation française, 1976, p. 52.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique 1 - Répartition par âge des ouvriers (fond) des houillères de Blanzy au 31 décembre 1977
Légende Sources : Rapport annuel H.B.C.M. (Groupe Blanzy)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre GRAPHIQUE 2. PYRAMIDE DES AGES AU 1/1/76) POPULATION MASCULINE DE L'AGGLOMÉRATION MONTCÉLIENNE (BLANZY, MONTCEAU-LES-MINES, ST VALLIER, SANVIGNES)
Légende Sources : Recensement de population de 1975
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU 4 : Population montcellienne selon l’âge en 1975 (pour cent habitants)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre TABLEAU 5 : Evolution de la population active par sexe dans l’agglomération montcellienne
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13454/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre TABLEAU 6 : Part de la population active dans la population montcelliènne selon le sexe en 1975 (pour cent habitants)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13454/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre TABLEAU 7 : Part de la population active féminine dans la population montcelliènne féminine selon l’âge en 1975 (pour cent personnes)
Légende Source : I.N.S.E.E.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13454/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search