Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette étude consacrée à l’apparition et au développement de Villeurbanne, l’auteur a le sentiment d’avoir progressé quelque peu dans la connaissance de la réalité urbaine en général et d’avoir mieux mesuré les difficultés et les limites d’une telle entreprise.

2A travers l’analyse des processus d’aménagement et de construction des espaces urbanisés que l’on a exposée, on a montré que la matérialité du cadre bâti ne pouvait être traitée sans prendre en compte la « production » sociale. Il n’était en effet pas possible d’étudier la morphologie du tissu urbain et sa production, sans en connaître le contenu et la logique sociale ; de même il est difficile de ne pas considérer celle-ci comme étant première, ce qui nous a conduit à lui faire une place importante. Mais, si traiter ensemble de la société et de la forme urbaine constitue une entreprise considérable, était-il possible d’aborder l’une sans l’autre, sans risquer de verser dans une vision réductrice et caricaturale de ce qu’on désigne par l’urbain ? Ce choix justifie aussi la perspective historique que l’on a adoptée ; la prise en compte des processus en cours, qu’ils ressortissent à « l’urbanisme » ou à la socialisation ne suffit pas, dans la mesure où ceux-ci sont surdéterminés et contraints par ce qui a existé avant et qui perdure. Il faut songer ainsi que l’entreprise de rénovation du quartier du Tonkin a été envisagée en 1954 et n’était réalisée que pour moitié en 1977, si bien qu’une génération se sera écoulée avant que les travaux ne soient achevés !

3A ces difficultés, il faut en ajouter une autre : alors que les transformations du tissu urbain peuvent être repérées apparemment sans peine à l’échelon local, les changements sociaux doivent nécessairement être rapportés à une échelle plus globale, à tout le moins au niveau de l’agglomération lyonnaise. Il y a là une gageure à se situer sans cesse à plusieurs échelles, afin de conserver l’intelligence de phénomènes dont l’occurrence locale relève largement de déterminants extérieurs. Cela justifie notre démarche qui navigue entre deux écueils :

  • Celui de l’exposé des faits et des situations locales, dans leur richesse et leurs particularités, au risque de verser dans l’anecdotique, et de ne les considérer que pour eux-mêmes.
  • Celui d’une vision trop générale, sacrifiant à la spéculation théorisante, sans possibilité d’articulation à la réalité, et donc de validation.

4Si nous n’avons pas la certitude d’avoir évité ces deux risques, cette démarche nous est apparue comme la seule concevable. Cependant notre souhait est que chacun en fasse la lecture de son choix et trouve ce qu’il y cherche. En particulier que les Villeurbannais s’y reconnaissent, eux et leur ville.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search