Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Troisième partie. Villeurbanne 1945-1977 la production d'un élément du centre de la métropole lyonnaise

Chapitre I. Les nouvelles caractéristiques du mode de production

Texte intégral

1Jusqu’en 1939, le mode de production était incontestablement dominé par l’industrie. Les rapports sociaux en étaient issus et repérables dans le cadre même des limites de la commune. La production des formes et la structuration de l’espace reflétaient pour l’essentiel cette domination. Dès 1945, une évolution s’amorce engendrant des rapports de moins en moins simples (s’ils ne l’ont jamais été) entre l’organisation de la production de plus en plus complexe, difficile à repérer localement et l’apparition d’une formation sociale dont la définition ne ressortit plus aux seules activités industrielles de la commune.

2Par ailleurs, on ne peut étudier après 1945, encore moins que par le passé, le mode de production à partir de la seule instance économique ; les niveaux ou instances sociaux, politiques, idéologiques qui caractérisent l’organisation des rapports sociaux au même stade prennent une importance croissante.

3Pour ne considérer que le seul secteur industriel, on peut dire que certaines branches ou entreprises connaissent des formes de production encore peu évoluées (artisanat, bâtiment, textile, teinture, fonderie, mécanique...) alors que d’autres sont développées suivant des critères d’organisation du travail ou de productivité très avancées. Il est donc difficile, en raison de ces inégalités, de caractériser l’ensemble des rapports de production dans une même commune. Aussi bien, malgré une évolution incontestable vers une division du travail accrue, vers une complexification et une hiérarchisation des rapports sociaux de production, ces derniers demeurent très différents d’une branche ou d’une entreprise à l’autre.

4De plus, dans l’industrie, des procès de recherche, d’innovation, puis de circulation des produits, de gestion, se sont peu à peu disjoints du procès de fabrication pour s’établir comme autant de forces productives autonomes et parfois séparées des lieux de production. Des établissements de recherche, de commercialisation, de gestion apparaissent comme les multiples séquences spécialisées d’un procès de production qui se diversifie et qui se décompose.

5Les années soixante sont aussi marquées par l’extension des rapports capitalistes à l’ensemble de la reproduction des rapports sociaux, en particulier à ce que l’on appelle souvent, la sphère de consommation. Le logement constitue un bon exemple de marchandise autour de laquelle se développent des pratiques sociales autonomes venant s’articuler aux rapports sociaux de production.

6Toutes ces innovations doivent être prises en compte si l’on veut parvenir à appréhender des processus de production des espaces urbanisés selon les différentes formes d’urbanisation.

7On doit avoir à l’esprit cette mutation qui n’est pas spécifique à Villeurbanne pour analyser l’évolution de la production économique, sociale, idéologique, politique dans la commune qui commande celle des formes d’urbanisation. Les paragraphes qui suivent visent à préciser ces transformations.

SECTION 1. L’évolution des activités de production

1. LE MAINTIEN DE L’IMPORTANCE DES ACTIVITÉS INDUSTRIELLES DE 1945 A 1962

8Cette période est encore très largement dominée par la présence de l’industrie, malgré la progression du secteur tertiaire. On se contentera ici d’exposer les grandes orientations d’activités qui malgré la coupure de la guerre, poursuivent des transformations déjà esquissées à l’occasion de la crise économique de 1930.

9Jusqu’en 1955, date de la fin de la période dite de reconstruction et au-delà, jusqu’en 1963, l’activité industrielle s’est surtout développée dans les secteurs nouveaux, construction mécanique, métallurgie, traitement des métaux, machine-outils etc. qui ont pris un essor considérable. Des ateliers modestes se transforment alors en usines très importantes : c’est le cas des Ets Boccard, Lecrenier, Nordon, Pangaud ColIon, Ferrand et Frantz pour la chaudronnerie et la tuyauterie. Les constructions mécaniques suivent une évolution comparable avec l’essor de Secoma, Gallet, Sovel, Dewet, Dimier et surtout l’arrivée de Richard, Richier, SIGMA. Les mécaniciens prennent aussi de l’ampleur après s’être reconvertis, des machines de textile ou de teinturiers à la machine-outil. Landis et Gendron, Amtec, Chomiènne, SAP, ECECT, Solyvent, Baële et Gangloff, Martin, Brondel, Guillotte, Laporte, Testut, Le Roulement, Ogier-Boudoul, Remington etc. illustrent cette croissance qui s’accompagne déjà de concentrations.

10De même la construction électrique accroît ses effectifs, ainsi que les branches des industries alimentaires, des BTP.

11Très curieusement jusqu’en 1963, les branches des textiles et annexes maintiennent leurs activités (Cf. Tableau III. 1). La plupart des grandes usines sont encore là à l’exception de Vuillod-Ancel, Nombret-Gaillard pour les teinturiers ; en outre les artisans et les petits ateliers ne disparaissent que lentement. Les tullistes sont les plus touchés mais ils se regroupent autour des Charpennes où ils ont fondé une société coopérative des artisans tullistes pour mieux se défendre.

12Les tisseurs à domicile connaissent un certain déclin, compensé par l’arrivée d’artisans lyonnais. En revanche les teinturiers et apprêteurs sont aussi nombreux qu’en 1936 : mais sur 39, 20 comptent moins de 20 salariés. De plus, la bonneterie et la confection sont en progrès. Tout cela permet d’affirmer que la période de l’après-guerre correspond à une phase économique de développement ou de maintien de l’activité industrielle suivant les secteurs. Cela se traduit par une augmentation du nombre et de la taille des entreprises et par un progrès de l’emploi très sensible. Ainsi le textile, mais aussi les industries mécaniques, métallurgiques, la construction électrique, l’usine Guicher et Coste, Bally, Gillet, ont encore alors des effectifs ouvriers considérables, que l’on ne retrouvera pas dans les années soixante dix. Incontestablement le travail salarié prime encore sur les investissements en machines, surtout dans certaines branches : mécanique, textile, teinture, confection, chaussure, BTP.

13Cependant, certaines transformations sont déjà apparentes : en plus de l’augmentation du nombre et de la taille des entreprises on remarque, que s’implantent dans la commune des filiales d’entreprises ayant leur siège ou l’essentiel de leurs activités soit à Lyon soit hors de l’agglomération. Ce mouvement commencé dès la fin du XIXe siècle, s’amplifie avec l’arrivée de Richard, Sigma, Richier, etc. et s’accompagne de la prise de contrôle de nombreux établissements locaux par des affaires importantes, internationales ou non. Ainsi s’amorce la pénétration des capitaux appartenant à des grandes sociétés françaises ou étrangères, en particulier dans la mécanique de précision. Dans ce secteur s’établit progressivement une domination extra-locale, par le biais du développement de la sous-traitance, ou par le contrôle des capitaux (voir le cas de Remington, Sigma, Sovel, Richard, Richier, etc. pour s’en tenir aux plus importantes et à la période 1945-1963).

Tableau III-l. Répartition des entreprises des branches des textiles et annexes suivant le nombre de salariés en 1963

Tableau III-l. Répartition des entreprises des branches des textiles et annexes suivant le nombre de salariés en 1963

Source : Répertoire des productions du département du Rhône - 1964 - Chambre d’industrie et de Commerce de Lyon.

14Ce mouvement se développe aussi par fusions et concentrations au bénéfice des sociétés les plus importantes, et souvent étrangères à l’agglomération lyonnaise.

15Cette évolution s’accompagne de transformations concernant le procès de production :

  • le développement de la mécanisation et de l’automatisme qui commence à suppléer le travail salarié et qui vise à augmenter la rentabilité des différentes branches.
  • le développement de la division du travail qui se fait selon deux modalités :
    • la première par la parcellisation des tâches de fabrication (travail à la chaîne entre autres), la multiplication des tâches répétitives pour lesquelles les travailleurs perdent la maîtrise du travail et du même coup sont déqualifiés.
    • la seconde au contraire, née de l’apparition de nouvelles tâches très qualifiées mais peu nombreuses et spécialisées, concernent la recherche, l’innovation, l’organisation du travail, l’encadrement, la gestion etc.
  • 1 Michel Freyssenet : Le processus de déqualification, surqualification de la force de travail CSU, (...)

16Entre 1945 et 1963 cette complexification s’amorce, mais ne prendra toute sa signification et son ampleur qu’après 1963, encore que l’évolution soit inégale suivant les branches. Mais elle suscite déjà une nouvelle hiérarchie des rapports sociaux dans l’entreprise, fondée sur le développement du processus « surqualification et déqualification » du travail selon l’expression de Michel Freyssenet1, avec l’apparition de nouvelles classifications (OS, OQ, OP..., agents de maîtrise, techniciens, agents de méthodes, chercheurs, ingénieurs, administratifs, informaticiens, commerciaux...).

2. LES TRANSFORMATIONS RÉCENTES DU SECTEUR INDUSTRIEL (1963-1977)

  • 2 Pour une étude plus complète voir Marc Bonneville : Désindustrialisation et rénovation immobilière (...)

17Depuis 1963 la part de l’industrie, en ce qui concerne l’emploi, s’est stabilisée pour l’ensemble de l’agglomération lyonnaise et cela jusqu’en 1968 approximativement. Depuis elle a décliné, surtout en valeur relative, alors que le tertiaire continuait à croître. Ces tendances générales recouvrent en fait des mutations plus complexes, dont le transfert des usines à partir des zones centrales vers la périphérie n’est qu’un des aspects. A Villeurbanne, la prééminence de l’industrie s’est largement maintenue jusqu’en 1968 : elle fournissait 66 % des emplois dans la commune, alors que les secteurs relevant du tertiaire (transports, commerce, assurances, banques, services administratifs, etc.) ne comptaient encore que pour 33,2 %. Depuis l’emploi industriel a sans doute régressé, mais on ne dispose pas de résultats très récents. On se bornera ici à la présentation des faits susceptibles d’éclairer la production des espaces et des formes d’urbanisation nouveaux, sans procéder à une étude de l’industrie en soi2.

A. LES CARACTÈRES GÉNÉRAUX

18L’importance des différentes branches industrielles présentes dans la commune peut être saisie à travers le résumé fourni par l’INSEE en 1968 (Cf. Tableau III.2 ci-dessous).

Tableau III-2. Répartition des actifs employés dans la commune, en ce qui concerne les branches industrielles à Villeurbanne en 1968

Principales branches industrielles

Effectifs employés

 %

Bâtiment et TP

6 320

17,3

Production et 1re transformation des métaux

292

0,8

Industries mécaniques, articles métalliques

10 900

29,9

Constructions électriques, réparations

5 260

14,4

Verre, céramique, matériaux de construction

192

0,5

Industries chimiques

1 248

3,4

Industries alimentaires et assimilées

1 284

3,5

Industries textiles et annexes, confection

5 142

14,1

Industries du cuir et peaux

1 300

3,5

Industries du bois et de l’ameublement

632

1,7

Papier, carton, édition, imprimerie

1 536

4,2

Autres industries

2 398

6,6

Total

36 504

100,0

Source : INSEE.

19A partir de ces données, on constate que les industries mécaniques, électriques, textiles demeurent les plus importantes, ainsi que le BTP dont les effectifs sont allés en s’accroissant. Derrière cette apparente stabilité du secteur industriel, sans doute profondément altérée entre 1968-1975, quelles sont les transformations en cours ?

20On peut d’entrée affirmer que subsistent encore des types de production différents par le niveau d’organisation, de productivité, d’intégration et celui des rapports sociaux de production. Ainsi de petits ateliers relevant encore parfois de modes pré-capitalistes coexistent avec les usines des multinationales ; intégrés et dominés par les formes les plus avancées, ils conservent un rôle important et contribuent au fonctionnement du mode de production.

21Disposant de peu de capitaux, souvent d’origine familiale, ces entreprises n’ont que des effectifs salariés réduits, mais très qualifiés. La division technique du travail y est peu poussée, le patron souvent sorti du rang y est à la fois directeur technique, financier, parfois contremaître. Elles ne peuvent survivre qu’en travaillant pour des productions très spécialisées, ou en tant que sous-traitantes pour des marchés très étroits. On peut ranger dans cette catégorie les multiples entreprises de mécanique, chaudronnerie, outillage, les fondeurs, polisseurs sur métaux travaillant suivant des procès peu mécanisés, sur de petites séries et que l’on retrouve nombreux aux Charpennes — Tonkin.

22On citera aussi des imprimeurs, ébénistes et surtout les métiers relevant du textile : tullistes et tisseurs à domicile ou en petits ateliers, teinturiers, apprêteurs et les multiples ateliers de confection disposant de quelques dizaines d’ouvriers, parmi lesquels beaucoup de femmes sans qualification. Les entreprises artisanales à faible productivité sont cependant en voie de disparition dans certaines branches : les tullistes à domicile ou en atelier au nombre de 61 en 1936 n’étaient plus que 6 en 1975.

23En revanche, la majorité des entreprises grandes ou moyennes fonctionnent suivant des procès de fabrication et des critères de rentabilité apparus dès 1918, mais généralisés après 1945. Les conditions exposées pour la période 1945-62 demeurent valables.

  • 3 Voir Michel Freyssenet, déjà cité.

24Signalons simplement que les fabrications de plus en plus spécialisées font appel aux machines davantage qu’aux travailleurs, ce qui entraîne un « allègement » des effectifs. Les tâches de fabrication sont de plus en plus automatisées et confiées à une main d’œuvre « déqualifiée »3. Au contraire les procès d’innovation, gestion, marketing ou de conception des machines progressent en effectifs et qualification de telle sorte que la division du travail ne s’applique plus seulement à la fabrication mais aussi au procès de circulation du capital tout entier.

25Cette division ne justifie plus l’existence de très gros établissements regroupant toutes les opérations dans un même lieu. Aussi les sociétés laissent-elles décroître leurs effectifs et éclater les différents services en autant d’unités autonomes dépendant seulement d’une même direction : unités de production, de gestion, de recherche, de direction...

26Les localisations ne sont pas le fait du hasard et cherchent à maximiser les profits (les unités de fabrication, les opérations de sous-traitance sont localisées dans les zones de bas-salaires) de telle sorte que l’espace est ainsi organisé :

27— entre centres dominants donneurs d’ordre et régions dominées, de bas salaires, confinées dans les opérations de fabrication,

  • 4 Bernard Poche : Mode de production et structures urbaines, in Espaces et Sociétés, pp. 22-23, nove (...)

28— en régions dominées qui ne détiennent qu’un segment du rapport de production : ainsi Villeurbanne, comme bien d’autres villes ou quartiers, tend-il à présenter l’image d’une « juxtaposition de segments de procès incomplets »4.

29C’est au niveau des grandes sociétés « monopolistes » que la division technique du travail s’appuie sur une division spatiale du travail jusqu’à l’échelle internationale.

30Ces faits sont à considérer pour mesurer l’évolution de la formation sociale en place et comprendre la stratégie des entreprises, en particulier le phénomène de la désindustrialisation, dans le contexte de Villeurbanne.

B. LE DÉPART DES ENTREPRISES VERS LES ZONES INDUSTRIELLES PÉRIPHÉRIQUES (cf. carte hors texte)

31La création des ZI à la périphérie lyonnaise a suscité ou encouragé un nombre important de départs à partir du centre-ville. Le nombre d’usines de plus de 50 salariés transférées ou s’étant agrandies dans les ZI s’élevait à 39 pour 1963-1974. La plupart se sont installées à Meyzieu ou à Vaulx-Décines, sur un axe qui correspond en fait à un couloir de main-d’œuvre. Dans la plupart des cas, le motif invoqué par les industriels est l’exiguïté de l’installation à Villeurbanne et les transferts ont souvent comme origine ou comme conséquence, une réorganisation du procès de production.

32Dans certains cas, les sociétés ont deux établissements, celui de Villeurbanne étant destiné à disparaître à terme au profit de celui de la ZI. En outre le désir de réaliser les patrimoines immobiliers du centre-ville n’est sans doute pas étranger à la décision de transfert ou du moins y aide-t-il. On remarquera que les grandes sociétés ont été les plus nombreuses à redéployer leurs activités en ZI ou à tirer profit de leurs terrains au centre-ville. C’est le cas pour CGE-Delle, Richier, SECOMA, Gervais-Schindler, SOPAD, la Société Chimique de Gerland, SODIP, le Fil Dynamo, Lecrenier, que l’on retrouve à Meyzieu, ou de Cincinnati (à Arnas), de Remington (à Caluire).

33Les petites et moyennes entreprises hésitent davantage à se séparer du contexte urbain et de leur main-d’oeuvre ; pour elle, le transfert est souvent une démarche obligée et rarement une stratégie ou un désir de réorganisation, même si certaines ont fait de bonnes opérations immobilières. On les retrouve dans la ZI de Meyzieu, mais parfois plus près à Décines ou Vaulx (Cf. Les Ateliers Rhodaniens, Murat, Murgue et Seigle, Desautel, Vernay, LBA, Danel, Testut). Certaines même ne franchissent pas les marges de la commune (Cf. M. Martin, Brunner en cours de transfert).

C. LA FERMETURE DE NOMBREUSES USINES

  • 5 Ceux qui restent (Billon, Prylli) ont beaucoup réduit leurs effectifs sur place. L’essentiel des f (...)
  • 6 L’usine Coudurier-Fructus de Villeurbanne doit fermer ses portes en 1978.

34La période étudiée a vu disparaître pour cause de fermeture bon nombre d’usines. Par ailleurs dans certaines branches, les effectifs et souvent les activités se sont considérablement réduits. 20 établissements ont ainsi disparu auxquels il faudrait ajouter 5 autres entre 1974 et 1976, parmi ceux ayant plus de 50 salariés. La branche des textiles et annexes en déclin depuis 1930, a subi les plus grosses pertes. La teinture et les apprêts ont vu disparaître l’usine Gillet de la rue Flachet (400 salariés), Seux et Charrel (400 salariés), Pervilhac, Durand et Petit, TAF, Gamma (240 salariés) pour ne citer que les principales affaires. Les fabricants de tulles ont peu à peu réduit leurs effectifs de plusieurs centaines de salariés avant de fermer : avec l’usine Dognin (1970) et celles de Semanaz (1971), Guiguet, Roussillon, cette branche a perdu ses plus importants représentants5. De même les activités de tissage ont été très sérieusement amputées après la fermeture de BertrandClayette (effectifs réduits de 600 à moins de 100 salariés), puis fermeture de Wyler (400 salariés), la Nouvelle Société Lainière (250 emplois), J.B. Martin (360 emplois en 1971), alors que Genin et CoudurierFructus6 transféraient leurs fabrications dans l’Isère. A ce tableau il faut ajouter les cessations d’activités ayant eu lieu dans la confection : Mille, La Manufacture Lyonnaise de Bonneterie, le Gant Torpedo, Cauchy et tout récemment Gilmo (150 salariés) ; par ailleurs, les effectifs de Guicher et Coste sont passés de 1961 à 1977, de 1 065 à moins de 500 salariés.

35Dans les autres secteurs industriels les fermetures ont été moins nombreuses, mais leur nombre a récemment augmenté principalement dans la mécanique : Sigma (475 salariés), Bouillet Bourdelle, Le Roulement, La Rochette Cenpa et dernièrement Amtec (350 salariés) ont fait les frais des politiques de restructuration de groupes industriels importants.

D. LE RÔLE DES GRANDES ENTREPRISES

36Un des faits majeurs des années soixante réside aussi dans l’accroissement de la main-mise des groupes français ou internationaux sur les industries locales. Ce contrôle inégal suivant les branches, est ancien puisque dès 1918 certaines usines étaient aux mains de groupes importants. C’était le cas des usines Villard reprise par la S.A. Filature de Schappe, de CTA à Vaulx à la limite de Villeurbanne, de Seux et Charrel contrôlé par des capitaux suisses, de Gillet et de la construction électrique (Delle, CGE, CEM). De 1960 à 1975, le contrôle des entreprises locales par des groupes nationaux mais aussi étrangers (sur tout américains) s’est accentué. Il reste important dans la construction électrique structurée autour de trois groupes à majorité française Delle-CGE, ou associant capitaux français et suisses (CEM — Ebenoïd, Fibre et Mica d’une part et Gervais-Schindler ayant repris Roux-Combaluzier d’autre part. Dans la chimie, la Manufacture Lyonnaise de Caoutchouc est contrôlée par la Société Chimique de Gerland (dominée par les pétroles B.P. qui viennent de prendre le contrôle de la Société Paul Lacollonge à Villeurbanne).

37Dans le secteur du textile, si l’on s’en tient à la seule commune de Villeurbanne, le bilan de la participation des capitaux étrangers est plutôt négatif : celle-ci s’est traduite généralement par un transfert des fabrications hors de la commune. Ainsi l’arrivée de Burlington Industries dans la SAF de Schappe a entraîné la fermeture de l’usine des Charpennes, puis celle de Pierre-Bénite plus tard.

38De même, la prise de contrôle des Etablissements P. Genin et Cie par le no 2 américain du textile J.P. Stevens et Cie, n’a laissé à Villeurbanne que le siège de la société, les fabrications (560 emplois) étant concentrées aux Avenières en Isère.

39Dans le secteur de la production et du traitement des fils, les groupes Gillet et Rhône Poulenc détenaient d’importantes positions : outre l’usine de la rue Flachet, ils contrôlaient l’usine Gamma (encollage des fils, plus de 250 salariés), l’usine CTA de Vaulx, participaient au capital de Guicher et Coste, et à celui de la SODIP (production de matières plastiques) etc.

40Cependant les années soixante ont surtout vu l’arrivée de capitaux extra locaux dans des secteurs jusqu’ici peu touchés et peu concentrés, tels que celui de la mécanique.

41— Renault a pris le contrôle de Continental-Richard et de la SOVEL, Mannesman celui de SIGMA (fermé depuis), Ford celui de Richier. Pont-à-Mousson a repris Pangaud et Collon (robinetterie) et Creusot-Loire est présent chez M. Martin. Dans le bâtiment et les TP Pegaz et Pugeat est tombé dans la mouvance de Fougerolle et de Paribas, alors que s’installaient les Grands Travaux de Marseille.

42En ce qui concerne l’industrie alimentaire, SOPAD (Nestlé) et Martens représentent les plus grosses installations.

  • 7 Voir Ch. Mercier et R. Sandretto : Internationalisation et redéploiement de l’économie française, (...)

43Mais alors que jusqu’en 1960 les concentrations et prises de participations concernaient essentiellement les grandes entreprises, la période la plus récente a vu l’investissement de certaines branches à rentabilité potentielle élevée (mais peu compétitive au niveau de la production ou de l’appareil de commercialisation7.) C’est le cas de l’industrie de la machine-outil fortement représentée à Villeurbanne par des entreprises familiales ayant atteint entre 1950-1960 une dimension moyenne.

44Dans ce secteur, les principaux établissements sont passés sous contrôle américain. Le groupe Litton a en main Amtec (tours multibro ches, 350 salariés) et Landis et Gendron (rectifieuses, 500 salariés) alors que Cincinnati-Milacron reprenait Chomienne avant de transférer ses fabrications à Villefranche. Sigma dominé par des capitaux allemands a regroupé ses installations à Vénissieux. Ainsi l’essentiel de la production de machines outils et même de la mécanique de précision est contrôlé de près ou de loin par des capitaux étrangers. Cette domination, même lorsqu’elle est le fait de groupes français mais extra-locaux, n’est pas sans effet sur les transferts, les disparitions d’établissements dans la commune, ainsi que sur l’emploi et la structure professionnelle.

45Les grandes sociétés paraissent avoir profité davantage que les autres des possibilités de départ ou d’extension hors de la commune. C’est le cas pour Delle-CGE, Gervais Schinder, SOPAD, SODIP, Chimique de Gerland à Meyzieu ou pour Gillet (à Villefranche), Amtec (à Chassieu), Remington (à Caluire), Genin-Stevens, etc.).

46Par ailleurs, elles procèdent à de fréquentes « restructurations » qui sont autant d’occasions de revoir la distribution de leurs investissements. A ce jeu, Villeurbanne a vu disparaître Gillet (500 emplois), Gamma (250), SIGMA (475) etc. sans parler de CTA (600) aux limites de la commune. En outre, la domination des groupes étrangers explique qu’en raison de la conjoncture économique les usines locales soient les premières touchées (Landis et Gendron) ou tout simplement sabordées comme dans le cas d’Amtec-France (350 licenciements) et Cincinnati à Arnas.

47D’autre part, la diminution des effectifs ouvriers peut atteindre des proportions considérables dans de nombreuses branches, malgré le maintien des établissements. Cela ne concerne pas seulement celles qui sont en difficulté, mais aussi la mécanique, la métallurgie, le bâtiment etc. (Ainsi la société SMV ex-Richard filiale de Renault a vu passer ses effectifs de 1 060 à 560 salariés entre 1969 et 1977).

E. LA STRATÉGIE DE LA DÉSINDUSTRIALISATION

48A travers l’énumération des exemples cités plus haut, c’est le problème du rôle de l’industrie dans la production économique qui est posé et parallèlement celui de sa place dans la ville.

49La situation de l’industrie doit être replacée dans le contexte national et dans l’évolution des différents secteurs économiques.

  • 8 Voir Economie et Humanisme no 231, sept.-oct. 1976, et en particulier : H. Jacot : rentabilité du (...)

50Sans vouloir développer ici ce point, on se bornera à constater avec divers économistes8 que dès 1965, l’industrie française a enregistré une baisse de la productivité du capital dans certaines branches (BTP, biens de consommation) qui s’est étendue en 1969 aux autres secteurs. Aussi bien la désindustrialisation relève-t-elle de processus divers qui tous concourent à remettre en cause la place de l’industrie dans la ville, surtout lorsque celle-ci est installée depuis longtemps :

  • La progression de la rente foncière qui incite les industriels à réaliser leurs patrimoines immobiliers.
  • La baisse de la productivité dans certaines branches. Plus précoce dans les industries de main-d’œuvre, elle touche particulièrement les branches des textiles et annexes, du cuir, des BTP, de l’imprimerie. Dans ces branches les fermetures ont été nombreuses ou n’ont été évitées que par des transformations radicales : réorganisation de la production souvent à l’occasion d’un transfert en ZI ou en milieu rural, synonyme de réduction de main-d’œuvre ; recherches des zones de bas salaires ; augmentation du capital fixe au détriment du travail salarié.
  • La tendance croissante des capitaux libérés ou nouveaux à s’investir dans d’autres secteurs économiques (tertiaire, immobilier) et de plus en plus à se redéployer à l’échelle mondiale, inaugurant une division internationale du travail ; les centres industriels anciens concurrencés d’abord par les zones rurales françaises, le sont à présent par les usines installées dans les pays du Tiers-Monde (Extrême-Orient en particulier), qui offrent une rentabilité supérieure pour les capitaux.

51L’analyse à laquelle on vient de procéder vise à présenter les éléments nécessaires pour comprendre la stratégie des industries. A l’évidence, celles-ci ne dominent plus à présent l’ensemble du mode de production et en particulier la production urbaine locale. D’où un retrait progressif à la fois des instances de production et des processus d’urbanisation et aussi des places qu’elles occupaient dans l’espace urbain.

3. EXTENSION ET FORMES NOUVELLES DES RAPPORTS DE PRODUCTION

52Le retrait de l’industrie et son effacement sont compensés en partie par le développement des activités tertiaires dont on a déjà montré qu’elles procédaient d’une diversification du procès de production. De fait, il ne s’agit pas ici d’analyser le phénomène tertiaire mais de préciser l’impact de son développement à Villeurbanne, au sein de l’agglomération lyonnaise.

  • 9 Points d’appui no 8, 1976. La démographie et l’emploi pendant les VI et VIIe plans dans Rhône-Alpe (...)

53Le secteur tertiaire est à présent le seul à accroître ses effectifs d’une façon constante et il constitue le secteur ayant le plus grand nombre de salariés. Une statistique de l’INSEE9 illustre sa place dans l’emploi pour la région Rhône-Alpes.

54Pour la seule agglomération lyonnaise les chiffres de 1968 étaient les suivants :

— secteur primaire

 : 5 500

actifs

— secteur secondaire

 : 236 000

actifs

— secteur tertiaire

 : 236 000

actifs

Ensemble des actifs

 : 477 500

* Effectifs en milliers.

  • 10 Voir l’étude de Michel Auvolat et Joël Bonamy : « Les administrations publiques et parapubliques d (...)

55Depuis, la croissance de l’emploi a essentiellement profité au secteur tertiaire dont les effectifs étaient estimés à 300 000 actifs en 197510.

56Sans vouloir entrer dans le délicat problème des nomenclatures du tertiaire, on peut discerner plusieurs catégories d’emplois relevant de ce secteur :

  • 11 Source INSEE, données élaborées par J. Bonnet, in Lyon et son agglomération. Notes et Etudes Docum (...)

57— Dans l’industrie, les emplois dits « de service » ont progressé, au point d’atteindre 35,7 % des effectifs des établissements lyonnais de plus de 10 salariés en 197211.

58Concernant le secteur productif « stricto sensu », le personnel d’encadrement (ingénieurs, cadres, techniciens, agents divers) représentait 18 % d’un total de 191 280 salariés des mêmes catégories d’entreprises.

59— De nombreux exemples pourraient illustrer cette évolution, à Villeurbanne même. Ainsi Delle Alsthom a très tôt développé des activités de recherche en sus de ses fabrications. Dès 1928, cette société construisait un hall d’essai qu’elle augmentait de divers laboratoires, coiffés par un centre d’études (CERDA) employant 31 ingénieurs et 40 techniciens, des cadres, des dessinateurs, etc.

Tableau III-4. Personnel de l’établissement Delle-Alsthom à Villeurbanne, structure de l’emploi (d’après J. Bonnet, déjà cité)

Services

Salariés

Cadres et Ingénieurs

Fabrication

2 300

26

Contrôle

220

11

Montage extérieur

150

7

Achats

105

7

Gestion administrative

240

35

Commercial

250

65

Technique

450

60

Total

3 715

211

Source : Delle-Alsthom - 1974.

60Le cas de Delle ne représente pas fidèlement la situation de l’ensemble des entreprises villeurbannaises, pour lesquelles l’encadrement ou les services ont sans doute une importance moindre, surtout pour les plus petites. Mais toutes ont développé ces nouvelles fonctions relevant du tertiaire, souvent encore dans le cadre d’un même établissement. D’autres ont recours à des prestations de service, ou possèdent des unités autonomes spécialisées dans les services. Ainsi BSN a regroupé à Villeurbanne ses directions régionales (administratives, financières, techniques, de gestion) soit 382 personnes dans un immeuble de bureaux au Tonkin12.

61Les activités de services non liées à l’industrie ont connu une progression considérable :

  • les transports comptaient pour 3,5 % de l’emploi dans l’agglomération lyonnaise en 1972, les commerces pour 19,3 %, les différents services pour 15,1 % ;
  • au total près de 40 % des actifs travaillaient pour le tertiaire non industriel.
  • Le rôle des administrations publiques ou para-publiques dans le secteur tertiaire est considérable puisqu’elles assurent 87 000 emplois sur un total de 300 000 emplois tertiaires en 197512.

62L’impact de ces transformations sur les formes d’urbanisation doit être vu à deux niveaux :

  • Tout d’abord il va de soi que les mutations enregistrées dans la structure de l’emploi à Villeurbanne et dans l’agglomération toute entière ont modifié très sensiblement la société villeurbannaise : en 1968 les ouvriers représentaient moins de 50 % des actifs résidant dans la commune (48,9 %).
  • En 1975, cette proportion était ramenée à 41,4 % (recensement INSEE).

63Les emplois tertiaires des résidents de la commune relèvent surtout des catégories d’employés, personnel de service, cadres moyens, commerçants, artisans... Il ne s’agit pas le plus souvent d’emplois qualifiés ou très bien rémunérés. L’analyse des emplois du secteur public le démontre clairement pour l’ensemble du département du Rhône. L’enseignement, les PTT, les personnels communaux, les employés des hôpitaux forment l’essentiel de ce tertiaire.

  • 13 En 1977 l’Université scientifique Lyon I représentait à elle seule 2 000 enseignants et chercheurs (...)

64Ces changements sont perceptibles lorsqu’on analyse les lieux de travail des « employés » qui résident à Villeurbanne. La grande majorité (surtout chez les femmes) travaille dans les services publics, situés dans les 3e et 6e arrondissements lyonnais : EDF, Sécurité Sociale, INSEE, Services de la Communauté Urbaine, ou PTT (2e arrondissement). Cependant des créations d’emploi ont eu lieu à Villeurbanne même et c’est là un processus récent. Aux services communaux se sont ajoutés ceux de la Courly, la Compagnie Générale des Eaux, auxquels il faut adjoindre l’important dépôt d’autobus OTL qui a pris de l’ampleur (600 salariés). Mais la nouveauté réside dans les implantations de tertiaire dit « supérieur » modifiant à la fois la place de Villeurbanne dans la stratégie de l’emploi et y amenant de nombreux « cadres ». Le tertiaire public a certainement joué un rôle moteur par l’implantation de l’Université des Sciences (7 000 étudiants), de l’INSA (2 800 étudiants), de l’IUT (1 115 étudiants), de l’École de Chimie, puis en 1975 de l’École des Bibliothécaires, de TIRA, le développement des laboratoires et des services du CNRS. Ce pôle universitaire a fixé à La Doua et au Tonkin plusieurs milliers d’emplois et beaucoup de professeurs logent à proximité. Mais en outre il a induit de nombreux emplois de service (personnel technique, d’entretien), auxquels se sont ajoutés ceux résultant de l’implantation des cités ou des restaurants universitaires. Ces emplois ont profité à la population locale (entretien surtout) ou ont amené de nombreux actifs qualifiés (enseignement, recherche)13. En cela, Villeurbanne tend à se rapprocher des arrondissements lyonnais, par l’importance du tertiaire et depuis peu par sa qualité. Ainsi en 1975 Villeurbanne possédait une part importante de l’emploi tertiaire public (17 %), bien que la commune ne représentât que 10 % de la population de l’ensemble de l’agglomération.

Tableau III-5. Structure du tertiaire public dans l’agglomération lyonnaise (1975)

Personnel de l’Etat

Effectifs 1975

Personnel des collectivités locales

Effectifs 1975

Total des agents

57 638

Total des agents

36 534

dont :

dont :

Enseignement

26 488

Personnel communal

15 121

dont :

Intérieur (police)

3 638

— Courly

5 625

Armée

3 459

— Commune de l’aggl. lyonnaise

8 229

Finances

3 861

Affaires sociales

930

HCL

13 600

Agriculture

831

Autres sanitaires et sociaux...

2 661

Justice

776

Equipement

2 422

Sécurité Sociale et régime général

4 356

ORTF

453

Personnel départemental

796

Etc.

(Extrait de Auvolat et Bonamy, déjà cité).

Tableau III-6. Localisation du Tertiaire public

Lyon

Villeurbanne

Reste de l’agglomération

Total

% emploi

61

17

21

100

% population 1975

39

10

51

100

(Selon M. Auvolat et R. Bonamy, déjà cité).

65Un second pôle s’est esquissé dans le nouveau complexe de La Perralière, surtout affecté au tertiaire privé, compte tenu en particulier du transfert récent de l’Observatoire Régional de l’INSEE à la Part-Dieu. La diversification de l’emploi peut être saisie à travers les données élaborées par l’INSEE, concernant les emplois au lieu de travail, selon les catégories d’activité économique. Malgré les insuffisances propres à la nomenclature utilisée et à défaut des chiffres plus récents non encore disponibles, les résultats de 1968 pour l’agglomération et la ville de Lyon d’une part et la ville de Villeurbanne d’autre part, démontraient nettement que cette dernière commune avait conservé sa vocation ouvrière première et que les activités relevant des catégories non industrielles n’y représentaient encore que 33,2 % de l’emploi local contre 58 % dans la commune de Lyon. Quelle qu’ait pu être l’évolution récente, cette différence bien qu’atténuée subsiste, même si Villeurbanne paraît être mieux dotée que les autres communes de banlieue.

Tableau III-7. Population active ayant un emploi par catégorie d’activité économique, au lieu de travail, en 1968

Catégories d'activité économique

Agglomération de Lyon

Commune de Lyon

Commune de Villeurbanne

Agriculture, forêts

1.2

0,2

0,3

Industries extractives

0,1

0,1

0,0

Bâtiment et TP

9,8

8,7

11.5

Autres industries de transformations

39,5

32,9

54,9

Transports et auxiliaires des Τ

4,8

5,3

2.4

Commerce, assurances, banques

18,5

21,7

13,6

Services

13,9

16,4

7,4

Services publics administratifs, armée

12,2

14,6

9,8

100,0

100,0

100,0

n = 478 752

n = 287 940

n = 54 932

Source INSEE (1).

66De l’analyse qui précède, on aurait tort de conclure que les rapports de production n’aient été modifiés que par une substitution pure et simple du tertiaire au secteur industriel, même si c’est l’impression que l’on retire si l’on considère l’espace communal. Il s’agit en fait d’une nouvelle organisation de la production et de sa diversification, le tertiaire n’étant souvent qu’une séquence ou une forme particulière du procès de production. Davantage que de substitution, il s’agit d’une extension des rapports de production aux secteurs jusqu’ici peu touchés par l’investissement des capitaux financiers ou la logique marchande : secteurs des biens de consommation et en particulier production du logement, activités concernant l’ensemble de la reproduction sociale qui tendent à s’autonomiser jusqu’à donner naissance à une logique consommatoire spécifique. Il en va de même pour le secteur de l’échange des marchandises ou pour celui de la gestion privée et même publique où se développent des pratiques autonomisées, bien que dominées en dernière instance par les rapports de production en vigueur.

67Ces transformations ont une incidence directe sur la production de la structure et de l’espace urbain : la redéfinition des rapports entre les différentes activités au sein du mode de production a pour effet la révision des places occupées par ces dernières dans la ville. L’étude de l’élément production du système urbain est certes rendue difficile puisque son articulation à la reproduction sociale est de plus en plus occultée, segmentée ou démultipliée et par suite délocalisée. Elle n’en demeure pas moins essentielle si l’on cherche à vérifier l’hypothèse du « caractère inséparable des rapports de production et des objets qu’ils ont produits ».

SECTION 2. Une formation sociale plus diversifiée et élargie

1. LA FORMATION SOCIALE ET SES RAPPORTS AVEC L’EMPLOI LOCAL

68On a montré dans ce qui précède comment la diversification de l’emploi avait progressé, bien que l’industrie ait conservé jusqu’en 1968 la majorité des emplois recensés dans la commune. Les données publiées par l’INSEE pour 1968, mettaient en évidence cette prépondérance de l’industrie pour l’emploi masculin (62,2 % des emplois localisés à Villeurbanne) et dans une moindre mesure pour les femmes 40,0 %. La diversification des emplois masculins procédait d’une augmentation des cadres moyens (12,2 %) et du maintien des artisans-commerçants (8,3 %). Celle des emplois féminins était due essentiellement à la progression de la catégorie « employés » (28,4 %), particulièrement les emplois de bureaux (ce qui transparaît de l’analyse des données selon les CSP).

69— Si l’on compare le volume de l’emploi existant dans la commune et le nombre d’actifs y résidant (Cf. Tableau III.8) on remarquera que l’équilibre était à peu près réalisé en 1968, alors qu’auparavant Villeurbanne avait un solde d’emplois positif important. Le solde reste largement excédentaire pour les emplois industriels, mais négatif pour les secteurs dits tertiaires (services, banques, administration...).

70— Le déficit d’emplois tertiaires dans la commune est particulièrement net pour les femmes dans les branches du commerce, de la banque, des services, essentiellement localisés à Lyon.

71On ne dispose malheureusement pas encore des données équivalentes pour 1975, tout au moins en ce qui concerne l’emploi localisé à Villeurbanne. On peut penser que depuis 1968, cet équilibre a très certainement été modifié en raison de la diminution de l’emploi industriel local. Les transferts vers Vaulx, Décines, Meyzieu, les disparitions, concernent les ouvriers autant que les entreprises, alors qu’au total les effectifs de l’industrie ont diminué dans l’ensemble de l’agglomération.

72— Ce que l’on constate c’est que les emplois locaux sont de moins en moins occupés par les résidents de la commune, de telle sorte que la nature de la formation sociale Villeurbannaise ne relève plus des données locales de la production. La disparition de cette articulation locale entre production et reproduction sociale est due à l’émergence de deux logiques distinctes, voire contradictoires :

  • celle de l’emploi en voie de relocalisation
  • celle de la résidence qui se distribue aujourd’hui suivant sa logique propre ou plus exactement sans référence aux lieux de travail.

Tableau III-8. Population active par sexe et catégorie socio-professionnelle en 1968 à Villeurbanne

Tableau III-8. Population active par sexe et catégorie socio-professionnelle en 1968 à Villeurbanne

Source : INSEE 1971 - Fascicule départemental.
a) classée au lieu de travail.
b) classée au lieu de résidence.

2. UNE FORMATION SOCIALE RENOUVELÉE

73Les grandes tendances signalées plus haut se sont conjuguées pour modifier le contenu de la formation sociale locale. Autant que les modifications structurelles internes à chaque branche d’activité, il faut y voir la conséquence des transferts des populations ouvrières vers les banlieues de l’Est et celle de l’arrivée des populations plus aisées, en rapport avec la nouvelle production immobilière. Il s’agit bien en fait d’une substitution puisque la population municipale passée de 105 400 hts en 1962 à 120 000 en 1968, a plafonné à 116 535 hts en 1975 (soit — 2,8 %).

74En premier lieu Villeurbanne qui comptait 48,9 % d’ouvriers dans sa population active en 1968 a vu cette proportion ramenée à 41,4 % en 1975. Chez les hommes ce pourcentage a chuté de 58,26 % à 51,8 %, soit — 2 858 actifs. Les artisans commerçants ont vu leurs effectifs baisser de 935 unités (— 21 %). En revanche les progrès marquants concernent les employés (surtout employés de bureaux) + 1 336 actifs (soit + 13,2 %), cette catégorie représentant 21,5 % des actifs, en majorité féminins et surtout les techniciens (+ 510 pour les hommes), les cadres moyens (+ 1 353 pour les femmes, soit + 83 %), les cadres supérieurs (+ 1 565 actifs, soit + 65,8 %), ce qui confirme éloquemment les changements du statut résidentiel de Villeurbanne (Cf. Tableau III.9).

75Pour affiner ces données on peut relever, en tenant compte des modifications de la structure générale des emplois de l’agglomération, que ce sont les ouvriers sans qualification qui enregistrent les plus grosses pertes, celles-ci ne pouvant s’expliquer que par les transferts, ou l’absence de réinstallation de ces catégories.

76Par ailleurs, les employés progressent encore mais moins vite qu’avant 1968, alors qu’en valeur absolue (et relative) les cadres supérieurs et les cadres moyens femmes (souvent associés dans les ménages) représentent le plus gros apport.

77Ces mutations pour être analysées devraient être confrontées avec la structure de l’emploi dans la commune en 1975. A défaut de disposer de ces données, on peut avancer les hypothèses suivantes que confirme une analyse des CSP par quartier INSEE :

  1. Malgré la désindustrialisation, les emplois industriels ont diminué moins fortement que la population ouvrière. Le couple emploi industriel-ouvriers résidents se détériore par rapport à 1968, au détriment de la résidence ouvrière (surtout pour les moins qualifiés).
  2. Pour les artisans-commerçants qui résident souvent à proximité de leur local de travail la baisse est simultanée (Cf. exemple du Tonkin).
  3. Pour les employés, le déficit d’emplois sur place doit être stable, même si l’on a vu augmenter les emplois à Villeurbanne, compte tenu de la progression des employés résidents. De ce fait, Villeurbanne conserve un déficit d’emplois important essentiellement vis-à-vis de Lyon, surtout pour les emplois féminins et une sur-représentation résidentielle de cette CSP.
  4. Cette sur-représentation et ce même déficit déjà perceptibles en 1968 pour les cadres moyens se sont fortement accusés depuis lors, puisque les arrivées ont été bien supérieures aux créations d’emplois sur place.
  5. Pour les cadres supérieurs qui jusqu’en 1968 étaient plus nombreux à travailler à Villeurbanne qu’à y résider, le bilan s’est nettement inversé. Si les emplois ont progressé, les installations résidentielles ont été beaucoup plus importantes pour des actifs ayant leurs emplois hors de la commune.

Tableau III-9. Les catégories socio-professionnelles de la population active à Villeurbanne Situation en 1975 et évolution de 1968 à 1975 (INSEE)

Tableau III-9. Les catégories socio-professionnelles de la population active à Villeurbanne Situation en 1975 et évolution de 1968 à 1975 (INSEE)

78L’analyse du contenu résidentiel des nouveaux quartiers (Tonkin, Perralière, Centre rénové) le démontre clairement.

  • 14 INSEE : Recensement général de la population de 1968 à partir du sondage au 1/4. Les données équiv (...)

79Ces constatations permettent d’avancer que la société villeurbannaise demeure encore fortement marquée par ses origines ouvrières ; mais les mutations en cours montrent que les caractéristiques sociales des résidents coïncident de moins en moins avec les données locales de l’emploi. Elles ressortissent davantage à présent à la logique spécifique de la production immobilière. Cette distorsion a deux origines majeures14 :

  • La diversification du mode de production ayant comme conséquence celle de la formation sociale, beaucoup plus complexe que par le passé. Chacun s’y situe selon les critères et la hiérarchie des revenus, davantage que par la position occupée dans un procès de production ; le rapport entre ces deux éléments est occulté, en partie en relation de la diversification des emplois multipliant les positions technico-hiérarchiques, beaucoup moins tranchées, car plus fines.
  • L’extension de la logique marchande à la production immobilière résidentielle qui tend à présenter l’espace comme un enjeu social nécessaire à la mise en forme des rapports sociaux, introduit une nouvelle logique de l’affectation de l’espace.

80En conséquence, les transformations de la formation sociale locale non seulement ne se font plus « in situ », mais dépendent directement de la production des formes d’urbanisation. Celles-ci sont élaborées en conformité avec la nouvelle organisation des rapports sociaux de production à l’échelle de l’agglomération. Cependant, à ne considérer que la scène communale, on pourrait avoir l’impression d’une substitution pure et simple de la production immobilière à l’emploi, comme déterminant de la production urbaine et de la production sociale. La délocalisation des rapports de production et des rapports sociaux impose plus que jamais de ne pas considérer Villeurbanne comme une entité autonome et de se référer à l’ensemble de l’agglomération.

Notes

1 Michel Freyssenet : Le processus de déqualification, surqualification de la force de travail CSU, Paris 1974.

2 Pour une étude plus complète voir Marc Bonneville : Désindustrialisation et rénovation immobilière dans l’agglomération lyonnaise. Le cas de Villeurbanne, CREGS, Université de Lyon II, 1975.

3 Voir Michel Freyssenet, déjà cité.

4 Bernard Poche : Mode de production et structures urbaines, in Espaces et Sociétés, pp. 22-23, novembre 1975.

5 Ceux qui restent (Billon, Prylli) ont beaucoup réduit leurs effectifs sur place. L’essentiel des fabrications a été transféré dans des ateliers du Bas Dauphiné avec des métiers polyvalents tullemaille.

6 L’usine Coudurier-Fructus de Villeurbanne doit fermer ses portes en 1978.

7 Voir Ch. Mercier et R. Sandretto : Internationalisation et redéploiement de l’économie française, in Economie et Humanisme, — sept.-oct. 1976, no 231. Voir aussi Le Monde, 25 février 1976.

8 Voir Economie et Humanisme no 231, sept.-oct. 1976, et en particulier : H. Jacot : rentabilité du capital et redéploiement industriel ; H. Puel : les caractéristiques de la gestion de la force de travail ; C. Mercier et R. Sandretto déjà cité.

9 Points d’appui no 8, 1976. La démographie et l’emploi pendant les VI et VIIe plans dans Rhône-Alpes.

10 Voir l’étude de Michel Auvolat et Joël Bonamy : « Les administrations publiques et parapubliques dans l’agglomération lyonnaise », Economie et Humanisme, pour le compte de l’OREAM 1975.

11 Source INSEE, données élaborées par J. Bonnet, in Lyon et son agglomération. Notes et Etudes Documentaires, no 4 207 — 4 208 — 4 209, 30 juillet 1975, La Documentation Française.

12 J. Bonnet, déjà cité.

13 En 1977 l’Université scientifique Lyon I représentait à elle seule 2 000 enseignants et chercheurs, ainsi que 1 500 personnels administratifs et techniques.

14 INSEE : Recensement général de la population de 1968 à partir du sondage au 1/4. Les données équivalentes pour le recensement de 1975 n’ont pas été exploitées et publiées par l’INSEE, en ce qui concerne les grandes agglomérations.

Table des illustrations

Titre Tableau III-l. Répartition des entreprises des branches des textiles et annexes suivant le nombre de salariés en 1963
Légende Source : Répertoire des productions du département du Rhône - 1964 - Chambre d’industrie et de Commerce de Lyon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende * Effectifs en milliers.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau III-8. Population active par sexe et catégorie socio-professionnelle en 1968 à Villeurbanne
Légende Source : INSEE 1971 - Fascicule départemental.a) classée au lieu de travail.b) classée au lieu de résidence.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13361/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau III-9. Les catégories socio-professionnelles de la population active à Villeurbanne Situation en 1975 et évolution de 1968 à 1975 (INSEE)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/13361/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search