Version classiqueVersion mobile

Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière : Villeurbanne

 | 
Marc Bonneville

Deuxième partie. De la banlieue ouvrière a l'urbanisme social : une production urbaine volontariste et originale (1918-1939)

Chapitre III. La production urbaine entre les deux guerres

Texte intégral

1L’urbanisation de la commune après 1918 allait être à tous égards décisive et son impact sur l’occupation des sols considérable.

  • 1 L’œuvre de la municipalité L. Goujon est décrite dans l’ouvrage inspiré par ce dernier, « Villeurb (...)

2La période correspondant au mandat du maire L. Goujon, entre 1924 et 1934 est celle d’un véritable boom de la construction, largement soutenu et mis en œuvre par la municipalité. En 1934, la municipalité estimait avoir transformé par son action directe ou indirecte 640 ha de sol municipal soit plus du tiers de la superficie communale. 26,6 ha avaient été acquis par la commune et affectés à des œuvres d’édilité (nouveau centre urbain, groupes scolaires, stades, piscine, squares, lotissements communaux, etc.)1.

3Les lotissements, généralement composés de maisons individuelles, représentent la part la plus considérable de l’occupation des sols : environ 80 hectares si l’on considère les lotissements « organisés ou autorisés », près de 110 hectares si l’on y intègre les constructions spontanées selon une définition assez large.

SECTION 1. La situation foncière

4La production de nouvelles formes d’urbanisation s’accompagne de l’expulsion et de la destruction des anciennes activités, principalement de l’agriculture et des jardins. Les exploitations agricoles voient leur nombre et leur superficie décliner : en 1928, si les communaux du Grand Camp sont encore affermés, les exploitations reculent au Centre et à l’Est de la Commune, à Château Gaillard et aux Buers surtout, mais aussi aux Brosses et à St-Jean. Le 1er décembre 1930, la suppression de la Foire aux bestiaux de Cusset vient confirmer ce déclin.

5Les parcelles vendues pour la construction des écoles et surtout des lotissements n’excèdent généralement pas 2 ha au centre de la commune. Mais certaines sont regroupées pour former des blocs importants : 5,5 ha pour la Cité Familiale par exemple. Sur les marges, les parcelles plus vastes, de prix moins élevés, sont vendues par quelques grands propriétaires ruraux : aux côtés des nombreux lotissements de quelques lots (route de Genas, Croix-Luizet, Cusset) figurent des blocs importants :

  • 1,6 ha pour la propriété Faisant,
  • 4,5 ha pour le lotissement Baffert,
  • 5,3 ha pour le Champ de l’Orme et Le Lançon,
  • 6,2 ha pour le lotissement du Roulet,
  • 3,9 ha à Cyprian,
  • 5,3 ha pour « Jardins et Foyers »,
  • 2,3 ha pour le lotissement de la rue de la Soie.

6Le plus important est le lotissement communal des Brosses, situé au-delà des fortifications. En achetant 10 ha de terres agricoles qui ne seront pas tous utilisés avant 1939, la commune entendait constituer des réserves foncières. Au total, sur la cinquantaine de lotissements que l’on a pu recenser, 8 seulement excédaient 2 hectares.

7Parmi les terrains cédés à des fins de lotissement, il est d’ailleurs difficile d’établir la condition des vendeurs, quel que soit l’usage antérieur du sol.

8— Sur 47 opérations on a pu préciser que 16 résultaient de la vente de terrains par des agriculteurs ou à leur initiative, surtout aux confins de la commune.

9— Les autres ventes étaient dues essentiellement à des propriétaires fonciers résidant à Villeurbanne, Lyon ou ailleurs. Cela concerne aussi bien des parcelles importantes que de très petites, en particulier à Cusset, Route de Genas, aux Poulettes. Certains lotissements se sont faits sur les terrains et à l’initiative des industriels de la commune (Gillet, Dognin) réalisant des logements pour leurs ouvriers ou plus simplement une opération immobilière.

10Au total, les lotissements de l’entre deux guerres recouvrent près de 80 ha. On évalue leur nombre à une cinquantaine, représentant 1 800 lots. Mais cela ne signifie pas pour autant que l’ensemble de ces lots aient été construits immédiatement puisque certains ne le seront qu’après 1945. Par ailleurs, il ne s’agit que des lotissements déclarés et les constructions isolées n’y sont pas recensées. L’estimation de la consommation de sol par les maisons individuelles est donc sensiblement supérieure : 2 200 maisons auraient été construites sur environ 110 hectares.

11Les choses ne sont pas très différentes si l’on considère l’implantation des immeubles collectifs ou celle des industries. Ainsi les usines Delle, CGEE et celles qui jalonnent la ligne de l’Est se construisent sur des terres appartenant en majorité à des agriculteurs.

12En revanche, les usines qui s’installent à l’intérieur du tissu urbain ou les immeubles collectifs se substituent le plus souvent à des terrains agricoles, jardins ou maraîchages appartenant à des citadins. Mais apparaissent des constructions qui se font sur des terrains déjà bâtis, selon un processus que l’on peut déjà qualifier de rénovation. C’est le cas des usines qui se substituent à d’autres usines ou à des maisons particulières. C’est le cas des premières HBM cours E.-Zola, et surtout du nouveau Centre ; les Gratte-Ciel et le Palais du Travail reprennent des terrains industriels, occupés par des usines ou conservés en réserve en vue d’une extension ultérieure :

  • 19 200 m2 sont cédés gratuitement par la Compagnie d’Applications Mécaniques en 1925 contre diverses compensations ou garanties,
  • 22 000 m2 seront achetés à cette même CAM en 1930,
  • 44 000 m2 sont achetés au prix moyen de 21 F/m2 aux Ets Dognin qui projetaient un lotissement à proximité de leur usine.

13A ces 85 200 m2 de terrains appartenant à de grandes entreprises, il faut ajouter 3 200 m2 cédés par des particuliers.

14Ce qui caractérise la période étudiée, c’est semble-t-il la part prise par les propriétaires fonciers, surtout rentiers et agriculteurs dans l’extension de l’urbanisation. Compte tenu des conditions favorables qui sont faites aux candidats à l’accession à la propriété individuelle, ils accélèrent le mouvement qui se dessine, en proposant leurs terrains pour des lotissements.

15Il est certes difficile de faire la part de leur initiative ou de celle des futurs occupants, mais cela n’a pas au fond, de réelle importance. Les lotissements sont généralement désignés par le nom du propriétaire foncier : celui-ci paraît avoir eu l’initiative dans 38 cas sur 47. Cela signifie qu’il a fait lui-même les démarches officielles, loti et recherché des candidats. Une telle activité des propriétaires fonciers est chose nouvelle révélatrice d’une rente foncière, consécutive à la pression démographique et surtout immobilière, condamnant à terme l’usage agricole des terrains. Cette rente foncière n’est pas encore très importante puisqu’elle n’empêche pas une urbanisation peu dense sous forme de lotissements. Mais elle prend des valeurs plus importantes au centre de la commune, comme on peut le voir aux Gratte-Ciel où la densification sera beaucoup plus importante.

SECTION 2. Les producteurs de l’espace urbain

16Parmi les producteurs, l’Etat (au niveau national ou communal) joue le rôle essentiel à partir de 1918. On a déjà mentionné l’accroissement de la prise en charge qui résulte à la fois de l’engagement de l’Etat et de la commune. L’urgence des problèmes du logement dans une ville très ouvrière et la volonté de mener une politique active ont fait de Villeurbanne une commune où l’initiative publique a joué un rôle considérable. Elle se manifeste selon diverses modalités.

1. LE RÔLE DE L’INITIATIVE PUBLIQUE

17Il est présent à travers l’élaboration d’une réglementation en matière de normes de confort, superficie, prix.

18L’intervention de l’Etat sera donc décisive quant au nombre de logements construits, leur qualité architecturale et même leurs occupants.

19L’originalité du cas de Villeurbanne tient davantage à l’ampleur de l’engagement municipal dans la mise en œuvre d’un urbanisme volontariste, illustré dès 1926, avec la publication d’un plan d’urbanisme.

La municipalité et la Société Villeurbannaise d’Urbanisme2

  • 2 Pour l’exposé des raisons ayant conduit à la conception du projet social et politique des Gratte-C (...)

20L’intervention de la commune apparaît clairement dans le projet des Gratte-Ciel de la municipalité L. Goujon. La conception du projet on l’a vu, est à porter au crédit de la mairie de même que l’achat des terrains. Le montage de l’opération tant du point de vue du statut juridique, que des formules imaginées pour le financement sont l’œuvre du maire. La SVU qui est créée, à son initiative, voit ses rapports avec la commune précisés par un contrat daté du 19 septembre 1931 et modifié par 5 avenants de 1931 à 1934. Ce contrat concède à la Société l’opération des Gratte-Ciel aux conditions suivantes :

  • La ville prend en charge l’achat des terrains (3 700 000 F) et les frais de viabilité (2 000 000 F) financés par un prélèvement sur l’emprunt de 50 000 000 F à 4,5 % contracté par la SVU auprès de la banque Morin Pons.
  • La ville garantit les emprunts de la SVU (110 000 000 F au total en 1935).
  • La SVU obtient la concession de l’opération pour 30 ans et la location des terrains à la ville pour un montant de 1 000 F par an (ceux-ci étant restitués à la ville après 60 ans).
  • En retour la SVU s’engageait à construire l’Hôtel de Ville, le Palais du Travail, 9 groupes d’immeubles d’habitation (auxquels s’ajouteront le Stadium et la piscine). Ses ressources devaient provenir des loyers perçus (essentiellement ceux des logements) et permettre le remboursement des emprunts, pendant 30 ans.

21On peut constater que ce contrat n’était que peu différent des conventions actuelles entre les collectivités locales et la SERL (Société d’Équipement de la Région Lyonnaise) à quelques nuances près :

  • La SVU ne bénéficiait pas de crédits de l’Etat et ne se finançait que par l’emprunt.
  • La SVU possédait les missions d’aménageur, de constructeur, promoteur et de gestion de l’ensemble du projet, toutes confondues.
  • De plus, la garantie de la ville si elle était acquise, n’était pas assortie de contraintes de gestion très rigoureuses. D’où les difficultés ultérieures, pour préciser si la garantie portait sur les seuls emprunts ou sur l’ensemble de la gestion.

22Cette imprécision tenait en fait à la genèse de la SVU et à son imbrication intime avec l’appareil communal. Là aussi le Docteur L. Goujon avait innové et anticipé sur le statut des futures sociétés d’Économie Mixte. La SVU disposait d’un capital social de 10 000 actions ainsi réparties :

— Ville de Villeurbanne

3 400 actions

— Comptoir d’Entreprise des Travaux urbains

500 actions

— Entrepreneurs des Bâtiments de Lyon et Villeurbanne engagés dans le projet

6 100 actions

dont :

— Entreprise Mazier et Plazanet (bâtiment)

1 372 actions

— « L’Avenir » (bâtiment).

1 372 actions

— Divers (plâtrerie, chauffage, charpentes, menuiseries)

3 356 actions

23Le conseil d’administration était composé de 9 membres (3 représentants de la ville ; 1 banquier, Morin Pons ; et 5 entrepreneurs) et présidé par le maire. Cette société associant partenaires publics et privés n’avait pas pour objet de rémunérer des capitaux. Mais la présence du maire à sa tête (comme c’est souvent le cas de nos jours) lui permettait de contrôler son fonctionnement. Elle entretenait cependant une confusion entre les affaires municipales et la gestion de la SVU puisque le maire décidait la souscription d’emprunts en tant que président de la société, qu’il s’engageait à garantir aussitôt en tant que maire.

24Les partenaires privés, majoritaires, décidaient aussi bien de la nature et de l’importance du projet que des emprunts nécessaires, et surtout se concédaient à eux-mêmes les travaux sans qu’il y ait d’appel à la concurrence.

25Ainsi conçue la SVU représentait un essai original de se doter d’un organisme opérationnel. L’omnipotence du maire avait établi une imbrication complexe et floue entre la commune et la SVU ; les difficultés financières et le changement de municipalité mettront en lumière la fragilité et l’imprécision du contrat passé entre les deux partenaires.

26Mais l’œuvre étant alors presque achevée (sinon payée), on peut affirmer que la SVU fut un instrument de la politique municipale, jusqu’en 1935, permettant de réaliser outre les équipements du Centre, 1 700 logements locatifs.

2. LE RÔLE DES PROMOTEURS SOCIAUX

27Les promoteurs publics et ceux qui se consacrent au logement social commencent à jouer un rôle considérable après 1919, en raison de l’évolution du contexte et de la législation nationaux. Ils apparaissent bien souvent comme des organismes spécialisés simplement destinés à prolonger et appliquer la politique publique et en particulier celle de la municipalité. Cependant, cette assimilation n’est pas toujours exacte et elle le sera de moins en moins.

28L’office municipal des HBM qui fonctionne effectivement après 1918, est destiné à tenir une place considérable : entre 1918 et 1936, il livrera 5 groupes d’immeubles représentant 323 logements et quelques maisons individuelles. L’office départemental intervient aussi à Villeurbanne à partir de 1932 dans le lotissement des Brosses où il construit 80 logements dont 33 sous la forme de maisons particulières. L’intervention des sociétés de HBM est moins liée à l’initiative municipale, d’autant que leur champ d’intervention ne se limite pas seulement à Villeurbanne. Leur essor est bien caractéristique de l’entre deux guerres qui constitue une période d’essai pour de nombreuses sociétés. Si elles prolifèrent, c’est sans doute afin de profiter des aides offertes par la législation sur le logement social, mais aussi parce qu’elles s’appuient sur des associations déjà existantes. La ville de Lyon comptait de multiples associations d’entraide ou de secours, particulièrement bien implantées dans le quartier des Canuts à la Croix-Rousse où le développement des Sociétés de HBM sera remarquable. Les sociétés mutualistes, les coopératives ouvrières ou d’artisans, les syndicats sont souvent à l’origine des nouvelles sociétés de HBM. C’est le cas à Lyon pour la SA des Ateliers Logis pour Tisseurs Lyonnais, la SA « Alpes et Forez », la SA Démocratique des Associations Hygiéniques, des Prévoyants de l’Avenir, de l’Effort Prolétarien, etc. et de bien d’autres qui resteront à l’état de projets ou qui n’auront qu’une brève existence. A Villeurbanne trois sociétés sont plus particulièrement engagées.

  • 3 La preuve en est donnée par « l’affaire Vincent » : cet ancien directeur de l’Office Municipal de (...)

29La Société Coopérative des HBM « Jardins et Foyers » créée en 1921 entreprend de construire une « Cité-jardin » aux Buers sur 12 ha, comprenant 140 maisons particulières. Il s’agit comme son nom le précise, d’une coopérative constituée en société de HBM, afin de bénéficier des prêts de l’Etat. Elle agit en fait sous la tutelle municipale pour le montage de l’opération sur le plan technique et financier3.

30Le cas du Domaine du Combattant érigé à Cyprian n’est pas très différent puisque c’est une SA d’HBM réalisant 96 logements dont 76 maisons individuelles du type duplex, soit un lotissement sur 3,3 ha en bordure des anciennes fortifications.

31En 1929 apparaît aussi la Société Villeurbannaise de HBM qui, bien que de statut privé, demande les garanties de la commune pour les emprunts auprès des caisses publiques ou privées pour la réalisation de trois groupes d’immeubles (rue de Pressenssé, Clément Michut, Viret). On citera aussi la Société Coopérative d’HLM de la Société OTL, dénommée « la Chaumine » qui intervient pour la construction de quelques logements collectifs aux Charpennes et de petits lotissements (Château-Gaillard et Chemin des Buers).

3. LES PROMOTEURS PRIVÉS A DESTINATION SOCIALE

32La distinction que l’on introduit ici ne peut qu’être formelle ; bien souvent en effet les promoteurs privés ne diffèrent des précédents que par le statut juridique, alors qu’ils poursuivent des objectifs identiques. On veut désigner par là, la grande majorité des agents qui interviennent pour construire des logements essentiellement populaires. Très souvent ce sont les futurs résidents qui se groupent ou agissent seuls afin de trouver un terrain et qui sont les principaux promoteurs et producteurs de l’espace pavillonnaire. Il faut aussi rappeler le rôle joué par les propriétaires fonciers qui proposent leurs terrains pour la construction en lotissement. Ces projets spontanés reçoivent souvent l’appui ou le contrôle de la commune, celle-ci prenant parfois elle-même les choses en main. A ces agents, il faut ajouter les industriels, particulièrement le groupe Gillet, qui jouent un rôle de promoteur sous des formes très diverses en particulier à travers le lancement de Cités, de statuts particuliers. Enfin certaines pratiques apparaissent qui annoncent les méthodes modernes de promotion immobilière (Société Civile Immobilière ou construction de maisons proposées sur catalogue) par le recours à la publicité.

A. « L’AUTOPROMOTION »

33On veut désigner par là la prise en charge directe de la décision de construire par les futurs habitants, soit individuellement, soit dans le cadre d’un lotissement. Cette formule qui est la plus courante pour la production de pavillons va parfois jusqu’à l’autoproduction, selon le processus des castors. Le plus souvent elle se limite à la recherche et à l’acquisition du terrain, au choix d’un maître d’œuvre et d’un entrepreneur. Cependant les plus importantes opérations ont été décidées par une démarche concertée soit d’une association soit d’une coopérative. On prendra deux exemples pour illustrer ce mode particulier de produire l’espace.

34— Le lotissement de la Cité Familiale

35Situé dans le quartier des Poulettes, aux confins des Charpennes, il représente un exemple typique de lotissement spontané, peu à peu structuré et officialisé, progressivement étendu de 1,8 ha à 5,5 ha.

36Les premiers lots furent acquis entre 1908 et 1922 par des particuliers, qui se regroupèrent en une Association appelée « Cité Familiale des Charpennes » dont les buts étaient les suivants :

  • constituer une Cité-Jardin, composée d’habitations familiales individuelles avec jardins,
  • conserver à l’ensemble du groupe le caractère et les agréments d’une cité jardin,
  • créer des lieux de bonne camaraderie et d’aide mutuelle,
  • favoriser la bonne culture des jardins,
  • l’association n’avait pas pour mission d’acquérir ou de construire les terrains, mais simplement de procéder à des démarches communes pour les financements, les achats, etc.

37On voit donc que chaque individu restait libre de concevoir son projet à sa guise, et qu’en particulier, aucune obligation de respect de normes architecturales ou financières n’existait. De là la grande variété des constructions ; la souplesse des statuts s’explique par le fait qu’ils ne venaient que chapeauter des réalisations, projets ou pratiques déjà en cours.

  • La 1re tranche acquise et mise en œuvre en 1922 comportait 45 lots sur 1,86 ha de terres agricoles achetées à des rentiers lyonnais (terrains Chosson).
  • En 1922 une seconde parcelle fut acquise pour être lotie, représentant 2 ha pour 43 lots (terrains Chosson).
  • En 1924, l’association décidait d’étendre le lotissement à une parcelle contiguë (1 ha pour 20 lots, terrains Viret).

38En fait ces lotissements successifs n’offraient qu’un encadrement très léger à des initiatives personnelles et très peu de contraintes : seul un plan d’ensemble régulier divisant les terrains en parcelles équivalentes (de 300 à 500 m2) et prévoyant le tracé des rues, témoignait d’une démarche concertée. Mais la voirie n’était pas réalisée, pas plus que l’implantation des réseaux divers (évacuation des eaux, gaz, électricité). Par ailleurs la construction confiée à des maîtres d’œuvre, à des maçons mais rarement autoproduite, présentait une très grande diversité. C’est la nécessité de réaliser les réseaux et la voirie de ces nouveaux quartiers qui entraîna l’intervention de la municipalité. Celle-ci, afin d’ordonner un développement quelque peu confus, incita les résidents des lotissements à se constituer en associations syndicales afin qu’ils bénéficient des subventions de l’Etat, prévues par la Loi du 14 mars 1928, accordant l’aide de l’Etat et des collectivités locales pour l’amélioration des lotissements défectueux. La commune prit elle-même en charge la constitution des dossiers et leur gestion et cette initiative contribua à officialiser et structurer certains lotissements jusque là restés spontanés, à la condition qu’ils aient été réalisés ou entrepris avant 1924. Cela contribua également à réunir des lotissements voisins ou contigus, ainsi que des propriétaires isolés ou plus anciens englobés dans le périmètre des lotissements, publics ou développés par les HBM, spontanés regroupés en association syndicale ou spontanés non associés, libres, mais déclarés, libres non déclarés, etc.

39Dans le cas de la Cité Familiale, celle-ci demanda à bénéficier des avantages prévus par la loi de 1928 et se constitua en association syndicale. Certains lotissements effectués par des propriétaires riverains furent inclus dans le périmètre de l’Association qui devint supérieur à celui de la seule Cité Familiale : les lotissements Billon, Fombonne, Decœur, portèrent la superficie à 5,5 ha pour 147 lots.

40Ce processus de production de l’espace pavillonnaire se retrouve avec quelques variantes dans les autres lotissements dits défectueux, gérés par des Associations Syndicales qui concernent 9 lotissements couvrant 42,6 ha pour 768 lots. Ce sont ceux du Roulet, des Antonins, Baffert, du Lançon, le Champ de l’Orme, Jardins et Foyers pour le secteur de Château-Gaillard, les Buers et Cyprian, Bel Air près du boulevard L.-Bonnevay.

41Les cottages de Bel Air et « Jardins et Foyers » représentent deux cas particuliers. Ce dernier que l’on choisira d’évoquer ici, est assez significatif. On a vu qu’il s’agissait d’une Société Coopérative d’HBM créée en 1921 dans le but de construire une « cité-jardin » aux Buers, sur 12 ha pour 140 lots. A l’origine de l’affaire on trouve des employés de mairie désireux de concilier l’esprit coopératif et l’accession à la propriété par les prêts HBM. De fait, le projet vise explicitement à la création d’une cité harmonieuse disposée le long des rues rayonnant autour d’une grande place, baptisées des noms des créateurs des HBM (Strauss, Ribot, Siegfried, Cheysson, Picot, Zuber). Le procès de production est assez particulier. La société Coopérative s’est rendue acquéreur de 1921 à 1924 de 6 hectares découpés en lots de 400 à 800 m2 (101 lots). Ceux-ci sont cédés aux membres de la société, soit pour être bâtis, soit pour être utilisés en jardin (ce qui constitue une originalité bien que cette destination ne soit souvent que provisoire). Le projet de la société était d’acquérir une dizaine d’hectares ce qui ne put être réalisé. Pour les lots à construire, les travaux étaient engagés lorsque l’acquéreur avait réalisé un apport légal à 40 % du prix, la Société empruntant les 60 % restants.

42Le sociétaire proposait le plan et les devis de son habitation au Conseil d’Administration : ceux-ci devaient se conformer aux caractéristiques architecturales établies par l’architecte de la Société et en particulier ne pas dépasser un étage. Les travaux étaient ensuite mis en adjudication et confiés à des entrepreneurs.

43A travers cet exemple, on voit que la Société Coopérative jouait un rôle de promoteur, activement soutenu par la mairie. Malgré ces avantages, la société ne connut pas un succès aussi rapide que prévu. C’est sans doute pour cette raison qu’elle ne procéda pas à l’acquisition des 10 ha escomptés et revendit mêmes certains lots à la Société d’HBM de l’OTL (appelée la Chaumine) ou à des particuliers. Par ailleurs en 1931, le nombre de lots avait été ramené de 180 à 101 sur 5,3 ha. Mais seulement 55 avaient fait l’objet d’une construction, le reste n’étant pas encore attribué ou étant loué comme jardin. De plus, le lotissement connaissait les mêmes difficultés que ceux appelés « défectueux » puisque la voirie et les réseaux n’étaient pas réalisés. C’est pourquoi en 1933 la Société Coopérative se constitua en association syndicale, afin de percevoir les aides publiques. Cependant le lotissement ne se remplit que lentement, sans doute en raison du caractère contraignant du système coopératif mais aussi du fait des déboires que connut la Société à la suite des malversations de son directeur.

44A côté de ces lotissements importants et plus ou moins structurés, ont proliféré un grand nombre de lotissements spontanés ou libres ; certains n’ont pu bénéficier de la loi de 1928, parce que construits après 1924, et d’autres ont été réalisés selon des initiatives individuelles (de propriétaires fonciers) sans rechercher l’aide de l’Etat, HBM ou autre. Une quarantaine de réalisations de ce type, allant de 2 ou 3 lots jusqu’à un maximum de 46 (rue de la Soie) ont abouti à la production d’un millier de constructions sur environ 37 hectares, dans les quartiers périphériques (Buers, Croix-Luizet, St-Jean, les Brosses, Cyprian, Cusset). Généralement chaque acquéreur de lot a organisé lui-même la construction de sa maison, en contactant les entrepreneurs, l’architecte, etc., ce qui exclut toute uniformité du paysage de ces quartiers.

B. L’ENCADREMENT ET L’INITIATIVE PUBLIQUE

45A cette époque, l’engagement de la municipalité ne se limite pas à l’encadrement des projets déjà conçus par des particuliers. Elle se fait elle-même promoteur en lançant des lotissements municipaux, en l’absence de tout encadrement de l’Etat.

  • 4 Le Dr Goujon s’est souvent expliqué sur ce point. Voir le BMO d’août 1950.

46L’initiative municipale vient de fait se substituer à celle de l’Etat défaillant. En 1930, après avoir construit 3 groupes de HBM, l’Office Municipal éprouva de grandes difficultés pour obtenir les aides de l’Etat pour le 4e groupe projeté rue Michel Servet. Toute demande future étant vouée à l’échec, le Dr L. Goujon imagina la formule de la SVU et celle des lotissements communaux4.

47Dès 1928, la ville achetait la propriété Faisant à Château-Gaillard (0,48 ha) pour construire 25 lots et une école. En 1930, elle conçoit le projet d’un vaste lotissement (10 ha) dans le quartier des Brosses. L’idée consiste à constituer un comité de patronage chargé de financer ou d’obtenir des financements pour un grand lotissement. Le comité comprend des représentants de la municipalité, mais aussi des industriels locaux que l’on réussit à intéresser au problème du logement ouvrier. La municipalité joue un rôle essentiel en achetant le terrain. Elle assure en outre le montage financier de l’opération. Elle réussit à obtenir des avances à 2,50 % d’intérêt à la Société Lyonnaise de Crédit Immobilier, puis en 1931, aidée par un groupe d’industriels, elle suscite la création d’une Société de Crédit Immobilier Villeurbannaise. Elle obtient en outre que les maisons construites bénéficient des avantages consentis en matière de HBM (subvention, dispense d’apport personnel, exonérations, etc.). C’est elle qui établit la liste de 400 ouvriers volontaires pour être des « cottagistes sociaux » aspirants propriétaires, qu’elle réunit à la mairie. Elle sélectionne 269 villeurbannais prioritaires par leur lieu de travail ou de résidence.

48Le maire tenta aussi d’intéresser les industriels à ce projet : sollicités, ceux-ci « outre leur aide morale », consentirent à donner 50 F par salarié à leur solde, au titre d’une avance remboursable.

49C’est aussi le Dr L. Goujon qui imagina la formule du cottage social. Un voyage à Tours fut organisé à l’intention de quelques cottagistes, afin de s’inspirer des cottages sociaux construits dans cette ville.

50Le terrain ayant été découpé en 212 lots, on conçut deux types de maisons qui furent proposés aux candidats. Le Docteur L. Goujon imagina une solution originale afin d’abaisser le coût de la construction de 30 % et éviter de faire appel aux ressources personnelles des ouvriers. Ceux-ci s’inspirant du modèle des Castors, s’organisèrent en groupes de 16 à 18 cottagistes s’entraidant pour construire eux-mêmes leurs maisons.

51Il n’est pas exagéré de prétendre que cet essai fut porté à bout de bras par la municipalité qui voulut en faire une expérience novatrice et exemplaire, reprenant un système d’autoproduction assez répandu au Tonkin, mais aussi dans de nombreux petits lotissements. La volonté du maire et son imagination tentait de suppléer à la carence de l’Etat. Devant l’adversité des années 1931-1933 qui ralentit l’essor des expériences, la municipalité ne put remplir le lotissement des Brosses puisque seuls 75 cottages furent achevés. Il fallut faire appel à l’Office Départemental de HBM pour poursuivre le lotissement.

C. LES INDUSTRIELS PROMOTEURS DU LOGEMENT

52Parmi les promoteurs de logements destinés aux ouvriers les entreprises ou les organismes patronaux tiennent encore une place non négligeable. C’est sans doute en raison de l’insuffisance de la production publique ou para-publique, mais aussi parce que le logement fait partie de la politique des entreprises cherchant à conserver leur main-d’œuvre et à la contrôler. Le cadre de l’entreprise est souvent commode pour organiser un lotissement, surtout lorsque celle-ci dispose d’un terrain et aide au financement. Certes il reste encore des cités ouvrières sans confort : ainsi 117 bis, chemin de Château-Gaillard où une « cité » abrite 241 résidents (dont 223 Espagnols), la plupart employés par les usines textiles, sans que l’on puisse établir qui est à l’origine de ces logements.

53Ce sont les grands établissements textiles qui pratiquent le plus souvent une politique du logement des ouvriers. La Société Gillet intervient par sa filiale Textil pour construire 12 immeubles collectifs rue Persoz, cours Damidot, soit 120 logements en 1930.

54La SA des Logements Economiques, principal promoteur du patronat avant 1914 joue un rôle moins important par la suite : elle est à l’origine de quelques projets limités (44 logements en collectif cours E.-Zola). Mais c’est pour les lotissements que la Société Gillet accomplit l’œuvre la plus importante. Sur le terrain de La Ferrandière, elle projette de construire une « cité » organisée autour d’une place suivant un plan rayonnant.

55Dans le quartier Château-Gaillard, elle construit 15 immeubles collectifs (rue Flachet, rue de la Prévoyance) avec jardinets représentant 150 logements, auxquels sont ajoutées quelques maisons particulières souvent destinées aux contremaîtres ou ingénieurs. L’ensemble du lotissement recouvrant plusieurs hectares, représente environ 170 logements.

56Ces deux exemples montrent bien que le patronat ne s’est pas désintéressé de la réalisation de logements pour les ouvriers et que dans le cas de Gillet il a même envisagé de créer de véritables quartiers, appelés « cités ». Cependant, ces initiatives sont le fait des entreprises du secteur textile, dans lequel le logement a souvent été considéré comme un élément au service de la politique de l’emploi. Cette conception des rapports entre patrons et ouvriers n’est pas reprise par les petites entreprises ou les branches nouvelles. Elle cesse d’ailleurs après 1932, non pas tellement à cause de la prise en charge du logement social par les sociétés ou édifices de HLM, mais surtout en raison de difficultés économiques dès 1932, ou de la modification des rapports au sein des entreprises à la suite des grèves de 1936.

  • 5 La Cité de la Filature était érigée face à l’usine et comportait des immeubles collectifs de 5 niv (...)
  • 6 Cet intérêt des patrons pour les logements sociaux est attesté par plusieurs autres faits. En prem (...)

57Ainsi après l’édification de la « Cité de la Filature » en 1926, la politique de la SA Filature de Schappe n’est plus de retenir les ouvriers5 ; après les premières difficultés économiques (1930-1931) et surtout la longue grève de juin 1936, la société opère une « restructuration » de ses activités et ferme son usine de la route de Vaulx en mars 1937. Les logements sociaux patronaux subsistent aujourd’hui, bien après la fermeture des usines6.

58La meilleure illustration de la prise en charge de la construction de logements par les entreprises est fournie par la Cité de la Soie édifiée dans le quartier de la Poudrette, à cheval sur Villeurbanne et Vaulx-en-Velin. Le groupe Gillet, représenté en l’occurrence par la Soie Artificielle du Sud-Est a construit autour de son usine en 1925, sur 20 hectares une cité conçue comme un ensemble complet et autonome, se décomposant comme suit :

  • La Grande Cité, soit 491 logements répartis en 20 immeubles collectifs, sur 9 hectares.
  • La Petite Cité ou « Cité Villas » comprenant 97 pavillons avec jardin représentant 297 logements sur 11 hectares.
  • 3 grandes villas réservées au personnel de direction.
  • Un foyer hôtel pour jeunes filles étrangères travaillant à l’usine et dirigé par des sœurs.
  • Une église, un stade et une école construits par l’usine, une crèche, une cantine, un centre médico-social.

59Des commerces au rez-de-chaussée des collectifs.

  • 7 Cette politique des patrons « sociaux » ou paternalistes selon les points de vue, s’est surtout dé (...)

60Cet ensemble a été réalisé par les architectes de l’entreprise suivant une conception et un plan d’ensemble qui renvoie à la structure technico-hiérarchique de l’usine. Cependant, il reste à s’interroger sur les raisons qui ont conduit la société Gillet à produire cette cité, puisqu’aussi bien les industriels villeurbannais (surtout Gillet) s’étaient limités à construire des immeubles insérés dans le tissu urbain. Pour quelles raisons le groupe Gillet décide-t-il de se faire le promoteur d’une cité complète ? Par ailleurs pourquoi cette préoccupation est-elle exclusivement partagée par les industriels du textile, alors que les grands constructeurs électriques (DELLE, CEM...), pour ne prendre que cet exemple, n’ont pas de politique du logement ? Il semble que cela tienne aux caractéristiques propres du secteur textile, qui s’est toujours montré très attaché au contrôle de la main-d’œuvre et qui a vu dans le logement un moyen pour compenser les bas salaires7. Cependant les conceptions ont évolué et l’on tente de développer des cités jardins ; mais on remarquera que le projet conçu à Villeurbanne dans le quartier de la Ferrandière, ou celui de Château-Gaillard étaient en fait organisés pour la production d’unités résidentielles sans autonomie. Leur extension limitée (ou leur échec) nous paraît s’expliquer par le fait qu’ils s’étaient développés davantage en fonction de considérations sociales et urbanistiques utopiques que pour tenir compte des caractéristiques ou des contraintes de production de la branche industrielle.

  • 8 A Décines.

61La construction de la Cité de la Soie au contraire représentait une condition nécessaire au bon fonctionnement de l’usine. On remarquera que toutes les usines de soie implantées à la périphérie ont agi de même (Cf. la Cité de la Soie toute proche édifiée par la Société Lyonnaise de Soie Artificielle en 1922)8. Les raisons techniques justifiaient l’implantation des usines de soie hors du tissu urbain, mais posaient le problème du transport de la main-d’œuvre. Il fallait bien résoudre les problèmes d’installation sur place des ouvriers, afin de ne pas être tributaire des moyens de transports locaux (d’ailleurs inexistants). La construction de la cité permettait d’avoir la main-d’œuvre « sous la main », de diminuer l’absentéisme, ce qui était essentiel pour permettre le fonctionnement de l’usine en continu. Le rythme des quatre huit imposé pour la meilleure utilisation de l’outil de production est sans doute à l’origine de la création de la Cité. Par ailleurs, il fallut recruter parfois très loin une main-d’œuvre étrangère entièrement prise en charge par l’entreprise ; le contrat de logement lié à celui de l’emploi était destiné à faire accepter les bas salaires et les conditions de travail pénibles ou insalubres. C’est pourquoi les ouvriers français représentant 11 % des effectifs ne provenaient que très peu de Villeurbanne mais surtout de la campagne. Les étrangers (89 %) étaient recrutés souvent très loin (Italie, Espagne, Liban, Turquie, Maroc, Yougoslavie, Pologne, Russie). On voit à travers cet exemple que la construction des Cités ouvrières correspondent à des caractéristiques très particulières, en rapport avec les exigences des nouveaux rapports de production.

D. LES SOCIÉTÉS IMMOBILIÈRES SPÉCIALISÉES DANS LE LOTISSEMENT

62La période 1919-1939 bien qu’elle soit dominée par l’action des promoteurs sociaux ou ayant pour objet la résidence populaire a vu aussi apparaître les premières sociétés immobilières spécialisées dans la promotion et la vente des maisons en lotissement. On peut citer deux cas à Villeurbanne :

  • La Société de l’Extrême Banlieue construisant à St-Jean, aux limites de Vaulx-en-Velin ; mais ses statuts ne nous sont pas connus et l’on ne sait pas comment elle a fonctionné. En fait elle gérait essentiellement des jardins ouvriers.
  • La Société Immobilière de la Ferrandière dont l’organisation nous paraît être prémonitoire. Cette société fut constituée sous l’égide du groupe Gillet semble-t-il, afin de construire un vaste quartier, sorte de cité modèle, sur le domaine de la Ferrandière. Ce dernier, ancien fief de la noblesse locale, avait été acquis par les Dames du Sacré Cœur en 1818, puis confisqué en 1905. Devant l’incapacité financière de la commune de Villeurbanne, l’Etat l’avait vendu en 1913 à la Société Gillet. Jusqu’en 1928 cette propriété servit de parc communal occasionnel pour accueillir les manifestations gymniques. Cependant, dès 1913 la Société Gillet avait fait établir un projet de lotissement pour un nouveau quartier sur ce terrain de 26 hectares traversé par la rivière La Rize ; 6 ha étant réservés à la voirie et aux places, 20 ha étaient offerts aux acquéreurs, mais divisés en zones distinctes :
    • Sur les hauteurs boisées, des lots de 1 500 à 3 000 m2 réservés aux grandes villas ou hôtels avec parc, au prix de 10 à 16 F/m2
    • Sur les parties boisées moins élevées seraient aménagés des lots de 500 à 800 m2 pour petites villas, cottages ou cités jardins (9 à 12F/m2)
    • Plus bas, en bordure de rues rayonnantes, un ensemble de maisons à loyer de toute catégories (12 à 28F/m2)
    • Enfin, les parties basses et un peu isolées seraient cédées aux industriels (6 à 10F/m2)
  • 9 Extrait de la plaquette publicitaire éditée par la SI de la Ferrandière.

63La Société Immobilière consentait des conditions spéciales aux Sociétés Coopératives d’HBM et faisait « appel à toutes les bonnes volontés et à tous les concours pour une œuvre saine... dans un quartier au plus grand avenir où toutes les idées modernes pourront se développer et se réaliser dans le but de contribuer à l’amélioration de la santé physique et morale de notre Cité »9.

64On voit donc qu’il s’agissait de construire une véritable ville, un espace socialement hiérarchisé et zoné. Ce projet urbanistique était sous-tendu d’une vision sociale de la ville ; il visait à reproduire celle-ci dans sa diversité sociale en produisant d’abord une matérialité adaptée aux rapports sociaux, alors que les cités-jardins étaient généralement animées d’un idéal plus égalitaire et coopératif.

65La formule de promotion était elle-même nouvelle : la Société réalisait la voirie et vendait les terrains équipés, mais ne construisait pas elle-même, adressant les acquéreurs aux entreprises locales (Mazier et Plazanet). Elle assurait seulement la conception et la gestion de l’ensemble du projet.

66A travers cette formule, la Société Gillet réalisait une opération immobilière, mais tentait aussi de promouvoir le logement marchandise présenté par la publicité, nouvelle elle aussi, comme un objet favorable à la différenciation sociale. Cependant, il entrait aussi dans ce projet une forte dose d’idéalisme puisqu’il faisait figure d’expérience originale en proposant un urbanisme moderne et une cité modèle. Ce dernier point de vue, autant que la crise de 1929-31 et la méconnaissance des réalités sociales locales, explique l’échec enregistré par le projet, qui ne connut qu’un commencement d’exécution.

E. L’APPARITION DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE AVEC VENTE SUR CATALOGUE : LES MAISONS ROLLAND

67Les années 1923-25 virent apparaître à Villeurbanne un procédé promotionnel tout à fait nouveau. La Société Rolland Frères de Paris, ayant compris qu’il existait une demande pressante de logements à très bon marché, lança des modèles de maisons en bois posées sur une dalle de béton et couvertes de tuiles, baptisées maisons Scandinaves afin d’en assurer la promotion. Ces maisons très sommaires et exiguës (pièces de 9 m2 alignées en enfilade) étaient préfabriquées dans deux usines du groupe (à Noyon dans l’Oise et à Cluse dans l’Ain). La difficulté était de convaincre les municipalités d’accepter ces constructions, alors que les cabanes en bois qui proliféraient étaient partout bannies. La Société Rolland développa une offensive publicitaire, selon des procédés en avance de 50 ans :

  • Lettre de présentation à la municipalité pour exposer les avantages de la formule et montrer son caractère novateur et hygiénique (Cf. la référence suédoise)10. La lettre mentionnait également que 4 500 maisons avaient été produites autour de Paris et de Lyon.
  • En 1923, la Société présentait ses maisons à l’Exposition organisée rue Félix-Faure à Lyon où l’on pouvait choisir sur catalogue. Le succès fut réel et les demandes affluèrent, concernant de très nombreuses communes lyonnaises.

68Le procédé de construction était rapide et pris en main par la société : celle-ci, laissant à l’acquéreur le soin de trouver un terrain, instruisait elle-même les dossiers de permis de construire illustrés selon des plans types identiques (très sommaires) et livrait les maisons clés en main en deux mois.

69On constatera que le procédé employé en 1923, puis oublié, n’a été retrouvé que bien plus tard ! En tout cas cela illustre la faculté d’adaptation des premiers promoteurs-producteurs de l’époque, pour définir et produire le logement comme une marchandise sur un marché apparemment non solvable.

  • 11 C’est elle aussi qui rend compte de la diversification des procès de production et des types de co (...)

70En résumé, la période qui s’étend entre 1918 et 1939 marque un profond changement dans le procès de production, essentiellement du fait de la prise en charge par l’Etat d’une part croissante de la reproduction de la force de travail et de la production urbaine par le biais des logements sociaux. Encore conviendrait-il d’analyser comment l’Etat peut assumer après 1918 cette prise en charge, c’est-à-dire comment l’évolution du mode de production lui en donne les moyens. Par ailleurs, c’est, nous semble-t-il, cette évolution qui peut expliquer comment les ouvriers sont en mesure d’améliorer leurs conditions de logements11. C’est elle qui est à l’origine de l’apparition d’une certaine hiérarchie des salariés et d’une « élite » à laquelle s’adressent les logements sociaux. On a déjà montré que les loyers des HBM ou des Gratte-Ciel exigeaient que l’occupant puisse disposer de ressources suffisantes, ce qui excluait les plus bas salaires.

71Dans ce cas et bien davantage dans celui des lotissements en accession à la propriété, les occupants doivent consacrer une partie accrue de leur budget au logement, ce qui explique que les candidats appartiennent très souvent aux catégories des ouvriers qualifiés, de la maîtrise ou des techniciens. Une preuve en est fournie par le procès de production imaginé pour la construction des maisons du « Cottage Social » : par manque de moyens financiers, les candidats construisent eux-mêmes leur maison, ne pouvant prélever sur leur salaire ni le prix de la construction, ni celui d’un loyer HBM, ou les 20 % d’apport personnel.

72La prolifération des constructions précaires occupées par les catégories les plus pauvres, montre aussi qu’à travers le triomphe de la maison individuelle et de l’idéal de la cité jardin, les modes de produire l’espace résidentiel ont été extrêmement variés. Cette diversification n’a été possible qu’en raison de l’apparition d’une hiérarchie sociale moins écrasée ; encore celle-ci a-t-elle montré ses limites à travers plusieurs échecs complets ou relatifs (La Ferrandière, les Cottages, Jardins et Foyers...).

Notes

1 L’œuvre de la municipalité L. Goujon est décrite dans l’ouvrage inspiré par ce dernier, « Villeurbanne 1924-1934 Dix ans d’administration » 1934.

2 Pour l’exposé des raisons ayant conduit à la conception du projet social et politique des Gratte-Ciel on se reportera au Chapitre II, section 3 et 4.

3 La preuve en est donnée par « l’affaire Vincent » : cet ancien directeur de l’Office Municipal de HBM est poursuivi en 1936 pour détournement de fonds mais le préjudice est encore plus important pour la Société « Jardins et Foyers » dont il assurait la gestion et à laquelle il a prélevé 70 000 F. Les deux sociétés avaient donc le même directeur financier.

4 Le Dr Goujon s’est souvent expliqué sur ce point. Voir le BMO d’août 1950.

5 La Cité de la Filature était érigée face à l’usine et comportait des immeubles collectifs de 5 niveaux regroupant 74 logements. Au rez-de-chaussée étaient aménagés une nursery et un restaurant d’entreprise.

6 Cet intérêt des patrons pour les logements sociaux est attesté par plusieurs autres faits. En premier lieu on a vu qu’ils s’étaient intéressés au Cottage Social en participant au Comité de patronage et en consentant des avances financières. Certains figurent aussi parmi les dirigeants des organismes HBM. L’exemple le plus caractéristique est celui de M. Humbert Isaac qui figurera dans les conseils de l’Office Municipal de HBM, qui sera président de la Société Villeurbannaise de HBM et du Crédit Immobilier Villeurbannais pour s’en tenir à la période antérieure à 1945. M. Isaac était directeur de l’usine textile Dognin.

7 Cette politique des patrons « sociaux » ou paternalistes selon les points de vue, s’est surtout développée dans le nord de la France. Cf. D. Cornuel et B. Duriez. » Le CIL de Roubaix Tourcoing : contribution à l’étude des mécanismes de production du logement », mai 1973, GAD. Voir aussi L. Murard et P. Zylberman : Le petit travailleur infatigable (déjà cité).

8 A Décines.

9 Extrait de la plaquette publicitaire éditée par la SI de la Ferrandière.

10 En fait elles ne disposaient ni de WC, ni de salle d’eau, ni d’aucun raccordement.

11 C’est elle aussi qui rend compte de la diversification des procès de production et des types de constructions résidentielles.

© Presses universitaires de Lyon, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search